Victoire des organisations syndicales et de nos élu·es de la CFVU de Paris 1 !!

Notre détermination n’aura pas été vaine !!

Aujourd’hui, le juge administratif a rejeté la demande de suspension de notre cadrage concernant les modalités de validation du semestre datant du 5 mai 2020. Cette demande avait été déposée en référé-supension par Monsieur le Directeur de l’Ecole de Droit de la Sorbonne, ainsi que les directeurs des UFR d’Economie, d’Histoire de l’Art, Ecole des Arts, de Gestion, d’Histoire et MIASH.

Le juge a admis nos mémoires en défense. Côte à côte, élu.es étudiant.es, BIATSS et enseignant.es ont défendu l’Université et les décisions prises dans le cadre de ses institutions démocratiques.

Plus que jamais et fort.es de cette ordonnance de jugement, nous appelons la présidence à rappeler que le cadrage s’applique depuis le 5 mai et que nul.le ne peut y déroger.

L’ensemble de notre communauté universitaire n’a que trop longuement subi injonctions et décisions contradictoires ; il est temps de terminer cette année universitaire et de nous préparer dans la concertation à la rentrée prochaine.

Lien pour consulter l’ordonnance de jugement

Les organisations syndicales
UNEF Paris 1, CGT Ferc Sup, Snesup-FSU

Victoire sans appel à Paris-1 !

C’est donc la fin de la saga.

Saluons la détermination,la compétence et le talent des étudiants et aux étudiantes de Paris-1 qui ont porté leurs idées et la défense de leurs conditions d’études dans l’instance collégiale qu’est la Commission de la formation et de la vie étudiante, qui les ont fait adopter par le vote et qui les ont défendues en justice 

C’est une grande victoire pour la démocratie universitaire !

Au-delà de la crise sanitaire : redonner une mission à l’Université et du sens à notre métier !

1. Constat

La crise sanitaire est un révélateur des principes de fonctionnement du système mis en place dans l’ESR depuis quinze ans : les décisions prises dans l’urgence pour y faire face sont le plus souvent un instrument de renforcement de ces principes.
Si des réponses ont été apportées – tardivement, mais ce fut le cas partout en France – pour gérer le confinement en protégeant les étudiants et les personnels, si les risques ont été contrôlés et si le « lien » a souvent été maintenu, au prix d’efforts considérables, avec un nombre non négligeable d’étudiants et d’étudiantes, beaucoup d’entre eux ont cependant été laissés de côté pour des raisons sociales, sanitaires ou logistiques : de 10 à 40 % au moins selon les universités et les années d’études. Malgré les difficultés dans lesquelles les personnels administratifs et enseignants se retrouvaient pour exercer leur métier, la défense illusoire de la « continuité » à tout prix l’a souvent emporté dans les mesures prises par les présidences, comme si l’enseignement à distance et le télétravail pouvaient remédier à tous les problèmes.

La seule « continuité » qui a été assurée est bien à ce titre celle de la forme des décisions jusqu’à reproduire parfois les pratiques du pouvoir au plus haut niveau au mépris de la réalité des situations. Dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, la législation permet un gouvernement extraordinaire des universités, qui passe notamment par la prolongation des équipes présidentielles sortantes [1], les dotant de pouvoirs exceptionnels bien au-delà de la seule gestion des affaires courantes. Les instances collégiales ont ainsi été affaiblies, réunies dans des circonstances problématiques – lorsqu’elles étaient réunies –, les directions administratives universitaires renforcées s’adressant directement aux membres des instances en court-circuitant ces dernières : ainsi des CHSCT, cruciaux en cette période.
Comment en sommes-nous arrivés là ? Le cadre institutionnel actuel, qui n’imagine que concentration du pouvoir et contraintes renforcées sur les acteurs, est tout aussi inadapté à la gestion de l’urgence absolue et au temps resserré de la crise qu’il l’était au quotidien des facs. La bureaucratie autoritaire promue ces dernières années ne voit rien, n’entend rien, n’écoute pas. Imposé sous le nom d’« autonomie des universités », ce dispositif tient par l’existence d’un petit groupe d’experts auto-proclamés, pris depuis quinze ans dans un jeu de chaises musicales bien orchestré qui les conduit à se partager et s’échanger les postes de pouvoir (tour à tour présidences, cabinets ministériels, rectorats, directions d’administration centrale ou d’agences, direction de Comue, charges de missions nationales, nomination au tour extérieur dans telle ou telle institution étatique), avec les avantages matériels et les lourdes primes afférentes à ces fonctions. Cette bureaucratie hors-sol s’est éloignée peu à peu de tout lien effectif avec les réalités qu’elle est censée organiser et administrer, toujours en retard ou en avance d’une (mauvaise) mesure. En temps normal ce système irrite et dysfonctionne ; en temps extraordinaire, ses effets peuvent devenir dramatiques.

Aussi cette crise appelle-t-elle chacun et chacune d’entre nous à réfléchir aux formes que peut prendre notre réaction, notre résistance si besoin est, face au cadre imposé au nom de l’urgence, lequel risque de transformer notablement et durablement les conditions d’exercice de notre métier à tous les niveaux – administratif, pédagogique, scientifique.

2. L’évaluation n’est pas la seule fin de l’enseignement universitaire

Université de Dijon3, printemps 2008

Dans un nombre trop grand d’universités, l’exigence qui a été placée au tout premier rang a été l’évaluation des étudiants alors même que les enseignements n’étaient, pour la plu-part, que partiellement dispensés. On prétend dissiper les inquiétudes des étudiants en précisant les conditions de validation de leur année universitaire, et on n’écoute pas les représentants des étudiants, comme le montre bien ce qui vient de se passer dans la CFVU de Paris I, où leurs propositions ont été successivement écartées sans vote, puis votées, puis éliminées de nouveau parce que contradictoires avec l’avis du ministère et la conviction du président d’université encore en place. Le degré de sophistication imaginé pour rendre possibles envers et contre tout des examens en ligne est à la mesure de l’incompréhension de l’état dans lequel se trouve une part importante d’entre eux. La réalité est que des milliers de personnes étudient dans des conditions très difficiles, certaines ne peuvent simplement plus étudier parce que leur premier objectif est de se nourrir. Dans ces conditions, imposer une évaluation des étudiants n’a plus rien à voir avec la transmission d’un savoir.

Lire la suite sur le site de SLU →

Les grands dangers de la connexion de Mme Vidal

Ne pas répondre aux questions du Parlement : les bienfaits de la visio-conférence

Nous avions connu l’arrêt brutal d’une instance collégiale à l’initiative de sa présidence, nous avons maintenant une Ministre qui n’entend pas les questions et n’y répond pas en raison (ou grâce à) une communication défaillante.

Nous n’aurons pas de réponse sur la LPPR. Mais pas non plus sur grand chose d’autre…

En résumé:

Lettre des représentant·e·s élu·e·s des doctorant·e·s de l’école doctorale Sociétés, Temps, Territoires (ED STT) à la Ministre

Les représentant·e·s élu·e·s des doctorant·e·s de l’école doctorale Sociétés, Temps, Territoires (ED STT) Universités d’Angers, Bretagne Occidentale, Bretagne Sud, Le Mans, Nantes et Rennes

À Mme la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), À Mmes et MM. les député·e·s, sénatrices et sénateurs de nos circonscriptions de travail et de vie,

Aux président·e·s des universités et écoles où nous étudions, Aux directrices et directeurs des laboratoires qui nous accueillent, Au directeur de notre école doctorale, À tou·te·s les doctorant·e·s,

Le 19 mai 2020.

Objet : propositions suite aux engagements du MESRI d’accompagner les universités afin de prolonger les contrats doctoraux et de soutenir tou·te·s les doctorant·e·s.

Mesdames, Messieurs,

En France, un·e doctorant·e est accueilli·e dans un laboratoire au sein d’une université et/ou école, pour ses recherches et la prolongation de ses études, mais également accompagné·e par une école doctorale pour le déroulement de sa thèse. C’est pourquoi notre rôle d’élu·e·s à l’école doctorale est de mettre en oeuvre les meilleures conditions de travail et d’études pour les doctorant·e·s afin de garantir l’excellence de la recherche française. En sciences humaines et sociales, cette recherche est majoritairement non financée : en moyenne, seul un tiers des doctorant·e·s de nos disciplines ont un contrat de trois ans avec leur université, une collectivité territoriale, une entreprise, une association, ou autre. Quant aux doctorant.e.s non-financé.e.s, elles et ils doivent enchaîner des vacations et mener de front un travail à temps plein et leur thèse.

Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) a annoncé, le 23 avril 2020, qu’il autorisait d’éventuelles prolongations de contrats doctoraux en cours et qu’il accompagnerait les universités dans cette démarche. Cette mesure est importante, bienvenue et urgente. Pour les doctorant·e·s financé·e·s actuellement en troisième (et dernière) année, la prolongation doit être fixée rapidement pour être effective en septembre. N’ayant pas pu, pour le moment, obtenir de rallonges budgétaires suffisantes pour financer cette mesure malgré l’annonce de la ministre, plusieurs directions de recherche de nos universités ont adressé aux directrices et directeurs de laboratoires des instructions pour procéder à une sélection des doctorant·e·s qui pourront bénéficier de cette mesure. Faute de financements suffisants, cette annonce ministérielle, non suivie d’acte fort, oblige nos universités à procéder à des sélections sur des critères établis en toute hâte.

Ces lettres de cadrage adressées aux directions d’unité ont soulevé de vives inquiétudes chez nombre de doctorant·e·s. Elles suggèrent en effet de privilégier les demandes de prolongations de contrats fondées sur des motifs qui apparaissent plus immédiatement « évidents et incontestables », tels que la neutralisation « des expérimentations longues ou des collectes de données », autrement dit  dans le cas des doctorant·e·s, les interruptions ou annulations de terrain. En outre, il est probable que toutes.tous les doctorant·e·s qui sont dans ce cas ne pourront pas bénéficier de cette mesure puisqu’elles et ils seront probablement trop nombreux·ses.

Les critères mis en place sont à notre avis insuffisants. À l’inaccessibilité des terrains et à l’interruption de la collecte de données, qui entravent effectivement largement l’avancée de la thèse, s’ajoutent de multiples difficultés et autres sources de retard dans notre travail. Elles peuvent ainsi prendre les traits d’une détresse psychologique occasionnée par l’isolement social et le stress créés par la pandémie, ou encore d’une charge mentale et temporelle produite par la nécessité de s’occuper d’enfants, de personnes vulnérables ou de proches malades.

De plus, la « continuité pédagogique » a nécessité des dépenses de temps et d’énergie considérablement accrues, tant pour assurer les cours et les évaluations à distance que pour suivre les étudiant·es et répondre à leurs inquiétudes, laissant peu de place au travail de recherche. Précisons d’ailleurs qu’à cette surcharge de travail s’ajoute, pour celles et ceux qui enseignaient sous statut de vacataire, un paiement des heures plus retardé encore qu’à l’accoutumée, voire une incertitude sur leur paiement intégral, constituant une source supplémentaire de préoccupation mentale et matérielle. Et toutes·tous les doctorant·e·s non ou plus financé·e·s se sont retrouvé·e·s, comme de très nombreux·ses étudiant·e·s, sans revenus, le confinement ayant fait cesser nombre de petits boulots.

L’accès restreint aux ressources documentaires ne peut pas être compensé par les modalités étendues d’accès à distance. Nous expérimentons également des pertes d’efficacité dues à la faible ergonomie d’environnements de travail de fortune : ordinateurs personnels parfois défaillants, petits écrans, absence d’imprimante, connexion erratique à internet depuis nos lieux de confinement, etc.. Autant d’obstacles qui, malgré l’initiative de la direction de certains laboratoires de proposer du matériel informatique et de nombreux·ses universités de venir en aide aux étudiant·e·s, ne peuvent être tout à fait levés. De plus, un environnement de travail n’est pas que matériel : notre travail doit beaucoup aux relations sociales, aux échanges scientifiques et à l’entraide qui s’y jouent. Ensemble, ces facteurs qui nous atteignent à différents degrés nous placent dans des situations de travail inconfortables et peu propices au travail de thèse, lorsque ce dernier n’est pas tout bonnement impossible.

Continuer la lecture

Pour la rentrée 2020, les universités et les laboratoires de recherche ont plus que jamais besoin de moyens et de recrutements

Une version courte de ce texte a été publiée dans Le Monde le 16 mai. Le 18 mai, cette tribune a déjà été signée par plus de 650 personnes. Pour la signer, veuillez compléter ce questionnaire.

  • Tribune de Facs et labos en lutte

Depuis le 16 mars, la fermeture des universités et des laboratoires a considérablement bouleversé les activités de l’enseignement supérieur et de la recherche. Alors que les personnels ont poursuivi leur mission de service public, le confinement a opéré comme un révélateur des inégalités et de la précarité : celles des étudiant·es et en première ligne les étudiant·es boursier·es et étranger·es, mais aussi celles des doctorant·es et des enseignant·es vacataires qui font fonctionner les formations proposées à l’université dans des conditions de travail à la limite de la légalité.

Pendant cette période difficile, les informations données par le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESRI) ont été rares, et parfois scandaleuses comme lorsque l’on apprenait que les chargé·es de cours ne seraient pas prioritaires pour le versement de leur paye. Le 7 mai, Frédérique Vidal a annoncé dans un entretien pour Le Parisien une rentrée 2020 dématérialisée. Dans les universités, le bruit court qu’il faut s’y préparer, mais aucune concertation avec les équipes pédagogiques et administratives (et encore moins avec les étudiant·es) n’est véritablement menée. Pourtant, si la situation sanitaire, accompagnée de distribution de masques et d’administration de tests, permet de rouvrir les écoles, les usines et les transports, nous devons trouver les moyens d’accueillir les étudiant·es.

Alors qu’une partie de la communauté universitaire est mobilisée depuis le 5 décembre contre la contre-réforme des retraites, mais aussi contre le projet de LPPR, future loi de programmation de la recherche qui propose plus de précarisation des personnels et moins de financements pérennes, nous pensons que nos revendications se posent avec encore plus d’acuité. Comme à l’hôpital, la seule bonne façon d’affronter la crise est de le faire avec des moyens supplémentaires, en rupture avec la logique austéritaire.

Retrouver le chemin de nos universités : des moyens pour les étudiant·es

La « continuité pédagogique » telle qu’elle s’est organisée dans l’urgence a été très mal vécue. Les enseignant·es se sont retrouvé·es gestionnaires et producteur·ices de formations à distance. Les personnels administratifs ont dû inventer des procédés de télétravail en quelques jours. Les étudiant·es se sont retrouvé·es non-équipé·es et perdu·es face aux informations contradictoires et aux contenus de cours en ligne. Le confinement a encore révélé l’ampleur de la précarité étudiante. Sur tout le territoire des brigades solidaires, des syndicats et des associations ont organisé la distribution de colis alimentaires, qu’aucune distribution d’ordinateurs et de clés 4G ou aide de 200 euros ne pouvait compenser. L’urgence de la rentrée 2020 est la mise en place d’un plan de soutien pour les étudiant·es, notamment les plus précaires.

Par ailleurs,il est impensable pour les équipes de pérenniser les modalités d’enseignement à distance qui comportent des aspects anti-pédagogiques. Les différentes enquêtes menées par des sociologues et par les syndicats étudiants (Solidaires étudiant-es et l’Alternative) indiquent un décrochage des étudiant·es les plus vulnérables et les moins doté·es socialement. Nous refusons que la seule alternative aux amphis bondés et aux cours surchargés soit un recours systématisé à des cours en ligne. De plus, de nombreuses formations proposées à l’université sont construites sur des cours pratiques qui ne peuvent en aucun cas muter vers des formes dématérialisées. Un enseignement de qualité nécessite d’être en face-à-face et en interaction directe pour s’assurer de la bonne compréhension des étudiant·es.

Si l’on estime possible de rouvrir des écoles maternelles, des centres commerciaux et des lignes de métro, il devrait être possible que les enseignant·es soient face à leurs étudiant·es, tout en respectant des mesures sanitaires. En effet le problème des cours et des TD (Travaux dirigés) surchargés à plus de 60 étudiant·es n’est pas nouveau, mais il se pose sous un nouveau jour en raison de la situation créée par l’épidémie. Pour accueillir les étudiant·es par petits groupes de 20, il existe pourtant une solution simple : recruter des enseignant·es-chercheur·ses afin de renforcer les équipes et diviser les groupes pour les cours. En suivant de petits effectifs, nous pourrions alors à la fois les recevoir en présentiel et suivre leurs travaux en autonomie, puisque les locaux, déjà insuffisants dans toutes les université, ne nous permettront pas d’accueillir tous ces groupes quotidiennement. Recruter du personnel titulaire, enseignant ou administratif, c’est aussi s’assurer que ceux et celles qui viendront sur leur lieu de travail, dans un contexte de risque sanitaire, soient protégé·es par le droit du travail. En l’état actuel du (non)respect du droit du travail à l’Université, un·e vacataire qui attraperait la Covid ne serait pas rémunéré·e pendant son arrêt maladie, ce qui semble impensable au regard de la situation pandémique.

La grande université numérique ne doit pas avoir lieu : nous voulons des recrutements massifs

Dans La stratégie du choc, Naomi Klein observe comment les classes dirigeantes se saisissent des crises pour imposer les transformations néo-libérales qu’elles peinent à faire adopter en temps normal. Cet état d’urgence sanitaire aura été l’occasion de voir nos libertés individuelles réduites. Pour faire passer les examens en ligne, le ministère a recommandé l’utilisation de services de télésurveillance assurés par des prestataires privés. Plusieurs enquêtes, publiées notamment par la Quadrature du Net et par Médiapart, alertent sur ces dispositifs intrusifs et illégaux du point de vue de la protection des données. Nous avons également vu le droit du travail reculer, notamment lorsque les personnels administratifs et techniques en télétravail ont perdu des journées de congé.

Alors que nous pourrions espérer une amélioration de la situation des universités tant le désir de service public se fait de plus en plus fort dans la population, Frédérique Vidal s’engouffre dans la brèche et nous propose de « franchir un pas » dans la politique d’enseignement à distance. Pourquoi le MESRI n’envisage pas une rentrée adaptée mais en présentiel, avec des groupes de taille raisonnable ou des rotations horaires ? Parce que les universités n’ont déjà pas les moyens humains de faire tourner leur formation en temps normal. Le MESRI se saisit donc de cette occasion pour faire fonctionner les formations avec toujours moins de moyens humains. En nous enjoignant à mettre nos cours en ligne pour les rendre visibles par des milliers d’étudiant·es partout en France, le MESRI entend se passer des nouveaux recrutements pourtant nécessaires.

En effet, alors que les recrutements d’enseignant·es-chercheur·ses ont baissé de 40% entre 2012 et 2018, la population étudiante des universités a, elle, augmenté de 26% dans le même temps [données des Repères et références statistiques 2013 et 2019, MESRI]. Alors que les amphis explosent, la solution du ministère est de nous assigner, enseignant·es et étudiant·es, derrière des écrans, au mépris de la relation humaine pédagogique indispensable à l’apprentissage. Malheureusement, cette dynamique correspond à un autre aspect des réformes de l’Université, comme Parcoursup et l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiant·es étrangèr·es, qui ont déjà rompu avec la mission égalitariste de notre service public. En envisageant la généralisation de « l’enseignement à distance » dès la rentrée prochaine, le MESRI poursuit une politique qui favorise les étudiant·es les mieux doté·es socialement, qui sont les plus à même de suivre des cours en distanciel.

La recherche publique française ne doit pas disparaître : des moyens pérennes pour nos laboratoires

Enseigner et encadrer des étudiant·es à distance implique une surcharge de travail considérable. Les cours en ligne ne s’improvisent pas et le suivi des formations par les enseignant·es, devenu·es pour certain·es des administrateur·ices à mi-temps, a constitué l’essentiel du temps de télétravail de ces deux derniers mois. Ainsi, les équipes pédagogiques et administratives vont être sollicitées jusque tard dans l’été pour concevoir des solutions magiques à partir de déclarations contradictoires dans la presse quotidienne régionale.

Pour les enseignant·es-chercheur·es cette surcharge a des conséquences délétères pour leur autre mission : la recherche. Les femmes sont les premières à pâtir de la situation, elles qui assurent souvent la prise en charge des étudiant·es (le travail du « care » à l’université) et font souvent une double journée à la maison avec des enfants non scolarisés. Elles n’ont plus de temps à consacrer à la recherche comme le révèlent les dernières données concernant la soumission d’articles scientifiques en temps de confinement.

Après un semestre blanc en matière de recherche, faudrait-il se résoudre à une année blanche ? Comment l’accepter alors que la crise actuelle montre combien nous avons besoin d’outils pour penser ce qui nous arrive, pour prévenir la maladie et ses conséquences, pour imaginer le monde d’après ? Nous demandons donc un plan de recrutement à la hauteur des enjeux, permettant de répartir les heures d’enseignement et de dégager le temps nécessaire à nos travaux de recherche. Il faut prolonger les financements de tou·te·s les doctorant·es et contractuel·les, reporter les congés et délégation de recherche, assurer le financement des manifestations qui seront reportées, etc. Dans les années qui viennent il faudra également systématiser l’octroi de congés pour recherche des enseignant·es-chercheur·ses et particulièrement pour les femmes afin de réparer au plus vite le vide de publications essentielles produit par cette période.

La hausse du budget annoncée il y a quelques semaines par Emmanuel Macron (cinq milliards d’euros sur dix ans), ramenée au budget du MESRI (25 milliards en 2018), représente 2% d’augmentation par an, soit pas plus que les années précédentes. Pire encore : le principal moyen envisagé pour la distribution de ces crédits est le renforcement de la recherche sur projets, dont l’Agence nationale de la Recherche (ANR) est le fer de lance. Comme le déplore Bruno Canard, directeur de recherche au CNRS, spécialiste des coronavirus, les pouvoirs publics se sont désengagés après 2006 du financement de la recherche sur cette famille virale. En 2020, alors que le gouvernement demande à son équipe et à d’autres de trouver des remèdes en urgence, il rappelle que « la science ne marche pas dans l’urgence et la réponse immédiate ». Seuls des financements pérennes hier auraient permis d’anticiper la crise et de trouver des solutions aujourd’hui. Pourtant, le ministère réitère ses erreurs et choisit de publier un « appel à projets avec un processus accéléré de sélection et d’évaluation » axé sur la question de la Covid-19, exigeant ainsi des chercheur·ses qu’ielles remplissent des dossiers et entrent en concurrence les un·es avec les autres, au lieu de massivement financer toutes les équipes travaillant sur la Covid-19 et de les inciter à la coopération.

Au sortir de cette première phase de la crise sanitaire, nous exigeons plus que jamais de récupérer les 60 000 postes de titulaires manquants pour faire fonctionner le service public de la recherche et de l’enseignement. Et nous avons une bonne nouvelle ! Ces candidat·es existent et travaillent déjà à nos côtés : ielles sont nos collègues, enseignent, innovent, publient. Ielles sont 130 000 à le faire sous un statut de vacataire payé en dessous du taux horaire du smic, des dizaines de milliers sous un statut de contractuel. Ielles sont aussi jeunes docteur·es, sans statut ou post-doctorant·es et aspirent à être recruté·es sur un poste pérenne. En les recrutant, nous renforcerons les équipes et protégerons leur intégrité physique à l’ère de la Covid-19. Leur recrutement est la seule solution pour aborder la rentrée 2020 en donnant à tous les étudiant·es la chance de réussir. Un nouvel investissement dans la recherche publique est indispensable pour proposer des solutions scientifiques à la crise sanitaire, politique et écologique hors de toutes pressions des lobbys. Plus que jamais nous avons besoin d’une recherche et d’un enseignement supérieur publics, gratuits et de qualité.

Pour signer cette tribune, veuillez compléter ce questionnaire
Adresse complète du questionnaire : https://framaforms.org/tribune-pour-la-rentree-2020-les-universites-et-les-laboratoires-de-recherche-ont-plus-que-jamais

Premièr·es signataires – plus de 650 personnes au 18 mai
:

Qu’avez-vous fait, Madame la Présidente ?

Lettre ouverte à Madame Sylvie Retailleau, Présidente de l’Université Paris-Saclay à la suite de la suspension du professeur Jean-Pierre Dubois au motif de graves manquements à ses obligations d’universitaire fonctionnaire.

_____________________

Madame la Présidente,

Par une décision en date du 13 mai 2020, vous avez pris le parti de prononcer à titre conservatoire une suspension de toute activité professionnelle à l’encontre du Professeur Jean-Pierre Dubois, spécialiste de droit constitutionnel, au motif de graves manquements à ses obligations de fonctionnaire. Jean-Pierre Dubois, qui aurait proposé une épreuve simplifiée à ses étudiants et modifié frauduleusement les paramétrages informatiques d’une épreuve dématérialisée aurait alors de ce fait méconnu « l’obligation de préserver l’égalité entre les candidats, conformément à la législation en vigueur ». La faute disciplinaire reprochée au Professeur Jean-Pierre Dubois dans votre décision serait donc d’avoir organisé par ses pratiques potentiellement coupables une rupture d’égalité de traitement entre les candidats. Rien d’autre. Il semble d’ailleurs que vous ayez fini par vous persuader vous-même de la faiblesse ou de la fragilité des charges retenues contre Jean-Pierre Dubois puisqu’on a appris, par suite du recours gracieux déposé devant vous par l’intéressé, que vous renonciez finalement à la mesure de suspension qui le visait. À moins que la pression syndicale et le bon millier de signatures recueillies en moins de deux heures par une pétition dédiée vous aient amenée à plus de mesure, pour ne pas dire ramenée à la raison.

Continuer la lecture

Fariba Adelkhah est devenu le visage du déshonneur de la diplomatie française, selon Noémie

Les éditions anamosa à Paroles d’histoire

En passant

121. Métiers du livre face à la crise, avec Chloé Pathé

Podcast: Play in new window | Download

S’abonner : Apple Podcasts | Android | Google Podcasts | Stitcher | RSS | More

Date : 16 mai 2020

L’invitée : Chloé Pathé, fondatrice des éditions anamosa

Le sujet : comment les maisons d’éditions, librairies, actrices et acteurs de la filière du livre font face à la crise liée à la Covid-19.

Paroles d’histoire est une un site de podcasts consacré à l’actualité des livres, de la recherche et des débats en histoire,  animé par André Loez.

Examens à l’Université Bretagne-Sud : encore une CFVU bâillonnée

L’Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne serait-elle l’arbre qui cache la forêt ? Le lundi 18 mai 2020 vont débuter les examens de fin de semestre après une séquence institutionnelle bien particulière à université Bretagne-Sud.

Les examens depuis l’instauration de l’état d’urgence sanitaire doivent être modifiés pour tenir compte de l’interdiction faites aux étudiant·es de gagner les campus. L’article L712-6-1 du Code de l’éducation prévoit que dans les universités, les règles relatives aux examens sont adoptées par la Commission de la formation et de la vie universitaire (CFVU), un des conseils élus par l’ensemble de la communauté universitaire. L’ordonnance ministérielle du 27 mars 2020 relative à l’organisation des examens et concours pendant la crise sanitaire née de l’épidémie de Covid-19 indique cependant que si une CFVU « ne peut délibérer dans des délais compatibles avec la continuité du service, les adaptations mentionnées à cet article sont arrêtées par le chef d’établissement » (art. 3). L’université de Bretagne-Sud a ainsi « adapter» ses examens.

Jean Peeters, président de l’Université Bretagne-Sud – crédit: Wikipedia

Le 10 avril 2020, Jean Peeters, le président de l’Université Bretagne-Sud — qui se distinguait par ailleurs au même moment en refusant de payer ses vacataires — a signé un arrêté fixant les modifications apportées aux modalités de contrôle des connaissances (MCC) des formations pour le second semestre 2019-2020. Y rejetant la validation automatique comme le « 10 améliorable » demandés par les organisations étudiantes locales, il se prévalait de l’ordonnance sus-citée pour passer outre la CFVU, tout en précisant que « l’ensemble des modifications seront présentées en CFVU dès que les mesures sanitaires le permettront ».

Pourtant, le président ne justifiait pas d’avoir accompli toutes les diligences nécessaires pour organiser une réunion de la CFVU à distance. Aucune instance collégiale ne lui avait, par un vote, octroyé tous les pouvoirs sur cette question ou une autre. Son appréciation, selon laquelle la CFVU ne pouvait « délibérer dans des délais compatibles avec la continuité du service », apparaissait donc ressortir d’une simple volonté de contourner cette commission élue qui aurait pu discuter les MCC qu’il défendait, voire les rejeter.

Cette adoption sans concertation des MCC du président Peeters ne s’est pas faite avec l’appréciation d’une majorité silencieuse. Le 15 avril 2020, l’intersyndicale de l’université Bretagne-Sud a publié un communiqué dénonçant ces modalités d’examen, et réclamant la validation automatique du semestre1.

Ce n’est que le 7 mai, onze jours avant le début des examens, qu’une CFVU s’est finalement tenue. Elle a eu lieu à distance, comme elle aurait pu avoir lieu à distance un mois plus tôt. Tout au long des cinq heures de débats, le président a refusé tout vote des modalités de contrôle des connaissances, s’arc-boutant sur son arrêté du 10 avril. Lors du Conseil d’administration du 15 mai, le président a reconnu avoir refusé de faire voter les MCC à la CFVU, car il estimait probable un rejet. Il a également indiqué que les MCC de la seconde session d’examens ne feraient pas l’objet d’un vote.

https://www.flickr.com/photos/hellie55/20947971170/in/photolist-xV6Q1J-WwyZC-qZG5Nb-ckCHq-5Ln8P2-89ptzu-8jLfeR-23Fs7np-6onrZT-avimjm-FarXPs-7j7bYS-KKyCd-2hLKBCh-kM6UC-67mJ22-5pqeD-8Uggqg-5tcUab-7tfAQM-mLjm2-7i4yy1-6jqdig-9Si44Z-5TYRcG-GhrcQF-VbBrsd-x4HEMo-4MrbBX-pKszY6-dCe17X-vDHenZ-6mTQsf-2haynyY-DTCMre-25iezDc-2et5ks3-22fMfJp-dJpjtE-q2HqVx-pKuHnQ-E1tcr-7j3jeg-7j7fa1-JSR3pi-pKsA5D-7j3m8p-7j7eZ1-7j3ko4-7j3nGc

Clearly a very thoughtful chameleon. I’m not sure if his deliberations reached any conclusions because his foot stayed in that position for quite a long time. His eyes, on the other hand, were constantly on the move. Taken on a photography day with CaptiveLight in Bournemouth. By Hehaden, 2015

Au-delà de ce mépris manifeste de la démocratie universitaire, qui n’est pas sans rappeler les actions du président de Paris 1, les examens qui vont débuter le 18 mai sont donc entachés d’irrégularités. Dans certaines formations, d’autres examens avaient par ailleurs été tenus en ligne dès le 30 mars, sans cadre légal et sans respecter le délai d’information de quinze jours prévu par l’ordonnance du 27 mars.

Depuis le début de la crise du coronavirus, le personnel administratif et le corps enseignant se démènent pour assurer le lien pédagogique à l’université Bretagne-Sud. Les étudiant·e·s fournissent des efforts remarquables au vu de la dégradation de leurs conditions d’étude. Et le président organise illégalement des examens, ouvrant la voie à de nombreux recours d’étudiant·e·s ajourné·e·s auprès du tribunal administratif. Drôle de façon de récompenser la communauté universitaire pour sa mobilisation !

  1. Cette solution a été rejetée par la ministre de l’éducation supérieure quelques jours plus tard. []

Confinée libérée – édition du WE – 16-17 mai 2020

Édition du WE. Dimanche 17 mai 2020 – en partenariat avec Université ouverte

  • Edito #6
  • 12 mai 2020. COVID : la colère en prime – opposition des soignant·es aux primes COVID« A la mi-avril, dans le contexte de crise sanitaire que nous connaissons tou·tes, le gouvernement annonce aux soignant·es des « primes COVID ». Loin de nous réjouir, ces primes nous choquent et nous humilient. Nous nous y opposons et refusons tout ce qu’elles représentent. » Tribune du collectif Hôpital Ouvert.

Le 29 février, devant l’Assemblée nationale. Alors que la crise du COVID se dessine, l’usage du 49.3 est utilisé pour la réforme des retraites et les protestations sont réprimées (photographe anonyme).

  • 14 mai 2020Et si la Loi de Privatisation Programmée de la Recherche c’était demain ?, par Paola Bertelli
    Dans un état de crise sanitaire et sociale sans précédent, la ministre Frédérique Vidal s’acharne dans ce projet, malgré la contestation qu’il a soulevé. Il paraît donc d’autant plus important de se mobiliser aujourd’hui pour que demain ne ressemble pas au monde décrit dans les lignes qui vont suivre.
  • 16 mai 2020Autoritarisme à Saclay
    La présidente de l’université Paris-Saclay, établissement expérimental lancé au 1er janvier 2020 et navire amiral de la « politique d’excellence », vient de suspendre un professeur des universités en droit, sans même l’entendre, dans l’unique but de l’empêcher de siéger dans un jury d’examen. Il lui est reproché d’avoir mis de trop bonnes notes aux étudiant·es lors d’un examen en ligne, en période de confinement.