A propos scum34

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier - SCUM. https://combatuniversitaire.wordpress.com/ - syndicat.scum@live.fr

Accès aux Master : un étudiant en grève de la faim

En passant

 #SOSMaster — Rassemblement de soutien à l’étudiant en grève de la faim lundi 21 septembre

Montpellier, 19 septembre 2020

Mehdi a commencé une grève de la faim le 18 septembre 2029 devant l’Université de Montpellier-3

En grève de la faim depuis vendredi 18 septembre pour faire appliquer son droit à la poursuite d’études, Mehdi, étudiant de la Faculté de Droit à besoin de notre soutien !

Au delà de la situation dramatique de Mehdi, le problème est aussi collectif.
Cette année, de nombreux étudiants refusés en Master n’ont eu aucune proposition du Rectorat, alors que c’est une obligation légale.

Nous donnons rendez-vous à tous les étudiants sans réponse du Rectorat, et à tous les gens touchés par la situation de Mehdi, à venir lundi 21 septembre à 8h devant le Rectorat de Montpellier (rue de l’université, tramway Louis Blanc).

L’événement Facebook

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.fr – www.combatuniversitaire.wordpress.com

Dans les médias

L’Université Paul Valéry Montpellier 3 pointée du doigt pour des « formations bidons »

Ce lundi 15 juin 2020, l’Université Paul Valéry Montpellier 3 est pointée du doigt par le syndicat étudiant local (le SCUM) concernant ses Enseignements A Distance (EAD).

Le communiqué du syndicat étudiant est à lire ici :

Arnaque à la « formation bidon » à l’Université Paul-Valéry

Le SCUM dénonce une arnaque bien montée et bien rodée de l’Université Paul-Valéry pour se faire de l’argent sur le dos des étudiant·es !

Connaissez-vous l’EAD ?

Les étudiants en Enseignement A Distance, ou EAD, représentent 10% des élèves. Ils ne coûtent rien à l’université (pas de cours en présentiel, donc pas besoin de salles ni de professeurs…). Et ils payent leur enseignement 290 € par année de Licence. Cela représente 120 € de plus qu’une année de licence en présentiel !
Avec un rapide calcul, on réalise que l’EAD rapporte à l’Université 120 euros supplémentaires pour chacun des 2000 étudiants concernés, donc un bénéfice de 240 000 euros sans aucun coût !

Continuer la lecture

Université Paul Valéry Montpellier 3 : les apprentis sorciers tentés par l’Evaluation Continue Intégrale

La période de crise sanitaire semble propice à l’innovation pédagogique dans le milieu universitaire Français. A l’Université Paul Valéry Montpellier 3, la présidence, dirigée par Patrick Gilli, a tenté lors de la séance du CEVU/CFVU de mardi 9 juin 2020 de proposer rien de moins que la suppression de la seconde évaluation et des examens terminaux, en faveur d’un contrôle continu intégral. Face à l’opposition du syndicat étudiant local (le SCUM) qui y voit un accroissement des logiques sélectives et élitistes, et aux craintes d’enseignants redoutant d’avoir un surplus de copies à corriger (chacun ses priorités !), le projet a été retiré. Mais ce retrait, n’est-ce pas finalement reculer pour mieux sauter ?

Retrouvez ici l’analyse du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) : Continuer la lecture

Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

La question des examens universitaires en période de Pandémie de Covid-19 continue à révéler chaque jour un peu plus l’incurie de certaines présidences d’universités. Aujourd’hui, c’est l’Université de Montpellier qui est mise à l’honneur suite à une séance épique de la Commission Formation et Vie Universitaire de ce jeudi 14 mai. Le syndicat étudiant SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier) revient dans un communiqué sur ce moment d’anthologie.

Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

Lors de la séance du jeudi 14 mai de la CFVU (Commission Formation et Vie Universitaire), l’élue étudiante du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a soumis au vote une proposition de cadrage des notes afin que le contexte particulier lié au confinement soit pris en compte de façon exceptionnelle. Il s’agissait d’autoriser et d’encourager les composantes et les enseignante.s à ne prendre en​ compte dans le calcul de la moyenne du second semestre que les évaluations en contrôle​ continu s’étant déroulées avant le 13 mars, ainsi que les notes strictement supérieures à​ 10/20 à l’issue des examens en distanciel.​
En complément, nous proposions dans notre cadrage que la « règle du max » serait appliquée pour ce semestre entre​ les examens et les rattrapages, afin de conserver la meilleure des deux notes obtenues​. Cette modalité est en vigueur depuis de nombreuses d’années dans beaucoup d’universités, comme à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, et encourage les étudiant.e.s à aller aux secondes évaluations afin d’améliorer leurs notes.
Balayant d’un revers de la main les difficultés rencontrées par des milliers d’étudiante.s, la présidence de l’université et ses affidés ont voté contre toute forme de cadrage des notes (19 contre, 3 pour, 1 abstention, 1 ne prend pas part au vote). Les 3 votes favorables à la prise en compte des difficultés liées à la situation sanitaire et sociale étaient ceux de notre élue du SCUM, et de deux enseignant.e.s, que nous remercions pour leur soutien et leur engagement en faveur des étudiant-e-s. Nous regrettons que les autres représentant.e.s étudiant.e.s se soient rangés du côté d’une présidence qui méprise ouvertement les conditions d’études et les chances de réussite de milliers d’étudiants.
Plusieurs membres des directions de composantes se sont opposés aux mesures de bon sens que nous proposions, prétendant que les étudiant.e.s ne rencontrent « aucun problème » numérique. Apparemment, nous « dramatisons » les conditions d’études pendant le confinement…
Nous rappelons que face à l’ampleur de la précarité alimentaire étudiante pendant le confinement, des associations humanitaires et le CROUS ont du organiser des distributions de nourriture. Nous rappelons aussi que face à la détresse et l’anxiété généralisée, des lignes téléphoniques d’écoutes ont du être ouvertes par de nombreuses institutions et associations.
Comment osent-ils nier la gravité d’une pandémie mondiale qui nous a imposé d’être enfermés pendant 55 jours, parfois dans des logements exigus et insalubres ?
On pourrait se demander dans quelle tour d’ivoire vivent ces gens !
Force est de constater ici qu’il ne s’agit ni d’ignorance, ni d’incompétence, mais juste d’une mauvaise foi assumée mise au service d’un élitisme débridé et déconnecté de la réalité.
Depuis plusieurs semaines, des centaines d’étudiant.es de plusieurs composantes de l’Université de Montpellier ont lancé l’alerte à travers des pétitions, démontrant ainsi l’ampleur des difficultés rencontrés. Les étudiant.e.s de la Faculté de Droit et Sciences Politique, de la Faculté des Sciences, en Master et Doctorat, ou encore de la Faculté de Pharmacie, ont alerté de façon massive et répétée les directions de leurs composantes sur les conditions inégalitaires et dégradées dans lesquelles se déroulent les examens en ligne.
Ces pétitions et alertes montrent bien que l’absence de cadre d’organisation et l’autonomie laissée aux composantes de l’université revient à créer d’importantes inégalités entre étudiant.e.s face à leurs partiels, dans un contexte sanitaire et social inédit.
Encore une fois à l’Université de Montpellier, les étudiant.e.s sont juste une variable d’ajustement.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

L’Université Paul Valéry Montpellier 3 vote ses modalités d’examens : les « bonnes intentions » au détriment des étudiants

En pleine pandémie mondiale, les directions des universités Françaises sont actuellement en train de mettre en place les modalités d’évaluation des étudiants. Bien souvent, la situation sanitaire et sociale engendrée par le Coronavirus ne semble pas prise en compte. A Montpellier, l’Université Paul Valéry ne semble pas déroger à règle, comme en témoigne ce communiqué du syndicat étudiant local, le SCUM (Syndicat de Combat universitaire de Montpellier).


L’Université Paul Valéry vote ses modalités d’examens : les « bonnes intentions » au détriment des étudiants

Mercredi 15 avril se tenait le Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’université Paul Valéry Montpellier 3, chargé de définir les modalités d’examens du second semestre, dans un contexte de fermeture de l’établissement et confinement généralisé.

Pendant plus de 6h d’affilée, les élus étudiants du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM), soutenus par la voix de la CGT des universités, ainsi que l’ensemble des élus étudiants ont défendu, par de multiples propositions, qu’un cadre unique soit appliqué à toutes les évaluations.

Le Règlement des Etudes que nous avions dévoilé et analysé le 10 avril a été adopté. La validation et neutralisation du semestre furent refusés en bloc par les enseignants et la présidence. Même la proposition du vice-président étudiant, de maintenir les examens en ligne avec, en cas de note inférieure à 10, un report de la note du premier semestre fut rejetée.
A chaque fois, les 19 enseignants et personnels se sont coalisés pour refuser l’ensemble des propositions émises par les 16 voix étudiantes et du personnel CGT.
Trois voix de différence, c’est peu, mais cela change tout pour les près de 22000 étudiants de l’université.

L’échec du recensement des difficultés numériques : l’université sans nouvelles de 64,3 % des étudiants.

Pourtant, rien ne permet actuellement de garantir que l’ensemble des étudiants de l’université Paul Valéry Montpellier 3 pourra effectivement passer ses examens. L’université a envoyé des SMS et e-mails aux 21664 étudiants de l’université afin de recenser celles et ceux étant en situation de « rupture numérique ». Si cette initiative a été abondamment médiatisée par la présidence de l’université, les résultats réels de ce sondage n’ont été communiqués qu’après le dépôt d’une motion spécifique par les élus étudiants du SCUM. Ce peu d’empressement à communiquer les résultats s’explique par l’échec cuisant de cette campagne de recensement des difficultés numériques : sur les 21664 étudiants contactés, seuls 7725 ont répondu, soit uniquement 35,7%. Ainsi, l’université n’a aucune nouvelle de 64,3% de ses étudiants, et personne ne sait combien parmi ceux-ci ne pourront pas être en mesure de passer leurs examens.

Plébiscités par les étudiants, les Devoirs Maison « encouragés » mais pas généralisés.

Dans un sondage publié par un étudiant du SCUM sur le groupe Facebook des étudiants de l’université deux jours avant la séance du CEVU, plus de 800 étudiants ont répondu. Moins de 1% des étudiants se sont prononcés pour le report des examens, et seulement 11% en faveur des devoirs en ligne, pourtant privilégiés par la présidence de l’université. A contrario, 36% des étudiants ont demandé la neutralisation ou la validation automatique du semestre. Et ce fut plus de 52% des étudiants ayant répondu au sondage qui ont demandé des examens sous forme de Devoirs Maison à rendre sous 21 jours.
Cette dernière proposition, formulée par le SCUM et la Corpo Lettres Epsylone permettait de garantir les conditions d’examens les plus équitables et les plus accessibles pour l’ensemble des étudiantes et étudiants de l’université. L’amendement au Règlement des Etudes que nous avons soumis au vote afin de généraliser cette solution fut rejeté par 19 voix contre 16.
Cependant, malgré la non-généralisation des Devoirs Maison, l’université a accepté lors des réunions et échanges précédant le CEVU d’« encourager » les enseignants à recourir à cette modalité d’évaluation. Ainsi, entre 60% et 70% des examens se feront effectivement sous forme de Devoirs Maison.

Une rupture d’égalité préjudiciable pour l’ensemble des étudiants.

Toutefois, nous ne pouvons-nous satisfaire de ce résultat. En effet, les modalités d’examens consacrent le principe de l’inégalité entre les étudiants. Tout dépendra des modalités choisies par chaque enseignant. Certaines évaluations se feront en ligne, de façon chronométrées sur la plateforme pédagogique Moodle, connue pour ses bugs, d’autres par le rendu de Devoirs Maison, et certaines se feront même par des oraux en visiophonie ! Ces examens ne prennent pas en compte les difficultés de confinement rencontrées par beaucoup d’étudiants (bruit, connexion fluctuante, crises d’angoisse)

Continuer la lecture