Projet de loi sur les principes républicains : le Sénat repart à l’assaut de l’université

Nous disposons depuis hier, jeudi 18 mars 2021, de la nouvelle version du texte du projet de loi confortant le respect des principes républicains, telle qu’issue du travail de la commission des lois, de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication et de la commission des finances du Sénat. Plusieurs amendements concernant l’université ont été adoptés, comme nous le craignions depuis des semaines et plus encore, depuis l’affaire de l’IEP de Grenoble.

Le sénateur Piednoir – celui-là même qui joua un rôle central, avec le sinistre Jean Hingray, dans la mise à mort du CNU en octobre dernier – est le principal acteur de ces manœuvres. C’est le versant étudiant des franchises universitaires qui se trouve visé, au moment même où des responsables politiques de premier plan – de Jean-Michel Blanquer à Bruno Retailleau en passant par Julien Aubert – demandent publiquement la tête du syndicat étudiant Unef.

Yves Tennevin, “P1280093 – Le Cruas”, 2010

Continuer la lecture

Attaques contre des universitaires : le SNESUP-FSU écrit à la ministre F. Vidal

Academia reproduit ici la lettre du SNESUP-FSU à Frédérique Vidal, publiée initialement sur leur site.

Madame la Ministre,

Le SNESUP-FSU, attaché aux libertés académiques indispensables pour faire avancer les débats scientifiques suivant des démarches partagées, comme aux institutions garantissant ces libertés, déplore leur mise en cause dans des interventions médiatiques politiques qui ont abouti à fragiliser l’Université et à attiser les tensions de toutes parts.Vous avez exprimé récemment votre attachement sans faille à la protection de l’ensemble des enseignants-chercheurs et des agents du ministère.

À notre connaissance, vos déclarations ont été très vite suivies de l’attribution de la protection fonctionnelle à des enseignants de l’IEP de Grenoble dont les noms ont été diffusés sur internet accompagnés de propos injurieux ou accusatoires.En parallèle un grand nombre d’enseignants du supérieur sont exposés de façon similaire depuis une quinzaine de jours sur un site web qui les accuse d’être « complices de l’Islam radicale » (sic) et de « pourrir l’université et la France ». Certains de nos collègues craignent en conséquence pour leur intégrité. Les organismes et les établissements disposent des éléments sur cette attaque calomnieuse. Un certain nombre ont informé leurs agents concernés de leur soutien et des démarches à suivre pour bénéficier de la protection prévue par l’article 11 de la loi 83-634, notamment pour la prise en charge de frais d’avocat ou pour des mesures spécifiques suite à des menaces. Mais les autres n’ont pas alerté leurs agents. Le retrait de la page diffamant les agents aurait été demandé à son auteur et à son hébergeur mais à ce jour les propos diffamatoires sont toujours visibles.

Fin novembre un tweet du député Julien Aubert toujours accessible en ligne désignait déjà nommément sept collègues « coupables » d’« islamo-gauchisme ». D’après la question écrite n° 21254 d’un sénateur1 une maitresse de conférences ainsi visée a essuyé un refus d’octroi de la protection fonctionnelle de la part de la présidence de son établissement sur la base d’une consultation de vos services.

Face à ces discordances, le SNESUP-FSU rappelle que le droit des agents à être défendu par l’administration n’est pas à géométrie variable. La loi prévoit l’obligation de les défendre indépendamment de l’origine des attaques. La circulaire du 2 novembre 2020 sur le renforcement de la protection des agents publics rappelle que la PF est une obligation pour l’employeur public pour ne pas laisser l’agent sans défense dans une situation pouvant se traduire par une atteinte grave à son intégrité. Elle indique qu’« en cas de diffamation, de menace ou d’injure véhiculée sur les réseaux sociaux visant nominativement un fonctionnaire ou un agent public, il est demandé à l’employeur d’y répondre de manière systématique », et elle poursuit par des actions concrètes à entreprendre.

La circulaire enjoint chaque administration à communiquer largement à ses agents sur les dispositions prises – ce qui reste donc à concrétiser – et à mettre en place un dispositif permettant de recenser les attaques, les protections fonctionnelles accordées et refusées, et les mesures de protection mises en œuvre. Par conséquent le SNESUP-FSU souhaiterait avoir connaissance du dispositif mis en place, et du bilan des actions entreprises qui devait être transmis début 2021 au ministère chargé de la FP.

La circulaire demande aux ministres de garantir la mobilisation à tous les niveaux de l’administration en ajoutant « nous vous demandons de vous assurer que les agents concernés bénéficient d’un soutien renforcé et systématique de leur employeur ». C’est pourquoi le SNESUP-FSU vous demande donc de vous assurer que c’est bien le cas pour les agents du ministère victimes des attaques précitées, qu’un bilan des mesures prises et des éventuels refus de protection soit établi et lui soit communiqué (ou diffusé).

Nous attirons enfin votre attention sur la situation des étudiants, notamment les doctorants, qui se retrouveraient attaqués ou menacés dans le cadre de leur participation à des travaux de recherche ou de formation sous la responsabilité d’une administration. Il importe qu’ils sachent compter sur le soutien de celle-ci même en l’absence de lien contractuel. À cet effet, nous souhaiterions savoir la nature de la protection sur laquelle ils peuvent compter et les modalités pour en bénéficier.

Nous vous prions de croire, Madame la Ministre, en l’assurance de notre haute considération.
Anne ROGER – Christophe VOILLIOT
Co-secrétaires généraux du SNESUP-FSUPhilippe AUBRY
Secrétaire général adjoint du SNESUP-FSU
__________________________
1 JO du 4 mars, https://www.senat.fr/questions/base/2021/qSEQ210321254.html

Akhésa vous rappelle l’importance de bienveillance envers soi-même et envers les collègues … comme outil de la lutte contre les attaques politiques envers les SHS

Je relaye ici mes tweets de ce matin afin de garder une trace de cette invitation : ne jamais cesser d’être bienveillant.e avec les collègues attaqué.e.s, ne jamais oublier que les attaques politiques ne méritent pas notre énergie face à la montagne de travail, face à la précarité étudiante, face à l’épuisement qui nous guette tous. Nous ne devons pas dévier de nous-même, de nos étudiant.e.s, de nos recherches.

Se soutenir, se protéger et lutter pour nous-même, c’est déjà bien assez.

Se soutenir et se protéger

Hcéres : les directeurs changent et l’islamo-gauchisme avance

À l’évidence, Thierry Coulhon s’apprête à ériger le Hcéres à la hauteur des standards internationaux de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur… Au Hcéres, le copinage, on ne connaît pas, et les chefs de département sont des hommes de terrain, des vrais ! La preuve…

Après le scandale de la nomination à venir de Bernard Larrouturou, celui-là même qui a organisé la procédure de sélection de la candidature de Thierry Coulhon à la tête du collège du Hcéres, revenons aujourd’hui sur le renouvellement (du renouvellement…) de Pierre Glaudes, lundi prochain. Il n’y a pas à dire : le Hcéres sous Thierry Coulhon, c’est la grande classe.


Les notaires en fin de carrière choisissent leur successeur. C’est ce qu’on appelle « le droit de présentation », une pratique datant de… la Restauration. Ils « proposent » le nom de leur remplaçant au ministère de la justice, qui avalise ce choix dans l’immense majorité des cas.

Une pratique dont s’est certainement inspiré le HCERES pour le renouvellement de son directeur du département d’évaluation de la recherche. Sauf surprise de dernière minute, la prochaine séance du collège du HCERES du 1er mars 2021 doit en effet entériner la proposition de renouveler Pierre Glaudes au département d’évaluation de la recherche.

Pierre Glaudes, successeur de Pierre Glaudes, depuis maintenant 3 mandats ! Retour dans le passé pour un bref historique de cette véritable charge notariale donc.

Pierre Glaudes, 54 ans à l’époque, est nommé directeur de la section des unités de recherche de l’agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) en 2011. Ce n’est pas un nouvel entrant et l’intéressé a déjà un beau parcours dans la maison. Son CV officiel indique qu’il a été successivement délégué scientifique pour le secteur Lettres (2007-2009) puis délégué scientifique coordinateur des Sciences humaines et sociales (2009-2011). Mais à l’arrivée de Pierre Glaudes, l’agence est déjà dans la tourmente et sous le feu des critiques du monde universitaire et de la recherche. Il fut dire que les griefs ne manquent pas : censée à l’origine évaluer de façon constructive et être une agence de conseils, la boutique s’est rapidement transformée en vilain comptoir de notation, marquant au fer rouge chaque laboratoire d’une note allant de A+ pour les « meilleurs » à C pour les « pathologiques ». L’agence ne survivra pas à la loi relative à l’enseignement supérieur et à la recherche promulguée en 2013. Fin 2014, l’AERES est morte, vive le HCERES !

Continuer la lecture

L’European University Association soutient la conférence des présidents d’université. 25 février 2021

La pression sur Frédérique Vidal s’accentue avec le soutien de l’European University Association à la Conférence des Présidents d’Université dans la défense des libertés académiques en France, face aux attaques sur l’autonomie politique de nos institutions. Puissant symbole, puissant soutien.

Cette institution qui regroupe 800 universités dans 48 pays va même jusqu’à inviter Frédérique Vidal à un échange autour des meilleurs voies pour défendre les libertés académique.

 

Vidal et la police politique. Recension des prises de positions des organisations syndicales

Organisations syndicales agents

 

 

Non à la chasse aux sorcières ! Communiqué de la CP-CNU, 17 février 2021

La CP-CNU demandait la démission de Vidal dès le 6 novembre 2020 en ces termes 
« Madame Frédérique Vidal ne dispose plus de la légitimité nécessaire pour parler au nom de la communauté universitaire et pour agir en faveur de l’Université.
 
C’est pourquoi, Monsieur le Président de la République, nous vous posons la question de la pertinence du maintien en fonctions de Madame la Ministre dans la mesure où toute communication semble rompue entre elle et la communauté des enseignants-chercheurs. Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre respectueuse considération. »
Les choses étant dites, elles n’ont pas été répété dans le communiqué de 17 février 2021

Pour approfondir

“Islamo-gauchisme” : stopper la confusion et les polémiques stériles. Communiqué de la CPU, 16 février 2021

Interrogée sur CNews, la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a annoncé qu’elle allait demander « notamment au CNRS » de faire une enquête sur « l’ensemble des courants de recherche » à propos de « l’islamo-gauchisme » à l’université, « de manière à ce qu’on puisse distinguer ce qui relève de la recherche académique et ce qui relève du militantisme et de l’opinion ».

La CPU fait part de sa stupeur face à une nouvelle polémique stérile sur le sujet de l’« islamo-gauchisme » à l’université. « L’islamo-gauchisme » n’est pas un concept. C’est une pseudo-notion dont on chercherait en vain un commencement de définition scientifique, et qu’il conviendrait de laisser, sinon aux animateurs de Cnews, plus largement, à l’extrême droite qui l’a popularisé. Utiliser leurs mots, c’est faire le lit des traditionnels procureurs prompts à condamner par principe les universitaires et les universités.

Comme l’avait justement rappelé dans une tribune le 26 octobre dernier la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, « l’université n’est ni la matrice de l’extrémisme, ni un lieu où l’on confondrait émancipation et endoctrinement. L’université n’est pas un lieu d’encouragement ou d’expression du fanatisme, » mais « le lieu où s’apprennent le doute comme la modération ainsi que la seule de nos institutions capable d’éclairer l’ensemble de la société, de l’école aux médias, par une connaissance scientifiquement établie, discutée et critiquée collégialement. » Rien ne saurait justifier un changement de discours à ce sujet.

La CPU regrette donc la confusion entre ce qui relève de la liberté académique, la liberté de recherche dont l’évaluation par les pairs est garante, et ce qui relève d’éventuelles fautes ou d’infractions, qui font l’objet si nécessaire d’enquêtes administratives (par l’Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche), ou d’enquêtes pénales. La CPU s’étonne ainsi de l’instrumentalisation du CNRS dont les missions ne sont en aucun cas de produire des évaluations du travail des enseignants-chercheurs, ou encore d’éclaircir ce qui relève « du militantisme ou de l’opinion ». La CPU réclame, au minimum, des clarifications urgentes, tant sur les fondements idéologiques d’une telle enquête, que sur la forme, qui oppose CNRS et universités alors que la recherche est menée conjointement sur nos campus par les chercheurs et les enseignants-chercheurs.

La CPU appelle à élever le débat. Si le gouvernement a besoin d’analyses, de contradictions, de discours scientifiques étayés pour l’aider à sortir des représentations caricaturales et des arguties de café du commerce, les universités se tiennent à sa disposition. Le débat politique n’est par principe pas un débat scientifique : il ne doit pas pour autant conduire à raconter n’importe quoi.

Se former pour lutter contre les violences sexistes, sexuelles et LGBTIphobes !

Suite à la vague de témoignages de violences sexuelles dans les IEP, l’association #NousToutes organise un webinaire sur les obligations légales des établissements d’enseignement supérieur en matière de prévention et de protection des victimes de violences sexistes, sexuelles et LGBTIphobes.

C’est ce soir : lundi 15 février, de 20h à 21h30, sur Zoom. 1000 places disponibles. Gratuit.

Pour s’inscrire, cliquez ici.

Inscription ici : https://formdivers.typeform.com/to/urNHcEPp

On compte sur votre participation !

Maroc : condamnation de l’historien Maati Monjib

Une dépêche AFP relayée par le journal Le Monde annonce ce jeudi 28 janvier 2021 que l’historien Maati Monjib, détenu depuis le 29 décembre dernier, est condamné à un an de prison pour « fraude » et « atteinte à la sécurité de l’État ».

Capture d’écran, lemonde.fr, 29 janv. 2021

Un texte collectif appelant à la libération de Maati Monjib circule actuellement, relayé entre autres par L’Humanité et la revue Ancrages, à l’initiative d’universitaires de Princeton.

Si cette incarcération alerte, une fois encore, sur la situation générale des droits humains au Maroc, elle concerne aussi spécifiquement, et de manière liée, les libertés académiques. Rappelons par exemple la tribune d’universitaires qui, en 2019, dénonçait les menaces de renvoi de l’université que subissait M. Monjib, au prétexte, notamment, d’avoir accepté sans autorisation de participer, en qualité de rapporteur, à la soutenance d’une habilitation à diriger les recherches (HDR) à l’École normale supérieure, à Paris.