Polytechnique ou le pouvoir… masculin

En passant

À Polytechnique, des violences sexuelles révélées par une enquête interne, par Jessica Gourdon et Marine Miller, Le Monde, 11 avril 2022

Extraits.

Après Supelec en septembre 2021, qui déclarait une centaine d’agression sexuelle, voici une enquête interne de l’École Polytechnique, qui, accessible aux femmes depuis 1972, accueille toujours 83% d’hommes.À comparer avec les 72% d’hommes pour l’ensemble des écoles d’ingénieurses.

L’enquête, conduite auprès de 2 100 par une questionnaire envoyé à 3 400 jeunes entrés à l’école entre 2018 et 2021, tous cursus confondus, présentée en mars 2022, rélève l’ampleur des violences sexistes et sexuelles au sein de l’établissement, dont onze viols ou tentatives de viols.

Ainsi, 23 % des interrogées disent avoir été victimes d’une agression sexuelle pendant leur scolarité à Polytechnique : sans leur consentement, on leur a touché les seins, les fesses, on s’est frotté à elles ou on les a embrassées ; 11 % des femmes ayant répondu à l’enquête affirment avoir reçu des propositions sexuelles insistantes « malgré leur refus ». Trois jeunes disent avoir été droguées à leur insu pendant une fête étudiante. Et onze personnes (dont dix femmes) affirment avoir été victimes d’une tentative de viol ou d’un viol durant leur scolarité à l’X.

Campus de l’École polytechnique . Crédit: École polytechnique – J.Barande, 2020

Continuer la lecture

Soutien à l’Ukraine et aux opposant·es russes à la guerre dans l’ESR français

https://pxhere.com/fr/photo/1456491

Ukraine, Kiev.Statue de la mère-patrie

Continuer la lecture

Comme un ouragant sur Toulouse. Toulouse School of Economics devient Grand établissement

Academia a récemment relaté les tractations, les décisions et les contre-décisions prises en vue de créer un établissement unique de site, “Objectif 2022”. Un coup de tonnerre vient d’éclater: le Ministère a fait savoir à Hughes Kenfack que la composante Toulouse School of Economics devenait Grand établissement dotée d’une personnalité morale et d’une autonomie financière.

Le Ministère demandait la fusion : il exige désormais l’éclatement d’une université ?

Voici le courriel envoyé par le président de UT1 à sa communauté universitaire.

L’excellence, appelée à grands renforts de prix Nobel, veut-elle encore dire quelque chose dans ce contexte de déni démocratique et de grande confusion institutionnelle ? Essayons donc de remplacer “excellence” par “chifoumi” : on progressera sûrement. Ce qui est sûr, c’est que dans un avenir proche, l’Université de Toulouse 1 – Capitole va exploser et devra revoir sa organisation institutionnelle.

Aussitôt l’information de sécession de TSE connue, le doyen de l’UFR de droit a réagi en appelant à la finalisation du projet d’École de droit, au sein de l’article L713-9 du Code de l’éducation.à la gouvernance distincte et dotée d’autonomie financière. 

Non seulement le projet de fusion entre établissements toulousains est un échec puisqu’il n’a pas marché, mais c’est aussi un retour en arrière, aux années 1960, où les disciplines fonctionnaient en autarcie. Plutôt que la fusion, c’est donc à une facultarisation des établissements à laquelle on assiste ici, à l’instar des EPE comme Sorbonne Université.

Merci qui?

Sur Academia

Appel à participation et contributions du colloque-action “Et maintenant on fait quoi”, Grenoble, 23 et 24 mars 2022

Et maintenant on fait quoi ? Penser et agir collectivement à l’université.
Colloque-action,
23-24 mars 2022, Grenoble

→ Informations et inscriptions  ←

Dans quel état est l’université aujourd’hui ?  Que pouvons-nous espérer des diverses mobilisations et de l’action collective ? Comment mettre les personnels et les étudiants au cœur des processus de décision à l’université ? 

Dans un contexte de crises multiples, locale, nationale, politique, économique, sanitaire, écologique, Academia vous invite à participer à ce colloque, pendant 24 heures (du 23 mars 13 heures au 24 mars 13 heures), d’aborder ces questions, de confronter et rassembler des points de vue, et d’ouvrir un espace collectif pour entendre, discuter, débattre et proposer.

Au jour le jour nous assurons nos missions de recherche et d’enseignement, tout en continuant d’exiger des moyens à la hauteur de ces missions et en tentant de protéger les personnels de la surcharge. Cette gestion de la pénurie imposée atteint cependant ses limites, dans un contexte croissant d’individualisation du travail et de mise en compétition permanente. Nous proposons ici d’ouvrir le débat sur ce que nous voulons, et ce que nous ne voulons plus accepter. Il nous faut sortir de la sidération provoquée par le rythme effréné des restructurations et autres appels à projet, nous extraire des logiques managériales et concurrentielles de “l’excellence” et prendre le temps de réfléchir et de redéfinir collectivement le sens de nos métiers.

Continuer la lecture

Les Crous à la loupe : Le Canard Enchaîné, 22 et 29 décembre 2022

En passant

Les Crous, entre insalubrité et insécurité

Le Canard enchaîné s’intéresse de près aux (malheurs des) étudiants et étudiantes. Le 22 décembre, Fanny Ruz-Guidos consacre un article à l’insalubrité sordide des Crous et aux 24 000 logements manquants à la promesse d’Emmanuel Macron. Elle enchaîne le 29 décembre avec un autre article sur l’insécurité dans laquelle vivent les étudiants et surtout les étudiantes. #MeTooESR

Continuer la lecture

L’Université de Paris perd son nom

Suite à un recours par l’université de Paris II Panthéon-Assas en 2019, l’Université de Paris perd son nom. Le Conseil d’état, qui annule une partie d’un décret signé du Premier Ministre instituant l’entité regroupant les Universités Paris-Diderot, Paris-Descartes en lien avec l’Institut de Physique du Globe de Paris, a estimé que l’appelation “Université de Paris” était “susceptible d’induire en erreur les étudiants, les partenaires français et étrangers des autres universités parisiennes, et plus généralement le grand public”. Ce nom pouvait laisser croire que Université de Paris était “l’unique successeur de l’ancienne université de Paris, et la seule université pluridisciplinaire”. Le choix du nom est donc”entaché d’une “erreur manifeste d’appréciation“.

Reste à savoir comment l’appeler désormais : le concours est ouvert :

Continuer la lecture

La LPR a un an : la CGT dénonce une “contre-réforme d’ensemble”

Alors que le service communication de Frédérique Vidal sort une vidéo se félicitant de l’anniversaire de la promulgation de la LPR et d’une année de mise en œuvre du texte,

Pourtant, la Ministre qui a rendu 180 millions d’euros sur le budget de la LPR, à défaut des 500 millions promis pour l’année 2021, a porté une atteinte majeure au statut de la fonction publique de l’enseignement supérieur.

La CGT revient sur la série de décrets et d’arrêtés qui ont ponctué cette fin d’année.

Selon elle,

“La LPR s’attaque aux principes du service public, elle concerne non seulement l’enseignement mais aussi la recherche, les enseignants-chercheurs et les chercheurs, mais aussi les BIATSS… Bref, c’est une contre-réforme d’ensemble.”

Joyeux Noël !

Continuer la lecture

Science po Grenoble. La direction estime nécessaire de rétablir certains faits. Communiqué du 21 décembre 2021

Grenoble, le 21 décembre 2021

La direction de Sciences Po Grenoble-UGA a appris par voie de presse la décision de Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne Rhône-Alpes, de « suspendre (…) tout financement et toute coopération avec l’établissement ».

Pour rappel, le soutien financier de la Région en lien avec l’IEP de Grenoble-UGA ne consiste pas en des subventions mais essentiellement en l’attribution de bourses aux étudiants, de soutien aux projets de formation continue et à l’action sociale, notamment pour faciliter l’accès d’un jeune public éloigné ou empêché à l’enseignement supérieur et à l’emploi.

Cette décision regrettable risque ainsi d’affecter des étudiants et publics ayant des difficultés d’accès aux études supérieures ou à une formation.

Cette décision semble par ailleurs motivée par un motif politique, davantage que par la réalité de la situation au sein de l’institution, alors même que l’IEP Grenoble-UGA aurait à gagner du soutien de tous les acteurs soucieux de l’intérêt des étudiants et de la communauté universitaire.

La direction estime ainsi nécessaire de rétablir certains faits, tout en réitérant son attachement à la sérénité des expressions de chacun.

1. La direction se tient toujours aux côtés des équipes de l’IEP Grenoble-UGA lorsque nécessaire, mais réprouve toute instrumentalisation de cas particuliers

Plusieurs professeurs, dont M. Kinzler, ont subi ces derniers mois des attaques et des menaces inadmissibles entraînant de graves conséquences, y compris pour leur sécurité. La direction s’est tenue à leurs côtés comme elle se tiendrait sans réserve aux côtés de tout collègue pouvant subir des pressions ou des attaques personnelles en raison de ses opinions. L’Inspection générale de l’Éducation, du sport et de la recherche (IGESR) a d’ailleurs souligné que les mesures nécessaires avaient bien été prises par la direction de l’IEP pour protéger la sécurité des enseignants publiquement mis en cause, notamment à travers un accompagnement personnalisé des personnels touchés.

Continuer la lecture

Après l’appel à appel à projets, voici l’appel “Maroilles”

Le ministère et l’Agence nationale de la recherche (ANR) n’en finissent plus de toucher le fond du ridicule. À moins qu’il ne s’agisse de pourrir par le fondement.

Maroilles. Crédit: Frédérique Voisin-Demery

Après l’appel ExcellenceS aux dotations différentielles, l’appel à appel à projets initié en grande pompe par Jean Castex lui-même, voici un nouvel appel “Maturation-Prématuration” dit appel Maroilles pour les lecteurs et lectrices d’Academia.

Après le #BoycottHcéres, il est bien temps de #BoycottANR

Appliquer la Loi de programmation de la recherche (LPR) (2). Les chaires de professeur junior

Cinq décrets viennent d’être déposé au pied du sapin “français” et paraissent en ce premier dimanche des vacances de fin d’année. De quoi parfaitement nous réjouir, puisque deux d’entre eux concernent la mesure-phare de la Loi de programmation de la recherche 2021-2030, avec les contrats de chaires de professeur junior.

Il s’agit :

  • du Décret n° 2021-1710 du 17 décembre 2021 relatif au contrat de chaire de professeur junior prévu par l’article L. 952-6-2 du code de l’éducation et par l’article L. 422-3 du code de la recherche
  • de l’Arrêté du 17 décembre 2021 fixant le nombre de contrats de chaires de professeurs juniors susceptibles d’être pourvus pour l’année 2021 et le montant du financement par l’Agence nationale de la recherche

Il y a donc 74 contrats ouverts au concours, dans 34 établissements d’enseignement supérieur — particulièrement Université de Lorraine (avec 7 chaires) Université de Paris-Saclay (6), Université de Paris (5), University de Cergy-Paris (4), Université de Lille (4) et de Rennes-1 (4) — dotés chacun de 200 000€ de financement de recherche par l’ANR. Notons que le CNRS ayant refusé des CPJ, certaines sont néanmoins labellisées “CNRS”, selon une logique du “en même temps” ou de duplicité désormais familière.

“Overshadowed”. Talacre Lighthouse. Crédit Aaron Crowe, 2017

Le décret précise les modalités de “reconnaissance du doctorat” pour le candidat n’en disposant pas1, les conditions de recrutement ainsi que le cadre du contra, en particulier à l’article 14  les obligations d’enseignement et l’accès par dérogation à un compte épargne temps.

Les obligations de service d’enseignement peuvent être fixées de façon pluriannuelle sur la durée du contrat, sans être inférieures :

1° Pour les agents ayant vocation à être titularisés dans un corps de professeurs relevant du titre V du livre IX du code de l’éducation à une référence annuelle de 42 heures de cours magistral ou de 64 heures de travaux pratiques ou dirigés, ou toute combinaison équivalente ;
2° Pour les agents ayant vocation à être titularisés dans un corps de directeurs de recherche, de 28 heures de cours magistral ou de 42 heures de travaux pratiques ou dirigés, ou toute combinaison équivalente.

Ces obligations de service doivent laisser à chaque agent un temps significatif pour ses activités de recherche. Pendant la durée du contrat, il ne peut effectuer de travaux supplémentaires ni de cours complémentaires.
Par dérogation au premier alinéa de l’article 2 du décret du 29 avril 2002 susvisé, il peut bénéficier d’un compte épargne temps. Pour les agents qui sont titularisés dans un corps soumis à régime d’obligations de service mentionné à l’article 7 du décret du 25 août 2000 susvisé, ce compte épargne temps doit être soldé dans l’année qui suit leur titularisation.

Les termes du contrat, pour ce qui touche à son “évolution” et sa rupture (Articles 18 à 24), méritent également le détour, puisqu’il n’est demandé quasiment aucune justification de la part de l’employeur.

Concluons en précisant qu’il s’agit d’une inégalité de plus entre les universités dont les dotations ne respectent pas le principe d’égalité2, mais aussi et surtout entre les enseignantEs-chercheurSES, puisque le titulaire de la CPJ va désormais cohabiter avec les PRAG docteur·es au profil MCF, les maîtres et maîtresses de conférences (MCF) plus ou moins chargé·es d’heures supplémentaires, des membres de l’Institut universitaire de France, et bien sûr, des milliers de vacataires rémunéré·es sous le SMiC et plusieurs mois après.

  1. Nous masculinisons car ces CPJ n’ont pas été pensées avec des candidates féminines en vue. []
  2. Voir, à ce sujet, la tribune de François Pigeon, président de l’Université Jean Monnet, sur Newstank, 17 décembre 2021. []