Collecte pour le collectif des PrécairESR

Update 23/1/2023

L’inter-collectif des précaires de l’ESR continue son travail d’organisation et coordination. Le coup d’envoi réussi du mouvement social contre la réforme des retraites rend encore plus urgent pour nous l’organisation des rencontres des collectifs en présentiel pour gagner en efficacité. Les discussions d’organisation sont en cours, la date n’est pas arrêtée, mais il serait sans doute pertinent de tenir cette rencontre en février ou début mars au plus tard.

Précisions au sujet de la caisse de mobilisation – 23 janvier 2023

Nous voulions apporter des précisions au sujet de la caisse de mobilisation que nous avons récemment diffusée à l’aide d’Academia et Université Ouverte.

Le Discord “Coordination des précaires de l’ESR et de leurs collectifs” a été fondé en septembre 2022. Il rassemble à l’heure actuelle plus de 200 précaires de l’ESR issu·es d’une cinquantaine d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Les précaires de Pau, Toulouse, P13, Aix-Marseille, Saclay, Grenoble, Nantes et P1 y ont des salons. Ont également participé à des réunions du Discord des précaires de P8, de Condorcet, de Montpellier, de l’INRAE, de Sorbonne Université,  de Bordeaux, de Paris-Cité, de Dicensus (Strasbourg), de la CJC et, jusqu’à une date récente, de l’ANCMSP. Les syndiqué·es sont minoritaires, mais tout l’arc syndical de gauche est représenté. Les réunions sont diffusées dans et en-dehors du Discord, via des événements Facebook notamment, mais aussi des post Twitter et des mails sur la liste mail ecprecaires_national@lists.riseup.net. Les comptes-rendus sont disponibles sur le Discord.
L’idée d’une caisse de mobilisation s’est imposée pour permettre l’organisation d’une rencontre nationale en présentiel des collectifs de précaires de l’ESR. Le but premier et actuel et, pour le moment,  modeste de la caisse de mobilisation est de pouvoir proposer aux précaires qui ne pourraient se financer autrement de leur payer les billets de train pour qu’ils et elles puissent se rendre à cette rencontre des collectifs. Au cours de cette rencontre devront être établis des mandats plus détaillés sur la gestion de cette caisse et les autres usages envisagés.

Pour les précaires réuni·es sur le Discord

Grâce à vous, nous avons déjà récolté 900 euros environ.

Entre syndicats étudiants et les syndicats de travailleur·ses, les collectifs de précaires de l’ESR font structurellement figure de parents pauvres : nos possibilités d’auto-financement, première condition nécessaire de l’autonomie politique, sont très limitées. C’est pourquoi l’inter-collectif des précaires de l’ESR lance une caisse de mobilisation :

Son premier usage sera de financer les frais de déplacement des membres des collectifs ne pouvant trouver d’autres apports de fonds pour se rendre à cette rencontre des collectifs de précaires. Mais elle pourra aussi servir à financer l’impression de tracts et affiches et la production de banderoles ; constituer le début d’une caisse de grève, tout particulièrement pour pouvoir compenser les pertes de salaires des vacataires d’enseignement, toujours payé·es à la tâche, …

Nous garantissons la transparence totale sur l’utilisation des fonds récoltés, en publiant régulièrement des bilans. Le véhicule envisagé est l’association Folia, que les précaires membres du comité national de coordination des Facs et Labos en Lutte ont utilisé au cours du premier confinement pour rassembler des fonds destinés aux travailleur·ses précaires de l’ESR et aux étudiant·es en difficulté, à hauteur, en fin de période, de plus de 28 000 euros de dons.

Les collègues qui le peuvent et qui souhaitent soutenir l’auto-organisation des collectifs de précaires sont donc invité·es à réaliser des dons, ponctuels ou mensuels, à la caisse de mobilisation de l’inter-collectif, ainsi qu’à la diffuser autour d’elles et eux.

Mobilisation retraites : les libertés universitaires et le droit de grève attaqués

Photo: Alternative étudiant-es Strasbourg, 19 janvier 2023

À Strasbourg, les CRS sont intervenus à la fin de l’assemblée générale post-manifestation. Sur plusieurs sites, les bâtiments ont été fermés – les agent∙es étant « invité∙es » à télétravailler.

Quelques rappels juridiques de base :

  • Pour ce qui concerne l’initiative strasbourgeoise, les forces de police n’ont en principe pas plus le droit de pénétrer sur les sites universitaires qu’ils n’ont le droit de pénétrer dans des lieux privés. La liste des exceptions est limitativement déterminées (mandat d’arrêt, par exemple). Parmi ces exceptions, il figure la possibilité pour la présidence d’université de demander cette intervention, au titre de ses prérogatives de police administrative tirées de l’article L712-2 alinéa 6. On peut s’inquiéter du fait qu’en pratique, les présidences semblent de plus en plus enclines à faire appel, pour un oui ou pour un non, aux forces de police, comme si – pour reprendre une vieille formule du président Vedel, pourtant pas suspect de gauchisme, “l’enceinte universitaire” n’est désormais “pas plus sacrée que l’enceinte du chemin de fer”. C’est le sens même des “franchises universitaires” que les présidences d’établissement ne voient plus, alors même que ces franchises sont un dispositif central pour la protection de la liberté d’expression et de réunion des agent∙es et des usager∙es du service public de l’enseignement supérieur, à savoir les étudiant∙es. Academia propose une analyse complète ici de ce point, qui représente aujourd’hui un gigantesque angle mort.
  • En vertu des dispositions sur le télétravail dans la fonction publique, le télétravail se fait sur la base d’une convention et du volontariat. Elle ne peut pas être imposée par la direction et elle ne concerne par les enseignants-chercheurs. Cette pratique de fermeture et d’ « invitation » au télétravail pourrait d’ailleurs représentation une atteinte du droit constitutionnel de grève. A suivre.

 

VIDEO. Libertés académiques dans le monde. Un colloque de l’EHESS autour des sciences sociales

L’EHESS vient de mettre en ligne les vidéos de son colloque “Sciences sociales en danger” où étaient invité·es plusieurs chercheuses et chercheurs étranger·es donnant une perspective internationale sur le sujet des libertés académiques aujourd’hui.

1. Engagement dans les sciences sociales : contraintes et tensions dans le monde

Les sciences sociales, en tant que savoirs critiques et émancipateurs, sont exposées aux tensions politiques des contextes où elles se produisent.  Ces tensions varient selon les types de régimes, les régions, les conjonctures historiques ; elles se traduisent par certaines contraintes exercées sur le débat public et les conditions de la recherche et de l’enseignement. À partir d’une cartographie des situations, cette table-ronde identifie les enjeux auxquels les sciences sociales sont confrontées aujourd’hui.

Janika Spannagel (Politiste, Freie Universität Berlin – cluster SCRIPTS), Olivier Jpuanjan (juriste, Panthéon Assas), Marie Ladier-Fouladi (démographe, CNRS/EHESS), Sebastian Veg (historien, EHESS), Nikolay Koposov (historien, Institut de Technologie de la Géorgie, Atlanta, États-Unis), Valentin Behr (politiste, IEA Paris),  Ewa Tartakowski (sociologue, CNRS)

Continuer la lecture

Mandat d’arrêt international et nouvelle audience. Soutien à Pinar Selek

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 16 janvier 2023

Six mois après l’annonce par voie de presse de l’annulation de
l’acquittement, la décision de la Cour Suprême a été enfin notifiée aux
avocat.es de Pınar Selek, ce 6 janvier 2023, par la Cour d’Assise
d’Istanbul. Ces six mois d’attente insupportable et de nouvelle torture
psychologique pour Pınar Selek se soldent par une parodie de justice.
Pınar Selek fait l’objet d’une mesure de mandat d’arrêt international
demandant son emprisonnement immédiat. Cette décision est prise par le
Tribunal Criminel d’Istanbul avant même que les juges de cette
juridiction ne se soient prononcés lors d’une première audience, fixée
au 31 mars 2023.

Le 21 juin 2022, l’agence de presse publique turque a annoncé
l’annulation par la Cour Suprême de Turquie du quatrième acquittement de
Pınar Selek, prononcé le 19 décembre 2014 par le Tribunal criminel
d’Istanbul. Auparavant, Pınar Selek avait effectivement comparu au cours
de trois procédures criminelles, qui ont toutes constaté son innocence,
au long des 25 années de persécution politico-judiciaire qu’elle
continue à subir. Après l’avoir emprisonnée et torturée pour ses
recherches sociologiques sur les Kurdes, le pouvoir turc a décidé de
faire d’elle une « terroriste » en fabriquant de toutes pièces les
éléments voulus pour démontrer contre toute évidence la survenance d’un
attentat, alors que tout a établi que l’explosion du Marché aux épices
d’Istanbul de 1998 a été provoquée accidentellement.

Continuer la lecture

INSPE Paris. Comment l’islamophobie est enseignée aux futurs profs

En passant

L’INSPE Paris semble se complaire à propager une idéologie nauséabonde: après sa Journée laïcité en 2017, qui avait entraîné un communiqué intersyndical ( Ferc Sup CGT Paris Sorbonne, CGT Educ’action 75, SNEIP CGT 75, Sgen-CFDT 75, Sud Education 75) aussi unanime que cinglant,  son directeur, Alain Frugière s’était fait remarquer pour sa participation dans le « colloque de la honte » sur laquelle il ne s’est jamais expliqué. On se demande à quel point cette caution hiérarchique donne un signal d’encouragement à celles et ceux qui instrumentalisent la laïcité comme « cache sexe » de l’islamophobie et du racisme, qui hiérarchise cultures et individus ?

Extraits. À l’Institut national du professorat et de l’éducation de Paris (INSPE), les étudiants du Master 1 « Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation » (MEEF) suivent un cours sur la laïcité et les faits religieux aux accents… tout sauf laïcs. Blast s’est procuré un document extrait d’un support de travail digne d’un meeting d’Éric Zemmour.

Extraits de documents pédagogiques. Inspe Paris, 2023

Depuis deux jours, un extrait de partiel tombé en M1 MEEF à l’INSPE de Toulouse circule sur les réseaux sociaux. Dès la première question, les étudiants sont mis en situation : « A la fin d’un de vos cours, un élève vient vous interpeller (…). Il y’a quelque chose qu’il ne comprend pas et qu’il trouve injuste : une de ses amies a été exclue de l’établissement car elle refusait d’enlever son foulard. “Pourquoi n’est-on pas libre de s’habiller comme on veut ?” vous demande-t-il. En vous appuyant sur les principes et les valeurs de la République et sur des références juridiques, que pouvez-vous lui répondre ? ».

Revalorisation pour tous et toutes les contractuel∙les : une pétition à l’INSERM

Dans un arrêté du 26 décembre 2022, la Ministre Sylvie Retailleau établissait égalité de traitement entre tous les agent∙es contractuel∙les doctorant∙es. Une nouvelle bataille commence.

La revalorisation salariale prévue pour janvier 2023 à l’INSERM devrait bénéficier à toutes et tous les contractuel·les, et pas seulement aux nouveaux et nouvelles recruté·es. 

À partir de janvier 2023, un  nouveau barème de rémunération, sensiblement réévalué, s’appliquera aux agent·es contractuel·les de l’INSERM. Une revalorisation indispensable compte tenu de l’inflation galopante et des problèmes d’attractivité rencontrés depuis plusieurs années par l’établissement.
Toutefois, il a été décidé de façon incompréhensible que les contractuel·les qui sont déjà en poste – y compris si leur contrat est renouvelé en 2023 ou
postérieurement – ne sont pas éligibles à cette revalorisation !

Une partie essentielle de la recherche en France est assurée par des agent·es contractuel·les (36% de l’effectif total de l’Inserm en 2021). Cette revalorisation fragmentaire va fragiliser les collectifs de travail en générant, à fonction égale, une inégalité de traitement salarial inexplicable et conduira également de nombreux contractuel.les à démissionner, ce qui risque de mettre en péril nombre d’études et de projets de recherche en cours.

Nous revendiquons la révision de cette décision arbitraire et préjudiciable afin de prévenir une mise en danger de la recherche en France : l’INSERM doit appliquer la même politique salariale à toutes et tous ses agent·es contractuel·les.

Pour signer la pétition →

Pour plus d’information

BADASSES ! Nouveau blog contre les violences sexistes et sexuelles dans l’enquête en sciences sociales

BADASSES, blog d’Auto-Défense contre les Agressions Sexistes et Sexuelles dans l’Enquête en Sciences Sociales, publie le Manifeste qui préside à sa création, signé par un collectif de jeunes chercheuses en sciences sociales. Elles entendent lutter contre l’inaction et l’invisibilisation des violences sexistes et sexuelles dans l’enquête scientifique en offrant des témoignages et une veille bibliographique.

https://www.flickr.com/photos/studioh/98577193/in/photolist-9HeyM-azY58z-5TCsA8-czSEdh-pLSspz-cbB9DS-apMBur-4rGhBW-LCFjfA-3VYvc-k5GCK1-4rZV5x-26sEWyK-7rGjr-65yBKX-83A1bq-22Epzws-2m2m9oH-6qGcH2-xs2FNh-233zscB-78nn6J-ggXWef-3awT6G-FemJ99-nMC1sj-9atMkZ-6odtX6-6qa2sA-5Mzvt-679HNv-4eemRG-oNsFD9-4XbfVH-4fcrc-QytYGo-aifpKs-2Lda75-8FL37N-7zZeXs-4rGhC3-4rGhBQ-4rGhBL-2ZCtE1-6tTUg-8z5P6E-jMLMT-4rGhBE-bHHQKF-z5aSE
Badass. Crédit: Chris Humphrey, 2006

Manifeste

« Les anthropologues ne se font pas violer ou harceler, les femmes si »* Moreno, 1995

C’est ce qu’écrivait Eva Moreno dans un article témoignant du viol qu’elle a subi lors d’une enquête de terrain vingt ans auparavant. Ne nous méprenons pas : la date n’explique rien. Aujourd’hui encore, les violences sexistes et sexuelles s’immiscent dans la relation d’enquête. Sans grande surprise, la fonction de chercheureuse ne nous protège pas. C’est parce que femme, ou minorité de genre, qu’on est harcelé·e, agressé·e, violé·e ; et en tant que chercheureuse et sur notre espace de travail que cela arrive.

Loin d’être anecdotiques, les violences sexistes et sexuelles dans l’enquête, tout comme dans l’ESR, sont pourtant invisibilisées : à l’Université, c’est le silence qui règne. Alors que les théories féministes et les études de genre ont largement travaillé sur les violences sexistes et sexuelles, que la sociologie regorge d’outils pour analyser les relations de domination, que la réflexivité dans l’enquête s’est imposée dans les sciences sociales, on ne peut que constater l’absence de la prise en compte de ces violences au sein de nos formations. À l’exception de quelques initiatives personnelles, souvent sous forme de séminaires ou de conseils informels aux jeunes chercheureuses, rares sont les TD de méthodologie où l’on discute de ces problématiques, des ressources dont les étudiant·e·s pourraient se saisir pour mieux penser les méthodes d’enquête, se protéger sur le terrain, et acquérir les outils permettant d’analyser et d’objectiver ces violences.

Pour lire la suite du Manifeste et consulter le blog →

Suspension de TestWe à l’Université de Paris-8 : vers la fin de la surveillance abusive ?

Sur l’usage de TestWe et la mobilisation ayant conduit au référé liberté :

Nantes Université au Conseil d’État : Victoire pour les libertés académiques et pour SUD-Éducation 44 !

Update 3/2/2023 – Un universitaire n’est cependant pas un fonctionnaire comme un autre.”

 Justice pour nos collègues enseignants-chercheurs,

indûment poursuivis et sanctionnés 

communiqué de SUD-Éducation 44  – version presse

Aux termes de quatre années et demi de procédures, le Conseil d’État, dans la décision qu’il a rendue le 15 novembre 2022, a définitivement annulé la sanction de trois mois de retard à l’avancement d’échelon qui avait été infligée le 11 février 2021 par la section disciplinaire du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER) à notre collègue Gildas Loirand, sociologue et maître de conférences à Nantes Université. Après avoir été suspendu de toutes ses fonctions à titre conservatoire pour une durée de quatre mois, celui-ci avait été poursuivi en mai 2018 par le président en exercice de notre établissement pour avoir supposément « attisé » une vive expression de colère d’une cinquantaine d’étudiants et participé de la sorte à un « mouvement d’intimidation violent » et à une « agression » de cadres administratifs en marge d’une surveillance d’examen tenue en pleine contestation du dispositif de sélection ParcourSup et de la loi Orientation et Réussite des Étudiants (ORE). Le 20 juillet 2018, la section disciplinaire de Nantes Université avait, en première instance, prononcé à l’encontre de Gildas Loirand une sanction de six mois de retard d’avancement d’échelon, alors même que l’instruction de cette affaire, hautement politique, aurait exigé un dépaysement géographique (les membres de la section disciplinaire étant des élus au conseil d’administration de l’université). La peine avait ensuite été réduite de moitié en appel devant le CNESER en 2021 et désormais définitivement annulée par le Conseil d’État le mois dernier. Dans sa décision, le Conseil d’État a toutefois pris le parti de ne pas régler le litige au fond et de renvoyer l’affaire devant le CNESER disciplinaire, très probablement pour que notre collègue Gildas Loirand y soit finalement relaxé au regard des termes du jugement prononcé. Continuer la lecture

Toute honte bue. 1480€ brut mensuels pour un temps plein d’enseignant-chercheur en sociologie

Voici l’annonce parue hier sur Indeed, proposant une rémunération inférieure au SMIC.

Enseignant·e en sociologie

1 480 € par mois – Temps plein

Détails du poste

Salaire

1 480 € par mois

Type de contrat
Temps plein

Analyse de recrutement

Activité de l’offre d’emplo Continuer la lecture

Une semaine de menaces de l’extrême-droite sur les campus

Une semaine sous haute tension fascistes à Bordeaux, à Lille, à MontpellierNantes, à Paris et ailleurs, pendant à Lyon ou à Strasbourg,des néonazis défilent, sans être inquiétées.

Lille


Bordeaux

Communiqué de presse_8 décembre 2022 de Lionel Larré, président de l’Université Bordeaux Montaigne

Pessac, le jeudi 8 décembre 2022

Condamnation des violences à l’encontre des libertés académiques et des élus de la République

Mercredi 7 décembre 2022, deux députés de la République organisaient une rencontre avec les étudiants de l’Université Bordeaux Montaigne pour échanger sur les conditions de vie étudiante et sur l’université en général. Parallèlement, un spectacle de théâtre se déroulait en un autre endroit de l’université. Une vingtaine d’individus cagoulés, armés de barres de fer et proférant des slogans racistes ont tenté d’abord de s’introduire dans l’amphithéâtre dans lequel se déroulait la rencontre avec les élus, avant de tenter ensuite d’intimider les organisateurs et spectateurs de la pièce de théâtre. La police est intervenue pour disperser les agitateurs. La conférence et le spectacle ont néanmoins pu se tenir et s’achever à l’heure prévue.

Continuer la lecture

CheckAcademia. Un∙e enseignant∙e-chercheureuse doit-iel surveiller les examens des autres ?

Une décision touchant un enseignant-chercheur de l’Université de Lorraine a fait jurisprudence ce printamps 2022 au sujet de surveillances d’examen. Pourtant, la jurisprudence est constante en la matière.

Article 1er : Les interventions de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et du syndicat national de l’enseignement supérieur ne sont pas admises.

Article 2 : L’université de Lorraine est condamnée à payer à M. C… la somme de 1 106,75 euros au titre de son préjudice économique et la somme d’un euro au titre de son préjudice moral, majorées des intérêts au taux légal à compter du 27 mars 2017.

Pour lire l’arrêt →