Two Academics for Peace in jail: freedom of expression is ever more trampled upon in Turkey 

“Turkey is incarcerating its academics!” This is what Tuna Altinel (Claude Bernard University of Lyon 1, France) wrote to the European solidarity networks last Wednesday (8th of May 2019), as Füsun Üstel stepped into the women’s prison in Eskişehir. A retired political science professor from Galatasaray University, Füsun Üstel is one of the 2237 signatories of the peace petition published in January 2016, that denounced the Turkish state’s violation of civilians’ basic rights in the Kurdish cities of Turkey. Since then, more than a third of the Academics for Peace have been prosecuted, on the grounds of “terrorist propaganda”. The outcome of the trials has invariably been a jail sentence. However, until recently, the indicted academics were sentenced to a maximum of two years in prison with a suspension provision, provided they refrained from committing further “crimes” over the following five years.

Füsun Ustel

Füsun Üstel refused this provision because she did not want to be condemned to silence. That is the reason why she is now behind bars. Other academics are likely to face a similar treatment soon: 33 of them followed her example and are awaiting their judgment on appeal. But there is more: in December 2018, Gencay Gürsoy was sentenced to 27-month imprisonment. Gürsoy is the former president of the Turkish Medical Association and a well-known activist of the fight for human rights in Turkey. As such, he was not judged for terrorist propaganda but for “insulting the Turkish people, the Republic of Turkey, the state institutions and the government”. Since then, several dozen academics have like him been sentenced to more than 24 months in jail, which means that the suspension provision is no longer an option. Furthermore, eleven members of the steering committee of the Union of Turkish Physicians have just been sentenced to 20 month-imprisonment for declaring, when Afrin was invaded in January 2018, that “war is a public health issue”.

Continuer la lecture

Pour la libération de Tuna Altinel, chercheur lyonnais emprisonné en Turquie

En passant

Tuna Altinel. Photo INSMI – CNRS

Une association d’universitaires appelle le gouvernement français à faire respecter les droits élémentaires du mathématicien et enseignant, incarcéré depuis le 11 mai en Turquie. Une énième arrestation qui suit celle d’une longue liste d’enseignants, mais aussi de journalistes, d’avocats et de fonctionnaires. Par l’association SUP-DDHT , Solidarité avec les Universitaires pour la paix et défense des droits humains en Turquie 19 mai 2019 à 16:57

Tribune. «La Turquie emprisonne ses universitaires.» Voilà ce que nous écrivait notre collègue Tuna Altinel le 8 mai. En effet, ce jour-là, Füsun Ustel était incarcérée à la prison pour femmes d’Eskisehir. Cette professeure de science politique à la retraite de l’université Galatasaray, une institution franco-turque, fait partie des signataires de la pétition pour la paix, rendue publique en janvier 2016, qui dénonçait la violation par l’Etat des droits élémentaires des civils dans les villes kurdes de Turquie. Depuis lors, près d’un tiers de ces 2 237 universitaires pour la paix ont été poursuivis, accusés de «propagande pour une organisation terroriste». Ces procès finissent toujours par des condamnations; toutefois, jusqu’à récemment, les peines étant inférieures à deux ans de prison, il était possible d’obtenir un sursis, à condition de s’abstenir pendant cinq ans de commettre de nouveaux «crimes» – «infractions» dont la qualification criminelle est laissée à l’appréciation des juges.

Continuer la lecture

Questions pour l’Europe : la CPU, la novlangue et les élections 2019

À l’occasion des élections au Parlement européen, la Conférence des Président.e.s d’université française et ses homologues allemande (HRK) et polononaise (KRASP) ont fait parvenir vers le 10 mai une série de questions aux têtes de listes européennes représentées dans leur parlement respectif. La Conférence des Recteurs d’Université allemande – qui n’a pas retenu la question 7 sur les valeurs – a publié les réponses sur son site. En attendant que la CPU fasse de même, nous publions les questions qui sont parvenues aux différents partis français. 

Peinture murale de Banksy (Douvres, 2017)

Questions aux têtes de listes nationales pour les élections au Parlement européen en 2019

Introduction

Les universités constituent une partie importante du patrimoine culturel de l’Europe. Elles représentent également les laboratoires et les centres d’éducation de demain pour environ 20 millions d’étudiants dans l’UE. Elles créent le moteur des écosystèmes d’innovation de l’Europe en éduquant les forces de travail et la majorité des dirigeants sociétaux et culturels de l’Europe. Elles fournissent la recherche critique et indépendante qui préparera l’Europe aux défis technologiques et sociétaux de l’avenir. Un niveau d’éducation élevé permettant aux étudiants de penser de manière autonome, indépendante avec une orientation social est d’une importance capitale pour l’économie et la cohésion politique et culturelle de nos sociétés.

Continuer la lecture

Des doctorants suisses réclament de meilleures conditions de travail

En publiant dimanche dernier, “Prise de Positions concernant L’Encouragement de la Relève Académique dans les Hautes Écoles Suisses“, Actionuni, organisation représentante de jeunes chercheurs en Suisse, appelle à de meilleures conditions de travail pour les doctorants.

Leur position paper liste 8 revendications :

  1. Diversification des Parcours Professionnels au sein des Hautes Écoles et Carrières Alternatives, avec des profils alternatifs, à durée indéterminée, et ne dépendant pas d’une chaire.
  2. Gestion Professionnelle du Personnel.
  3. Profil double „Recherche/Pratique“, pour dépasser le dogme du « up or out ».
  4. Transparence des Parcours Professionnel.
  5. Renforcement des hiérarchies horizontales et des modèles de travail inclusif.
  6. Temps Minimal de Recherche : la recherche doit être considérée comme une activité professionnelle donnant droit à une rémunération au même titre que n’importe quelle autre prestation. La recherche devrait représenter au moins 60% de temps absolu des doctorants, qui devraient également se voir accorder des semestres de recherche rémunérés.
  7. Des carrières Compatibles avec la Vie de Famille et autres Obligations.
  8. Droits de Participation aux choix des établissements en matière de stratégie et de règlements.

Ce qui ressort principalement de cet appel, c’est une critique de la précarité des doctorants et la centralité de la recherche dans leur pratique. Pour la rectrice de l’Université de Lausanne, l’université n’a pas vocation à faire de la recherche, ni les moyens de contenter en postes stables tous les appétits de recherche, et doit se concentrer sur la formation1.


  1. https://www.rts.ch/info/suisse/10244473-les-doctorants-de-suisse-reclament-de-meilleures-conditions-de-travail.html []

Répression ouighoure: une nouvelle ampleur

Les régions ouighoures d’Asie centrale sous gouvernement chinois (Région autonome ouighoure du Xinjiang aussi connue sous son acronyme anglais XUAR) vivent depuis de longues années dans une certaine tension avec le gouvernement central. Après des violences entre Ouighours et Chinois survenues en juillet 2009 à Urumqi (capitale de la XUAR), l’État a placé la lutte contre le terrorisme en tête de ses priorités. Depuis l’arrivée en 2016 d’un nouveau secrétaire du parti de la région autonome, Chen Quanguo, de nombreux spécialistes évoquent une tentative inédite de surveillance de la population et de modification profonde de la culture, de la religion et du mode de vie ouighours. Depuis fin 2017-début 2018 une série de reportages dans la presse occidentale ont pointé l’existence de camps d’internement ou de rééducation dont les effectifs pourraient atteindre plusieurs centaines de milliers, voire un million ou plus (sur une population ouighoure d’environ 11 millions dans la XUAR). Après avoir longtemps nié ces informations, le gouvernement chinois a récemment changé de ligne et revendique maintenant ces camps comme des outils dans la lutte contre le terrorisme et pour proposer une formation professionnelle aux Ouighours.


Voici quelques liens.

Presse

Continuer la lecture

In memoriam Fallou Sene : grèves étudiantes au Sénégal

http://afriquemidi.com/2018/05/18/emouvante-lettre-posthume-de-fallou-sene-par-le-collectif-des-etudiants-de-lugb/

Le 16 mai 2018, les universités sénégalaises s’embrasaient : en cause, la mort de Mouhamadou Fallou Séne, étudiant en deuxième année de français à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal) le mardi 15 mai.Revendiquant le versement et l’augmentation des bourses d’études, les manifestations ont occasionné des violences policières et mort d’un étudiant. Aussitôt les enseignants du supérieur se mettaient en grève pour 48h, en solidarité avec les étudiants.

Aujourd’hui les étudiants suspendent leur mouvement jusqu’au 1e juillet, mettant au défi le gouvernement de Macky Sall de mener à bien les promesses. D’ores et déjà les bourses de juin ont été versées. Reste à établir les responsabilités dans la mort de Fallou Séne.

Continuer la lecture

Un point de vue d’Outre-Manche sur la grève dans les universités

Par Yaël Kreplak

Depuis le 22 février, un mouvement de grève est en cours dans les universités britanniques, à l’initiative de l’University and College Union. Cette grève est une réaction à la réforme du système des retraites des employés de l’UUK (Universities UK), qui transformerait un régime de prestations définies (defined benefit scheme) – où le revenu est calculé en fonction de l’ancienneté et de l’échelle de salaire – en un régime à cotisations définies (defined contribution scheme) – où la gestion des fonds de retraite sera confiée à un organisme gestionnaire, et où le montant sera calculé en fonction des performances du marché,  sans aucune garantie.

Sur le site Brave New Europe, dédié à l’analyse critique du néo-libéralisme en Europe, Michael Mair, Senior Lecturer en sociologie à l’Université de Liverpool, suit la grève et en rapporte les évolutions, à travers une série de billets que l’on peut consulter ici :

Continuer la lecture

Turquie : appel pour la liberté des universitaires

Citation

A man passes next to the main gate of Istanbul University in the district of Beyazit on February 24, 2017 in Istanbul. / AFP PHOTO / OZAN KOSE

Voici l’appel des universitaires de France publié sur le site de Libération le 5 décembre 2017 et dans le quotidien daté du 6 décembre.

Pour signer cet appel (prénom, nom, discipline ou spécialité, institution universitaire) : appeluniversitairesturquie2017ATgmail.com

Les premiers procès de 150 enseignants et chercheurs, accusés de propagande par le gouvernement Erdogan, ont commencé mardi 5 décembre 2017.

Ces collègues hommes et femmes, de toutes disciplines et de toutes générations, sont poursuivis pour les mêmes motifs : leur adhésion à la pétition des «Universitaires pour la paix», s’alarmant du sort des populations civiles kurdes prises en otages par la guerre entre le PKK et les forces de sécurité de l’Etat, signée par 1128 d’entre eux dès le 11 janvier 2016 (et par plus de 1 000 universitaires encore la semaine suivante). Très vite, le pouvoir en la personne même du président de la République, Recep Tayyip Erdogan, cible les signataires accusés d’être de «pseudo-intellectuels», une «foule informe», des «traîtres à la nation», des «forces occultes» qui se permettent de critiquer l’Etat turc et qui sont donc «des terroristes». Le mot est lancé, les articles du code pénal sont là pour engager des poursuites contre les signataires, victimes en parallèle de mesures de rétorsion administrative, licenciements de leur université, mises à l’écart définitives de l’enseignement conduisant certains au suicide (Mehmet Fatih Tras) et aux grèves de la faim (Semih Ozakça et Nuriye Gülmen).

La répression consécutive à la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016 qui s’abat bien au-delà des responsables directs vise particulièrement les universitaires coupables de vouloir maintenir la liberté de pensée, de recherche et d’enseignement indispensable à une vie démocratique et à laquelle, en Turquie particulièrement, nombreux ont été celles et ceux à sacrifier leur carrière et même leur vie.

Aujourd’hui, les «Universitaires pour la paix», qui n’ont fait qu’exercer leur métier et les valeurs qui s’y attachent, sont traduits en justice dans des procès séparés pour déjouer la solidarité des signataires et intimider la société déjà assommée par la politique répressive du régime d’Erdogan. Ces universitaires sont accusés de propagande en faveur du PKK, considéré comme une organisation terroriste, et d’atteinte à l’image de la Turquie à l’étranger : un crime passible de sept années et demie d’emprisonnement.

Les soussignés, chercheurs et enseignants des établissements français de l’enseignement supérieur et de la recherche, entendent dénoncer la caricature de justice mise en œuvre par le régime d’Erdogan. Après la mise au pas de la presse qui a jeté en prison 160 journalistes et près de 500 avocats, phénomène unique parmi les grands pays se réclamant aujourd’hui de l’Etat de droit et de la démocratie parlementaire, après la répression implacable contre le parti d’opposition HDP, dont les principaux dirigeants et cadres sont détenus, après l’arrestation de figures éminentes de la société civile engagées pour la paix, dont Osman Kavala, les soussignés condamnent les violations multiples des libertés universitaires en Turquie qui visent à briser toute autonomie intellectuelle chez celles et ceux qui contribuent au savoir et à la capacité de jugement de la société. Les universitaires français sont nombreux à manifester leur vigilance sur la question de la liberté de pensée, de recherche et d’enseignement depuis le tournant liberticide de la Turquie que plusieurs des signataires avaient dénoncé dès 2011. Ils saluent par cet appel le courage de leurs collègues de Turquie qui sont aujourd’hui, dans leur résistance aux violences d’un pouvoir oppressif, l’honneur de notre métier et l’honneur de la Turquie.

L’appel est aussi publié sur le site du Groupe international de travail (GIT) «Liberté de recherche et d’enseignement en Turquie» et sur le site de Solidarité avec les Universitaires pour la paix et défense des droits humains en Turquie.

  • Parmi les signataires :

Michel Agier anthropologue (EHESS) Tuna Altinel mathématicien (université Lyon-I) Stéphane Audoin-Rouzeau historien (EHESS) Igor Babou sémioticien (université Paris-Diderot) Annette Becker historienne (université de Paris-Nanterre) Alain Blum démographe (EHESS) Luc Boltanski sociologue (EHESS) Patrick Boucheron historien (Collège de France) Olivier Bouquet historien (université Paris-Diderot) Hamit Bozarslan historien (EHESS) Edouard Brézin physicien (ENS) Michel Broué mathématicien (université de Paris-Diderot) André Burguière historien (EHESS, LDH) Alain Caillé sociologue (université Paris-Nanterre) Claude Calame historien (EHESS) Pierre Cartier mathématicien (université Paris-Diderot, IHES) Christophe Charle historien (université Paris-I-Panthéon-Sorbonne) Yves Déloye politiste (Sciences-Po Bordeaux) Sophie Desrosiers anthropologue (EHESS) Vincent Duclerthistorien (EHESS, Sciences-Po) Selim Eskiizmirliler neuroscientiste (université Paris-Diderot) Eric Fassin sociologue (université Paris-VIII) Kristian Feigelson sociologue (université Sorbonne nouvelle) Bastien François constitutionnaliste (université Paris-I-Panthéon-Sorbonne) ; Diana Gonzalez sociologue (Sciences-Po) Ahmet Inseléconomiste (université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne) Raymond Kévorkian historien (université Paris-VIII) Christiane Klapisch historienne (EHESS) Pascale Laborier politiste (université Paris-Nanterre) Rose-Marie Lagrave sociologue (EHESS) Nicole Lapierre sociologue (CNRS-EHESS) Frédéric Le Blay littéraire (université de Nantes) Emmanuelle Loyer historienne (Sciences-Po) Catherine Mayeur-Jaouen historienne (université Paris-Sorbonne) Pierre-Michel Menger sociologue (EHESS, Collège de France) Edgar Morin sociologue (CNRS Paris) Claire Mouradian historienne (CNRS) Véronique Nahoum-Grappe sociologue (EHESS) Thomas Piketty économiste (EHESS) Emmanuel Terray anthropologue (EHESS) Irène Théry sociologue (EHESS) Stéphane Tirard historien des sciences (université de Nantes) Lucette Valensihistorienne (EHESS) Sophie Wauquier linguiste (université Paris-VIII)…

Ailleurs dans la presse:

 

Résistance universitaire + cryptage des données = nouvelles arrestations en Turquie

L’association À Ta Turquie a fait paraître hier  – 10 juillet 2017 – la nouvelle suivante.

Le Figaro avec Reuters, le 10/07/2017
La justice turque a ordonné l’interpellation de 72 universitaires, annonce, aujourd’hui, l’agence de presse Anatolie, dont un ancien conseiller du principal dirigeant de l’opposition.

Les mandats d’arrêt ont été émis dans le cadre de l’enquête sur le mouvement du prédicateur musulman Fethullah Gülen, lequel vit en exil aux Etats-Unis depuis 1999 et qui est accusé d’avoir organisé le coup d’Etat manqué dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016 en Turquie, annonce la même agence de presse.

Kemal Kilicdaroglu, qui dirige le parti laïque CHP (Parti républicain du peuple), a déclaré hier soir devant une foule immense à Istanbul que la Turquie vivait sous la dictature. Il a promis de poursuivre son mouvement de protestation commencé il y a plus d’un mois à Ankara.

Continuer la lecture

Mind the (gender pay) gap – ou le parti-pris d’aligner des salaires moyens hommes-femmes à l’Université

L’écart de salaire est un indicateur remarqué de l’inégalité professionnelle entre hommes et femmes. Déterminées par de nombreux facteurs, cette différence se révèle structurelle et les politiques usuelles de réduction des inégalités ne l’atténuent que très lentement. C’est pourquoi l’University of Essex a décidé de compenser directement cet écart, en opérant une péréquation salariale.

 

Voici comment l’Université justifie cette décision:

Notre action est déterminée par l’impatience croissante que nous éprouvons vis-à-vis d’autres politiques qui ont échoué à résorber l’écart de salaire de façon suffisamment rapide; aussi avons-nous pris la décision d’effectuer une augmentation [salariale] exceptionnelle pour le résorber.

Après un audit et des corrections statistiques,il a été constaté une nette différence au rang des professeurs. Les femmes se présentent moins à ces postes et elles le font plus tard, et par la suite, elles ont une moindre propension à demander bonus et augmentations.

Aussi, les instances de l’université ont-elles décidé de relever directement, au 1er octobre 2016, les salaires des professeures pour aligner leur moyenne sur celle de leurs collègues masculins. Conscientes que cette mesure ne saurait être suffisante, ces instances ont également instauré une série de mesures pour maintenir cet équilibre et envisagent d’appliquer la mesure à d’autres grades et groupes professionnels, nous aurons donc l’occasion d’y revenir.

Source :

Suppressions et déclassements au CNRS: une tribune des travailleurs et travailleuses précaires

Parmi les nombreuses réactions aux déclassements (et suppressions de poste) par le jury d’admission du CoNRS, il en est une qui propose une analyse un peu différente: la situation de crise récente n’est que le symptôme des évolutions structurelles récentes où les docteur.e.s qui se proposent de travailler dans l’enseignement supérieur et la recherche – consentant pour cela bien des sacrifices personnels et familiaux – sont tenu.e.s dans un mépris structurel, induit par le nombre inflationniste de contrats courts inversement proportionnel à la raréfaction des postes statutaires. Nous remercions le collectif d’avoir accepté sa republication dans son intégralité. Ajoutons que cette situation qui s’aggrave de façon continue depuis le début des années 2000 est une façon bien grossière de s’assurer d’une population travailleuse  soumise, parce que jetable. Pas nécessaire la recherche la meilleure qu’il soit.

Cette année, le jury d’admission de l’INSHS a procédé à plusieurs déclassements, reclassements voire suppressions de postes dans les sections 32, 35, 36 et 39 [NDLR et 53] du CNRS. Sont passés sur des listes mails professionnelles des messages s’indignant, à juste titre, de la remise en cause du travail du jury d’admissibilité. Ces pratiques s’inscrivent dans une casse des procédures de recrutement des concours de la fonction publique dont ceux de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) ne sont pas les seuls à faire les frais. Par leurs justifications, ces déclassements expriment une fois de plus un développement nocif vers l’ « excellence » qui participe au retrait de l’égalitarisme dans l’ESR. Enfin, toute l’affaire relève surtout d’un problème cardinal : le manque de postes [NDLR: statutaires permanents].

Le Collectif des travailleur·e·s précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche, dont une majeure partie de ses membres est candidat·e ou futur·e candidat·e à ces concours, est en premier lieu concerné par la remise en cause du fonctionnement collégial et par ce manque de postes. Et pour les « candidat·e·s malheureux·ses » la violence de ces déclassements ou de la non obtention d’un poste après des années de sacrifices est sans commune mesure avec celle que semblent exprimer les membres des différents jurys d’admissibilité. S’il semble que cela soit une première au CNRS, nous, précaires-chômeurs·es-candidat·e·s depuis plusieurs mois ou années à des postes, vivons ces « dysfonctionnements » à chaque campagne de recrutement, de manière plus ou moins publicisée.

Continuer la lecture

Appel au boycott du système d’enseignement supérieur turc

Citation

NE SOYEZ PAS COMPLICES DES CRIMES DANS L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR TURC

Contexte

En janvier 2016, 2 212 universitaires travaillant en ou sur la Turquie signaient une pétition appelant le gouvernement turc à mettre un terme à la guerre dans la région kurde, à rechercher une solution pacifique à la question kurde, irrésolue depuis des décennies,  et à autoriser des observateurs internationaux à suivre la situation dans les villages et villes détruits par les forces de sécurité. Depuis, les signataires, connus sous le nom d’Universitaires pour la paix  ont été soumis à des attaques vindicatives et punitives ordonnées par le président de la République, Recep Tayyip Erdoğan, et appliquées conjointement par le gouvernement et les institutions de l’enseignement supérieur.

Les Universitaires pour la paix ont été accusés de trahison pour avoir appelé le gouvernement turc à mettre un terme à la violence contre ses propres citoyens. Suivant les instructions du président, le gouvernement, la police, le Conseil de l’enseignement supérieur et les présidents d’université ont uni leurs forces pour faire payer un lourd tribut aux Universitaires pour la Paix. La campagne de lynchage se poursuit et s’est traduite par de nombreuses mesures de rétorsion : vagues d’enquêtes criminelles et administratives, détentions, licenciements, annulations de passeport et interdictions de sortie du territoire, suppression des droits à la retraite et exclusion du marché de travail via une liste noire des numéros de sécurité sociale. Continuer la lecture

Menace sur les lettres et les sciences humaines aux USA

traduit du site du National Endowment for the Humanities

Washington, D.C. (23 mai 2017)— Margaret Plympton, vice-présidente du National Endowment for the Humanities (NEH) fait la déclaration concernant le budget de l’agence qui suit:

Aujourd’hui, l’administration Trump a rendu public le budget complet du gouvernement fédéral pour l’année fiscale 2018. La Maison Blanche a demandé au Congrès d’attribuer environ 42 millions 42 millions de dollars à la NEH afin de procéder à la fermeture en règle de la NEH. Cette somme inclut des fonds permettant d’honorer les financements en cours au 1e octobre 2017, ainsi que des fonds pour couvrir les dépenses administratives et les salaires concernés par la fermeture.

Alors que le NEH attend le résultat des délibérations du Congrès au sujet du budget proposé par la Présidence, l’agence va continuer ses opérations normalement et attribuera les financements de l’année fiscale 2017 après la réunion de son Conseil national en juillet. Continuer la lecture

Condamnations à la mort civile: Turquie après le référendum

Alerte Arrestations ! 

Sur une liste de diffusin en soutien aux hommes et aux femmes universitaires en Turquie, Tuna Altinel nous alerte.

“Si le 16 juillet 2016 a marqué les esprits de certains en Turquie comme le premier jour d’un coup d ‘état en continu, le 29 avril 2017 aura été l’une des dates où la mise en place de la dictature erdoğanienne a atteint des tailles irrationnelles,mais malheureusement réelles, un peu comme les gratte-ciels qui minent les paysages de grandes villes de Turquie. On a commencé la journée en apprenant que l’accès au Wikipedia était bloqué sous prétexte de… devinez!
Cette nouvelle était aussi ridicule que celle qui annonçait l’arrivée du soir était douloureuse. Deux nouveaux décrets ont coûté leurs postes à près de 4000 fonctionnaires dont 484 enseignant-chercheurs. Parmi les enseignants-chercheurs 65 sont signataires de la pétition pour la paix. “

Tuna Altinel ajoute que, parmi le millier de fonctionnaires limogés par décret (justice, armée, etc.), on trouve 65 signataires de la pétition Universitaires pour la paix. Certains d’entre eux avaient déjà été licenciés, mais le limogeage par décret qui leur interdit désormais de sortir du territoire.

“Colonne après colonne vous y verrez nombres, noms d’universités, noms de femmes et d’hommes, de disciplines universitaires. C’est comment des milliers en Turquie découvrent que, sinon eux-mêmes, des proches, parents, amis, collègues ont été condamnés à la mort civile. La peine capitale est déjà en vigueur en Turquie!”

Merci à Tuna Altinel de continuer à nous alerter. Reste à savoir comme nous, citoyens européens, pouvons contribuer à aider les universitaires turcs et les citoyens turcs touchés par la chappe de plomb.

#IstandwiththeTurkishPeople

Message du 1e mai 2017, 15h15

Depuis ce matin, ont été mis en détention des signataires à Diyarbakır qui étaient exclus par le décret de samedi dernier.
Les noms qui nous sont parvenus sont :

  • Mustafa Sinemillioğlu
  • Yılmaz Turgut
  • Murat Kızıl
  • Emine Meşe
  • Fikret Uyar
  • Süleyman Kızıl
  • Tahsin Söğüt
  • Yasin Bedir .
  • Doğan Kurt n’était pas chez lui quand les forces de sécurité sont venues. Espérons qu’ils soient vite libérés.

Information à jour (2 mai 2017) – les 13 collègues arrêtés auraient été relâchés; un téléphone portable aurait été saisi.

LIens:

Trois recommandations votées lors du Conseil scientifique du CNRS des 24 et 25 avril 2017.

Le Conseil scientifique du CNRS vient d’émettre trois recommandations importantes: 1° manifester leur solidarité avec l’universitaire turque Pinar Selek 2° suspendre tous les échanges avec l’organisme de recherche Tübitak 3°demander le soutien à l’emploi et la limitation des financements sur projets

 

Informations sur la composition du CS et son mandat ici : http://www.cnrs.fr/comitenational/cs/cs_acc.htm
1. Solidarité avec Pinar Selek

Le conseil scientifique du CNRS exprime sa profonde solidarité envers notre collègue, la sociologue turque Pinar Selek, réfugiée politique en France et membre associée de l’UMR8245 « Migrations et société » (CNRS-IRD-Université de Nice), victime depuis 19 ans d’un insupportable harcèlement judiciaire dans son pays.