Appel du 18 juin, par la CP-CNU réunie en Assemblée générale

Le vendredi 18 juin 2021, la CP-CNU, réunie en assemblée nationale, a voté les deux textes suivants : un appel voté à l’unanimité et une motion1.

#ResistESR

Continuer la lecture

  1. Votée à l’unanimité, 1 contre et 7 abstentions. []

« Mener ensemble la lutte pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur au service de l’ensemble de la société ». APPEL du Congrès d’orientation 2021 du SNESUP-FSU à Rennes 2, 17 juin 2021

Plus d’une centaine de délégué·es ont convergé à Rennes du 15 au 17 juin pour débattre, faire vivre la démocratie du SNESUP-FSU et envisager l’avenir.

 Pour faire face aux défis auxquels nos sociétés sont confrontées pour le présent et l’avenir, il y a plus que jamais besoin d’étendre et de diffuser largement les connaissances. L’ESR est un lieu de production et de diffusion de ces connaissances, et de développement de l’esprit critique des générations futures. Ce rôle doit être exercé dans le cadre d’un service public accessible à toutes et tous, y compris aux étudiant·es étranger·es. Il doit être assuré par des personnels titulaires, dont le statut garantit l’indépendance vis-à-vis des pressions des lobbies politiques, religieux, économiques, etc., leur permettant ainsi de travailler à l’intérêt général. Le SNESUP-FSU réaffirme à cet effet la nécessité de préserver les libertés académiques en enseignement et en recherche.

Depuis 2017, les multiples réformes conduites par le gouvernement vont à l’encontre de cet intérêt général :

  • la loi ORE, Parcoursup et “Bienvenue en France” ont entraîné une aggravation de la sélection sociale pour les étudiant·es et l’augmentation des frais d’inscription ;
  • la loi de transformation de la fonction publique destinée à « manager » le service public comme une entreprise a de lourdes conséquences sur les personnels de l’ESR; l’ordonnance permettant la création d’établissements expérimentaux (EPE) dérogeant à de nombreuses règles du code de l’éducation met en péril la démocratie universitaire et les droits des personnels ;
  • la loi de programmation pour la recherche publiée contre l’avis de la majorité de la communauté universitaire ne répond pas au sous-financement de la recherche, poursuit la destruction des statuts des EC sur fond de concurrence généralisée par l’ouverture de la contractualisation avant titularisation et annonce la fin de l’évaluation par les pairs au profit du chef d’établissement ;
  • la réforme de la FDE qui dégrade la formation, qui précarise les étudiant·es et l’entrée dans le métier et qui tend à « sortir » la FDE de l’université.

Ce gouvernement mène également sa politique sous des formes plus insidieuses, sans textes de loi, mais tout aussi nocives :

  • insuffisance criante des dépenses de l’état en matière d’ESR ;
  • poursuite de l’étranglement financier des établissements ;
  • développement des financements sur appels à projet attribués sous condition de restructurations institutionnelles des établissements, ou sous condition de conversion des enseignements à distance ;
  • absence d’investissement dans la rénovation et la construction des établissements pour accueillir des effectifs étudiants de plus en plus nombreux ;
  • absence de création de postes de titulaires malgré l’urgence et le large sous-encadrement.
 Les conséquences sont nombreuses et délétères pour les personnels et fortement dénoncées par le SNESUP-FSU dans toutes les instances où il est présent :
  • précarité des personnels qui s’étend et salaires bloqués;
  • développement d’un management autoritaire, encore renforcé  désormais par la politique de primes différenciées à la performance, qui aiguisent concurrence et conflits dans les équipes et induisent comportements contraires à l’éthique;
  • conditions de travail de plus en plus dégradées pour tout le monde, souffrance au travail qui se développe encore et toujours, au détriment de la santé des personnels en sous-effectif criant;
  • les femmes sont particulièrement touchés et les plans d’égalité en cours de déclinaison dans les établissements risquent d’être insuffisants alors qu’il y a urgence à lutter pour l’égalité et contre les violences sexistes et sexuelles.

Continuer la lecture

Tuna Altinel de retour à Lyon !

Ami-e-s Solidaires,

Le vendredi 11 juin 2021, après 2 ans et 2 mois de séjour forcé en Turquie, je suis rentré à Lyon. C’est la victoire d’un combat solidaire et
de longue haleine. Je vous en remercie infiniment.
Je tiens à rappeler que cette victoire ne sonne pas la fin de ce combat. La décision du tribunal administratif qui m’a permis de récupérer mon passeport
est en appel. Une décision tardive ou négative de la cour d’appel risque de m’imposer une vie d’exilé en France. Gardons notre vigilance, restons actifs.Dans le monde où nous vivons, où les valeurs démocratiques sont sans cesse menacées, agressées partout, il y a encore une multitude de combats
qui nous attendent.

Solidairement,

Tuna Altınel

Friends in Solidarity,

On friday june 11th 2021, after 2 years and 2 months of retention in Turkey, I was back to Lyon. This is the victory of a longstanding solidarity
and struggle. I thank you infinitely.

I emphasize that despite this victorious achievement, this struggle has not yet reached its final point. The decision of the administrative court
that allowed me to obtain my passport has been appealed. A late or negative decision of the appeals court will force me to an exile in France.
We keep our vigilance, we remain active.

In this world, our sole living place, democratic values are incessantly threatened and aggressed wherever we are. Many more struggles are
in front of us.

In solidarity,

Tuna Altınel

Soulèvement de l’ESR allemand : #IchbinHanna

Depuis mercredi dernier, 10 juin 2021, nous assistons à un embrasement général de l’enseignement supérieur et la recherche en Allemagne, suite à une vidéo postée sur Twitter par le laboratoire Autrichien Böttcher (groupe de recherche en chimie basé à Vienne et Constanz. Cette vidéo realisée par le Ministère de l’éducation et de la recherche fédéral allemand BMBF se présente comme un tutoriel d’information pour les chercheurs et chercheuses en début de carrière ; il y met en scène une jeune universitaire fictive prénommée Hanna, qui joue le rôle d’une doctorante à qui sont accordées six années de financement pour stimuler l’innovation à l’universitaire. Hanna n’est pas seulement une jeune femme qui a réussi à faire la preuve de son intelligence en terminant son doctorat en trois ans ; elle stimule également l’innovation dans le paysage universitaire allemand avant l’expiration des six ans. Nous devrions tous être fiers du choix difficile, mais conscient, d’embrasser la carrière universitaire que fait Hanna; car elle utilise à bon escient ces six généreuses années sans encombrer (sic!) le système, afin que d’autres jeunes diplômé∙es prometteuses puissent faire exactement la même chose pour servir la société et stimuler l’innovation.

La shitstorm est devenue une « tendance », restant parmi les 10 premières tendances pendant plusieurs heures le 10 juin (capture d’écran le soir du 10 juin 2021 sur Twitter, Crédit: C. Blanchet).

Comme on peut l’imaginer, 92% des universitaires en Allemagne, qui survivent dans un marché compétitif défini par des lois néolibérales et des contrats temporaires, ne sont pas restés sans rien faire : iels ont aussitôt déclenché  un formidable shitstorm sur les réseaux sociaux. Le nombre de tweets a atteint son maximum vendredi 11 juin, mais la campagne continue sous le hachetague #IchbinHanna (#JesuisHanna) depuis, avec le soutien de chercheurs et chercheuses du monde entier.

Avec l’aide de  plusieurs twitt@s qui se sont saisi∙es de l’occasion pour publier des éclaircissements sur les particularités du système allemand, je vous propose un résumé des récentes lois du travail et les inquiétudes qu’elles suscitent.

Capture d’écran de la vidéo réalisée par le BMBF, où figure Hanna, la jeune chercheuse à succès.

Contrôler les nominations au HCERES. Courrier d’ADL, 4 juin 2015

#ResistESR

« Ça y est : l’université craque ». Communiqué des précaires de la section des sciences politiques de l’Université de Lille, 1erjuin 2021

De : Précaires ESR Lille
Date: mar. 1 juin 2021 à 14:28
Subject: [ancmsp] Arrêt maladie collectif des précaires de la section de science politique de l’Université de Lille
To: Liste de diffusion ANCMSP

Bonjour,

Par le présent mail, nous vous informons que 16 arrêts maladie ont été
déclarés parmi les précaires du département de science politique de
l’Université de Lille (soit 38 jours cumulés) pour la journée du 31 mai
2021, jour du rendu des notes du second semestre dans notre faculté. Ces
arrêts maladie illustrent l’état physique et psychologique des précaires
du département de science politique de l’Université de Lille après une
année de surcharge globale de travail, d’un manque de prise en compte de
la dégradation des conditions de travail et des multiples
réorganisations du passage du présentiel au distanciel.

À cela s’est ajoutée la charge induite par les corrections des examens
du second semestre aboutissant à des situations intenables (allant
jusqu’à plus de 400 copies à corriger pour certain·e·s). L’accumulation
subie par les doctorant·e·s, docteur·e·s sans postes, vacataires,
post-doc et ATER depuis plusieurs années (austérité, LPR, pandémie,
manque de postes, absence totale d’horizons professionnels et bas
salaires) ont provoqué la détresse dans laquelle nous nous trouvons.
Nous nous mettons en arrêt aujourd’hui en pensant aussi à tout.es celles
et ceux qui mènent leurs recherches sans contrat de travail et ne
peuvent pas faire reconnaître leur souffrance au travail, ainsi qu’à
toutes les fois où nous nous sommes retrouvé.es dans cette situation.

Crédit: Arria Belli 2008

Continuer la lecture

Fermeture des archives : la recherche universitaire prise dans le tourbillon sécuritaire

Le projet de loi relatif à la prévention des actes de terrorisme et au renseignement (PATR), qui sera examiné en hémicycle par l’Assemblée nationale à partir de cet après-midi, 1er juin 2021, ne rencontre pas un écho à la hauteur du danger pour les libertés qu’il représente.

C’est vrai que ce texte – qui est une grande juxtaposition de mesures de surveillance et de contrôle réclamées par les administrations du renseignement et de la sécurité – est non seulement incompréhensible à lire, mais il est, en plus, examiné dans des conditions d’urgence telles qu’elles empêchent tout véritable travail parlementaire. Le communiqué de La Quadrature du net du 27 mai dernier en résume bien le contenu, en quatre volets :

  • Le projet fait entrer définitivement dans le droit commun certaines des mesures de l’état d’urgence (assignations à résidence et perquisitions administratives, en particulier) et crée une « mesure judiciaire de prévention de la récidive terroriste et de réinsertion » ;
  • Il pérennise les dispositifs introduits à titre expérimental par la loi sur le renseignement du 24 juillet 2015, et notamment la surveillance automatisée de l’ensemble des réseaux par des « algorithmes » au fonctionnement secret, chargés de « détecter des menaces de bas du spectre » ;
  • Il réforme l’obligation de conservation généralisée et indifférenciée des données de connexion des Français·es, pour tirer les conséquences de l’arrêt du Conseil d’État du 21 avril dernier ;
  • Il introduit un très grand nombre de mesures d’ajustements du livre VIII – celui sur le renseignement – du code de la sécurité intérieure, d’apparence étroitement techniques, mais qui ont toutes pour point commun d’étendre les prérogatives, déjà gigantesques, des services de renseignement et de sécurité.

Indiscutablement, ce projet de loi est l’un des pires textes produits par l’antiterrorisme et le renseignement en France, poussant plus loin que jamais la bascule « préventive » qui fait de chacun·e des habitant·es de ce pays un·e suspect·e à surveiller.

Nuclear Plant – 26Dec06 (Germany). Crédit: Philippe Leroyer

La fermeture des archives publiques

C’est au beau milieu de ce texte sécuritaire qu’il a été choisi d’introduire, en plus, un article sur l’accès aux archives publiques, qui percutera directement le travail de nombreu·ses universitaires. Il s’agit de l’article 19.

Continuer la lecture

Gisèle Halimi, là où est son véritable honneur

Gisèle Halimi à la Fête de l’Humanité, 2008. Crédit: toutoune25.

Gisèle Halimi – de son véritable nom Zeiza Taïeb – est née à quelques encablures de Tunis, en 1927, au sein d’une modeste famille juive. Si la mère est admirative de chacun de ses fils, leur témoignant au quotidien tendresse et affection, elle se montre, au contraire, bien plus distante avec sa fille. Disante, car sa fille est une fille. De cet amour inégal où la hiérarchie sociale des sexes, déjà, se donne à voir, la jeune Gisèle garde un profond sentiment d’injustice. Se forge alors en elle, au creux de cet écheveau familial, une disposition contestataire qui ira en s’affirmant. Un jour, Gisèle entamera une grève de la faim pour ne plus avoir à faire le lit de ses frères. Un autre jour, elle refusera d’épouser l’homme avec lequel ses parents espéraient l’unir. Mais l’écheveau qui enserre la jeune fille n’est pas que patriarcal. Il est aussi colonial. Dans la Tunisie dominée, les minorités juives affrontent la montée des fascismes et, là ­encore, la jeune Gisèle est saisie par l’ampleur de l’oppression ­politique à laquelle les plus forts destinent les plus faibles.

La disposition de Gisèle Halimi à la lutte, en quelques années, se transforme alors en un chemin militant et intellectuel marqué par deux combats fondamentaux : au mitan des années 50, l’accès de l’Algérie à l’indépendance à travers la défense du Mouvement national algérien (MNA), du Front de libération ­nationale (FLN) et de l’une de ses illustres membres, Djamila Boupacha, violée et torturée par des soldats de l’armée française ; au début des années 70, la criminalisation du viol ainsi que le droit des femmes à avorter.

Quand décède Gisèle Halimi, le 28 juillet 2020, c’est une voix de femme devenue la voix des opprimé·es, en France et bien au-delà, qui s’éteint. Et le président de la République, Emmanuel ­Macron, de saluer celle qui « s’éleva pour défendre les syndicalistes tunisiens, puis plaida d’une rive à l’autre de la Méditerranée pour l’indépendance de [la Tunisie] et celle de ses voisins, condamnant les exactions commises par la France durant la guerre d’Algérie ». Pétitions, après appels, après propositions, on réclame alors que les cendres de l’avocate soient transférées au Panthéon, aux côtés de cinq femmes – Simone Veil, Germaine Tillion, Marie Curie, Geneviève de Gaulle-Anthonioz et Sophie Berthelot – et de soixante-quinze hommes. Interpellé, Emmanuel Macron ­répond par la positive, annonçant ouvert ledit processus d’hommage par la ­ritualisation funéraire.

Or, il y a quelques jours, un ­article de France Inter révélait qu’Emmanuel Macron projetait d’abandonner la panthéonisation de ­Gisèle Halimi. Continuer la lecture

Au sujet de la proposition de loi visant à accélérer l’égalité économique et professionnelle: LPR et mécanismes du patriarcat

Le 23 avril 2021, Céline Bessière et Sibylle Gollac ont été auditionnées par la commission des Affaires sociales de l’Assemblée Nationale et Marie-Pierre Rixain,députée de l’Essonne, rapporteure sur la proposition de loi visant à accélérer l’égalité économique et professionnelle. Voici le texte de l’exposé présenté lors de cette audition.

Madame la rapporteure,

Mesdames et Messieurs les député·es,

Tout d’abord, nous vous remercions pour l’intérêt que vous portez à notre travail. Nous sommes heureuses de contribuer aux travaux de l’Assemblée Nationale sur le sujet d’importance que constitue l’égalité économique et professionnelle entre les femmes et les hommes.

Les élu·es ont donc encore besoin de la recherche publique ?

L’expertise que vous sollicitez auprès de nous aujourd’hui est le résultat de vingt années de recherche. Ce travail a débuté bien avant que le constat de l’augmentation des inégalités de patrimoine entre les femmes et les hommes ne soit établi. Les modalités d’accumulation et de transmission des patrimoines familiaux, leurs liens avec l’organisation de la production domestique, n’intéressaient à l’époque qu’une poignée de chercheuses et chercheurs. Nous avons eu la chance de mener notre travail au seul gré de l’évolution de nos questionnements scientifiques. Nous avons eu aussi la chance de collaborer avec des collègues bénéficiant de la même liberté, en coopération et non en compétition. C’est ainsi qu’ont pu être produits les résultats scientifiques que nous mobiliserons ici. Aujourd’hui, avec la mise en œuvre de la loi de programmation de la recherche, cette autonomie scientifique comme nos possibilités de mener des recherches collectives sont plus que jamais mises à mal. Certes, vous trouverez toujours des experts ou des expertes pour vous indiquer où changer une virgule dans tel alinéa de tel article de tel projet de loi. Mais il arrivera un jour où vous ne trouverez plus de chercheur ni de chercheuse pour vous ouvrir les yeux sur des réalités qui vous sont inconnues ou pour changer votre regard sur le monde qui vous entoure.

Pour lire la suite de l’audition

La European Humanities University (Lithuanie) exige la libération immédiate de l’étudiante Sofia Sapega

Communiqué de la European Humanities University, 24.05.2021.

Le 23 mai, lors d’un atterrissage forcé du vol FR 4978 (Athènes-Vilnius) à Minsk, Sofia Sapega, étudiante à l’European Humanities University (EHU), a été arrêtée.

Sofia Sapega est une citoyenne russe qui étudie droit international et droit de l’Union européenne à l’EHU. Alors qu’elle rentrait de vacances avec son compagnon, Sofia se préparait à la soutenance de son mémoire de maîtrise à Vilnius. À la suite d’une opération de diversion menée par les autorités biélorusses, l’étudiante a été placée en détention par l’administration du comité d’enquête de la ville de Minsk pour des motifs sans fondement et inventés de toutes pièces. Les camarades de Sofia et les membres du corps enseignant affirment que l’étudiante est appréciée en raison de ses résultats scolaires et de sa réputation au sein de la communauté de l’EHU.

L’université insiste pour fournir une assistance consulaire immédiate à Sofia. En outre, l’EHU fait appel aux partenaires internationaux, aux donateurs et aux défenseurs des droits humains pour aider à libérer Sofia. L’Université reste en contact avec la famille de l’étudiante.

La communauté de l’EHU condamne catégoriquement l’impunité des autorités biélorusses et exige, de la part de la Biélorussie, le respect des obligations internationales ainsi que la garantie des droits et libertés des citoyens et citoyennes, comme le prévoit la Constitution biélorusse. Nous restons solidaires de tous et toutes les Biélorusses détenus illégalement et de celles et ceux qui subissent une persécution politique. Nous protestons contre la détention injustifiée de Sofia Sapega, membre de la communauté de l’EHU.

Actuellement, parmi les prisonniers politiques reconnus en Biélorussie figurent les étudiantes et étudiants de l’EHU Maryja (Marfa) Rabkova, Akihiro Gaevski-Hanada, et les diplômés Mikalai Dziadok et Wlodzimierz Malachowski.

Pour lire le communiqué de presse original en anglais cliquez ici.

Le directeur de cabinet de Frédérique Vidal manifeste contre la décision du Conseil constitutionnel

A Nice, Estrosi et le directeur de cabinet de Frédérique Vidal soutiennent les policiers contre l’Etat de droit

Christian Estrosi a pris la pose, vendredi 21 mai, entouré de quelques-uns de ses adjoints, venus eux aussi soutenir les policiers municipaux rassemblés place Masséna, à Nice (Alpes-Maritimes). Sur la photo de l’événement, on aperçoit Anthony Borré, son ancien directeur de cabinet, devenu premier adjoint chargé de la sécurité ; Gaël Nofri, ex-conseiller de Marine Le Pen, aujourd’hui adjoint délégué à la circulation ; ou encore Graig Monetti, qui partage son temps entre la mairie de Nice, où il est délégué à la jeunesse, et le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, où il est chef de cabinet et conseiller spécial de Frédérique Vidal1.

Tous sont là pour « protester, selon les mots du maire de Nice, contre la censure du Conseil constitutionnel sur l’expérimentation de pouvoirs accrus aux polices municipales pour mieux protéger nos concitoyens ». La veille, l’institution du Palais-Royal a en effet censuré totalement ou partiellement plusieurs mesures clés de la loi dite « Sécurité globale », dont l’article relatif à l’usage de la vidéosurveillance par drone. Une décision qui passe mal auprès de Christian Estrosi, qui a tout récemment renforcé le dispositif sécuritaire de sa ville – qui compte déjà plus de 3 400 caméras de vidéoprotection – avec trois drones, acquis pour 64 000 euros.

Gaël Nofri, Christian Estrosi, Anthony Borré et Graig Monetti avec les policiers municipaux de Nice, le 21 mai. ©Twitter/@cestrosi

Lire l’article sur Mediapart

  1. Nous soulignons. []

Du sursis et interdiction d’exercer pendant 5 ans requis contre l’ex-doyen de Montpellier

En passant

Des peines de prison ferme requises contre les membres du commando de la fac de Droit

Le procès dans l’affaire du commando armé de la fac de droit de Montpellier a débuté ce jeudi 20 mai. Sept prévenus, dont l’ancien doyen Philippe Pétel, sont jugés pendant deux jours devant le tribunal correctionnel, poursuivis pour violences en réunion et deux pour complicité. Des peines de prison ferme ont été requises contre les membres du commando de la fac de Droit par Fabrice Bélargent, procureur de la République ce vendredi en milieu de journée.

Un an de prison dont quatre mois fermes ont été requis contre Mathieu Rolouis, Thierry Vincent, et Thierry Puech. Le procureur a demandé un an de prison ferme contre Martial Roudier et un an avec sursis pour Patricia Margand. Dix-huit mois de prison avec sursis et une interdiction pendant 5 ans d’exercer un emploi public ont été demandés contre l’ex-doyen Philippe Pétel, qui a reconnu ce jeudi avoir donné son aval à l’évacuation des occupants de la fac. Pour le professeur de droit Jean-Luc Coronel de Boissezon, 10 mois ferme et cinq ans d’interdiction d’exercer toute fonction publique.

L’affaire est mise en délibéré.

Continuer la lecture

« Aux étudiant-es qui passeraient par là… » Droit et féminisme vous dit « bravo ! »

Décision du ministère de l’Enseignement Supérieur de transférer les certifications en anglais aux universités et IUT : réaction de l’Association des professeurs de langues vivantes (APL) , 11 mai 2021

  • communiqué paru sur le site du APLV, 11 mai 2020

Le MESRI (ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation) vient d’informer les présidents d’université et directeurs d’IUT (voir pièce jointe) de la dénonciation du contrat que l’Etat a passé avec l’entreprise PeopleCert pour certifier le niveau en langue anglaise des étudiants.

L’APLV, comme de très nombreuses associations de linguistes et syndicats d’enseignants, a dénoncé dans un premier temps la décision du gouvernement d’imposer de telles certifications, puis la passation du marché avec PeopleCert, une entreprise peu connue et à l’éthique douteuse, d’après les enquêtes de différents journaux.

Continuer la lecture