Attaques fascistes contre étudiant-es et enseignant-es à Jawaharlal Nehru University (Dehli)

The Sabarmati hostel at the Jawaharlal Nehru University campus in New Delhi, India, after the attack. Photograph: Harish Tyagi/EPA

Aishe Ghosh, leader étudiant, après l’attaque à JNU

Dans la nuit du 5 au 6 janvier 2020, des bandes armées de marteaux et de barres de fer ont envahi Jawaharlal Nehru University, bastion universitaire de gauche. L’attaque, commanditée selon le porte-parole du syndicat étudiant,a été conduite par des hommes cagoulés que la police n’a pu identifier.

L’attaque a eu lieu alors que les étudiant-es ont initié un vaste mouvement de protestation contre la loi sur la citoyenneté voulue par le premier ministre Narendra Modi. Cette loi exclut les musulmans indiens de la citoyenneté indienne1.

La police est accusée d’avoir refusé d’intervenir alors qu’elle se trouvait aux abords de l’Université. Plusieurs victimes, dont Aishe Gosh, leader de la protestation étudiante contre la loi sur la citoyenneté, ont été inculpés pour des coups et blessures sur les gardiens de l’université.

Continuer la lecture

  1. “The law allows Hindus, Christians and other religious minorities who are in India illegally to become citizens if they can show they were persecuted because of their religion in Muslim-majority Bangladesh, Pakistan and Afghanistan. It does not apply to Muslims”. (The Guardian, “Narendra Modi defends contentious citizenship law among protests“, 22 décembre 2019). []

Deux universitaires emprisonnées en Iran commencent une grève de la faim et de la soif

Mise à jour 4/1/2020: La prisonnière universitaire née en Iran, Farida Adelkhah, a quitté le quartier d’isolement et transférée dans la prison des femmes d’Evin — requête formulée à l’occasion de sa récente grève de la faim. Mais l’universitaire australienne Kylie Moore-Gilbert reste détenue à l’isolement.  (Tweet du Centre for Human Rights in Iran, 4/1/2019)

 

Lettre ouverte de Dr. Kylie Moore-Gilbert et de Dr. Fariba Adelkhah

À nos familles, amis et soutiens :

En ce jour du 24 décembre 2019 nous commençons toutes les deux une grève de la faim en défense des libertés universitaires.

Nous menons cette grève au nom de tous les universitaires et chercheurs hommes et femmes en Iran et au Moyen Orient, qui, comme nous, sont injustement incarcéré-es en raison de chefs d’accusation fabriqués de toutes pièces, alors qu’ils faisaient simplement leur travail de recherche.

À ce jour, nous sommes détenues par les Gardes révolutionnaires d’Iran depuis une période extrêmement longue : plus de 15 mois pour Kylie Moore-Gilbert et plus de 7 mois pour Fariba Adelkhah. Nous avons subi de la torture psychologique et de nombreuses violations de nos droits humains fondamentaux.

Nous faisons la grève non seulement pour exiger notre libération immédiate mais aussi pour demander justice pour les innombrables milliers, hommes et femmes anonymes  que nous n’oublions pas qui souffront le même sort que nous ou pire encore, qui sont emprisonnés en Iran, alors qu’ils ou elles n’ont commis aucun délit.

En cette veille de Noël, nous vous demandons de vous joindre à nous pendant une journée en renonçant à vous alimenter et à boire afin de manifester votre solidarité alors que nous continuerons notre grève de la faim après Noël.

Nous espérons célébrer avec vous en chair et en os plutôt qu’en esprit à cette même date l’an prochain.

Merci pour votre soutien.

Il compte infiniment pour nous et nous donne la force de continuer à lutter.

Dr. Kylie Moore-Gilbert, University of Melbourne (Australia)
Dr. Fariba Adelkhah, Sciences Po (France)

lettre originale en anglais – traduction: C. Rabier

Continuer la lecture

Répression ouighoure: une nouvelle ampleur

Les régions ouighoures d’Asie centrale sous gouvernement chinois (Région autonome ouighoure du Xinjiang aussi connue sous son acronyme anglais XUAR) vivent depuis de longues années dans une certaine tension avec le gouvernement central. Après des violences entre Ouighours et Chinois survenues en juillet 2009 à Urumqi (capitale de la XUAR), l’État a placé la lutte contre le terrorisme en tête de ses priorités. Depuis l’arrivée en 2016 d’un nouveau secrétaire du parti de la région autonome, Chen Quanguo, de nombreux spécialistes évoquent une tentative inédite de surveillance de la population et de modification profonde de la culture, de la religion et du mode de vie ouighours. Depuis fin 2017-début 2018 une série de reportages dans la presse occidentale ont pointé l’existence de camps d’internement ou de rééducation dont les effectifs pourraient atteindre plusieurs centaines de milliers, voire un million ou plus (sur une population ouighoure d’environ 11 millions dans la XUAR). Après avoir longtemps nié ces informations, le gouvernement chinois a récemment changé de ligne et revendique maintenant ces camps comme des outils dans la lutte contre le terrorisme et pour proposer une formation professionnelle aux Ouighours.


Voici quelques liens.

Presse

Continuer la lecture