Contractuel.le.s français.e.s et britanniques: même combat?

En passant

Deux articles du Guardian évoquent une situation à l’Université de Cambridge qui s’apparente fort à celles dénoncée par les “précaires” français.

Le premier, paru le 4 juillet 2019, informe de la grève des enseignants à propos de la précarité du travail. Les syndicats dénoncent le fait que les contrats temporaires sont à l’origine des niveaux extrêmes de difficultés personnelles et financières. Deux-tiers des enseignant.e.s deCambridge sont payés à l’heure de travail effectuées et les deux-tiers n’ont pas de contrat, selon University and College Union (UCU). Les grévistes assurent que la nature incertaine de leur emploi a un impact sur leur santé mentale et d’autres ont des problèmes à régler leurs factures. L’article ajoute que l’écart de salaire lié au genre est de 19% 7 à Cambridge à comparer au 15,1% du secteur.

Peu de temps auparavant, The Guardian posait assez crûment la question: les doctorant.e.s représentent-il/elles du travail bon marché pour les Universités?

L’Université de Cambridge vient de descendre dans les classements internationaux, à l’instar de la recherche française. À quand une réflexion européenne sur l’emploi et ses abus dans l’enseignement supérieur et ses conséquences pour la recherche ?

Continuer la lecture

Un point de vue d’Outre-Manche sur la grève dans les universités

Par Yaël Kreplak

Depuis le 22 février, un mouvement de grève est en cours dans les universités britanniques, à l’initiative de l’University and College Union. Cette grève est une réaction à la réforme du système des retraites des employés de l’UUK (Universities UK), qui transformerait un régime de prestations définies (defined benefit scheme) – où le revenu est calculé en fonction de l’ancienneté et de l’échelle de salaire – en un régime à cotisations définies (defined contribution scheme) – où la gestion des fonds de retraite sera confiée à un organisme gestionnaire, et où le montant sera calculé en fonction des performances du marché,  sans aucune garantie.

Sur le site Brave New Europe, dédié à l’analyse critique du néo-libéralisme en Europe, Michael Mair, Senior Lecturer en sociologie à l’Université de Liverpool, suit la grève et en rapporte les évolutions, à travers une série de billets que l’on peut consulter ici :

Continuer la lecture

Mind the (gender pay) gap – ou le parti-pris d’aligner des salaires moyens hommes-femmes à l’Université

L’écart de salaire est un indicateur remarqué de l’inégalité professionnelle entre hommes et femmes. Déterminées par de nombreux facteurs, cette différence se révèle structurelle et les politiques usuelles de réduction des inégalités ne l’atténuent que très lentement. C’est pourquoi l’University of Essex a décidé de compenser directement cet écart, en opérant une péréquation salariale.

 

Voici comment l’Université justifie cette décision:

Notre action est déterminée par l’impatience croissante que nous éprouvons vis-à-vis d’autres politiques qui ont échoué à résorber l’écart de salaire de façon suffisamment rapide; aussi avons-nous pris la décision d’effectuer une augmentation [salariale] exceptionnelle pour le résorber.

Après un audit et des corrections statistiques,il a été constaté une nette différence au rang des professeurs. Les femmes se présentent moins à ces postes et elles le font plus tard, et par la suite, elles ont une moindre propension à demander bonus et augmentations.

Aussi, les instances de l’université ont-elles décidé de relever directement, au 1er octobre 2016, les salaires des professeures pour aligner leur moyenne sur celle de leurs collègues masculins. Conscientes que cette mesure ne saurait être suffisante, ces instances ont également instauré une série de mesures pour maintenir cet équilibre et envisagent d’appliquer la mesure à d’autres grades et groupes professionnels, nous aurons donc l’occasion d’y revenir.

Source :