VSS, discriminations, harcèlement : acquérir le réflexe “accident de travail”

En ce lendemain de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes et leur mémoire, signalons un nouvel outil qui vient d’être mis à disposition par le MESR pour lutter efficacement contre les violences et les discriminations dans l’enseignement supérieur et la recherche, dans ses OSM 2024 (1°):  aux dispositifs existants — registre SST (2°), instruments dédiés (cellules d’écoute, référent·es) (3°) — il est proposé de recourir systématiquement à l’accident de travail ou de service (4°), afin de pouvoir procéder à une enquête paritaire (5°).

Desert Botanical Garden (Phoenix, AZ). Détail. Crédit: Casey Myers, 2009

Chaque année, la Formation spécialisée Santé-Sécurité au travail du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche (FS-SSCT MESR) publie des Orientations stratégiques ministérielles en matière de politique de prévention des risques professionnels (OSM) Les OSM pour l’année 2024 viennent de paraître. La lettre d’accompagnement du Ministère précise que : « Les chefs d’établissement et de service sont invités à prendre en compte les priorités ministérielles définies dans le présent document dans leurs programmes annuels de prévention »1. Academia a fait paraître la table des matières des OSM 2024 — qui fait défaut au document actuel et qui pose même un problème d’accessibilité — et invite lecteurs et lectrices à en prendre connaissance, afin de se former un minimum à la prévention dans l’ESR.

Les OSM 2024 précisent plusieurs dispositions concernant la prévention des violences, harcèlement, de discriminations et d’agissements sexistes (VDHAS), dans son titre V de la deuxième partie, mais aussi dans son point II.2.

Continuer la lecture

  1. L’envoi aux représentant·es du personnel de la FS-SSCT des OSM 2024, qui sont parvenues mi-février aux chef·fes d’établissement est bon test de la préoccupation de votre présidence pour la santé au travail. []

Santé & sécurité au travail : les OSM 2024 sont arrivées !

Chaque année, la Formation spécialisée Santé-Sécurité au travail du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche (FS-SSCT MESR) publie des Orientations stratégiques ministérielles en matière de politique de prévention des risques professionnels (OSM). Par ce document, la FS-SSCT MESR entend  faire des préconisations générales et pratiques de prévention, au terme d’un an d’alertes à la santé, à la sécurité et aux conditions de travail des agent∙es dans l’enseignement supérieur et la recherche. Les OSM « constituent des priorités nationales que chaque établissement doit adapter dans son programme annuel de prévention. Elles découlent d’une réflexion engagée avec les membres [de la FS-SSCT MESR] et des] à partir des rapports annuels et des travaux thématiques effectués dans les groupes de travail ». Sur le site du Ministère, on trouve ainsi les OSM pour les années 2019, 2020, 2021, 2022 et 2023. Les OSM pour l’année 2024 viennent de paraître. La lettre d’accompagnement du Ministère précise que : « Les chefs d’établissement et de service sont invités à prendre en compte les priorités ministérielles définies dans le présent document dans leurs programmes annuels de prévention » : les représentant·es du personnel auront une assez bonne idée de l’intérêt de leur présidence pour la santé & la sécurité au travail par la bonne diffusion de ce document au sein de la FS-SSCT.  Nul n’est censé ignorer le contenu de ce document Nul — les présidences d’université encore moins : parcourez-le en FS-SSCT, dans vos UMR, vos départements.

Table des matières des OSM 2024

Première partie : Enjeux stratégiques pour l’année 2024

I- Faire vivre la formation spécialisée du comité social d’administration (FS-SSCT)

I.1 – Proposer une formation à l’ensemble des membres des formations spécialisées

I.2 – Faciliter l’utilisation du contingent d’autorisations d’absence accordées au titre du mandat en formation spécialisée (arrêté du 25 mai 2023)

I.3 – Reconnaître les prérogatives opérationnelles des formations spécialisées,

notamment les visites de sites et les enquêtes suite à des accidents de service ou des maladies professionnelles. Ces prérogatives s’appliquent également aux usagers pour l’analyse des risques auxquels ces derniers peuvent être exposés, en application du décret n°2023-1068.

I.3.1 – Les visites réalisées par la formation spécialisée : « Une formation à la conduite des visites peut être donnée aux représentants du personnel membres de la formation spécialisée, conjointement avec les représentants de l’administration susceptibles de participer à ces- visites »
I.3.2 – Les enquêtes AT/MP de la formation spécialisé: « Cette enquête ne doit pas rechercher d’éventuelles responsabilités mais a pour objectif d’identifier les facteurs de risques professionnels ayant pu contribuer à la survenue de l’accident ou de la maladie afin de proposer des mesures de prévention des risques professionnels et d’amélioration des conditions de travail ».
« Les chefs d’établissements veilleront à informer les agents des procédures et des droits attachés au congé d’invalidité temporaire imputable au service (Citis) à l’occasion de chaque déclaration d’accident ou de maladie, en leur transmettant un document d’information reprenant les informations des guides ministériels dédiés annexés aux présentes OSM ».

II- Protéger les agents dans l’exercice de leurs missions

II.1 – Protéger les personnels de toutes les formes de menaces
II.2 – Prévenir et traiter toutes les formes de violences, de harcèlement, de discrimination et d’agissements sexistes (VHDAS)

https://www.flickr.com/photos/vanhoosear/4450181016/in/photolist-7MfkLU-9Q68FH-cjiZBS-6JVuiN-G5YKaH-6MbH5M-5PKZv9-rKZHJY-F43Foa-e95B-4Fez-ntZiJA-bUngKm-an1YGy-Ht9CKP-23RaZ1r-bxFnQh-gBzYp-2dRCgiy-gBzYt-hKLYm-mQPHKf-JKu2hC-LKVuTZ-qKCra2-2B7JUS-gi8E6-VGTDkk-JaRJ2H-EUcXQT-UKi3Uf-4SaVse-LD9mha-A3Qtbm-sgvLii-bChQ4f-oHH9rG-6crgki-5c9Qca-bJ9LMi-otfjDh-2aHBa-21FEaq-2ep3PW-4U58rn-HiVJ-9C3AcK-G8X54G-oKtbii-27stnKT

Palm Desert, CA. Credit:
Todd Van Hoosear, 2010

Continuer la lecture

FS-SSCT MESR, 8 décembre 2023. Avis et déclarations

Academia a obtenu en avant-première les avis et déclarations votés par la FS-SSCT ministérielle de l’ESR, qui seront bientôt publiés sur le site du Ministère et envoyé aux établissements. La FS-SSCT ministérielle de l’ESR succède au CHSCT-MESR.

Formation Spécialisée en Santé Sécurité et Conditions de Travail ministérielle
de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche
séance plénière du 8 décembre 2023


Déclaration intersyndicale
sur les annonces du président Macron du 7 décembre 2023

Au lendemain des annonces du président de la République, nous alertons sur les répercussions qu’une mise en œuvre de ces annonces auraient sur la santé des agent·es de l’ESR. Ces derniers sont déjà épuisés par l’enchaînement depuis 20 ans de réformes et de restructurations (LRU, ORE, LPR au plan national, regroupements d’universités en COMUE puis en EPE au plan local, INSPE, fusion d’EPST…), menées sans moyens dédiés. Même les budgets de la LPR ont été absorbés par l’inflation de ces dernières années. Le calendrier est d’autant plus irréaliste que d’autres réformes déjà engagées par l’État impactent le fonctionnement des universités et des organismes de recherche telles celles de la formation des enseignant·es, IUT, fusions ASN-IRSN. Le personnel souffre d’une désorganisation permanente et de procédures administratives de plus en plus complexes du fait des réformes et de la multiplication des statuts (CDD, CPJ, généralisation des CDI, etc.). Le président Macron leur promet d’en rajouter une couche avec plus de projets et plus de précarité, en faisant l’impasse sur les êtres humains qui font tourner les établissements de l’ESR. La FS-SSCT du MESR souligne que ces projets sont éminemment porteurs de nouveaux risques sur la santé des personnels et l’organisation de leur travail.

E. Macron à  l’Elysée, devant plus de 300 représentant-es de l’ESR. Crédit: L. Marin)


Table des matières

1. Orientations stratégiques ministérielles

1.1. Avis sur la majoration du contingent ASA dans les établissements de l’ESR

1.2. Avis sur les Orientations Stratégiques Ministérielles (OSM) 2024 : demande de publication sous forme de circulaire

2. Calendrier des travaux de la FS-SSCT MESR

3. Rapport de l’ISST

4. Points divers

4.1. Avis CROUS

4.2. Avis EHESS

4.3. Avis Université d’Orléans

Déclaration intersyndicale sur les “conditions de travail de notre instance” 

4.4. Avis d’alerte sur le fonctionnement de la formation spécialisée SSCT ministérielle de l’ESR

Déclaration intersyndicale sur les annonces du président Macron du 7 décembre 2023

Continuer la lecture

L’autonomie ne donne pas droit à déroger au code du travail !

Que fait la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche
pour la santé, la sécurité et les conditions de travail des agents ?

La Formation Spécialisée – Santé Sécurité et Conditions de Travail du CSA ministériel de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, à l’examen des bilans SST et AT/MP présentés en instance le 9 novembre, constate une dernière fois que les obligations réglementaires décrites notamment dans les décrets 82-453 et 2020-1427 ne sont pas respectées.

La Formation Spécialisée rappelle à la ministre les responsabilités des chefs d’établissement telles que prévues par le code du travail (art. L 4121-1 et 2), la directive européenne 89-391 (articles 5-6-7), et l’article 2.1 du décret 82-453 : déroger à ces obligations les expose à des poursuites civiles et/ou pénales. La ministre, pas plus que les années précédentes, ne peut se dédouaner de ses propres responsabilités à cet égard. Continuer la lecture

Ressentiments académiques

À quoi les ressentiments sont-ils bons ?
Quelques réflexions queer et féministes sur le militantisme à l’université


Tenir bon, tenir tête, être rabat-joie. Ìntroduction à la traduction

  • par Vanina Mozziconacci, maîtresse de conférences en philosophie, Université Paul Valéry Montpellier 3.

La rentrée académique est synonyme, pour plusieurs d’entre nous, d’appréhension, d’angoisses, de mal-être, de lassitude, et autres maux plus ou moins larvés. C’est pourquoi il m’a semblé pertinent de traduire1 quelques extraits d’un texte portant sur ces (re)sentiments2 et leur place dans nos mobilisations, au sujet desquelles il est nécessaire de reconnaître qu’elles ne sont pas uniquement traversées par des émotions dites « nobles » et/ou joyeuses. Si l’auteur conclut son article sur des pratiques de self-care (passages non traduits ici), ce texte m’inspire davantage des formes de conflictualités et de contre-attaques qui tendent à être « mal vues » car considérées comme étant des bassesses, des mesquineries ou des coups d’épée dans l’eau. En effet, à la lecture de ce texte, je ne peux m’empêcher de penser que face aux « violences académiques ordinaires3 », il faut parfois savoir suivre ses ressentiments : tenir bon lors des réunions pour installer et maintenir le malaise face à ceux et celles qui n’ont pas honte d’exploiter ou de brimer ; consigner par écrit (dans un RSST par exemple) avec acharnement même les injustices qui semblent sur le moment anecdotiques ; pratiquer le name and shame quand les mauvaises pratiques se répètent et persistent… bref, tout un tas de façons de « survivre au taf4 » qui n’ont pas l’éclat de la « belle colère » ou de la « joie militante », mais qui sont autant de façon de tirer le tapis sous les pieds et de faire trébucher au moins momentanément.

Extraits. […] L’article qui suit tisse ensemble deux fils de démonstration : l’un émerge des recherches scientifiques sur les affects politiques et l’autre provient des théorisations féministes et queer des émotions négatives. Je commencerai par considérer les façons dont la recherche a cadré l’utilité politique des émotions. Je repère deux tendances dans les travaux existants :

  1. les émotions négatives sont souvent utilisées pour opérer un diagnostic de problèmes politiques ; et
  2. les sentiments qui sont interprétés comme positifs et forts, tels que l’espoir ou l’optimisme, sont souvent perçus comme des ressources avec un potentiel politique, tandis que des sentiments faibles ou « mauvais », comme la dépression, la torpeur ou l’anxiété sont souvent écartés car considérés comme politiquement invalidants.

Le second fil de l’article est théorique : m’appuyant sur une vaste revue de littérature queer et féministe sur les affects, je défends l’idée selon laquelle nous, chercheuses, devrions nous défamiliariser des représentations du sens commun quant à ce que peuvent faire ou non les « émotions négatives ». En partant d’une lecture approfondie du travail de Cvetkovitch sur la dépression universitaire, je montrerai non seulement les limites de certains récits admis sur les liens entre affects et politique, mais également comment les ressentiments peuvent ouvrir la voie pour réparer et transformer.

Ressentir le néolibéralisme : les affects comme outil diagnostic

Cet article est inspiré par une question : en quoi les « mauvais sentiments » pourraient-ils être importants quand il est question de militantisme à l’université ? Peut-être que la façon la plus évidente de répondre à une telle question est de dire que les émotions négatives comptent parce qu’elles permettent un retour critique sur ce qu’il est en train de se produire dans la sphère politique. Observer des motifs de souffrance à travers différentes époques et parmi des groupes diversement positionnés pourrait être un enseignement utile pour les militantes quant à l’impact des réformes. Suivant cette compréhension des choses, l’affect constitue un diagnostic, et repérer la façon dont il se répartit peut nous aider à décrire un scénario politique. […]

Arbois, 2023. Crédit: Vanina M.

Continuer la lecture

  1. Je remercie chaleureusement James Burford de m’avoir autorisée à traduire gracieusement son texte. J’ai fait le choix du féminin neutre (generic she) pour le texte en français, suivant certaines pratiques en études féministes et plus largement dans la recherche contemporaine anglophone. Par exemple, activists, qui pourrait désigner des femmes et des hommes, est traduit par militantes. []
  2. Dans le présent texte, feeling(s) peut être traduit par émotions, sentiments voire ressentis en fonction du contexte. Bad feelings peut être traduit par ressentiments, émotions négatives ou encore sentiments mauvais. Comme on le verra, le terme est en réalité plus large que ces équivalents en français et peut renvoyer à des humeurs voire à des troubles de l’humeur puisqu’il est peut aussi bien être associé à la honte qu’à l’épuisement ou à la dépression. []
  3. Intitulé d’un dossier récent de la revue Mouvements (2023). []
  4. Les stratégies évoquées ici s’inspirent en effet de l’ouvrage de Marie Dasylva paru en 2022 aux éditions Daronnes. []

L’Université Grenoble Alpes (UGA) fête ses personnels…

… avec un stand “santé-Bien-être” et des activités sportives et ludiques.

Or, les personnels, elleux, demandent des collègues !!!

(qui pourront, l’année prochaine et les suivantes, faire la fête avec elleux, en passant !!!)

Cherchez l’erreur!

Boîte à outils Academia. Que faire face à la prédation académique ?

Le 2 avril 2023, Academia intervenait sur Twitter dans un échange autour de l’utilisation par un chercheur indépendant, dans un billet de son carnet Hypothèses, d’une image d’archive initialement partagée par une historienne sur son compte Twitter, utilisation qu’elle contestait vivement. La manière dont Academia est intervenu dans ce débat — un sondage Twitter invitant d’abord les lecteurs et lectrices à qualifier cette pratique, proposant une série d’options dont certaines clairement inadéquates pour le cas en discussion, puis à voter sur les manières d’agir dans ce genre de cas — a suscité des vifs désaccords dans la communauté de recherche sur Twitter, mais également au sein de la rédaction d’Academia. Cette intervention d’Academia s’inscrivait dans une autre temporalité, dont le télescopage avec celle de Twitter et du débat en cours a contribué à la fois à biaiser la question soulevée par l’échange initial et à rendre inaudible depuis où parlait Academia : cette temporalité, c’est celle d’une réflexion menée depuis longtemps par Academia autour des formes de prédations académiques, considérées comme un continuum de pratiques dont chacune impose à la victime de trouver les moyens d’agir et de se défendre. Nous revenons donc à une temporalité plus adéquate, celle du carnet, pour exposer les fruits de cette réflexion. Un autre billet, en cours de finalisation, reviendra bientôt sur la notion de “prédation académique”.

Que faire quand vous sentez que votre travail est l’objet de prédation scientifique ? Academia se demande depuis longtemps comment assister utilement les lectrices ou lecteurs qui contactent la rédaction à la suite de grossières affaires de plagiat ou de sensation d’appropriation indue, gênante mais qu’il est plus difficile à qualifier. Après de nombreux échanges à ce sujet depuis au moins trois ans, voici les propositions que nous faisons.
 
Ces propositions sont appelées à être discutées et, bien évidemment, amendées. N’hésitez pas à revenir vers nous avec des suggestions.
 
En attendant la stabilisation des conseils ci-dessous, nous ne pouvons que vous conseiller de lire Survivre au taf, de Marie Dasylva (Éditions Daronnes, 2022) pour la qualité de la réflexion théorique et pratique en matière d’auto-défense des personnes minorisées. Il ne vous étonnera pas qu’un tiers du livre — soit les chapitres 2 [Vincent], 3 [Josepha] et 9 [Myriam] — concerne l’enseignement supérieur.
 

1. Ne restez pas seul∙e et ne culpabilisez pas

Parlez-en à vos proches, à votre syndicat1, etc. en leur demandant d’élaborer avec vous la stratégie de défense. Fiez-vous à votre intuition : si vous ressentez du malaise, c’est qu’il y a sans doute un problème qui n’est pas lié à votre “personnalité” mais qui est bien d’ordre professionnel. Cela vaut — nous insistons sur ce point — même si vous travaillez à titre gratuit ou à des fins diplômantes (Master ou doctorat). Vous n’êtes aucunement responsable des manquements déontologiques ou des comportements prédateurs. Si vous vous sentez trop isolé∙e, prenez attache avec Olade, l’Observatoire des libertés académiques et du droit d’étudier (contactATolade.fr) ou avec OALA, Observatoire des atteintes aux libertés académiques (observatoireoalaATgmail.com), qui vous orienteront.
 

2. Documentez la prédation

Garder une trace ce ce que vous jugez être des atteintes à votre travail est important à double titre : tout d’abord, cela permet d’objectiver et de mettre à distance des comportements maltraitants ; ensuite, cela permet de construire une archive des phénomènes observés, indispensable pour vous défendre efficacement par la suite.

Achetez-vous un cahier et notez : quand et comment vous avez remis votre travail non publié à ladite personne ; quand vous avez présenté vos idées en colloque ; comment la personne a cherché à gagner votre confiance ; comment après vous avoir pillée, elle n’a eu de cesse de vous dénigrer publiquement, etc. Il s’agit quelque fois de comportements particulièrement malins, consistant à vous isoler d’autres personnes, pareillement objets de prédation, à vous rabaisser de façon à ce que vous cessiez de croire en vous et en la qualité de votre travail.

Le plus impressionnant touche sans doute à la fraternité masculine, qu’a étudiée Natalie Zemon Davis dans « Les femmes et le monde des Annales » (1992), consistant à nourrir un entre-soi citationnel, après un geste initial d’appropriation créditant une collègue féminine : le travail initial perd ainsi toute référence au travail original, engendrant un effet Matthieu bien connu2.

Ce travail de documentation peut passer par constat d’huissier, mais cela est coûteux et peut ne pas apporter davantage de valeur de preuve. Pour ce qui est des captures d’écran, il est suggéré de passer par The Wayback Machine de Internet Archive, considérée comme plus solide par la justice.
https://www.flickr.com/photos/macahanc6r/7097695125/in/photolist-bPcxtT-Gavyks-6kjeTK-fy8Ek-28x5ro-pXLc1X-65CF9e-83772-bRNSye-o5gaLx-6a6ZLx-FpVzJ1-6CEiZs-o29mo2-bXE1m1-e2Mt31-4pzraL-21Aki-Z5E5io-65spaU-5ZfPvh-xTUA5-5Je7DW-7ieQ6c-gGdKD-6EbK9F-3H5B2K-co32sU-5rFgsq-dGAfqw-cjj7Fh-s1tEW7-7LULwM-2zp1p7-5L1Hii-7MfkLU-aSjxS6-9AwFzD-e97R1p-atN9MP-29pNo-5mF9Lm-kGUDJM-Gsfqq-ZqAskQ-4QJb6-EPoXY-edmQcr-d27R15-9uUYu

Adenium (Desert Rose), par Anne HS, 2018

Continuer la lecture

  1. Syndiquez-vous ! []
  2. Sur l’effet Matthieu, consistant à donner davantage de crédits symboliques ou financiers à un nombre limité d’hommes, voir Robert K. Merton, « The Matthew Effect of Science », Science, vol. 159, n° 3810 (1968), p. 56‑63 — qui s’approprie ainsi les résultats de la sociologue Harriet Zuckermann, sa jeune collègue à Columbia University. Dans l’ère néolibérale des appels à projets, voir également Bol Thijs, de Vaan Mathijs et van de Rijt Arnout, 2018, « The Matthew effect in science funding »,. Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 115, n° 19, p. 4887‑4890. []

Comment réduire les risques de transmission du COVID-19 dans nos universités et nos laboratoires

  • par le collectif CASPER, initialement publié sur le site REHF, 3 avril 2023

Nous, CASPER (Collectif Auto-défense Santé Publique EsR), sommes un collectif de membres de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, basé en France. Nous faisons appel à nos laboratoires, universités, collectifs de recherche et collègues de travail, et demandons des mesures de réduction des risques simples et efficaces, face à la circulation du COVID-19 et de ses variants dans nos espaces professionnels1. L’état de l’art de la recherche internationale et interdisciplinaire sur le COVID-19 est très clair2.

  1. Le COVID-19 s’attaque durablement à l’ensemble de l’organisme: cellules T, cruciales pour l’immunité, durablement détruites ; microclots qui touchent à tous les organes vitaux… Les conséquences du COVID sont donc d’une part la mortalité durant l’infection et une surmortalité après infection, d’autre part les maladies chroniques durables et handicapantes3. L’ensemble de ces facteurs, auquel s’ajoutent la surcharge des systèmes de soins médicaux et la casse de l’hôpital public, explique la surmortalité.
  2. Le COVID-19 est aéroporté et se transmet principalement par aérosols. Se laver les mains ne protège pas du COVID-19, seul le renouvellement de l’air4 et les protections respiratoires empêchent sa circulation.
  3. Le plus de personnes sont infectées au COVID-19, le plus celui-ci développe des variants face auxquels les vaccins et traitements à disposition sont de moins en moins efficaces5.

Le COVID est donc un risque majeur de santé publique, face auquel notre responsabilité de chercheurs et de chercheuses est grande. On observe une surmortalité durable depuis 2020 en France et au-delà. Il est également un risque au quotidien pour nos collègues fragiles (ou pour notre entourage privé), mais également pour tout un chacun : entre autres, les séquelles telles les COVID longs, l’augmentation des risques d’Alzheimer précoce, d’AVC et de diabète sont susceptibles de toucher tout le monde y compris des personnes jeunes, sportives et en excellente santé. Nous savons aussi que le COVID long produit souvent une baisse des fonctions cognitives, ce dont de nombreux collègues peuvent témoigner.

le texte alternatif de l'image : Des tranches d'emmental parallèles figurent les différents filtres permettant de se protéger du Covid-19, des responsabilités individuelles (masques, vaccins, isolement...) jusqu'aux responsabilités relevant de l'Etat et de la société (qualité de l'air, politique de santé publique...). Le virus passe à travers certains trous mais est arrêté par la tranche suivante. Une petite souris de la désinformation grignote le fromage.Nous savons que la pandémie de COVID-19 n’est pas près d’être finie. Notre responsabilité collégiale, pédagogique, scientifique et institutionnelle nous appelle à mettre en place des mesures de réduction des risques au sein de nos universités, laboratoires, groupes de travail, réseaux et collectifs de recherche. Les conférences ((Christie Aschwanden, “How ‘Superspreading’ Events Drive Most COVID-19 Spread”, The Scientific American, 23 juin 2020.)) et l’enseignement en présentiel sont deux contextes de diffusion massive du virus dans l’ESR, de réinfections multiples du personnel enseignant et étudiant, des chercheurs et chercheuses6.

Continuer la lecture

  1. La pandémie de COVID-19 n’est pas terminée, même si la raréfaction progressive des tests de dépistage depuis 2022 baisse sensiblement les incidences connues. La surmortalité continue d’augmenter début 2023 (voir les chiffres par pays, d’après l’OMS ou The Economist.). []
  2. Escandón K, Rasmussen AL, Bogoch II, Murray EJ, Escandón K, Popescu SV, Kindrachuk J. COVID-19 false dichotomies and a comprehensive review of the evidence regarding public health, COVID-19 symptomatology, SARS-CoV-2 transmission, mask wearing, and reinfection. BMC Infect Dis. 2021 Jul 27;21(1):710. doi: 10.1186/s12879-021-06357-4. []
  3. Astin R, Banerjee A, Baker MR, Dani M, Ford E, Hull JH, Lim PB, McNarry M, Morten K, O’Sullivan O, Pretorius E, Raman B, Soteropoulos DS, Taquet M, Hall CN. Long COVID: mechanisms, risk factors and recovery. Exp Physiol. 2023 Jan;108(1):12-27. doi: 10.1113/EP090802. []
  4. Stabile L, Pacitto A, Mikszewski A, Morawska L, Buonanno G. Ventilation procedures to minimize the airborne transmission of viruses in classrooms. Build Environ. 2021 Sep;202:108042. doi: 10.1016/j.buildenv.2021.108042. []
  5. Wang Q, Iketani S, Li Z, Liu L, Guo Y, Huang Y, Bowen AD, Liu M, Wang M, Yu J, Valdez R, Lauring AS, Sheng Z, Wang HH, Gordon A, Liu L, Ho DD. Alarming antibody evasion properties of rising SARS-CoV-2 BQ and XBB subvariants. Cell. 2023 Jan 19;186(2):279-286.e8. doi: 10.1016/j.cell.2022.12.018. []
  6. Institut de France, Académie des sciences : « Protocole sanitaire : étendre rapidement l’usage des détecteurs de CO2 aux locaux d’enseignements ». Fiche complémentaire à l’Avis rendu par l’Académie des sciences le 11 juin 2021. Mise à jour au 30.11.2021. Consulté le 10 mars 2023. []

Suicides des étudiant·es. Aux vrais problèmes, les vraies solutions

AVANT

AVANT – Tweet de @VontBien, 16 janvier 2021

APRÈS

APRÈS – Tweet de @VontBien, 16 janvier 2021. Source: MESRI  (nombre d’étudiant·es) et Ministre (80 psychologues annoncés), arrondi favorable à la Ministre

Tweet d’@irisameha, 16 janvier 2021

Atelier d’art thérapie — Soigner l’Université

Correspondance dans une université parisienne

Proposition de Serge*1

Il y a quelque chose de possible, c’est de mettre en place un atelier de peinture. Je ne sais pas quelles sont les disponibilités de salles d’atelier à l’UFR αω le soir, mais ce que je sais, c’est que la couleur est un anti-dépresseur extrêmement puissant. Mes étudiant·es qui ont souvent touché à pas mal de cames me le font souvent remarquer. Matisse disait qu’il y avait un paradis dans la couleur, mais c’est vrai. La couleur c’est de la lumière, et comme la vie a besoin de lumière, dès que l’hiver arrive, les gens vont mal. Alors avec un confinement hivernal… Moi quand ça ne va pas, je peins. Et comme ça ne va jamais, je peins tout le temps. Du coup la couleur est devenue l’espace où je vis, ma terre promise et mon salut. Sans ça, je ne serai certainement plus là pour vous en parler.Il suffirait que chacun vienne avec une boîte d’huiles ou des aquarelles et quelques autres produits que je vous indiquerai. La térébenthine c’est une drogue qui ne coûte pas très cher et ça pourrait faire tenir chacun.e jusqu’à la lumière du printemps. Les étudiant·es pourraient venir ainsi que les prof·es  qui en ont envie. De toute façon devant la couleur, la peinture, la création, tout le monde est à égalité, nu comme Adam et Eve au paradis. S’il y a des volontaires et qu’on trouve une salle, je peux trouver trois heures par semaine pour vous initier à ce genre de shoot. Il y a une accoutumance c’est sûr, mais c’est sans danger pour la santé.
Pour aider les étudiants à acquérir le matériel, il faudrait trouver un petit budget. (je crois qu’on peut trouver pour 20€/ 25€ environ des tubes d’huiles pas trop chers) Pourquoi l’huile ? Parce que ce sont des sensations qui n’ont rien à voir avec l’acrylique. Si ça vous dit. On peut faire quelque chose d’un peu autogéré. Sans dieu ni maître mais où chacun pourra reprendre des forces au paradis. En plus la peinture c’est bien, parce que quand on peint on peut se parler, et ça fabrique des endorphines.
Amateures et amatrices de paradis artificiels, on monte une salle de shoot?

Serge*

Réponse de la direction de l’UFR  à quelques personnes — mercredi 13 Janvier, 15:24

Cher Serge, j’y suis personnellement tout à fait favorable, et je trouve même que ce serait indispensable. Hélas, le gouvernement ne nous autorise pas à mettre cela en place, il a du reste interdit les cours de dessin pour le personnel Biatss lors du premier semestre, sachant que les seuls usages autorisés en ce moment à l’université sont les usages pédagogiques inscrits dans la maquette officiellement et purement à l’attention des étudiants. Le prétexte sanitaire nos coupe les ailes systématiquement,

bien à toi, Jean-Luc*

Ça s’est poursuivi comme ça :

Chers ami·es,

j’ai proposé un atelier de peinture à l’usage des profs, étudiants, biatss.

On me répond que c’est impossible. (ci-dessous l’échange de mail avec la direction de mon UFR). Y aurait-il des lieux à Université α qui puissent accueillir ce genre d’initiative ou est-ce qu’on va être condamné à regarder nos étudiant·es , et nos camarades se laisser cabosser l’existence et se suicider sans qu’on puisse rien y faire?

Derrière les jérémiades du gouvernement, il y a la réalité d’une non assistance à personne en danger évidente. S’il y a une direction élué cet après-midi, il faudra qu’elle se prononce rapidement sur la poursuite de ce légitimisme suicidaire.

Serge*

Affiche, 2021

  1. *Les prénoms ont été anonymisés. []

Avis votés à l’unanimité lors de la séance extraordinaire du CHSCT MESR du 18 décembre 2020

Deux avis ont été votés à l’unanimité lors de la séance du CHSCT MESR du 18 décembre 2020 : un avis sur la reprise des cours en présentiel en présentiel début janvier 2021 et un avis sur le risque grave pour la santé ou la sécurité des agents.

Ce CHSCT MESR a été convoqué le 16 décembre au soir pour une réunion le 18 décembre à 15h00. Le document “projet de circulaire” est parvenu le 17 décembre à 18h00. Les établissements avaient déjà reçu une lettre de Mme Vidal le 17 décembre 2020, qui donnait les grandes lignes de cette circulaire, pour une rentrée le 4 janvier, après les congés de fin d’année, généralement chômés.

Plutôt que de venir présider le CHSCT ministériel à 15h00, Mme Vidal  était en train de déjeuner avec le président de la CPU, selon son agenda. «À 15h, elle devait en être au dessert », fait alors remarquer un·e membre du CHSCT MESR, exaspéré·e. Pour ce CHSCT, les membres avaient demandé que leur soient présentés les moyens
et les mesures sanitaires que le ministère comptait mettre en oeuvre. #ResistESR


Avis N°1 sur la reprise des cours en présentiel début janvier 2021

Il est nécessaire de sortir au plus vite les étudiants de leur isolement confiné, tant la souffrance est grande. Mais la reprise doit être programmée, après que les travaux indispensables aient été effectués d’urgence, avec un calendrier et un échéancier précis pour leur donner une visibilité sur la poursuite de leurs études. Il semble indispensable que les établissements disposent des moyens et de la stratégie permettant des dépistages massifs et rapides afin de prévenir immédiatement tout début de contamination chez les étudiants comme chez les personnels. Le 7 janvier ce sera exactement 7 jours après le réveillon de la nouvelle année, soit la période d’incubation du virus. Il ne faut pas créer la possibilité d’une vague de Covid-19 nouvelle dès l’ouverture des établissements.

Pour ce CHSCT ministériel, nous demandions la présentation des moyens que vous comptez engager pour une rentrée universitaire au plus tôt :

Continuer la lecture

Joyeux Noël et bonne année : la circulaire de rentrée et les franchises universitaires

Ce dimanche 20 décembre, le ministère de l’Enseignement supérieure, de la Recherche et de l’Innovation a rendu publique sa circulaire de rentrée.

Sous la signature d’Anne-Sophie Barthez (DGESIP), cette circulaire expose les conditions d’une « reprise progressive des enseignements au sein des universités et des écoles » à partir du 4 janvier 2021.

Joyeux Noël et bonne année.

L’ordre des priorités selon le ministère

Le dispositif s’organise selon plusieurs plans. Sur le plan des enseignements, d’abord, trois situations sont distinguées :

  • À partir du 4 janvier prochain, des étudiant·es identifié·es comme « les plus fragiles » pourront être accueilli·es « sur convocation » et « en petits groupes de dix ».
  • À partir du 20 janvier au plus tôt, les TD des étudiant·es de première année devraient pouvoir reprendre.
  • Pour tout le reste, en revanche, l’enseignement à distance reste la règle, sauf, comme c’était le cas jusqu’ici, « à titre dérogatoire », pour les enseignements « dont le caractère pratique rend impossible de les effectuer à distance ». Dans ce dernier cas, une autorisation de l’État est nécessaire, délivrée par le recteur de région académique.

Toutes ces précautions tombent en revanche dès qu’il est question des examens. La circulaire se garde d’en dire un mot, mais renvoie à la « foire aux questions » qui l’accompagne (p. 16-17). Dans cette FAQ, le choix est net et précis : pour les examens, tout est possible :

  • Les examens n’ont pas à être annulés ou reportés,
  • Ils peuvent se tenir, eux, en présentiel, pour les mêmes raisons sans doute que les enseignements ne le peuvent pas,
  • Les universités ont « le droit d’imposer la tenue d’examens en présentiel » aux étudiant·es,
  • Il est possible d’« orienter » les étudiant·es « manifestant ou déclarant présenter des symptômes (toux, fièvre, etc.) en cours d’épreuve » vers une « salle dédiée », dans laquelle les symptomatiques pourront poursuivre leurs examens tou·tes ensemble.

Louis & Tom Lefèvre, “La pluie”, 2017

Quant aux conditions matérielles dans lesquelles ces enseignements et ces examens se feront sur site, enfin, rien n’est dit. RogueESR avait pourtant fait des propositions, notamment sur le plan de la ventilation des lieux collectifs. La réponse officielle du ministère vient donc de tomber : ce n’est pas son problème.

*
*   *

Dans cette circulaire, les choses ont donc le mérite d’être claires.

Comme pour de nombreux autres sujets, l’épidémie de covid-19, par les hiérarchies qu’elle impose, joue le rôle d’implacable révélateur des convictions profondes de nos gouvernant·es. On savait déjà que l’accès aux salles et aux amphithéâtres des universités – tout comme l’accès aux salles de spectacles, aux cinémas ou aux musées – était moins prioritaire que les achats de Noël ou, d’ailleurs, que les bonnes franquettes entre hommes à l’Élysée. On sait désormais que la première des urgences n’est pas de panser les plaies, de prendre les mesures économiques et sociales devenues d’ordre vital et de laisser tout le monde souffler un peu, mais de se précipiter dans les examens en présentiel à la sortie des congés de Noël, puis d’embrayer sans attendre sur le second semestre à distance.

De quel droit cette circulaire ?

Nous ne commenterons pas ces choix. Ils parlent d’eux-mêmes. La seule vraie question qui se pose désormais est celle de savoir ce qui autorise la ministre à les faire. Car, au fond, de quel droit la ministre ouvre-t-elle ou ferme-t-elle les vannes d’accès aux universités au rythme où elle l’entend ? À quel titre peut-elle décider que nos universités s’ouvriront pour dix étudiant·es par-ci, pour les premières années par-là, et pour tout le monde dès qu’il est question d’examens ?

Continuer la lecture

Lettre d’un étudiant : exaspération, résignation et colère

« Ce que je souhaite, c’est que l’on trouve un discours commun, motivant, pour que l’action puisse naître, collectivement et intelligemment : etudiant·es, et enseignant·es…». Colère d’un étudiant pour qui l’université doit être un contre-pouvoir intellectuel

Bonjour,

Je viens vers vous concernant un sujet et un contexte qui semblent progressivement se dessiner…
Il s’agit du second semestre, et le passage en force (par “force” je veux dire: avec abstraction de tout débat avec les principaux acteur·ices concerné·es, post-contestations en 2019) de la loi LPR qui, il me semble, soulève une opposition d’ensemble de la part des syndicats enseignants universitaires (étant salarié, je suis sur la liste de diffusion de l’université).
Aussi je viens vers vous concernant le deuxième semestre, qui risque de faire comme le premier : on commence en présentiel, puis on est reconfiné un mois et demi après. Bien entendu, je ne suis pas devin, mais la politique de ce gouvernement est assez facile à lire, je crois.
Quelle opposition est possible, concrètement ? Car, loin d’aller dans des débats philosophiques, la solution d’urgence du numérique est certainement excusable, sauf lorsque cela tend à s’inscrire dans les mœurs et qu’elle ne questionne pas “l’après”, mais qu’elle le conditionne. Or, je ne suis pas sûr qu’il soit sain d’envisager la transmission de savoirs d’une manière aussi arbitraire et insensée dans la durée, et qu’en l’absence de projet politique, cela semble devenir une réponse normée aux différentes crises prévues.
J’ai la chance d’avoir un jardin, une maison, de l’espace, de pouvoir m’indigner de ceci car j’ai moins de contraintes, et de l’énergie mentale préservée de par un “capital culturel”. Ce n’est pas le cas d’autres, qui sont bloqué·es dans un 9 m2 depuis deux mois.
Je ne veux pas me prononcer en le nom des autres étudiant·es, mais je peux affirmer que l’exaspération du distanciel et la validation de cette loi (ainsi que les autres, soyons francs) sont en train de soulever un dégoût assez fort. C’est très usant, d’être le dernier maillon d’une chaîne qui se dégrade, sous prétexte que “le distanciel fait l’affaire en attendant” alors même que rien n’est fait en profondeur pour améliorer le système de santé public, ni aucun, sinon l’inverse (l’on parle encore de réduction de lits en 2021 dans l’hôpital public). Je suis pour la solidarité nationale, mais celle-ci n’envisage aucune réciprocité. Et nous les “jeunes” sommes les bizus assumés du monde qui est en train de s’organiser.
Et cela commence à peser sérieusement sur les promotions.

(…)

Je suis convaincu que personne n’apprécie la présente situation, comme j’ai l’impression qu’il n’y aura pas 36 000 occasions d’empêcher les dégradations générales du service public. Et je crains que, par l’acceptation de ce qui se passe, l’on avorte les seules options qu’il reste.
Je suis désolé de ce message, d’exaspération, de résignation, de colère.

Charles Le Brun, La Colère (credit: Bardadrac)

J’ai choisi l’université française pour les valeurs qu’elle portait, pour la qualité de son enseignement, la force des valeurs qu’elle diffusait, la symbolique qu’elle portait sur la scène internationale et sa distance avec les branches professionnelles. Et j’ai l’impression que tout ce qui se passe nous condamne un peu plus, alors que la loi sécurité globale élève un peu plus la contestation, et que le gouvernement multiplie ses erreurs, en s’attaquant à trop de dossiers épineux en même temps. N’y a t’il pas un enjeu de convergence pour rendre efficace l’opposition et la proposition ?
L’université n’est pas un bastion politique mais elle a de tout temps constitué un contre-pouvoir intellectuel se légitimant lors de dérives non-démocratiques, ou anti-sociales. Lorsqu’une autorité n’a que des positions dogmatiques, se soustrait de tout débat essentiel, d’acceptation de la différence (ce qui fait société!), n’est-il pas légitime de s’y opposer ?
Nous, on se prend le climat, l’austérité qui arrive, la fragilisation de la sécu, des tafta, des lois sur le séparatisme, des policier·es décomplexé·es (minorité) qui tirent sur des innocents et sont couverts par des institutions qui ne jouent pas leur rôle arbitraire, on se fait insulter d’islamo-gauchistes sur les chaînes publiques parce qu’on porte certaines valeurs humanistes. J’avais à cœur de faire de la recherche car la science est ce qui nourrit l’évolution et garantit la transmission de la société, la rendant durable, je ne le souhaite plus. À quoi ça sert d’apprendre des notions de durabilité alors qu’on s’efforce de rendre la société la moins durable possible en pratique ?
Que peut-on faire concrètement ? Ne nous laissez pas tomber, s’il vous plaît. Nous sommes et serons avec vous.
Vous, enseignant·es, que vous le vouliez ou non êtes nos “modèles”. Les gens se calquent toujours sur leurs élites, sur leurs pairs.
Vous êtes concerné·es aussi : les institutions vont commencer à faire la chasse aux sorcières dans les corpus universitaires si les dérives autoritaires se banalisent.

Burning of three “witches” in Baden, Switzerland (1585), by Johann Jakob Wick

L’orientation du débat public et la “fachisation” d’idéaux de société va inéluctablement faire en sorte que les enseignant·es soient en ligne de mire pour les valeurs qu’iels diffusent. C’est déjà en cours à la télé, des député·es banalisent ce discours.
N’est-il pas du devoir des intellectuel·les d’élever le niveau du débat en portant des propositions ?
Je ne suis pas syndiqué, pas engagé dans un parti, et je me sens libre de vous écrire ceci ; et je l’assumerai.
Ce que je souhaite, c’est que l’on trouve un discours commun, motivant, pour que l’action puisse naître, collectivement et intelligemment : étudiant·es, et enseignant·es.
Avec tout mon respect, fraternellement, et en considérant la difficile situation que vous-même vivez.
Un étudiant en M1
2 décembre 2020