Akhésa vous rappelle l’importance de bienveillance envers soi-même et envers les collègues … comme outil de la lutte contre les attaques politiques envers les SHS

Je relaye ici mes tweets de ce matin afin de garder une trace de cette invitation : ne jamais cesser d’être bienveillant.e avec les collègues attaqué.e.s, ne jamais oublier que les attaques politiques ne méritent pas notre énergie face à la montagne de travail, face à la précarité étudiante, face à l’épuisement qui nous guette tous. Nous ne devons pas dévier de nous-même, de nos étudiant.e.s, de nos recherches.

Se soutenir, se protéger et lutter pour nous-même, c’est déjà bien assez.

Se soutenir et se protéger

Hcéres : les directeurs changent et l’islamo-gauchisme avance

À l’évidence, Thierry Coulhon s’apprête à ériger le Hcéres à la hauteur des standards internationaux de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur… Au Hcéres, le copinage, on ne connaît pas, et les chefs de département sont des hommes de terrain, des vrais ! La preuve…

Après le scandale de la nomination à venir de Bernard Larrouturou, celui-là même qui a organisé la procédure de sélection de la candidature de Thierry Coulhon à la tête du collège du Hcéres, revenons aujourd’hui sur le renouvellement (du renouvellement…) de Pierre Glaudes, lundi prochain. Il n’y a pas à dire : le Hcéres sous Thierry Coulhon, c’est la grande classe.


Les notaires en fin de carrière choisissent leur successeur. C’est ce qu’on appelle « le droit de présentation », une pratique datant de… la Restauration. Ils « proposent » le nom de leur remplaçant au ministère de la justice, qui avalise ce choix dans l’immense majorité des cas.

Une pratique dont s’est certainement inspiré le HCERES pour le renouvellement de son directeur du département d’évaluation de la recherche. Sauf surprise de dernière minute, la prochaine séance du collège du HCERES du 1er mars 2021 doit en effet entériner la proposition de renouveler Pierre Glaudes au département d’évaluation de la recherche.

Pierre Glaudes, successeur de Pierre Glaudes, depuis maintenant 3 mandats ! Retour dans le passé pour un bref historique de cette véritable charge notariale donc.

Pierre Glaudes, 54 ans à l’époque, est nommé directeur de la section des unités de recherche de l’agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) en 2011. Ce n’est pas un nouvel entrant et l’intéressé a déjà un beau parcours dans la maison. Son CV officiel indique qu’il a été successivement délégué scientifique pour le secteur Lettres (2007-2009) puis délégué scientifique coordinateur des Sciences humaines et sociales (2009-2011). Mais à l’arrivée de Pierre Glaudes, l’agence est déjà dans la tourmente et sous le feu des critiques du monde universitaire et de la recherche. Il fut dire que les griefs ne manquent pas : censée à l’origine évaluer de façon constructive et être une agence de conseils, la boutique s’est rapidement transformée en vilain comptoir de notation, marquant au fer rouge chaque laboratoire d’une note allant de A+ pour les « meilleurs » à C pour les « pathologiques ». L’agence ne survivra pas à la loi relative à l’enseignement supérieur et à la recherche promulguée en 2013. Fin 2014, l’AERES est morte, vive le HCERES !

Continuer la lecture

L’European University Association soutient la conférence des présidents d’université. 25 février 2021

La pression sur Frédérique Vidal s’accentue avec le soutien de l’European University Association à la Conférence des Présidents d’Université dans la défense des libertés académiques en France, face aux attaques sur l’autonomie politique de nos institutions. Puissant symbole, puissant soutien.

Cette institution qui regroupe 800 universités dans 48 pays va même jusqu’à inviter Frédérique Vidal à un échange autour des meilleurs voies pour défendre les libertés académique.

 

Vidal et la police politique. Recension des prises de positions des organisations syndicales

Organisations syndicales agents

 

 

Non à la chasse aux sorcières ! Communiqué de la CP-CNU, 17 février 2021

La CP-CNU demandait la démission de Vidal dès le 6 novembre 2020 en ces termes 
« Madame Frédérique Vidal ne dispose plus de la légitimité nécessaire pour parler au nom de la communauté universitaire et pour agir en faveur de l’Université.
 
C’est pourquoi, Monsieur le Président de la République, nous vous posons la question de la pertinence du maintien en fonctions de Madame la Ministre dans la mesure où toute communication semble rompue entre elle et la communauté des enseignants-chercheurs. Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre respectueuse considération. »
Les choses étant dites, elles n’ont pas été répété dans le communiqué de 17 février 2021

Pour approfondir

« Islamo-gauchisme » : stopper la confusion et les polémiques stériles. Communiqué de la CPU, 16 février 2021

Interrogée sur CNews, la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a annoncé qu’elle allait demander « notamment au CNRS » de faire une enquête sur « l’ensemble des courants de recherche » à propos de « l’islamo-gauchisme » à l’université, « de manière à ce qu’on puisse distinguer ce qui relève de la recherche académique et ce qui relève du militantisme et de l’opinion ».

La CPU fait part de sa stupeur face à une nouvelle polémique stérile sur le sujet de l’« islamo-gauchisme » à l’université. « L’islamo-gauchisme » n’est pas un concept. C’est une pseudo-notion dont on chercherait en vain un commencement de définition scientifique, et qu’il conviendrait de laisser, sinon aux animateurs de Cnews, plus largement, à l’extrême droite qui l’a popularisé. Utiliser leurs mots, c’est faire le lit des traditionnels procureurs prompts à condamner par principe les universitaires et les universités.

Comme l’avait justement rappelé dans une tribune le 26 octobre dernier la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, « l’université n’est ni la matrice de l’extrémisme, ni un lieu où l’on confondrait émancipation et endoctrinement. L’université n’est pas un lieu d’encouragement ou d’expression du fanatisme, » mais « le lieu où s’apprennent le doute comme la modération ainsi que la seule de nos institutions capable d’éclairer l’ensemble de la société, de l’école aux médias, par une connaissance scientifiquement établie, discutée et critiquée collégialement. » Rien ne saurait justifier un changement de discours à ce sujet.

La CPU regrette donc la confusion entre ce qui relève de la liberté académique, la liberté de recherche dont l’évaluation par les pairs est garante, et ce qui relève d’éventuelles fautes ou d’infractions, qui font l’objet si nécessaire d’enquêtes administratives (par l’Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche), ou d’enquêtes pénales. La CPU s’étonne ainsi de l’instrumentalisation du CNRS dont les missions ne sont en aucun cas de produire des évaluations du travail des enseignants-chercheurs, ou encore d’éclaircir ce qui relève « du militantisme ou de l’opinion ». La CPU réclame, au minimum, des clarifications urgentes, tant sur les fondements idéologiques d’une telle enquête, que sur la forme, qui oppose CNRS et universités alors que la recherche est menée conjointement sur nos campus par les chercheurs et les enseignants-chercheurs.

La CPU appelle à élever le débat. Si le gouvernement a besoin d’analyses, de contradictions, de discours scientifiques étayés pour l’aider à sortir des représentations caricaturales et des arguties de café du commerce, les universités se tiennent à sa disposition. Le débat politique n’est par principe pas un débat scientifique : il ne doit pas pour autant conduire à raconter n’importe quoi.

Se former pour lutter contre les violences sexistes, sexuelles et LGBTIphobes !

Suite à la vague de témoignages de violences sexuelles dans les IEP, l’association #NousToutes organise un webinaire sur les obligations légales des établissements d’enseignement supérieur en matière de prévention et de protection des victimes de violences sexistes, sexuelles et LGBTIphobes.

C’est ce soir : lundi 15 février, de 20h à 21h30, sur Zoom. 1000 places disponibles. Gratuit.

Pour s’inscrire, cliquez ici.

Inscription ici : https://formdivers.typeform.com/to/urNHcEPp

On compte sur votre participation !

Maroc : condamnation de l’historien Maati Monjib

Une dépêche AFP relayée par le journal Le Monde annonce ce jeudi 28 janvier 2021 que l’historien Maati Monjib, détenu depuis le 29 décembre dernier, est condamné à un an de prison pour « fraude » et « atteinte à la sécurité de l’État ».

Capture d’écran, lemonde.fr, 29 janv. 2021

Un texte collectif appelant à la libération de Maati Monjib circule actuellement, relayé entre autres par L’Humanité et la revue Ancrages, à l’initiative d’universitaires de Princeton.

Si cette incarcération alerte, une fois encore, sur la situation générale des droits humains au Maroc, elle concerne aussi spécifiquement, et de manière liée, les libertés académiques. Rappelons par exemple la tribune d’universitaires qui, en 2019, dénonçait les menaces de renvoi de l’université que subissait M. Monjib, au prétexte, notamment, d’avoir accepté sans autorisation de participer, en qualité de rapporteur, à la soutenance d’une habilitation à diriger les recherches (HDR) à l’École normale supérieure, à Paris.

Proposition de loi. Pour valider la nomination des candidat·es CR au concours CNRS 2019 en section 36

En passant

2021 apporte quand même son lot de bonnes nouvelles. On apprend ainsi par The Sound of Science qu’une proposition de loi transpartisane a été déposée par 90 député·es afin de réintégrer dans le corps des CR fonctionnaires du CNRS les candidat·es admis·es en 2019 en section 36 et dont le concours avait été annulé suite à la requête d’un candidat. Cette loi vise donc à rétablir une injustice qui avait frappé ces candidat·es (depuis placé·es en CDI au CNRS) et qui n’avaient rien à voir avec la procédure d’annulation.

Pour plus d’informations sur cette annulation, voir un précédent billet d’Academia.

UPDATE : le SNCS-FSU et le SNTRS-CGT soutiennent cette proposition de loi et demandent son examen au plus vite.

Le projet raté de fusion lyonnaise a coûté plus d’un million d’euros de consulting

Article du collectif Idexit à retrouver en détail sur notre site.


Les dépenses de consulting de l’Université de Lyon dans le cadre du projet d’université-cible sont critiquées depuis plusieurs années, sans que la lumière ait été faite sur les montants à ce jour. Au terme d’une longue procédure, nous avons enfin obtenu le détail des dépenses engagées entre avril 2018 et février 2020. On peut ainsi estimer à 1,5 M€ le montant dilapidé en consulting jusqu’à l’arrêt du projet, alors même que l’expression des personnels, des étudiant⋅es et de leurs représentant⋅es sur ce même projet était systématiquement ignorée. Au-delà du scandale financier, une partie de l’échec du projet trouve une explication dans cette déconnexion. (…)


Né en 2017, le collectif « Idexit » regroupe des étudiant⋅es de Lyon et de Saint-Étienne mobilisé⋅es contre le projet de fusion de leurs universités et de leurs écoles. Depuis 2020, il est constitué en association et porté par 4 syndicats étudiants.

Site internetFacebookTwitter

Et de trois ! L’ADL appelle au boycott de l’Hcéres

Après le CNU/CP–CNU et l’université Bretagne Occidentale, c’est au tour de l’Assemblée des directions de laboratoires, qui réunit plus de 800 directrices et directeurs de laboratoires, d’appeler à désavouer l’Hcéres. Cette action est en réponse au vote de la Loi de programmation de la recherche que la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche a toujours rejeté.

Annonce sur Twitter du communiqué de boycott de l’Hcéres par l’ADL

Le communiqué de l’ADL est au vitriol ; il sonne juste et frappe fort.

Academia le retranscrit donc ci-dessous (il est aussi disponible en ligne et en pdf sur le site de l’ADL). #ResistESR

 

APPEL À DÉSAVOUER LE HCERES

La loi de programmation de la recherche (LPR) ayant été votée par le Parlement malgré les avis défavorables d’une multitude d’instances représentatives et les critiques innombrables de la communauté scientifique, l’Assemblée des Directions de Laboratoires (ADL) s’engage dans une série d’actions. La première d’entre elles consiste à désavouer le HCERES.

COMMENT DÉSAVOUER LE HCERES

L’ADL soutient toutes les initiatives visant à refuser de fournir les rapports HCERES sous leur forme actuelle.

L’ADL invite tous les membres de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche à ne plus participer à quelque procédure d’expertise que ce soit demandée par le HCERES.

POURQUOI DÉSAVOUER LE HCERES ? Continuer la lecture