Epreuve de force budgétaire entre le MESRI et l’Université Paul-Valéry, qui supprime ses capacités d’accueil pour 2024

Comme beaucoup d’universités, l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 est dans une situation budgétaire de plus en plus intenable. Pour l’année 2023, elle vient de voter un budget en déficit de 11,3 millions d’euros, tout en maintenant une campagne d’emploi ambitieuse. En effet, il s’agit d’une des universités les plus sous-dotées en terme d’encadrement. Les embauches prévues apparaissent donc comme un rattrapage urgent et nécessaire.

C’est dans ce contexte que le syndicat étudiant SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier), nouvellement majoritaire au sein de la représentation étudiante de cette université, a fait voter le 10/01/2023 en CFVU (Commission Formation et Vie Universitaire) une mesure inédite : l’université Paul-Valéry refuse de voter les capacités d’accueil en Licence et Master tant que le MESRI n’aura pas alloué une dotation budgétaire à hauteur des besoins de l’établissement.


Victoire historique obtenue par le SCUM en France : l’Université Paul-Valéry vote la fin de la sélection

Ce mardi 10 janvier 2023 avait lieu le premier Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’Université Paul-Valéry pour la nouvelle mandature 2023-2024. Depuis les dernières élections étudiantes de novembre, grâce au score de 56%, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) est majoritaire parmi la représentation étudiante au sein de cette instance, qui prend les décisions relatives à la scolarité, aux examens et à la sélection en Licence et en Master.

Aujourd’hui, nous avons obtenu une victoire historique. Au terme d’une séance du CEVU qui a duré plus de 4h, et avec 15 voix pour, 6 voix contre et 3 abstentions, la motion soumise au vote par les élues et élus du SCUM a été adoptée, elle supprime de fait toute forme de sélection à l’entrée en Licence et à l’entrée en Master pour la rentrée de septembre 2024 dans les termes suivants :

« Le Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, réuni ce mardi 10 janvier 2023, décide de ne pas fixer de capacités d’accueil en Licence et Master pour l’année universitaire 2024-2025.

Aux côtés de l’ensemble des personnels, des enseignantes, des enseignants, des étudiantes et des étudiants, nous considérons que la pénurie budgétaire qui frappe l’ensemble des universités ne peut pas être combattue en acceptant de sélectionner les étudiantes et étudiants. Bien au contraire, elle ne peut se combattre qu’en réaffirmant le droit inaliénable à étudier pour toutes et tous.

Nous refusons aujourd’hui de voter des capacités d’accueil au sein de notre université tant que le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR) refusera d’attribuer à notre établissement une dotation budgétaire pérenne à la hauteur de nos besoins.

Nous appelons l’ensemble des universités, de leurs personnels et de leurs présidences à nous rejoindre dans cette démarche. »

Le vote de la motion du SCUM n’est pas symbolique, il engage l’université Paul-Valéry Montpellier 3 à ne pas définir de limites du nombre de places en Licence et Master pour l’année universitaire 2024-2025, et supprime donc, pour l’instant, la sélection sociale pour la rentrée 2024.

La sélection à l’université accroît les inégalités sociales et plonge directement les étudiantes et étudiants refusés de l’université dans une violente précarité, avec perte de bourses et de logement étudiant. Cette situation s’ajoute au fait de priver ces étudiantes et étudiants de la possibilité de préparer un diplôme, dans un contexte de précarisation accrue du marché du travail.
Le combat contre la sélection est l’un des principaux que le SCUM mène depuis des années. Chaque année, nous faisons inscrire des dizaines d’étudiantes et d’étudiants “sans-fac” suite à des mobilisations victorieuses. Pour cette année 2022-2023, notre lutte a permis d’en inscrire près de 84%, un chiffre qui est en constante augmentation d’année en année.

Si désormais à l’université Paul-Valéry la sélection est pour l’instant refusée, il ne s’agit que d’une bataille de remportée, mais la guerre n’est pas gagnée pour autant. Il est probable que le Ministère de l’Enseignement Supérieur tente de contraindre juridiquement l’université à violer ses propres décisions. C’est pour cela que notre motion votée aujourd’hui demande à toutes les universités de prendre une mesure similaire, afin de contraindre le gouvernement à financer les établissements à hauteur des besoins en termes de places et de postes.

Aujourd’hui, en faisant voter cette décision historique, nous sommes fiers d’avoir fait de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 un symbole d’espoir pour toutes les autres universités. Un symbole d’espoir pour tous les étudiants qui veulent pouvoir effectuer leurs études et les continuer, et un symbole de lutte contre le gouvernement au vu de la bataille contre Parcoursup Master qui s’annonce. Cette décision votée par les étudiants, personnels et enseignants de l’université Paul-Valéry signifie ici que la seule “université d’excellence” acceptable, est celle qui remplit la mission qu’elle prétend avoir : proposer une formation adaptée à toutes et tous afin de leur permettre de préparer leur avenir.

Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier continuera à se battre pour le droit de chacun à un avenir sans tri social ni précarité.

Pour celà nous appelons les étudiantes et étudiants à rejoindre la mobilisation contre la mise en place d’une nouvelle plateforme nationale de candidature en Master lors d’un rassemblement jeudi 02 février devant le Rectorat de Montpellier (rue de l’Université, Tramway Louis Blanc).

Et parce que nos luttes ne s’arrêtent pas à la porte de l’université, nous appelons à participer au rassemblement contre la réforme des retraites ce jeudi 12 janvier à 18h devant la Préfecture de Montpellier.

Nous voulons vivre et ne plus survivre !

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Revalorisation pour tous et toutes les contractuel∙les : une pétition à l’INSERM

Dans un arrêté du 26 décembre 2022, la Ministre Sylvie Retailleau établissait égalité de traitement entre tous les agent∙es contractuel∙les doctorant∙es. Une nouvelle bataille commence.

La revalorisation salariale prévue pour janvier 2023 à l’INSERM devrait bénéficier à toutes et tous les contractuel·les, et pas seulement aux nouveaux et nouvelles recruté·es. 

À partir de janvier 2023, un  nouveau barème de rémunération, sensiblement réévalué, s’appliquera aux agent·es contractuel·les de l’INSERM. Une revalorisation indispensable compte tenu de l’inflation galopante et des problèmes d’attractivité rencontrés depuis plusieurs années par l’établissement.
Toutefois, il a été décidé de façon incompréhensible que les contractuel·les qui sont déjà en poste – y compris si leur contrat est renouvelé en 2023 ou
postérieurement – ne sont pas éligibles à cette revalorisation !

Une partie essentielle de la recherche en France est assurée par des agent·es contractuel·les (36% de l’effectif total de l’Inserm en 2021). Cette revalorisation fragmentaire va fragiliser les collectifs de travail en générant, à fonction égale, une inégalité de traitement salarial inexplicable et conduira également de nombreux contractuel.les à démissionner, ce qui risque de mettre en péril nombre d’études et de projets de recherche en cours.

Nous revendiquons la révision de cette décision arbitraire et préjudiciable afin de prévenir une mise en danger de la recherche en France : l’INSERM doit appliquer la même politique salariale à toutes et tous ses agent·es contractuel·les.

Pour signer la pétition →

Pour plus d’information

Nantes Université au Conseil d’État : Victoire pour les libertés académiques et pour SUD-Éducation 44 !

Update 3/2/2023 – Un universitaire n’est cependant pas un fonctionnaire comme un autre.”

 Justice pour nos collègues enseignants-chercheurs,

indûment poursuivis et sanctionnés 

communiqué de SUD-Éducation 44  – version presse

Aux termes de quatre années et demi de procédures, le Conseil d’État, dans la décision qu’il a rendue le 15 novembre 2022, a définitivement annulé la sanction de trois mois de retard à l’avancement d’échelon qui avait été infligée le 11 février 2021 par la section disciplinaire du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER) à notre collègue Gildas Loirand, sociologue et maître de conférences à Nantes Université. Après avoir été suspendu de toutes ses fonctions à titre conservatoire pour une durée de quatre mois, celui-ci avait été poursuivi en mai 2018 par le président en exercice de notre établissement pour avoir supposément « attisé » une vive expression de colère d’une cinquantaine d’étudiants et participé de la sorte à un « mouvement d’intimidation violent » et à une « agression » de cadres administratifs en marge d’une surveillance d’examen tenue en pleine contestation du dispositif de sélection ParcourSup et de la loi Orientation et Réussite des Étudiants (ORE). Le 20 juillet 2018, la section disciplinaire de Nantes Université avait, en première instance, prononcé à l’encontre de Gildas Loirand une sanction de six mois de retard d’avancement d’échelon, alors même que l’instruction de cette affaire, hautement politique, aurait exigé un dépaysement géographique (les membres de la section disciplinaire étant des élus au conseil d’administration de l’université). La peine avait ensuite été réduite de moitié en appel devant le CNESER en 2021 et désormais définitivement annulée par le Conseil d’État le mois dernier. Dans sa décision, le Conseil d’État a toutefois pris le parti de ne pas régler le litige au fond et de renvoyer l’affaire devant le CNESER disciplinaire, très probablement pour que notre collègue Gildas Loirand y soit finalement relaxé au regard des termes du jugement prononcé. Continuer la lecture

Nomination à la direction de l’ENS de Lyon. Lettre ouverte de 160 membres à la Ministre

Academia reproduit la lettre ouverte envoyée le 12 décembre à Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche au sujet de la nomination d’une nouvelle direction à l’ENS Lyon, vacante depuis la démission de Jean-François Pinton au printemps dernier, éclaboussé par plusieurs scandales de violences sexuelles et des décès. Beaucoup espèrent par ailleurs que l’Ecole soit bientôt présidée par une femme, afin de respecter la parité, qui figure parmi les engagements de l’ENS de Lyon ainsi que du gouvernement en la matière, même si les tractations en cours en laissent présager autrement.

Selon nos sources, 8 candidats et candidates ont été présenté.es en Conseil d’Administration, sans que le reste de l’École en soit informé. Les rumeurs laissent entendre que Cédric Villani, que l’administrateur provisoire de l’ENS de Lyon Yanick Ricard a chargé de piloter un “comité de recherche pour le renouvellement du mandat”, s’apprête à candidater. De même, Alain Dereux et Camille Galap doivent rencontrer aujourd’hui et jeudi les directeur⋅ices des départements. Ils souhaitent que leurs possibles candidatures restent discrètes, simplement connues de la direction et des directions des départements. L’ENS de Lyon n’aurait-elle pas à gagner d’une plus grande transparence dans cette procédures de désignation ?


Mme. Sylvie Retailleau
Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche
1 rue Descartes
75231 Paris


Objet : Lettre ouverte sur le renouvellement de la présidence de l’ENS de Lyon adressée à la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche


Madame la Ministre,

Aujourd’hui, enseignant·es, chercheur·ses, personnels, et étudiant·es, demandons à être entendu·es dans le cadre de la désignation de la nouvelle présidence de l’établissement.
Notre établissement va être doté d’un ou d’une responsable qui ne sera que le deuxième de plein exercice depuis la fusion de ses deux composantes (langues, lettres et sciences humaines et sciences exactes et expérimentales) en 2010. L’enjeu est d’autant plus crucial que ces douze années ont été marquées par une série de crises internes, ainsi que par la crise sanitaire, qui ont mis à l’épreuve le fonctionnement normal de l’École.

Continuer la lecture

49.3 ou poubelle ? Le budget de la Mission Recherche et enseignement supérieur (MIRES) pour 2023

Faisant suite à une analyse sévère de l’application de la LPR par Laure Darcos et Stéphane Piednoir en juillet, le rapporteur pour avis, Hendrik Davi (La France insoumise) vient de faire paraître son rapport sur les lignes bugétaires consacrées à l’enseignement supérieur, à la recherche et à la vie étudiante du projet de loi de finances pour 2023. Sa conclusion est sans appel.

Le rapporteur pour avis attire l’attention sur le fait que le budget de 2023 est en réalité en baisse de 2,15 % en volume (i.e. en euros constants), une fois les 500 millions d’euros dévolus à la revalorisation du point d’indice retranchés et l’inflation prise en compte.

Ce budget 2023 ne redresse donc pas la trajectoire de ces dix dernières années. Les budgets des universités et les recrutements n’ont en effet pas suivi l’augmentation du nombre d’étudiants. Le nombre de postes de maîtres de conférences ouverts au concours a par exemple été divisé par 3 entre 1998 et 2020. Par conséquent, la dépense par étudiant a baissé de près de 10 % et le taux d’encadrement est passé d’un enseignant pour 38 étudiants en 2012 à 1 pour 47 en 2019.

L’université et la recherche souffrent du manque chronique d’investissement public, mais aussi des réformes structurelles qui mettent en compétition tous les acteurs. Or ce budget renforce la différenciation entre établissements et universités avec des financements accrus à l’ANR et le maintien des investissements d’avenir, que nous analyserons dans notre réflexion thématique. La compétition délétère qui en découle conduit à beaucoup de souffrance au travail.

Pour ces raisons, le rapporteur pour avis émet un avis défavorableà l’adoption des crédits de la mission Recherche et enseignement supérieur.

Continuer la lecture

Montpellier : Confrontée à des étudiants “sans facs”, la ministre Retailleau prend la fuite.

Jeudi 13 octobre 2022, Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, était en déplacement à Montpellier afin d’annoncer un nouveau plan concernant la santé étudiante. Dans cette ville qui est le théâtre chaque année de mobilisations d’étudiants sans affectation en Licence et Master, le syndicat étudiant local, le SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier), est parvenu à s’introduire dans un des lieux de la visite ministérielle afin de faire entendre ses revendications. La réaction a été plutôt surprenante d’après le SCUM : “la ministre visiblement surprise, s’est littéralement enfuie par une porte dérobée”.

Voici ici le communiqué du syndicat étudiant de Montpellier :

—————————————————————–

La ministre Sylvie Retailleau à Montpellier :  interpellée par le SCUM, elle prend la fuite.

Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement Supérieur, était à Montpellier ce jeudi 13 octobre.

Les étudiantes et étudiants sans-fac et le SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier) étaient présents pour lui faire entendre les revendications étudiantes : non à la sélection sociale, et non à la mise en place de Parcoursup Master !

La visite de la ministre était l’occasion pour elle de se faire une publicité sur les quelques euros donnés pour la santé étudiante, en guise d’aumône. Aussitôt arrivée au Centre de soins universitaire devant lequel les étudiantes et étudiants du SCUM l’attendaient, la ministre visiblement surprise, s’est littéralement enfuie par une porte dérobée.

Le mépris et la fuite ne pourront pas toujours être là seule réponse du gouvernement face aux revendications étudiantes.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Non financement de l’augmentation du point d’indice. Lettre ouverte de la CGT à la ministre de l’ESR, 22 septembre 2022

Academia publie la lettre adressée par les organisations CGT à la ministre Retailleau au sujet de la non-compensation budgétaire des augmentations salariales des agent·es divlguée par le cabinet de Sylvie Retailleau. Pour avoir un ordre de grandeur, il s’agit de 8 millions d’euros non compensés pour le seul Inserm. Academia attend une demande équivalente de la Conférence des présidences d’université.

Objet : Lettre ouverte dénonçant la duplicité de l’État et son abandon des fonctionnaires de l’enseignement supérieur et de la recherche

Madame la Ministre,

L’hiver dernier, à quelques semaines du premier tour de l’élection présidentielle, la ministre de la fonction publique annonçait une augmentation du point d’indice pour la fonction publique. Cette mesure, que nous demandions sans relâche depuis 2010 et correspondant à une perte de pouvoir d’achat de 12 %, était finalement précisée en juin 2022, juste après le second tour de l’élection législative. La hausse était ajustée au strict minimum (3,5%) afin que les agents débutants de la fonction publique soient juste au-dessus du SMIC (leur grille est depuis retombée sous le SMIC) ; pas un euro de plus…

Interrogée par la CGT lors de notre rencontre le 27 juin sur la question de la compensation de cette augmentation aux établissements publics, vos réponses furent évasives, comme lors des Comités Techniques ministériels des 7 juillet et 8 septembre 2022. Jusqu’à ce que, pressé par les questions de la CGT, le directeur de cabinet du ministre de la fonction publique reconnaisse, le 15 septembre 2022, que l’État abandonnait ses fonctionnaires rattachés aux établissements publics et aux opérateurs, à qui Bercy demande d’assumer cette dépense seul, sans rallonge budgétaire pour l’année 2022. Ce faisant, l’État oblige les établissements à faire d’autres économies sur les dos des agents et au prix d’une dégradation du fonctionnement des services et des laboratoires.

Décision aux conséquences abyssales : l’État n’assume donc plus le traitement de ses fonctionnaires dans l’enseignement supérieur et de la recherche ! Cette charge supplémentaire portant sur 6 mois s’évalue à près de 300 millions d’€ en 2022 (45 millions d’€ pour le seul CNRS), alors que les établissements sont déjà saignés par des années d’austérité ; cela pourrait bien être la goutte d’eau qui fera déborder le vase de l’indignation et de la colère. Car enfin, rappelons que les niveaux indemnitaires des agents de l’enseignement supérieur et de la recherche sont parmi les plus bas de la fonction publique. Rappelons que la précarité est la plus élevée de la fonction publique d’État avec son corollaire, l’effondrement des recrutements sous statut de fonctionnaire. Rappelons que le taux d’encadrement des étudiants ne cesse de baisser. Rappelons enfin que le patrimoine, considérablement dégradé par le manque d’entretien et de rénovation, est glacial en hiver, étouffant en été… Le gisement d’économie énergétique, si ce patrimoine était rénové, serait pourtant colossal1

Continuer la lecture

  1. Selon le rapport préalable à la LPPR du GT1, dont vous êtes l’une des co-autrice, plus de la moitié des bâtiments de l’ESR auraient un classement inférieur à D ; en rénovant ces bâtiments pour les faire passer de F à A, c’est 350 kWh/m2/an d’énergie économisée. Soit 1,75 milliards d’€ par an (à 0,5 € le kWh, le cours actuel) pour 10 millions de m². []

Sur la (re)conversion des ministres Vidal et Blanquer et sur quelques traditions exorbitantes

Update 25/09/2022publication initale 9/8/2022

Que deviennent nos anciens et anciennes collègues universitaires lorsqu’iels quittent leur poste de ministre ? Après leur départ de leur ministères respectifs et, pour Jean-MIchel Blanquer, un échec au premier tour des législatives, nous avons quelques nouvelles.

Frédérique Vidal s’est vue refuser un emploi à la SKEMA Business school par de la Haute Autorité  de la Transparence et de la Vie Publique.

Les relations entretenues entre cette association d’enseignement supérieur privé et l’ancienne Ministre étaient au beau fixe. Cette école de commerce est “membre fondateur” de l’organisme qui a précédé Université Côté d’Azur dont elle est désormais simple partenaire est devenue une entreprise1 florissante, avec l’aide de l’ancienne présidente de l’Université de Nice : Frédérique Vidal a décoré Anne Guilhon, la présidente de Skema, de l’Ordre national du mérite. Selon la décision désormais publiée de la HATVP2.

Ainsi, en 2019, le ministère a renouvelé par arrêté la qualification d’établissement d’enseignement supérieur privé d’intérêt général. En 2020, deux arrêtés fixant la liste des établissements d’enseignement supérieur autorisés à délivrer un diplôme visé par le ministre chargé de l’enseignement supérieur et pouvant conférer le grade de master à leurs titulaires concernaient Skema Business School. Un contrat pluriannuel pour la période 2020-2024 a été conclu avec cet établissement et chaque année, entre 2019 et 2021, des conventions financières et avenants ont fixé les subventions attribuées par l’État à cet établissement. Sur ce dernier point, la Haute Autorité observe que la subvention accordée pour l’année 2021 a fait l’objet d’une augmentation de 20%.

Ces subventions dépassaient déjà annuellement 1, 6 M d’euros3, atteignant presque 2M en 2021.

Selon Newstank (dépêche du 23 juin 2022), l’avis de la Haute autorité n’a d’abord pas été rendu public,

La HATVP a ainsi été saisie, comme elle l’est systématiquement lorsqu’un ministre souhaite rejoindre le secteur privé dans les trois ans suivant la fin de ses fonctions. Celle-ci a rendu un avis d’incompatibilité qui a entrainé l’abandon du projet. Sollicitée par News Tank, la HATVP précise que ses avis ne sont pas rendus publics, sauf exception « à des fins de pédagogie sur notre fonctionnement », comme dans le cas de Jean-Baptiste Djebbari, ancien ministre des transports.

La HATVP a cependant publié un second avis au sujet du projet de Frédérique Vidal de « rejoindre l’association Fondation européenne pour le développement du
Management (EFMD) en qualité de conseillère spéciale de son président ». Ce n’est pas au titre de prise illégale d’intérêt, mais bien pour “encadrer les futures relations professionnelles de l’intéressée afin d’éviter toute risque de mise en cause du fonctionnement indépendant et impartial de l’administratio
n”. En effet, Frédérique Vidal serait susceptible, dans un tel emploi, d’approcher le gouvernement français au sujet de la réglementation touchant à l’enseignement supérieur privé. Ce deuxième emploi est donc exclu également.

Frédérique Vidal va-t-elle retrouver son poste de professeure de biologie moléculaire à l’Université de Côte d’Azur et assurer ses 192h d’enseignement et son mi-temps de recherche ?

*
*  *

Toujours d’actualité, le retour de Jean-MIchel Blanquer à l’université défraye la chronique. Le 14 septembre 2022, l’ancien ministre et recteur, qui avait quitté l’Université de Paris-3 depuis 18 ans, est revenu faire cours à Assas Université, “à l’issue d’une procédure dont la plupart des universitaires, même spécialisés, n’avaient jamais entendu parler” — sinon qu’elle est du fait du prince (L’Express, 22 septembre 2022)

Life giving Sun or the Death Star? Credit: Clint Budd, 2017

Continuer la lecture

  1. Au regard des ressources de l’établissement, majoritairement privées, du marché fortement concurrentiel des écoles de commerce et du dispositif d’incubation-accélération « Venture Factory » déployé par l’établissement, cette association doit être regardée comme une entreprise“. Avis 2022-135, HATVP []
  2. Précisons que le premier avis (135) navait pas été initialement publié, mais que les deux avis sont désormais disponibles sur le site de la HATVP à des “fins pédagogiques”, pour reprendre les termes rapportés par Newstank. []
  3. 1 985 200 euros de subventions pour l’année 2021, 1 637 000 euros pour l’année 2020 et 1 636 800 euros pour l’année 2019″. []

« Nous, chercheurs, assurons Paul Max Morin de notre soutien ». Réponse au Monde

Suite au retrait par Le Monde d’une tribune que le quotidien avait commandée à Paul Max Morin, plusieurs chercheuses et chercheurs ont demandé la publication par Le Monde d’un texte de soutien au chercheur en science politique, paru dans l’édition du 21 septembre 2022. Academia la republie ci-dessous.

Le 1er septembre 2022, Paul Max Morin, docteur en science politique et auteur du livre Les jeunes et les mémoires de la Guerre d’Algérie, publiait une tribune dans le journal Le Monde, offrant une analyse critique de l’évolution du discours d’Emmanuel Macron sur les mémoires de la Guerre d’Algérie. Quelques heures plus tard, la version en ligne de ce texte était retirée par le quotidien. Cette dépublication, qui nous semble inédite dans la vie du journal, était accompagnée d’un court texte présentant les « excuses » du journal à ses lecteurs et lectrices et… au président de la République !

Continuer la lecture

La thèse et le doctorat : socio-histoire d’un grade universitaire (XIXe-XXIe siècle). Colloque, 8-9 septembre 2022

Frontispice de la salle Louis Liard

Frontispice. Sorbonne, septembre 2022. Crédit: P. Verschueren

Construisant sur les acquis du projet ès lettres, ce colloque entend poser les jalons d’une étude sociohistorique des différentes formes de doctorat, s’intéressant aux mécanismes sociaux de formation à la recherche et aux fonctions sociales de ces mécanismes, aux enjeux sociaux et politiques qu’ils constituent, aux parcours et trajectoires des docteurs, afin de contribuer à une historicisation des règles, trop souvent naturalisées, du jeu académique. Il aborde des questions touchant la construction des disciplines et la mise en place des systèmes universitaires modernes comme leurs métamorphoses les plus récentes (la massification, pour citer un seul exemple), à partir de cas à échelle européenne.

Programme

L’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection sous la sellette : le gouvernement saisit la justice

En passant

Après de très longues années d’inaction et plusieurs inspections, le gouvernement rend public le rapport de l’Inspection général des affaires sociales au sujet de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infections, créé par Didier Raoult et publie un communiqué précisant que le procureur de Marseille est saisi au titre de l’article 40 du Code de la Fonction publique. Le rapport souligne à 9 reprises que des faits sont susceptibles de “qualification pénale”.

#BnFgate. Fin de non-recevoir du MInistère de la Culture ?

https://www.flickr.com/photos/cpakmoi/11000233463

Ministère de la Culture. Crédit: CpaKmoi, 2013

De : GOURDIN Jean-Baptiste
Date: lun. 18 juil. 2022 à 11:10
Subject: RE: Association des Lecteurs et Usagers de la BnF –
To: Association ALUBnF

Madame la Présidente,

En réponse à votre courriel du 11 juillet, je tiens d’abord à vous assurer que le ministère de la Culture a pris toute la mesure, sans la minimiser1, de la mobilisation des usagers de la BnF issus du monde de la recherche. Il a pu apprécier la réalité des inquiétudes qu’elle exprimait en évaluant à leur juste valeur la caution que lui apportaient les noms et signatures d’éminents scientifiques, souvent éloignés de la culture militante, et le soutien de personnalités du monde politique, aux côtés de nombreux chercheurs représentant une grande diversité d’universités et d’instituts sur l’ensemble du territoire.

Il a confronté, en lien étroit avec son homologue de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, leurs arguments aux raisons avancées par l’établissement dont il assume la tutelle à l’appui de la réforme envisagée, raisons qui ont fait l’objet, par ailleurs, d’un examen critique serré du conseil scientifique, dont l’indépendance est totale.

Continuer la lecture

  1. NDLR: La rédaction souligne. []

L’IFOP tente de faire taire les universitaires, Soutien à notre collègue Alexandre Dezé

Communiqué de la section 04 du Conseil national des universités

 
Il y a quelques semaines, alors qu’il s’apprêtait à publier un livre sur les sondages politiques, chez De Boeck, Alexandre Dézé, maître de conférences en science politique à l’Université de Montpellier et chercheur au CEPEL, Unité Mixte de Recherche de Science Politique et Sociologie rattachée à l’Université de Montpellier et au CNRS, a appris qu’il faisait l’objet d’une plainte pour diffamation de la part de l’IFOP pour des propos tenus dans Le Monde du 11 septembre 2020, à propos d’une enquête réalisée par l’IFOP sur le rapport des musulmans aux attentats de Charlie, dont il critiquait la méthodologie. 
Ce type d’attaque n’est pas nouveau et les mises en cause des universitaires, en particulier les spécialistes de sciences sociales, se sont multipliées ces derniers temps. Si leur réputation est souvent salie, l’attaque se déplace aujourd’hui sur le terrain judiciaire par la plainte qui vient d’être déposée par l’IFOPJU contre notre collègue, dont les travaux d’une grande rigueur sont reconnus et appréciés de la communauté universitaire et des étudiant·e·s. 
Les chercheurs ont depuis de nombreuses années pointé les limites des sondages ; ils ont souvent débattu avec les sondeurs qui connaissent ces critiques. Les instituts de sondages, comme l’IFOP, se targuent de participer au débat démocratique mais refusent aujourd’hui toute contradiction et cherchent à museler toutes celles et ceux qui s’opposent aux dérives de leurs pratiques sondagières. L’absence de transparence quant à la production de leurs données contrevient d’ailleurs aux règles élémentaires des pratiques admises dans le milieu scientifique. 
Nous, membres de la section 04 du CNU, instance élue représentative de la discipline science politique, apportons tout notre soutien à notre collègue Alexandre Dézé, chercheur reconnu et confirmé dont les travaux ont été consacrés par la communauté académique. Alexandre Dézé est un chercheur dont l’intégrité scientifique ne peut être contestée. Nous nous inquiétons des tentatives d’intimidation dont il a fait l’objet et à travers lui, les sciences sociales qu’il représente. Nous restons mobilisé·e·s pour la défense des libertés académiques. 

Continuer la lecture

Sur le déclassement d’un candidat au concours de chargé de recherche du CNRS. Communiqué de l’AFS et de l’ASES

Le 30 mai 2022

L’Association française de sociologie et l’Association des sociologues enseignant·e·s du supérieur ont appris avec stupeur et consternation un nouveau déclassement par le jury d’admission au concours de chargé de recherche , en l’occurrence la relégation du candidat classé premier (Jean-Philippe Tonneau) en section 36 “Sociologie et Sciences du Droit” du CNRS au 8e rang, le privant de facto d’un poste. De multiples déclassements ont déjà eu lieu lors des années précédentes (en 2017, 2018 et 2019), suscitant déjà de nombreuses critiques de la profession et plaçant les candidat·e·s dans des situations de grande incertitude. Le CNRS et la direction de l’Institut des sciences humaines et sociales (InSHS) du CNRS se permettent une nouvelle fois de modifier le classement d’un concours établi par un jury de spécialistes, en partie élu·e·s, à l’issue d’un examen approfondi et collégial des dossiers et d’une audition des candidat·e·s. Nous, associations de sociologie, condamnons fermement ces pratiques délétères de déclassement par des collègues non-spécialistes, dans des conditions qui ne permettent pas une analyse sérieuse des candidatures et sans obligation de motivation des décisions à l’égard des candidat.e.s. Nous ne comprenons pas le déclassement d’un candidat qui répond en tous points aux exigences du poste et dont les sujets de recherches correspondent aux orientations de la section et de l’InSHS. Si nous ne sommes pas en mesure de saisir les raisons d’un tel déclassement, tout laisse à penser qu’il ne s’agit pas de motifs scientifiques. C’est pourquoi, nous affirmons toute notre solidarité à Jean-Philippe Tonneau, ainsi qu’à la section du CNRS désavouée, et nous exigeons que le CNRS respecte les classements de la section 36 et mette en œuvre tous les moyens pour recruter Jean-Philippe Tonneau comme chargé de recherche.
Continuer la lecture

Université de Lorraine: le mauvais western

Le Républicain Lorrain, 25 mai 2022

Le lundi 23 mai 2022, le Conseil d’administration devait élire le ou la nouvelle présidente de l’Université de Lorraine. Ce ne fut pas le cas. L’affaire a fait la Une du Républicain Lorrain daté du mercredi 25 mai 2022, sous le titre “Le duel viré au western. L’article relate qu’Hélène Boulanger, qui se pose en héritière de la présidence Mutzenhardt, n’aurait pas obtenu les voix nécessaires pour être élue.

Les quatre autres candidats à la présidence se sont fendus d’un communiqué que nous reproduisons.


À la sortie du premier conseil d’administration, le cabinet de la présidence de l’université a envoyé un communiqué officiel disant

 « Après 2 tours de scrutin, le Président de séance a estimé que les conditions n’étaient pas réunies pour organiser un 3ème tour de scrutin ».

Cette phrase mérite une explication.
Rappelons qu’il faut 16 voix pour être élu·e.

Continuer la lecture