Réalités du travail universitaire, par le quotidien Libération

Citation

L’université de Lille accuse un déficit de 6 millions d’euros et a de plus en plus recours à des vacataires pour faire des économies. Des contrats précaires et mal payés souvent assurés par des doctorants. Extraits

Universités : «L’excellence, on sait faire, c’est juste qu’on a zéro thune»

par Sheerazad Chekaik-Chaila – https://www.liberation.fr/france/2019/01/08/universites-l-excellence-on-sait-faire-c-est-juste-qu-on-a-zero-thune_1701733

«Je finis ma thèse. Je vais essayer d’avoir un poste d’enseignant à la fac. Sinon je retourne à l’agriculture…» ironise Benjamin (1), doctorant lillois en sciences politiques. «Moi, si je n’ai pas de poste, je serai fleuriste», annonce pour sa part Estelle, 27 ans, chercheuse en sociologie qui vient de décrocher une place d’attachée temporaire d’enseignement et de recherche (Ater) à l’université de Lille, payée 1 230 euros net par mois, pendant un an, renouvelable une seule fois. Douze mois de répit.

Mi-octobre, l’université de Lille a annoncé une «année blanche» pour la prochaine campagne de recrutement universitaire. La deuxième plus importante université de France, qui compte 67 000 étudiants et 6 700 salariés, a fini l’année dans le rouge, avec un déficit de 6 millions d’euros. Un plan de redressement, étalé sur cinq ans, prévoit de laisser vacants 73 postes d’enseignants-chercheurs et d’administratifs remplacés parfois par des contrats précaires. Des établissements, comme à Orléans ou Rennes-I, sont aussi concernés par des mesures d’austérité. Leur situation financière, ainsi que celle de huit autres universités et deux écoles d’ingénieurs, inquiète la Cour des comptes.

(…)  Par endroits, avec la progression du nombre d’étudiants et le manque de professeurs titulaires, des filières sont dépendantes de ces postes temporaires pour pouvoir continuer à assurer les cours.

Continuer la lecture

Entreprendre une réflexion sur les pratiques de recrutement en philosophie. Une tribune de Sud-Education Paris 1

Publiée sur  emetis@listes.univ-paris1.fr le jeudi 6 septembre 2018


Cette année, en philosophie, 18 postes de maître.sse.s de conférences ont été mis au concours dans le cadre de la session synchronisée 2018. Nous détenons actuellement, grâce au site Academia, des informations sur 16 des postes mis au concours et pourvus. Sur les 16 personnes classées premières sur ces postes, on ne compte que 3 femmes. La philosophie est ainsi l’une des disciplines, au sein des SHS, les plus inégalitaires et faisant le plus obstacle à la carrière des femmes. Cette situation est consternante et révoltante, nous souhaitons diffuser cette information le plus largement possible et appelons la communauté des philosophes universitaires à entreprendre une réflexion sur ses pratiques de recrutement.
Solidairement,
SUD Education Paris 1

Bourse CIFRE: une solution pour le financement doctoral en SHS?

Citation

Alors que les étudiants et étudiantes rendent leur Master, ceux ou celles qui recherchent des financements oublient souvent le dispositif CIFRE((Convention Industrielle pour la Formation par la REcherche) – peu accessible selon les disciplines. Toutefois, deux publications récentes proposent un retour d’expérience :

Tous et toutes soulignent la nécssité d’adaptation – mais invitent à explorer cette possibilité.