La CGT FERC Sup dénonce avec la plus vive fermeté les déclarations publiques de M. Blanquer

En passant

Communiqué suite aux déclarations de M. Blanquer

mardi 27 octobre 2020

La CGT FERC Sup dénonce avec la plus vive fermeté les déclarations publiques de M. Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, selon qui « Ce qu’on appelle l’islamo-gauchisme fait des ravages […] à l’université »… Et il ajoute : « il fait des ravages quand l’UNEF cède à ce type de chose ». C’est avec stupéfaction que l’on entend un ministre de la République déclarer que l’université, dont les libertés académiques sont le fondement, contribuerait à nourrir ’une complicité intellectuelle avec le terrorisme’.

Si comme le rappelle la CPU l’Université devrait être un « lieu de débats et de construction de l’esprit critique », nous pouvons ajouter, avec la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche qui a dû à son tour recadrer son homologue manifestement égaré, que c’est un espace de liberté et d’émancipation, un service public de découverte et de diffusion des nouvelles connaissances, ultime rempart contre les obscurantistes et les intégristes de tout poil.

N’en déplaise à M. Blanquer, les étudiant·es sont généralement majeurs et en tant que tels, des citoyennes libres de s’organiser comme ils et elles le souhaitent au sein de leurs syndicats étudiants, dans le cadre des règles démocratiques de notre République.

Quand aux enseignant·es, de la maternelle à l’Université, ils méritent toutes le respect de la nation, et au premier chef de leurs ministres de tutelle. Ce respect commence au travail. Les enseignant·es, comme leurs élèves et leurs étudiant·es, méritent des locaux sains, confortables et propices à l’étude. Les enseignant·es méritent des conditions de travail dignes et une rémunération à la hauteur de leur qualification et de leur expérience professionnelle.

Plutôt que de sillonner les plateaux de télévisions pour délivrer ses diatribes indigentes, confuses et calomnieuses, M. le ministre de l’Éducation Nationale ferait mieux de se mettre enfin au travail et de s’occuper un peu de son ministère.

La CGT FERC Sup, quant à elle, et comme elle l’a toujours fait, continue son combat contre les idées d’extrême-droite, d’où qu’elles viennent, et toutes les formes de racisme et de discrimination. A la différence du ministre de l’Éducation et de ses semblables, elle ne sépare jamais le combat contre l’obscurantisme de la revendication d’égalité et de justice sociale. Elle se bat pour un service public d’enseignement supérieur et de recherche laïque et émancipateur accessible à toutes et tous.

Lien vers le site de la CGT FercSup :

Déclassements CNRS : suite et…

En passant

[CNRS] Le concours de la section 36 de 2019 annulé par la justice administrative

Le 7 octobre dernier, le tribunal de Paris a décidé d’annuler les décisions prises par les jury du concours du CNRS de la section de sociologie et de droit (section 36) de 2019. Cette décision entraîne l’annulation des nominations des chercheur·euse·s admis·e·s à ce concours cette année là.

Cette décision du tribunal administratif, que Sound of Science a pu se procurer, fait suite à la requête d’un candidat, Matthieu Grossetête, dont le jury d’admissibilité a rejeté la candidature. Le tribunal a aussi décidé que le CNRS devra verser 1500 euros à ce chercheur.

En 2017, ce sociologue avait déjà vu sa candidature être déclassée entre le jury d’admissibilité et celui d’admission.

Lire la suite sur The Sound of Science →

Suite aux propos diffamatoires de Jean-Michel Blanquer

En passant

Communiqué du bureau de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur

Lien vers le site

Le bureau de la SAES exprime sa stupeur suite aux propos diffamatoires de Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Education nationale, à l’encontre des universitaires français. S’exprimant le jeudi 22 octobre sur Europe 1 et devant le Sénat, M. Blanquer a affirmé que l’Université serait infiltrée par « des courants islamo-gauchistes très puissants » qui « font des ravages ». S’emparant d’un concept vague et sans fondement qui émane de la rhétorique d’extrême-droite (rappelons que « l’islamo-gauchisme » ne désigne aucun courant politique ou intellectuel existant), il instrumentalise cyniquement l’atroce meurtre de Samuel Paty en jetant l’opprobre sur les universitaires, faisant ainsi écho aux propos d’Emmanuel Macron qui, cité par Le Monde le 11 juin 2020, estimait « le monde universitaire » « coupable » d’avoir « ethnicisé le débat social en pensant que c’était un bon filon » et « coupé en deux la République ». Dans un entretien au JDD publié le 25 octobre 2020, J-M Blanquer réitère ses accusations : « Il y a un combat à mener contre une matrice intellectuelle venue des universités américaines et des thèses intersectionnelles qui veulent essentialiser les communautés et les identités, aux antipodes du modèle républicain qui, lui, postule l’égalité entre les êtres humains, indépendamment de leurs caractéristiques d’origine, de sexe, de religion. C’est le terreau d’une fragmentation des sociétés qui converge avec le modèle islamique ».

Ces propos d’une extrême gravité appellent plusieurs remarques :

Continuer la lecture

Fantasme de titulaire : indigénisme et liberté d’expression

Près de cinquante chercheurs, chercheuses, enseignantes et enseignants-chercheur·ses, pour l’essentiel en activité1, quelqu’un·es retraité·es s’apprêtent à faire paraître un texte soutenant Jean-Michel Blanquer dans ses allégations, qu’iels qualifient de « constat ». Représentant davantage les hommes que les femmes, ce collectif occasionnel incluent maîtres et maîtresses de conférences et professeures des universités, directeurs et directrices de recherche CNRS, directeurs d’études EHESS et EPHE, issus des différentes disciplines, majoritairement de lettres et de sciences humaines et sociales, mais aussi des mathématiques — ce qui s’explique sans doute par les réseaux affinitaires qui sont d’abord des réseaux professionnels2.

Contrairement à la plupart des lecteurs et lectrices d’Academia, plutôt inquiet·es de l’état de l’emploi scientifique en France3 que de théories ou de bouts de tissu, ces personnes s’offusquent de la prise de position de la Conférence des présidences d’université.Défenseures des libertés académiques (sic), elles demandent ainsi, ni plus ni moins que la création d’une « instance chargée de faire remonter directement les cas d’atteintes aux principes républicains et à la liberté académique »4.

Mais, comme Academia, elles s’étonnent du silence de Frédérique Vidal.

https://www.flickr.com/photos/78183557@N06/6853648864/in/photolist-brCK2J-diUmqy-9VQgrA-7G5xTD-rEFKt9-9YmiDS-6SNKk-8DZfMR-apNak7-529676-TTpRwD-qUSWVQ-8vxA38-R7n8bt-RNWVX8-3htuep-4JPBRm-wHHU-q2oeXV-aSumH-xdyL-dVGtpU-h5Hug-2ezZhFN-es12o-6Mew84-8vwKex-djrCiQ-36naUy-6KvcU2-QPqtW4-xUR1A-9ocw5Q-6EvWMD-5qTjnd-5Uz74i-8moaBC-64LPFV-7ELm7L-eH6nEP-9kL5uk-69b11-cukdr3-RfUdcd-NSNRJm-5yRLy6-5Xc3zC-76Lwbs-2FjiaE-SjzWPi

Denial (c) and the rest, 2012

Continuer la lecture

  1. On y compte aussi un ancien Ministre de l’Éducation nationale et des « associés» au statut plus flou. []
  2. C’est d’ailleurs par un de ces canaux qu’Academia a obtenu cette tribune en cours de publication dans un titre de presse national. []
  3. Academia s’apprête à publier une analyse de l’édition 2020 de l’État de l’emploi scientifique en France. []
  4. On se demande à qui une telle instance rapporterait les fameux incidents « directement » : la Ministre Vidal, le Ministre de l’Intérieur, le Président de la République ? Valeurs actuelles, directement ? []

Envoi du rapport intermédiaire de notre ANR

L’université Potemkine

Communiqué de l’Assemblée générale des précaires de l’ESR d’Ile-de-France
au sujet de la rentrée 2020/2021

 
« Rien ne vous oblige à donner vos TD si vous en considérez ses conditions inacceptables, étant donné  la forte proportion de doctorants à demander chaque année une charge de cours»,
un collègue titulaire que nous ne nommerons pas.

À en croire notre ministre et nos président·es d’université, la rentrée 2020/2021 et l’adaptation des universités aux consignes sanitaires se dérouleraient avec ordre, souplesse et innovation technologique, un peu comme dans un monde enchanté. Ces discours pourraient presque nous conduire à oublier l’essentiel : plus que jamais avec la crise sanitaire, le fonctionnement de l’Université repose sur les travailleur·ses précaires.

La pluie de mails qui s’abat sur nous et qui nous « incite » à utiliser telle ou telle e-plateforme de cours en ligne est d’ailleurs révélatrice d’un profond décalage entre l’utopie mercantile d’un enseignement dématérialisé et la réalité de nos conditions de travail. Car si le confinement nous a bien appris une chose, c’est que pour pouvoir suivre ou assurer un cours en ligne, il faut au minimum disposer d’une bonne connexion internet, d’un matériel adapté, ainsi que d’un endroit où l’on peut travailler. La précarité tout autant produite qu’ignorée par le système, celle des travailleur·ses non-titulaires et celle des étudiant·es, celle que nous ne cessons de rappeler, empêche, ô surprise, que ces conditions soient réunies. Mais qu’un tiers des effectifs ne soit pas en mesure de suivre les cours à distance, que les frais d’équipements soient à la charge des non-titulaires et des étudiant·es, tout cela semble normal. La fracture numérique, la précarité (pour ne pas dire pauvreté) visiblement n’existent pas.

Dans cette mer de difficultés, on voit ici et là des non-titulaires s’atteler à écoper le navire pour qu’il ne coule pas, à constituer des groupes d’entraide et de pédagogie à distance (tandis que des titulaires se réservent les cours en présentiel). Et de temps en temps, entre deux communiqués provocateurs appelant à la responsabilité individuelle, on peut voir passer un remerciement général à l’adresse des travailleur·ses de l’université.

Les présidences et les membres du ministère peuvent applaudir à leurs fenêtres, mais qu’est-ce qu’on donne concrètement ? Continuer la lecture

Suspendons la loi de programmation de la recherche de la recherche : notre société exige beaucoup mieux !

Sans recherche, notre société n’a pas d’avenir. Non seulement la loi de programmation de la recherche (LPR) en cours d’examen au Parlement repose sur un budget insincère, mais elle accélère la précarisation des jeunes chercheurs et aggrave les inégalités territoriales, au risque de créer des déserts scientifiques. Par cette pétition, nous appelons le Sénat et le Conseil constitutionnel à suspendre le processus législatif jusqu’à la production d’un nouveau texte répondant aux attentes de notre société.

Pour signer la pétition, suivre ce lien

Texte de la pétition

Science, démocratie et société ne peuvent être séparées. Pour débattre de la crise sanitaire ou du réchauffement climatique et parvenir à faire des choix collectifs éclairés et pertinents, pour construire l’avenir, il est indispensable de s’appuyer sur des savoirs solides, garantis par une méthode scientifique éprouvée. Une démocratie a besoin que l’Université et la recherche publiques soient autonomes, ce qui ne peut être garanti que par des financements pérennes, un statut protecteur des scientifiques et un réseau d’établissements équitablement répartis sur l’ensemble du territoire. Le projet de « loi de programmation de la recherche » (LPR) ne répond en rien à cette triple urgence démocratique.

La communauté scientifique alerte depuis longtemps sur la nécessité d’un effort de financement comparable à celui de l’Allemagne, de la Corée ou de la Chine, sur l’urgence d’un programme de recrutement dans tous les corps de métier — Biatss-ITA1, universitaires et chercheurs — sur l’impératif de financements récurrents et de garanties des libertés académiques. C’est à quoi devrait s’atteler une loi de programmation « historique » pour la recherche.

Continuer la lecture

  1. Les acronymes BIATSS et ITA désignent respectivement les personnels des filières administratives, techniques, sociales, de santé et des bibliothèques; et les ingénieurs, techniciens et personnels administratifs. []

À la famille et aux collègues de Samuel Paty du collège Bois d’Aulne. Lettre du syndicat des professeurs et professeures de l’UQAM

En passant

À la famille et aux collègues de Samuel Paty du collège Bois d’Aulne

Montréal, le 21 octobre 2020

 Chère Madame,
Chères et chers collègues,

C’est avec horreur et douleur que nous avons appris la nouvelle de l’abject assassinat de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie au collège Bois d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine. Je souhaite, au nom des membres du Syndicat des professeurs et professeures de l’Université du Québec à Montréal, témoigner de notre sympathie et de notre tristesse à votre égard. Nous sommes profondément indignés de cet attentat contre un professeur cherchant à défendre, comme nous tentons de le faire, les idéaux d’une éducation émancipatrice.

Avec notre solidarité fraternelle,

Michel Lacroix
Président
Syndicat des professeurs et professeures de l’UQAM

Case postale 8888, succursale Centre-Ville Montréal, Québec H3C 3P8
spuqATuqamPOINTca – www.spuq.uqam.ca

Déclaration de Bonn : le grand silence de Frédérique Vidal

La fabrique de la loi #49

← Article précédent

Article suivant­ →

Les calendriers sont parfois cruels : dans le cadre de la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne, les ministres européens de la recherche ont adopté cette semaine la Déclaration de Bonn sur la liberté de la recherche scientifique 1, au moment même où, en France, le ministre de l’éducation nationale accusait l’Université de « complicité intellectuelle avec le terrorisme » et soutenait que « l’islamo-gauchisme » y « fait des ravages ».

Sur le fond, la Déclaration de Bonn ne dit rien de bien original. Mais la situation française est devenue si malsaine qu’elle suffit aujourd’hui à faire passer ce texte pour un brûlot subversif. Le chemin parcouru ces derniers mois, et ces derniers jours en particulier, est proprement terrifiant.

Il n’est pourtant pas original de dire que la liberté de la recherche scientifique est une valeur essentielle de nos sociétés, qui comprend « le droit de définir librement les questions de recherche » et « de choisir et de développer des théories […] pour interroger les idées reçues ». Mais, dans la France d’aujourd’hui, cela résonne étrangement, alors même que les plus hautes autorités de l’État accusent l’université d’avoir « encouragé l’ethnicisation de la question sociale en pensant que c’était un bon filon »  (E. Macron, Le Monde, 10 juin 2020) et osent affirmer, dans l’enceinte la plus officielle qui soit, le Sénat, qu’« il y a des courants islamo-gauchises très puissants dans les secteurs de l’enseignement supérieur qui commettent des dégâts sur les esprits » (J.-M. Blanquer, Public Sénat, 22 octobre 2020).

Il n’est pourtant pas original de dire que les chercheurs ont la « liberté d’exprimer leurs opinions sans être désavantagés par le système dans lequel ils travaillent ou par des censures et discriminations gouvernementales ou institutionnelles ». Mais, dans la France d’aujourd’hui, cela résonne étrangement, alors même qu’une loi de programmation de la recherche est en passe d’être adoptée, qui démultiplie les mécanismes de dépendance et d’emprise à l’intérieur des établissements d’enseignement supérieur et de recherche. On se souvient qu’en première lecture un amendement anodin de défense de libertés académiques proposés par Patrick Hetzel (Les Républicains) avait été rejeté. Et cela résonne très étrangement quand, dans ce même pays, le président choisit de nommer son propre conseiller à la tête de l’agence chargée d’évaluer la recherche et l’enseignement supérieur, dont dépendra une part substantielle des crédits qui seront attribués.

C’est parce que cette Déclaration de Bonn sonne si étrangement dans la France d’aujourd’hui que la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a choisi de ne rien en dire. C’est par un communiqué du ministère des affaires étrangères, via l’ambassade de France en Allemagne, qu’on en apprend l’existence, et c’est scandaleux : rien, pas un mot, pas une ligne, pas un communiqué, pas même une mention dans son agenda officiel du côté de Frédérique Vidal, comme elle n’aura rien dit, rien écrit, rien fait suite aux propos de Jean-Michel Blanquer.

À quoi Frédérique Vidal sert-elle, si ce n’est à faire passer une loi inique, sur le plan de la liberté de la recherché, et mensongère, sur le plan budgétaire ?

Dampler pedal (c) [Elaine], 2007

Continuer la lecture

  1. Nous la reproduisons ci-dessous, à défaut d’avoir pu en récupérer le seul texte pour sa traduction. []

Mettons que ça parte en reconfinade…

Chroniques des cours en démerdentiel — épisode 3

Après des propos indignes, M. Blanquer doit partir, par Sauvons l’Université !

Version .pdf

https://www.lopinion.fr/sites/nb.com/files/styles/w_838/public/styles/paysage/public/images/2018/01/vidal-blanquer.jpg?itok=M4pb6Mwv

Jean-Michel Blanquer (à gauche), Frédérique Vidal…© Sipa Press

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search