Les vacataires poursuivent leur rétention des notes à Paris 1

Motion de l’Assemblée Générale des vacataires de Paris 1, 30 mai 2023 

L’Assemblée Générale des vacataires de Paris 1, réunie le 30 mai 2023 a voté le prolongement de la rétention des notes du second semestre. Une nouvelle fois, après une deuxième rencontre avec la présidence, aucune réponse ne nous a été apporté à nos revendications. Nous nous demandons si la présidence prend au sérieux la condition des vacataires. Nous rappelons que les indemnités des vacataires ne représentent que 3% du budget total de l’Université contre un tiers des heures de cours effectuées. Nos revendications étaient et restent les suivantes :  

  • Le doublement de la rémunération des heures de vacation, indexée sur l’inflation,
  • L’ouverture d’une négociation sur les conditions de travail des vacataires de Paris 1,
  • La mensualisation effective des enseignant.e.s vacataires, conformément à la loi (n°2020-1674-article 11), loi que l’Université ne respecte toujours pas.

L’Assemblée Générale appelle tous les enseignant.e.s, titulaires ou non à se mobiliser afin de porter ces revendications.  

Nous renouvelons notre demande à la présidence d’accéder à nos revendications. La seule proposition de la présidence lors de notre deuxième rendez-vous est de contractualiser les doctorant·es vacataires de Paris 1, au taux des vacations, sous des contrats LRU : cela concerne seulement 10% des vacataires (292 vacataires sur 3000) puisque l’immense majorité des vacataires ne sont pas doctorant·es. Surtout, nous n’avons aucune proposition concernant la hausse de la rémunération et la mensualisation repose sur des promesses orales.  

Enfin, de nouvelles pressions se sont exercées auprès des vacataires de la part de leurs collègues et de leur direction malgré le fait que la présidence nous avait assuré que cela ne se reproduirait pas.  

Nous appelons tous les personnels et étudiant.e.s de l’Université à nous soutenir, à nous rejoindre dans notre action et à venir à notre prochaine Assemblée Générale le 12 juin à 18h30, en salle 2 (Panthéon). 

Contact : doctorant.es.p1@protonmail.com  ; paris1@vacataires.org
Site webhttps://www.vacataires.org/

17 mai : journée internationale contre l’homophobie et la transphobie

https://twitter.com/UEYvelines/status/1658832859388424193?s=20Description : 17 mai: journée internationale contre l’homophobie et la transphobie. Pride des banlieues le 3 juin. Festival des fiertés du 12 au 18 juin. Pride interLGBT+ le 24 juin. En bas du visuel on peut voir une manifestation de jeunes avec une banderole indiquant “Marche nationale pour les droits et libertés des homosexuels et lesbiennes”.

Pour aller plus loin

Université polytechnique de Turin (Italie): “Frontex hors du campus!”

Michele Lancione est professeur de géographie économique et politique à l’université polytechnique de Turin (Politecnico di Torino), en Italie. En juillet 2021, il a découvert que son université avait accepté de produire des cartes et des infographies pour Frontex afin de “soutenir les activités” de l’agence. Avec des collègues, il a depuis mené un combat pour que le contrat soit annulé, sans succès.

Poster Abolish Frontex

Pour rappel, depuis la création de l’agence en 2004, ces “activités” ont joué un rôle central dans la sécurisation et la militarisation des frontières de l’Union européenne. Nombreux·ses sont celleux qui ont affirmé qu’elles ont également produit sans relâche les “crises migratoires” que Frontex prétend combattre.

Maurice Stierl (Institute for Migration Research and Intercultural Studies (IMIS) Osnabrück University) a publié une interview à Michele Lancione sur le blog Border Criminologies de l’Université de Oxford (28.04.2023):

“Frontex off Campus! An Interview with Professor Michele Lancione”

https://blogs.law.ox.ac.uk/blog-post/2023/04/frontex-campus-interview-professor-michele-lancione

Pour plus d’informations sur les événements: https://seenthis.net/messages/933912

Violences policières contre un étudiant : communiqué de soutien de l’UFR de science politique de Paris 1

Academia relaie ci-dessous le communiqué de l’UFR de science politique de l’Université Paris 1 diffusé ce vendredi 21 avril 2023 à propos des violences policières, judiciaires et racistes subies par un étudiant en Master de science politique, dont le récit peut être lu en cliquant sur ce lien.

______________________________________________

Le Département de science politique de la Sorbonne  (Paris 1) dénonce avec force les violences policières, judiciaires et racistes subies par l’un de ses étudiant.es de Master de science politique. Le récit qu’il fait (et que vous trouverez ci-dessous) confirme les études les plus récentes sur les dérives du maintien de l’ordre en France : il raconte le racisme ordinaire des pratiques policières (arrestation « au faciès »), l’instrumentalisation des procédures policières et judiciaires pour la répression du mouvement social (charges pour dégradation très vite abandonnées), et les nombreux illégalismes commis par les institutions de notre État de droit (refus d’assistance par un avocat notamment). Enfin, les commentaires inadmissibles d’un agent de justice envers les origines sociales et le choix des études de notre étudiant attestent des effets ravageurs des attaques politiques contre l’Université.

Les enseignant.es du Département de science politique de la Sorbonne sont fier.es de former des étudiant.es qui, malgré le traitement indigne qui leur est fait, sont capables de réagir en mettant leur intelligence au service d’une réflexion commune.Le Département de science politique de la Sorbonne et ses enseignant-es lui adressent tout leur soutien. Pour lui et pour tou-te-s ses camarades, iels continueront de remplir leur mission d’enseignement, de recherche et de formation des citoyen.ne.s.Le Département de science politique de la Sorbonne

À Pap Ndiaye, les valeurs de l’école et l’avenir de la démocratie, par Dominik Moll

15 avril 2023, remise du César des lycéens au réalisateur Dominik Moll pour son flm La nuit du 12. En concluant son discours, le réalisateur se tourne vers Pap Ndiaye, le ministre de l’Éducation national


Il me revient maintenant « de saluer votre courage d’avoir accepté ce poste de Ministre de l’Éducation.

Je pense que ça ne doit pas être facile tous les jours d’exercer cette fonction au sein d’un gouvernement, et avec un président dont les paroles et les actes sont un peu le contraire des valeurs de ce que devrait transmettre l’école.

Un gouvernement et un président qui préfèrent imposer plutôt que dialoguer.
Qui préfèrent donner des leçons plutôt que de faire preuve de pédagogie.
Qui préfèrent parfois le mépris au respect et à l’écoute.
Qui préfèrent cliver et diviser plutôt qu’unir.
Qui préfèrent des intérêts particuliers au bien commun.
Et dont le seul critère de réussite semble de faire partie des premiers de cordée.

Et c’est bien de ça que souffre, à mon humble avis, depuis longtemps le système scolaire français.

Si je peux paraphraser un peu le sociologue François Dubet, le critère essentiel de la réussite d’un parcours scolaire reste l’accès aux élites, aux meilleurs lycées, aux meilleures prépas.

Et dans cette compétition, il n’y a pas d’égalité des chances.

Et à cause de ces inégalités, trop de jeunes restent au bord de la route. Et vont nourrir du ressentiment envers l’école et les valeurs démocratiques qu’elle est censée représenter ».

 

Merci Dominik Moll

Retraites. L’Université Bordeaux Montaigne appelle à l’amplification de la mobilisation à l’échelle nationale

Ce texte de la tribune commune au personnel et aux étudiants de l’Université Bordeaux Montaigne, actuellement mobilisée contre la réforme des retraites a été publié le 13 avril 2023, soit la veille de la décision du Conseil constitutionnel et l’avant-veille de la promulgation du texte par celui qui s’appelle encore “Président de la République”. Le texte a reçu à ce jour environ 150 signatures de plusieurs enseignants, étudiants et personnels BIATSS, et continue de circuler au sein de l’établissement. Academia invite les autres établissements d’enseignement supérieur à s’en inspirer et à agir en conséquence.

Pour signer quand on n’est pas de Bordeaux Montaigne

L’Université Bordeaux Montaigne soutient la lutte des étudiant·es et du personnel contre la réforme des retraites et appelle à l’amplification d’une mobilisation de tous les secteurs à l’échelle nationale

Le 13 avril 2023

Une réforme inutile et nocive

Nous, étudiant·es et personnels mobilisé·es de l’Université Bordeaux Montaigne, refusons l’imposition dans la précipitation d’une réforme injuste, inutile et aux effets catastrophiques sur la vie des citoyen·nes. Elle s’inscrit dans la continuité d’un travail délibéré de casse du service public et de précarisation des travailleur·ses. Après
l’Université, l’École, et l’Hôpital, les retraites.

Cette réforme malhonnête prétend se justifier par la hausse de l’espérance de vie, sans égards pour les conditions d’existence véritables des citoyen-nes : rappelons que d’après l’INSEE, l’espérance de vie sans incapacité s’élevait en 2020 à 63,9 ans . Ensuite, elle présente comme un fait naturel le résultat de choix économiques
concrets, effectués dans un cadre de pensée précis : l’idéologie néolibérale. Le gouvernement brandit de façon fallacieuse l’argument d’un « sauvetage nécessaire » du système par répartition qui ne pourrait prendre que la forme d’une politique d’austérité. Or, le gouvernement a privé l’État de recettes importantes par sa politique fiscale en faveur des acteurs les plus riches de la société. Il refuse d’envisager d’autres leviers que la hausse de l’âge légal de départ, et se permet de brandir la capitalisation des retraites comme un épouvantail : c’est pourtant vers là que son projet néolibéral nous conduit. Ces manœuvres sont d’un cynisme révoltant.

Continuer la lecture

La CJC publie un Guide des droits de l’enseignant·e vacataire

La Confédération des Jeunes Chercheurs vient de publier un Guide des droits de l’enseignant·e vacataire très complet, à consulter absolument avant de se lancer dans des vacations. Celui-ci répond à 32 questions récurrentes lorsque l’on fait des vacations et peut être lu à cette adresse.

Annulation du conseil d’administration de l’université de Pau et des pays de l’Adour (UPPA)

Communiqué de presse :

Le président Laurent Bordes bloque à nouveau les motions sur la réforme des retraites : le conseil d’administration est envahi et annulé.

Crédit photos : Nicola Lopez

Coup de théâtre aujourd’hui au CA (conseil d’administration) de l’UPPA autour du projet de réforme des retraites. À la suite du refus de la Présidence de l’UPPA de mettre au vote les motions syndicales (voir ci-dessous) réclamant notamment les dispenses d’assiduité et le report des examens pour les étudiants ainsi que le non-recours aux cours en distanciel les jours de mobilisation nationale, le CA a été envahi par l’inter-organisations CGT-DCSP (FSU)-M22M (Solidaires étudiant-es). En réponse au blocage par le président Laurent Bordes de deux motions proposées par des élu·es du CA, le conseil d’administration a été annulé. En chantant.

En ce jour de mobilisation nationale contre le projet de réforme des retraites, des élu.es de notre université avaient demandé le report du CA devant se tenir ce jour. Le président Bordes l’a refusé. Il a finalement été conduit à l’annuler sous la pression des élu.es et syndicats.

Rassemblement de soutien

Ce mercredi 15 mars à 13h30, trente minutes avant le CA, l’intersyndicale CGT-CFDT-FSU-UNSA-Solidaires étudiantes de l’UPPA, le M22M et la liste « Démocratie, collégialité et service public » (DCSP) appelait à un rassemblement devant le bâtiment de la présidence pour marquer leur opposition au projet de réforme des retraites et soutenir les motions devant être présentées en ce sens. Les élu.es ont demandé la mise au vote des motions, qui a été refusée par le président.

Déni de démocratie

Des arguments ont été échangés. Les élu.es étudiant.es ont qualifié de « déni de démocratie » l’obstination présidentielle à ne pas soumettre au vote des motions légitimes d’intérêt général, développant leurs idées avec éloquence devant celui qu’iels ont fini par qualifier de « Monarque Bordes ».

De son côté, un élu DCSP a comparé la situation de cette assemblée avec celle des deux assemblées de la nation: « À l’Assemblée nationale et au Sénat, ils n’ont pas laissé s’exprimer l’opposition autant que nécessaire », a-t-il dit avant d’estimer : « ce déni de démocratie se répète à l’UPPA ». Lorsque le président a dit en réponse aux arguments déployés : « cela me fait sourire », il a répliqué : « la réforme voulue par le pouvoir en place va impacter durablement des millions de personnes et cela ne me fait pas du tout sourire ».

Les élu.es ont dans un premier temps quitté la salle en signe de protestation, tandis que certain.es élu.es en distanciel se sont déconnecté.es en signe de solidarité.

« Nous vous laissons entre amis »

« C’est dommage que ce CA ne soit qu’une chambre d’enregistrement et nous vous laissons entre amis » a déclaré l’un d’eux en quittant la salle. Mais élu.es et soutiens sont peu après revenu.es entonnant en chœur avec le tempo fixé par l’un des étudiants des slogans de la manifestation du matin.

Le président a alors déclaré qu’il annulait la séance du CA et l’équipe présidentielle s’est levée et est partie. Les élu.es et soutiens présent.es sont alors repartis en chantant : « On est là, on est là, même si Bordes ne veut pas, nous on est là… ».

Le CA a été reconvoqué demain (16 mars) à 14h, exclusivement en distanciel. Il est inacceptable que la Présidence de l’UPPA refuse de convoquer le CA en présentiel dans l’unique but d’occulter les motions légitimes des élu·es.

Au-delà du déni de démocratie, Laurent Bordes a assuré aux élu.es du CA que les examens étaient annulés lors des journées de mobilisation nationale. Les étudiant.es du M22M ont toutefois pu constater que des examens se sont déroulés dans les collèges SSH et STEE les 7 et 15 mars 2023. Nous regrettons profondément que Laurent Bordes ait refusé de soumettre au vote les motions, ce qui auraient permis de clarifier la position de la présidence auprès de la communauté universitaire.

À Pau, le 15/03/2023


MOTION CONTRE LE PROJET DE RÉFORME DES RETRAITES

Le conseil d’administration de l’UPPA est préoccupé par le projet de réforme des retraites et soutient les mobilisations qui, depuis le 19 janvier, témoignent du très fort rejet de cette réforme par la population.

À l’université, si cette réforme devait être appliquée, le recrutement de plus en plus tardif des jeunes et la précarité toujours plus grande des personnels conduiraient à la paupérisation des futur·es retraité·es. Ce projet de réforme va particulièrement toucher les femmes qui seront plus nombreuses à travailler jusqu’à 67 ans pour ne pas subir de décote, et l’ensemble des enseignant·es et chercheur·es dont beaucoup partiront avec une pension incomplète, en particulier celleux qui obtiendront un doctorat pour entrer dans la recherche et l’enseignement supérieur. Quant aux étudiantes et aux étudiants, également soucieux de la crise écologique qui s’amplifie, ils sont les premiers concernés : aujourd’hui victimes de la précarité, en attente d’une réforme des bourses étudiantes, comme de la généralisation des repas à 1€, et demain appauvris. Aussi le conseil d’administration de l’UPPA s’associe aux craintes et revendications exprimées par les personnels et étudiant·es de l’université ; il demande donc le retrait de cette réforme.

MOTION SUR LES JOURNÉES DE MOBILISATION NATIONALE

Depuis plusieurs semaines, les étudiantes, étudiants et personnels de l’UPPA sont mobilisés contre ce projet de réforme des retraites. Les élu·es, à l’écoute de leurs préoccupations sociales, soutiennent toutes les initiatives qui viseront à permettre une large mobilisation de la communauté universitaire.

À ce titre, les élu·es du conseil d’administration de l’UPPA appellent les équipes pédagogiques à ne pas pénaliser les étudiantes et les étudiants qui participent au mouvement social en adaptant les modalités d’évaluation, à ne pas comptabiliser les absences les jours de grève et à communiquer cela aux étudiant·es.

De même, les cours basculés en distanciels doivent être interdits sur ces journées. Ils ne peuvent être mis en place que dans des circonstances exceptionnelles ou inhabituelles, pas sur des journées de mobilisation. Ils participent à empêcher les étudiantes et étudiants de se mobiliser en contournant la situation objective.

Enfin, les élu.es souhaitent qu’aucun membre de notre communauté universitaire, agent.es, BIATSS, enseignant.es, enseignant.es-chercheur.es, étudiant.es, ne soient pénalisé.es lors de ces journées nationales.

Concertation territoriale en Île-de-France, par Sap1 

Conseil national de la refondation (CNR) jeunesse, concertation sur la réforme des bourses, dialogue territorial… La vie étudiante fait actuellement l’objet de multiples travaux. C’est dans ce contexte que les élu·es de l’Alternative Paris 1 (SAP1) ont participé le mardi 14 février 2023 à la conférence territoriale de la vie étudiante en Ile-de-France (IDF) organisée par la région académique IDF, qui a réuni près d’une centaine d’acteurs et d’actrices de la vie étudiante francilienne : des membres de la préfecture, de la ville de Paris, des collectivités territoriales, des universités, des étudiant-es, etc.

Deux thèmes sont régulièrement revenus dans les échanges : le logement, et dans une moindre mesure, le transport1.

Tous ont convenu qu’en IDF il est particulièrement difficile et coûteux pour les étudiant-es de se loger : le logement, qui constitue de loin leur premier poste de dépense, pèse dangereusement sur leur budget. Nous nous réjouissons  que toutes les parties prenantes aient pris la mesure du problème. Plusieurs pistes ont été évoquées comme la densification du parc de logement étudiant ou la mobilisation du foncier public pour y construire de nouveaux logements étudiants. Pour la plupart des intervenants la question est surtout de savoir comment mieux faire ce qui n’est déjà pas encore fait. Ce sont des idées, des promesses. On conclut que tel acteur pourrait travailler avec tel autre pour construire plus de logements, ou que si on construisait tel bâtiment ce serait mieux. Mais rien des problèmes concrets des étudiant·es n’est posé sur la table et aucune véritable solution n’est apportée, pas de propositions nouvelles en tout cas.

Il y a urgence !

Mais regardons les choses en face : il s’agit de solutions à moyen et long termes, alors qu’il y a urgence ! Aujourd’hui, un étudiant sur trois ne mange pas à sa faim et avec l’inflation qui sévit actuellement, cette situation risque encore de s’aggraver ! Peut-on étudier le ventre vide ?

Continuer la lecture

  1. Ces thèmes n’avaient malheureusement pas été retenus pour les tables-rondes, lesquelles portaient sur les acteurs de la vie étudiante, la précarité et les campus de demain. []

Victoire ! Samuel Legris obtient la protection fonctionnelle

Le 20 janvier 2023, Academia a publié la lettre de soutien à la demande de protection fonctionnelle de Samuel Legris, doctorant contractuel et élu au Conseil d’administration de l’UPPA, adressée par l’Association Française de Sociologie (AFS), l’Association Française de Science Politique (AFSP) et l’Association Nationale des Candidat·e·s aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP) à la Présidence de l’UPPA[1]. Selon l’article L134-4 du Code général de la fonction publique,

« lorsque l’agent public fait l’objet de poursuites pénales à raison de faits qui n’ont pas le caractère d’une faute personnelle détachable de l’exercice de ses fonctions, la collectivité publique doit lui accorder sa protection. […] La collectivité publique est également tenue de protéger l’agent public qui, à raison de tels faits, est placé en garde à vue ou se voit proposer une mesure de composition ».

Après avoir exprimé à plusieurs reprises son refus catégorique d’accorder à Samuel Legris la protection fonctionnelle qui lui revenait pourtant de droit1, la Présidence de l’UPPA a finalement annoncé dans un courrier du 14 février 2023 que Samuel Legris bénéficierait de la protection fonctionnelle. Comme le révèlent les articles publiés ces derniers jours dans la presse quotidienne régionale2, c’est l’intense mobilisation universitaire, syndicale et politique qui a fait plier la Présidence de l’UPPA. Ce ne sont pas moins de 2000 personnels de l’enseignement supérieur et de la recherc

Samuel Legris, doctorant UPPA. étudie les mouvements sociaux contemporains.
Crédit: Rodolphe Martin, 2023

he qui ont rappelé la Présidence de l’UPPA à ses devoirs. Nous ne pouvons que déplorer qu’il ait fallu déployer tant d’efforts pour que la Présidence de l’UPPA daigne respecter les droits d’un agent public.

Ce dénouement a toutefois le mérite de démontrer une nouvelle fois que l’action collective paie.

 

PS : Pour couvrir la totalité des frais de justice de Samuel Legris et des trois personnes qu’il accompagnait dans le cadre de son enquête, il est nécessaire de recueillir 2884 €. 2410 € ont été récoltés à ce jour sur la cagnotte de solidarité que chacun·e peut alimenter afin d’atteindre les 2884 €. »
  1. pénale ((Jérôme Hourdeaux, « Interpellé avec des « gilets jaunes », un sociologue risque une sanction pénale », Mediapart, 18 janvier 2023. []
  2. « Le doctorant palois poursuivi par la justice aura bien la « protection fonctionnelle » », La République des Pyrénées, 22 février 2023,  et Gabriel Blaise, « Pau : l’université accorde la protection fonctionnelle à son doctorant poursuivi », Sud Ouest, 23 février 2023. []

Campus Condorcet : retour sur une nuit en enfer, sur lundi.am

Campus Condorcet : 28 étudiants placés en garde à vue
pour avoir occupé un bâtiment

Récit d’une nuit en enfer

Extraits. Au bout de la ligne 12 du métro parisien se dresse l’hideux Campus Condorcet, construit en quelques mois seulement à la Plaine Saint-Denis. S’y déroulent depuis deux ans les séminaires d’une quinzaine d’universités d’Île-de-France, coincés entre les bureaux d’Orange, de Venteprivée.com, et les quartiers ouvriers d’Aubervilliers. Lundi 23 Janvier, afin de s’organiser pour la lutte contre la réforme des retraites, des étudiants ont décidé d’y occuper une salle. Rapidement, la police est intervenue sur le campus pour évacuer le bâtiment avant d’interpeler 28 élèves. L’une d’entre eux, nous a confié ce témoignage édifiant d’une nuit de garde à vue cauchemardesque. Il s’agit de garder des traces, non pas pour propager la peur du pouvoir mais afin de bien saisir et se souvenir du régime dans lequel nous vivons.

Écrire pour garder des traces, pour ne pas oublier, pour écrire nos histoires, celles des bifurcations, des brèches, celles des traumatismes qui nous forment et nous radicalisent, celles des souffrances qui nous font grandir, celles des oppressions, celle des enfants de traverse. Ce récit est celui de notre séjour en garde à vue le 23 janvier 2023 au soir pour avoir lancé l’occupation d’un bâtiment sur le Campus Condorcet.

Commissariat. Bâtiment froid dans lequel l’hiver s’engouffre. Le béton d’une dureté implacable endolorit mes os. Le bruit des portes de fer claque avec violence. Émission de sons abrupts et glacials qui impriment nos tympans d’une peur qui résonne encore en nous. Perte de la notion du temps, absence de fenêtres, plus accès à la moindre montre, le temps passe à reculons. Le monde extérieur semble loin face à cet isolement. Quand sortirons-nous ? Nos camarades nous soutiennent-ils ? L’avocate ne sera jamais venu nous voir. « Vous êtes tous seuls, même votre avocate s !en fout de vous ». Chez les flics, le mensonge est roi. Ils peuvent se le permettre. A défaut du droit, ils connaissent parfaitement leur impunité. Dans l’enceinte de ce blockhaus, ils se déchaînent et font régner leur propre loi fasciste. Comme déchus de notre citoyenneté, nous perdons tout droit. A mesure que nous sommes hors-la-loi, ils sont par-delà-la-loi, protégés par tout un système étatique qui a besoin d’eux. Société sécuritaire dont ils ne sont que l’allégorie, la caricature, le monstre créé par l’Etat lui-même. En réalité, notre avocate ne fut contactée qu’au beau milieu de la nuit. Appel masqué. Pas de numéro pour rappeler. Aucune information sur notre localisation.

On nous y avait amené debout, entassés dans une succincte camionnette de police. Ce rodéo était d’un rare déferlement de violence. Les coups de frein nous faisaient tomber les uns sur les autres et nous couvraient d’hématomes. Démonstration de force dans laquelle la domination s’exerce, s’exhibe et s’entretient. Cette manière de crier, de claquer les portes, d’humilier, de mentir, de conduire, de menacer de mort ou de viol, tout cela fait partie de ce comico du spectacle, de cette performance de la domination. Routinisation d’une violence presque normée, on aura échappé de peu à celle du petit Jésus consistant à menotter en croix le détenu aux grilles de sa cellule afin de le faire suffoquer. La violence de ce monde contre lequel nous tentons de créer d’autres cadres de vie est ici sous sa forme la plus visible et exacerbée. Hurlements d !une prise d !empreinte forcée, les cris retentissent dans nos oreilles mais nous ne savons pas d !où ils proviennent. On nous empêche de nous lever. Nos camarades pleurent, d !impuissance et de rage. Seize camarades sont entassés dans une cellule de quatre mètres carrés. Les policiers ferment la fenêtre d’aération. Ils suffoquent. Un camarade tabassé par un policier a une côte fêlée. Il a le visage blême. Ils l’appellent côtelette. Nous n’avons de cesse d’exiger un médecin mais il sera d’abord envoyé dans le « hammam », comme les policiers dénomment ironiquement la cellule où ils sont entassés.

Lire la suite sur lundi.am →

Repas à 1 euro : victoire rejet à l’Assemblée !

Update – 18h

Après un vote favorable au repas à un euro de la proposition Parti socialiste, la communication ahurissante de la ministre Retailleau défendant un bilan alors que le CNOUS est structurellement déficitaire, le texte a été rejeté par UNE VOIX par la majorité Renaissance et LR. Nous publions la liste de votant·es. N’hésitez pas à leur écrire

Continuer la lecture

Epreuve de force budgétaire entre le MESRI et l’Université Paul-Valéry, qui supprime ses capacités d’accueil pour 2024

Comme beaucoup d’universités, l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 est dans une situation budgétaire de plus en plus intenable. Pour l’année 2023, elle vient de voter un budget en déficit de 11,3 millions d’euros, tout en maintenant une campagne d’emploi ambitieuse. En effet, il s’agit d’une des universités les plus sous-dotées en terme d’encadrement. Les embauches prévues apparaissent donc comme un rattrapage urgent et nécessaire.

C’est dans ce contexte que le syndicat étudiant SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier), nouvellement majoritaire au sein de la représentation étudiante de cette université, a fait voter le 10/01/2023 en CFVU (Commission Formation et Vie Universitaire) une mesure inédite : l’université Paul-Valéry refuse de voter les capacités d’accueil en Licence et Master tant que le MESRI n’aura pas alloué une dotation budgétaire à hauteur des besoins de l’établissement.


Victoire historique obtenue par le SCUM en France : l’Université Paul-Valéry vote la fin de la sélection

Ce mardi 10 janvier 2023 avait lieu le premier Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’Université Paul-Valéry pour la nouvelle mandature 2023-2024. Depuis les dernières élections étudiantes de novembre, grâce au score de 56%, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) est majoritaire parmi la représentation étudiante au sein de cette instance, qui prend les décisions relatives à la scolarité, aux examens et à la sélection en Licence et en Master.

Aujourd’hui, nous avons obtenu une victoire historique. Au terme d’une séance du CEVU qui a duré plus de 4h, et avec 15 voix pour, 6 voix contre et 3 abstentions, la motion soumise au vote par les élues et élus du SCUM a été adoptée, elle supprime de fait toute forme de sélection à l’entrée en Licence et à l’entrée en Master pour la rentrée de septembre 2024 dans les termes suivants :

« Le Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, réuni ce mardi 10 janvier 2023, décide de ne pas fixer de capacités d’accueil en Licence et Master pour l’année universitaire 2024-2025.

Aux côtés de l’ensemble des personnels, des enseignantes, des enseignants, des étudiantes et des étudiants, nous considérons que la pénurie budgétaire qui frappe l’ensemble des universités ne peut pas être combattue en acceptant de sélectionner les étudiantes et étudiants. Bien au contraire, elle ne peut se combattre qu’en réaffirmant le droit inaliénable à étudier pour toutes et tous.

Nous refusons aujourd’hui de voter des capacités d’accueil au sein de notre université tant que le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR) refusera d’attribuer à notre établissement une dotation budgétaire pérenne à la hauteur de nos besoins.

Nous appelons l’ensemble des universités, de leurs personnels et de leurs présidences à nous rejoindre dans cette démarche. »

Le vote de la motion du SCUM n’est pas symbolique, il engage l’université Paul-Valéry Montpellier 3 à ne pas définir de limites du nombre de places en Licence et Master pour l’année universitaire 2024-2025, et supprime donc, pour l’instant, la sélection sociale pour la rentrée 2024.

La sélection à l’université accroît les inégalités sociales et plonge directement les étudiantes et étudiants refusés de l’université dans une violente précarité, avec perte de bourses et de logement étudiant. Cette situation s’ajoute au fait de priver ces étudiantes et étudiants de la possibilité de préparer un diplôme, dans un contexte de précarisation accrue du marché du travail.
Le combat contre la sélection est l’un des principaux que le SCUM mène depuis des années. Chaque année, nous faisons inscrire des dizaines d’étudiantes et d’étudiants “sans-fac” suite à des mobilisations victorieuses. Pour cette année 2022-2023, notre lutte a permis d’en inscrire près de 84%, un chiffre qui est en constante augmentation d’année en année.

Si désormais à l’université Paul-Valéry la sélection est pour l’instant refusée, il ne s’agit que d’une bataille de remportée, mais la guerre n’est pas gagnée pour autant. Il est probable que le Ministère de l’Enseignement Supérieur tente de contraindre juridiquement l’université à violer ses propres décisions. C’est pour cela que notre motion votée aujourd’hui demande à toutes les universités de prendre une mesure similaire, afin de contraindre le gouvernement à financer les établissements à hauteur des besoins en termes de places et de postes.

Aujourd’hui, en faisant voter cette décision historique, nous sommes fiers d’avoir fait de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 un symbole d’espoir pour toutes les autres universités. Un symbole d’espoir pour tous les étudiants qui veulent pouvoir effectuer leurs études et les continuer, et un symbole de lutte contre le gouvernement au vu de la bataille contre Parcoursup Master qui s’annonce. Cette décision votée par les étudiants, personnels et enseignants de l’université Paul-Valéry signifie ici que la seule “université d’excellence” acceptable, est celle qui remplit la mission qu’elle prétend avoir : proposer une formation adaptée à toutes et tous afin de leur permettre de préparer leur avenir.

Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier continuera à se battre pour le droit de chacun à un avenir sans tri social ni précarité.

Pour celà nous appelons les étudiantes et étudiants à rejoindre la mobilisation contre la mise en place d’une nouvelle plateforme nationale de candidature en Master lors d’un rassemblement jeudi 02 février devant le Rectorat de Montpellier (rue de l’Université, Tramway Louis Blanc).

Et parce que nos luttes ne s’arrêtent pas à la porte de l’université, nous appelons à participer au rassemblement contre la réforme des retraites ce jeudi 12 janvier à 18h devant la Préfecture de Montpellier.

Nous voulons vivre et ne plus survivre !

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Revalorisation pour tous et toutes les contractuel∙les : une pétition à l’INSERM

Dans un arrêté du 26 décembre 2022, la Ministre Sylvie Retailleau établissait égalité de traitement entre tous les agent∙es contractuel∙les doctorant∙es. Une nouvelle bataille commence.

La revalorisation salariale prévue pour janvier 2023 à l’INSERM devrait bénéficier à toutes et tous les contractuel·les, et pas seulement aux nouveaux et nouvelles recruté·es. 

À partir de janvier 2023, un  nouveau barème de rémunération, sensiblement réévalué, s’appliquera aux agent·es contractuel·les de l’INSERM. Une revalorisation indispensable compte tenu de l’inflation galopante et des problèmes d’attractivité rencontrés depuis plusieurs années par l’établissement.
Toutefois, il a été décidé de façon incompréhensible que les contractuel·les qui sont déjà en poste – y compris si leur contrat est renouvelé en 2023 ou
postérieurement – ne sont pas éligibles à cette revalorisation !

Une partie essentielle de la recherche en France est assurée par des agent·es contractuel·les (36% de l’effectif total de l’Inserm en 2021). Cette revalorisation fragmentaire va fragiliser les collectifs de travail en générant, à fonction égale, une inégalité de traitement salarial inexplicable et conduira également de nombreux contractuel.les à démissionner, ce qui risque de mettre en péril nombre d’études et de projets de recherche en cours.

Nous revendiquons la révision de cette décision arbitraire et préjudiciable afin de prévenir une mise en danger de la recherche en France : l’INSERM doit appliquer la même politique salariale à toutes et tous ses agent·es contractuel·les.

Pour signer la pétition →

Pour plus d’information