Démissionner des comités de visite HCERES qu’elles disaient

Courrier électronique envoyé ce vendredi 31 janvier :

Chère collègue, cher M.***,

Il y a maintenant presque quinze ans, j’ai fait partie de ceux et celles qui ont critiqué le type d’évaluation mis en en place à l’AERES puis poursuivi par l’HCERES, une critique qui a trouvé une expression publique sur le carnet de recherche Evaluation en SHS (https://evaluation.hypotheses.org/). M’efforçant d’être cohérente, j’ai pendant des années refusé de participé à quelque comité de visite que ce soit : j’avais été absente lors de la visite de mon EA en 2010 (http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article3507) et j’ai systématiquement décliné les invitations à être membre de comité de visite de l’AERES puis de l’HCERES.

Début 2018, la visite de l’ED 540 dont je suis directrice m’a fait évoluer. Etant directrice, je ne pouvais évidemment pas m’absenter et il est à tout à votre honneur, Mme ***, que de pouvoir vous écrire que cette visite, très bien organisée, avait eu des effets positifs : non seulement le travail accompli pour structurer rapidement cette ED avait été reconnu, mais des pistes d’amélioration avaient été dégagées dans une discussion véritablement collective. Suite à cette expérience, il m’a paru normal d’accepter de participer au comité de visite des ED 483, 484 et 487 de la COMUE de Lyon et de présider le comité de visite de l’ED 487 : il s’agissait de rendre ce qui m’avait été donné.
 
La conjoncture politique singulière dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui – entre la mobilisation sur la réforme des retraites, la candidature de Th. Coulhon à la présidence de l’HCERES, et l’accélération des réformes en cours depuis quinze ans qui nous est promise via la LPPR – me conduit à démissionner de ce comité de visite. J’ai hésité, parce qu’il me semble qu’on ne doit pas démissionner à la légère d’une fonction qu’on a acceptée, surtout quand, comme c’était mon cas, on ne l’avait acceptée qu’après mûre réflexion. Mais je suis convaincue que l’HCERES post-LPPR ne sera pas celui qui a permis la visite de l’ED 540 en 2018 et, soyons fous, il y a peut-être une chance historique pour que les universitaires refusent une idéologie à laquelle non seulement ils n’ont pas su résister collectivement, mais qu’ils ont contribué à mettre en œuvre, en participant à toutes sortes de comités, et pour qu’ils dessinent les contours d’une Université plus raisonnable. En tout état de cause, il ne serait pas cohérent avec les positions que je défends depuis plus d’un mois que de participer à ce comité. Vous voudrez bien accepter ma démission.
 
En vous remerciant encore pour la manière dont vous aviez mis en place la visite de l’ED 540, bien cordialement à vous,
 
Sophie Roux

Resignation, by Darwyn, 2012

 
Il m’a été répondu que l’on respectait ma décision, mais que
– le comité de visite était organisé dans le même esprit et avec la même volonté d’accompagnement des collègues de la COMUE de Lyon que celui qui était venu évaluer l’ED 540 en 2018 ;
– que ma démission était surtout préjudiciable aux collègues de Lyon qui ont passé plusieurs mois à préparer leur dossier d’autoévaluation et attendent de cette visite des pistes en
vue d’élaborer leur projet post-COMUE ;
– qu’il était contradictoire de défendre sur des textes de pétitions des principes de fonctionnement que le HCERES s’efforce de mettre en œuvre avec constance et de ne pas les défendre sur le terrain.
 
 
J’ai donc répondu à ces réponses ce dimanche 2 février :

Continuer la lecture

La pensée complexe aux prises avec l’évaluation de la recherche

Discours d’Emmanuel Macron, 80 ans du CNRS, au Palais de la Découverte, 27 novembre 2019

Extraits à partir de la minute 35'

Sujet :

Vous commencerez par analyser le texte suivant. Pour cela, il est recommandé de

  • vous appuyer sur le découpage proposé du texte,
  • dégager sa thèse principale, mais aussi les présupposés de celle-ci,
  • présenter les raisonnements sous forme de syllogismes, ou tout autre forme de raisonnement logiquement valide,
  • prêter une attention particulière aux figures de style (répétitions, oppositions, ellipses).

(30 minutes).

Dans un deuxième temps, vous énoncerez quelques mesures concrètes permettant de mettre en œuvre aussi efficacement que possible la politique de la recherche promue par le Président de la République. Vous serez aussi précis que possible en indiquant, par exemple,

  • comment seront constitués les comités d’évaluation, à quel rythme ils seront réunis, sur la base de quels documents ils procèderont aux évaluations qui leur ont été demandées,
  • quelles pourront être les conséquences des évaluations pour les évalués,
  • quels seront, à court et à long terme, les effets de cette politique « différenciante ».

(30 minutes).

Dans un troisième et dernier temps, vous discuterez rapidement l’efficacité de ces mesures en mobilisant ce que vous savez en matière d’économie de la connaissance.

(30 minutes).

Les temps passés sur chaque partie sont indicatifs, mais les trois parties du devoir devront être équilibrées.

 

 

« Bon, si j’étais politiquement non correct, je vous dirais que vous avez, en fait, trop d’évaluations qui servent à rien. Et je pense que c’est un peu ça. Je pense que la solution n’est pas vers le moins d’évaluation, n’est pas le moins d’évaluation.

(1/12)

Continuer la lecture

Jeffrey and me. De la corruption universitaire

Le cas DSK m’avait surprise, non en raison de ce que DSK lui-même avait fait (comme toutes les femmes, je savais d’expérience que, pour le dire sous forme de litote, la notion de consentement n’a pas été complètement assimilée par tous les hommes), mais en raison de la manière dont une partie de l’élite politique et médiatique française prenait sa défense pour en faire un preux chevalier de la galanterie à la française (le fameux : « ce n’est qu’un troussage de domestique« ).

Continuer la lecture

Femmes philosophes : des tribunes aux recrutements

Un peu plus tôt cette année, les rédacteurs d’Academia, dont je ne suis plus, ont relayé la tribune d’un mathématicien et d’une mathématicienne s’opposant à la Position de l’INSMI sur la mobilité au recrutement en mathématiques qu’avait diffusée ès-qualités le directeur de l’Institut National des Sciences Mathématiques et de leurs Interaction.

Continuer la lecture

Le suivi des recrutements universitaires en philosophie. Un premier bilan (2012-2016)

Le bilan qui suit peut-être téléchargé ici.


L’idée de ce bilan nous était commune à Bruno Ambroise et moi, même si je l’ai finalement écrit toute seule. Je remercie Bruno pour sa relecture attentive et ses suggestions. Je remercie également Jean-Pascal Anfray, Martine Pécharman et Didier Piau pour m’avoir aidée à supprimer coquilles et maladresses d’expression, Christophe Grellard et Thomas Benatouïl pour leurs remarques sur un premier traitement du localisme, et ce dernier tout particulièrement pour la longue discussion qui s’en est suivie. Continuer la lecture

Conflit d’intérêts, vous avez dit conflit d’intérêt ?

Usbek à son ami Rustan, à Ispahan

Nos précepteurs nous ont souvent dit, tu t’en souviens sûrement, que nous étions nés dans le plus beau pays du monde. Ils nous disaient aussi que, chez nous, seul le mérite était récompensé, mais qu’au-delà de l’Océan, il y a beaucoup trop d’autres choses qui sont à tort prises en compte : l’argent qui ouvre les portes, le prestige des établissements où l’on a fait ses études, une renommée facilement acquise sur des sujets à la mode.
Continuer la lecture

L’Université : une bande de trafiquants

AfonsoFigure4-1024x767Les systèmes universitaires reposent sur l’existence d’une réserve d’outsiders qui sont prêts à renoncer à leur salaire et à la sécurité de l’emploi en échange de perspectives mal assurées sur les postes tenure-track et ce qu’ils garantissent : la sécurité, le prestige, la liberté et des salaires relativement élevés. En s’appuyant sur des données portant sur les États-Unis, l’Allemagne et le Royaume-Uni, Alexandre Alfonso examine comment le marché du travail universitaire est, par bien des aspects, structuré comme celui d’une bande de trafiquants, qui dispose d’une masse toujours croissante d’outsiders et d’un noyau de plus en plus réduit d’insiders.
Continuer la lecture

Pour une reconnaissance des chercheurs dans l’enseignement secondaire

A signer ici.

L’éducation nationale méprise ses docteurs !

Nous, professeurs de l’enseignement secondaire, doctorants ou déjà docteurs, entendons faire reconnaître le sort déplorable que l’Éducation Nationale nous réserve à toutes les étapes de notre parcours d’enseignants et de chercheurs.
Continuer la lecture

Le Conseil d’Etat et nous

I was kind of a strange child. My parents knew early on that
something must have been wrong with me.
I crawled backwards until I was two,
but had Kennedy’s inaugural address memorized by the time I was six.
Michael Moore, Roger and I

 

Parfois, il me semble moi aussi avoir une forme d’esprit un peu différente de certains de ceux qui m’entourent. Disons que je veux comprendre, et que je suis persuadée qu’il doit y avoir quelque chose à comprendre, des formes de régularité à saisir dans le monde social comme dans le monde physique. Par exemple, quand j’ai appris que, après l’annulation par le Conseil d’État de la décision du CA de l’université de Strasbourg de ne transmettre aucune candidature au ministre pour le poste de professeur des universités n° 4022 en littérature française du XVIe siècle, le même Conseil d’État avait annulé la décision du CA de l’École Normale Supérieure de refuser de proposer un candidat au poste n° PR 0121 de professeur des universités en philosophie générale, je me suis posée plusieurs questions, et par exemple :

Continuer la lecture

Le CNU y’a p’u, vive le CNU !

cnuL’autre nouvelle de la semaine à l’université, pour ceux qui ne me lisent pas sur les listes de diffusion, c’est l’annonce d’un amendement du Sénat qui, s’il est suivi par l’Assemblée Nationale, conduira à la suppression du CNU, ou du moins à supprimer sa principale fonction, qui est de décider de la qualification des docteurs, autrement dit de leur donner le feu-vert pour candidater aux quelques postes ouverts dans nos disciplines.

Continuer la lecture

L’organisation des assises de l’enseignement supérieur et de la recherche : une opportunité pour promouvoir la pérennisation des emplois précaires d’enseignants-chercheurs historiens de la physique (Jérôme Viard)

Voici une lettre adressée par Jérôme Viard à un certain nombre de physiciens et d’historiens de la physique. La position exprimée me paraît me paraît valoir bien plus largement que pour les historiens de la physique.

La décision de la ministre en charge de ces questions d’organiser des « Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche » n’a pas déclenché de torrent médiatique, et en dehors d’un article du “Monde” en date du 12 de ce mois sous le titre : « Des assises pour revoir la réforme de l’université», elle n’aura pas eu un grand retentissement dans la presse. Les difficultés du ministre responsable de l’enseignement primaire et secondaire à recruter des enseignants notamment en mathématiques ont suscité un peu plus d’échos dans les médias. Curieusement cependant aucune relation n’a été établie entre les deux domaines abordés presque simultanément : la difficulté à recruter des enseignants du second degré et la «réforme de l’université ». Je me propose de revenir sur cette relation manquante mais auparavant il me semble nécessaire d’évoquer un troisième point qui sous-tend les deux premiers : la perception sociétale de l’activité scientifique.

Continuer la lecture

Une réforme des CS, mais quelle réforme ?

Dans leur billet, Pour une réforme des comités de sélection, Claire Crignon et Véronique Le Ru prennent l’occasion de l’annulation de deux recrutements par les CA des universités concernés pour appeler à une, je les cite « révision du statut des comités qui viserait, toujours en respectant la parité entre membres internes et externes, à leur donner un réel pouvoir décisionnaire et non pas simplement consultatif ». Il me semble que cette proposition pose deux questions :
Continuer la lecture

Pour une réforme des comités de sélection (Claire Crignon, MCF Philosophie Université Paris-Sorbonne, Véronique Le Ru, MCF habilitée, Université de Reims)

Nous voudrions témoigner par ce billet d’une situation désastreuse sur le plan institutionnel et humain.
Une série d’annulations de recrutements de maîtres de conférences ou de professeurs vient en effet de frapper le milieu universitaire. D’abord à la faculté de lettres de Strasbourg, ensuite au département de philosophie de l’Université d’Aix-Marseille et en histoire de l’art à Clermont-Ferrand.
Continuer la lecture