Le maintien du confinement pour les universités soulève les contestations

Lors de son allocution du mardi 24 novembre 2020, le président Emmanuel Macron annonce que les universités resteront confiner a minima jusqu’au 4 février 2021, alors que de nombreux autres secteurs auront repris une activité quasi-normale. Cette décision a très rapidement provoqué des prises de positions, isolées et collectives, dont nous faisons ici une liste régulièrement mise à jour.

Mur confiné by Jeanne Menjoulet, 2020, CC

Continuer la lecture

La LPR va faire plonger la recherche pour les 10 ans à venir

Le 24 novembre 2020, après que la LPR a été votée par l’Assemblée Nationale et le Sénat, le conseil scientifique (CS) du comité national du CNRS (CoNRS) adopte des recommandations très critiques. Il considère ainsi que la LPR fera plonger la recherche scientifique, « [actant] ainsi son déclassement », alors même que le but premier de cette loi aurait dû être de la remettre sur les rails. Le CS déplore ainsi que cet objectif ne sera jamais atteint en l’état et appelle à ce que le débat se poursuive.

La Conf’apéro de trop. Contre une conception discriminatoire sur-médiatisée des sciences sociales

UPDATE: 24 novembre 2020, 18h. Témoignage de Siegbert

Communiqué inter-associatif dénonçant la tenue d’une conférence à l’ENS de Lyon portant sur la thématique de la « race et sciences sociales ». Celle-ci est réalisée par un directeur de recherche émérite, François Rastier, dont la spécialité (la linguistique) est très éloignée du thème de la conférence. Le résumé disponible sur le site de l’ENS de Lyon pose énormément de questions et de problèmes sur la façon dont sera abordée cette thématique.

 

Précision sur ce communiqué par Écharde dans son Transistor :

Grève dans l’ESR : un coin dans le CNESER

 

Bien que la LPR a finalement été votée par l’Assemblée Nationale et le Sénat la semaine dernière, la mobilisation et les mouvements de grève dans l’ESR ne faiblissent pas (ex. : appel à la mobilisation par la CGT FercSup). Aujourd’hui, le mardi 24 novembre, le CNESER doit siéger. Cependant, certains syndicats, comme la CGT ont décidé de ne pas y assister et donc enfoncent un « coin » dans le CNESER. #ResistESR

https://www.flickr.com/photos/damienpollet/6597320885/in/photolist-b3YZDP-on8nA-99MBaN-2hLhjsg-4uJnLY-5PVfhj-6pWxVe-DAAR9-dw87CL-5aDvP1-9VRABj-8AvFiR-f7KgGu-xfbiuL-9VwPZ8-Gv7HEA-Cysegk-8AydXw-ehfejV-8Avdyg-bYXb2f-App6sU-qcm24b-CXkX5x-uifPdh-zuEr7Q-ehtrx4-App91Q-Aqv5Qu-9VwPMF-A4PG6a-3eDkc2-ArGnFZ-YV2aeW-qes5NB-AsFS78-AsFRur-ArGjJg-edByRV-AquY43-zuExNL-Aqv5F1-App5V1-AsFQFn-Aa6aG9-Aqv6id-Aa6bbA-Aqv2xN-Aqv2jb-4HBuMQ

Wedge, chipbreaker, iron (bottom sides). Credit: Damien Pollet, 2011

Dans le même temps, Denis Roynard, président du SAGES, a fait un discours sur l’instrumentalisation de l’avis du CNESER par le gouvernement après l’exament de la LPR. Denis Roynard a ensuite, comme la CGT et Sud Recherche, quitté le CNESER.

Le décompte des votes de la LPR au Sénat : un scrutin sans surprise

La fabrique de la loi #78

← Article précédent

Article suivant­ →

Mise à jour du 29 novembre : prise en compte de l’inscription sur le registre des déports de la sénatrice LR Sophie Primas (qui avait voté « pour ») et du souhait de voter « contre » de la part de trois sénateur·rice·s RDSE ayant voté « pour » (Maryse Carrère, Guylène Pantel et Jean-Yves Roux).

Tout comme pour le vote de l’Assemblée Nationale le 17 novembre 2020, les sénateurs et sénatrices qui ont voté·e·s pour la loi de programmation de la recherche ont été étonnamment discret·ète·s sur l’adoption au Sénat le 20 novembre 2020. Ainsi, aucun tweet de la part de Jean-François Rapin ou bien de Laure Darcos, qui était pourtant la rapporteure de la loi pour le Sénat. Julien Bargeton n’a lui fait que retweeter les auto-congratulations de la ministre Frédérique Vidal. Si Stéphane Piednoir s’est bien fendu d’un tweet personnel, il rappelle tout de même une certaine déception de ce texte. Cela n’aura pas empêché de voter un prétendu « compromis ».

Notons aussi que si Les Républicains ont voté unanimement contre à l’Assemblée Nationale, ils ont voté pour au Sénat. Doit-on y voir un soutien à la rapporteure Laure Darcos, plus qu’une réelle envie de voter la loi ?

Destroyed, by Renata Mascarello, 2018.
— Casa abandonada, posteriormente incendiada e demolida em 2017, localizada nas escadarias do Parque Getúlio Vargas (Macaquinhos).

Tableau des votes par groupe

Groupe Pour Contre Abstention/Ne votaient pas
LR1 145 0 3
SER 0 65 0
UC 51 1 2
RDPI 23 0 0
CRCE 0 15 0
RDSE 11 (8)2 2 (5)2 2
LI–RT 13 0 0
E–ST 0 12 0
Sans groupe 0 0 3

1Prise en compte du déport de Sophie Primas qui avait voté « pour ».
2
En prenant en compte ceux et celles qui auraient souhaité voter « contre ».

Détail des votes

Continuer la lecture

Le décompte des votes de la LPR à l’Assemblée Nationale : stupeur et tremblements

Mise à jour du 29 novembre : les député·e·s LR Julien Ravier et Edith Audibert avaient souhaité voter « contre » (alors qu’il et elle étaient absent·e·s au vote initial) et le député LREM Jean-Louis Touraine souhaitait « s’abstenir volontairement » (alors qu’il avait voté « pour »).

Sur le site de l’Assemblée nationale, on trouve désormais le décompte des voix et le nom et le vote des participant·es. Surprise : si les 4 rapporteurs ont bien voté la loi, certain·es votant·es, parmi lesquel·les des membres éminent·es de la Commission des Affaires culturelles — qui avait voté en première lecture — ne figurent plus parmi les votant·es. Certains, comme Sacha Houlié, se sont abstenus ; d’autres ont voté contre : Cédric Villani et Mathieu Orphelin.

Playmobil échaudé craindrait-il l’eau froide ? Sur Twitter, très peu de LREM se sont félicités du vote de la loi. C’est le cas de Philippe Berta et de Valérie Gomes-Bassac, mais ni de Danièle Henin, ni de Pierre-Alain Raphan, le fringant député qui ne connaissait pas son sujet. Ce dernier s’est contenté de retwitter prudemment le message de sa collègue Céline Calvez. À l’instar desa collègue  Natalia Pouzyrreff, Céline Calvez — qui, en audition d’Olivier Laboux en juillet par la Commission des Affaires culturelles, semblait avoir échangé plusieurs fois avec les membres de la CPU — a publié un long fil sur les progrès que permet la LPR. Avant de se rétracter,au vu des nombreuses critiques soulevées par les twitt@s universitaires.

Tweet supprimé de Céline Calvez, 18 novembre 4h14

Le texte de la LPR qui avait été si peu discuté en commission et en hémicycle a donc été voté par des hommes et des femmes qui n’en avaient même pas connaissance. Voire que celleux qui avaient voté un premier texte, jugeant le second problématique n’ont pas davantage eu le courage de venir le dire. On passe ainsi du vote honteux au Sénat au vote en méconnaissance de cause.

Voici le décompte et le nom des votants.

Vote au scrutin public de la la loi de programmation de la recherche à l’Assemblée Nationale, 2020

Continuer la lecture

Sylvie Bauer rétablit les faits. Entretien avec Olivier Monod, Libération, 16 novembre 2020

Après la tribune de la ministre Frédérique Vidal dans Le Monde, la présidente de la CP-CNU a souhaité faire paraître un Droit de réponse communiqué dimanche 15 octobre au Monde, et encore non publié. En attendant, Sylvie Bauer répond à LIbération, sans langue de bois. Elle  mâche pas ses mots : les paroles de la ministre sont, dans sa bouche, « des contre-vérités » et tiendraient du « procès d’intention».

Le gouvernement continue de se mettre le monde universitaire à dos. Le projet de loi pour une programmation de la recherche n’avait déjà pas beaucoup de soutien, mais les amendements passés au Sénat ont empiré la situation.

Deux articles sont particulièrement visés. L’un prévoit la pénalisation des manifestations sur les campus universitaires. L’autre modifie les règles de recrutement des enseignants-chercheurs. Tous deux ont été passés sans débat, alors que la communauté devait s’adapter aux règles du second confinement. La provocation de trop. Le dialogue semble rompu entre Frédérique Vidal, elle-même universitaire, et le milieu scientifique qui ne s’adresse plus à sa ministre de tutelle. La semaine dernière, la commission permanente du Conseil national des universités (CP-CNU) a écrit une lettre ouverte directement adressée au président de la République dans Libération demandant la démission de la ministre Frédérique Vidal.

La lettre ouverte «Frédérique Vidal ne dispose plus de la légitimité nécessaire pour agir en faveur de l’université»

Les syndicats du secteur demandent à être accueillis par le Premier ministre afin que celui-ci revienne sur ces deux dispositions lors des dernières discussions parlementaires prévues mardi à l’Assemblée nationale et vendredi au Sénat. Une grève des enseignements baptisée «écrans noirs» est en cours depuis vendredi et une manifestation est prévue ce mardi.

La ministre essaie de reprendre la main dans une tribune parue dans le Monde le 12 novembre où elle s’en prend vertement à la CP-CNU qualifiée d’«excessive» et «théâtrale». Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU répond à la ministre dans Libération.

Comment réagissez-vous à la tribune de Frédérique Vidal qui juge votre lettre ouverte «maladroite» et vous appelle à vous «ressaisir» ?

 

Cette tribune nous a choqués. Plusieurs éléments tiennent de la contre-vérité et du procès d’intention. Frédérique Vidal évoque des querelles internes au sein de la CP-CNU et parle d’une expression du bureau, mais c’est oublier que notre texte a été soumis au vote des 240 membres de la CP-CNU. Sur 69% de votants, nous avons obtenu 94% de bulletins favorables à l’envoi de cette lettre. Nous avons donc demandé un droit de réponse au journal le Monde qui a publié la tribune de la ministre.

Je conçois que notre lettre ouverte au président de la République ne lui ait pas fait plaisir mais cette situation est le fruit des difficultés que nous nous avons à rentrer en discussion avec le ministère. Depuis mon élection en janvier dernier, je n’ai vu la ministre qu’une seule fois et depuis le lancement des consultations sur ce projet de loi en février 2019, la CP-CNU n’a jamais été associée aux réflexions.

 

Justement, la ministre vous invite à accepter «l’exercice démocratique» qu’a représenté l’élaboration de cette loi. Que répondez-vous ?

Je me demande qui fait preuve de «déni de démocratie» pour reprendre ses termes. La ministre parle du vote positif du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (Cneser) sur la loi, mais elle oublie de mentionner que celui-ci a eu lieu à 6h45 du matin après plus de vingt heures de débat, une nuit blanche et en l’absence de beaucoup d’organisations syndicales ayant boycotté la séance.

Cette loi a été passée en procédure accélérée au Parlement en pleine crise sanitaire. La communauté universitaire s’est largement exprimée contre, sans qu’aucune critique ne soit jamais prise en compte. Que penser du processus démocratique, quand des amendements sont passés en catimini, dans la nuit, sans débat, alors que les enseignants-chercheurs doivent organiser l’accueil des étudiants et la continuité pédagogique en période de pandémie ?

Continuer la lecture

Les juristes élargissent leurs revendications : motion du laboratoire MIL, UPEC

Les revendications s’élargissent progressivement dans les facultés de droit, et c’est désormais la loi dans son ensemble qui est contestée, et non plus la seule mise à l’écart du Conseil national des universités.

C’est le cas, par exemple, de la motion adoptée ce matin à l’unanimité par le laboratoire Marchés, Institutions, Libertés de la faculté de droit de l’UPEC, en complément des différentes actions de suspensions des activités décidées par les sections 01 (droit privé), 02 (droit public) et 03 (histoire du droit) du CNU.

Stop aux fantasmes sur le CNU

  • par Sandrine Lévêque, présidente de la section 04 du CNU, Alice Mazaud, vice-présidente de la section 04 du CNU,Jérémie Nollet, assesseur de la section 04 du CNU, Frédéric Ramel, vice-président de la section 04, Anne Cécile Douillet, ancienne président de la section 04, Olivier Nay, ancien président de la section 04

La nuit du 28 au 29 octobre derniers a été une nuit noire pour l’ESR. Les sénatrices et sénateurs présent-e-s y ont voté des amendements « surprise » qui remettent profondément en cause la liberté académique et la procédure de qualification, vidant le CNU d’une partie de ses missions essentielles. La suppression de la procédure de qualification et, du même coup, d’une des raisons d’être des différentes sections du conseil national des universités participe de la même entreprise de démolition des instances et procédures qui garantissent la collégialité, la représentativité et l’indépendance du monde universitaire. Il s’agit ni plus ni moins de déposséder une instance en partie élue par ses pairs d’un mode de régulation de la discipline au profit des chefs d’établissement. Cela parachève l’édifice de la loi LRU, en démantelant les derniers rouages démocratiques du service public national de l’enseignement et de la recherche.

Le rôle du CNU, et en particulier de la mission de qualification, a été très souvent discuté et contesté. Le CNU est encore parfois perçu comme une institution tenue par de vieux mandarins dont la seule mission et le seul objectif seraient de censurer les travaux de jeunes collègues qui aspirent à entrer dans la discipline et les métiers de l’enseignement et de la recherche. Les membres du CNU sont parfois aussi soupçonnés d’exercer une forme de censure à l’égard de collègues plus brillants qu’eux et auxquels ils n’attribueraient ni promotion, ni CRCT, ni PEDR.

Il convient de rappeler que le CNU est d’abord et avant tout une instance élue au 2/3. Un tiers des membres est nommé. Ses quatre missions principales sont la qualification, l’attribution de CRCT, l’avancement et la production d’avis sur la PEDR.  Le CNU est composé à part égale de professeur·es, de maîtres et maîtresses de conférences engagé.e.s et sincères qui remplissent une mission extrêmement chronophage et peu reconnue. Aujourd’hui, la moyenne d’âge de la section 04 est de 45 ans. Les membres de la section proviennent de Paris et des régions, appartiennent à tout type d’institutions : des universités où la science politique est bien représentée, des IEP, mais aussi des universités où la science politique est très minoritaire.  Ils et elles représentent aussi des sous-spécialités de la science politique (sociologie politique, histoire des idées, relations internationales) et toutes les sensibilités théoriques.  L’institution est presque paritaire ; les femmes, en particulier dans le collège A, y sont davantage représentées que dans l’ensemble de la profession1.

https://www.flickr.com/photos/104656857@N06/27515510637/in/photolist-HVsbFP-ZbUNQC-AEsSso-YnUzkL-G3eaNv-Azc4BJ-BRki9d-GtBHru-ZxHJ7q-SQxVQZ-t5iiZD-KpLKbC-y8jW3a-NDbUCS-NLWhMj-2cDa2e2-tpxUz2-Ab88B3-zVVX1H-NXgKc8-28rHmrS-GaotsF-26UUt1i-zM6gRf-ZxEAv7-AYBE8L-N69zgY-MYPHKz-HWZjaY-22zTTe5-UXmwwW-BV1VVm-ya5cuL-CACveD-rw3CoQ-rw3t7U-UinAFA-EEQ2sL-21gJTPK-MArbGN-vEiJmG-AHuczQ-vEz6XZ-2aHcwiJ-HiNevB-RSrvR8-rnDLY8-Hbbb9G-MYS2BB-2ahhuVG

Before the storm, Ignacio Ferre Pérez, 2018

Une année type pour un membre du CNU signifie qu’il siège deux semaines par an après avoir produit plus d’une quarantaine de rapports (de qualification, d’avancement, d’attribution de CRCT, ou de PEDR). Les travaux du CNU se déroulent dans le strict respect de règles de déontologie fixées par le ministère, règles qui sont renforcées par la section 04 pour assurer transparence et équité à chacune de ses délibérations. Les semaines sont souvent longues, les débats serrés et de grande qualité et sont toujours guidés par l’intérêt de la discipline. C’est bien l’engagement et la sincérité des collègues qu’il faut souligner.

Continuer la lecture

  1. Sur le fonctionnement des sections du CNU, on se reportera au rapport élaboré en 2015 par la CPCNU sous la responsabilité d’Olivier Nay. Sur la composition de l’actuel CNU, nous vous invitons à vous reporter au rapport d’activité de la section 04. []

LPR : nouvelle modification du calendrier d’examen au Sénat

La fabrique de la loi #50

← Article précédent

Article suivant­ →

Le calendrier d’examen, par le Sénat, du projet de loi de programmation de la recherche a une nouvelle fois été modifié, du fait du discours du Premier ministre sur l’évolution de la situation sanitaire qui se tiendra jeudi.

L’examen qui devait se tenir sur cinq séances (une séance du matin, deux séances d’après-midi, deux séances du soir) ne s’étalera plus que sur trois séances (une séance du matin, une séance d’après-midi raccourcie, une séance du soir).

La nuit de mercredi à jeudi s’annonce longue. Mais voilà un projet de loi dont l’examen est, dans tous les cas, vite expédié !

Le nouveau calendrier est donc le suivant :

  • Début de l’examen en hémicycle du projet de loi par le Sénat : mercredi 28 octobre 2020 à 16h30, puis le soir
  • Suite de l’examen en hémicycle du projet de loi par le Sénat : jeudi 29 octobre 2020 à 10h30.

    Blondinrikard Fröberg, « Clockwork », 6 juillet 2016

Décès d’une étudiante à l’Université de Tours : les économies tuent

Academia a relaté le 17 octobre dernier le triste décès d’une étudiante de l’Université de Tours. Le témoignage ci-dessous que nous reprenons du site Université ouverte, avec leur autorisation, pointe la responsabilité du président de Tours, Philippe Vendrix

  • par un·e enseignant·e de l’Université François Rabelais de Tours, Université Ouverte, 20 octobre 2020

Mercredi 14 octobre, une femme de 30 ans, étudiante en M1 de sociologie à l’Université de Tours, est décédée après avoir fait un malaise cardiaque pendant qu’elle suivait un cours sur le site de Fromont. Cet accident pourrait n’être qu’un tragique fait divers, s’il ne renvoyait aux manquements de l’institution en matière de sécurité et de protection de la santé des travailleur·ses et des étudiant·es. En tant que membre du corps enseignant de l’Université de Tours, j’ai moi-même pu observer plusieurs dysfonctionnements dans l’organisation de la prévention, mais aussi dans la gestion de cette crise.

En premier lieu, comme le relate la presse locale, la victime n’a pas pu bénéficier de soins appropriés, faute de matériel : ses camarades ont cherché en vain dans les locaux de Fromont un défibrillateur pour la ranimer. Ce défaut d’équipement n’a rien d’exceptionnel : bien au contraire, c’est plutôt la règle à l’Université de Tours. En tant que SST (sauveteur·euse secouriste du travail), j’ai suivi plusieurs formations aux premiers secours organisées par l’Université, où j’ai pu constater que les considérations budgétaires l’emportent toujours sur la sécurité des personnes. Dans ces formations, fondées sur le volontariat, on nous apprend effectivement à utiliser un défibrillateur, mais on nous explique aussi que tous les sites ne peuvent en être équipés car le coût d’entretien de chaque appareil serait prohibitif. De mémoire, lors de ma dernière formation il y a deux ans, seuls trois des très nombreux sites que compte l’Université de Tours en étaient dotés. Pour pallier ce manque, les formateurs conseillaient aux SST de télécharger une application sur leur téléphone permettant de géolocaliser les défibrillateurs à proximité dans l’espace public (par exemple, dans les pharmacies ou les gares SNCF) : à charge des individus de compenser le manque d’investissement de l’institution.

Cependant, l’absence de moyens n’est pas uniquement matérielle. Cette étudiante aurait eu besoin d’être prise en charge par du personnel formé aux premiers secours et, a minima, d’être accueillie dans un bâtiment correctement aménagé pour recevoir du public. Or, c’est tout l’inverse qui s’est produit : ce sont ses camarades qui ont tenté de lui faire un massage cardiaque, après avoir essayé en vain de joindre des membres du personnel pendant une heure. D’autre part, les secours ont rencontré des difficultés pour parvenir au bâtiment, en l’absence de personnel muni du badge nécessaire à l’ouverture des barrières. Les étudiant·es dénoncent depuis des années la vétusté du site de Fromont, qui est très largement sous-doté sur de nombreux plans ; ce drame n’en est malheureusement qu’un tragique symptôme.

https://www.flickr.com/photos/iz4aks/3380106910/in/photolist-4Zsp4D-69FW2m-92Ju6T-92JtXx-c2637q-mT6pMY-4osZrt-8GpSWe-6o6dU3-2hmXLzk

Defibrillateur (c) Giorgio Minguzzi, 2009

Continuer la lecture

Explications aux sénateurs et aux sénatrices par le coNRS

En passant

Lettre ouverte
à l’adresse de mesdames les sénatrices et messieurs les sénateurs
à propos du projet de loi de programmation de la recherche

Lettre au format PDF

Le 22 octobre 2020

 

 

Madame la Sénatrice, Monsieur le Sénateur,

Vous aurez prochainement à examiner le projet de loi de programmation de la recherche (LPR).

Comme le rappelle l’exposé des motifs du texte transmis au Parlement avant l’été, la LPR vise à définir « l’ambition de notre pays pour son système de recherche publique et le soutien à sa recherche privée » pour les dix prochaines années, à permettre « l’émergence d’une nouvelle génération de jeunes scientifiques qui [aura] vocation à porter le nouvel essor de la recherche publique française et son rayonnement dans l’ensemble de la société et dans le monde » et à traduire « un choix politique majeur : (…) replacer la science et la rationalité scientifique au cœur du pacte social et du développement économique du pays ».

La communauté scientifique partage cette ambition forte. Elle partage également en grande partie le diagnostic établi par les trois groupes de travail mis en place au printemps 2019 par la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

En revanche, elle diverge profondément sur les mesures à mettre prioritairement en œuvre. Force est de constater, en effet, que ce projet de loi ne répond pas aux principales attentes qui ont été exprimées par la communauté scientifique lors de la phase de « consultation » organisée par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) au printemps 2019, attentes dont le Comité national avait été l’un des porte-paroles mais qui avaient été également formulées dans des termes très proches par d’autres collectifs. Au contraire, ce projet de loi confirme pleinement les inquiétudes exprimées à plusieurs reprises par le Comité national depuis les premières annonces présidentielles et gouvernementales à la fin de l’année 2019.

Cinq points en particulier méritent à nos yeux une attention particulière du législateur.

1. La « trajectoire d’emplois » prévue concernant les personnels statutaires (chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et techniciens) est très en-deçà du redéveloppement nécessaire.

Continuer la lecture