Motion Laboratoire de Météorologie Dynamique

Nous, personnels du Laboratoire de Météorologie Dynamique (LMD), nous opposons vigoureusement à la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR) dans sa version actuelle.

La prise de position du LMD est dans la continuité du mouvement massif d’opposition initié l’hiver dernier dans de nombreux laboratoires, universités et sociétés savantes, brutalement interrompu par la période de confinement. Le gouvernement, malgré sa promesse d’interrompre les réformes pendant cette période, a poursuivi l’élaboration de la LPPR et la présentera en conseil des ministres le 8 juillet, mettant la communauté devant le fait accompli. Ce passage en force témoignede l’empressement du gouvernement à faire passer cette loi très impopulaire dans les rangs des personnels de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR). Cette loi a été faite sans aucune concertation avec les personnels et étudiants, d’une part, et a été désavouée lors de sa présentation au comité technique de l’ESR (CT-MESR) ainsi qu’au Conseil Economique Social et Environnemental (CESE)

La LPPR entérine un peu plus la dérégulation de l’ESR, déjà bien engagée depuis la loi Liberté et Responsabilités des Universités (LRU), en 2009, jusqu’à la loi Orientation Réussite des Etudiants (ORE), adoptée en 2018. Hormis la revalorisation de près de 300 € de la bourse doctorale, à laquelle nous souscrivons pleinement, nous rejetons ce projet qui s’inscrit dans la droite ligne de la politique de libéralisation et de concurrence qui s’est largement répandue dans les services publicspendant cette dernière décennie.

Côté recherche, elle introduit le « Contrat à Durée Indéterminée de Mission », véritable travestissement du CDI en un sous-CDD, dans la mesure où sa durée est inconnue au moment desa signature, qu’elle ne peut excéder la durée du projet qui finance ce contrat, et que ce contrat permet des « conditions de rupture particulièrement souples » (extrait de l’avis du CESE, Page 19, Alinéa 4). Côté enseignement, elle introduit à bas bruit la logique du « Tenure Track » à l’anglo-saxonne, qui retardera encore davantage l’âge de la titularisation des Enseignants-Chercheurs, directement au grade de Professeur. Cet allongement de la période de précarité et ce mode de recrutement signe la disparition programmée des Chargés de Recherche CNRS et des Maître de Conférence des Universités. Qui plus est, le nombre d’emplois envisagés à l’horizon de 10 ans (15000 emplois contractuels pour 5200 emplois permanents) démontre une volonté d’accroître la précarité dans l’ESR, dont déjà 35 % des personnels sont précaires aujourd’hui. Cette loi compromet encore davantage l’avenir de milliers de jeunes technicien(ne)s, administratif(ve)s, ingénieur(e)s, chercheurs et enseignants-chercheurs, dont la titularisation représente la seule politique à même de garantir une recherche attractive et de qualité sur le long terme, de l’avis partagé des personnels et du CESE.

En terme de moyens, la LPPR est largement en-deça des attentes de la communauté, qui souffre d’un manque chronique de personnels et d’une pénurie de financements pérennes. Les 10% annoncés de hausse des crédits de base sont loin de couvrir le retard accumulé en terme de moyens matériels et de recrutements. Très loin aussi de compenser la stagnation du point d’indice subie par les fonctionnaires de l’ESR depuis près d’une quinzaine d’années. La LPPR accroît le pouvoir de l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR), une agence gouvernementale dont le « Pilotage de la Recherche » a déjà largement été critiqué par la communauté, notamment pour son manque de transparence et la menace qu’elle fait peser sur la fertilité à long terme de la recherchepublique, par l’octroi préférentiel de crédits sur projets en lieu et place de crédits récurrents. Cette recherche sur projet, si elle est un complément nécessaire à la recherche au long cours, ne peut exister sans elle, et ne doit donc pas s’y substituer.

Enfin d’un point de vue plus thématique, en tant que membres d’un laboratoire à la pointe de la recherche sur le changement climatique, nous reprochons l’absence d’ambition environnementale dans le cadre de cette loi et plaidons pour une conduite de la recherche plus consciente de son propre impact environnemental

https://www.flickr.com/photos/30478819@N08/47637406041/in/photolist-2fzya9V-phegK3-2hiiPrZ-BEqNhZ-AH136Z-Mesrho-qLMgF8-My3MPR-BC7mb9-2bXu6K9-9HZ4bu-U7NaKE-AGTZy7-2hcLos5-fh6zz5-fh6wuL-BC7GGj-fh6KoL-fh6wVJ-fh6Hgb-fh6GKY-fgReFv-fgRdCT-fh6snA-fh6y9q-AH19MV-fh6xr9-fh6uZ1-fh6rTU-fgRnbX-fgRche-fh6w2C-fgRrf2-fgRe9D-fh6JQ1-fgRnJ6-fh6ABW-fh6vBb-fgRqac-fgRqDv-fh6Lu9-fh6Gk1-fh6DJ1-phegN9-fgRtE2-fh6z3G-fgRfbx-B6UyrZ-UoJUb6-MCq9Bb

Climate change concept, by Marco Verch, 2019

.Le LMD est un Laboratoire créé il y a plus de 50 ans dont le rayonnement international n’est plus àprouver. Il a fondé sa réputation sur le travail de longue haleine des nombreux personnels et étudiants (doctorant(e)s et stagiaires) qui s’y sont succédé. La recherche qui y est menée, quoique majoritairement « fondamentale », n’en reste pas moins connectée à la société par l’implication forte du laboratoire dans la diffusion des savoirs dans et hors les murs de l’Université.

Par cette motion, le LMD exprime donc collectivement son désaccord vis-à-vis de la LPPR, perçue comme une entrave à sa mission de service public, et affiche publiquement sa solidarité vis-à-vis des autres laboratoires de recherche déjà engagés dans la lutte contre la LPPR.

58 signataires sur les 189 personnels du LMD :

Continuer la lecture

L’HCERES dans le nouveau dispositif LPPR : in annexo venenum

L’ouverture de la nouvelle campagne de candidatures pour l’HCERES, dont nous avions déjà parlé, invite à s’intéresser au devenir du Haut Conseil dans un dispositif LPPR. Ce rapport annexe a un statut assez étrange. Présenté comme un exposé des motifs, il est néanmoins adopté à l’article 1 de la loi, sans vraiment de discussion possible.

Le rapport annexe présente pourtant bien autre chose dans la cinquantaine de pages qui le constitue : d’assez stupides remarques sur de grandes questions de science à résoudre, pourtant dépassés pour certaines d’entre elles, des assertions à l’emporte-pièce — il faut ainsi « se déprendre de l’illusion selon laquelle la valorisation de l’actif immatériel de la recherche pourrait constituer une source significative de revenus pour les établissements publics » — des voeux à peine pieux — « Penser les inégalités et les différences pour refaire société ». Le rapport indique s’intéresser aux rémunérations — par des changements de statuts essentiellement (tenure track, etc.), 92M étant annoncés en l’air — des opérations « un chercheur par classe »  ou « Mes recherches en 4 »… Entre prétentions épistémologiques, poudre aux yeux, et infantilisation des chercheurs et chercheuses, il n’y a rien à tirer de ce rapport. Si ce n’était quelques détails où se cache le diable, comme par exemple ce qui est discuté pour l’HCERES.

4.c.i.Un HCERES aux orientations renouvelées pour une évaluation efficiente et adaptée

L’évaluation fait partie intégrante de la vie scientifique et il n’est quasiment aucune des dimensions de l’activité des enseignants-chercheurs et des chercheurs, ni des établissements, qui ne fasse l’objet d’une ou plusieurs évaluations. Le système français d’enseignement supérieur et de recherche ne souffre donc pas d’un manque d’évaluation, mais d’une forme de décrédibilisation des évaluations liée tout à la fois à la multiplication des procédures d’évaluation et à la faiblesse de leurs suites concrètes. Il convient donc, comme l’a souhaité le Président de la République, de donner tout leur sens aux procédures d’évaluation, en allégeant au passage la charge qu’elle représente pour la communauté scientifique.

Pour ce faire, le MESRI proposera au HCERES, après concertation avec les acteurs concernés et dans le respect de l’indépendance du Haut conseil, de travailler conjointement à l’atteinte de trois objectifs :

  • simplifier les procédures, notamment pour que les documents et dossiers à produire dans le cadre des différents processus d’évaluation soient, dans toute la mesure du possible, identiques ou du moins cohérents entre eux. Il conviendra de même de veiller à articuler au mieux le rôle des différentes instances (HCERES, organes d’évaluation des organismes, CNU, etc.).
  • renforcer la crédibilité et la cohérence des évaluations, notamment en ce qui concerne les laboratoires de recherche, en se concentrant sur la science, ses résultats et son impact sur la production de connaissances et la société. Une réflexion sur l’harmonisation du degré de détail de l’évaluation selon la taille des unités évaluées est nécessaire, avec pour objectif de rendre l’évaluation plus globale et plus stratégique, en demandant aux comités d’avoir davantage un regard transversal. Ceci aurait pour effet de réduire le nombre total de comités, en permettant de les constituer de manière plus homogène et de rendre les évaluations plus comparables entre elles.
  • conforter l’utilité de l’évaluation. Si elle est reconnue comme ayant un effet constructif pour les équipes évaluées, l’évaluation est actuellement peu suivie d’effets directs parce qu’elle est assez hétérogène et que les établissements ont des difficultés à s’en saisir pour définir une politique scientifique. L’objectif précédent de rendre l’évaluation plus stratégique et plus homogène permettra aux acteurs (équipes, laboratoires, établissements) de dégager des axes stratégiques et d’affecter spécifiquement des moyens pour les soutenir. Dans le cadre du dialogue contractuel, ceci permettra également aux ministères de tutelle d’apprécier la manière dont les établissements s’en emparent pour développer une stratégie scientifique propre.  (LPPR RAPPORT ANNEXE, p. 44 Nous soulignons)

Nous savons que l’HCERES fait l’objet de toutes les attentions du Conseiller présidentiel à l’Enseignement supérieur et à la recherche. Avant même le départ de son menter, Michel Cosnard, Thierry Coulhon a prononcé un discours mémorable où il fixe des objectifs clairs à l’HCERES. Le Haut Conseil doit parachever sa mission en tirant les conséquences des évaluations qu’il — ou plutôt ses expert·es — fournit. Pour que ces évaluations soient efficientes, il faut « simplifier les procédures (…) et articuler au mieux le rôle des différentes instances (HCERES, organes d’évaluation des organismes, CNU, etc.) ». Il faut les réduire toutes les autres évaluations existantes — s’approprier leur travail, les supprimer? — soit essentiellement celles réalisées par deux instances élues que sont le coNRS et le CNU.

Une fois réduit le nombre d’instances d’évaluation ou du moins en les privant d’autonomie, il convient d’organiser cette évaluation qui doit se concentrer « sur la science, ses résultats et son impact sur la production de connaissances et la société ». Faut-il comprendre que les évaluations avaient d’autres objectifs ? Oui. L’enseignement supérieur, la transmission de la recherche et des savoirs, la formation des enseignant·es et des chercheur·es, la conservation du patrimoine, l’édition scientiifque. L’HCERES devient ainsi l’HCER.

Qui plus est, le rapport annexe prévoit le principe d’une métrique entendue de façon assez faible, afin de « rendre les évaluations plus comparables entre elles ». À quoi sert de rendre comparables les évaluations entre elles ? De comparer les productions d’un laboratoire d’histoire médiévale et celle, par exemple, d’un laboratoire spécialisé en virologie ? Entre des mathématiques appliquées, dont est issu T. Coulhon, et des études de genre ?  Il ne s’agit pas de savoir si l’organisme remplit des objectifs adaptés à sa discipline et à sa configuration, mais bien de pouvoir comparer et de relativiser.

De là, les choses s’éclairent : en simplifiant les évaluations, c’est-à-dire en réduisant leur intérêt et leur portée, la finalité avérée consiste à étalonner le budget en fonction de ces évaluations, soit « d’affecter spécifiquement des moyens pour les soutenir». Voici en quoi consiste la stratégie scientifique précisée par l’HCERES : affecter de manière différentielle, suivant de critères simplifiés, qui ne prendront en compte ni le personnel, ni les étudiant·es, ni les besoins que celleux-ci préciseraient, mais bien ce qui serait décidé en comparant tous contre toutes et en classant leur performance.

Il sera ainsi « inutile de pousser le bouchon [plus] loin »  (T. Coulhon) : le darwinisme si attendu par ce gouvernement trouve enfin là son parachèvement.

https://www.flickr.com/photos/44719343@N03/36285257776/in/photolist-XhpqYG-2jiQbyx-2iZJgCL-2iW9uXc-2iXqo31-2jgNVsd-7PNiMF-2iRynta-2iWcg6G-KNiyGT-2jdyGo7-2iTYCZb-2iTv2gG-2iZNvWB-2iZJdsH-2iQ293g-2iEDHgH-KN8n2Q-2iNrBy7-2j1SipD-B2DbqL-2iQzkdP-C4qiFD-MBpcYa-rcZFpN-qXNWYJ-Athozn-2iVT5M2-2iScmpt-2er1pKH-26gKT3G-2iHhkrF-8nc4go-2iZLXow-PTxLHR-KNiWQk-2iBquqF-fcSecy-2iWtyR5-CzJHfk-7pBKQM-A7UR4o-Q8fPhA-2iZLWNy-LCfa84-7pBHxa-VsR3ud-6LRUnV-wRPj4t-wUKgMe

Climax, Darwin, caserne Niel, by Mysticat, 2017

Pour une autre LPPR ! Motion de la C3N, 24 juin 2020

La C3N, instance de coordination du Comité national de la recherche scientifique, constate que le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) rendu public le dimanche 7 juin ne répond pas aux attentes exprimées avec force par la communauté scientifique lors de la phase de « consultation » organisée par le MESRI au printemps 2019, attentes dont le Comité national avait été l’un des porte-paroles. Au contraire, ce projet de loi confirme pleinement les inquiétudes exprimées par le Comité national après les premières annonces du gouvernement, notamment dans la motion adoptée par la CPCN le 17 janvier dernier3 ainsi que dans la recommandation du Conseil scientifique du CNRS adoptée le 27 janvier.

De fait, le Comité national, qui partage l’ambition forte pour la recherche scientifique française exprimée par le président de la République, le Premier ministre et la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, diverge profondément sur les moyens à mettre prioritairement en oeuvre. La C3N réaffirme donc que, sous réserve d’un financement suffisant de la recherche publique, les propositions du Comité national répondent à l’ambition proclamée, au contraire de nombre des mesures proposées dans le projet de loi.

En particulier, la C3N dénonce vigoureusement :

Continuer la lecture

La LPPR et l’Université de Strasbourg. Pourquoi les élu·es démissionnent en masse des Conseils centraux

L’Université de Strasbourg, première déconcentrée en 1970 et première refusionnée en 2009, a toujours entretenu un rapport particulier avec les réformes nationales de l’ESR. Elle fait partie de la dizaine de Grandes universités de recherche françaises. Membre non seulement de la CPU, mais surtout de la LERU et de la CURIF, elle participe aux réseaux d’influence les plus puissants de l’ESR. Son premier président fut nommé avant même la fin de son mandat à la Direction générale de la recherche et de l’innovation et son Directeur général des services est également président de l’Association des DGS d’établissements d’enseignement supérieur.

À bien des égards, l’Université de Strasbourg est un laboratoire de réformes, et ses dirigeants sont « des producteurs de solutions et de normes reprises par d’autres acteurs du système d’enseignement supérieur français ». Elle est parmi les premières à mettre en application l’autonomie de gestion prévue par la loi LRU de 2007 en passant aux responsabilités et compétences élargies. Elle a obtenu les premiers IDEX confirmés, comme les premières dérogations pour s’endetter. Elle est régulièrement citée en exemple au niveau national, notamment pour sa fondation et sa SATT, ou encore le modèle économique de l’ISIS. Encore aujourd’hui, elle expérimente avant les autres le « dialogue stratégique » qui sera étendu à tous les établissements dans le cadre de la LPPR.

Concernant cette LPPR, plusieurs mesures sont déjà mises en œuvre à l’Université de Strasbourg. Citons notamment les « Chaires professeur junior », ou tenure-tracks, modèle que nous avons décidé de « promouvoir » dès 2017 (Article 3 de la LPPR et Conseil d’administration du 9 mai 2017 de l’Unistra) ; « les primes d’intéressement » (Article 14 de la LPPR et Conseil d’administration du 14 novembre 2017 de l’Unistra, voir aussi notre dossier), et qui permettent au président de notre université de doubler le salaire d’une liste tenue secrète de chercheurs jugés de « très haut niveau » ; ou encore le développement des fondations (Article 16 de la LPPR).

Conformément à ce qui est décrit dans la LPPR, l’Université de Strasbourg s’est déjà dotée de fondations puissantes et de filiales nombreuses, permettant à la fois d’échapper aux règles de la comptabilité publique (colloque « Fusions d’universités : bilan, retours d’expérience et perspectives »), et au contrôle des Conseils centraux de l’université (texte fonctionnement des conseils).

L’Université de Strasbourg et la LPPR se renforcent mutuellement et impulsent un mouvement. Participer aux conseils de l’Université de Strasbourg, approuver en local ces transformations, c’est donc participer de ce mouvement. Or, comme le prouve le récent épisode au CNESER, le fonctionnement démocratique national de l’ESR est totalement inopérant. Et comme le montrent toutes les analyses de la loi ainsi que le bilan de notre université, ce mouvement est contraire aux intérêts de l’enseignement et de la recherche, et de ceux qui les font.

Il est donc désormais de la responsabilité de chaque élu des Conseils de l’Université de Strasbourg de légitimer ou non cette politique, au niveau local comme national.

Mascarade au Ministère ! Et dans la rue, la colère !

Vendredi 19 juin, à 6h45, après 20h de séance, le CNESER a rendu un avis favorable à la Loi de Programmation Plurinannuelle de la Recherche (LPPR) dans une salle vidée de la plupart des représentant·es, avec seulement 55% des voix.

Alors que seulement un tiers des amendements sur le projet de loi LPPR avaient été examinés après une journée entière de débats, le ministère a refusé de reconvoquer le CNESER la semaine suivante pour achever l’examen du projet de loi dans de bonnes conditions. C’est une marque de plus du mépris de Frédérique Vidal pour la concertation sociale et plus largement pour les étudiant·es, les travailleuses et travailleurs de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. C’est une preuve aussi, s’il en fallait encore, de la précipitation dans laquelle le MESRI impose l’adoption de ce texte largement dénoncé par la communauté universitaire.

Vendredi 19 juin, la séance prévue du Comité Technique du ministère n’a pu se tenir grâce au boycott de plusieurs organisations syndicales qui protestaient contre l’adoption à marche forcée de ce projet de loi. La tenue de ce comité est reportée au jeudi 25 juin et nous serons là pour exiger le retrait de la LPPR et un plan massif de recrutements et de financements pérennes.

Le comité de mobilisation nationale Facs et labos en lutte et les organisations syndicales, appellent à un rassemblement le jeudi 25 juin durant le CT-MESRI contre la précarité, contre la casse de notre service public de l’enseignement et de la recherche, pour une université ouverte à toutes et tous !

Le rassemblement se déroulera dans le 13ème à partir de 13h, les détails seront communiqués en début de semaine.

Nous appellerons également à une mobilisation lors de la présentation de la LPPR au conseil des ministres le 8 juillet prochain.

Le Comité de mobilisation des coordinations nationales des Facs et labos en lutte et l’intersyndicale ESR : SNTRS-CGT, CGT FERC Sup, CGT Inrae, SUD éducation, SUD Recherche EPST, Solidaires Étudiant-e-s, L’Alternative, UNEF, Snesup-FSU, SNCS-FSU, SNEP-FSU, Snasub-FSU, FO ESR.

Contre la LPPR : le Conseil d’administration de l’Université de Tours vote unaniment (moins une abstention)


De: « Président de l’université » <president@univ-tours.fr>
Envoyé: Mardi 16 Juin 2020 09:14:10
Objet: [universite] Message Président du 16/06/2020 : résumé de la réunion du conseil d’administration du lundi 15/06/2020

Chères et chers collègues,

Mesdames, Messieurs,
Vous trouverez ci-dessous un résumé de la réunion du conseil d’administration du lundi 15/06/2020.
Cordialement,
Philippe Vendrix

Le conseil d’administration s’est tenu le lundi 15 juin de 14 h à 16 H 30.

Le Président a donné des informations générales sur l’assouplissement du plan de reprise sur site, approuvé par le CHSCT et adressé à l’ensemble des personnels vendredi 12 juin 2020. Ce plan invite les personnels à reprendre leurs activités sur site à compter du 22 juin 2020. Il prévoit une période transitoire, jusqu’au 31 août 2020, pour prendre en compte les situations individuelles.

Le Président présente la circulaire du MESRI sur la rentrée publiée le 11 juin 2020 et indique que les modalités de la rentrée 2020 feront l’objet d’un examen en conseil des directeurs de composantes et seront présentées au CA du 3 juillet 2020 mais l’objectif est de préparer une rentrée 100 % en présentiel tout en construisant une réponse efficace en cas de crise sanitaire.

Une présentation des principales dispositions du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) est effectuée par Corinne Manson, vice-présidente du Conseil d’administration et Daniel Alquier, vice-président en charge de la recherche. Ce projet de loi s’inscrit dans la continuité des lois PACTE du 22 mai 2019 et sur la Fonction publique du 6 août 2019. Il pose comme objectif une augmentation échelonnée jusqu’en 2030 des dépenses de recherche pour qu’elles atteignent 3% du PIB avec une clause de « revoyure » en 2023. Il comprend des dispositions visant à augmenter le taux de succès aux appels à projets ANR mais ne prévoit pas d’augmentation des dotations pour charge de service public versées aux universités. Outre les dispositions relatives au budget de la recherche, des dispositions visent à clarifier l’environnement institutionnel des UMR, à simplifier la contractualisation avec les organismes de recherches et à développer les mobilités public-privé pour les enseignants-chercheurs. Un rapport annexé au projet de loi comprend des objectifs de revalorisation salariale des enseignants-chercheurs qui sera soumis à approbation des parlementaires mais sans lui donner de force juridique contraignante.  Le projet de loi comprend également des dispositions relatives aux ressources humaines. Il créé trois nouvelles catégories de contrats (chaire de professeur junior ; nouveau type de contrat doctoral et post doctoral ; CDI de mission scientifique). Il assouplit, pour les enseignants-chercheurs, les conditions de cumul d’activités, les possibilités de détachement et de mise à disposition, les prises de participation et les créations d’entreprises en lien avec la valorisation de la recherche. Certaines dispositions concernent le fonctionnement institutionnel de l’université. Sont ainsi prévues de nouvelles compétences pour le Conseil d’administration (approbation du plan d’action égalité entre les femmes et les hommes imposé par la loi du 6 août 2019, approbation des conventions avec les organismes de recherche…). Le projet prévoit d’élargir les bénéficiaires de délégation de pouvoir et de signature du président de l’université. Il prévoit aussi la limitation de l’organisation des élections partielles en cas de vacance d’un siège moins de six mois avant la fin du mandat (conseils centraux et de composantes). A l’issue de la présentation, une motion, contre ce texte, est approuvée par le Conseil d’administration à l’unanimité avec une abstention (infra).

Un second point concerne le compte rendu de la réunion de la commission des moyens du 29 mai 2020 qui a été essentiellement consacrée au débat d’orientations budgétaires (DOB). Le document, soumis à la commission des moyens, présente le contexte budgétaire faisant apparaître une augmentation des ressources propres en 2019, une nette augmentation de la masse salariale pour les trois premiers mois de l’année 2020, un fonds de roulement disponible en légère augmentation en 2019 et un impact important de la pandémie sur le budget (hausse des dépenses de fonctionnement : achat de matériels informatiques et d’équipements de protection individuelle ; baisse des recettes : diminution de la taxe d’apprentissage, de la formation continue…). Des pistes d’orientations, s’inscrivant dans la volonté de mettre en œuvre une université durable, sont présentées. Elles concernent les équipements informatiques et l’accompagnement des enseignants-chercheurs permettant de recourir en cas de besoin à l’enseignement distanciel (pour la mise en place des PAS/LAS, en cas de résurgence de l’épidémie à la rentrée, éventuellement pour la formation continue et les formations en apprentissage). Elles concernent également les équipements nécessaires au télétravail pour l’ensemble des personnels (BIATSS et enseignants-chercheurs). Sont également présentées des pistes permettant d’améliorer la vie des étudiants (aides pour lutter contre la précarité sociale et numérique, développement de la solidarité étudiante, de la protection de la santé, de la culture et du sport). Les deux dernières pistes concernent la diminution de l’empreinte carbone de l’université de l’université et de ses usagers en développant des mobilités sans émission de gaz à effet de serres (achat de vélos, plate-forme pour le co-voiturage…) et l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments (pose de panneaux photovoltaïques, toitures végétalisées…).  Un débat s’engage sur les priorités à retenir pour le budget 2021.  Les priorités et les orientations, reprenant les échanges, seront présentées et votées au conseil d’administration du 3 juillet prochain.

Un troisième point concerne la désignation de représentants au conseil des sports, conformément aux articles 10 et 11 des statuts du SUAPS, approuvés par la délibération n°2019-80 du conseil d’administration. Six représentants des étudiants, deux représentants des enseignants-chercheurs, deux représentants des Biatss et deux représentants des services administratifs sont désignés par 16 voix pour et 6 absentions.

Annexe

La motion approuvée par le Conseil d’Administration

« Le conseil d’administration de l’université de Tours, ce 15 juin 2020, confirme son analyse du 2 mars : la loi de programmation pluriannuelle relative à “la Recherche” (LPPR) dont le texte a été diffusé le 6 juin, aurait des impacts très négatifs sur l’ensemble de l’Université, ses missions, son organisation, comme les conditions d’emploi et de rémunération de ses personnels.

Le Conseil d’Administration de l’université de Tours réaffirme son attachement aux statuts pérennes de tous les personnels. Il s’oppose au développement de toutes les formes de contractualisation tant en matière de projets que de contrats de travail dont les effets sur la recherche et la formation sont délétères. Il réaffirme la nécessité de financements pérennes pour permettre la création de postes de titulaires et la revalorisation des traitements de l’ensemble des personnels (titulaires et non-titulaires). Il affirme également sa volonté de défendre les cadres nationaux de qualification et d’évaluation.

L’université de Tours souhaite rappeler son attachement au rôle des conseils de l’université qui doit être réaffirmé dans la LPPR.

Il appelle le Parlement à renforcer significativement dès maintenant les dotations annuelles des universités, largement affectées par la crise sanitaire au lieu d’augmenter via les PIA le poids des appels à projets dans le financement de la recherche comme de l’enseignement supérieur dont l’avenir n’est pas dans le développement sans limite de la FOAD.

Pour l’université de Tours qui subit depuis de trop nombreuses années une sous-dotation notoire, compte tenu du nombre croissant d’étudiants qu’elle accueille, le conseil d’administration demande une dotation exceptionnelle pour 35 ATER ainsi que l’ouverture de concours pour 35 emplois de BIATSS pour faire face aux difficultés prévisibles à la rentrée de septembre 2020. »

Enseignement en présentiel ou hybridation : la circulaire du MESRI

La circulaire du MESRI sur l’organisation de la rentrée vient d’être rendue publique, sans pour autant clarifier – ou simplifier la tâche de celles et ceux qui  vont être chargé·es de s’en occuper. Mais nous sommes rassuré·es  :

https://www.flickr.com/photos/domiriel/5204961069/in/photolist-8VWMA6-d7uCeS-8BPUUy-8DS5nK-8DVbBh-fCtpMy-nZpk8b-8BLQak-YrKchM-iVjrFf-8DVbPm-37aA3C-6thXqu-BsKDm-G7Wzoh-L8crSa-A7syn-24f3qaD-LMvmYj-9AwYnf-23E8fPD-iV1LXA-KhjBq3-nUjUFw-KrGNYq-dB6okT-KHPNnq-jeyNGC-Fq8FYT-Fyu4t6-e9xUHP-8BLQzZ-iURCw7-21SWf9K-iUQAJj-qKbjHC-wFuTeB-ntmtbB-XN991N-4Vt7Gg-5omer3-5omero-mZD96i-5omerw-5ohCSt-5omers-8DHoGQ-a8RNMD-8G92LQ-8wDpAu

Hybrid, by Domiriel, 2010

« Une fiche visant à accompagner les établissements dans l’hybridation des enseignement est disponible dans l’ « offre de service » de la DGESIP ».

Au vu de la qualité des fiches précédentes — incitation à utiliser des outils privés, non protecteurs des données personnelles, absence de réflexion pédagogique, etc. — nous avons tout lieu d’être reconnaissant·es.

Gardiens de la paix, un documentaire par Arte Radio

Academia ayant ouvert une rubrique « The Elephant in the Room » sur le racisme dans l’enseignement supérieur et la recherche, nous saisissons l’occasion du puissant mouvement civique qui s’est ouvert grâce à Assa Traoré, pour relayer un documentaire d’Arte Radio.

Membre d’une unité de police d’escorte à Rouen, Alex découvre l’existence d’un groupe privé d’échanges audio sur WhatsApp, dont font partie une dizaine de ses co-équipiers. Certains sont encore stagiaires en école de police, d’autres,  comme lui, sont policiers titulaires depuis plus de 20 ans. Intrigué par la présence de son prénom dans les messages, il découvre des propos orduriers ouvertement racistes, misogynes et antisémites. Certains de ses collègues vont jusqu’à se revendiquer du fascisme et du suprémacisme blanc. Sur les conseils de son avocate, M° Yaël Godefroy, Alex dépose plainte et déclenche une enquête interne qui est toujours en cours. Après son audition, la hiérarchie décide de muter Alex dans une autre unité. Ses collègues titulaires sont eux toujours en poste.

Ilham Maad a réuni le policier et son avocate pour commenter des extraits de ces enregistrements. Une enquête sur cette affaire menée par Camille Polloni est à lire dans Mediapart.

Mix: Charlie Marcelet.
Illustration originale: Zaven Najjar
Entretien et montage: Ilham Maad
Production: ARTE Radio

Avis présentés en séance plénière du CHSCT du MESR du 4 juin 2020

(introduction en cours de rédaction)

 1. Avis sur le fonctionnement du CHSCT MESR :

Les représentants du personnel siégeant au CHSCT du MESR ont pris acte de l’annulation de séances et report des groupes de travail prévus dans le calendrier annuel. Ils demandent la reprise de leurs travaux interrompus par la crise sanitaire qui doivent être reprogrammés : un calendrier des séances et groupes de travail doit leur être transmis pour l’analyse de l’enquête annuelle 2019, l’élaboration du rapport d’activité 2019 et des orientations stratégiques ministérielles 2021.

Ils rappellent leur attachement à la pérennité des CHSCT dans la fonction publique, ces instances ayant démontré leur caractère indispensable pendant la crise que nous traversons avec la pandémie de Covid-19.

Le document d’orientation pour établir le projet de décret sur le comité social d’administration – FPE reçu par les OS et présenté demain 5 juin 2020 en groupe de travail n’est pas acceptable, car il entérine la disparition des CHSCT dans leur format actuel.

2. Avis sur les PRA, analyse des risques et DUERP :

Les représentants du personnel siégeant au CHSCT du MESR rappellent que l’analyse des risques doit tenir compte de la concomitance des risques, et que l’ampleur de la crise sanitaire que nous traversons ne doit pas focaliser la démarche de prévention sur les risques liés au Covid-19.

Les représentants du personnel siégeant au CHSCT du MESR demandent que le document   « DGESIP 29 mai 2020 COVID-19 Analyse de PRA d’établissements de l’ESR » précise la démarche suivie, conforme à toute politique de prévention des risques professionnels :  évaluation des risques et mise à jour du DUERP, mise en place des plans de prévention et de l’organisation du travail, formation de chaque travailleur aux risques particuliers à son poste de travail.

3. Avis renouvelé pour insister sur l’évaluation des risques professionnels induits par ce confinement/déconfinement et obligation de la présenter pour avis dans les CHSCT

Les représentants du personnel siégeant au CHSCT du MESR demandent que la surcharge de travail, le stress engendré par l’isolement, toutes les mesures de prévention liées aux risques sanitaires, les changements dans l’activité (management, travail à distance, enseignement à distance, etc.), le temps nécessaire à la recomposition des collectifs de travail ainsi que les conséquences physiques liées au travail à domicile (TMS, fatigue accrue, …) soient évalués finement et que le rapport soit présenté en CHSCT.

D’autre part, le travail à distance a nécessité de repenser l’organisation du travail dans l’ESR : il est primordial que l’employeur fournisse aux agents des équipements adéquats respectueux de leur santé (équipement informatique, écran, chaise ergonomique, etc.), de leur proposer des formations adaptées aux nouveaux outils informatiques qu’ils sont amenés à utiliser1 et de participer via une subvention à la prise en charge des repas (nourriture et la subvention administrative, qui a une incidence réelle sur l’état de santé des agents, car, pour certaines personnes, c’est leur seul repas équilibré de la journée), de l’abonnement internet, des frais d’impression et de communication, etc. (Frais de transport et durée de trajet à déduire …

https://www.flickr.com/photos/ilonabeekman/15112557458/in/photolist-p2rNPu-8zXBWB-N5vCuy-Lu39a-UZeHB9-ot2Ffh-QyxWhh-cfYnrw-Z5vRKJ-Am4vu1-FzRTSL-4spoy1-22jm6bb-7FmSZJ-2dNgomZ-DnAdD-253TuS4-658Xqc-2j6MGs1-Y8gd1t-2iXfZbs-rcs2qK-8Kk2Rt-yXCTs6-2a3Mg6y-9gtyi-4qw9qX-H2BhCZ-4T8hW3-yV68k9-8NFqk4-cn6H4y-23SLNMb-DXv7o-Kx3zSv-apFMPr-dKKXTk-9v1Qjj-8ncVMh-7oNcX4-W9aa1w-8AheB9-2iPU39e-LqAwz3-6AJy7-Y7G56n-dC5haL-z8Pspq-ahw9kW-2hFDZyP

Tired, by Ilona Beekman, 2014

Continuer la lecture

  1. Le temps nécessaire pour la formation et l’adaptation du poste de travail doit être accordé à l’agent, sa charge de travail doit être diminuée en conséquence (dont le service d’enseignement pour les enseignants et enseignants-chercheurs). Les moyens correspondants en postes et en budget doivent être alloués dans les budgets des établissements par le ministère. []

Examens de Paris-1. De la normalisation à la suspension

Academia suit depuis le début du confinement la quête glorieuse des organisations syndicales étudiantes dans l’adoption de modalités du contrôle des connaissances en période de confinement. Après la décision du tribunal administratif de Paris et l’appel du président Haddad aux composantes d’appliquer le plan de cadrage adopté le 5 mai 2020. François-Guy Trébulle1 a sollicité un déféré rectoral pour obtenir rapidement un jugement au fond du tribunal administratif de Paris.

Pendant que les élites s’agitent devant le tribunal pour discuter de la « valeur des diplômes », qui se dévalorisent à mesure que la publicité autour de l’université prend de l’ampleur2, l’UNEF Paris 1 Panthéon-Sorbonne a recenser les composantes qui ont choisi d’appliquer le plan de cadrage voté par la CFVU.

Situation partiels UFR en date du 26 mai 2020 (mise à jour 1er juin)

UFR 02 (économie) : cadrage non appliqué (problèmes possible sur certains QCM)
UFR 03 : cadrage appliqué
UFR 04 : cadrage appliqué sauf CNED (licence d’art plastique à distance)
UFR 06 : cadrage appliqué
UFR 08 : DM sur 1 mois, cadrage plus qu’appliqué !
UFR 09 : cadrage appliqué
UFR 10 : cadrage appliqué
UFR 11 : cardage appliqué
EDS : cadrage pas appliqué… illégalité totale
UFR27 (MIASH) : aucun respect du cadrage : examens déjà passés donc recours individuels des étudiant.e.s
IAE : aucun respect du cadrage : partiels qui commencent aujourd’hui
CAVEJ : cadrage appliqué
IAES : cadrage appliqué
IREST : cadrage appliqué
IDUP : cadrage appliqué

Source : UNEF Paris-1 Panthéon Sorbonne

Crédit: Université ouverte

Pendant ce temps-là, le recteur a décidé de suspendre le plan de cadrage, le temps que le tribunal administratif de Paris statue au fond de l’affaire. L’arrêté du recteur Gilles Pécout documente les pressions exercés hors du cadre des conseils centreux par l’École de droit de la Sorbonne, par quarante-six enseignant·es-chercheur·ses d’économie (UFR 02), et mentionne un courriel de la directrice de l’UFR de mathématiques et informatique, pressions qui, associées à des doutes sur la légalité de la décision de la CFVU, lui permettent de conclure que l’exécution des décisions du 16 avril et du 5 mai  sont « de nature à porter gravement atteinte au fonctionnement de l’université de Paris-1 », il prend un arrêté afin de suspendre pour un mois le cadrage adopté, le temps que le tribunal administratif de Paris statue.

Pour satisfaire quelques egos limités au droit, à l’économie et aux mathématiques/informatique — disciplines sans doute divisées en leur sein — les étudiant·es sont donc censé·es attendre encore.

  1. Directeur de l’École de droit de la Sorbonne, professeur de droit privé et de sciences criminelles (page universitaire) et maire de Verrières-le-Buisson, selon sa page LinkdIn. []
  2. Voir le traitement par BFM TV, 26 mai 2020. []

Le président de Paris-1, la CFVU et le citoyen

Hier, 22 mai, en début d’après-midi, le président de Paris-1 Panthéon-Sorbonne a sifflé la fin de la récrée

Par ce communiqué laconique, le président demande de mettre en œuvre les décisions prises le 5 mai par la Ccommission de la formation et de la vie étudiante (CFU), après vote de l’ensemble des représentant∙es étudiant∙es, personnels, des administrations des UFR et de la présidence. Mais l’homme Haddad n’arrête pas là son devoir de président.

https://www.flickr.com/photos/paulhagon/9706482621/in/photolist-fMJg7D-2G4y3C-4zDi2b-4kz6Z6-4kz5ZT-9uDz38-L6Ctv-npyiT-ciVkCs-byyBuD-b9eDHF-CvZbd-kHcoGs-GpX7ar-2iV5qtm-2iRRXvP-287vBHp-yrfQyh-5Dpqh-2heoXMF-Lev2d-2feUesf-ouT8TD-bE8aa3-LA4vTb-4rhUjF-c7pCF-2kgh3S-6i3UFs-A95ZK-9hYsK-89oaLX-cU7fFw-6XWzNj-4ZPbTr-4yLV65-2fbCLw-4FXHgn-ZEUZQx-5pC59b-6CmJme-2f7b9V-2f763i-2f6XPr-2fbw1d-cE6MjG-2f7cSn-cC2Pfj-KGcynn-2f6VMV

Flipping, by Paul Hagon, 2013

Continuer la lecture

Les grands dangers de la connexion de Mme Vidal

Qu’avez-vous fait, Madame la Présidente ?

Lettre ouverte à Madame Sylvie Retailleau, Présidente de l’Université Paris-Saclay à la suite de la suspension du professeur Jean-Pierre Dubois au motif de graves manquements à ses obligations d’universitaire fonctionnaire.

_____________________

Madame la Présidente,

Par une décision en date du 13 mai 2020, vous avez pris le parti de prononcer à titre conservatoire une suspension de toute activité professionnelle à l’encontre du Professeur Jean-Pierre Dubois, spécialiste de droit constitutionnel, au motif de graves manquements à ses obligations de fonctionnaire. Jean-Pierre Dubois, qui aurait proposé une épreuve simplifiée à ses étudiants et modifié frauduleusement les paramétrages informatiques d’une épreuve dématérialisée aurait alors de ce fait méconnu « l’obligation de préserver l’égalité entre les candidats, conformément à la législation en vigueur ». La faute disciplinaire reprochée au Professeur Jean-Pierre Dubois dans votre décision serait donc d’avoir organisé par ses pratiques potentiellement coupables une rupture d’égalité de traitement entre les candidats. Rien d’autre. Il semble d’ailleurs que vous ayez fini par vous persuader vous-même de la faiblesse ou de la fragilité des charges retenues contre Jean-Pierre Dubois puisqu’on a appris, par suite du recours gracieux déposé devant vous par l’intéressé, que vous renonciez finalement à la mesure de suspension qui le visait. À moins que la pression syndicale et le bon millier de signatures recueillies en moins de deux heures par une pétition dédiée vous aient amenée à plus de mesure, pour ne pas dire ramenée à la raison.

Continuer la lecture