Communiqué

En passant

Noémi Lévy-Aksu condamnée à 30 mois de prison par la justice turque

Communiqué de l’EHESS, 18 juin 2019

L’École des hautes études en sciences sociales a appris avec indignation, ce vendredi 14 juin 2019, la condamnation par la justice turque à 30 mois de prison de Noémi Lévy-Aksu, docteure de l’EHESS, historienne des pratiques policières et juridiques de l’Empire ottoman tardif, en raison de la signature de la pétition des « Universitaires pour la paix » dénonçant la violente répression frappant les civils kurdes.

Cette sentence inique représente une atteinte grave à ce socle démocratique que constitue la liberté d’expression. Elle s’inscrit surtout dans une répression collective et systématique des universitaires en Turquie. Plus du tiers des 2 212 universitaires signataires de la « Pétition pour la paix » ont d’ores et déjà fait l’objet de poursuites engagées par l’État turc pour « propagande terroriste » ou « insulte à la nation, à l’État et aux institutions ». 194 ont déjà été condamnés, dont 35 à une peine de prison ferme. C’est le cas de Füsun Üstel. Professeure (retraitée) de science politique à l’Université de Galatasaray, co-directrice d’une thèse en cours à l’EHESS, elle a été condamnée à 15 mois de prison sans sursis. C’est aussi le cas d’Ayşen Uysal, professeure de science politique limogée de l’université Dokuz Eylül d’Izmir, membre associée du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC), dont le procès est toujours en cours. Füsun Üstel a été incarcérée suite à son procès. Tuna Altınel, maître de conférences de l’Université Lyon 1 arrêté le mois dernier sous le prétexte de sa participation à une table ronde, est emprisonné sans avoir été jugé.

Il ne s’agit de rien de moins que d’une attaque en règle contre la liberté de penser et d’élaborer en toute indépendance des savoirs indispensables à l’existence d’un débat public et à la vie d’une société démocratique. C’est un nouveau symptôme particulièrement préoccupant d’une menace frappant aujourd’hui des pays aussi différents que le Brésil, la Hongrie ou la Pologne. La garantie démocratique que constitue la liberté académique ne saurait connaître de frontières. C’est dans la capacité des chercheuses et des chercheurs à confronter en permanence leurs réflexions à celles de leurs collègues étrangers, dans une communauté des savoirs à l’échelle internationale, qu’elle se fonde.

Ne nous y trompons pas : c’est notre liberté de citoyennes et de citoyens, ici et maintenant, que touchent au cœur ces nouvelles attaques.

Paris, le 18 juin 2019

Le CNRS fêtera-t-il ses 100 ans? Tribune de lauréates et de lauréats European Research Council

En passant

Tribune. Pour ses 80 ans, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) affiche un bilan flatteur. Par exemple, il abrite le plus grand nombre de projets financés par le Conseil européen de la recherche (European Research Council, ERC), actuellement considéré comme la référence en Europe en matière d’excellence scientifique. Le CNRS compte 503 lauréates et lauréats, contre 263 pour Oxford University, en Angleterre, et 250 pour l’Institut Max-Planck en Allemagne. Même en ramenant le nombre de projets au budget total des établissements, notre organisme reste en tête.

La marque de fabrique du CNRS a été de faire confiance à ses équipes de recherche en leur accordant une forte autonomie. Confiance, car le CNRS recrutait jusque récemment des jeunes chercheuses et chercheurs en début de carrière, faisant ainsi un pari sur l’avenir. Autonomie, car les unités de recherche étaient assurées d’obtenir des crédits récurrents, qui, bien que dérisoires par rapport aux budgets des universités anglo-saxonnes, permettaient d’effectuer une recherche fondamentale sans être accaparé par une perpétuelle course aux financements. Cette confiance et cette autonomie sont les deux caractéristiques qui placent le CNRS à part dans la recherche européenne. Elles sont le socle de la qualité de ses recherches et de son succès.

Les politiques menées depuis plus de vingt ans mettent ce service public en péril. Selon l’Unesco, la recherche et développement ne représentait que 2,23 % du produit intérieur brut (PIB) en France en 2016, soit moins que la moyenne mondiale (2,31 %). A ce désintérêt de nos dirigeants s’ajoutent des décisions dont l’inefficacité et le coût pour la collectivité sont manifestes. Ainsi, le crédit impôt recherche, véritable niche fiscale étendue sous la présidence de Nicolas Sarkozy, triplée sous celle de François Hollande, cause un manque à gagner de plus de 5 milliards d’euros par an à l’Etat, pour un bilan tellement choquant qu’aucun des gouvernements n’a osé l’établir avec précision. Le CNRS, lui, est au pinacle de la recherche européenne avec la moitié de ce budget.

Toute honte bue (III) : histoire moderne; philosophie

En passant

Lu sur Twitter: À on vous propose d’enseigner l’histoire moderne à temps plein mais payé à mi-temps. Ce n’est malheureusement pas une blague et encore moins une exception. N’est-ce pas ?

Évidemment cet établissement public de l’enseignement supérieur n’a ouvert aucun contrat d’ATER comme vous pouvez le voir ci-dessous. Et ici :

Harcèlement et viols à l’Université : quelles solutions ? 

Update – 19 juin 2019

Le mois de mai dernier, Lenaïg Bredoux et Sophie Boutboul font paraître sur Médiapart trois articles importants : À l’Université, la parole se libère enfin ; L’université Paris-1 secouée par deux affaires de viol ; Les raisons de l’impunité à l’Université. Academia invite ses lecteurs à en prendre connaissance et à les faire connaître. Pour ma part, je souhaite en proposer une lecture particulière : celle d’une femme qui a pris conscience tardive – en post-doctorat – du sexisme universitaire, de ses mécanismes, du silence, passif et actif, dans lequel il est tenu, et ses conséquences sur la vie des femmes de sciences – et sur la science telle qu’elle se fait. Le harcèlement, qui plus est le harcèlement sexuel et le viol, représentent à mes yeux des outils pour faire taire les femmes, et ce tout au long de leur carrière. Il est donc heureux de voir un grand journal comme Mediapart s’y intéresser dans le sillage de l’affaire #Metoo, avec des partis-pris éditoriaux surprenants, mais intéressants. Les trois articles ouvrent ainsi la voie à une réflexion pratique : comment en finir avec les viols et le harcèlement à l’endroit des femmes?

Pourquoi publiciser des “affaires de mœurs” universitaires?

« Affaires de mœurs » : voilà comment sont souvent dévalorisées les cas de violences sexuelles faites aux femmes ou aux étudiant.e.s à l’Université. Les considérer non comme des chiens écrasés, mais comme la source de nombreux problèmes, voilà le choix que fait Mediapart, dans le sillage de l’affaire Baupin : « Cette enquête en trois volets a été menée durant plusieurs mois. Son sujet est d’intérêt public, posant une question majeure de société, celle des violences sexuelles au sein d’institutions structurées par des rapports hiérarchiques et des relations de pouvoir. C’est évidemment le cas du monde universitaire, de l’enseignement supérieur et de la recherche ».

Continuer la lecture

L’épuisement professionnel reconnu comme maladie par l’OMS: quid dans l’ESR?

L’épuisement professionnel touche de près les personnel de l’enseignement supérieur et de la recherche française. Charge de travail, perte du sens, désorganisation, manque de personnel : Academia a signalé certaines alertes concernant ce qui est devenu une réalité des conditions de travail dans l’ESR aujourd’ui. Il vient d’être reconnu comme maladie professionnelle

Le Monde avec AFP Publié le 27 mai 2019L

Le syndrome qui décrit l’épuisement professionnel lié au stress a rejoint la classification internationale de l’organisation.
Que le travail puisse rendre malade n’est pas une idée nouvelle mais, pour la première fois, l’épuisement professionnel lié au stress, le burn-out, est reconnu comme maladie par la classification internationale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
Cette liste sert de base pour établir les tendances et les statistiques sanitaires. Elle repose sur les conclusions d’experts de la santé dans le monde entier et a été adoptée par les Etats membres de l’OMS, réunis depuis le 20 mai, et jusqu’au 28 mai, à Genève dans le cadre de l’assemblée mondiale de l’organisation.
La classification des maladies de l’OMS fournit un langage commun grâce auquel les professionnels de la santé peuvent échanger des informations sanitaires partout dans le monde. Le burn-out fait son entrée dans la section consacrée aux « problèmes associés » à l’emploi ou au chômage.
Nouveau chapitre sur la médecine traditionnelle
Il y est décrit comme « un syndrome (…) résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été géré avec succès » et qui se caractérise par trois éléments : « un sentiment d’épuisement », « du cynisme ou des sentiments négatifs liés à son travail » et « une efficacité professionnelle réduite ». Le registre de l’OMS précise que le burn-out « fait spécifiquement référence à des phénomènes relatifs au contexte professionnel et ne doit pas être utilisé pour décrire des expériences dans d’autres domaines de la vie ».
La nouvelle classification a été officiellement adoptée au cours de cette 72assemblée mondiale et entrera en vigueur le 1er janvier 2022. Le trouble du jeu vidéo a été ajouté à la section sur les troubles de la dépendance. La nouvelle classification de l’OMS propose aussi un nouveau chapitre sur la médecine traditionnelle.
Les personnes transgenres sont cependant toujours considérées comme malades, l’« incongruence de genre » passant de la catégorie des troubles mentaux à un nouveau chapitre consacré à la santé sexuelle.


Le Monde avec AFP Publié le 27 mai 2019

*
* *

Dans l’enseignement supérieur et la recherche, les burn-out sont identifiés souvent trop tardivement – entraînant des effets de très long terme sur la physiologie et la santé mentale des personnels –  occasionnent des congés longue maladie quand ils sont diagnostiqués.En attendant de proposer un billet sur la prévention et la dénonciation de conditions de travail entraînant des épuisements professionnels, signalons la liste des consultations “santé au travail”, si votre médecin généraliste n’est pas complètement au fait sur l’épuisement professionnel.

Two Academics for Peace in jail: freedom of expression is ever more trampled upon in Turkey 

“Turkey is incarcerating its academics!” This is what Tuna Altinel (Claude Bernard University of Lyon 1, France) wrote to the European solidarity networks last Wednesday (8th of May 2019), as Füsun Üstel stepped into the women’s prison in Eskişehir. A retired political science professor from Galatasaray University, Füsun Üstel is one of the 2237 signatories of the peace petition published in January 2016, that denounced the Turkish state’s violation of civilians’ basic rights in the Kurdish cities of Turkey. Since then, more than a third of the Academics for Peace have been prosecuted, on the grounds of “terrorist propaganda”. The outcome of the trials has invariably been a jail sentence. However, until recently, the indicted academics were sentenced to a maximum of two years in prison with a suspension provision, provided they refrained from committing further “crimes” over the following five years.

Füsun Ustel

Füsun Üstel refused this provision because she did not want to be condemned to silence. That is the reason why she is now behind bars. Other academics are likely to face a similar treatment soon: 33 of them followed her example and are awaiting their judgment on appeal. But there is more: in December 2018, Gencay Gürsoy was sentenced to 27-month imprisonment. Gürsoy is the former president of the Turkish Medical Association and a well-known activist of the fight for human rights in Turkey. As such, he was not judged for terrorist propaganda but for “insulting the Turkish people, the Republic of Turkey, the state institutions and the government”. Since then, several dozen academics have like him been sentenced to more than 24 months in jail, which means that the suspension provision is no longer an option. Furthermore, eleven members of the steering committee of the Union of Turkish Physicians have just been sentenced to 20 month-imprisonment for declaring, when Afrin was invaded in January 2018, that “war is a public health issue”.

Continuer la lecture

Questions pour l’Europe : la CPU, la novlangue et les élections 2019

À l’occasion des élections au Parlement européen, la Conférence des Président.e.s d’université française et ses homologues allemande (HRK) et polononaise (KRASP) ont fait parvenir vers le 10 mai une série de questions aux têtes de listes européennes représentées dans leur parlement respectif. La Conférence des Recteurs d’Université allemande – qui n’a pas retenu la question 7 sur les valeurs – a publié les réponses sur son site. En attendant que la CPU fasse de même, nous publions les questions qui sont parvenues aux différents partis français. 

Peinture murale de Banksy (Douvres, 2017)

Questions aux têtes de listes nationales pour les élections au Parlement européen en 2019

Introduction

Les universités constituent une partie importante du patrimoine culturel de l’Europe. Elles représentent également les laboratoires et les centres d’éducation de demain pour environ 20 millions d’étudiants dans l’UE. Elles créent le moteur des écosystèmes d’innovation de l’Europe en éduquant les forces de travail et la majorité des dirigeants sociétaux et culturels de l’Europe. Elles fournissent la recherche critique et indépendante qui préparera l’Europe aux défis technologiques et sociétaux de l’avenir. Un niveau d’éducation élevé permettant aux étudiants de penser de manière autonome, indépendante avec une orientation social est d’une importance capitale pour l’économie et la cohésion politique et culturelle de nos sociétés.

Continuer la lecture

Bastions masculinistes: retour sur une recommandation du Conseil scientifique du CNRS

Avant-hier, au courrier Twitter, j’ai reçu la dernière recommandation du Conseil scientifique du CNRS. 

Conseil scientifique du CNRS

Vers la parité dans les manifestations scientifiques

À l’occasion du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, le président du CNRS Antoine Petit a déclaré : « La place des femmes au sein du CNRS est au cœur de mes priorités. Nous progressons en matière d’égalité entre les femmes et les hommes mais l’horizon de la parité est encore lointain ! » Pour progresser en matière d’égalité entre les femmes et les hommes, le Conseil scientifique du CNRS demande que le CNRS, ses laboratoires et ses personnels, ne s’associent qu’aux manifestations scientifiques où les femmes sont présentes à tous les niveaux (comité scientifique, comité d’organisation, conférences invitées), dans une proportion atteignant, ou dépassant celle de la discipline.

Dorothée BERTHOMIEU

Présidente du Conseil scientifique

Texte adopté à l’unanimité le 16 avril 2019

En sont destinataires la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, la Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, le P‐DG du CNRS, mais aussi une employée du CNRS – “Présidente” (sic “directrice)  de la mission pour la place des femmes au CNRS et les présidentes de deux associations, l’une bien connue, “Femmes et sciences” et l’autre visiblement sortie toute droite de la cuisse de Jupiter.

Continuer la lecture

Les précaires de la fac se rebellent, par Sandrine Chesnel (Grazia, 14 avril 2019)

En passant

Un article de a paru le 14 avril 2019 sur le site Grazia gratuitement accessible, qu’il est pas inutile de présenter sur Academia. En voici les premières lignes:

Plusieurs collectifs se mobilisent depuis janvier, pour dénoncer la situation des vacataires. Ces chargés de cours sont payés « à la tâche », le plus souvent plusieurs mois après les heures travaillées.

 

Continuer la lecture

Des doctorants suisses réclament de meilleures conditions de travail

En publiant dimanche dernier, “Prise de Positions concernant L’Encouragement de la Relève Académique dans les Hautes Écoles Suisses“, Actionuni, organisation représentante de jeunes chercheurs en Suisse, appelle à de meilleures conditions de travail pour les doctorants.

Leur position paper liste 8 revendications :

  1. Diversification des Parcours Professionnels au sein des Hautes Écoles et Carrières Alternatives, avec des profils alternatifs, à durée indéterminée, et ne dépendant pas d’une chaire.
  2. Gestion Professionnelle du Personnel.
  3. Profil double „Recherche/Pratique“, pour dépasser le dogme du « up or out ».
  4. Transparence des Parcours Professionnel.
  5. Renforcement des hiérarchies horizontales et des modèles de travail inclusif.
  6. Temps Minimal de Recherche : la recherche doit être considérée comme une activité professionnelle donnant droit à une rémunération au même titre que n’importe quelle autre prestation. La recherche devrait représenter au moins 60% de temps absolu des doctorants, qui devraient également se voir accorder des semestres de recherche rémunérés.
  7. Des carrières Compatibles avec la Vie de Famille et autres Obligations.
  8. Droits de Participation aux choix des établissements en matière de stratégie et de règlements.

Ce qui ressort principalement de cet appel, c’est une critique de la précarité des doctorants et la centralité de la recherche dans leur pratique. Pour la rectrice de l’Université de Lausanne, l’université n’a pas vocation à faire de la recherche, ni les moyens de contenter en postes stables tous les appétits de recherche, et doit se concentrer sur la formation1.


  1. https://www.rts.ch/info/suisse/10244473-les-doctorants-de-suisse-reclament-de-meilleures-conditions-de-travail.html []

Démocratie universitaire: “Un conseil d’administration ordinaire dans une université extraordinaire”, par Julien Gossa

Les étudiant·e·s et les jeunes (et moins jeunes) enseignant·e·s-chercheur·se·s se sentent souvent démunis devant le devoir, le droit et l’injonction à participer à la démocratie universitaire. Sommé·e·s de participer aux élections, de se présenter aux instances, d’y représenter leurs concitoyenn·e·s universitaires, el·ils peuvent se syndiquer mais ne le font pas toujours, ou encore s’affilient sans s’y investir. Quelquefois les collègues et les étudiant·e·s trouvent-ils au sein des syndicats les informations nécessaires à leur formation et à leur maîtrise des matières complexes et changeantes soumises à leur appréciation. Et ce d’autant que les instances se multiplient et qu’entre la fonction officielle des instances et leur pratique, les électeur·trice·s et les élu ·e·s jugent qu’il peut quelquefois y avoir un monde. C’est pourquoi les témoignages de l’expérience institutionnelle sont-ils si précieux.

Université de Strasbourg (Photo: Julien Gossa)

Parmi les instances universitaires, le Conseil d’administration (CA) tient une place prééminente, tant par sa taille que par sa fonction. Comme le précise le site de l’Université de Strasbourg, « élu pour une durée de 4 ans, le conseil d’administration est l’organe délibérant de l’établissement. À ce titre, il arrête la politique de l’université et vote le budget ». Le CA de Strasbourg comprend 36 membres, dont 28 élus sur liste à la proportionnelle par la communauté universitaire soit :

  • 16 représentants des enseignants-chercheurs et personnels assimilé
  • 6 représentants des étudiants
  • 6 représentants des personnels ingénieurs, administratifs, techniques et de bibliothèque, sociaux et de santé.
  • le président de l’université
  • 8 personnalités extérieures

Plus précisément, « le conseil d’administration détermine la politique de l’établissement.

  • Il approuve le contrat de l’établissement de l’université,
  • Il répartit les moyens en fonction de la stratégie de l’établissement qu’il arrête, vote le budget et approuve les comptes,
  • Il approuve les accords et les conventions signés par le président,
  • Il adopte le règlement intérieur de l’université,
  • Il fixe, sur proposition du président et dans le respect des priorités nationales,la répartition des emplois qui lui sont alloués par les ministres compétents,
  • Il autorise le président à engager toute action en justice,
  • Il approuve le rapport annuel d’activités,
  • Il délibère sur toutes les questions que lui soumet le président au vu notamment des avis et vœux du conseil académique,
  • Il définit la politique pluriannuelle d’investissements,
  • Il approuve le rattachement d’une composante de formation ou d’une unité de recherche à un ou plusieurs collèges ou départements de recherche.

Julien Gossa, enseignant-chercheur en informatique, est élu au Conseil d’administration de l’Université de Strasbourg. Très actif sur les débats qui agitent l’université française (Parcoursup et son évaluation, droits universitaires des étudiant-e-s étrangers hors Union européenne, coût des formations étudiantes) sur Twitter, il y a fait connaître un témoignage sur l’expérience de la séance du Conseil d’administration de l’Université de Strasbourg du 18 décembre 2018, paru le 22 décembre et communiqué à la communauté strasbourgeoise depuis cette date. Avec son autorisation, Academia le republie.

Texte publié le 22 décembre 2018 sur Alternative pour l’Université de Strasbourg et diffusé sur Twitter, en précisant “Petit récit personnel du dernier CA de 2018 de l’Université de Strasbourg. Une forme de témoignage sur ce que peut devenir la démocratie universitaire lorsqu’on y prête pas attention”.

 

Ce texte décrit la façon dont j’ai vécu le CA du 18/12/2018 de l’Université de Strasbourg. Il n’est pas co-signé. Les horaires sont indicatifs. Le reste est sincère.
Edit : Une formulation a été clarifiée suit à une observation des élus AFGES.

13:35

Nous nous retrouvons à la cafet’ entre “élus d’opposition”. On prend deux ou trois décisions sur le pouce en buvant un café. Pour le reste, nous avons préparé le CA la semaine précédente, dès la réception des documents préparatoires. On est pressés mais on prend le temps. On sait que ça va être compliqué.

13:55

Nous arrivons dans le hall de la fac de droit. Ascenseur en panne. Le Conseil d’administration se tient au cinquième étage. J’arriverai essoufflé.

Université de Strasbourg, faculté de droit (c) Julien Gossa

13:59

Dans la salle du conseil, les gens restent debout, papotent en souriant. On se salue aimablement. On signe la feuille de présence et on se trouve une place autour d’une table superbe qui en a juste assez. On sourit, mais on sait que le CA va être long et difficile, sans doute le plus dur de l’année.

14:05

Le président ouvre la séance. Plaisanteries d’usage. Il évoque les violences du centre ville. Les visages se ferment. Ses mots sont justes.

14:11

Le président nous annonce également le décès de notre ancienne DRH [NDLR: directrice des ressources humaines], emportée par la maladie. Le coup est dur pour moi. Je me rappelle de tous ces personnels que nous avons sauvés grâce à elle. Elle me manque. Elle nous manque à tous. Mais personne ne le sait. Et c’est pour ça qu’elle me manque.

14:14

Le président invite à une minute de silence. Nous nous levons. L’instant est très solennel.
La chargée de communication de l’université prend une photo et la poste sur les réseaux sociaux. Impossible de s’en étonner.

14:15

Quelques informations d’actualité. Personne ne prête vraiment attention. Ou alors fait semblant.

14:17

Le président évoque la motion du CAC [NDLR: Conseil académique] sur la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers [1]. . Cette motion salue la politique du gouvernement et en même temps s’oppose à cette augmentation. Il portera cette motion à la ministre qu’il voit jeudi.
Une collègue de l’opposition lui demande s’il va aussi porter les nombreuses autres motions votées un peu partout dans l’université. Il répond que ça ne serait pas “stratégique”, que seule cette motion est vraiment de l’université. Ce sera moins fort. Ce n’est pourtant pas le moment de l’être.


Université de Strasbourg, présidence (Photo: Julien Gossa)

14:21

Le président invite à faire remonter des points (dans un CA, les trois quarts des points à l’ordre du jour ne sont pas discutés, juste votés). Il y en a beaucoup. Ça va être long.

14:26

Nous avons reçu, le matin même, des modifications substantielles demandées par le rectorat («remplacement du terme « augmentation » par « diminution »» ou encore «-2002 M€ au lieu de -269 K€»). Un collègue propose de repousser le vote du budget le temps de pouvoir les étudier.

Continuer la lecture

Réalités du travail universitaire, par le quotidien Libération

Citation

L’université de Lille accuse un déficit de 6 millions d’euros et a de plus en plus recours à des vacataires pour faire des économies. Des contrats précaires et mal payés souvent assurés par des doctorants. Extraits

Universités : «L’excellence, on sait faire, c’est juste qu’on a zéro thune»

par Sheerazad Chekaik-Chaila – https://www.liberation.fr/france/2019/01/08/universites-l-excellence-on-sait-faire-c-est-juste-qu-on-a-zero-thune_1701733

«Je finis ma thèse. Je vais essayer d’avoir un poste d’enseignant à la fac. Sinon je retourne à l’agriculture…» ironise Benjamin (1), doctorant lillois en sciences politiques. «Moi, si je n’ai pas de poste, je serai fleuriste», annonce pour sa part Estelle, 27 ans, chercheuse en sociologie qui vient de décrocher une place d’attachée temporaire d’enseignement et de recherche (Ater) à l’université de Lille, payée 1 230 euros net par mois, pendant un an, renouvelable une seule fois. Douze mois de répit.

Mi-octobre, l’université de Lille a annoncé une «année blanche» pour la prochaine campagne de recrutement universitaire. La deuxième plus importante université de France, qui compte 67 000 étudiants et 6 700 salariés, a fini l’année dans le rouge, avec un déficit de 6 millions d’euros. Un plan de redressement, étalé sur cinq ans, prévoit de laisser vacants 73 postes d’enseignants-chercheurs et d’administratifs remplacés parfois par des contrats précaires. Des établissements, comme à Orléans ou Rennes-I, sont aussi concernés par des mesures d’austérité. Leur situation financière, ainsi que celle de huit autres universités et deux écoles d’ingénieurs, inquiète la Cour des comptes.

(…)  Par endroits, avec la progression du nombre d’étudiants et le manque de professeurs titulaires, des filières sont dépendantes de ces postes temporaires pour pouvoir continuer à assurer les cours.

Continuer la lecture

Vice de forme (VI): soupe aux vieux croûtons

Citation

Le Bulletin officiel du MESRI n°46 du 13 décembre 2018 est paru. Il nous informe des pratiques peu ragoûtantes de certains des membres de l’université et des sanctions bien fades à leur endroit.

Quelques morceaux choisis:

1e affaire: Monsieur XXX, professeur des universités, 56 ans

Considérant qu’il est reproché à monsieur XXX d’avoir eu des comportements déplacés et, par là-même, d’avoir commis un abus d’autorité, à l’égard de sa doctorante de nationalité étrangère ; qu’en juillet 2014, il lui a envoyé de manière intempestive des mails et sms portant, de façon répétée, sur des questions personnelles et intimes ainsi que sur sa façon de se vêtir, le tout en employant un vocabulaire et des formulations déplacés et ambigus ; que, par ailleurs, par l’envoi de messages faisant état, de façon répétée, d’exigences de plus en plus grandes liées à l’encadrement de travaux de recherche de sa doctorante, le déféré a employé un vocabulaire et des formulations autoritaires et agressifs ; qu’en septembre 2014, en conduisant en voiture sa doctorante à un dîner du laboratoire, monsieur XXX a exercé à son encontre des attouchements (caresses et baiser) à caractère sexuel ; que les explications fournies par monsieur XXX à l’audience de la formation de jugement du Cneser statuant en matière disciplinaire, pour expliquer ses caresses dans les cheveux de la doctorante, selon lesquelles il entendait montrer à madame YYY ce que signifiait le harcèlement n’ont pas convaincu les juges d’appel ; que, comme il le reconnaît lui-même, le déféré n’a pas adopté la distance suffisante à l’égard de madame YYY ; que celle-ci, arrivée récemment en France où elle se trouvait isolée, était en situation de fragilité, ce que monsieur XXX ne pouvait ignorer ; qu’il lui appartenait donc de se montrer particulièrement vigilant dans les relations qu’il entretenait avec madame YYY alors qu’il se trouvait en situation d’autorité ; qu’il est apparu aux yeux des juges d’appel que les agissements de monsieur XXX sont établis et qu’il a profité de la situation fragile de sa doctorante et qu’il convient dès lors de le sanctionner ;

Par ces motifs

Statuant au scrutin secret, à la majorité absolue des membres présents,

Décide

Continuer la lecture

Répression ouighoure: une nouvelle ampleur

Les régions ouighoures d’Asie centrale sous gouvernement chinois (Région autonome ouighoure du Xinjiang aussi connue sous son acronyme anglais XUAR) vivent depuis de longues années dans une certaine tension avec le gouvernement central. Après des violences entre Ouighours et Chinois survenues en juillet 2009 à Urumqi (capitale de la XUAR), l’État a placé la lutte contre le terrorisme en tête de ses priorités. Depuis l’arrivée en 2016 d’un nouveau secrétaire du parti de la région autonome, Chen Quanguo, de nombreux spécialistes évoquent une tentative inédite de surveillance de la population et de modification profonde de la culture, de la religion et du mode de vie ouighours. Depuis fin 2017-début 2018 une série de reportages dans la presse occidentale ont pointé l’existence de camps d’internement ou de rééducation dont les effectifs pourraient atteindre plusieurs centaines de milliers, voire un million ou plus (sur une population ouighoure d’environ 11 millions dans la XUAR). Après avoir longtemps nié ces informations, le gouvernement chinois a récemment changé de ligne et revendique maintenant ces camps comme des outils dans la lutte contre le terrorisme et pour proposer une formation professionnelle aux Ouighours.


Voici quelques liens.

Presse

Continuer la lecture

Vice de forme (V)? Une révocation et deux dépaysements

La livraison des sanctions disciplinaires du CNESER vient de paraître. Surprise: une révocation – inédite dans l’histoire du Conseil – pour des faits de harcèlement ; et le dépaysement des affaires concernant les enseignants-chercheurs accusés d’avoir molesté des étudiantEs lors des occupations étudiantes du printemps.

Extrait

Affaire : monsieur XXX, professeur des universités, né le 6 avril 1969 Continuer la lecture