« Madame Vidal ignore que la plupart des étudiants ont fini leur crise d’adolescence »

BFMTV. Réponse de Madame Vidal à une remarque de Ludivine Richefeu, maîtresse de conférences, s’étonnant que les universités soient encore fermées, alors que les lycées, eux, sont restés ouverts…

Transcription. « Ce sont des choses qui ne sont pas comparables. Vous savez bien qu’un lycée ça ne ressemble pas à une université, enfin, normalement… Et si vous dites à un étudiant de s’asseoir à tel endroit et puis à un tel autre de s’asseoir dans un tel autre endroit, il va vous répondre que vous êtes bien gentille, mais que globalement ils vont s’asseoir où ils veulent. C’est totalement différent que dans une cantine où on a des enfants à qui on dit ‘Tu t’asseois là, c’est toujours la même place' »

Depuis combien de temps Mme Vidal n’a-t-elle pas croisé un étudiant ?, se demandent les uns. Comment peut-elle considérer les étudiant·es comme des élèves de maternelle ?, se demandent les autres. Comme le rappelle le compte twitter « Les étudiants vont bien »:

Encore une fois Madame Vidal ment éhontément. Ici elle prétend que les élèves des collèges et lycée ont une place attitrée dans les cantines. Demandez autour de vous à des collégiens s’il y a un tel protocole sanitaire dans leur cantine.

D’autres sont plus radicaux.

En un mot, il faut que cela cesse.

Grève à la Bibliothèque Sainte-Barbe. Demande de soutien

Communiqué de presse

Nous sommes les 22 salarié.e.s étudiant.e.s à la Bibliothèque Sainte Barbe
(BU sous la direction de l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) et sommes
tou·tes en grève depuis le 5 décembre 2020. Nous avons déjà mené 4
journées de grève qui ont fait fermer la bibliothèque les samedis, en
tenant des piquets de grève sur la place du Panthéon. Le silence de la
direction de la bibliothèque et de l’université depuis le mois de décembre
nous encourage à maintenir la grève jusqu’à ce que nos revendications
soient entendues. Une cinquième journée de grève aura donc lieu le samedi
16 janvier.

Nous attendons une mobilisation assez importante ce samedi 16 janvier pour
notre piquet de grève (de 9h30 à 14h) sur la place du Panthéon et plusieurs
personnalités ont répondu présentes : Danielle Simonnet, Vincent Govelet,
Eric Coquerel… Nous sommes également en contact avec le cabinet de Manon
Aubry et d’Adrien Quatennens, en espérant qu’ils pourront venir.

#ResistESRPour aller plus loin, voir le Tract BSB 16 janvier

Les étudiant·es fantômes

  • par des étudiant·es de Licence 1 de science politique, Université de Montpellier

Crédit photo:  Debs (ò‿ó)♪, 2010

2021 est déclarée ! Newsletter du 1er au 10 janvier 2021

Rentrée de janvier 2021. Alors que le monde tremble en visionnant les images des attaques fascistes au Capitole et de la réaction de certains Républicains, la presse française se place au chevet des Universités françaises. Épuisement, politique de gribouille de la Ministre et de la DGESIP, notamment vis-à-vis des sessions d’examen de substitution. Alors que les étudiant∙es protestent contre la tenue des examens dans des situations sanitaires déplorables et des conditions de formation inéquitables et désastreuses, on assiste aux premières  violences policières aux portes des Universités. Dimanche, la défenestration volontaire d’un étudiant à Lyon-3 achève d’alerter sur les décrochages massifs des étudiant∙es, angoissé∙es jusqu’à se donner la mort. Depuis les États-Unis, Joan W. Scott — qui suit de longue date les questions du racisme en France — s’inquiète publiquement de la montée des attaques politiques contre les universitaires français, tandis qu’au Maroc un universitaire vient de se faire arbitrairement emprisonner.

Comment ignorer depuis de si longs mois le mépris du gouvernement envers 2,73 millions d’étudiant∙es, et de centaines de milliers d’agents titulaires ou contractuels, préoccupé qu’il est à détruire le statut de la fonction publique de l’enseignement supérieur français ? Les agents sur le terrain sont-iels les seul∙es à se préoccuper encore de transmettre savoir et désir d’apprendre, dans une « université sous hypnose numérique » ? À se préoccuper de l’accueil de tous et de toutes en son sein, en utilisant une écriture inclusive, en organisant des séances de travail respectueuse en visioconférence, ou en préparant un guide pour maîtriser le détestable outil « Galaxie » mis à disposition des candidat∙es par le Ministère ? À dénoncer le licenciement d’un collègue, après un fichage politique abusif, ou la dérive autoritaire du pdg de l’Inria ?

Quelques frémissements de résistance sont sensibles néanmoins : un recours en annulation des décrets de nomination du président et des membres du collège du Hcéres a été déposé le 4 janvier par onze universitaires pour qui « le terrain contentieux s’impose désormais comme l’une des rares voies à disposition pour faire valoir des arguments auxquels le gouvernement reste sourd ». La communauté universitaire lilloise refuse de considérer le nouvel établissement public expérimental (EPE) qui leur imposé, après l’échec retentissant de son équivalent à Lyon.

Sous la pression et l’exposition médiatique de « l’épuisement dans les universités », le 10 janvier, le gouvernement a publié un nouveau décret, qui rend caduque la circulaire illégale du 18 décembre. Elle rend aux Universités la responsabilité — lourde, mais indispensable au vu de la défaillance du MESRI — d’assurer des un certain nombre d’enseignements sans en référer au recteur, en conciliant situation sanitaire, configuration des locaux et souffrance étudiante mais aussi professionnelle.

Suite à la correspondance avec la DGRH du vendredi 8 janvier, qui indique aux candidat∙es aux fonctions de qualification PR, plusieurs collègues ont souhaité demander néanmoins la qualification PR : Academia leur indique la marche à suivre. #ResistESR

Affiche, 1968

Continuer la lecture

Avis de recherche: Disparition de Diary Sow à Paris

Diary Sow, étudiante au lycée Louis-Le-Grand de Paris, a disparu le 4 janvier 2020.

Dernier lieu fréquenté connu: Paris 13ème, résidence étudiante.

Si vous avez des informations, vous pouvez contacter le consulat sénégalais en France: info@consulsen-paris.com ou 07 85 93 32 11.

https://twitter.com/hashtag/RetrouvonsDiarySow

 

Opération #QualificationPR. Mode d’emploi

ResistESR.Vendredi 8 janvier, à 18h23, les candidates et les candidats aux fonctions de professeur·e des universités reçoivent un courriel de l’administration du MESRI précisant que la LPR étant promulguée, il n’est plus besoin de la qualification nationale pour postuler aux emplois de professeur·e dès lors qu’ils et elles sont maître·sses de conférences titulaires.

Sujet : Votre demande de qualification aux fonctions de professeur des universités,
Date : Fri, 8 Jan 2021 17:23:39 +0000
De : DGRH – A2 CNU <dgrh-a2.cnu@education.gouv.fr>

Mesdames et messieurs les candidats à la qualification aux fonctions de professeur des universités,

La loi n° 2020-1674 du 24 décembre 2020 de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030 et portant diverses dispositions relatives à la recherche et à l’enseignement supérieur parue dans le JORF n°0312 du 26 décembre 2020 prévoit dans son article 5 que pour le recrutement de professeur des universités, la qualification par l’instance nationale n’est pas requise lorsque le candidat est maître de conférences titulaire.

Votre statut de maître de conférences titulaire vous dispense d’une inscription sur la liste de qualification aux fonctions de professeur des universités et nous allons en conséquence modifier l’état de votre dossier de candidature déposé dans Galaxie.

Vous pourrez continuer à accéder aux pièces constitutives de votre dossier qui peuvent vous être utiles dans la perspective d’une candidature sur un poste de professeur des universités.

Si vous n’êtes pas maître de conférences titulaire relevant d’un établissement d’enseignement supérieur relevant du ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation ou si vous appartenez à un autre corps et êtes détaché dans le corps des maîtres de conférences, je vous demanderais de bien vouloir me prévenir par retour de mail.

Nous restons à votre disposition pour tout éclairage nécessaire dont vous auriez besoin en ce qui vous concerne sur la suppression de la qualification dans le processus de recrutement.

Adresse : reforme-qualification@education.gouv.fr (adresse active à partir de lundi…)

Service des personnels enseignants de l’enseignement supérieur et de la recherche (DGRH A)

NB : dans l’éventualité où vous recevriez ultérieurement un message vous annonçant la désignation de vos rapporteurs, veuillez ne pas en tenir compte.

Candidats et candidates sont allé·es voir sur Galaxie.

Déjà qualifé·es ? Candidates et candidats écrivent alors à leur président·e et membres de leur section. Tous et toutes sont tombé.e.s des nues — avant d’être à leur tour prévenu par un courier officiel de la DRGH à leur intention, en fin d’après-midi vendredi. Si les collègues savaient que la nécessité de la qualification pour les MCF titulaires tombait avec la promulgation de la loi non censurée par le Conseil constitutionnel, pour autant, il n’y a eu aucun échange préalable sur les conséquences pratiques de ces nouvelles dispositions, à la fois sur la session de qualification en cours, mais aussi sur la campagne à venir de recrutement PR au titre de l’article 46 du décret de 1984. L’HDR, indépendamment de la qualification, reste-elle un pré-requis nécessaire à la recevabilité d’une candidature PR ? On peut le supposer à la lecture du décret de 1984. Il serait urgent qu’une information claire, correcte, précise et complète, soit diffusée aux futur·es candidat·es1. Il est impératif que chacun et chacune concernée adresse, en nombre, des questions précises et détaillées au Ministère et qu’il ou elle fasse un retour de cette expérience.

https://www.flickr.com/photos/trainman/3036694994/in/photolist-5CkRCf-cx4n8-9d7ZWM-7EBdam-DyEshn-dVxrmD-QyFxXE-gRLyzT-pPdihP-JUWmk-6c9hQ-6ffUb-gQGHA-wWpAC-4GB37e-csZDaS-kbNeGE-7XmJ8x-817eP-ggVF5b-CXqJ2o-22iPrsA-ypxJk-HWqhtu-rxXCu-sSvpqd-RnrvM4-6NodNT-4dstwN-rxXzh-dHuiEK-TMRUwf-37ZHZ-Dcjy1A-BzKCyn-6fEGtb-btBjDW-VNMcwi-3fi3j-21UFPVX-5mj6xu-ZDo8-29bhqTh-29US1Jh-nLw2v-81uDN4-84sWVH-6GsfK-22xjftQ-9MReqw

Cactus at Huntington Library. Crédit: Jim Ellwanger, 2008

Continuer la lecture

  1. NDLR: sur l’« information correcte » , la rédaction émet des doutes sur la capacité du MESRI à la fournir aujourd’hui, au vu de l’illégalité de la circulaire du 18 décembre 2020; ou encore sur les informations fournies aux étudiant·es sur les sessions d’examens de substitution. Toute « information » fournie par le Ministère est sujette à caution. Nous vous invitons à vérifier sa validité auprès de vos syndicats ou sur Academia, à votre service. []

L’Université de Lille 2022 : technocratie autoritaire et « folie des grandeurs »

  • par un collectif d’enseignants-chercheurs et d’enseignantes-chercheuses de Lille

Signer la pétition

En ce début de mois de janvier 2021, l’Université de Lille souffle seulement ses trois premières bougies après la fusion des trois universités publiques de la métropole lilloise au premier janvier 2018. Une naissance au forceps, une « fusion dans l’urgence », « mal préparée » comme l’avait souligné la Cour des comptes dans son rapport très sévère de 2019 : « La fusion lilloise a été avant tout motivée, non par une ambition académique, mais par la recherche du label d’excellence, finalement obtenu à la quatrième tentative en 2017 »1. Et encore, ce lot de consolation (un financement I-Site), n’a pas vraiment « ruisselé » au-delà du « Peridex » initial2, ni « assaini » la situation financière globale. En effet, loin de s’accompagner des recrutements nécessaires, les difficultés financières de la nouvelle université et la contrainte budgétaire ont plutôt ouvert la voie à des années de vaches maigres, engendrant une augmentation significative de la précarité et une dégradation des conditions de travail.

Lille, 9 janvier 2021 CC-BY

Rien de très surprenant si l’on avait tendu l’oreille aux organisations syndicales informées des dégâts causés ailleurs par le « gigantisme », si l’on lisait la presse3ou prenait au sérieux le rapport d’audit CHSCT du cabinet SECAFI de 2017 qui prédisait une évidente augmentation des risques psycho-sociaux. Même le rapport de l’IGAENR de juillet 2018 — resté confidentiel4 — critique les lourdeurs administratives, la centralisation excessive, la perte de proximité de l’équipe de direction et… les surcoûts (de toute sorte) liés à la fusion…

Continuer la lecture

  1. http://snesup.univ-lille1.fr/site/IMG/pdf/2019-fevrier-rapport-cours_des_comptes_universite_de_lille_1_.pdf []
  2. Communiqué du SNESUP de l’Académie de Lille du 3 avril 2017 : « Les promoteurs de la candidature IDEX Lille se félicitent d’avoir obtenu un I-site ! Et pourtant… » []
  3. Voir notamment : Christelle Gérand, « Aix-Marseille, « laboratoire de la fusion des universités » », Le Monde diplomatique, septembre 2016. []
  4. Pour des extraits du rapport de l’IGAENR : https://cgt.fercsup.net/syndicats/nord-pas-de-calais-picardie/universite-lille/article/journal-de-la-cgt-universite-de-lille-no4 []

Les étudiant·es entrent en grève. Les policiers besognent. Libération, 7 janvier 2021

En passant

A la Sorbonne, des violences policières émaillent les mobilisations étudiantes

Ce jeudi matin, un étudiant a été interpellé et plusieurs blessés lors de l’intervention des forces de l’ordre, à l’occasion du blocus de l’université parisienne. La veille, des violences policières avaient déjà été dénoncées lors d’un autre blocus.

  • par Cassandre Leray, Libération, 7 janvier 2020 [sous embargo]. Extraits

Depuis le début des partiels, Suzanne, 20 ans, n’a pas passé le moindre examen. Boycott complet, pour un ras-le-bol total. Ce jeudi ne fait pas exception. Etudiante en troisième année d’anglais, elle est censée composer à 8h30. Mais au lieu de ça, dès 7h du matin, elle se pointe avec sa meilleure amie Ilona1 et plusieurs dizaines d’autres étudiantes et étudiants devant la Sorbonne (Ve arrondissement). Le groupe installe collectivement chaînes, grilles et poubelles pour bloquer l’entrée. «Puis on a fait une chaîne humaine. On était pacifiques, on ne disait rien, on ne bougeait pas. C’est là que les policiers sont arrivés et qu’il y a eu des violences…» raconte Ilona, la voix enrouée. «Je suis encore sous le choc», embraye sa meilleure amie.

Depuis plusieurs jours, les mobilisations s’enchaînent sur différents sites de la Sorbonne, prestigieuse université parisienne. À leur échelle, les étudiants tentent de se faire entendre face à une administration qui «n’écoute pas», déplore Suzanne : «Tout ce qu’on veut, c’est l’égalité pour les partiels. On ne dénonce pas seulement les examens inadaptés, mais aussi les conditions dramatiques dans lesquelles on vit depuis des mois et le silence de l’université», ajoute-t-elle.

Continuer la lecture

  1. Les prénomns ont été modifiés. []

Comprendre les décrochages massifs des étudiant·es

@AltoMediefuck, 9 janvier 2020. « J’ai fait une image pour mieux me faire comprendre sur la situation actuelle des étudiant·e·s et les décrochages massifs enregistrés »

Maroc: Maati Monjib, un universitaire détenu arbitrairement

Amnesty International annone (et dénonce) que le 29 décembre 2020, Maati Monjib, universitaire marocain et défenseur des droits humains, a été arrêté alors qu’il déjeunait dans un restaurant à Rabat, la capitale du Maroc.

Il est détenu arbitrairement depuis lors. Il faisait l’objet d’une nouvelle enquête depuis le 7 octobre 2020, des accusations de blanchiment de capitaux ayant été portées contre lui et des membres de sa famille.

 

Pour en savoir plus, voir le document d’information de Amnesty International.