VSS, discriminations, harcèlement : acquérir le réflexe “accident de travail”

En ce lendemain de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes et leur mémoire, signalons un nouvel outil qui vient d’être mis à disposition par le MESR pour lutter efficacement contre les violences et les discriminations dans l’enseignement supérieur et la recherche, dans ses OSM 2024 (1°):  aux dispositifs existants — registre SST (2°), instruments dédiés (cellules d’écoute, référent·es) (3°) — il est proposé de recourir systématiquement à l’accident de travail ou de service (4°), afin de pouvoir procéder à une enquête paritaire (5°).

Desert Botanical Garden (Phoenix, AZ). Détail. Crédit: Casey Myers, 2009

Chaque année, la Formation spécialisée Santé-Sécurité au travail du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche (FS-SSCT MESR) publie des Orientations stratégiques ministérielles en matière de politique de prévention des risques professionnels (OSM) Les OSM pour l’année 2024 viennent de paraître. La lettre d’accompagnement du Ministère précise que : « Les chefs d’établissement et de service sont invités à prendre en compte les priorités ministérielles définies dans le présent document dans leurs programmes annuels de prévention »1. Academia a fait paraître la table des matières des OSM 2024 — qui fait défaut au document actuel et qui pose même un problème d’accessibilité — et invite lecteurs et lectrices à en prendre connaissance, afin de se former un minimum à la prévention dans l’ESR.

Les OSM 2024 précisent plusieurs dispositions concernant la prévention des violences, harcèlement, de discriminations et d’agissements sexistes (VDHAS), dans son titre V de la deuxième partie, mais aussi dans son point II.2.

Continuer la lecture

  1. L’envoi aux représentant·es du personnel de la FS-SSCT des OSM 2024, qui sont parvenues mi-février aux chef·fes d’établissement est bon test de la préoccupation de votre présidence pour la santé au travail. []

Santé & sécurité au travail : les OSM 2024 sont arrivées !

Chaque année, la Formation spécialisée Santé-Sécurité au travail du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche (FS-SSCT MESR) publie des Orientations stratégiques ministérielles en matière de politique de prévention des risques professionnels (OSM). Par ce document, la FS-SSCT MESR entend  faire des préconisations générales et pratiques de prévention, au terme d’un an d’alertes à la santé, à la sécurité et aux conditions de travail des agent∙es dans l’enseignement supérieur et la recherche. Les OSM « constituent des priorités nationales que chaque établissement doit adapter dans son programme annuel de prévention. Elles découlent d’une réflexion engagée avec les membres [de la FS-SSCT MESR] et des] à partir des rapports annuels et des travaux thématiques effectués dans les groupes de travail ». Sur le site du Ministère, on trouve ainsi les OSM pour les années 2019, 2020, 2021, 2022 et 2023. Les OSM pour l’année 2024 viennent de paraître. La lettre d’accompagnement du Ministère précise que : « Les chefs d’établissement et de service sont invités à prendre en compte les priorités ministérielles définies dans le présent document dans leurs programmes annuels de prévention » : les représentant·es du personnel auront une assez bonne idée de l’intérêt de leur présidence pour la santé & la sécurité au travail par la bonne diffusion de ce document au sein de la FS-SSCT.  Nul n’est censé ignorer le contenu de ce document Nul — les présidences d’université encore moins : parcourez-le en FS-SSCT, dans vos UMR, vos départements.

Table des matières des OSM 2024

Première partie : Enjeux stratégiques pour l’année 2024

I- Faire vivre la formation spécialisée du comité social d’administration (FS-SSCT)

I.1 – Proposer une formation à l’ensemble des membres des formations spécialisées

I.2 – Faciliter l’utilisation du contingent d’autorisations d’absence accordées au titre du mandat en formation spécialisée (arrêté du 25 mai 2023)

I.3 – Reconnaître les prérogatives opérationnelles des formations spécialisées,

notamment les visites de sites et les enquêtes suite à des accidents de service ou des maladies professionnelles. Ces prérogatives s’appliquent également aux usagers pour l’analyse des risques auxquels ces derniers peuvent être exposés, en application du décret n°2023-1068.

I.3.1 – Les visites réalisées par la formation spécialisée : « Une formation à la conduite des visites peut être donnée aux représentants du personnel membres de la formation spécialisée, conjointement avec les représentants de l’administration susceptibles de participer à ces- visites »
I.3.2 – Les enquêtes AT/MP de la formation spécialisé: « Cette enquête ne doit pas rechercher d’éventuelles responsabilités mais a pour objectif d’identifier les facteurs de risques professionnels ayant pu contribuer à la survenue de l’accident ou de la maladie afin de proposer des mesures de prévention des risques professionnels et d’amélioration des conditions de travail ».
« Les chefs d’établissements veilleront à informer les agents des procédures et des droits attachés au congé d’invalidité temporaire imputable au service (Citis) à l’occasion de chaque déclaration d’accident ou de maladie, en leur transmettant un document d’information reprenant les informations des guides ministériels dédiés annexés aux présentes OSM ».

II- Protéger les agents dans l’exercice de leurs missions

II.1 – Protéger les personnels de toutes les formes de menaces
II.2 – Prévenir et traiter toutes les formes de violences, de harcèlement, de discrimination et d’agissements sexistes (VHDAS)

https://www.flickr.com/photos/vanhoosear/4450181016/in/photolist-7MfkLU-9Q68FH-cjiZBS-6JVuiN-G5YKaH-6MbH5M-5PKZv9-rKZHJY-F43Foa-e95B-4Fez-ntZiJA-bUngKm-an1YGy-Ht9CKP-23RaZ1r-bxFnQh-gBzYp-2dRCgiy-gBzYt-hKLYm-mQPHKf-JKu2hC-LKVuTZ-qKCra2-2B7JUS-gi8E6-VGTDkk-JaRJ2H-EUcXQT-UKi3Uf-4SaVse-LD9mha-A3Qtbm-sgvLii-bChQ4f-oHH9rG-6crgki-5c9Qca-bJ9LMi-otfjDh-2aHBa-21FEaq-2ep3PW-4U58rn-HiVJ-9C3AcK-G8X54G-oKtbii-27stnKT

Palm Desert, CA. Credit:
Todd Van Hoosear, 2010

Continuer la lecture

FS-SSCT MESR, 8 décembre 2023. Avis et déclarations

Academia a obtenu en avant-première les avis et déclarations votés par la FS-SSCT ministérielle de l’ESR, qui seront bientôt publiés sur le site du Ministère et envoyé aux établissements. La FS-SSCT ministérielle de l’ESR succède au CHSCT-MESR.

Formation Spécialisée en Santé Sécurité et Conditions de Travail ministérielle
de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche
séance plénière du 8 décembre 2023


Déclaration intersyndicale
sur les annonces du président Macron du 7 décembre 2023

Au lendemain des annonces du président de la République, nous alertons sur les répercussions qu’une mise en œuvre de ces annonces auraient sur la santé des agent·es de l’ESR. Ces derniers sont déjà épuisés par l’enchaînement depuis 20 ans de réformes et de restructurations (LRU, ORE, LPR au plan national, regroupements d’universités en COMUE puis en EPE au plan local, INSPE, fusion d’EPST…), menées sans moyens dédiés. Même les budgets de la LPR ont été absorbés par l’inflation de ces dernières années. Le calendrier est d’autant plus irréaliste que d’autres réformes déjà engagées par l’État impactent le fonctionnement des universités et des organismes de recherche telles celles de la formation des enseignant·es, IUT, fusions ASN-IRSN. Le personnel souffre d’une désorganisation permanente et de procédures administratives de plus en plus complexes du fait des réformes et de la multiplication des statuts (CDD, CPJ, généralisation des CDI, etc.). Le président Macron leur promet d’en rajouter une couche avec plus de projets et plus de précarité, en faisant l’impasse sur les êtres humains qui font tourner les établissements de l’ESR. La FS-SSCT du MESR souligne que ces projets sont éminemment porteurs de nouveaux risques sur la santé des personnels et l’organisation de leur travail.

E. Macron à  l’Elysée, devant plus de 300 représentant-es de l’ESR. Crédit: L. Marin)


Table des matières

1. Orientations stratégiques ministérielles

1.1. Avis sur la majoration du contingent ASA dans les établissements de l’ESR

1.2. Avis sur les Orientations Stratégiques Ministérielles (OSM) 2024 : demande de publication sous forme de circulaire

2. Calendrier des travaux de la FS-SSCT MESR

3. Rapport de l’ISST

4. Points divers

4.1. Avis CROUS

4.2. Avis EHESS

4.3. Avis Université d’Orléans

Déclaration intersyndicale sur les “conditions de travail de notre instance” 

4.4. Avis d’alerte sur le fonctionnement de la formation spécialisée SSCT ministérielle de l’ESR

Déclaration intersyndicale sur les annonces du président Macron du 7 décembre 2023

Continuer la lecture

Vous en aviez rêvé : le Guide « Pour des colloques inclusifs » 2023 du Ruche !

Le RUCHE, Réseau Universitaire des Chercheurs et Chercheuses en Histoire Environnementale, est un réseau pluridisciplinaire réunissant des personnes originaires de diverses universités et autres établissements d’enseignement supérieur ou secondaire, ou intéressé-e-s par l’histoire environnementale. Lors de l’assemblée générale de l’association de décembre 2022, certain·es membres ont exprimé leur difficulté à atteindre la parité ou une meilleure diversité dans le programme final d’un colloque ou la table des matières d’une publication et ce, malgré leur bonne volonté.

En réponse à ce constat, le groupe de travail « inclusivité » du RUCHE a rassemblé de la documentation et recensé plusieurs pistes pour atteindre une meilleure inclusivité lors de l’organisation de colloques. Ce document entend par inclusivité l’attention envers l’ensemble des inégalités sociales et des discriminations, notamment — et non exclusivement — les questions de genre et d’avancement de carrière.

 → Pour télécharger le  Guide « Pour des colloques inclusifs » 2023 du RUCHE ←

Ce guide a vocation à être diffusé le plus largement possible, n’hésitez pas à le disséminer, lors de colloques ou via vos réseaux de recherche et dans vos institution, mais également à faire des retours et faire connaître vos suggestions au groupe !

https://www.flickr.com/photos/mmechtley/2205859730/in/photolist-4mVBfj-Uicv6D-U1YyvD-Ywpg2d-gc9t77-TPr5VH-TqXpFW-HgYFV-PhwCRk-gc9uif-49ZEqw-aWj47e-gc9HJ5-gc9FPy-VhentC-SMg3jx-gca2PF-SMgaje-QHiumJ-gc9opT-WkaGj4-gc9ZR2-t7LphC-vhgWxk-gc9Fxb-gc9qQo-ZB6nuP-2oJGKhe-6egoF4-rA6WY4-MJXotN-QHiudC-rfGa2J-9ktW9N-2nD5Cb5-2nD4qMu-rH3Hs5-9YVoZL-RtvHvw-Zyhav5-2fixZ5y-844P6n-2bJZGkJ-nrnR5L-2bJZGC7-QHiuhL-npBz21-nrnDGe-2a5vb37-6Rx5Hk

Crédit:
Mira Mechtley, 2008

L’autonomie ne donne pas droit à déroger au code du travail !

Que fait la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche
pour la santé, la sécurité et les conditions de travail des agents ?

La Formation Spécialisée – Santé Sécurité et Conditions de Travail du CSA ministériel de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, à l’examen des bilans SST et AT/MP présentés en instance le 9 novembre, constate une dernière fois que les obligations réglementaires décrites notamment dans les décrets 82-453 et 2020-1427 ne sont pas respectées.

La Formation Spécialisée rappelle à la ministre les responsabilités des chefs d’établissement telles que prévues par le code du travail (art. L 4121-1 et 2), la directive européenne 89-391 (articles 5-6-7), et l’article 2.1 du décret 82-453 : déroger à ces obligations les expose à des poursuites civiles et/ou pénales. La ministre, pas plus que les années précédentes, ne peut se dédouaner de ses propres responsabilités à cet égard. Continuer la lecture

Guide Gisti: “Accompagner les étudiantes et les étudiants étrangers avec ou sans papiers”

Les notes pratiques du Gisti, édition octobre 2023


L’accueil des étudiantes et étudiants étrangers à l’université ne se limite pas aux étudiant·es Erasmus ou à celles et ceux passés par Campus France. Il doit également prendre en compte les adultes, plus ou moins jeunes, qui souhaitent commencer ou reprendre des études en France, après des périodes d’exil, ou des années de formation ou de travail en France sous divers statuts administratifs.

Les organisations associatives et syndicales de personnels et d’étudiant·es à l’origine de ce guide revendiquent un accès à l’université libre et ouvert à toutes et à tous. Cet ouvrage (papier ou pdf) a donc pour but de donner des clés aux personnels de l’enseignement supérieur sur la diversité des profils des personnes souhaitant intégrer le système universitaire français ou déjà étudiantes, ainsi que sur les démarches à effectuer dans ce parcours. Il vise également à identifier les obstacles à la reprise d’études et à aider à l’organisation d’actions collectives pour les surmonter.

L’accompagnement des étudiantes et étudiants étrangers n’est pas qu’administratif, il est aussi humain et social car il touche des personnes qui ont pu vivre des expériences difficiles, et/ou qui peuvent se retrouver du jour au lendemain soumises à une décision d’éloignement du territoire français. Refusant la répression des sans-papiers et revendiquant leur régularisation, nous entendons à travers cette publication favoriser la mise en place d’une solidarité et d’un accompagnement inconditionnel dans les épreuves que peuvent traverser ces personnes, au sein des universités comme en dehors.

Ce guide vise à former à l’accompagnement des étudiantes et étudiants étrangers, avec ou sans papiers. Il est à destination des personnels des établissements d’enseignement supérieur et des bénévoles qui les accompagnent dans leurs démarches administratives et juridiques.

Malgré notre opposition au système de sélection des étudiant·es à l’entrée de l’université, le guide s’inscrit dans le cadre de la législation actuelle afin de pouvoir mettre en place des stratégies d’accompagnement réalistes, tout en continuant à porter le projet politique d’une université ouverte, critique et publique, sans discrimination ni marchandisation.

Octobre 2023, Co-édition CGT Ferc Sup / Fage / Ferc CGT / FSU / GISTI / LDH / RESF / Resome / Snesup-FSU / Snasub-FSU / Unef, 64 pages, 9 € + éventuels frais d’envoi
ISBN : 978-2-38287-176-8 (papier, NP69), 978-2-38287-177-5 (ebook, NP69E)

Le guide peut être acheté en papier ou téléchargé en format pdf.

Se protéger et protéger les autres sur le terrain : un vade-mecum

Que faire face aux violences sexistes et sexuelles sur le terrain ? Comment se protéger? Comment imposer ses propres limites et respecter celles des enquêté·es ? La revue Critique Internationale publie dans son numéro 100 un article de Marielle Debos intitulé « Genre, sécurité et éthique : Vade-mecum pour l’enquête de terrain ». Le texte est une invitation à réfléchir en féministe à la protection de soi et des autres sur le terrain ainsi qu’à l’éthique dans les relations d’enquête.À propos des violences sexistes et sexuelles sur le terrain, l’autrice identifie deux écueils : le déni collectif des difficultés rencontrées et les injonctions paternalistes à la prudence. Comment parler des agressions et violences subies par les femmes et les chercheur·ses minoritaires sans les décourager de mener des enquêtes difficiles ? Comment en parler sans susciter une fascination malsaine pour les violences subies par les femmes ? C’est à ces questions que tente de répondre l’article.

https://www.flickr.com/photos/131880272@N06/42525512352/in/photolist-27MQnfQ-xCTFhA-xD2U1z-s6E2zZ-MPPtBH-UpMvpJ-xD3BHc-UpLv8J-yiqaxR-yyZby5-GT3Z4j-2aFk79u-xCUBNE-26f6J1g-293tWDr-BTYK4F-TFtkx3-23Rm69J-PUDyLf-K4FQSU-27XLBny-23tTKjb-FHyUsA-GzGCBM-rSDe2q-MGjjrJ-TH3bkQ-FbVjUt-TFtydy-TFtBom-NBhHaJ-Vshuqf-24Ep1t6-EHFWC6-231w2Zg-Qwipi5-TsmVT8-rEM1vU-CddNcS-FTrDph-tzekv5-yzWaVe-sNRVt5-Pua7aJ-rB2kSj-Nr5xLc-xDY6DS-yijpju-yzVgq4-yikd7h

Echinopsis huascha syn Trichocereus huascha Red Torch Cactus, Huntington Desert Garden. Crédit: cultivar413, 2018

Marielle Debos revient tout d’abord sur ses premiers terrains ethnographiques au Tchad, un pays entre guerre et paix, dans des milieux masculins et militarisés. Elle dévoile ses erreurs et maladresses et révèle avoir été victime d’une agression sexuelle, une mésaventure malheureusement banale pour une chercheuse (quel que soit son terrain). Elle écrit aujourd’hui ce qu’elle n’avait pas pu écrire dans le livre issu de cette enquête (Le métier des armes au Tchad, Karthala, 2013). Elle restait alors « dans un registre de justification en mettant en avant les avantages de (sa) position sociale et en passant sous silence les malaises, les difficultés et les agressions ». Marielle Debos réfléchit à son parcours personnel mais aussi aux conditions qui permettent d’avoir (ou non) une discussion sur les violences sexistes et sexuelles. La précarisation et la raréfaction des postes (et donc la pression à « réussir » son enquête), le sexisme et la fétichisation viriliste des terrains à risque sont des obstacles pour parler publiquement des problèmes rencontrés.

La seconde partie de l’article est un Vade-mecum, c’est à dire une liste de conseils concrets. L’idée derrière ces conseils est que les questions matérielles sont en fait aussi théoriques, éthiques et politiques. « Il n’y a pas d’un côté des questions intellectuelles, de l’autre des questions triviales, ‘bassement’ logistiques », écrit Marielle Debos. Les questions de recherche sont inséparables des décisions sur le choix de l’objet, les pratiques sur le terrain, les collaborations et les stratégies d’écriture et de citation.

L’article peut ainsi servir de guide aux jeunes (et moins jeunes) chercheur·ses. Il devrait aussi inciter les directeur·rices de thèse à mieux prendre en compte les risques et difficultés du terrain avec une perspective de genre.

Référence : Marielle Debos, “Genre, sécurité, éthique : Vade-mecum pour l’enquête de terrain”, Critique Internationale, n°100, 2023, p. 59-73. En ligne : https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2023-3-page-59.htm

Concours de l’EHESS: conseils aux candidat.E.s

Sur la demande des lecteurs et lectrices d’Academia, nous actualisons les informations parues sur ce site le 18 septembre 2015. Les modifications touchent à l’interdiction il y a quelques années de joindre des lettres de recommendantions et surtout à l’effort de l’institution d’informer sur des procédures assez unique, par le biais de d’avis de vacances et de réunions d’information, de vademecum et d’une Foire aux questions.

EHESS_electionsDu fait la particularité du mode de nomination de ses enseignant.e.s-chercheur.ses (désormais EC), de la visibilité de l’EHESS dans le champ des sciences sociales françaises, et du sexisme de son recrutement, le concours a fait l’objet d’analyses remarquées (lien obsolète du rapport Backouche), dont la notoriété a entraîné une modification des procédures d’élection depuis 2009.

Parmi les mesures les plus importantes adoptées, il faut noter :

  • La parution d’un vademecum pour éclairer les arcanes du concours, à jour sous ce lien ;
  • L’interdiction de faire « campagne », pratique qui consistait pour les candidat.e.s à se présenter individuellement aux EC électeur/trices;
  • L’avancement du calendrier – le concours débutant à l’automne et se clôturant par des élections fin mars-début avril, soit un avancement de près de 6 mois par rapport au calendrier précédent);

Alors que la campagne 2023 vient de s’ouvrir (dépôt des candidatures du 2 octobre au au 2 novembre 2023),  Academia vous propose une lecture et une explicitation de la candidature et des procédures d’évaluation en place par le Conseil scientifique en 2014 pour clarifier à la fois les modalités de constitution du dossier  et des pratiques d’évaluation de celui-ci.

Continuer la lecture

Ressentiments académiques

À quoi les ressentiments sont-ils bons ?
Quelques réflexions queer et féministes sur le militantisme à l’université


Tenir bon, tenir tête, être rabat-joie. Ìntroduction à la traduction

  • par Vanina Mozziconacci, maîtresse de conférences en philosophie, Université Paul Valéry Montpellier 3.

La rentrée académique est synonyme, pour plusieurs d’entre nous, d’appréhension, d’angoisses, de mal-être, de lassitude, et autres maux plus ou moins larvés. C’est pourquoi il m’a semblé pertinent de traduire1 quelques extraits d’un texte portant sur ces (re)sentiments2 et leur place dans nos mobilisations, au sujet desquelles il est nécessaire de reconnaître qu’elles ne sont pas uniquement traversées par des émotions dites « nobles » et/ou joyeuses. Si l’auteur conclut son article sur des pratiques de self-care (passages non traduits ici), ce texte m’inspire davantage des formes de conflictualités et de contre-attaques qui tendent à être « mal vues » car considérées comme étant des bassesses, des mesquineries ou des coups d’épée dans l’eau. En effet, à la lecture de ce texte, je ne peux m’empêcher de penser que face aux « violences académiques ordinaires3 », il faut parfois savoir suivre ses ressentiments : tenir bon lors des réunions pour installer et maintenir le malaise face à ceux et celles qui n’ont pas honte d’exploiter ou de brimer ; consigner par écrit (dans un RSST par exemple) avec acharnement même les injustices qui semblent sur le moment anecdotiques ; pratiquer le name and shame quand les mauvaises pratiques se répètent et persistent… bref, tout un tas de façons de « survivre au taf4 » qui n’ont pas l’éclat de la « belle colère » ou de la « joie militante », mais qui sont autant de façon de tirer le tapis sous les pieds et de faire trébucher au moins momentanément.

Extraits. […] L’article qui suit tisse ensemble deux fils de démonstration : l’un émerge des recherches scientifiques sur les affects politiques et l’autre provient des théorisations féministes et queer des émotions négatives. Je commencerai par considérer les façons dont la recherche a cadré l’utilité politique des émotions. Je repère deux tendances dans les travaux existants :

  1. les émotions négatives sont souvent utilisées pour opérer un diagnostic de problèmes politiques ; et
  2. les sentiments qui sont interprétés comme positifs et forts, tels que l’espoir ou l’optimisme, sont souvent perçus comme des ressources avec un potentiel politique, tandis que des sentiments faibles ou « mauvais », comme la dépression, la torpeur ou l’anxiété sont souvent écartés car considérés comme politiquement invalidants.

Le second fil de l’article est théorique : m’appuyant sur une vaste revue de littérature queer et féministe sur les affects, je défends l’idée selon laquelle nous, chercheuses, devrions nous défamiliariser des représentations du sens commun quant à ce que peuvent faire ou non les « émotions négatives ». En partant d’une lecture approfondie du travail de Cvetkovitch sur la dépression universitaire, je montrerai non seulement les limites de certains récits admis sur les liens entre affects et politique, mais également comment les ressentiments peuvent ouvrir la voie pour réparer et transformer.

Ressentir le néolibéralisme : les affects comme outil diagnostic

Cet article est inspiré par une question : en quoi les « mauvais sentiments » pourraient-ils être importants quand il est question de militantisme à l’université ? Peut-être que la façon la plus évidente de répondre à une telle question est de dire que les émotions négatives comptent parce qu’elles permettent un retour critique sur ce qu’il est en train de se produire dans la sphère politique. Observer des motifs de souffrance à travers différentes époques et parmi des groupes diversement positionnés pourrait être un enseignement utile pour les militantes quant à l’impact des réformes. Suivant cette compréhension des choses, l’affect constitue un diagnostic, et repérer la façon dont il se répartit peut nous aider à décrire un scénario politique. […]

Arbois, 2023. Crédit: Vanina M.

Continuer la lecture

  1. Je remercie chaleureusement James Burford de m’avoir autorisée à traduire gracieusement son texte. J’ai fait le choix du féminin neutre (generic she) pour le texte en français, suivant certaines pratiques en études féministes et plus largement dans la recherche contemporaine anglophone. Par exemple, activists, qui pourrait désigner des femmes et des hommes, est traduit par militantes. []
  2. Dans le présent texte, feeling(s) peut être traduit par émotions, sentiments voire ressentis en fonction du contexte. Bad feelings peut être traduit par ressentiments, émotions négatives ou encore sentiments mauvais. Comme on le verra, le terme est en réalité plus large que ces équivalents en français et peut renvoyer à des humeurs voire à des troubles de l’humeur puisqu’il est peut aussi bien être associé à la honte qu’à l’épuisement ou à la dépression. []
  3. Intitulé d’un dossier récent de la revue Mouvements (2023). []
  4. Les stratégies évoquées ici s’inspirent en effet de l’ouvrage de Marie Dasylva paru en 2022 aux éditions Daronnes. []

Boîte à outils Academia : Petit manuel de survie pour les néo-MCF

Récemment un petit collectif de néo-MCF, majoritairement issu·es du collectif du Cercle des précaires de l’ESR (avec des contributions expertes d’éléments extérieures), a commencé à diffuser un Guide Néo-MCF contenant diverses informations liées au statut d’enseignant·e-chercheur·euse, notamment en terme de droits et aides. Bien que pensé pour les jeunes MCF débutant·es dans le milieu, il contient cependant des informations pouvant être utile même aux enseignant·es-chercheur·euses plus expérimenté·es.

https://www.flickr.com/photos/genkigecko/4556386383/in/photolist-7WCEVV-gJBspL-2dfpxCy-UPsdgQ-2on8FF8-xyuuub-571Sj3-2on6ycW-2j6eUBL-2n3eMmf-7uTLs3-2j7sqRk-2iMEoLb-2iNTudt-7qJmLW-qwZidb-64XZND-szqjp-e4YMB-29iNUAo-SAaLGo-Aj4JyF-NvMiPk-dZn9iF-2iNh8sP-57jEji-2j6cgrV-2iMEoKu-GE36Q-2iMXLZk-2j7wuhj-8t7Yhx-938gR8-GE5nk-GE5cT-HUE5Zs-dMjQcm-CNz2z-eLtqPh-9UR7Va-2jZDFy8-nvsZTL-CbjNb-9oadfE-2o1Kix7-MGXrv-cmTUM3-6xBMHu-aVze5z-kNV4nn

Crédit:
Eva Funderburgh, 2010

Pour citer l’introduction de ce guide (avec autorisation des auteur·trices) :

Ce petit guide a pour vocation de vous offrir quelques aides, repères, et astuces pour faciliter votre intégration dans votre nouveau poste, et en particulier à vous donner des éléments d’auto-défense en cas de tentatives d’abus de vos droits par votre établissement/équipe d’accueil.

 

Quelques points de prudence :

  1.  Les lois et réglementations évoluent régulièrement, aussi est-il possible que ce document ne soit pas toujours à jour de l’actualité. Nous faisons notre possible pour mettre à jour ce document dès que possible, mais nous sommes comme vous enseignant·es-chercheur·euses (EC), donc sous l’eau, donc à la bourre sur notre liste de tâches à faire.
  2.  Compte-tenu de la pseudo-autonomie des Universités, un certain nombre de paramètres peuvent varier d’une université à l’autre. Nous allons ici tenter de toujours vous donner les textes de loi accompagnant ces éléments, mais il y a toujours une marge d’interprétation sur leur application. Lorsque cela nous est connu nous allons indiquer ces variations, mais nous ne serons pas exhaustif·ives. Il est donc capital de vérifier localement les fonctionnements, notamment auprès de vos directions (recherche ou pédagogiques), relais RH, et syndicats.
  3. En parlant de syndicats, ce document est écrit principalement (mais pas seulement) par de jeunes EC syndiqué·es et syndicalistes, il peut donc y avoir des opinions orientées (et assumées par les auteur·trices du présent guide) à certains moments.
  4. Ce guide est orienté vers la fonction publique. Nous ne pouvons garantir un fonctionnement similaire si vous êtes recrutées dans un établissement privé de l’enseignement supérieur.

Ce Guide Néo-MCF apporte donc des informations liées (entre autres) aux questions de déménagement et prises de poste, année de stage et titularisation, service d’enseignement, la question du reclassement et du salaire, les primes, heures complémentaires, aides diverses (au transport, sociales, etc.), ou encore les différents congés et arrêts de travail.

Il est disponible à l’adresse suivante (lien permanent) : https://rebrand.ly/GuideNeoMCF, et est régulièrement mis à jour.

Protection fonctionnelle : une présentation pour OALA

CAPSULE #9 — La protection fonctionnelle, Avec Christelle Rabier

Tout agent de la fonction publique, qu’il.elle soit fonctionnaire ou contractuel.le, a le droit d’être protégé.e par son administration lorsqu’il.elle est menacé.e ou empêché.e dans le cadre de ses missions. La procédure est simple et la protection en principe très large : elle couvre la famille de l’agent et tout frais lié au problème, notamment les frais de justice. Cependant, en raison de la multiplication des atteintes à la liberté académique, l’administration est de plus en plus tentée de limiter les coûts de ce droit et il faut parfois se battre pour obtenir une protection à la hauteur des enjeux. C’est ce qui est arrivé à Christelle Rabier (MCF à l’EHESS en histoire des sciences).

Continuer la lecture

L’Université Grenoble Alpes (UGA) fête ses personnels…

… avec un stand “santé-Bien-être” et des activités sportives et ludiques.

Or, les personnels, elleux, demandent des collègues !!!

(qui pourront, l’année prochaine et les suivantes, faire la fête avec elleux, en passant !!!)

Cherchez l’erreur!

CheckAcademia. Budget de l’ESR : en diminution ou en chute libre ?

Un graphique de Lucas Chancel et Thomas Piketty rencontre régulièrement beaucoup de succès sur Twitter, et en conséquence beaucoup de critiques. S’attarder sur ces différentes critiques permet d’affiner notre compréhension de ce que cache ce graphique, en identifiant quatre facteurs impactant les moyens de l’ESR : son budget, le nombre d’étudiants, l’inflation, et le périmètre des missions. Dévoiler ces détails permet de conclure au désintérêt des pouvoirs publics envers l’enseignement supérieur, ce qui est finalement ce que montre ce graphique en un clin d’œil.

« La chute du budget de l’enseignement supérieur par étudiant »

Ce graphique et ses données sont disponibles à l’adresse https://lucaschancel.com et la lecture indiquée est : « le budget de l’enseignement supérieur par étudiant (une fois l’inflation prise en compte) a baissé de près de 22% entre 2012 et 2023 en France. Entre 2017 et 2023, la baisse est de près de 15%. »

Visuellement, c’est la conjugaison de deux effets qui est sidérante : d’abord une chute rapide, mais surtout une chute « transpartisane », puisque les trois « partis de gouvernement » (droite, gauche puis revendiqué centre) poursuivent apparemment la même politique. Cela tranche évidemment avec les discours de ces gouvernements, chacun ayant claironné avoir fait un « investissement sans précédent » dans l’ESR. Cela a aussi un effet intéressant de confirmation-mais-indignation sur les militant·es : sur le même graphique, iels pourront à la fois confirmer que le camp opposé a menti et se désintéresse en réalité de l’enseignement supérieur, mais aussi découvrir que leur propre camp également. C’est propice aux critiques venues de tous bords.

Accusations de manipulation visuelle. Évacuons immédiatement la critique la plus facile : le graphique serait manipulatoire, notamment parce que son origine n’est pas 0. Or, ce graphique est en valeur 100, son origine n’est donc pas 0, mais 100. Partir de 0 permettrait une meilleure lecture de la proportion de la baisse, mais écraserait du même coup la hausse initiale sous la présidence Sarkozy. Pour cette raison et d’autres, la présentation actuelle est, à mon sens, tout à fait défendable. Quoi qu’il en soit, les données sont librement disponibles, donc charge à chacun de tenter un autre graphique s’il le souhaite.

Budget vs. démographie étudiante

La critique la plus récurrente est que ce n’est pas le budget qui baisse, mais la démographie étudiante qui augmente. Et c’est absolument vrai. Les auteurs ont d’ailleurs mis à portée de clic un graphique qui le montre de façon tout à fait explicite :

C’est absolument vrai, mais aussi sans beaucoup de pertinence : quel est le sens d’un budget si on ne prend pas en compte les besoins qu’il est censé couvrir ? Continuer la lecture

Boîte à outils Academia. Que faire face à la prédation académique ?

Le 2 avril 2023, Academia intervenait sur Twitter dans un échange autour de l’utilisation par un chercheur indépendant, dans un billet de son carnet Hypothèses, d’une image d’archive initialement partagée par une historienne sur son compte Twitter, utilisation qu’elle contestait vivement. La manière dont Academia est intervenu dans ce débat — un sondage Twitter invitant d’abord les lecteurs et lectrices à qualifier cette pratique, proposant une série d’options dont certaines clairement inadéquates pour le cas en discussion, puis à voter sur les manières d’agir dans ce genre de cas — a suscité des vifs désaccords dans la communauté de recherche sur Twitter, mais également au sein de la rédaction d’Academia. Cette intervention d’Academia s’inscrivait dans une autre temporalité, dont le télescopage avec celle de Twitter et du débat en cours a contribué à la fois à biaiser la question soulevée par l’échange initial et à rendre inaudible depuis où parlait Academia : cette temporalité, c’est celle d’une réflexion menée depuis longtemps par Academia autour des formes de prédations académiques, considérées comme un continuum de pratiques dont chacune impose à la victime de trouver les moyens d’agir et de se défendre. Nous revenons donc à une temporalité plus adéquate, celle du carnet, pour exposer les fruits de cette réflexion. Un autre billet, en cours de finalisation, reviendra bientôt sur la notion de “prédation académique”.

Que faire quand vous sentez que votre travail est l’objet de prédation scientifique ? Academia se demande depuis longtemps comment assister utilement les lectrices ou lecteurs qui contactent la rédaction à la suite de grossières affaires de plagiat ou de sensation d’appropriation indue, gênante mais qu’il est plus difficile à qualifier. Après de nombreux échanges à ce sujet depuis au moins trois ans, voici les propositions que nous faisons.
 
Ces propositions sont appelées à être discutées et, bien évidemment, amendées. N’hésitez pas à revenir vers nous avec des suggestions.
 
En attendant la stabilisation des conseils ci-dessous, nous ne pouvons que vous conseiller de lire Survivre au taf, de Marie Dasylva (Éditions Daronnes, 2022) pour la qualité de la réflexion théorique et pratique en matière d’auto-défense des personnes minorisées. Il ne vous étonnera pas qu’un tiers du livre — soit les chapitres 2 [Vincent], 3 [Josepha] et 9 [Myriam] — concerne l’enseignement supérieur.
 

1. Ne restez pas seul∙e et ne culpabilisez pas

Parlez-en à vos proches, à votre syndicat1, etc. en leur demandant d’élaborer avec vous la stratégie de défense. Fiez-vous à votre intuition : si vous ressentez du malaise, c’est qu’il y a sans doute un problème qui n’est pas lié à votre “personnalité” mais qui est bien d’ordre professionnel. Cela vaut — nous insistons sur ce point — même si vous travaillez à titre gratuit ou à des fins diplômantes (Master ou doctorat). Vous n’êtes aucunement responsable des manquements déontologiques ou des comportements prédateurs. Si vous vous sentez trop isolé∙e, prenez attache avec Olade, l’Observatoire des libertés académiques et du droit d’étudier (contactATolade.fr) ou avec OALA, Observatoire des atteintes aux libertés académiques (observatoireoalaATgmail.com), qui vous orienteront.
 

2. Documentez la prédation

Garder une trace ce ce que vous jugez être des atteintes à votre travail est important à double titre : tout d’abord, cela permet d’objectiver et de mettre à distance des comportements maltraitants ; ensuite, cela permet de construire une archive des phénomènes observés, indispensable pour vous défendre efficacement par la suite.

Achetez-vous un cahier et notez : quand et comment vous avez remis votre travail non publié à ladite personne ; quand vous avez présenté vos idées en colloque ; comment la personne a cherché à gagner votre confiance ; comment après vous avoir pillée, elle n’a eu de cesse de vous dénigrer publiquement, etc. Il s’agit quelque fois de comportements particulièrement malins, consistant à vous isoler d’autres personnes, pareillement objets de prédation, à vous rabaisser de façon à ce que vous cessiez de croire en vous et en la qualité de votre travail.

Le plus impressionnant touche sans doute à la fraternité masculine, qu’a étudiée Natalie Zemon Davis dans « Les femmes et le monde des Annales » (1992), consistant à nourrir un entre-soi citationnel, après un geste initial d’appropriation créditant une collègue féminine : le travail initial perd ainsi toute référence au travail original, engendrant un effet Matthieu bien connu2.

Ce travail de documentation peut passer par constat d’huissier, mais cela est coûteux et peut ne pas apporter davantage de valeur de preuve. Pour ce qui est des captures d’écran, il est suggéré de passer par The Wayback Machine de Internet Archive, considérée comme plus solide par la justice.
https://www.flickr.com/photos/macahanc6r/7097695125/in/photolist-bPcxtT-Gavyks-6kjeTK-fy8Ek-28x5ro-pXLc1X-65CF9e-83772-bRNSye-o5gaLx-6a6ZLx-FpVzJ1-6CEiZs-o29mo2-bXE1m1-e2Mt31-4pzraL-21Aki-Z5E5io-65spaU-5ZfPvh-xTUA5-5Je7DW-7ieQ6c-gGdKD-6EbK9F-3H5B2K-co32sU-5rFgsq-dGAfqw-cjj7Fh-s1tEW7-7LULwM-2zp1p7-5L1Hii-7MfkLU-aSjxS6-9AwFzD-e97R1p-atN9MP-29pNo-5mF9Lm-kGUDJM-Gsfqq-ZqAskQ-4QJb6-EPoXY-edmQcr-d27R15-9uUYu

Adenium (Desert Rose), par Anne HS, 2018

Continuer la lecture

  1. Syndiquez-vous ! []
  2. Sur l’effet Matthieu, consistant à donner davantage de crédits symboliques ou financiers à un nombre limité d’hommes, voir Robert K. Merton, « The Matthew Effect of Science », Science, vol. 159, n° 3810 (1968), p. 56‑63 — qui s’approprie ainsi les résultats de la sociologue Harriet Zuckermann, sa jeune collègue à Columbia University. Dans l’ère néolibérale des appels à projets, voir également Bol Thijs, de Vaan Mathijs et van de Rijt Arnout, 2018, « The Matthew effect in science funding »,. Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 115, n° 19, p. 4887‑4890. []

Du projet à l’arrêté “formation doctorale” : des avancées, un serment, des objectifs contradictoires

Il y a un peu plus d’un an, un billet d’Academia révélait et commentait le projet d’arrêté sur la formation doctorale élaboré par les services du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI). Ce billet critiquait deux aspects importants de ce projet :

  • Le renforcement de l’évaluation des doctorant·es par les Comités de suivi individuel (CSI), avec un avis sanctionnant la réinscription dès la première année de doctorat, au détriment des missions de conseil scientifique, de prévention du harcèlement et des conflits.
  • L’instauration d’une pré-soutenance à huis-clos, devant une commission de pré-soutenance à la composition très problématique et dans des conditions de huis-clos tout aussi problématiques, contraires à la publicité des débats scientifiques.

Un second billet d’Academia commentant ce projet d’arrêté critiquait également la dérégulation du doctorat, conséquence de la création du contrat doctoral de droit privé par la Loi de Programme de la Recherche (LPR), avec l’introduction de la possibilité de réaliser entièrement celui-ci en entreprise, sans les garanties qu’offrait la CIFRE en termes de conditions de travail et d’intégrité scientifique.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Divers échanges sur Twitter poussent la rédaction d’Academia à faire le point sur la version définitive de l’arrêté sur la formation doctorale (la version consolidée actuellement en vigueur peut être consultée ici, et les modifications apportées ici) et sur ses interprétations possibles.

La soutenance de thèse

Le principe d’une soutenance en deux temps, avec une pré-soutenance devant une commission à huis-clos, a finalement disparu de la version finale de l’arrêté. Sans regrets !

https://www.flickr.com/photos/unclebucko/14906947978/in/photolist-oHh1hs-bLQmTD-4GFUmq-5mopSc-jmYbSb-6QHwD3-2aowWGb-8xZz4h-ueA17Y-anpin7-9d21EE-pYxhX8-9d1Unm-Gr6qEC-rnzgD-dwzfEc-6Nn6r4-8R8chZ-cqBBs9-vQpCs-7ThWga-ST28P7-74tNAh-zScbtR-bNC63-amjxJw-za4qR-9sAiyG-ansN2Q-71nndm-6UmToD-bh1dNe-bKNQP-oMyTf4-cBGL1Q-4BqqQW-9cY3h8-8HnTKd-9cY3GD-67r6-TcfR5W-bh1dzP-6Lhete-4qc8SE-XxmWcH-6bsSk1-cDA1kj-Lo6NMr-9BnZKJ-4JA8RR

Happisburgh Lighthouse. Crédit: UncleBucko, 2014

Continuer la lecture