Paris-1 : les organisations étudiantes, la fin de la crise et les missions de l’Université

Aujourd’hui, les organisations étudiantes, qui ont tant fait pour la défense des droits des étudiant·es, n’en peuvent plus des tergiversations réactionnaires de ceux qu’elles appellent des « mandarins ». L’UNEF Paris-1 choisit la lettre ouverte, tandis que Le Poing levé (NPA) propose deux réflexions sur la séquence qui n’est pas encore tout à fait terminée.

À côté de cet appel de l’UNEF Paris-1, Le Poing levé a fait l’objet d’un entretien à Révolution permanente ce mardi 26 mai. Extraits.

Place du Panthéon, 5 mars 2020

Continuer la lecture

Parcoursup 2020  : 4 lycéen∙nes sur 10 n’ont eu aucune proposition

En 2019, 27% des lycéen∙nes n’avaient eu aucune proposition ; en 2020, ielles sont 41%1, soit 100 000 candidat·es de plus.

Pensée à elles et à eux :  aucun·e n’a mérité un tel stress et une telle incurie.

Souce: Ministère, 21 mai é020

  1. Julien Gossa précise 41% des lycéens, 51% des autres candidat·es. []

Le culte du diplôme et la fin des libertés académiques : l’UFR de droit de Paris-1 retourne au tribunal

Le 24 mai, les hommes maîtres de conférences ou professeurs d’université de l’École de droit de la Sorbonne de l’Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne ont reçu le courriel suivant émanant de son directeur.

De: F.G.Trébulle .
Objet: Point sur la situation liée au cadrage voté par la CFVU
Date: 24 mai 2020 à 10:46:15 UTC+2
À: enseignants-chercheurs-eds@listes.univ-paris1.fr

Chers Collègues,

Comme vous le savez, nous sommes confrontés à une situation particulièrement troublée en cette fin d’année académique.

Je viens par ce message vous donner quelques informations que tous n’ont pas nécessairement eues, même si la presse s’est fait l’écho de l’ordonnance du 20 mai.
En raison de la situation d’urgence sanitaire liée au Covid 19, la CFVU a adopté le 5 mai, à une très courte majorité,  un « cadrage » relatif aux examens très différent de ce qui était proposé par la présidence ou de ce qui a été retenu par les Conseil d’UFR en général et celui de l’EDS en particulier, qui prévoyaient ou permettaient déjà des allégements significatifs pour tenir compte du contexte.
Le texte adopté par la CFVU conduit, notamment, à interdire les épreuves écrites ou orales à distance en « temps réel » (alors même que vous êtes nombreux à avoir témoigné de leur faisabilité avec un taux de retours excellent) et impose des « devoirs maison » de 15 jours tout en prévoyant une « dispense » pour toutes les matières dans lesquelles les candidats n’auraient pas obtenu la moyenne.Vous avez été nombreux à soutenir et signer deux Lettres ouvertes dénonçant cette situation et je ne saurais trop vous remercier de ce soutien extrêmement précieux.J’ai cru devoir, avec quelques collègues élus des conseils centraux de l’Université ou directeurs d’UFR, former un recours contre la décision de la CFVU, en référé suspension et au fond. Le « cadrage » en question nous paraît en effet frappé d’illégalité à plusieurs titres et violer la souveraineté des jury et l’indépendance des enseignants chercheurs.Le 20 mai, sans avoir pris la peine de tenir audience, le juge des référés a rejeté notre requête dans des termes que vous trouverez en pièce jointe. Cette décision, qui reprend littéralement certains des arguments présentés par les défenseurs de la décision de la CFVU, nous a beaucoup surpris et nous avons résolu de nous pourvoir en cassation.Le jour même, la ministre de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation manifestait sont (sic) soutien à notre démarche dans un communiqué de presse.Par l’effet de l’ordonnance, la délibération de la CFVU conserve, nonobstant les éléments d’illégalité que nous y voyons, sa valeur juridique.Avec certains autres directeurs d’UFR de l’Université, j’ai donc demandé au recteur de se saisir de cette situation le 22 mai.

Celui-ci, utilisant les pouvoirs qu’il tire de l’article L 719-7 al. 2 du Code de l’éducation (Le chancelier peut saisir le tribunal administratif d’une demande tendant à l’annulation des décisions ou délibérations des autorités de ces établissements qui lui paraissent entachées d’illégalité. Le tribunal statue d’urgence. Au cas où l’exécution de la mesure attaquée serait de nature à porter gravement atteinte au fonctionnement de l’établissement, le chancelier peut en suspendre l’application pour un délai de trois mois )  a engagé le 23 mai une procédure de déféré rectoral.

Victoire des organisations syndicales et de nos élu·es de la CFVU de Paris 1 !!

Notre détermination n’aura pas été vaine !!

Aujourd’hui, le juge administratif a rejeté la demande de suspension de notre cadrage concernant les modalités de validation du semestre datant du 5 mai 2020. Cette demande avait été déposée en référé-supension par Monsieur le Directeur de l’Ecole de Droit de la Sorbonne, ainsi que les directeurs des UFR d’Economie, d’Histoire de l’Art, Ecole des Arts, de Gestion, d’Histoire et MIASH.

Le juge a admis nos mémoires en défense. Côte à côte, élu.es étudiant.es, BIATSS et enseignant.es ont défendu l’Université et les décisions prises dans le cadre de ses institutions démocratiques.

Plus que jamais et fort.es de cette ordonnance de jugement, nous appelons la présidence à rappeler que le cadrage s’applique depuis le 5 mai et que nul.le ne peut y déroger.

L’ensemble de notre communauté universitaire n’a que trop longuement subi injonctions et décisions contradictoires ; il est temps de terminer cette année universitaire et de nous préparer dans la concertation à la rentrée prochaine.

Lien pour consulter l’ordonnance de jugement

Les organisations syndicales
UNEF Paris 1, CGT Ferc Sup, Snesup-FSU

Victoire sans appel à Paris-1 !

C’est donc la fin de la saga.

Saluons la détermination,la compétence et le talent des étudiants et aux étudiantes de Paris-1 qui ont porté leurs idées et la défense de leurs conditions d’études dans l’instance collégiale qu’est la Commission de la formation et de la vie étudiante, qui les ont fait adopter par le vote et qui les ont défendues en justice 

C’est une grande victoire pour la démocratie universitaire !

Temps suspendus. Newsletter du 11 au 17 mai 2020

Le temps du déconfinement porte bien des incertitudes, à l’instar de celles que nous avons connues au cours de la semaine qui s’était joyeusement ouverte sous des bannières rouge, verte et bleue.

Les premières règles du déconfinement, puis les suivantes ont confirmé la fermeture des établissements d’enseignement supérieur aux activités de formation jusqu’à nouvel ordre, l’ouverture n’étant plus décidée par les présidences ou directions, ou encore par les recteurs, mais par les préfet∙es, manifestant ainsi que la mesure est d’abord une mesure répressive avant d’être une mesure sanitaire. Loin des frontières françaises, les nouvelles d’Iran ont assommé tous les soutiens de Fariba Abdekhah, condamnée à 5 ans de prison ferme, et devant ainsi le « visage du déshonneur de la diplomatie française ». Pendant ce temps, la Conférence des présidences d’université (CPU) et la Ministre – qui a achevé le ménage dans son cabinet – ont cherché, par leurs bouffonneries, à nous dérider. Pour l’Université que pour les métiers qui soutiennent la publication scientifique, l’avenir est pourtant sombre.

Alors que le Parlement est en train de voter les dispositions touchant au projet de loi « portant diverses dispositions urgentes pour faire face aux conséquences de l’épidémie de covid-19 », et que nous nous demandons quelle application va avoir la loi Avia, les membres de la communauté universitaire s’inquiètent. Que va-t-il advenir des doctorant∙es rémunéré∙es, lourdement pénalisé∙es par l’épidémie ? Qu’en sera-t-il des vacataires ? Sociétés savantes, Assemblée des directions de laboratoire, syndicats unanimes, demandent non seulement la possibilité de prolonger les contrats en cours, mais aussi de prévoir le financement de la prolongation. Pendant ce temps, des milliers de vacataires attendent toujours d’être rémunérés pour les cours assurés avant le confinement et s’en indignent, comme à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Aux côtés des étudiant∙es, collectifs associatifs et même Ministère s’organisent pour accorder des aides financières et alimentaires d’urgence aux étudiant∙es. L’ensemble de la communauté est extrêmement inquiète quant à la situation très incertaine de ses très nombreux∙ses jeunes et moins jeunes membres de la communauté universitaire.

La question des examens et de leur télésurveillance est toujours suspendue à la décision de certain∙es. Si des universitaires s’élèvent contre la télésurveillance des examens, des président∙es piétinent la loi, en méprisant les règles toujours en cours de décisions d’instances collégiales, comme à l’Université de Bretagne Sud. Les syndicats siégeant au CNESER, dont la dernière séance s’est techniquement mal passée, rappelle que les conditions sont loin d’être réunies pour de l’enseignement ou des examens à distance. Les étudiant∙es de l’Université de Montpellier, après le refus d’un vote de cadrage par la CFVU, alertent sur les conditions de déroulement de leurs examens. À l’Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne, les étudiant∙es et les enseignant∙es sont suspendu∙es à la décision du juge administratif qui siège en audience aujourd’hui après le référé introduit par l’École de droit de la Sorbonne. Les étudiant∙es ont reçu le soutien de la députée Danièle Obono, demandant au recteur Gilles Pécout de mettre bon ordre à l’Université. L’Université Paris-Saclay, établissement expérimental s’il en est, a été jusqu’à suspendre un professeur de droit constitutionnel de ses fonctions, à la suite d’un QCM qu’il avait organisé pour ne pas pénaliser les étudiant∙es dans des situations très inégales : cette mesure incompréhensible a suscité l’indignation générale. Nombre d’entre nous avons ainsi compris que le Ministère et ses affidé∙es se moquent de la qualité des enseignements et des conditions d’études, ne s’inquiétant que du tri social qu’assure l’université.

Pourtant, comme l’écrit David Soldini :

« La crise actuelle permet de penser le basculement. La fermeture des universités les a inévitablement réduites à ce qu’elles sont essentiellement : une communauté de chercheurs, de chercheuses et d’enseignant∙es au service des étudiant∙es. Pour beaucoup, ils ou elles se démènent pour permettre à leur enseignement d’exister malgré les circonstances, pour continuer à transmettre mais aussi à apprendre. La transmission et la circulation du savoir résiste alors que tout le reste s’est effondré en quelques heures suivant le confinement. Cela n’aurait pas été possible, le plus souvent, sans l’implication active des services informatiques pédagogiques qui ont dans de nombreux cas remarquablement relevé le défi et ont efficacement épaulé des milliers d’enseignant∙es et d’étudiant∙es. Cette extraordinaire et héroïque résistance de ce qui constitue l’âme de l’université, sa fonction première de sauvegarde et de transmission du savoir, est un trésor sur lequel construire l’avenir ».

Pour construire l’avenir, il convient déjà de faire le bilan de la séquence que nous venons de vivre – non celle que fantasme l’Institut Montaigne – comme l’analyse très bien Catherine Rideau-Kikuchi – mais celle de viennent de vivre étudiant∙es et enseignant∙es. Les conditions juridiques et matérielles de télétravail dans la fonction publique ont fait, depuis le confinement, l’objet d’arrangements bien particuliers, conduisant l’agent, « volontaire », à mettre à disposition de l’employeur ses propres outils de travail, par une entourloupe réglementaire assez scandaleuse. Car nous continuons à apprendre de notre expérience d’enseignement à distance. Clémence Perronet, dans son expérience de la censure sociale et des discriminations, Benoit Kloeckner dans la correction de travaux d’étudiant∙es rejoignent ainsi Garth Greenwell : que veut dire enseigner ? Il est de nouveau temps de nous interroger.

Nous accueillons Clémence Perronet et Catherine Rideau-Kikuchi au sein de l’équipe. Pour toute suggestion de publication : écrire à l’équipe de rédaction d’Academia.

Confinée libérée – édition du WE – 16-17 mai 2020

Édition du WE. Dimanche 17 mai 2020 – en partenariat avec Université ouverte

  • Edito #6
  • 12 mai 2020. COVID : la colère en prime – opposition des soignant·es aux primes COVID« A la mi-avril, dans le contexte de crise sanitaire que nous connaissons tou·tes, le gouvernement annonce aux soignant·es des « primes COVID ». Loin de nous réjouir, ces primes nous choquent et nous humilient. Nous nous y opposons et refusons tout ce qu’elles représentent. » Tribune du collectif Hôpital Ouvert.

Le 29 février, devant l’Assemblée nationale. Alors que la crise du COVID se dessine, l’usage du 49.3 est utilisé pour la réforme des retraites et les protestations sont réprimées (photographe anonyme).

  • 14 mai 2020Et si la Loi de Privatisation Programmée de la Recherche c’était demain ?, par Paola Bertelli
    Dans un état de crise sanitaire et sociale sans précédent, la ministre Frédérique Vidal s’acharne dans ce projet, malgré la contestation qu’il a soulevé. Il paraît donc d’autant plus important de se mobiliser aujourd’hui pour que demain ne ressemble pas au monde décrit dans les lignes qui vont suivre.
  • 16 mai 2020Autoritarisme à Saclay
    La présidente de l’université Paris-Saclay, établissement expérimental lancé au 1er janvier 2020 et navire amiral de la « politique d’excellence », vient de suspendre un professeur des universités en droit, sans même l’entendre, dans l’unique but de l’empêcher de siéger dans un jury d’examen. Il lui est reproché d’avoir mis de trop bonnes notes aux étudiant·es lors d’un examen en ligne, en période de confinement.

Une bien triste nouvelle : Fariba Abdelkhah condamnée à 5 ans de prison


From: Béatrice HIBOU <beatrice.hibou@sciencespo.fr>
Subject: Condamnation de Fariba Adelkhah – 16 mai
Cher(e)s ami(e)s de Fariba,
Vous avez pu l’entendre dans les médias: nous avons appris ce matin la condamnation de Fariba à 5 ans d’emprisonnement. Comme nous n’avons cessé de le répéter, les accusations d’atteinte à la sûreté nationale et de propagande contre le régime sont absurdes, et la condamnation de ce matin strictement politique. Fariba n’a jamais fait que son métier de chercheur, en l’occurrence son métier d’anthropologue.
Son refus d’accepter une libération conditionnelle contre l’arrêt de ses recherches nous laissait prévoir un tel dénouement, même si le choc est grand ce matin à l’annonce de la plus lourde peine qu’elle encourait. Nous ne pouvons qu’être aux côtés de Fariba qui nous offre une magnifique leçon de force, de droiture et de courage. Son combat pour la reconnaissance de la liberté scientifique est le nôtre.
Tout n’est cependant pas terminé du côté judiciaire. D’ici une quinzaine de jours, son avocat fera appel de cette décision, l’appel devant advenir entre 3 et 4 mois plus tard. En Iran, les condamnations en appel ne peuvent être supérieures à celles décrétées en première instance; il faut donc espérer que la condamnation soit allégée, mais rien n’est moins sûr puisqu’il s’agit d’un procès kafkaien, au sens littéraire du terme: sans matière, sans procédure, sans temporalité. Fariba est une prisonnière scientifique dans les mains de politiques. Par ailleurs, la diplomatie française reste active, même si nous ne sommes pas au courant des négociations en cours.
Nous restons plus que jamais mobilisés, et nous allons vous recontacter dans les tout prochains jours pour que le 5 juin, date anniversaire de son arrestation, nous lui exprimions notre solidarité par diverses actions, et montrions aux autorités françaises et iraniennes notre engagement total à ses côtés. Aujourd’hui, nous réitérons notre demande de suspension de toutes les coopérations  scientifiques institutionnelles avec l’Iran: comment continuer à travailler avec un Etat qui nie l’essence même de notre métier et qui, plus largement, viole les fondements les plus élémentaires de la liberté d’expression et de penser ?
Amicalement
Béatrice et Jean-François pour le comité de soutien

Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

La question des examens universitaires en période de Pandémie de Covid-19 continue à révéler chaque jour un peu plus l’incurie de certaines présidences d’universités. Aujourd’hui, c’est l’Université de Montpellier qui est mise à l’honneur suite à une séance épique de la Commission Formation et Vie Universitaire de ce jeudi 14 mai. Le syndicat étudiant SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier) revient dans un communiqué sur ce moment d’anthologie.

Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

Lors de la séance du jeudi 14 mai de la CFVU (Commission Formation et Vie Universitaire), l’élue étudiante du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a soumis au vote une proposition de cadrage des notes afin que le contexte particulier lié au confinement soit pris en compte de façon exceptionnelle. Il s’agissait d’autoriser et d’encourager les composantes et les enseignante.s à ne prendre en​ compte dans le calcul de la moyenne du second semestre que les évaluations en contrôle​ continu s’étant déroulées avant le 13 mars, ainsi que les notes strictement supérieures à​ 10/20 à l’issue des examens en distanciel.​
En complément, nous proposions dans notre cadrage que la « règle du max » serait appliquée pour ce semestre entre​ les examens et les rattrapages, afin de conserver la meilleure des deux notes obtenues​. Cette modalité est en vigueur depuis de nombreuses d’années dans beaucoup d’universités, comme à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, et encourage les étudiant.e.s à aller aux secondes évaluations afin d’améliorer leurs notes.
Balayant d’un revers de la main les difficultés rencontrées par des milliers d’étudiante.s, la présidence de l’université et ses affidés ont voté contre toute forme de cadrage des notes (19 contre, 3 pour, 1 abstention, 1 ne prend pas part au vote). Les 3 votes favorables à la prise en compte des difficultés liées à la situation sanitaire et sociale étaient ceux de notre élue du SCUM, et de deux enseignant.e.s, que nous remercions pour leur soutien et leur engagement en faveur des étudiant-e-s. Nous regrettons que les autres représentant.e.s étudiant.e.s se soient rangés du côté d’une présidence qui méprise ouvertement les conditions d’études et les chances de réussite de milliers d’étudiants.
Plusieurs membres des directions de composantes se sont opposés aux mesures de bon sens que nous proposions, prétendant que les étudiant.e.s ne rencontrent « aucun problème » numérique. Apparemment, nous « dramatisons » les conditions d’études pendant le confinement…
Nous rappelons que face à l’ampleur de la précarité alimentaire étudiante pendant le confinement, des associations humanitaires et le CROUS ont du organiser des distributions de nourriture. Nous rappelons aussi que face à la détresse et l’anxiété généralisée, des lignes téléphoniques d’écoutes ont du être ouvertes par de nombreuses institutions et associations.
Comment osent-ils nier la gravité d’une pandémie mondiale qui nous a imposé d’être enfermés pendant 55 jours, parfois dans des logements exigus et insalubres ?
On pourrait se demander dans quelle tour d’ivoire vivent ces gens !
Force est de constater ici qu’il ne s’agit ni d’ignorance, ni d’incompétence, mais juste d’une mauvaise foi assumée mise au service d’un élitisme débridé et déconnecté de la réalité.
Depuis plusieurs semaines, des centaines d’étudiant.es de plusieurs composantes de l’Université de Montpellier ont lancé l’alerte à travers des pétitions, démontrant ainsi l’ampleur des difficultés rencontrés. Les étudiant.e.s de la Faculté de Droit et Sciences Politique, de la Faculté des Sciences, en Master et Doctorat, ou encore de la Faculté de Pharmacie, ont alerté de façon massive et répétée les directions de leurs composantes sur les conditions inégalitaires et dégradées dans lesquelles se déroulent les examens en ligne.
Ces pétitions et alertes montrent bien que l’absence de cadre d’organisation et l’autonomie laissée aux composantes de l’université revient à créer d’importantes inégalités entre étudiant.e.s face à leurs partiels, dans un contexte sanitaire et social inédit.
Encore une fois à l’Université de Montpellier, les étudiant.e.s sont juste une variable d’ajustement.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Lettre ouverte aux parlementaires à la veille de l’examen du projet de loi « portant diverses dispositions urgentes pour faire face aux conséquences de l’épidémie de covid‑19 »

Un projet de loi « portant diverses dispositions urgentes pour faire face aux conséquences  de l’épidémie de covid‑19” sera présenté à l’Assemblée nationale demain, jeudi 14 mai. Ce projet est la première traduction législative des annonces de F. Vidal concernant la prolongation des contrats doctoraux et CDD dans l’ESR. L’article 1°g “autorise” les opérateurs à prolonger les contrats (prolongations qui ne seront pas comptés dans les 6 ans max de CDD dans la fonction publique).

La formulation actuelle du projet est insatisfaisante sur plusieurs points. Elle ouvre la porte au choix arbitraire des projets “directement affectés” qui seuls seront prolongés. Elle restreint la durée des prolongations autorisées à la durée de l’urgence sanitaire, alors que dans certaines disciplines les projets seront affectés sur une durée beaucoup plus longue. Enfin, s’il est normal que ce projet de Loi ne contienne pas de mesures budgétaires, une simple « autorisation” de prolongation donnée à des établissements déjà financièrement exsangues ne fera que susciter de faux espoirs.  Elle doit être accompagnée à des annonces budgétaires précisément chiffrées de la part du gouvernement.

Afin de peser dans le débat parlementaire et d’encourager les parlementaires à demander au gouvernement un engagement budgéataires permettant de financer les prolongations, 30 sociétés savantes ont écrit hier une nouvelle lettre ouverte à une sélection de parlementaires. Ce document inclut en annexe une estimation des coût de ces prolongations et une proposition d’étalement sur 3 ans de leur financement.

Lettre en intégralité : document .pdf

Fin du ménage au cabinet ?

Grâce à The Sound of Science,  on apprend ce jour que Pauline Pannier1 directrice-adjointe du cabinet de la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation quitte ses fonctions, remplacée par Lloyd Cerqueira, jusque là conseiller parlementaire « collectivités,immobilier » du ministère de l’#ESRI.

Le ministère se précipite de préciser « de son propre chef ». Ce qui est sûr, c’est que cela clôt la séquence du grand chamboule-tout au cabinet et qu’il n’y figure plus que trois femmes sur les douze membres qui le composent.

Lien:

  1. Biographie. []

Appel aux députés à voter contre la loi Haine

En passant

Vote final de la loi Haine

L’urgence de LREM est de donner à la police de nouveaux pouvoirs pour lutter contre le « terrorisme » sur Internet. L’Assemblée nationale votera le 13 mai 2020 la proposition de loi de Laetitia Avia qui, initialement présentée comme une loi « contre la haine », s’est transformée en janvier dernier en une loi « antiterroriste », telle qu’on en connait depuis des années, de plus en plus éloignée du principe de séparation des pouvoirs. Mercredi sera la dernière chance pour les député·es de rejeter cette dérive inadmissible.

Pour rappel, la proposition de loi initiale demandait aux très grandes plateformes (Facebook, Youtube, Twitter…) de censurer en 24h certains contenus illicites, tels que des contenus « haineux » signalés par le public ou la police. Pour une large partie, ces obligations seront inapplicables et inutiles, Laetitia Avia ayant systématiquement refusé de s’en prendre à la racine du problème – le modèle économique des géants du Web – en dépit de nos propositions, reprises par tous les bords du Parlement.

L’histoire aurait pu en rester à ce coup d’épée dans l’eau si le gouvernement n’avait pas saisi l’occasion pour pousser sa politique sécuritaire. Le 21 janvier, alors que la loi était examinée une deuxième fois par une Assemblée presque vide, le gouvernement a fait adopter un amendement de dernier minute renversant toute la situation.

Continuer la lecture