Temps de travail #ESR (1): 192h de service ?

192 h : voilà le service d’enseignement dû par un·e enseignant·e-chercheur·se (EC) au statut MCF/PR. Le sens de ce « service d’enseignement » a des effets structurants sur les autres statuts et sur les contrats de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR). Un·e attaché·e temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) fait 192 h d’enseignement, à moins qu’il ou elle ne soit à mi-temps, auquel cas 96 h d’enseignement sont attendues. Un.e professeur·e agrégé·e ou certifié·e employé·e à l’Université (PRAG/PRCE) en assure le double, soit 384 h d’enseignement. Comment comprendre ce nombre d’or des universités? C’est ce à quoi se sont employés plusieurs auteurs et autrices our Academia.
 

Archéologie d’un décompte

L’origine de ces 192 heures annuelles se trouve dans les réformes menées par le gouvernement socialiste au début des années 1980.  Auparavant, le service des professeur·e·s des universités, des maîtres·se·s de conférences et des maîtres·se·s-assistant·e·s est défini de manière hebdomadaire.

Continuer la lecture

Questions pour l’Europe : la CPU, la novlangue et les élections 2019

À l’occasion des élections au Parlement européen, la Conférence des Président.e.s d’université française et ses homologues allemande (HRK) et polononaise (KRASP) ont fait parvenir vers le 10 mai une série de questions aux têtes de listes européennes représentées dans leur parlement respectif. La Conférence des Recteurs d’Université allemande – qui n’a pas retenu la question 7 sur les valeurs – a publié les réponses sur son site. En attendant que la CPU fasse de même, nous publions les questions qui sont parvenues aux différents partis français. 

Peinture murale de Banksy (Douvres, 2017)

Questions aux têtes de listes nationales pour les élections au Parlement européen en 2019

Introduction

Les universités constituent une partie importante du patrimoine culturel de l’Europe. Elles représentent également les laboratoires et les centres d’éducation de demain pour environ 20 millions d’étudiants dans l’UE. Elles créent le moteur des écosystèmes d’innovation de l’Europe en éduquant les forces de travail et la majorité des dirigeants sociétaux et culturels de l’Europe. Elles fournissent la recherche critique et indépendante qui préparera l’Europe aux défis technologiques et sociétaux de l’avenir. Un niveau d’éducation élevé permettant aux étudiants de penser de manière autonome, indépendante avec une orientation social est d’une importance capitale pour l’économie et la cohésion politique et culturelle de nos sociétés.

Continuer la lecture