Le témoin oculaire

En passant

« D’un seul coup, il n’y eut plus d’Europe, les frontières étaient fermées, et partout coulait le sang. C’en était fini du cosmopolitisme. Il n’y avait plus de droits à l’individu, plus de liberté de presse, donc de liberté de pensée, plus de liberté de recherche. Pus de critique. Pus de raison. Ce qui régnait, c’était le droit de la guerre, le droit de l’état d’urgence, ce n’était donc pas le droit. »
in: Ernst Weiss, Le témoin oculaire, 2000 [1963], Gallimard, p.163.

L’Université de Montpellier transformée en EPE (établissement public expérimental) : le point de vue des élus étudiants.

L’Université de Montpellier va connaître une importante évolution statutaire en 2022. En tant que deuxième organisation étudiante, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a rencontré le président de l’UM afin de défendre les intérêts étudiants en matière de montant des frais d’inscriptions, d’exonérations des frais d’inscription, de pédagogie, des conditions d’examens et au niveau de la gouvernance (arrivée de la Banque Populaire dans la direction de l’université).

Retrouvez-ici leur compte-rendu et leur analyse : Continuer la lecture

Revue Tracés: « Documenter l’université qui lutte »

Numéro spécial de la revue Tracés. Revue de Sciences humaines (2020 | 2), dédié aux luttes universitaires.

2020 a été une année particulière à bien des égards : le Covid-19, mais aussi la forte mobilisation contre la loi de programmation de la recherche en France, y compris au sein des revues de sciences humaines et sociales qui ont été nombreuses à se positionner en lutte. Tracés, comme d’autres revues, s’est déclarée en grève puis a repris ses activités au cours d’un printemps pas comme les autres… C’est dans ces conditions qu’est adoptée l’idée de chambouler notre calendrier, de changer la thématique prévue pour ce numéro.

Il nous importait de faire un numéro mobilisé qui rende compte de ce qui s’est joué au cours de cette année inhabituelle. Et puisqu’il n’était pas possible dans cette temporalité de fabriquer des articles comme nous le faisions habituellement, l’enjeu est devenu précisément de penser et de faire un pas de côté par rapport à nos manières de faire, et par rapport aux contenus mêmes qui sont les nôtres.

Documenter, c’est faire ce pas de côté aussi comme manière de refuser une course à l’excellence qui nous demande de produire plus et plus vite, et dans un système d’évaluation toujours plus global et complexe. Plus qu’une autocritique, ce numéro suggère de se repositionner au sein d’un processus temporel scientifique dans une nécessaire et salutaire lenteur, et donc de prêter plus d’attention à la matière des sciences humaines et sociales, ainsi qu’à la fabrique de ses écritures.

Le numéro est consultable en ligne en cliquant ici.

Rapport de la Cour des Comptes sur l’InSHS et l’alliance Athéna

La Cour des Comptes nous dévoile aujourd’hui un référé sur les sciences humaines et sociales au CNRS. Elle y aborde aussi bien le rôle de l’InSHS (institut des sciences humaines et sociales) créée en 2010, que l’alliance Athéna regroupant des universités et établissement en SHS, ou encore les contentieux récents lors du recrutement de chercheur·es au CNRS.

La ministre Frédérique Vidal a répondu à ce référé le 22 avril 2021 (lettre disponible ici), en mentionnant notamment la récente décision de la direction du CNRS de ne plus afficher publiquement les classements d’admissibilité de recrutement des chercheur·es, provoquant le désarroi et la colère de la communauté, et aboutissant finalement à ce que les sections CNRS affichent elles-mêmes ces classements. Sans surprise, la ministre soutient la décision de la direction du CNRS, y voyant un moyen d’éviter les contentieux, et précise même qu’une modification du décret portant sur les statuts des fonctionnaires des EPST sera apportée dans ce sens.

C’est donc une atteinte à la transparence du recrutement d’agents de la fonction publique qui est ici entérinée par la ministre.

 

Université de Genève: « Réfugié·es aux études »

Horizon académique est un programme de l’Université de Genève pour permettre aux exilé·es d’intégrer un cursus universitaire. Reportage de la télévision suisse diffusé le 18 octobre 2020, à voir en cliquant ici.

« Réfugiés aux études« , un reportage de la Radio télévision suisse (RTS), diffusé le 18.10.2020.

« Ici le HCERES. Importante voie d’eau DEE. Coulons ! » Le TITANIC de l’ESR envoie un message de détresse

Ce devait être une croisière triomphale. Le HCERES, navire amiral de l’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche, avait récemment appareillé et commençait un long périple de quatre ans à travers les mers et océans de l’ESR…

Le naufrage du Titanic, dessin de Willy Stöwer (source : Wikipédia)

Malgré quelques déboires à quai concernant le recrutement grossier de son pacha et des seconds mariniers1, tout était rentré dans l’ordre. L’équipage était enfin au complet – uniformes neufs, galons d’or de la macronie étincelants sous le soleil de printemps – et chacun à son poste commençait à dompter ce bâtiment rutilant, entièrement rénové l’hiver dernier dans les chantiers navals de la LPR. Depuis sa grande passerelle vitrée du 5e niveau faisant office de poste de commandement, le pacha, alias Evaluator One, avait actionné son transmetteur d’ordre à la salle des machines, poussant la manette sur « En Marche! toute », paré à affronter la vague B. Il savait qu’il pouvait compter sur un équipage dévoué, prêt à renvoyer l’ascenseur quelles que soient les circonstances. Prudent, il maintenait en permanence un matelot en observation à la proue ou à la mature du navire : chef de cabinet et secrétaire général se relayaient pour scruter l’horizon, vérifiant sans relâche le compas, cap au 20-22 et ses promesses de mer turquoise pour la suite.

L’équipage du TITANIC réuni autour du pacha, le capitaine Edward John Smith

Et puis, ce fut l’accident. Prématuré. Quasiment dans les eaux à la sortie du port. Une grossière erreur de navigation précipita le HCERES contre un iceberg le jeudi 15 avril 2021. Une voie d’eau se déclara dans un compartiment situé situé sous la ligne de flottaison : au niveau du DEE, le Département d’évaluation des établissements, le premier des départements dans le bel organigramme du HCERES où Thierry Coulhon, qui n’a toujours pas compris le principe de collégialité, s’est placé tout en haut.

Coïncidence extraordinaire ou ironie de l’histoire qui inspire cette brève métaphore maritime, le TITANIC sombra exactement le 15 avril 1912 au large de Terre-Neuve lors de sa traversée inaugurale entre Southampton et New York. 109 ans, jour pour jour entre les deux icebergs. Étonnant, non, comme aurait dit Monsieur Cyclopède. Le lecteur attentif se demandera quel message aurait pu envoyer le HCERES en cette funeste journée, sur ondes courtes 600 mètres avec code d’urgence CQD comme l’exigeait la procédure à l’époque. Academia l’a capté pour vous en exclusivité et l’a déchiffré :

·· −·−· ·· ·−·· · ···· −·−· · ·−· · ··· ·· −− ·−−· −−− ·−· − ·− −· − · ···− −−− ·· · · ·− ··− −·· · · −·−· −−− ··− ·−·· −−− −· ···
« Ici le HCERES. Importante voie d’eau DEE. Coulons.« 

Les emails ont depuis remplacé les câbles TSF en morse et le message laconique d’Evaluator One envoyé à l’équipage vendredi 16 avril en début d’après-midi, et qu’Academia s’est procuré, est plus explicite :

Le Directeur du département d’évaluation des établissements « m’a fait part hier lors de notre point hebdomadaire de sa volonté de quitter les fonctions qu’il occupe et vous a fait part ce matin de cette décision, que je regrette tout en la respectant. Tout d’abord, je tiens à le remercier devant vous pour son engagement dans le projet de transformation du DEE tel que nous l’avions défini ensemble. Un directeur par intérim sera nommé prochainement pour continuer ce travail. […]. Le Président du HCERES »

C’est curieux, chez les marins, ce besoin de faire des phrases ! Fin de la métaphore. Au-delà de l’irrésistible boutade d’Audiard, le constat est sans appel : ce message de Thierry Coulhon porte, en filigrane, un terrible aveu d’échec, moins de cinquante jours après la mise en place du nouvel organigramme de la maison, du communiqué de presse et tutti quanti.

Beaucoup se sont interrogés, début mars, sur le sens de la séparation entre évaluation des établissements d’une part, et évaluation des organismes de recherche d’autre part. Quelle justification à part créer deux postes de directeurs, formule allégée, là où une seule personne faisait auparavant l’ensemble du travail et avait une vision globale des établissements ? Diviser pour mieux régner semble une explication plus plausible. A tout le moins, ce premier couac rappelle étrangement les bricolages hasardeux de celui qui a maintenant en charge l’évaluation des organismes (DEO), lorsqu’en 2006, alors DG du CNRS, il avait joué les apprentis-sorciers et proposé un redécoupage délirant des départements scientifiques. Un techno-bureaucrate, vous lui confiez un organigramme et une paire de ciseaux et il fait des dégâts ! L’ex-DGRI, alias Larrouturou, et Evaluator One, alias Coulhon, se sont bien (re)trouvés, parions qu’ils n’ont pas fini de faire des étincelles…

Continuer la lecture

  1. Nous renvoyons au recrutement de Larrouturou ou au renouvellement de Glaudes []

Webinar, 20.04.2021: « Interlinked Struggles: University Protests in Athens, Budapest and Munich »

Nouveau séminaire en ligne organisé par « Interlinked Stuggles » (20.04.2021):

In our last discussion in this event series, we brought together positions from the current university struggle against the new universities law in Austria (with participants from AK non-EU Students / bildung brennt) as well as participants from the university struggle from ca. ten years ago in Austria. In an attempt to share experiences, we highlighted some of the similarities and differences as well as the successes and failures of each movement in order to learn from each other and strengthen current actions. One recurring subject was how communication with people involved in similar struggles in other localities was a key element for strengthening struggles in the older protest wave. This translocal exchange was tremendously important for, on the one hand, seeing how similar neoliberalizing reforms had been implemented in more advanced stages in other localities, and, on the other hand, for learning from the successes and failures of other struggles in order to apply those practices locally.

Therefore, in this next event, we want to focus on exactly this practice in a discussion with activists from current university struggles in Athens, Budapest and Munich.

Fond de carte: OpenStreetMap

Around a decade ago, one key similarity in university transformations was the role of the global financial crisis and the austerity measures imposed in formerly public sectors as a reaction of the failing welfare state. A decade later we see the reverberations of these processes in parallel to other political shifts. Therefore, the commonalities and singularities of these different struggles will be a central focus of this discussion, where we will also attempt to build a toolbox for continuing struggles. We will thus approach, among others, the questions of how to organize political actions during a pandemic, which forms of differential treatment/discrimination exist in the local contexts, and how we can most effectively communicate our experiences throughout translocal networks for future actions.

Interlinked Struggles: University Protests in Athens, Budapest and Munich
April 20th, 2021, 7 pm
English

ZOOM link:
Topic: University Protests in Athens, Budapest and Munich
Time: April 20, 2021 7 pm, Vienna

Join Zoom Meeting
https://us02web.zoom.us/j/85088942489?pwd=SmU2aE1SZXBtOHYxZnlrUTJpVnRFUT09

Meeting ID: 850 8894 2489
Passcode: iEf4zx

Participants:
Aliki Angelidou, Panteion University of Social and Political Sciences, Athens
Judit Gárdos, Hungarian Academy Staff Forum (board member)
Eduard Meusel, Spokesperson of the Initiative Geistes- und Sozialwissenschaften and the GEW Bayern
Moderation: Lina Dokuzovic (eipcp / transversal texts)

A cooperation between eipcp (https://transversal.at) and ÖH Akbild (https://www.oehakbild.info)

https://transversal.at/blog/Interlinked-Struggles

 

La lutte contre la précarité au concret : la contractualisation des doctorant·e·s à Nanterre

L’impossible contractualisation des doctorant·e·s n’est plus si impossible que ça. Un premier pas, crucial, vient d’être franchi : à Nanterre, à la rentrée 2021, les doctorant·e·s sans financement entrant dans la troisième année de leur thèse, et ayant déjà réalisé des vacations dans l’établissement, pourront de droit demander leur contractualisation. Celle-ci prendra la forme d’un contrat à temps partiel, assorti d’un service de 64 hTD, pour une rémunération mensuelle de 785€ brut.

Communiqué sur la contractualisation à Nanterre

Depuis la Suisse: Communiqué de solidarité aux collègues de l’ESR en France

Contre la stigmatisation des sciences humaines et sociales, pour l’indépendance de la recherche !

Face aux attaques du gouvernement français et de la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal dirigées contre la communauté universitaire et en particulier les sciences humaines et sociales, nous, chercheur·e·s des universités suisses, tenons à affirmer notre soutien aux collègues de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) en France.

Nous condamnons fermement la stigmatisation des recherches en sciences humaines et sociales sur les rapports sociaux de race, l’intersectionnalité ou le postcolonialisme. Les attaques récurrentes du gouvernement français qui s’intensifient depuis octobre 2020 et la volonté exprimée récemment par Frédérique Vidal de mener une enquête sur « l’islamo-gauchisme qui gangrène l’université » remettent non seulement profondément en cause la liberté académique, mais semblent également s’inscrire dans un recul net de la démocratie et des libertés individuelles en France.

Ces remises en cause de l’autonomie de la recherche, qui présentent des similarités glaçantes avec la rhétorique illibérale et les mesures d’intimidation des gouvernements hongrois, turc et indien contre les universitaires de leurs pays, stigmatisent de plus un secteur déjà visé par les politiques néolibérales de privatisation. Elles interviennent en effet dans un contexte de précarisation croissante de l’ESR français avec la loi de programmation de la recherche, couplé à une mauvaise gestion de la crise sanitaire dont pâtissent en premier lieu les étudiant-es, doctorant-es, chercheur-es précarisé-es et l’ensemble du corps enseignant.

Enfin, elles s’inscrivent dans un contexte alarmant de remise en cause des libertés individuelles, marqué par une islamophobie croissante et un racisme anti-Musulmans si décomplexé qu’il peut désormais être déployé sur le mode de l’évidence comme une arme de délégitimation. Nous sommes préoccupé·e·s par la dérive autoritaire du gouvernement et de la classe politique française qui s’attaquent désormais au secteur de la recherche et semblent vouloir instrumentaliser la production scientifique à des fins politiques et idéologiques. Comme celles d’autres disciplines connexes, les recherches académiques en sciences sociales visent à documenter les logiques sociales de discrimination et d’exclusion, non à y participer.

Pour ces raisons, nous, chercheur·e·s des université suisses, soutenons les organisations et institutions universitaires françaises (CNRS, ANCMSP, ASES, et d’autres) qui demandent que soit préservées l’indépendance de la recherche et la liberté académique en France.

*** Signataires ***

Agnès Aubry, Université de Lausanne
Alain Kaufmann, Université de Lausanne
Alain Simon, Association Pouvoir d’agir
Alix Heiniger,Université de Lausanne
Anastasia Koukouna, Université de Lausanne
André Berchtold, Université de Lausanne
Anne-Christine Trémon, Université de Lausanne
Anne-Laure Bertrand, Université de Neuchâtel
Annelise Erismann, Université de Lausanne
Anouk Jasmine Albien, UNIL
Baptiste Dufournet, Université de Lausanne
Barbara Duc, IFFP
Bennani-Chraïbi Mounia, Institut d’études politiques, Université de Lausanne
Bernard Debarbieux, Université de Genève
Bernard Voutat, Université de Lausanne
BOCCO Riccardo, The Graduate Institute, Genève, Suisse
Boris Beaude, UNIL
Bruno Corthésy, chercheur indépendant
Camille Bajeux, Université de Genève
Camille Jaccard, Unil
Carole Christe, Université de Lausanne
Cécile Péchu, Institut d’Etudes Politiques, Université de Lausanne
César Jaquier, Université de Neuchâtel
Charlène Calderaro, Université de Lausanne
Charles-Antoine Courcoux, Université de Lausanne
Christian Staerklé, Université de Lausanne
Christin Achermann, Université de Neuchâtel
Claske Dijkema, Université de Bâle
Claudio Bolzman, HES-SO
Collet Isabelle, UNIGE
Cynthia Kraus , Université de Lausanne, Suisse
Damian Rosset, Université de Neuchâtel
Dana Landau, Universität Basel
David COMTE, Université de Lausanne
Déborah Da Silva, Université de Lausanne
Dr Jeremy Moulard, UNIL
Ehemann, Université de Lausanne (UNIL)
Eléonore Lépinard, Université de Lausanne
Elisabeth Militz, Universität Bern
Ellen Hertz, Université de Neuchâtel, Suisse
Elsa Raynal, Université de Lausanne
Emilie Martini, Université de Lausanne
Emmanuel Charmillot, Université de Neuchâtel
Eva NADA, Université de Genève
Farinaz Fassa, Université de Lausanne
Fautras Mathilde, Université de Fribourg
Felix Bühlmann, Université de Lausanne
Fiona Friedli, Université de Lausanne
Florence Carpentier, Université de Lausanne
Florence Carpentier, Université de Lausanne
François Allisson, Université de Lausanne
François Schoenberger, Université de Lausanne
Françoise Grange Omokaro, IHEID Genève
Françoise Messant-Laurent, Université de Lausanne
Frédérique Leresche, Université de Genève
Garance Clément, Laboratoire de Sociologie Urbaine – EPFL
Gardey Delphine, Université de Genève
Gil Viry, University of Edinburgh, UK
Giraut, Université de Genève
Gottraux Philippe, UNIL-IEP Institut d’études politiques
Graziella Moraes Silva, IHEID
Hagen Steinhauer, Universität Bremen
Ibrahim Soysüren, Université de Neuchâtel
Ilana Eloit, Université de Lausanne, Centre en Études Genre
Irene Maffi, Université de Lausanne
Iris Stricker, Université de Berne
Jackie Vorpe, IFFP
Janick Marina Schaufelbuehl, Université de Lausanne
Janine Dahinden, Université de Neuchâtel
Jérémie Forney, Université de Neuchâtel
Joanna Menet, Université de Neuchâtel
Jobin Raphaël, Université de Lausanne
Johanna Yakoubian, UNIL et UNIGE
Jonas Masdonati, Université de Lausanne
Jonathan Klemp, Université de Lausanne
Karel Héritier, Université de Lausanne
Karin Schwiter, Universität Zürich
Karine Duplan, Université de Genève
Kate Schipper, Université de Lausanne
Kerstin Duemmler , IFFP
Koorosh Massoudi, Université de Lausanne
Kornelia Imesch Oechsin, Université de Lausanne
Kristine Balslev, Université de Genève
Kwaku Adomako, Université de Lausanne
Kwaku Adomako, Université de Lausanne
Laura Nkula-Wenz, Universitaet Basel
Laura Perler, Universität Bern, Universität St.Gallen
Laure Kaeser, Université de Lausanne
Laurence Bachmann, Haute école de travail social, Genève (HES SO)
Lucile Franz, Université de Lausanne
Lucile Maertens, Université de Lausanne
Lucile Quéré, Université de Lausanne
Lysiane Adamini, Université de Lausanne
Maëlys Tirehote-Corbin, Université de Lausanne
Magali Feller, Institut Fédéral des hautes études en formation professonnelle
Marc Perrenoud, Université de Lausanne
Marianne Modak, HES-SO
Marine Kneubühler, Université de Lausanne
Maroua Sbyea, UNIL – CEG
Martina Avanza, Université de Lausanne
Martine Schaer, Université de Neuchâtel, Suisse
Marylène Lieber, Université de Genève
Meier Daniel, Université de Genève
Michael Strebel, Université de Lausanne
Milana Aronov, Université de Lausanne, University of Warwick
Miriam Odoni, Université de Neuchâtel
Muriel Bruttin, Université de Lausanne
Nadia Lamamra, Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle – IFFP
Nelly Valsangiacomo, Université de Lausanne
Nicholas Pohl, Université de Lausanne
Nicolas Bancel, Université de Lausanne
Nils Kapferer, Université de Bâle
Nora Komposch, Institute of Geography, University of Bern
Olivier Ejderyan, ETH Zurich
olivier fillieule, Institut d’Etudes Politiques de Lausanne
Olivier Voirol, Université de Lausanne
Oriane Sarrasin, Université de Lausanne
oscar mazzoleni, université de Lausanne
Pascal Roman, Université de Lausanne
Patricia Roux, Revue Nouvelles Questions Féministes
Philip Balsiger , Université de Neuchâtel
Pierre Eichenberger, UNIL
Prof. Grégoire Mallard, Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement (IHEID), Genève
Prof. Laure KLOETZER, Université de Neuchâtel
Prof. Véronique Mottier, Université de Lausanne
Quentin Tonnerre, Université de Lausanne
Rafaël Lazega, Université de Lausanne, Centre Walras Pareto
Rahel Kunz, Université de Lausanne
René Levy, Université de Lausanne
Rey Séverine, Haute école de santé Vaud HES-SO
Robert Avery, University of Lausanne
Robin Stünzi, Université de Neuchâtel
Roca escoda marta, Université de Lausanne
Romaine Girod, Université de Lausanne
Sabot Cléolia, UNIL – Université de Lausanne
Sandrine Billeau, Université de Genève
Sébastien Chauvin, Université de Lausanne
Silvia Wojczewski, Université de Lausanne
Stefan Manser-Egli, Université de Neuchâtel
Stefan Schlegel, Université de Berne
Stefanie Boulila, Hochschule Luzern
Stéfanie Prezioso, Université de Lausanne
Stephane Rothen, Université de Genève
Stéphanie Ginalski, Institut d’Etudes politiques, Université de Lausanne
Sunčana Laketa, Université de Neuchâtel
Tamara Constantin, Université de Lausanne
Thomas Bouchet, Université de Lausanne
Verschuuren, Université de Lausanne
Vonnard Philippe, Université de Lausanne
Yves von Roten, Université de Lausanne

Pour lire le communiqué en allemand, cliquez ici.

Programme B: « Qu’avons-nous fait de la recherche ? »

« C’est une crise qui accable l’univers de la recherche depuis des années, bien avant que le Covid vienne y ajouter son grain de sel. Le constat est assez accablant, au manque de moyens s’ajoutent le manque de postes, de reconnaissance, de débouchés

Malgré l’envie, malgré le dévouement des chercheur·euse·s, leurs parcours se jonchent d’obstacles de plus en plus durs à franchir. Certain·e·s s’accrochent, certain·e·s abandonnent, d’autres partent en quête de solutions alternatives. Toutes et tous ont à l’esprit une même interrogation : qu’avons-nous fait de la recherche ? »

Une série de Norah Benarrosh-Orsoni, réalisée par Alexandre Ferreira, proposée en podcast par Binge Audio.

Pour écouter les 4 épisodes (Faire le métier, Persister, Déserter, Tout changer), cliquez ici.

Programme B est un podcast de Binge Audio présenté par Thomas Rozec. Ces épisodes ont été produits en mars 2021. Réalisation : Alexandre Ferreira. Production et édition : Lorraine Besse. Générique : François Clos et Thibault Lefranc. Identité sonore Binge Audio : Jean-Benoît Dunckel (musique) et Bonnie El Bokeili (voix). Identité graphique : Sébastien Brothier et Thomas Steffen (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.

Réguler le recours au travail précaire dans l’ESR.

— Le cas des fonctions d’enseignement et de recherche —

Les vacations et le travail gratuit dans l’enseignement supérieur et la recherche conduisent à masquer le manque structurel d’emplois titulaires d’enseignantes-chercheurs/ses. Il est nécessaire de revenir à des pratiques plus vertueuses en matière d’emploi.

La vacation : uniquement pour des besoins ponctuels.

Abolir la précarité dans l’Enseignement supérieur et la recherche ? On peut peut-être le souhaiter. Mais on nous objectera que cela est impossible car le recours à des personnels précaires « permet aux établissements d’ajuster de manière optimale leur besoin en personnel, qui ne peut être satisfait par le seul recours aux enseignants-chercheurs titulaires et aux enseignants non-permanents ». (Questions Assemblée nationale – Réponse publiée au JO le : 01/12/2020 –
https://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-32536QE.htm )
Le problème ne vient pas d’un recours aux vacataires mais d’un recours systématique à ces dernier.e.s, sur des tâches d’enseignement – le cas de l’intervention de professionnels extérieurs dont l’enseignement n’est pas le métier est différent. On constate alors que la vacation dans l’enseignement supérieur tend à remplacer l’emploi pérenne. Or, cet usage est expressément contraire aux textes qui régulent le travail dans les universités : les vacations dans l’enseignement supérieur « correspondent à un besoin ponctuel de l’établissement pour faire face à la charge d’enseignement » (Questions Assemblée nationale – Réponse publiée au JO le : 01/12/2020 –
https://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-32536QE.htm )
À la place d’un emploi ponctuel, nous assistons au développement de l’emploi vacataire et au gel des recrutements des enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheuses statutaires, de manière concomitante. Y a-t-il un lien délibéré entre les deux ?
Les textes précisent que « les conditions d’emploi et de rémunération des chargés d’enseignement vacataires (CEV) et des agents temporaires vacataires (ATV) feront l’objet d’un examen avec les organisations syndicales, les représentants des employeurs et les associations représentant les jeunes chercheurs et les candidats aux métiers de l’enseignement supérieur ». (Questions Assemblée nationale – Réponse publiée au JO le : 01/12/2020 – https://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-32536QE.htm )
Ces discussions doivent impérativement réguler le recours à l’emploi vacataire en ne le déviant pas de son sens originel: l’emploi vacataire doit être limité à des besoins ponctuels.

Une nécessaire régulation du travail gratuit

En l’absence de volonté gouvernementale, les personnels ne sont pas entièrement démunis. Ils peuvent aider à stopper le recours au travail gratuit. Ils le peuvent notamment, en suivant ce Vade mecum de bonnes pratiques contre le travail gratuit non rémunéré des chercheurs sans postes :
  • ne pas inviter une personne sans poste à un colloque ou un séminaire sans s’assurer de lui garantir l’argent pour l’inscription, le transport et l’hébergement ( et donc ne pas lui annoncer après l’avoir invitée qu’en fait c’est elle qui doit tout payer de sa poche)
  • ou quand on organise un colloque, faire en sorte que les précaires et/ou étudiant·e·s, ou les personnes sans postes de chercheurs/ses, qui participent à l’organisation du colloque soient rémunéré·e·s (car dans les lignes des budgets pour les colloques, la main d’œuvre n’est, de manière générale, pas incluse)
  • ou encore, lorsqu’on sollicite un précaire ou une personne sans poste de chercheur/se pour l’édition d’un dossier de revue ou d’un livre collectif ou toute autre tâche de ce genre (animation d’un site internet par exemple), veiller à ce que cela soit payé
  • et de manière générale, lorsqu’on sollicite un-e précaire ou personne sans poste de chercheur/se pour des tâches de recherche, qu’une rémunération soit sollicitée auprès des laboratoires bénéficiant de ce travail. »

Mais le plus important reste de remettre la réglementation au coeur des pratiques : qu’elle vienne mettre un terme aux pratiques actuelles.

 

Continuer la lecture

Bruno Latour: C’est sur la biochimie de Madame Vidal qu’il faudrait enquêter

Bruno Latour sur Hors-série, 03.04.2021:

« Il y a une discipline sur laquelle j’aimerais bien qu’on ait une enquête de l’université et du CNRS, c’est la biochimie de Madame Vidal. C’est l’une des disciplines les plus corrompues par l’accès des entreprises à la science.

Neuraminidase Ribbon Diagram. Source: wikipedia

Donc, d’accord, on fait une enquête sur les ‘corruptions’ éventuelles du post-colonialisme à l’université, mais on le fait aussi sur la biochimie. Et puis peut-être aussi sur l’économie. Et puis, au fond peut-être aussi sur d’autres disciplines.

Si on commence à attaquer la question de la corruption de la politique de recherche, c’est une bonne question, mais il faut la faire sur toute la gamme des disciplines. »

L’érosion du nombre de postes aux concours d’enseignant·e–chercheur·e se poursuit

Tweet original de Manuel Tunon de Lara.

Il y a des jours où il aurait mieux valu tourner sept fois sa langue dans sa bouche. Le 24 mars 2021 était un de ces jours pour le président de l’université de Bordeaux, Manuel Tunon de Lara. Ce dernier s’est félicité de sa rencontre avec Richard Ferrand et en a profité pour mettre en avant l’ambition d’une Université française constructive.

C’était sans compter sur une information parue plus tôt dans la matinée : le nombre de postes maximal qui pourront être ouverts aux concours MCF et PR pour l’année 2021. Et les nouvelles ne sont pas bonnes pour l’Université. On apprend ainsi dans le Journal Officiel qu’un maximum de 1 189 postes de MCF pourront être ouverts, alors que les PR devront se contenter de 746 postes. Allons plus loin dans l’analyse en quantifiant la dynamique du nombre de postes proposés aux concours.

Evolution du nombre maximal de postes proposés aux concours MCF (courbe orange) et PR (courbe bleue) entre 2010 et 2021. Source : Journal Officiel, legifrance.gouv.fr

Le constat est sans appel. Entre 2012 et 2021, le nombre de postes maximal de MCF est passé de 2099 à 1189, soit une diminution de 910 postes représentant une baisse de 43 %. Un peu moins de la moitié des nouveaux postes ont donc été supprimés en à peine 10 ans. Pour les PR, ce sont 710 postes proposés en moins, soit une baisse de 49 %.

Pour remettre ces chiffres dans le contexte plus général de l’état de l’Université, rappelons que le nombre d’étudiant·es ne fait qu’augmenter sur la même période alors que le nombre d’enseignant·es ne fait lui que diminuer. Alors même que de nombreux·ses jeunes (et moins jeunes) docteur·es souhaitent ardemment devenir enseignant·e–chercheur·es, et donc que le vivier de candidat·es n’est pas le problème, nos dirigeant·es continuent de couper les vannes d’accès au statut d’EC. Pourtant, la Loi de programmation de la recherche, appliquée depuis le 24 décembre 2020, était censée donner des moyens conséquents à l’Université et à la recherche. Il faut croire que ce ne sera pas pour cette année.

Graphique à retrouver dans un tweet de Julien Gossa.

Continuer la lecture