Non financement de l’augmentation du point d’indice. Lettre ouverte de la CGT à la ministre de l’ESR, 22 septembre 2022

Academia publie la lettre adressée par les organisations CGT à la ministre Retailleau au sujet de la non-compensation budgétaire des augmentations salariales des agent·es divlguée par le cabinet de Sylvie Retailleau. Pour avoir un ordre de grandeur, il s’agit de 8 millions d’euros non compensés pour le seul Inserm. Academia attend une demande équivalente de la Conférence des présidences d’université.

Objet : Lettre ouverte dénonçant la duplicité de l’État et son abandon des fonctionnaires de l’enseignement supérieur et de la recherche

Madame la Ministre,

L’hiver dernier, à quelques semaines du premier tour de l’élection présidentielle, la ministre de la fonction publique annonçait une augmentation du point d’indice pour la fonction publique. Cette mesure, que nous demandions sans relâche depuis 2010 et correspondant à une perte de pouvoir d’achat de 12 %, était finalement précisée en juin 2022, juste après le second tour de l’élection législative. La hausse était ajustée au strict minimum (3,5%) afin que les agents débutants de la fonction publique soient juste au-dessus du SMIC (leur grille est depuis retombée sous le SMIC) ; pas un euro de plus…

Interrogée par la CGT lors de notre rencontre le 27 juin sur la question de la compensation de cette augmentation aux établissements publics, vos réponses furent évasives, comme lors des Comités Techniques ministériels des 7 juillet et 8 septembre 2022. Jusqu’à ce que, pressé par les questions de la CGT, le directeur de cabinet du ministre de la fonction publique reconnaisse, le 15 septembre 2022, que l’État abandonnait ses fonctionnaires rattachés aux établissements publics et aux opérateurs, à qui Bercy demande d’assumer cette dépense seul, sans rallonge budgétaire pour l’année 2022. Ce faisant, l’État oblige les établissements à faire d’autres économies sur les dos des agents et au prix d’une dégradation du fonctionnement des services et des laboratoires.

Décision aux conséquences abyssales : l’État n’assume donc plus le traitement de ses fonctionnaires dans l’enseignement supérieur et de la recherche ! Cette charge supplémentaire portant sur 6 mois s’évalue à près de 300 millions d’€ en 2022 (45 millions d’€ pour le seul CNRS), alors que les établissements sont déjà saignés par des années d’austérité ; cela pourrait bien être la goutte d’eau qui fera déborder le vase de l’indignation et de la colère. Car enfin, rappelons que les niveaux indemnitaires des agents de l’enseignement supérieur et de la recherche sont parmi les plus bas de la fonction publique. Rappelons que la précarité est la plus élevée de la fonction publique d’État avec son corollaire, l’effondrement des recrutements sous statut de fonctionnaire. Rappelons que le taux d’encadrement des étudiants ne cesse de baisser. Rappelons enfin que le patrimoine, considérablement dégradé par le manque d’entretien et de rénovation, est glacial en hiver, étouffant en été… Le gisement d’économie énergétique, si ce patrimoine était rénové, serait pourtant colossal1

Continuer la lecture

  1. Selon le rapport préalable à la LPPR du GT1, dont vous êtes l’une des co-autrice, plus de la moitié des bâtiments de l’ESR auraient un classement inférieur à D ; en rénovant ces bâtiments pour les faire passer de F à A, c’est 350 kWh/m2/an d’énergie économisée. Soit 1,75 milliards d’€ par an (à 0,5 € le kWh, le cours actuel) pour 10 millions de m². []

Sur la (re)conversion des ministres Vidal et Blanquer et sur quelques traditions exorbitantes

Update 25/09/2022publication initale 9/8/2022

Que deviennent nos anciens et anciennes collègues universitaires lorsqu’iels quittent leur poste de ministre ? Après leur départ de leur ministères respectifs et, pour Jean-MIchel Blanquer, un échec au premier tour des législatives, nous avons quelques nouvelles.

Frédérique Vidal s’est vue refuser un emploi à la SKEMA Business school par de la Haute Autorité  de la Transparence et de la Vie Publique.

Les relations entretenues entre cette association d’enseignement supérieur privé et l’ancienne Ministre étaient au beau fixe. Cette école de commerce est “membre fondateur” de l’organisme qui a précédé Université Côté d’Azur dont elle est désormais simple partenaire est devenue une entreprise1 florissante, avec l’aide de l’ancienne présidente de l’Université de Nice : Frédérique Vidal a décoré Anne Guilhon, la présidente de Skema, de l’Ordre national du mérite. Selon la décision désormais publiée de la HATVP2.

Ainsi, en 2019, le ministère a renouvelé par arrêté la qualification d’établissement d’enseignement supérieur privé d’intérêt général. En 2020, deux arrêtés fixant la liste des établissements d’enseignement supérieur autorisés à délivrer un diplôme visé par le ministre chargé de l’enseignement supérieur et pouvant conférer le grade de master à leurs titulaires concernaient Skema Business School. Un contrat pluriannuel pour la période 2020-2024 a été conclu avec cet établissement et chaque année, entre 2019 et 2021, des conventions financières et avenants ont fixé les subventions attribuées par l’État à cet établissement. Sur ce dernier point, la Haute Autorité observe que la subvention accordée pour l’année 2021 a fait l’objet d’une augmentation de 20%.

Ces subventions dépassaient déjà annuellement 1, 6 M d’euros3, atteignant presque 2M en 2021.

Selon Newstank (dépêche du 23 juin 2022), l’avis de la Haute autorité n’a d’abord pas été rendu public,

La HATVP a ainsi été saisie, comme elle l’est systématiquement lorsqu’un ministre souhaite rejoindre le secteur privé dans les trois ans suivant la fin de ses fonctions. Celle-ci a rendu un avis d’incompatibilité qui a entrainé l’abandon du projet. Sollicitée par News Tank, la HATVP précise que ses avis ne sont pas rendus publics, sauf exception « à des fins de pédagogie sur notre fonctionnement », comme dans le cas de Jean-Baptiste Djebbari, ancien ministre des transports.

La HATVP a cependant publié un second avis au sujet du projet de Frédérique Vidal de « rejoindre l’association Fondation européenne pour le développement du
Management (EFMD) en qualité de conseillère spéciale de son président ». Ce n’est pas au titre de prise illégale d’intérêt, mais bien pour “encadrer les futures relations professionnelles de l’intéressée afin d’éviter toute risque de mise en cause du fonctionnement indépendant et impartial de l’administratio
n”. En effet, Frédérique Vidal serait susceptible, dans un tel emploi, d’approcher le gouvernement français au sujet de la réglementation touchant à l’enseignement supérieur privé. Ce deuxième emploi est donc exclu également.

Frédérique Vidal va-t-elle retrouver son poste de professeure de biologie moléculaire à l’Université de Côte d’Azur et assurer ses 192h d’enseignement et son mi-temps de recherche ?

*
*  *

Toujours d’actualité, le retour de Jean-MIchel Blanquer à l’université défraye la chronique. Le 14 septembre 2022, l’ancien ministre et recteur, qui avait quitté l’Université de Paris-3 depuis 18 ans, est revenu faire cours à Assas Université, “à l’issue d’une procédure dont la plupart des universitaires, même spécialisés, n’avaient jamais entendu parler” — sinon qu’elle est du fait du prince (L’Express, 22 septembre 2022)

Life giving Sun or the Death Star? Credit: Clint Budd, 2017

Continuer la lecture

  1. Au regard des ressources de l’établissement, majoritairement privées, du marché fortement concurrentiel des écoles de commerce et du dispositif d’incubation-accélération « Venture Factory » déployé par l’établissement, cette association doit être regardée comme une entreprise“. Avis 2022-135, HATVP []
  2. Précisons que le premier avis (135) navait pas été initialement publié, mais que les deux avis sont désormais disponibles sur le site de la HATVP à des “fins pédagogiques”, pour reprendre les termes rapportés par Newstank. []
  3. 1 985 200 euros de subventions pour l’année 2021, 1 637 000 euros pour l’année 2020 et 1 636 800 euros pour l’année 2019″. []

« Nous, chercheurs, assurons Paul Max Morin de notre soutien ». Réponse au Monde

Suite au retrait par Le Monde d’une tribune que le quotidien avait commandée à Paul Max Morin, plusieurs chercheuses et chercheurs ont demandé la publication par Le Monde d’un texte de soutien au chercheur en science politique, paru dans l’édition du 21 septembre 2022. Academia la republie ci-dessous.

Le 1er septembre 2022, Paul Max Morin, docteur en science politique et auteur du livre Les jeunes et les mémoires de la Guerre d’Algérie, publiait une tribune dans le journal Le Monde, offrant une analyse critique de l’évolution du discours d’Emmanuel Macron sur les mémoires de la Guerre d’Algérie. Quelques heures plus tard, la version en ligne de ce texte était retirée par le quotidien. Cette dépublication, qui nous semble inédite dans la vie du journal, était accompagnée d’un court texte présentant les « excuses » du journal à ses lecteurs et lectrices et… au président de la République !

Continuer la lecture

La thèse et le doctorat : socio-histoire d’un grade universitaire (XIXe-XXIe siècle). Colloque, 8-9 septembre 2022

Frontispice de la salle Louis Liard

Frontispice. Sorbonne, septembre 2022. Crédit: P. Verschueren

Construisant sur les acquis du projet ès lettres, ce colloque entend poser les jalons d’une étude sociohistorique des différentes formes de doctorat, s’intéressant aux mécanismes sociaux de formation à la recherche et aux fonctions sociales de ces mécanismes, aux enjeux sociaux et politiques qu’ils constituent, aux parcours et trajectoires des docteurs, afin de contribuer à une historicisation des règles, trop souvent naturalisées, du jeu académique. Il aborde des questions touchant la construction des disciplines et la mise en place des systèmes universitaires modernes comme leurs métamorphoses les plus récentes (la massification, pour citer un seul exemple), à partir de cas à échelle européenne.

Programme

L’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection sous la sellette : le gouvernement saisit la justice

En passant

Après de très longues années d’inaction et plusieurs inspections, le gouvernement rend public le rapport de l’Inspection général des affaires sociales au sujet de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infections, créé par Didier Raoult et publie un communiqué précisant que le procureur de Marseille est saisi au titre de l’article 40 du Code de la Fonction publique. Le rapport souligne à 9 reprises que des faits sont susceptibles de “qualification pénale”.

#BnFgate. Fin de non-recevoir du MInistère de la Culture ?

https://www.flickr.com/photos/cpakmoi/11000233463

Ministère de la Culture. Crédit: CpaKmoi, 2013

De : GOURDIN Jean-Baptiste
Date: lun. 18 juil. 2022 à 11:10
Subject: RE: Association des Lecteurs et Usagers de la BnF –
To: Association ALUBnF

Madame la Présidente,

En réponse à votre courriel du 11 juillet, je tiens d’abord à vous assurer que le ministère de la Culture a pris toute la mesure, sans la minimiser1, de la mobilisation des usagers de la BnF issus du monde de la recherche. Il a pu apprécier la réalité des inquiétudes qu’elle exprimait en évaluant à leur juste valeur la caution que lui apportaient les noms et signatures d’éminents scientifiques, souvent éloignés de la culture militante, et le soutien de personnalités du monde politique, aux côtés de nombreux chercheurs représentant une grande diversité d’universités et d’instituts sur l’ensemble du territoire.

Il a confronté, en lien étroit avec son homologue de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, leurs arguments aux raisons avancées par l’établissement dont il assume la tutelle à l’appui de la réforme envisagée, raisons qui ont fait l’objet, par ailleurs, d’un examen critique serré du conseil scientifique, dont l’indépendance est totale.

Continuer la lecture

  1. NDLR: La rédaction souligne. []

L’IFOP tente de faire taire les universitaires, Soutien à notre collègue Alexandre Dezé

Communiqué de la section 04 du Conseil national des universités

 
Il y a quelques semaines, alors qu’il s’apprêtait à publier un livre sur les sondages politiques, chez De Boeck, Alexandre Dézé, maître de conférences en science politique à l’Université de Montpellier et chercheur au CEPEL, Unité Mixte de Recherche de Science Politique et Sociologie rattachée à l’Université de Montpellier et au CNRS, a appris qu’il faisait l’objet d’une plainte pour diffamation de la part de l’IFOP pour des propos tenus dans Le Monde du 11 septembre 2020, à propos d’une enquête réalisée par l’IFOP sur le rapport des musulmans aux attentats de Charlie, dont il critiquait la méthodologie. 
Ce type d’attaque n’est pas nouveau et les mises en cause des universitaires, en particulier les spécialistes de sciences sociales, se sont multipliées ces derniers temps. Si leur réputation est souvent salie, l’attaque se déplace aujourd’hui sur le terrain judiciaire par la plainte qui vient d’être déposée par l’IFOPJU contre notre collègue, dont les travaux d’une grande rigueur sont reconnus et appréciés de la communauté universitaire et des étudiant·e·s. 
Les chercheurs ont depuis de nombreuses années pointé les limites des sondages ; ils ont souvent débattu avec les sondeurs qui connaissent ces critiques. Les instituts de sondages, comme l’IFOP, se targuent de participer au débat démocratique mais refusent aujourd’hui toute contradiction et cherchent à museler toutes celles et ceux qui s’opposent aux dérives de leurs pratiques sondagières. L’absence de transparence quant à la production de leurs données contrevient d’ailleurs aux règles élémentaires des pratiques admises dans le milieu scientifique. 
Nous, membres de la section 04 du CNU, instance élue représentative de la discipline science politique, apportons tout notre soutien à notre collègue Alexandre Dézé, chercheur reconnu et confirmé dont les travaux ont été consacrés par la communauté académique. Alexandre Dézé est un chercheur dont l’intégrité scientifique ne peut être contestée. Nous nous inquiétons des tentatives d’intimidation dont il a fait l’objet et à travers lui, les sciences sociales qu’il représente. Nous restons mobilisé·e·s pour la défense des libertés académiques. 

Continuer la lecture

Sur le déclassement d’un candidat au concours de chargé de recherche du CNRS. Communiqué de l’AFS et de l’ASES

Le 30 mai 2022

L’Association française de sociologie et l’Association des sociologues enseignant·e·s du supérieur ont appris avec stupeur et consternation un nouveau déclassement par le jury d’admission au concours de chargé de recherche , en l’occurrence la relégation du candidat classé premier (Jean-Philippe Tonneau) en section 36 “Sociologie et Sciences du Droit” du CNRS au 8e rang, le privant de facto d’un poste. De multiples déclassements ont déjà eu lieu lors des années précédentes (en 2017, 2018 et 2019), suscitant déjà de nombreuses critiques de la profession et plaçant les candidat·e·s dans des situations de grande incertitude. Le CNRS et la direction de l’Institut des sciences humaines et sociales (InSHS) du CNRS se permettent une nouvelle fois de modifier le classement d’un concours établi par un jury de spécialistes, en partie élu·e·s, à l’issue d’un examen approfondi et collégial des dossiers et d’une audition des candidat·e·s. Nous, associations de sociologie, condamnons fermement ces pratiques délétères de déclassement par des collègues non-spécialistes, dans des conditions qui ne permettent pas une analyse sérieuse des candidatures et sans obligation de motivation des décisions à l’égard des candidat.e.s. Nous ne comprenons pas le déclassement d’un candidat qui répond en tous points aux exigences du poste et dont les sujets de recherches correspondent aux orientations de la section et de l’InSHS. Si nous ne sommes pas en mesure de saisir les raisons d’un tel déclassement, tout laisse à penser qu’il ne s’agit pas de motifs scientifiques. C’est pourquoi, nous affirmons toute notre solidarité à Jean-Philippe Tonneau, ainsi qu’à la section du CNRS désavouée, et nous exigeons que le CNRS respecte les classements de la section 36 et mette en œuvre tous les moyens pour recruter Jean-Philippe Tonneau comme chargé de recherche.
Continuer la lecture

Université de Lorraine: le mauvais western

Le Républicain Lorrain, 25 mai 2022

Le lundi 23 mai 2022, le Conseil d’administration devait élire le ou la nouvelle présidente de l’Université de Lorraine. Ce ne fut pas le cas. L’affaire a fait la Une du Républicain Lorrain daté du mercredi 25 mai 2022, sous le titre “Le duel viré au western. L’article relate qu’Hélène Boulanger, qui se pose en héritière de la présidence Mutzenhardt, n’aurait pas obtenu les voix nécessaires pour être élue.

Les quatre autres candidats à la présidence se sont fendus d’un communiqué que nous reproduisons.


À la sortie du premier conseil d’administration, le cabinet de la présidence de l’université a envoyé un communiqué officiel disant

 « Après 2 tours de scrutin, le Président de séance a estimé que les conditions n’étaient pas réunies pour organiser un 3ème tour de scrutin ».

Cette phrase mérite une explication.
Rappelons qu’il faut 16 voix pour être élu·e.

Continuer la lecture

#BnFgate. Friture sur la communication à la Bibliothèque nationale de France : une tribune

Faute de réponse après la précédente journée de grève du 10 mai, nouvel appel à mobilisation ce jeudi 12 mai, 12h30, site Tolbiac, Hall Ouest.

La Bibliothèque nationale de France veut contraindre
la recherche au temps partiel

Depuis plusieurs semaines, la Bibliothèque nationale de France communique sur l’extraordinaire exposition Champollion, sur la réouverture complète, après dix ans de travaux, du site Richelieu et l’inauguration de son musée (Paris 2e), sur l’évolution de ses services sur le site Tolbiac (Paris 13e)… Ce que ne dit pas la BnF, c’est que ces accomplissements scintillants s’effectuent au prix d’une dégradation sans précédent du service public et d’une remise en cause des missions essentielles d’un établissement à l’envergure nationale et internationale. Ce que ne dit pas la direction de la BnF, c’est que les restrictions d’accès aux collections le 2 mai dernier entravent lourdement le travail des chercheuses et des chercheurs tout en dégradant les conditions de travail des personnels.

https://www.flickr.com/photos/claudeattard/51034097033/in/photolist-2kKH63H-dfb3k3-61he5v-6w8cjo-4rJYtH-4rP2V7-nPvomG-q2gzUd-2ipdrHD-4NENwM-4rJXQX-6w8bjJ-4rP2K9-4rJXBi-iPgg2-phoaiy-dfb79Q-Hngs5-QGVMGs-phEjn5-phEGmJ-pzafmv-gpeYs-pxfLTW-BCWbH-pyTbc6-pzadxv-29MeAQ-73e5df-SPFtcN-9Cv42k-FcPKQX-phEjLb-4mp1Cz-5XxNW8-7v6gH8-fFEqKA-phZKBJ-4NENa4-8HTKph-PtZDF3-kp96na-Wr9ZbL-8Qctpp-cvNXfh-2hMmSYD-2fFvEvR-px7TgS-2ehygkB-N5WjvV

La BNF, ce grand établissement culturel public installé sur plusieurs sites à Paris et en région, remplit des missions patrimoniales essentielles : de la collecte, à la conservation et à l’enrichissement du patrimoine national dont elle a la garde, à la communication de ses collections au plus grand nombre. Crédit: Claude Attard, 2020

Continuer la lecture

Suisse. La pétition pour la création d’emplois permanents présentée à l’Assemblée fédérale

PÉTITION ADRESSÉE A L’ASSEMBLÉE FÉDÉRALE
Pour la création d’emplois permanents dans le monde académique: de meilleures conditions de recherche, d’enseignement et de travail

Les signataires font appel à l’Assemblée fédérale pour l’adoption de mesures concrètes visant à protéger la santé et la vie familiale du personnel scientifique, améliorer ses conditions de travail et garantir la qualité des connaissances produites. À ce titre, la mesure suivante nous semble indispensable: la création d’un nombre conséquent de postes stables pour les chercheur-euse-s post-doctoraux-ales.

Les positions académiques doivent être diversifiées par la création ou l’expansion d’un statut stable, situé entre les assistant-e-s doctorant-e-s et les chaires professorales. Assurer la stabilité de ces postes et leur financement dans la durée implique de «convertir les catégories de postes jusqu’à présent à durée déterminée en postes à durée indéterminée et réduire les ressources destinées aux projets de recherche en faveur d’un financement de base des hautes écoles accru» [1] , comme le suggère l’Académie des sciences humaines et sociales (ASSH) dans son rapport Next Generation. L’Assemblée fédérale doit adresser un message clair aux établissements d’enseignement supérieur, à leurs instances représentatives et au Fonds national suisse (FNS) pour que les politiques d’engagement et de promotion de la relève soient réformées avec l’objectif de créer un nombre conséquent de postes stables, accessibles le plus rapidement possible après l’obtention du doctorat.


#BnFgate. Pourquoi la Bibliothèque nationale de France fâche ses lecteurs

«BNFgate» : pourquoi la Bibliothèque nationale de France fâche ses lecteurs, par Paul Sugy, Le Figaro, 2 mai 2022

Extraits.

À partir de ce lundi [2 mai 2022], les lecteurs matinaux de la BnF ne pourront plus demander un ouvrage qu’ils n’ont pas réservé à l’avance. Les chercheurs redoutent que cette décision ne ralentisse leur travail.

Le calme feutré des salles de lecture de la Bibliothèque nationale de France est trompeur. Dans le silence studieux des lieux sourd en réalité un vent de tempête : à compter de ce lundi, de nouvelles modalités concernant la communication des documents entrent en vigueur sur le site François-Mitterrand – le plus fréquenté – et suscitent l’ire des «lecteurs», les usagers réguliers de la BnF.

#BnFgate. Communiqué commun des représentants élus des lecteurs et usagers de la BnF et de l’AluBnF

Paris, le 28 avril 2022

Madame la Présidente de la BnF,

Vous persistez à vouloir modifier radicalement les conditions de travail et de recherche à la BnF, sur la base de statistiques tronquées, utilisées de façon purement comptable, et même manipulatoire, comme nous vous l’avons démontré à plusieurs reprises et par plusieurs canaux.

Vous cherchez à passer en force, en essayant d’imposer à tout prix un projet de réforme qui n’a le soutien de personne, ni des personnels, ni des lecteurs et usagers.

Vous balayez d’un revers de main l’avis unanime des organisations syndicales des personnels, qui ont déjà voté à trois reprises contre votre projet. Vous intégrez d’ailleurs dans votre réforme la création de contrats ultra-précaires (des CDD d’un an non renouvelables) qui sont un reniement complet du protocole de fin de grève de juillet 2016 sur lequel vous vous étiez engagée formellement.

https://twitter.com/PorcherAncelle/status/1519708714957164547?s=20&t=ysVEDPq0MnpHVGwChGNvtw

“Chère @laBnF, J’espère que maman canne et ses cannetons peuvent faire leur petite promenade dans le patio même s’ils n’ont pas réservé leurs graines la veille avant 14h… 😉 #BNFgate #PatrouilleAnatidée”. Crédit: Pierre Porcher-Ancelle

Continuer la lecture

#BnFgate. Rassemblement le jeudi 21/4, 13h30, site Tolbiac, Hall Ouest

En cas d’impossibilité, pensez à la manifestation virtuelle

PERSONNELS ET PUBLIC DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE MOBILISÉS CONTRE LES POLITIQUES D’AUSTÉRITÉ ET UN PROJET DE DÉGRADATION SANS PRÉCÉDENT DES SERVICES RENDUS AU PUBLIC

Depuis de nombreuses années, le Ministère de la Culture poursuit une politique d’austérité ayant pour effet un manque de moyens humains et budgétaires consacrés au fonctionnement de la Bibliothèque nationale de France. Les personnels, lecteurs et usagers de la BnF continuent d’être soumis à des mesures régressives qui dégradent chaque jour davantage les services proposés au public et les conditions de travail des agents. Ainsi plus de 300 emplois ont-ils été détruits en dix ans.

 Dans le but de supprimer à nouveau des postes, la direction de la BnF, après avoir automatisé les vestiaires, veut imposer à partir du mois de mai la fin des communications directes des documents de magasins jusqu’à 13h, tous les jours, la communication directe n’étant désormais possible que l’après-midi.

Pour justifier ce recul sans précédent du service rendu par notre établissement public, la direction utilise des éléments de langage laissant croire que cette nouvelle organisation soulagerait les agents de la BnF. Il n’en est rien : en réalité cette réorganisation ne fera que concentrer la charge de travail et les cadences sur des périodes toujours plus courtes, au détriment des collectifs et des conditions de travail. Elle va entraîner une vraie dégradation de la situation pour le personnel et permettre de continuer à supprimer des postes.

De plus, la direction de la BnF veut mettre en place des contrats ultra-précaires, sous la forme de CDD d’un an non-renouvelables, à mi-temps avec un salaire de misère pour faire fonctionner les services aux lecteurs. Pourtant, en 2016 la présidente de la BnF Laurence Engel s’engageait en signant un protocole de fin de grève à cesser ce type d’embauche et à recruter directement en CDI le personnel « vacataire » travaillant sur des missions permanentes. La présidente de la BnF, soi-disant attachée au dialogue social, doit tenir son engagement !

Le public de la BnF quant à lui n’est pas dupe et démontre, à travers une mobilisation éclaire et massive (15 000 pétitionnaires en quelques jours ((https://www.mesopinions.com/petition/art-culture/bibliotheque-nationale-france-retour-aux-communications/175704 & https://www.leslignesbougent.org/petitions/tous-ensemble-defendons-le-services-public-de-la-bnf-7384/)) ), que le service public de la BnF mérite non pas une énième réorganisation aux conséquences antisociales mais bien des moyens à la hauteur des missions de la plus grande bibliothèque de France.

L’INTERSYNDICALE BnF CGT-FSU-SUD, AVEC LES AGENTS LARGEMENT MOBILISÉS PAR LE BIAIS D’UNE PÉTITION INTERNE QUI A DEJA RÉUNI PLUSIEURS CENTAINES DE SIGNATURES ET L’ASSOCIATION DES LECTEURS ET USAGERS DE LA BnF RÉCLAMENT :

  • le maintiens de la communication directe des documents ;

  • des créations de postes et des moyens financiers pour la BnF ;

  • le non-recours à des contrats ultra-précaires ;

Pour faire aboutir cela, soyons nombreux-ses au

RASSEMBLEMENT COMMUN DU PERSONNEL ET DES LECTEURS DE LA BnF JEUDI 21/04, A 13H30, SITE DE TOLBIAC, HALL OUEST

Contacts : cgt@bnf.fr ; fsu@bnf.fr ; sud@bnf.fr ; alubnf@gmail.com


Si vous vous trouvez dans l’impossibilité de vous rendre physiquement à la manifestation, n’hésitez pas à faire connaître votre sentiment à: