Partis et syndicats s’engagent contre les violences sexistes et sexuelles

Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !

  • Tribune, Club de Mediapart, 23 nov. 2021

Dans la perspective de la Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d’organisations — partis et syndicats — s’allient pour faire cesser l’impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort·e·s […] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».

Pour lire la tribune et connaître les signataires→

En Italie, les précaires occupent le Conseil national de la recherche jusqu’à nouvel ordre

English below

Depuis le 18 novembre [2021], le Conseil national scientifique italien (CNR), soit la plus grande institution de recherche1 en Italie est occupée de manière continue par les syndicats et par des représentant·es des “Precari Uniti” (Précaires unis). “Precari Uniti” est un mouvement spontané, né en 2016, qui rassemble plusieurs centaines de travailleurs et travailleuses temporaires du CNR (chercheurs et chercheuses, technicien·nes et employé·es administratifves).

Pour quelles raisons ?

Le 18 novembre, le directeur général du CNR,  Dr G. Colpani a brièvement rapporté aux syndicats le projet du CNR : le CNR n’utilisera que 3,3 millions d’euros en vue de prolonger les contrats de seulement 50-60 travailleurs et travailleuses temporaires parmi les 400 personnes qui peuvent y prétendre. Ces dernières y ont le droit à la suite de concours réservés qui se sont tenus en 2018, dans les même domaines stratégiques de l’ERC, dans le cadre de la loi italienne Dlgs.75/17 de 2017, connue sous le nom de “loi Madia”. Les classements, obtenus lors de ces concours, expireront en décembre prochain. Sans poste permanent, ces travailleurs et travailleuses seront exclu·es du système de recherche italien. Leurs contrats de recherche ne peuvent être renouvelés au-delà de la sixième année, selon une autre loi italienne. Qui plus est, en réalité, la chance d’avoir un contrat à durée déterminée — similaire à un poste permanent au vu des protections de l’emploi — est presque impossible au CNR.

Les syndicats considèrent la décision du CNR “immorale, absurde, incompréhensible et inacceptable”. En prenant en compte qu’il y a près de 33 millions d’euros disponibles, financés par différentes lois ayant l’objectif d’élever le niveau de la recherche italienne. Pour parachever le tout, le même directeur avait rassuré les syndicats il y a un mois, à l’occasion d’une réunion, sur le fait que le processus de stabilisation serait bien mis en œuvre. Au cours de la même réunion, il avait même indiqué le calendrier de la procédure !

Dans ce moment historique, alors que le monde fait face à une pandémie et à la crise climatique, tout le monde a pu prendre conscience de l’importance des activités de recherche. Les hommes et femmes politiques eux-mêmes soutiennent notre cause et font pression pour que le processus de stabilisation s’achève à la fin de décembre 2021.

“Precari Uniti” maintiendra la mobilisation syndicale jusqu’à ce qe toutes celles et ceux qui peuvent prétendre à une stabilisation soient effectivement recruté·es.

Suivez nous !

Precari Uniti CNR

Twitter: @PrecariUnitiCNR
Facebook: Precari Uniti CNR
Instagram: precariuniti.cnr

English version

Continuer la lecture

  1. NDLR ie sans enseignement []

Campus Condorcet: appel intersyndical à la grève le 23 novembre 2021

Une assemblée générale réunissant le personnel travaillant pour l’EPCC s’est tenue jeudi 18 novembre, suite au dépôt du préavis de grève par les trois organisations syndicales représentatives des agents de l’EPCC (SNPTES, FO, SGEN-CFDT).

Les 54 agents présents on voté à l’unanimité la grève pour la journée du 23 novembre. 
Suite à cette assemblée générale, les représentants du personnel ont eu rendez-vous avec le Président de l’EPCC, qui a dit comprendre les revendications du personnel, mais n’a pu y répondre favorablement.
Rendez-vous sont donc donnés mardi 23 novembre :

Un appel à projets pour les gouverner tous…

Un AAP pour les gouverner tous
Un AAP pour les trouver
Un AAP pour les ramener tous et dans les ténèbres les lier.

Il y a quelques années, l’Agence nationale pour l’excellence scientifique (ANES) promettait monts et merveilles.1 Lors de son appel à projets (AAP) 2019, elle proposait notamment le si disruptif AAP Bollorex:

Bollorex : Il s’agit de la classe d’appels à projets la mieux dotée, avec des financements allant de 200 à 500 millions d’euros. Cette catégorie est réservée à des appels à projets d’excellence absolue, dont les retombées certaines se feront sentir sur des décennies. Grâce à ce financement, il devient possible pour les plus excellents de nos chercheurs de se faire construire leur propre laboratoire, juste à côté de leur laboratoire d’origine en voie d’écroulement, et d’y faire ériger leur statue dans un métal hors de prix comme le tantale. (…) Une part importante du financement Bollorex devra être consacrée à la communication et à l’ouverture au grand public : les moyens offerts donnent la possibilité de financer des pages de publicité pendant les grands événements sportifs internationaux, ou d’acquérir une chaîne de télévision privée. D’un point de vue pratique, les fonds alloués seront domiciliés à la Bank of Excellence à Guernesey, et les porteurs des projets auront toute latitude quant à l’emploi de cette somme faramineuse. L’objectif recherché est également de susciter des jalousies chez les chercheurs normaux i.e. non-excellents.

La rédaction d’Academia est heureuse de vous annoncer que, parmi les lauréat·es de l’appel à projet Générique de fin2 , figure en bonne place la Directrice générale de l’enseignement et de l’insertion professionnelle. À moins qu’Anne-Sophie Barthez n’ait tout simplement été nommée à la tête de l’ANES, for a better science and beyond.

*
*   *

Dès juin 2021, le MESRI, sous la houlette d’Anne-Sophie Barthez, lançait le fabuleux appel à projet “L’excellence sous toutes ses formes (ExcellencES)”3.

L’appel à projets “Excellence sous toutes ses formes” vise à reconnaitre l’excellence sous toutes ses formes et à accompagner les établissements d’enseignement supérieur et de recherche porteurs d’un projet de transformation ambitieux à l’échelle de leur site dans la mise en œuvre de leur stratégie propre, élaborée à partir de leur dynamique territoriale et de leurs besoins spécifiques.

Accompagner les établissements d’enseignement supérieur ? Oui, vous avez bien lu. L’AAP précise que “par transformation, on entendra ci-après toute évolution significative de l’établissement ou du site contribuant à développer leurs potentialités dans l’ensemble de leurs missions, ou dans les missions qui auront été choisies comme les plus importantes pour l’établissement ou le site dans le cadre de leur projet stratégique” (nous soulignons).

Il ajoute cependant, dans la logique d’excellence qui est la sienne, que “Il accompagne donc la différenciation entre établissements d’enseignement supérieur en reconnaissant davantage les différentes formes d’excellence dont ils font preuve dans l’accomplissement des missions que leur fixe la Loi, et en les aidant à atteindre, dans leur(s) domaine(s) d’excellence, les meilleurs standards internationaux” (nous soulignons).

Assez simplement, on passe ainsi (“donc”) de la dotation des établissements de façon équitable, selon des critères applicables à tous,pour accomplir les missions fixées par le législateur, à une politique darwinienne tous ne seraient pas choisis. Grand projet 2021 pour l’ANES : affaiblir encore davantage les non-excellents, en distribuant de façon inégale, arbitraire, et en utilisant à perte le temps de travail des personnels chargés de répondre à l’appel, un budget de fonctionnement. 

Mais la DGESIP ne s’arrête pas là : allant au-delà de la better science, elle propose désormais des financements pour financers les réponses aux appels à projets.

Nous en sommes donc là : un appel à projets pour financer des réponses à appel à projets. Si le ridicule tuait, l’équipe ministérielle se trouverait déjà six pieds sous terre. Le problème, c’est que le montant déboursé (200 millions d’euros4 ) — à un moment où les étudiant·es manquent de tout, à commencer par des enseignant·es — représente 1,5 fois l’augmentation du budget de l’Agence nationale pour la recherche promise par la Ministre — 131 millions d’euros.

L’avant-veille, Anne-Sophie Barthez avait inauguré un séminaire au CNAM sur la CVEC (Contribution à la vie étudiante et au campus), impôt de 92€ inauguré en 2018, versé par tous les étudiants et les étudiantes en formation initiale5 dont l’usage n’a pour l’instant fait l’objet d’une évaluation très insuffisante selon la Cour des comptes (p.109 sq) qui en estime le montant levé à 138 millions d’euros, répartis a minima . Tandis que les associations étudiantes critiquent avec virulence ce dispositif opaque et inefficient — puisque seuls 30% de la collecte doivent être consacrés aux associations et à l’action sociale, et 15% à la médecine — la Conférence des présidences d’université (CPU)  invite à désormais donner plus de souplesse dans l’usage de la CVEC tout en la conservant bien sûr, sur la vie étudiante” (Alain Bui).

Taxer les étudiant·es, jeter l’argent de la recherche par les fenêtres : telles sont donc les ambitions du Ministère et de sa Directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle.

Beau bilan !

Au vu de ces réussites dépassant l’imagination, l’ANES se propose6 d’accompagner la DGESIP dans l’accomplissement de son projet Générique de fin.

  1. Le titre en référence au maître anneau de Tolkien a été inspiré par un tweet de Pierre Verschueren ; merci à Martin Clavey et Hendrik Davi pour leurs commentaires dont s’est inspiré ce billet. []
  2. “Votre projet ne rentre dans aucune case ? Vous l’avez déjà soumis au minimum 8 fois sans succès ailleurs (ERC, IDEX, etc.) ? Il est à long terme ? Il porte sur des recherches fondamentales ? Vous ne savez pas quels résultats vous allez obtenir ni si ces résultats pourraient avoir des retombées économiques immédiates ? Vous pouvez déposer une candidature à l’AAP Générique de Fin. L’ANES vous aidera, par le biais d’un conseiller et sans financement, à mettre fin à votre projet. Si vous le souhaitez nous vous accompagnerons pour mettre également fin à votre carrière.” []
  3. La modification du cahier des charges vient d’être approuvée le 22 octobre 2021 au Journal officiel. []
  4. 200 millions d’euros : c’est l’équivalent de 1000 projets de recherche financés ou encore de l’emploi de 6000 chercheurs ou chercheuses. []
  5. Les inscrit·es en habilitation à dirigier les recherches en sont exclus, sans toujours le savoir. Cf. DGESIP, p. 11. []
  6. Exclusivité Rédaction d’Academia. []

Trouvermonmaster. Alerte d’un Conseil de faculté lillois

Quelques doyens ou directrices d’UFR ont reçu l’information selon laquelle Trouvermonmaster servirait de plateforme unique au printemps 2022, engageant des “remontées” urgentes et bureaucratiques. Voici la première alerte qui nous est parvenue.  Pour s’informer

Claude Danthony in memoriam

Nous sommes nombreux à avoir été choqués et meurtris par le brusque décès de Claude Danthony, victime d’un malaise mortel le vendredi 8 octobre 2021, à 60 ans. 

Claude Danthony. Photo d’archives Progrès /Richard Mouillaud

Nous avons eu la chance de croiser sa route et il nous a énormément apporté, comme enseignant, collègue, compagnon de lutte, ami. Auteur d’un billet sur le plagiat – Paris-1, la valeur des diplômes et l’appel disciplinaire, juillet 2020 – Claude était aussi un correspondant complice et compétent de la rédaction d’Academia ; nous nous réjouissions de le rencontrer bientôt à l’occasion du colloque qui allait se tenir pour les 10 ans du célèbre arrêt auquel il a donné son nom, en sa présence. Nous n’aurons plus ce plaisir.

Mathématicien, maître de conférences à l’ENS de Lyon depuis 1989, c’est dans le domaine du droit administratif qu’il a connu sa plus grande célébrité suite au recours au Conseil d’État qu’il a porté pour faire annuler un décret de constitution de l’ÉNS de Lyon pris dans l’illégalité. La décision du Conseil d’État a fait date, en annulant le décret mais en consacrant ses conséquences antérieures à l’annulation comme définitives : on parle maintenant de “jurisprudence Danthony”. Ce recours, et d’autres qui ont suivi, ont été mal perçus par certaines personnes, bien entendu, jugeant ses interventions et ses actions comme autant d’obstacle à la “bonne” marche des institutions universitaires. C’est pourtant le souci de maintenir vivante la démocratie universitaire qui motivait Claude. Il a travaillé d’arrache-pied sur ce recours historique, mais aussi d’autres actions1  pour l’ÉNS de Lyon – qui s’identifie  non à sa direction, mais à l’ensemble des personnes, élèves, personnels qui la font vivre.  Il fallait être persuadé qu’une telle institution mérite d’être dirigée dans le respect des règles démocratiques pour trouver toute l’énergie que ce combat lui a demandé, et pour se former en vue de le mener.

Profil public de @claude_danthony sur Twitter, où il était un contributeur actif.

Cet attachement à la démocratie et à la transparence à l’université, mais plus simplement aux personnes, membres de la communauté universitaire, étudiants et étudiantes incluses2, se ressentait dans beaucoup d’autres actions où les grandes compétences juridiques de Claude ont été sollicitées par la suite, comme par exemple dans le soin extrême qu’il mettait à préparer des cours limpides ou à s’engager contre les violences sexistes et sexuelles.

Nous espérons que Claude savait notre attachement, combien nous l’estimions. Il va nous manquer, beaucoup.
***

Continuer la lecture

  1. Voir tout récemment le succès collectif contre la COMUE lyonnaise Saint-Étienne dit non à la fusion universitaire avec Lyon : et maintenant ? []
  2. Parmi les témoignages de l’attachement des étudiantes et des étudiants à Claude, voir Inspectrice Gadget sur Twitter. []

L’Université d’Utrecht (Pays-Bas) renonce à l’impact factor

En passant

 

“Impact factor abandoned by Dutch university in hiring and promotion decisions”

La nouvelle a notamment été annoncée par la revue Nature, le 25 juin 2021.

“Science is great. Open it!”. Illustration: Martin Clavey (CC)

Ainsi, souligne Nature, “les membres du corps enseignant et du personnel de l’université d’Utrecht seront évalué·es en fonction de leur engagement en faveur de l’open science.”

 

 

 

Afghanistan: la CPU appelle la France et l’Union européenne à se mobiliser pour les Afghans

Communiqué de la Conférence des Présidents d’Université (CPU), 17.08.2021:

Au moment où les Talibans reprennent le pouvoir en Afghanistan, la Conférence des présidents d’université (CPU) affirme sa solidarité à l’égard des étudiants et universitaires afghans. Elle demande solennellement aux autorités françaises et européennes de tout mettre en œuvre pour accueillir celles et ceux qui souhaiteront quitter leur pays.

Les universités françaises, fidèles à leur tradition, sont prêtes à accueillir dans l’urgence toutes celles et tous ceux qui souhaiteront y poursuivre leurs études ou leurs recherches, aussi longtemps que leur sécurité et leurs libertés ne seront pas assurées sur place. Les demandes des étudiantes et des chercheuses devront être considérées en priorité car nul ne peut douter que ces femmes seront les premières victimes de cette nouvelle situation politique.

La CPU est attentive à toutes demandes émanant des ministères directement impliqués dans la gestion de cette crise et fera en sorte d’y répondre sans délai en apportant notamment les moyens nécessaires au Programme PAUSE dont l’objet premier est l’accueil des scientifiques en exil.

Photo: Rasande Tyskar (CC)

Cliquez ici pour télécharger le communiqué.

“Une machine bureaucratique qui fait trop d’évaluations” : le Hcéres selon la Cour des comptes

Clap de fin d’année universitaire pour le HCERES qui termine cette désastreuse séquence inaugurale de l’ère Coulhon par une opération de communication soigneusement orchestrée : interview à tout va de son Président dans différents médias spécialisés1, sortie de son rapport annuel sur papier glacé réalisé par une agence de pub, communication web vibrionnante, etc… Objectif unique : montrer « quoi qu’il en coûte » que le HCERES est « utile » à l’ESR et qu’il “n’est pas une machine bureaucratique qui fait trop d’évaluations” (sic), d’après les mots mêmes de celui qui le dirige depuis maintenant près de neuf mois.

Les bureaucrates de l’inutile

Il faut dire que la principale attaque ne vient pas, ces dernières semaines, des vilains enseignants-chercheurs islamo-gauchistes qui ravagent l’université française ou des hackers russes, trop occupés à saboter les grandes œuvres de Jean-Michel Blanquer. Non, l’ignoble estocade vient…des très sérieux juges de la Cour des Comptes. Le texte de leur référé qu’ils ont adressé en mars dernier à Matignon est un véritable démontage en règle des activités du haut conseil. Largement commenté lors de sa parution, le premier paragraphe du référé se doit être cité in extenso :

Les rapports d’évaluation du Haut conseil ne jouissent pas, dans le milieu académique, d’une réputation à la hauteur de l’effort consenti. Menés sur la base de référentiels très normés et de procédures particulièrement longues, les travaux d’évaluation pèsent sur les établissements et plus encore, sur des unités de recherche déjà chargées en travaux non scientifiques ».

Étonnante diatribe qui dit tout ou presque, avec économie des mots chère à la rue Cambon : défiance de la communauté vis-à-vis du machin, bureaucratie chronophage et papivore, inutilité des évaluations, perte de temps pour tous les acteurs de l’ESR, etc… La Cour dresse ainsi le portrait d’un véritable monstre bureaucratique que plus personne ne semble contrôler et tire le signal d’alarme : « L’inflation du nombre des rapports […] s’avère aujourd’hui intenable : pas moins de 5 185 rapports ont été produits entre 2017 et 2019 soit entre quatre et cinq par jour ». On imagine avec amusement la tête du magistrat qui a sorti sa calculatrice et qui a tapé : 5185/3/365 = 4,7 ! Et encore, le réquisitoire de la Cour des comptes ne tient pas compte de l’inflation des recrutements de ces derniers mois initiée par la nouvelle gouvernance. C’est simple, on n’arrive plus à suivre le rythme effréné de publication des offres d’emplois destinés à gonfler cette technostructure de l’inutile : directeurs et chefs en tous genres, chargés de projets, coordinateurs, secrétaire général adjoint,…. Le HCERES, c’est dorénavant une véritable armée mexicaine, les ponchos et les sombréros en moins.

Continuer la lecture

  1. Nous n’en ferons pas ici la promotion. []

Appel du 18 juin, par la CP-CNU réunie en Assemblée générale

Le vendredi 18 juin 2021, la CP-CNU, réunie en assemblée nationale, a voté les deux textes suivants : un appel voté à l’unanimité et une motion1.

#ResistESR

Continuer la lecture

  1. Votée à l’unanimité, 1 contre et 7 abstentions. []

“Mener ensemble la lutte pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur au service de l’ensemble de la société”. APPEL du Congrès d’orientation 2021 du SNESUP-FSU à Rennes 2, 17 juin 2021

Plus d’une centaine de délégué·es ont convergé à Rennes du 15 au 17 juin pour débattre, faire vivre la démocratie du SNESUP-FSU et envisager l’avenir.

 Pour faire face aux défis auxquels nos sociétés sont confrontées pour le présent et l’avenir, il y a plus que jamais besoin d’étendre et de diffuser largement les connaissances. L’ESR est un lieu de production et de diffusion de ces connaissances, et de développement de l’esprit critique des générations futures. Ce rôle doit être exercé dans le cadre d’un service public accessible à toutes et tous, y compris aux étudiant·es étranger·es. Il doit être assuré par des personnels titulaires, dont le statut garantit l’indépendance vis-à-vis des pressions des lobbies politiques, religieux, économiques, etc., leur permettant ainsi de travailler à l’intérêt général. Le SNESUP-FSU réaffirme à cet effet la nécessité de préserver les libertés académiques en enseignement et en recherche.

Depuis 2017, les multiples réformes conduites par le gouvernement vont à l’encontre de cet intérêt général :

  • la loi ORE, Parcoursup et “Bienvenue en France” ont entraîné une aggravation de la sélection sociale pour les étudiant·es et l’augmentation des frais d’inscription ;
  • la loi de transformation de la fonction publique destinée à “manager” le service public comme une entreprise a de lourdes conséquences sur les personnels de l’ESR; l’ordonnance permettant la création d’établissements expérimentaux (EPE) dérogeant à de nombreuses règles du code de l’éducation met en péril la démocratie universitaire et les droits des personnels ;
  • la loi de programmation pour la recherche publiée contre l’avis de la majorité de la communauté universitaire ne répond pas au sous-financement de la recherche, poursuit la destruction des statuts des EC sur fond de concurrence généralisée par l’ouverture de la contractualisation avant titularisation et annonce la fin de l’évaluation par les pairs au profit du chef d’établissement ;
  • la réforme de la FDE qui dégrade la formation, qui précarise les étudiant·es et l’entrée dans le métier et qui tend à “sortir” la FDE de l’université.

Ce gouvernement mène également sa politique sous des formes plus insidieuses, sans textes de loi, mais tout aussi nocives :

  • insuffisance criante des dépenses de l’état en matière d’ESR ;
  • poursuite de l’étranglement financier des établissements ;
  • développement des financements sur appels à projet attribués sous condition de restructurations institutionnelles des établissements, ou sous condition de conversion des enseignements à distance ;
  • absence d’investissement dans la rénovation et la construction des établissements pour accueillir des effectifs étudiants de plus en plus nombreux ;
  • absence de création de postes de titulaires malgré l’urgence et le large sous-encadrement.
 Les conséquences sont nombreuses et délétères pour les personnels et fortement dénoncées par le SNESUP-FSU dans toutes les instances où il est présent :
  • précarité des personnels qui s’étend et salaires bloqués;
  • développement d’un management autoritaire, encore renforcé  désormais par la politique de primes différenciées à la performance, qui aiguisent concurrence et conflits dans les équipes et induisent comportements contraires à l’éthique;
  • conditions de travail de plus en plus dégradées pour tout le monde, souffrance au travail qui se développe encore et toujours, au détriment de la santé des personnels en sous-effectif criant;
  • les femmes sont particulièrement touchés et les plans d’égalité en cours de déclinaison dans les établissements risquent d’être insuffisants alors qu’il y a urgence à lutter pour l’égalité et contre les violences sexistes et sexuelles.

Continuer la lecture

Tuna Altinel de retour à Lyon !

Ami-e-s Solidaires,

Le vendredi 11 juin 2021, après 2 ans et 2 mois de séjour forcé en Turquie, je suis rentré à Lyon. C’est la victoire d’un combat solidaire et
de longue haleine. Je vous en remercie infiniment.
Je tiens à rappeler que cette victoire ne sonne pas la fin de ce combat. La décision du tribunal administratif qui m’a permis de récupérer mon passeport
est en appel. Une décision tardive ou négative de la cour d’appel risque de m’imposer une vie d’exilé en France. Gardons notre vigilance, restons actifs.Dans le monde où nous vivons, où les valeurs démocratiques sont sans cesse menacées, agressées partout, il y a encore une multitude de combats
qui nous attendent.

Solidairement,

Tuna Altınel

Friends in Solidarity,

On friday june 11th 2021, after 2 years and 2 months of retention in Turkey, I was back to Lyon. This is the victory of a longstanding solidarity
and struggle. I thank you infinitely.

I emphasize that despite this victorious achievement, this struggle has not yet reached its final point. The decision of the administrative court
that allowed me to obtain my passport has been appealed. A late or negative decision of the appeals court will force me to an exile in France.
We keep our vigilance, we remain active.

In this world, our sole living place, democratic values are incessantly threatened and aggressed wherever we are. Many more struggles are
in front of us.

In solidarity,

Tuna Altınel