Création d’une mailing list consacrée au MEEF histoire-géographie

Les récents évènements montrent à quel point manque un espace de discussion pour les responsables et enseignant·e·s des préparations aux concours de l’enseignement en histoire et géographie. Une mailing list vient donc d’être créée, destinée à constituer un espace de discussion et d’information pour les responsables des préparations aux concours de l’enseignement en histoire et géographie, ainsi que leurs enseignant·e·s. Son périmètre inclut en particulier les parcours histoire-géographie des master MEEF second degré, préparant au CAPES/CAFEP, mais aussi les parcours lettres-histoire-géographie, préparant au CAPLP, ainsi que les préparation aux agrégations externes et internes.

Celles et ceux qui seraient intéressé·e·s peuvent s’inscrire ici : https://groupes.renater.fr/sympa/info/meefhistgeo

Suppression de l’ENA : Les (véritables) raisons du conformisme de l’administration

Emmanuel Macron a décidé de la suppression de la l’Ecole nationale d’administration, remplacée par une autre institution. Plusieurs collègues se sont exprimé·es sur le manœure du chef de l’État1. Nous reproduisons une analyse faite lors que les premiers effets d’annonce ont eu lieu.

  • Léa Guessier,  collectif d’agents publics engagé·es, Blog de Médiapart, 5 avril 2019

Chaque année, la publication du rapport du jury de l’ENA charrie son lot de débats et de polémiques sur le conformisme des candidat·es à l’école emblématique de la haute fonction publique, parfois à raison. On tente cependant plus rarement de comprendre et d’expliquer les ressorts sous-jacents de cette homogénéité dans la pensée et l’attitude des étudiant·es concerné·es. Or, le problème est plus fondamental et dépasse les quelques candidat·es dont les copies ou propos sont épinglées : au-delà de la seule ENA, c’est tout le système de formation des cadres de la fonction publique qui véhicule, sous couvert de normes de « bonne gestion », les idées politiques dominantes dans le corps administratif, et qui les diffuse dans un cadre propice à leur intégration passive par les futur·es fonctionnaires.

https://www.flickr.com/photos/joopey/906614579/in/photolist-2o7CVR-Ea6kv-5Dycra-9xWtdU-25XjYFo-hrgz-rGuaHW-MSmaG-FiufJT-r3gkdx-pk8jkW-ebMgqH-xq5ehs-z4NgQy-Gdk2cF-8VM3ei-7SBWGP-S5Q5G-bXcvGi-C91o2u-3eZPK-iVzn-HJsoDb-7NSW4K-fCjTxn-athayM-2fpcz2h-CUqESX-8DSEFz-dCY7xi-9qWrx-93dg-5rarAd-vcPiRG-pSC2h5-BqnJY-8ppwd4-fAQCCv-3Cq3s-4TJw31-tNCayK-cXwod9-9xgySN-4DRD8w-nJhZhQ-f48PZ3-a87gFx-26A5Tni-7Q9BVy-54UZdL

Plant. Crédit: Joopey, 2007

Continuer la lecture

  1. Par exemple, « Suppression de l’ENA : effet d’annonce ou annonce suivie d’effets ? » par Marc-Olivier Baruch, AOC, 12 avril 2021. []

Travail d’archive (9). « Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème… » — Virginie Despentes

https://twitter.com/laveritepradama/status/1380475550632927234?s=20

« STOP À L’ACHARNEMENT CONTRE ASSA TRAORÉ. Lundi 12 avril TGI de Paris 10h00 »
@laveritepradama, 9 avril 2021

Le 10 juin, Emmanuel Macron lançait une offensive contre les universitaires accusé·es de « couper la République en deu », chiffon rouge agité après le succès de le rassemblement du 2 juin 2020, organisé à l’initiative du collectif La Vérité pour Adama. Dix mois plus tard, la vague n’a pas tari, pas moins que la détermination d’Assa Traoré et de ses soutiens pour demander vérité et justice pour Adama.

Assa Traoré est convoquée demain, lundi 12 avril à 10h, au Tribunal de grande instance de Paris pour se voir signifier une mise en examen pour avoir désigné nommément les trois hommes qu’elle dit avoir tué son frère Adama Traoré, il n’est inutile de reproduire et d’entendre de nouveau la voix d’Augustin Trapenard lire la lettre d’intérieur de Virginie Despentes écrite le mercredi 3 juin 2020, au lendemain du rassemblement appelé par le collectif La Vérité pour Adama, à Paris, Marseille, Lillet et de nombreuses villes françaises.


Paris, le 3 juin 2020

Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème.

En France nous ne sommes pas racistes mais je ne me souviens pas avoir jamais vu un homme noir ministre. Pourtant j’ai cinquante ans, j’en ai vu, des gouvernements. En France nous ne sommes pas racistes mais dans la population carcérale les noirs et les arabes sont surreprésentés. En France nous ne sommes pas racistes mais depuis vingt-cinq ans que je publie des livres j’ai répondu une seule fois aux questions d’un journaliste noir. J’ai été photographiée une seule fois par une femme d’origine algérienne. En France nous ne sommes pas racistes mais la dernière fois qu’on a refusé de me servir en terrasse, j’étais avec un arabe. La dernière fois qu’on m’a demandé mes papiers, j’étais avec un arabe. La dernière fois que la personne que j’attendais a failli rater le train parce qu’elle se faisait contrôler par la police dans la gare, elle était noire. En France on n’est pas raciste mais pendant le confinement les mères de famille qu’on a vues se faire taser au motif qu’elles n’avaient pas le petit papier par lequel on s’auto-autorisait à sortir étaient des femmes racisées, dans des quartiers populaires. Les blanches, pendant ce temps, on nous a vues faire du jogging et le marché dans le septième arrondissement. En France on n’est pas raciste mais quand on a annoncé que le taux de mortalité en Seine Saint Denis était de 60 fois supérieur à la moyenne nationale, non seulement on n’en a eu un peu rien à foutre mais on s’est permis de dire entre nous « c’est parce qu’ils se confinent mal ».  C’est en Seine-Saint-Denis qu’il y a le moins de médecins par habitant de tout le territoire. Ils ont pris le RER tous les jours pour que le travail essentiel à notre vie commune continue d’être assuré. Dans le Centre, c’était « garden-party » tous les jours, en poussette, à vélo, en voiture, à pieds… il ne manquait que les trottinettes. Mais il a fallu qu’on commente : « C’est qu’ils se confinent mal »

Continuer la lecture

Violences sexuelles à l’ISBA de Besançon : le directeur de l’établissement est suspendu

Academia vous parlait il y a quelques jours d’une lettre de soutien honteuse au directeur de l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon, sous fond de violences sexistes et sexuelles au sein de l’établissement.

Les conclusions de l’enquête administrative viennent de tomber. Laurent Devèze, directeur de l’établissement, est suspendu pour fautes graves et une commission disciplinaire va être convoquée. En parallèle, une enquête judiciaire est en cours. Nous rappelons ici que l’affaire a commencé suite à des témoignages relayés sur une page Facebook « Balance ton école d’art ».

Nous ne pouvons que nous réjouir de cette décision, premier pas vers la reconnaissance des témoignages des victimes. Un grand BRAVO à elles pour avoir eu le courage de témoigner.

Deux articles de presse pour en savoir plus :

« Le droit d’agir, le devoir de rendre compte »

  • par Barbara Serrano, sociologue – publiée dans Le Monde, 29 mars 2021

Tribune. Il y a un an, le 17 mars 2020, la France était confinée pour faire face à la pandémie de Covid-19 devenue hors de contrôle. Fin janvier, le mot d’ordre du président de la République est désormais « Tout sauf le confinement ». Il rejette alors la proposition d’un confinement strict d’un mois défendue par le conseil scientifique.

Seule cette mesure aurait permis de ramener la circulation du virus SARS-CoV-2 autour de 5 000 contaminations par jour – seuil fixé par Emmanuel Macron lui-même pour contrôler l’épidémie et déconfiner –, contre plus de 30 000 par jour actuellement. Elle nous aurait fait gagner du temps en reprenant la main sur le traçage des contaminations et en avançant la campagne de vaccination.

Du fait du « pari politique » d’Emmanuel Macron, l’épidémie s’est intensifiée et, comme avaient mis en garde les modélisateurs, plusieurs régions à forte densité, telles que l’Ile-de-France et les Hauts-de-France, puis aujourd’hui le Rhône, l’Aube et la Nièvre, ont largement dépassé les seuils d’alerte de 250 cas hebdomadaires pour 100 000 habitants, seuils déjà moins stricts que ceux fixés dans les pays voisins (par exemple, 100 pour 100 000 en Allemagne).

Portrait officiel du président de la République française Emmanuel Macron au Palais de l’Elysée, Paris, France. — Soazig de la Moissonniere/SIPA

Continuer la lecture

Le sens des priorités. La ministre réforme discrètement la protection fonctionnelle

Pour qui en doutait, le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI) sait être réactif et protecteur. Simplement, il choisit soigneusement ses sujets, en fonction de priorités qui lui sont propres.

Alors que le président de l’ENS de Lyon, Jean-François Pinton, est sous le feu des critiques pour son inaction face aux violences sexuelles et sexistes qui sévissent dans son établissement1 un décret vient opportunément de paraître au Journal officiel pour modifier les règles de la protection fonctionnelle dont peuvent bénéficier les président·es d’établissements placés sous la tutelle du MESRI (universités, écoles normales supérieures, établissements publics de recherche, …). Jusqu’ici, l’octroi de la protection fonctionnelle aux président·es était géré de manière autonome par chaque établissement, comme le rappelait une note de la DAJ B2 – le doux nom de code du bureau des affaires contentieuses de l’enseignement supérieur et de la recherche au ministère – du 19 juillet 2019. Avec le nouveau décret, c’est désormais le recteur ou la rectrice de région académique qui assurera cet octroi.

Nous nous contenterons de deux remarques à ce stade :

  1. C’est une idée étrange de penser qu’il est préférable de placer la protection fonctionnelle des président·es entre les mains des recteurs et des rectrices, donc du ministère, plutôt que d’organiser les conditions d’une gestion autonome et satisfaisante de cette question à l’intérieur des établissements.
  2. Surtout, le message envoyé est désastreux : plutôt que de reprendre à bras-le-corps le problème général de la protection fonctionnelle des personnels des université, qui n’est pas, c’est le moins qu’on puisse dire, traité de manière satisfaisante, le ministère organise exclusivement la protection des présidences.

On voit les priorités.

Extrait du décret du 29 mars 2021 [Journal officiel]

Sur Academia

  1. Sur ce sujet voir « E.cole N.ormale S.existe » et « #PintonDémission ». Sur le scandale des agressions sexuelles à l’ENS de Lyon, 24 mars 2021. []

L’ISBA de Besançon : déni, « ESR-style »

Omerta mode d’emploi #13

Tout commence en septembre 2020 par la création d’une page Facebook « Balance ton école d’art » qui relaie des témoignages glaçants au sein de l’école des beaux-arts bisontine. Violences sexuelles et sexistes, racisme, abus d’autorité, une partie du corps professoral est visée.

Face à cela, deux enquêtes sont lancées : une judiciaire et une administrative. A quelques jours de la publication des conclusions de cette dernière, un comité de soutien anonyme signe une lettre de soutien au directeur de l’école, accusé d’avoir couvert les faits et protéger les mis en cause.

Cette lettre de soutien, intitulée « QUI VEUT NOYER SON CHIEN L’ACCUSE DE LA RAGE »  est un archétype de réactions que l’on observe dans l’enseignement supérieur face à ces situations1

Elle commence par la victimisation, criant à la cancel culture :

« En tant que groupe de soutien à Laurent Devèze, nous souhaitons à présent prendre la parole car celle-ci doit être enfin entendue. Il est temps que d’autres voix s’élèvent. »

Continuer la lecture

  1. Sur Academia, les réactions oscillent entre déni et omerta. Voir Omerta mode d’emploi, 11 septembre 2020 ou plus récemment « E.cole N.ormale S.existe » et « #PintonDémission ». Sur le scandale des agressions sexuelles à l’ENS de Lyon, 24 mars 2021; Violences sexuelles à l’école des mines d’Alès : le directeur démissionne, 30 mars 2021. []

Projet de loi sur les principes républicains : le niveau des eaux continue de monter

Mis en avant

Il se passe quelque chose d’assez étrange en ce moment : si de nombreux·ses collègues et de nombreuses institutions se sont résolument élevé·es contre les attaques en « islamo-gauchisme » et autres « militantismes » lancées de toutes parts dans le sillage de Frédérique Vidal, les dispositions concernant les universités qui ont été introduites dans le projet de loi confortant le respect des principes de la République ne semblent, en revanche, pas émouvoir grand monde.

Pourtant, nous avons désormais dépassé le seul stade des paroles odieuses sur les plateaux de télévision : le parlement travaille en ce moment à les transformer en obligations et interdictions concrètes.

Peut-être cet intérêt tout relatif de la communauté universitaire s’explique-t-il par le fait que ce sont les étudiant·es qui se trouvent le plus frontalement visé·es. Peut-être est-ce aussi l’effet d’une grande fatigue : le caractère ininterrompu des attaques contre l’ESR fait qu’il est de moins en moins pertinent de parler de « vagues » réactionnaires, alors qu’il s’agit, en réalité, d’une implacable et continue montée des eaux aux émanations pestilentielles.

Double discours de la CPU

Rien, pas une réaction de la conférence des présidents d’université (CPU), par exemple, à la suite des deux nouveaux articles introduits le 18 mars 2021 dans le projet de loi confortant le respect des principes de la République, alors que c’est le versant étudiant des franchises universitaires qui se trouve remis en question par le parlement, comme nous l’avons déjà expliqué.

Pire même, le président de la CPU, Manuel Tunon de Lara a fait le choix de mettre encore un peu d’huile sur le feu : le 16 mars dernier, il a écrit à tou·tes les membres de la commission des lois et de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat – dans une lettre qu’Academia s’est procurée, mais que la CPU s’est bien gardée de rendre publique – pour alimenter la grande peur panique en cours :

« La vraie menace [écrit Manuel Tunon de Lara] réside dans le risque d’intrusion des religions et d’idéologies diverses dans la science, le contenu des enseignements ou des champs de recherche, au mépris de la liberté de chaque enseignant d’exprimer sa pensée et de la liberté des étudiantes et étudiants inscrits d’assister aux enseignements dispensés, et en violation des franchises universitaires ».

Il apparaît que c’est un véritable double discours que tient la CPU, quand on sait que deux jours plus tard, elle twittait publiquement toute autre chose de sa rencontre avec le président du Sénat, Gérard Larcher :

Capture d’écran d’un message de la CPU du 18 mars 2021

Continuer la lecture

La Turquie arrête 50 personnes supplémentaires après des manifestations universitaires

D’après une dépêche publiée par Reuters le 26 mars 2021, la police turque a arrêté au moins 50 personnes qui manifestaient devant un palais de justice vendredi, dans le cadre des protestations ,qui durent depuis près de trois mois, concernant le choix du recteur de l’université Boğaziçi (Université du Bosphore, Istanbul) par le président Tayyip Erdogan.

« Les couleurs qui ont provoqué les détentions hier sont parmi nous … » (Traduction, probablement approximative, fournie par Google Translate. Tweet de @sinanerensu, 26.03.2021

Les manifestants se sont rassemblés devant le palais de justice central de Caglayan à Istanbul pour soutenir une vingtaine d’étudiant·es détenu·es jeudi sur le campus de l’université Bogazici.

Des images vidéo ont montré vendredi la police anti-émeute entraînant les manifestant·es dans des bus de police après des échauffourées. On a entendu des étudiant·es scander des slogans tels que : « La pression ne nous fera pas céder ».

Les manifestations à Bogazici ont commencé début janvier et se sont brièvement étendues à Istanbul et à d’autres villes en février, entraînant la détention de 600 personnes et quelques affrontements avec la police.

Les veillées se sont poursuivies sur le campus, les étudiant·es et les universitaires se réunissant quotidiennement pour protester contre la nomination, selon eux antidémocratique, de Melih Bulu, universitaire et ancien candidat politique, au poste de recteur.

Le gouvernement a maintenu cette nomination et Bulu a déclaré qu’il resterait en poste.

Les manifestations de jeudi ont éclaté à la suite d’une enquête menée par l’université sur un étudiant pour avoir porté un drapeau arc-en-ciel – symbole de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transsexuelle (LGBT) – lors de manifestations antérieures.

Sept étudiant·es ont été jugé·es la semaine dernière pour avoir incité à la haine en affichant une photo combinant des images islamiques et des drapeaux arc-en-ciel LGBT. Lorsque l’image a circulé sur les médias sociaux, les autorités ont répondu par ce que les États-Unis et les Nations unies ont décrit comme une rhétorique homophobe.

Le ministre de l’Intérieur, Suleyman Soylu, a qualifié à plusieurs reprises les étudiant·es de « déviant·es LGBT ». Erdogan a fait l’éloge de l’aile jeunesse de son parti au pouvoir, l’AKP, qui est d’obédience islamiste, en affirmant qu’il ne s’agissait pas de « jeunes LGBT ».

Traduction avec l’aide de deepl.


Rappel:
Conférence en ligne, 30.03.2021: Menaces sur les universitaires. Perspectives croisées depuis la Turquie, la France et la Suisse

Sera présente au débat, Zeynep GAMBETTI, Professeure de théorie politique à l’Université de Boğaziçi, Turquie.

Pour plus d’info: https://academia.hypotheses.org/31825

30.03.2021, Conférence en ligne: Menaces sur les universitaires

Parce que les Hautes Ecoles peuvent permettre un épanouissement intellectuel et une agentivité critique sur les causes de l’exil, la liberté académique et l’engagement pour les Universitaires menacé-es sont au cœur des préoccupations du programme Horizon académique.

En partenariat avec la Faculté des Sciences de la société de l’Université de Genève, Scholars@Risk et l’Institut d’études sur la citoyenneté, Horizon académique propose un évènement interrogeant les menaces qui pèsent sur la liberté académique ainsi que les réseaux de solidarité entre chercheur-es qui se développent pour y faire face. Cet événement propose une vision comparée des perspectives turques, françaises et suisses sur la liberté académique.

Il aura lieu en ligne le mardi 30 mars 2021

de 18h à 19h30

en live stream sur integration.unige.ch/scholarsatrisk  

Avec

  • Bernard DEBARBIEUX, Doyen de la Faculté des Sciences de la société,

    Tribune de Gèneve, 30 mars 2021

    Université de Genève

  • Zeynep GAMBETTI, Professeure de théorie politique à l’Université de Boğaziçi, Turquie
  • Eric FASSIN, Professeur de sociologie à l’Université Paris VIII

Le débat sera suivi d’une présentation de Scholars at risk et des réseaux de solidarité entre chercheur-es avec la participation d’Olivier Vincent, adjoint scientifique au Service des Relations internationales et partenariats de l’Université de Genève et Johanna Huber, assistante-doctorante à la Faculté des Sciences de la société.

 

Protection fonctionnelle des universitaires. Courrier de la Ministre, 22 mars 2021

Sur Academia

Soutien à notre collègue Rachele Borghi. Communiqué de la Commission de Géographie Féministe du CNFG, 22 mars 2021

Depuis plusieurs semaines, les propos répétés de Frédérique Vidal, qui prétend que l’université et la recherche publiques françaises sont « gangrénées » par un supposé « islamo-gauchisme », ont déclenché de nombreuses attaques, individuelles et collectives, contre des collègues et leurs travaux. Ces attaques, qui devraient se limiter à des débats d’idées, dérivent dangereusement vers des dénonciations calomnieuses de la part de certain·es personnalités universitaires qui se servent des privilèges que leur accordent à la fois leur statut dans le monde académique et leur notoriété liée à la multiplication de prises de parole dans la sphère, pour simuler un débat scientifique alors que dévoyant toute rigueur scientifique.

Dans ce contexte de remise en cause des libertés académiques et d’assauts (politiciens et médiatiques) contre les sciences sociales et celles et ceux qui les font, la commission de géographie féministe du CNFG souhaite réagir aux attaques portées par Nathalie Heinich à deux reprises contre notre collègue Rachele Borghi : une première fois dans l’émission « le temps du débat » diffusée le 22 février dernier sur France Culture, puis dans un article publié le 4 mars sur le site de  l’observatoire du « décolonialisme » (sic) intitulé « La militantisation de la recherche, et ses ravages ».

En critiquant les travaux portant sur les pratiques de l’espace de la plage par les lesbiennes — publiés notamment dans L’Espace Politique, une revue à comité de lecture dont les articles sont donc évalués anonymement par des scientifiques — elle tente de disqualifier sans autre forme de procès la géographie des sexualités comme un domaine de recherche légitime. Nier que les sexualités se déploient dans l’espace c’est faire comme si l’intime, le privé n’étaient pas politiques, ce qui renforce la répression des sexualités dissidentes à la norme et les politiques sexuelles réactionnaires. Chercher à museler les recherches dans ce domaine revient à se mettre au service d’un projet politique précis et qui ne va pas dans le sens d’une plus grande liberté.

À la volonté de discréditer les travaux de Rachele Borghi, s’ajoute la remise en cause de la pertinence de son recrutement à l’université, au seul motif que celle-ci revendique un positionnement politique queer et féministe. Or, on peut s’étonner que Nathalie Heinich parle d’une « activiste » qui « vient d’être recrutée pour enseigner à la Sorbonne » alors que Rachele Borghi a été recrutée en 2013. Ces termes rappellent en effet directement ceux des différents sites qui ont violemment attaqué la chercheuse après son élection, tels que l’observatoire (encore un) « de la théorie du genre » animé par le syndicat étudiant d’extrême-droite UNI, les sites conspirationnistes Diatala ou Fawkes news, les sites catholiques réactionnaires Gloria TV ou le Salon beige, ou encore le site d’Égalité & Réconciliation. Alors qui sont les idéologues ? Et qui sont les militant·es ? La rigueur scientifique ne peut être atteinte que lorsque le ou la chercheuse précise son positionnement politique, plutôt que de prétendre qu’elle n’en a pas ou qu’elle opère une distinction étanche entre son militantisme et sa recherche.

Continuer la lecture

Soutien aux géographes attaquées: Communiqué de la section 23 du CNU, 18 mars 2021 et réponse de Rachele Borghi

Le 18 mars 2021
Les membres de la section géographie du CNU ont eu connaissance des attaques inadmissibles dont sont victimes des collègues enseignant.es chercheur.ses dans plusieurs établissements (Angers, Grenoble, Sorbonne Université, Tours et ailleurs). La section géographie du CNU envoie un message de soutien fort et clair à ces collègues, tout particulièrement à Anne-Laure Amilhat-Szary, menacée de mort dans le cadre de ses fonctions de directrice du laboratoire Pacte.
La section géographie dénonce le climat hostile qui s’installe depuis plusieurs semaines à la suite des propos du ministre de l’éducation nationale en novembre 2020 et de la ministre de l’enseignement supérieur en février dernier, unanimement dénoncés par la CPU, le CNRS et d’autres organisations représentatives du monde académique. A travers ces attaques d’une extrême gravité, c’est l’ensemble de la communauté scientifique qui est visée. Ce n’est pas seulement l’indépendance, la transparence et la qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche qui sont remises en cause, c’est aussi la place des sciences dans notre société qui est menacée.
Le bureau de la section géographie du CNU

Message des libraires. Volet d’une librairie pendant le confinement, Paris 2021. Credit: Rachele Borghi


Réponse de Rachele Borghi

Continuer la lecture

Rest in peace and power, Nawal El Saadawi

La féministe égyptienne Nawal El Saadawi n’est plus. Elle fut emprisonnée en 1981, sous Sadate, pour « crimes contre l’État » parce qu’elle dirigeait une revue féministe. Elle nous quitte à l’âge de 89 ans. Seta Nawal, nous n’oublions pas toutes ces années de combats.Elle fut à l’initiative, avec sept autres femmes, à l’intiative des femmes pour la dignité et l’égalité. Elle, qui était médecin, s’est battu toute sa vie pour l’interdiction de l’excision et pour que les mères célibataires obtiennent le droit de transmettre leur nom de famille. Alors que son activisme la ramène en prison, elle qui venait d’un milieu aisé,elle a eu le courage de rendre compte des conditions d’enfermement des femmes et de la violation de leurs droits dans les prisons.Une première. Elle fut la première à défendre la cause des prisonnières.

Ces dernières années furent aussi celles où on a pu lui reprocher des angles morts dans ses analyses. Je pense, néammoins, qu’il est juste de rappeler que ces critiques, légitimes ou injustes, n’auraient pu émerger sans le travail de la génération de Nawal Al Saadawi.

L’engagement qui fut le sien, qu’on en fasse partie ou non, mérite la reconnaissance parce qu’elle a ouvert des brèches de résistances. Elle a été la cible d’attaques misogynes les plus crasses toute sa vie et a été diabolisé par plus d’un média dans les pays arabes.

Merci pour les combats Seta Nawal. Le meilleur hommage est de la lire : « Ferdaous une voix en enfer », « Mémoires de la prison des femmes « , « La Femme et le Sexe » et les autres.

D’après VintageArab, 21 mars 2021

Pour aller plus loin

  • Mona Eltahawy Feminist writer  on BBC – with other clips from She Spoke the Unspeakable (2017)
    Mona Eltahawy recalls first meeting Nawal in 1988, her role on Tahrir Square 2011 and her brave breaking of the silence on FGM: ‘We need a million Nawals today’

 

Soutien à l’UNEF. Devant une « politique qui vise à stigmatiser et à réprimer les organisations représente des atteintes graves aux libertés publiques, nos organisations ne se laisseront pas intimider ». Communiqué intersyndical, Paris-8, 19 mars 2021

L’université Paris 8 Vincennes/St-Denis (Seine-Saint-Denis) en grève, le 12 février 2020. (Crédit: Alexis Morel/ France Info)

Paris, le 19 mars 2021

Face aux multiples attaques et menaces qui s’abattent sur l’UNEF, nos organisations
s’insurgent contre l’acharnement et la démesure des attaques d’une rare violence qui
visent une organisation syndicale mobilisée pour la jeunesse et les étudiant-es en
grande difficulté dans cette période de crise sanitaire.
Nous condamnons les attaques initiées par l’ancien ministre de l’intérieur,
Christophe Castaner, et l’escalade à laquelle se livrent la droite et l’extrême droite
faisant peser sur les dirigeant-es de l’UNEF des risques inconsidérés.
Nous dénonçons la montée de la criminalisation de l’action syndicale et les mesures
et projets de lois liberticides imposées par ce gouvernement.
Cette politique qui vise à stigmatiser et à réprimer les organisations représente des
atteintes graves aux libertés publiques.
Nos organisations ne se laisseront pas intimider et continueront sans relâche à
s’organiser pour défendre toutes celles et tous ceux qui subissent les inégalités.

CGT – FSU – Solidaires

#ResistESR