#BnFgate. Friture sur la communication à la Bibliothèque nationale de France : une tribune

Faute de réponse après la précédente journée de grève du 10 mai, nouvel appel à mobilisation ce jeudi 12 mai, 12h30, site Tolbiac, Hall Ouest.

La Bibliothèque nationale de France veut contraindre
la recherche au temps partiel

Depuis plusieurs semaines, la Bibliothèque nationale de France communique sur l’extraordinaire exposition Champollion, sur la réouverture complète, après dix ans de travaux, du site Richelieu et l’inauguration de son musée (Paris 2e), sur l’évolution de ses services sur le site Tolbiac (Paris 13e)… Ce que ne dit pas la BnF, c’est que ces accomplissements scintillants s’effectuent au prix d’une dégradation sans précédent du service public et d’une remise en cause des missions essentielles d’un établissement à l’envergure nationale et internationale. Ce que ne dit pas la direction de la BnF, c’est que les restrictions d’accès aux collections le 2 mai dernier entravent lourdement le travail des chercheuses et des chercheurs tout en dégradant les conditions de travail des personnels.

https://www.flickr.com/photos/claudeattard/51034097033/in/photolist-2kKH63H-dfb3k3-61he5v-6w8cjo-4rJYtH-4rP2V7-nPvomG-q2gzUd-2ipdrHD-4NENwM-4rJXQX-6w8bjJ-4rP2K9-4rJXBi-iPgg2-phoaiy-dfb79Q-Hngs5-QGVMGs-phEjn5-phEGmJ-pzafmv-gpeYs-pxfLTW-BCWbH-pyTbc6-pzadxv-29MeAQ-73e5df-SPFtcN-9Cv42k-FcPKQX-phEjLb-4mp1Cz-5XxNW8-7v6gH8-fFEqKA-phZKBJ-4NENa4-8HTKph-PtZDF3-kp96na-Wr9ZbL-8Qctpp-cvNXfh-2hMmSYD-2fFvEvR-px7TgS-2ehygkB-N5WjvV

La BNF, ce grand établissement culturel public installé sur plusieurs sites à Paris et en région, remplit des missions patrimoniales essentielles : de la collecte, à la conservation et à l’enrichissement du patrimoine national dont elle a la garde, à la communication de ses collections au plus grand nombre. Crédit: Claude Attard, 2020

Continuer la lecture

Suisse. La pétition pour la création d’emplois permanents présentée à l’Assemblée fédérale

PÉTITION ADRESSÉE A L’ASSEMBLÉE FÉDÉRALE
Pour la création d’emplois permanents dans le monde académique: de meilleures conditions de recherche, d’enseignement et de travail

Les signataires font appel à l’Assemblée fédérale pour l’adoption de mesures concrètes visant à protéger la santé et la vie familiale du personnel scientifique, améliorer ses conditions de travail et garantir la qualité des connaissances produites. À ce titre, la mesure suivante nous semble indispensable: la création d’un nombre conséquent de postes stables pour les chercheur-euse-s post-doctoraux-ales.

Les positions académiques doivent être diversifiées par la création ou l’expansion d’un statut stable, situé entre les assistant-e-s doctorant-e-s et les chaires professorales. Assurer la stabilité de ces postes et leur financement dans la durée implique de «convertir les catégories de postes jusqu’à présent à durée déterminée en postes à durée indéterminée et réduire les ressources destinées aux projets de recherche en faveur d’un financement de base des hautes écoles accru» [1] , comme le suggère l’Académie des sciences humaines et sociales (ASSH) dans son rapport Next Generation. L’Assemblée fédérale doit adresser un message clair aux établissements d’enseignement supérieur, à leurs instances représentatives et au Fonds national suisse (FNS) pour que les politiques d’engagement et de promotion de la relève soient réformées avec l’objectif de créer un nombre conséquent de postes stables, accessibles le plus rapidement possible après l’obtention du doctorat.


#BnFgate. Pourquoi la Bibliothèque nationale de France fâche ses lecteurs

«BNFgate» : pourquoi la Bibliothèque nationale de France fâche ses lecteurs, par Paul Sugy, Le Figaro, 2 mai 2022

Extraits.

À partir de ce lundi [2 mai 2022], les lecteurs matinaux de la BnF ne pourront plus demander un ouvrage qu’ils n’ont pas réservé à l’avance. Les chercheurs redoutent que cette décision ne ralentisse leur travail.

Le calme feutré des salles de lecture de la Bibliothèque nationale de France est trompeur. Dans le silence studieux des lieux sourd en réalité un vent de tempête : à compter de ce lundi, de nouvelles modalités concernant la communication des documents entrent en vigueur sur le site François-Mitterrand – le plus fréquenté – et suscitent l’ire des «lecteurs», les usagers réguliers de la BnF.

#BnFgate. Communiqué commun des représentants élus des lecteurs et usagers de la BnF et de l’AluBnF

Paris, le 28 avril 2022

Madame la Présidente de la BnF,

Vous persistez à vouloir modifier radicalement les conditions de travail et de recherche à la BnF, sur la base de statistiques tronquées, utilisées de façon purement comptable, et même manipulatoire, comme nous vous l’avons démontré à plusieurs reprises et par plusieurs canaux.

Vous cherchez à passer en force, en essayant d’imposer à tout prix un projet de réforme qui n’a le soutien de personne, ni des personnels, ni des lecteurs et usagers.

Vous balayez d’un revers de main l’avis unanime des organisations syndicales des personnels, qui ont déjà voté à trois reprises contre votre projet. Vous intégrez d’ailleurs dans votre réforme la création de contrats ultra-précaires (des CDD d’un an non renouvelables) qui sont un reniement complet du protocole de fin de grève de juillet 2016 sur lequel vous vous étiez engagée formellement.

https://twitter.com/PorcherAncelle/status/1519708714957164547?s=20&t=ysVEDPq0MnpHVGwChGNvtw

“Chère @laBnF, J’espère que maman canne et ses cannetons peuvent faire leur petite promenade dans le patio même s’ils n’ont pas réservé leurs graines la veille avant 14h… 😉 #BNFgate #PatrouilleAnatidée”. Crédit: Pierre Porcher-Ancelle

Continuer la lecture

#BnFgate. Rassemblement le jeudi 21/4, 13h30, site Tolbiac, Hall Ouest

En cas d’impossibilité, pensez à la manifestation virtuelle

PERSONNELS ET PUBLIC DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE MOBILISÉS CONTRE LES POLITIQUES D’AUSTÉRITÉ ET UN PROJET DE DÉGRADATION SANS PRÉCÉDENT DES SERVICES RENDUS AU PUBLIC

Depuis de nombreuses années, le Ministère de la Culture poursuit une politique d’austérité ayant pour effet un manque de moyens humains et budgétaires consacrés au fonctionnement de la Bibliothèque nationale de France. Les personnels, lecteurs et usagers de la BnF continuent d’être soumis à des mesures régressives qui dégradent chaque jour davantage les services proposés au public et les conditions de travail des agents. Ainsi plus de 300 emplois ont-ils été détruits en dix ans.

 Dans le but de supprimer à nouveau des postes, la direction de la BnF, après avoir automatisé les vestiaires, veut imposer à partir du mois de mai la fin des communications directes des documents de magasins jusqu’à 13h, tous les jours, la communication directe n’étant désormais possible que l’après-midi.

Pour justifier ce recul sans précédent du service rendu par notre établissement public, la direction utilise des éléments de langage laissant croire que cette nouvelle organisation soulagerait les agents de la BnF. Il n’en est rien : en réalité cette réorganisation ne fera que concentrer la charge de travail et les cadences sur des périodes toujours plus courtes, au détriment des collectifs et des conditions de travail. Elle va entraîner une vraie dégradation de la situation pour le personnel et permettre de continuer à supprimer des postes.

De plus, la direction de la BnF veut mettre en place des contrats ultra-précaires, sous la forme de CDD d’un an non-renouvelables, à mi-temps avec un salaire de misère pour faire fonctionner les services aux lecteurs. Pourtant, en 2016 la présidente de la BnF Laurence Engel s’engageait en signant un protocole de fin de grève à cesser ce type d’embauche et à recruter directement en CDI le personnel « vacataire » travaillant sur des missions permanentes. La présidente de la BnF, soi-disant attachée au dialogue social, doit tenir son engagement !

Le public de la BnF quant à lui n’est pas dupe et démontre, à travers une mobilisation éclaire et massive (15 000 pétitionnaires en quelques jours ((https://www.mesopinions.com/petition/art-culture/bibliotheque-nationale-france-retour-aux-communications/175704 & https://www.leslignesbougent.org/petitions/tous-ensemble-defendons-le-services-public-de-la-bnf-7384/)) ), que le service public de la BnF mérite non pas une énième réorganisation aux conséquences antisociales mais bien des moyens à la hauteur des missions de la plus grande bibliothèque de France.

L’INTERSYNDICALE BnF CGT-FSU-SUD, AVEC LES AGENTS LARGEMENT MOBILISÉS PAR LE BIAIS D’UNE PÉTITION INTERNE QUI A DEJA RÉUNI PLUSIEURS CENTAINES DE SIGNATURES ET L’ASSOCIATION DES LECTEURS ET USAGERS DE LA BnF RÉCLAMENT :

  • le maintiens de la communication directe des documents ;

  • des créations de postes et des moyens financiers pour la BnF ;

  • le non-recours à des contrats ultra-précaires ;

Pour faire aboutir cela, soyons nombreux-ses au

RASSEMBLEMENT COMMUN DU PERSONNEL ET DES LECTEURS DE LA BnF JEUDI 21/04, A 13H30, SITE DE TOLBIAC, HALL OUEST

Contacts : cgt@bnf.fr ; fsu@bnf.fr ; sud@bnf.fr ; alubnf@gmail.com


Si vous vous trouvez dans l’impossibilité de vous rendre physiquement à la manifestation, n’hésitez pas à faire connaître votre sentiment à:

#BnFgate. L’ALUBnF au Comité technique du 14 avril 2022

Un représentant de l’AluBNF était invité par les organisations syndicales à participer au Comité technique de la BnF du 14 avril. La présidence s’est prévalu d’un point de réglement pour refuser sa présence, signe de l’extrême fébrilité des directions de l’institution. La présidente, Laurence Engel, n’a pas fait évoluer sa position d’un iota.

https://www.flickr.com/photos/gilz99/1269600485/in/photolist-2Wc2Zx-u3zXV-pxfLTW-TTXA4J-phZKBJ-faCDMT-phEGmJ-5bxswU-iTkvtW-2k6Hmf9-gzPWxG-faSz5y-6pGCvM-uqg7h-6pGCXr-6pGDnT-2mLof3U-6pLL8Y-6pLLW9-4P52AP-6pGDwp-6pGCGH-dTsfYU-4YcK47-phoaiy-JK7mkX-4egUUB-nUcufo-2mPRrKX-2jgzeAa-PCyFxZ-QioJEx-8KXQeX-2ha3qsj-99cgTY-4XGUiM-EKf6U9-2ha1Eta-gzPWGj-2iC6tBJ-RffLEf-gzPWee-2aC79Uj-r3V3Q7-gzPWFh-2iC4EnB-2iBRc1X-gzPWmZ-RffLCm-2jnAzjA

Bibliothèque nationale de France. Crédit: Gilles Guerraz, 2007

Le courrier de Francisco Bao Rastos, pour l’AluBNF a néanmoins pu être lu en séance. Prochaine étape : nouveau comité technique du 22 avril 2022.


Courrier du représentant de l’AluBnF et du comité de lectrices et lecteurs opposés aux mesures évoquées au point 6
du Comité technique de la BnF du 14 avril

Version .pdf

Madame la Présidente,
Mesdames et Messieurs les membres du comité technique de la BnF,

À l’invitation de l’Intersyndicale des syndicats de personnels, que je remercie vivement pour cela, je m’apprêtais à venir aujourd’hui, au nom de l’association AluBnF, témoigner et porter la voix de plus de 13 000 lectrices et lecteurs, opposés formellement aux mesures que vous allez discuter lors de ce point 6 du comité technique, et contre lesquelles l’unanimité des syndicats s’est déjà exprimée lors du CHSCT du 31 mars dernier.

Continuer la lecture

#BnFgate. Communiqué de presse des personnels et public mobilisés contre les politiques d’austérité, 14 avril 2022

Personnels et public de la Bibliothèque nationale de France mobilisés
contre les politiques d’austérité et
un projet de dégradation sans précédent des services rendus au public

Depuis de nombreuses années, le Ministère de la Culture poursuit une politique d’austérité ayant pour effet un manque de moyens humains et budgétaires consacrés au fonctionnement de la Bibliothèque nationale de France. Les personnels, lecteurs et usagers de la BnF continuent d’être soumis à des mesures régressives qui dégradent chaque jour davantage les services proposés au public et les conditions de travail des agents. Ainsi plus de 300 emplois ont-ils été détruits en dix ans.

 Dans le but de supprimer à nouveau des postes, la direction de la BnF, après avoir automatisé les vestiaires, veut imposer à partir du mois de mai la fin des communications directes des documents de magasins jusqu’à 13h, tous les jours, la communication directe n’étant désormais possible que l’après-midi.

Pour justifier ce recul sans précédent du service rendu par notre établissement public, la direction utilise des éléments de langage laissant croire que cette nouvelle organisation soulagerait les agents de la BnF. Il n’en est rien : en réalité cette réorganisation ne fera que concentrer la charge de travail et les cadences sur des périodes toujours plus courtes, au détriment des collectifs et des conditions de travail. Elle va entraîner une vraie dégradation de la situation pour le personnel et permettre de continuer à supprimer des postes.

De plus, la direction de la BnF veut mettre en place des contrats ultra-précaires, sous la forme de CDD d’un an non-renouvelables, à mi-temps avec un salaire de misère pour faire fonctionner les services aux lecteurs. Pourtant, en 2016 la présidente de la BnF Laurence Engel s’engageait en signant un protocole de fin de grève à cesser ce type d’embauche et à recruter directement en CDI le personnel « vacataire » travaillant sur des missions permanentes. La présidente de la BnF, soi-disant attachée au dialogue social, doit tenir son engagement !

Le public de la BnF quant à lui n’est pas dupe et démontre, à travers une mobilisation éclaire et massive (15 000 pétitionnaires en quelques jours*) ((https://www.mesopinions.com/petition/art-culture/bibliotheque-nationale-france-retour-aux-communications/175704 & https://www.leslignesbougent.org/petitions/tous-ensemble-defendons-le-services-public-de-la-bnf-7384/)), que le service public de la BnF mérite non pas une énième réorganisation aux conséquences antis ociales mais bien des moyens à la hauteur des missions de la plus grande bibliothèque de France.

L’INTERSYNDICALE BnF CGT-FSU-SUD, AVEC LES AGENTS LARGEMENT MOBILISÉS PAR LE BIAIS D’UNE PÉTITION INTERNE QUI A DEJA RÉUNI PLUSIEURS CENTAINES DE SIGNATURES ET L’ASSOCIATION DES LECTEURS ET USAGERS DE LA BnF RÉCLAMENT :

  • le maintien de la communication directe des documents ;

  • des créations de postes et des moyens financiers pour la BnF ;

  • le non-recours à des contrats ultra-précaires ;

Contacts : cgt@bnf.fr ; fsu@bnf.fr ; sud@bnf.fr ; alubnf@gmail.com


Version .pdf

« Siamo tutti antifascisti ». Sorbonne occupée, 13 avril 2022

Sorbonne, 13 avril 2022. Tous droits réservés

#BnFgate. 13 000 signataires, mais la direction reste sur ses positions anti-service public

Suite à l’importante mobilisation des lecteurs, lectrices, usagers et usagères de la Bibliothèque nationale de France, la direction des Publics a répondu la même langue de bois à ses correspondant·es. La BnF s’est fendue d’un entretien à l’Actualitté1
L’AluBNF fait de nouveau entendre sa voix.et participera demain au Comité technique de la BnF. Elle vous invite à reprendre la campagne de mailing dès aujourd’hui.
Pour signer les deux pétitions en cours

La direction de la Bibliothèque nationale de France refuse d’entendre le mécontentement et la mobilisation massive de ses lectrices et lecteurs  #BnFGate

Communiqué de presse de l’AluBnF
(Association des lectrices, lecteurs, usagères et usagers de la BnF)

12 avril 2022

La mobilisation massive contre la restriction des conditions de consultation et de travail à la BnF se poursuit. A ce jour, ce sont plus de 13 000 personnes qui ont signé la pétition des usagères et usagers et plus de 2500 personnes celle de lIntersyndicale des personnels, pour la défense de conditions de travail et de recherche dignes en BnF.

Les actuelles représentantes et représentants élus, alertés par l’AluBnF et de nombreuses lectrices et lecteurs, constatent également dans un courrier que « la direction de la BnF n’associe pas suffisamment les représentants des usagères et usagers à la prise des décisions qui ont un impact sur les services au public », décisions que la direction adopte sans concertation et sans tenir compte de leur opposition comme de celle des personnels (comme en témoigne le vote unanime contre la mesure de restriction de la consultation directe lors du CHSCT du 31 mars, vote écarté dun revers de main par la direction).

Face à cette mobilisation inédite contre une mesure incohérente et injustifiable, la seule réponse de la direction est de botter en touche, comme le fait Laurence Engel dans un entretien accordé à Actualitté le 11 avril et reprenant les éléments de langage du courrier de réponse standard envoyé par la directrice des publics aux plaintes reçues par mail.

Cette nonréponse témoigne dune logique comptable inaudible et sans lien avec le service public rendu par la BnF, qui semble seulement destinée à pallier le manque de
moyens supplémentaires pour assumer dautres projets, comme la réouverture du site
Richelieu ou la création du centre de conservation dAmiens. Cette nonponse est par
ailleurs contradictoire quand elle affirme que les effectifs de la BnF sont constants, alors quà certains postes cruciaux les effectifs sont bel et bien en baisse depuis 15 ans (388 ETPT en 2021 dagents de catégorie C à la Direction des collections, contre 517 en 2009, soit une baisse de presque 25%). La seule concession marginale proposée pour linstant est un report de lhoraire de réservation du jour pour le lendemain de 17h à 19h, ce qui ne répond en rien aux demandes formulées par les lectrices et lecteurs.

LAluBnF appelle donc à la poursuite et à lamplification de la mobilisation, en lien avec
lIntersyndicale des personnels. Nous exigeons :

  • le retrait définitif de la mesure limitant la consultation directe à certains horaires.
  • le retour aux conditions de consultation directe prépandémie, avec possibilité de
    demande directe d’ouvrages le jourmême, sur toute l’étendue des horaires d’ouverture des salles de lecture.
  • l’ouverture de consultations élargies sur les conditions de consultation (tarifs d’inscription, nombre d’ouvrages, politiques d’acquisition…) et les conditions de travail et recrutements de personnels.

(Contact : alubnf@gmail.com / @ALUBnF)


Continuer la lecture

  1. ““Faire des choix, en tenant compte des usages” : la BnF répond aux chercheurs”, entretien par Antoine Oury, Actualitté, 11 avril 2022. []

Polytechnique ou le pouvoir… masculin

En passant

À Polytechnique, des violences sexuelles révélées par une enquête interne, par Jessica Gourdon et Marine Miller, Le Monde, 11 avril 2022

Extraits.

Après Supelec en septembre 2021, qui déclarait une centaine d’agression sexuelle, voici une enquête interne de l’École Polytechnique, qui, accessible aux femmes depuis 1972, accueille toujours 83% d’hommes.À comparer avec les 72% d’hommes pour l’ensemble des écoles d’ingénieurses.

L’enquête, conduite auprès de 2 100 par une questionnaire envoyé à 3 400 jeunes entrés à l’école entre 2018 et 2021, tous cursus confondus, présentée en mars 2022, rélève l’ampleur des violences sexistes et sexuelles au sein de l’établissement, dont onze viols ou tentatives de viols.

Ainsi, 23 % des interrogées disent avoir été victimes d’une agression sexuelle pendant leur scolarité à Polytechnique : sans leur consentement, on leur a touché les seins, les fesses, on s’est frotté à elles ou on les a embrassées ; 11 % des femmes ayant répondu à l’enquête affirment avoir reçu des propositions sexuelles insistantes « malgré leur refus ». Trois jeunes disent avoir été droguées à leur insu pendant une fête étudiante. Et onze personnes (dont dix femmes) affirment avoir été victimes d’une tentative de viol ou d’un viol durant leur scolarité à l’X.

Campus de l’École polytechnique . Crédit: École polytechnique – J.Barande, 2020

Continuer la lecture

Soutien à l’Ukraine et aux opposant·es russes à la guerre dans l’ESR français

https://pxhere.com/fr/photo/1456491

Ukraine, Kiev.Statue de la mère-patrie

Continuer la lecture

Comme un ouragant sur Toulouse. Toulouse School of Economics devient Grand établissement

Academia a récemment relaté les tractations, les décisions et les contre-décisions prises en vue de créer un établissement unique de site, “Objectif 2022”. Un coup de tonnerre vient d’éclater: le Ministère a fait savoir à Hughes Kenfack que la composante Toulouse School of Economics devenait Grand établissement dotée d’une personnalité morale et d’une autonomie financière.

Le Ministère demandait la fusion : il exige désormais l’éclatement d’une université ?

Voici le courriel envoyé par le président de UT1 à sa communauté universitaire.

L’excellence, appelée à grands renforts de prix Nobel, veut-elle encore dire quelque chose dans ce contexte de déni démocratique et de grande confusion institutionnelle ? Essayons donc de remplacer “excellence” par “chifoumi” : on progressera sûrement. Ce qui est sûr, c’est que dans un avenir proche, l’Université de Toulouse 1 – Capitole va exploser et devra revoir sa organisation institutionnelle.

Aussitôt l’information de sécession de TSE connue, le doyen de l’UFR de droit a réagi en appelant à la finalisation du projet d’École de droit, au sein de l’article L713-9 du Code de l’éducation.à la gouvernance distincte et dotée d’autonomie financière. 

Non seulement le projet de fusion entre établissements toulousains est un échec puisqu’il n’a pas marché, mais c’est aussi un retour en arrière, aux années 1960, où les disciplines fonctionnaient en autarcie. Plutôt que la fusion, c’est donc à une facultarisation des établissements à laquelle on assiste ici, à l’instar des EPE comme Sorbonne Université.

Merci qui?

Sur Academia

Appel à participation et contributions du colloque-action “Et maintenant on fait quoi”, Grenoble, 23 et 24 mars 2022

Et maintenant on fait quoi ? Penser et agir collectivement à l’université.
Colloque-action,
23-24 mars 2022, Grenoble

→ Informations et inscriptions  ←

Dans quel état est l’université aujourd’hui ?  Que pouvons-nous espérer des diverses mobilisations et de l’action collective ? Comment mettre les personnels et les étudiants au cœur des processus de décision à l’université ? 

Dans un contexte de crises multiples, locale, nationale, politique, économique, sanitaire, écologique, Academia vous invite à participer à ce colloque, pendant 24 heures (du 23 mars 13 heures au 24 mars 13 heures), d’aborder ces questions, de confronter et rassembler des points de vue, et d’ouvrir un espace collectif pour entendre, discuter, débattre et proposer.

Au jour le jour nous assurons nos missions de recherche et d’enseignement, tout en continuant d’exiger des moyens à la hauteur de ces missions et en tentant de protéger les personnels de la surcharge. Cette gestion de la pénurie imposée atteint cependant ses limites, dans un contexte croissant d’individualisation du travail et de mise en compétition permanente. Nous proposons ici d’ouvrir le débat sur ce que nous voulons, et ce que nous ne voulons plus accepter. Il nous faut sortir de la sidération provoquée par le rythme effréné des restructurations et autres appels à projet, nous extraire des logiques managériales et concurrentielles de “l’excellence” et prendre le temps de réfléchir et de redéfinir collectivement le sens de nos métiers.

Continuer la lecture