Suivi de carrière: suite – et fin?

À la suite des motions des sections 17 et 72, les sectons 04, 18, 22 et 24 expriment leur refus de donner leur avis sur les dossiers de carrières.

« Le 11 février 2016, la Section 04 du CNU a voté, à l’unanimité, le refus de la mise en place du suivi de carrière. Une circulaire du 11 octobre 2016 a apporté quelques modifications à la procédure, sans répondre toutefois aux préoccupations qui avaient été exprimées : le flou qui entoure les finalités n’a pas été levé et la procédure ne satisfait pas aux critères de volontariat et de confidentialité. La Section 04 considère qu’une telle procédure n’a pas de raison d’être, du fait des multiples évaluations auxquelles sont soumis les enseignants-chercheurs, et craint que les « mesures d’accompagnement RH » n’aillent dans le sens d’une individualisation accrue des conditions d’exercice du métier d’universitaire et des rémunérations. Nous maintenons dès lors notre opposition à la mise en place du suivi de carrière et nous ne procéderons pas à l’examen des dossiers qui pourraient nous être soumis cette année dans ce cadre. Nous invitons nos collègues relevant de la section 04 à ne pas déposer de dossier »

Motion votée à l’unanimité moins une voix, le 7 février 2017. Lire la suite

Les découvreuses anonym(isé)es: événements à Paris et Marseille

À Paris et à Marseille, es chargées de mission Parité des grands établissements Universcience et Aix-Marseille Université lancent une campagne contre l’anonymat dans lequel sont tenues les femmes de sciences.

À la faculté Saint-Charles (Marseille, la Vice-présidence chargé de l’égalité et de la lutte contre les discriminations exposent en février le kit créé par Animafac sur les découvreuses anonymes, pour montrer que « toutes les femmes scientifiques ne sont pas Marie Curie ».

À Paris, Universcience, à la pointe de la lutte contre les discriminations sexistes dans l’espace public muséal, organise la projection d’un webdocumentaire L’École du genre (Léa Domenach et Jean-Paul Guindo, écrit par Brigitte Laloupe), le mercredi 22 février 2017 à 20h (auditorium de la Cité des sciences).

De telles initiatives, qui viennent compléter les ateliers Wikipedia sur les Femmes de sciences, l’identification des stéréotypes sexistes dans les expositions, sont bienvenues. Elles rendent plus manifestes encore la résistance française en matière de recherche et d’éducation sur le patriarcat universitaire. Lire la suite

Suivi de carrière: voie sans issue? Motions des sections 17 et 72

votingLes sections 17 et 72 du Conseil national des universités viennent de refuser massivement la mise en œuvre de la procédure de suivi de carrière, que le Ministère voudrait étendre à l’ensemble des enseignants-chercheurs, non sans active résistance des élus de la CP-CNU.

Ces décisions portant sur une mesure administrative dont les attendus sont loin d’être limpides, fait l’objet de commentaires critiques émanant de syndicats ou d’associations.
Pour mémoire, petite chronologie récente des discussions autour du dossier « Suivi de carrière » au sein du Conseil national des universités et à ses marges.

Lire la suite

Une nouvelle Peur rouge? Domination et oppression sur les campus américains

En cette fin d’année 2016, Academia inaugure une nouvelle série de billets, qui s’intéressent aux uscollegeconditions de travail académique hors des frontières françaises. Le premier billet porte sur les États-Unis.

Son autrice, Chanelle Adams est chercheuse en études des sciences. Actuellement financée par la Commission franco-américaine Fullbright, Chanelle Adams est accueillie à l’EHESS. Au cours de ses études à Brown University, Adams s’est impliquée dans l’organisation étudiants et les manifestations contre le racisme et le sexisme sur le campus. Elle a été éditrice pour pour BGD Press and Bluestockings Magazine.

Sur les campus américain, la mise en œuvre de safe-spaces s’est répandu non sans contestation. Reconnaissant la nécessité de protéger les victimes passées et futures de safe-spacedifférentes formes d’oppression et de domination – racisme, sexisme, homophobie, etc. – le safe-space organise un espace public – environnement de travail et de parole – respectueux vis-à-vis de l’ensemble de ses membres, en parole et en pratique. Si ce safe space constitue, aux yeux des conservateurs, une attaque envers la liberté d’expression, le débat a rapidement porté sur le fait de savoir qui devait être protégé contre qui. En retournant l’expression comme un gant, les mêmes critiques des « campus sanctuaires » (sanctuary campuses) et des « safe-spaces », cherchent à obtenir leur propre safe-space.

Professor Watchlist, créé par Turning Point USA, une association à but non lucratif, entend « dénoncer, de manière documentée, les enseignant.e.s universitaires qui pratiquent une discrimination contre les étudiants conservateurs et qui font œuvre de propagande gauchiste dans leurs cours ». L’organisation affirme que les « étudiants, parents, et alumni (anciens élèves) méritent de connaître les incidents précis et les noms des professeurs qui se donnent des objectifs politiques radicaux dans les amphithéâtres ».

Lire la suite

Sur la toile. Monsieur le président de la République, …

Citation

elyseeJean-Paul Deroin, professeur des Universités à Reims, président de la CP-CNU, publie une lettre ouverte au président de la République sur Médiapart, datée du 15 décembre 2016. Academia en reproduit ici les premières lignes. 

Monsieur le Président de la République,

Au cours de l’allocution à la Nation le 1er décembre 2016, vous avez dressé le bilan de votre quinquennat dont la jeunesse était la priorité. Aucun mot n’a été dit sur l’enseignement supérieur, la recherche, l’innovation, les universités ou encore l’avenir des jeunes diplômés.

Pas un mot pour présenter les universités exsangues suite à diverses lois, initiées par vos deux prédécesseurs mais continuées et aggravées dès 2013 sous l’action de vos gouvernements. Les postes promis à l’enseignement supérieur ne sont souvent pas pourvus afin de contribuer au renflouement financier des établissements. Ainsi, pour la première fois, depuis des décennies, l’année 2015 a vu le nombre d’enseignants-chercheurs diminuer (en France) ! La précarité dans tous les emplois s’installe au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche. Des filières de formation ferment dans certains établissements. Pourtant, le flux d’étudiants ne cesse de croître. Pourquoi ne pas augmenter les moyens en conséquence comme en Allemagne, pays que l’on cite si fréquemment comme la référence ?

Lire la suite

BibCNRS: les docteur.e.s sans postes sans accès aux revues?

Sur la liste hist-eco (8 décembre 2016) par docsansposte@precairesesr.frbibcnrs


Au cours des dernières semaines, sans avertissement, les différents portails d’accès aux publications scientifiques ont été remplacé par un nouveau portail intitulé BibCNRS, où l’accès y devient individualisé. Cela exclut de fait les sans-postes, avec des conséquences évidentes quant à leur capacité à poursuivre des recherches.

Lire la suite

Égalité professionnelle femmes-hommes dans la fonction publique : appel à témoignages

rfDans le cadre d’une mission relative à l’égalité professionnelle F-H dans la fonction publique, une enquête a été confiée par la ministre à la députée Françoise Descamps-Crosnier.

« La rémunération des femmes dans le secteur public apparaît inférieure de 19 % à celle des hommes. Cette différence, moins importante que dans le secteur privé, demeure trop élevée », souligne le ministère de la Fonction publique, qui lance en octobre 2016 un appel à témoignages pour mieux connaître et mieux lutter contre les inégalités liées au genre.

Les agent.e.s peuvent témoigner en remplissant un formulaire en ligne disponible sur le site du ministère, de manière anonyme si souhaité.

Parmi les questions posées : « avez-vous personnellement constaté une différence de rémunération entre les femmes et les hommes dans la fonction publique à même niveau de responsabilités ? » Un espace libre de témoignage est également disponible.

Des nouvelles de la mission Parité

presidents_universite

Proportions d’hommes et de femmes présidents et présidentes d’Université (2008, 2011, 2015) (@MENESR, 2016)

La mission Parité n’est pas morte: bonne nouvelle!

Elle vient de rédiger deux petites notes ou « rapports »,  au graphisme assez différent et au propos léger.

Sachons-le:

  • L’objectif de la parité, c’est 50% d’hommes à barbe et de femmes à jupe. Quant aux salaires, on pourra revenir au XXIIe siècle.
  • Il n’est pas possible aujourd’hui d’avoir une situation comparée dans le temps, entre hier et aujourd’hui, pour ce qui touche à la parité; toutefois, grâce à l’action de la mission, à l’avenir ce sera possible. Soyons précis: on peut comparer l’avant et l’après de la loi sur l’enseignement supérieur du 22 juillet 2013 pour les compositions des instances. Le MInistère sait-il qu’il peut faire appel à des historien-ne-s ou des sociologues pour ce type d’analyse?
  • En revanche, une rapide comparaison de la discrimination sexiste en Europe établit les tristes recors de la France en la matière. Reste à savoir ce qu’il en est des autres formes de discrimination. Rendez-vous à la fin de l’histoire.

L’actualité de la mission Parité et lutte contre les discriminations, c’est ici.

Les rapports:

 

Création d’une nouvelle agence: Agence Nationale de l’Excellence Scientifique

En cet automne frisquet, vous serez heureux d’apprendre qu’une nouvelle agence vient de voir le jour, engagée en faveur d’une meilleure excellence et au-delà…

anes

Positionnée dans un espace-temps parallèle à l’ANR, elle propose des appels à projets complémentaires (dépôt: 25 décembre 2016), ainsi qu’un questionnaire à choix multiple pour vous accompagner dans votre choix d’agence de financement.

Bonne lecture !

Lire la suite

Excellence de la recherche et épuisement professionnel: enquête au Québec

canada-quebec-drapeauxComment se traduit, au Québec, la politique de « l’excellence »qui concentrent les financements sur quelques chercheurs? Par la détresse psychologique et l’épuisement professionnel de la moitié du corps enseignant.

Le journal Le Devoir revient sur les résultats d’une enquête qualitative conduite par une professeure de psychosociologie des groupes, Chantal Leclerc, en collaboration avec deux collègues,  sur les origines de la détresse psychologique dans l’enseignement supérieur. Au centre de l’analyse du désengagement professionnel, la professeure pointe l’idée partagée d’une perte de sens dans le métier. Lire la suite

Contrats doctoraux: du nouveau

En passant

Parution au Journal officiel de textes modifiant le contrat doctoral et sa rémunération.

Jouer individuel ou refuser sa prime au « mérite ». Une tribune

En ces temps de beau jeu et de travail d’équipe, dans la rue et sur les pelouses, il n’est pas inutile de rappeler que la recherche universitaire est aussi une entreprise collective. Samuel Alizon, chargé de recherches au CNRS, le sait: il vient de refuser sa prime individuelle  « au mérite ». Le motif: ces primes participent d’une politique JeuCollectifde précarisation et de privatisation de la recherche.

Academia reproduit ici sa tribune publiée dans le Monde (22/06/2016), avec l’autorisation de son auteur.

Depuis 2010, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) octroie une prime aux chercheurs ayant obtenu une des énormes bourses de l’European Research Council (ERC), une agence de moyens qui finance des projets de 1,5 à 2,5  millions d’euros. Cette prime, l’indemnité spécifique pour fonctions d’intérêt collectif (Isfic), s’élève à 50 000  euros sur cinq ans. Bénéficiaire de l’un de ces pactoles, j’ai pourtant demandé à ne pas toucher cette Isfic, demande à laquelle, après beaucoup de résistance (et d’incompréhension), le CNRS a fini, exceptionnellement, par accéder.

Accepter cette prime – qui représente presque deux ans de mon salaire – me poserait en effet un problème éthique. Lire la suite

Politique des sciences: université, précarité, mobilisations (2 juin, EHESS, Paris)

PDSLe séminaire Politique des sciences organise le 2 juin 2016 une séance de son séminaire intitulée « L’université sous pression » (96, Bd Raspail, Paris; Salle Lombard; 18h-21h).

A cette occasion, aura lieu une présentation de l’enquête « Précarité » CNU-AFSP-ANCMSP auprès de 25 établissements.

L’ensemble des séances – cette année est disponible en texte ou en fichier audio sur le carnet du séminaire. Cette année, se sont tenues:

 

Emploi universitaire, qualité de l’encadrement et crédit impôt recherche. Une pétition

Les collègues du Département de sciences de l’éducation de l’Université de Saint-Etienne, très inquiets pour la survie quotidienne de leur activité pédagogique, lancent l’alerte. Désormais, moins d’une heurManifEnsSupe de cours sur 5 est assuré par un enseignement titulaire, sans perspective d’amélioration à court terme. Dans ce contexte, ils reposent à bon droit la question de la finalité du Crédit impôt recherche.

Il y a urgence à créer des postes d’enseignants-chercheurs titulaires à l’université

Pétition sur Change.org

Les effets sur l’emploi des politiques d’austérité se font cruellement sentir à l’université. Parce que, depuis quelques années, les universités ne créent quasiment plus de postes d’enseignants-chercheurs titulaires et qu’elles tendent par ailleurs à en geler ou à en supprimer, la situation est devenue catastrophique dans de nombreux départements.

Nous, enseignants du département des sciences de l’éducation de l’université de Saint-Étienne, qui exerçons dans un des départements universitaires les plus sous-encadrés en France, nous voulons, en prenant appui sur notre situation, alerter sur les effets de l’absence de recrutement d’enseignants-chercheurs titulaires.

Lire la suite

L’accès ouvert ne menace pas les revues de sciences humaines et sociales

Tribune parue dans L’Humanité du 1er avril 2016.

Selon le Syndicat national de l’édition (SNE) et quelques collèguelHumas auteurs de deux tribunes parues dans Le Monde (12 janvier 2016) et Libération (17 mars 2016), si les chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS)  obtiennent le droit de mettre leurs articles en ligne au bout d’un an, les revues vont disparaître.

Or, en réalité, les auteurs français de revues françaises ont déjà, et depuis de nombreuses années, le droit de mettre librement leurs articles en ligne, dès avant leur parution. Même si ce droit est méconnu, bon nombre le font effectivement. Un exemple récent en témoigne : deux articles du récent numéro de la Revue d’histoire moderne et contemporaine sur l’«Économie et politique de l’ »accès ouvert » : les revues à l’âge numérique» sont déjà librement accessibles en ligne. Lire la suite