Offres de post-doctorats. Rappel aux abonné-es de l’ANCMSP de la législation

Paris, 27 mars 2022

En tant qu’association de défense des droits des jeunes chercheur.ses, l’ANCMSP surveille les annonces de postes qui circulent sur sa liste de diffusion afin de s’assurer qu’elles soient en conformité avec la législation et avec l’éthique professionnelle qu’elle défend.

Depuis la mise en œuvre de la LPR, celle-ci dispose en l’article L.412-4 de la Loi n°2020-1674 du 24 décembre 2020 de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030 que les contrats post doctoraux doivent être conclus “pour une durée minimale d’un an et maximale de trois ans”.

Or, ces dernières semaines, nous observons que le flou entourant la qualification des postes soumis à candidature permet des stratégies de contournement de cette disposition. En effet, afin de neutraliser l’une des rares mesures protectrices que compte la LPR – à savoir, l’obligation d’une durée minimale d’un an pour les contrats postdoctoraux – certaines offres re-qualifient artificiellement les missions proposées en poste d’ingénieur.e de recherche, catégorie qui échappe aux nouvelles normes de recrutement et qui permet de proposer des contrats inférieur à un an. Le tout en exigeant parfois la possession d’un doctorat.

Notre association condamne vigoureusement cette pratique qui consiste à jouer des inégalités statutaires entre les différentes catégories de personnels de l’ESR pour maintenir sur le marché de l’emploi postdoctoral des formes de contrats parmi les plus pourries de notre champ professionnel. Continuer la lecture

IEP de Grenoble : deux interpellations dans le Var pour des propos haineux en ligne

En passant

Islamophobie à l’IEP de Grenoble : deux interpellations dans le Var pour des propos haineux en ligne,

Extraits.

C’est un rebondissement varois dans l’affaire de l’IEP de Grenoble, avec l’interpellation de deux personnes ce mardi à Toulon et la Crau. En toile de fond de cette affaire, un conflit autour de la signification du terme islamophobie opposant un professeur notamment de l’IEP de Grenoble en début d’année dernière et cette enseignante du laboratoire de sciences sociales [dont il a jeté le nom en pâture].

Sciences-po Grenoble (Isère), le 9 mars. Des étudiants manifestent devant l’école contre l’islamophobie, quelques jours après les accusations contre deux professeurs. AFP/Philippe Desmazes

Continuer la lecture

Service civique et consorts: les voies diverses de l’exploitation

Le 21 décembre 2020, un collectif publiait un texte à la suite d’un défi lancé par Academia : comment caractériser les conditions de travail offertes à la génération des 18-25 ans, en âge de travailler, de faire des études, et partant, de travailler pour payer leurs études. Dans le contexte de l’installation dans la pandémie, les étudiant·es faisaient déjà la queue aux distributions alimentaires. C’était l’occasion de réfléchir au rapport au travail qui était imposé à celles et ceux qui y entraient pour la première fois.

  • par Comme les prises électriques et les madeleines sans gluten, blog de Mediapart, 21 décembre 2020

Le dernier reportage de Cash Investigation 1 mené par Élise Lucet rend compte de l’exploitation des jeunes adultes (de 16 à 25 ans) dans les services publics français via le service civique. Le dispositif crée en 2010 aime à confondre « engagement citoyen », bénévolat et travail gratuit. Néanmoins, les dispositifs qui permettent de tirer profit de la précarité sont nombreux, le service civique n’est pas le seul mais il dépeint l’envers d’un système qui promeut un salaire minimum alors même que celui-ci n’existe pas tant les mesures pour le contourner sont nombreuses. La crise pandémique du COVID19, a été l’occasion d’utiliser les stagiaires infirmier·es pour des salaires de moins de 2 euros de l’heure. Dans le même temps, une prime de 5000 à 8000 euros est offerte aux entreprises qui recrutent des jeunes alternant·es (ce qui revient à peu près à décharger celles-ci du coût total d’un·e alternant·e pour près d’un an). Ces mêmes primes n’ont pas profité aux étudiant·es alternants dont le salaire débute à 415 euros pour 35h par mois pour les plus jeunes. Les jeunes sont souvent les premier·es a être confronté·es à ces formes « d’exploitation » mais ils/elles ne sont pas les seul·es.

Le service civique

« L’engagement citoyen » prend la forme d’un contrat établi entre une structure (pas nécessairement associative) et un·e jeune pour une durée allant de 6 à 12 mois, avec un « service » de 24 à 35 heures hebdomadaires, pour une indemnité de 580 euros par mois. Il est à noter que le « service civique » ne prétend pas payer les jeunes, l’indemnité perçue n’est pas basée sur le nombre d’heures effectuées (travaillées) et dès lors, toutes les dérives sont permises.  Si l’on basait ce travail effectué sur le salaire minimum de croissance (SMIC), un travail à 24 heures par semaine devrait être payé à minima à hauteur de 827 euros par mois. Nous sommes loin des 580 euros qui parfois couvrent un « engagement » à 35 heures, voire plus, par semaine2.

Mission locale, Montreuil-sur-Mer

Continuer la lecture

  1. https://www.france.tv/france-2/cash-investigation/2113317-service-public-liberte-egalite-rentabilite.html et https://www.youtube.com/watch?v=63DyMWIy7jI. []
  2. « La durée hebdomadaire de la mission de Service Civique doit représenter entre 24 heures et 48 heures, reparties sur au maximum six jours. Pour les volontaires de 16 à 18 ans, la durée hebdomadaire ne doit pas excéder les 35 heures, reparties sur au maximum cinq jours. La possibilité de proposer une mission d’une durée hebdomadaire de 48 heures doit rester exceptionnelle ; il s’agit d’une durée maximale. En règle générale, les missions proposées en Service Civique ont une durée hebdomadaire de 24 à 35 heures. » https://www.service-civique.gouv.fr/faq-volontaire. []

Marie-Claude Lorne in memoriam. Un suicide, dans les règles (1)

Academia publie une série de billets en mémoire de Marie-Claude Lorne, maîtresse de conférences à l’Université de Bretagne Occidentale, qui s’est jetée dans la Seine le 22 septembre 2008. Elle venait d’apprendre que l’université refusait sa titularisation, plus de deux mois après la décision. Son corps est retrouvé le 3 octobre. À l’époque, Yves Michaud, professeur de philosophie, avait dénoncé les circonstances scandaleuses de ce suicide dans l’émission L’esprit public sur France-Culture Cela lui avait valu une procédure pour diffamation, dont l’Université de Bretagne occidentale a été déboutée. Il était revenu en détail sur ce drame dans Traverses, le blog qu’il tenait sur le site de Libération — fermé depuis —, pour exposer les méandres malodorantes de l’affaire. Nous remercions Yves Michaud  qui nous a autorisés à reproduire ces textes, aujourd’hui dépubliés1.

  • par Yves Michaud, Traverses, 28 octobre 2008

Il ne suffit pas pour devenir fonctionnaire de réussir un concours. Il faut après une période comme fonctionnaire stagiaire être titularisé. À quelques rarissimes exceptions près, il s’agit d’une formalité. Sauf… J’ai parlé il y a quelques temps à la fin de l’Esprit public, dans ma “brève”, de ce qui est arrivé à l’université de Brest à une jeune maître de conférences en philosophie, madame Marie-Claude Lorne. Il me faut y revenir tant l’affaire est grave… et étouffée.

Excellente chercheuse selon ceux qui l’ont dirigée, ayant donné toute satisfaction comme enseignante, Madame Lorne vit sa titularisation refusée lors de ce qu’on appelle « une commission de spécialité » le 13 juin dernier. J’ignore quelle fut la raison de ce refus de titularisation, mais il n’est même pas sûr qu’il y ait eu à donner une raison: les procès-verbaux sont aujourd’hui normalisés et demandent juste le résultat du vote. Elle ne fut pas titularisée à l’unanimité. Soit. L’étrange, c’est que cette unanimité fut de 2 votes sur 2 présents.

À ce qu’il semble, Madame Lorne fut prévenue de la décision fort tard — début septembre, je crois. J’attends qu’on me démente sur ce point. C’est fou ce que dans une administration on ne sait jamais comment trouver ses administrés!

Toujours à ce qu’il semble, Madame Lorne ne sut apparemment pas comment faire recours contre cette décision. Peut-être son possible appel était-il forclos.

Madame Lorne s’est jetée dans la Seine le 22 septembre, de la passerelle Simone de Beauvoir. Son corps fut retrouvé début octobre. Ça au moins c’est certain.

Passerelle Simone de Beauvoir. Crédit: Jean-François Gornet, 2009

Continuer la lecture

  1. La rédaction remercie Olivier Martin d’avoir mis ses archives à notre disposition. []

Les membres du CNU sur le point de démissionner. Motions de la session d’hiver

lAcademia a l’habitude de recenser les motions des sections du CNU. Cette année, elles sont tellement nombreuses, que nous abandonnons l’idée de pouvoir le faire et invitons les collègues à les enregistrer dans la base CPESR.

L’ensemble dénonce le mépris du MESRI, la politique de ressources humaines apportées par les décrets de la Loi de programmation de la recherche et menacent de démissionner si leurs revendications ne sont pas entendues.

Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU, et Fabrice Planchon, membre du bureau,  ont été reçus, à leur demande, par un membre du cabinet de la Ministre. Ils attendent désormais une confirmation par écrit des clarifications qui ont été apportées sur le sujet des promotions de grade.

Chaires de professeur junior : 3443,50 euros brut minimum

Update  4/3/2022

Cette rémunération est ‘équivalent de la rémunération d’un professeur d’université 3e échelon, ou de celle d’un ou une maîtresse de conférences 6e échelon.Champagne

NB: La rémunération est minimale.

Continuer la lecture

Academia ne recommande pas la nouvelle extension Sci-Hub de Firefox

La rédaction rappelle que Sci-Hub endommage les affaires de grosses compagnies parasites. En conséquence, il ne faut surtout pas installer cette extension Firefox qui ajoute des liens ScitHub aux articles scientifiques pour rendre la science plus accessible.

Ce serait une faute morale, rien de moins.

Libertés académiques en librairie

Deux ouvrages ont paru dans les derniers mois au sujet des libertés universitaires ou liberté(s) académique(s), qui méritent d’être débattus au sein de la communauté universitaire. Ailleurs en Europe, Robert Quinn, Executive Director of the Scholars at Risk Network a écrit “What is academic freedom?” à l’occasion des 50 ans de la Philipp Schwartz Initiative in 2021.

Le compte @MeTooFac, qui-est-ce ?

Nous sommes un collectif d’étudiant·es et ancien·nes étudiant.e.s qui a pour vocation de libérer la parole au sujet des violences sexistes et sexuelles (VSS) dans le milieu de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nous avons créé notre compte dans l’optique de publier et relayer des témoignages de VSS dans ce domaine. Les enquêtes les plus récentes montrent que près d’un tiers des étudiant.e.s dénoncent avoir été victimes ou témoins de VSS au cours des 12 derniers mois1.

Après l’émergence de plusieurs mouvements dans certaines grandes écoles comme #SciencesPorcs #supelec ou plus récemment #metooENS, il est aujourd’hui temps de créer un mouvement national pour que ces violences cessent. Nos établissements ne peuvent plus fermer les yeux et doivent agir contre ces violences ! Nous avons lancé le 12 décembre 2021 un appel à témoignages que nous invitons à diffuser largement.

Continuer la lecture

  1. Source : INED, Enquête Violences et rapports de genres, VIRAGE. []