#BnFgate. Mobilisation à Tolbiac pour le Conseil d’administration

16400 signatures de la pétition pour le retour aux communications directes et le respect des usager·es, une très grande couverture presse — émission “Grève à la BNF : symoble de la précarité de la recherche ?” à France culture, des artcles et interviews de L’Humainté à Le Figaro, en passant par Le Monde et Télérama  — des centaines de témoignages de lecteurices étrangères,  un tardif communiqué de la CFDT Culture contre la grève mais pour l’arbitrage de la ministre en faveur de lacréation de postes : la grève continue aujourd’hui en ce jeudi 30 juin 2022, après un vote consultatif incompréhensible de la part d’un Conseil scientifique qui n’aurait de scientifique que le nom1

Alors que le Conseil d’administration se réunion cet après-midi, rendez-vous à Tolbiac pour libérer le livres ! Et rendre les communications directes.

Préparation en Assemblée générale de la grève du 30 juin 2022

Merci aux agent·es qui seront en grève aujourd’hui pour soutenir le service public de la Bibliothèque nationale de France : n’hésitez pas à cotiser à la caisse de grève.

  1. Faute de chercheur-ses en activité en son sein? []

Annonces de vacations. Communiqué du bureau de l’ANCMSP

Cher·es collègues,

La fin de l’année universitaire approchant, les offres de vacations se multiplient sur la liste de diffusion en perspective de l’année à venir. En tant qu’association de défense des droits des jeunes chercheur·ses, l’ANCMSP surveille les annonces de postes publiées sur la liste en veillant non seulement à leur légalité mais en s’assurant également que celles-ci soient les plus lisibles pour celles et ceux qui souhaitent postuler. 

Le bureau de l’ANCMSP tient tout d’abord à rappeler à toutes fins utiles qu’il s’est prononcé depuis plusieurs années contre les vacations en général : 

  • Nous souhaitons la suppression du statut d’ATV (agent temporaire vacataire) ce qui permettrait l’ouverture de postes plus pérennes pour les jeunes chercheur·ses. 
  • Nous exigeons le recrutement des chargés d’enseignement vacataires (CEV) qui effectuent plus de 64 heures de cours par an en contrat LRU. 
  • Nous insistons sur la nécessité de revaloriser la rémunération horaire des vacations. À l’heure actuelle, celle-ci est de 41,41€ pour 1 HETD, niveau de rémunération en deçà du SMIC horaire.

Continuer la lecture

#BnFgate Les raisons de la colère

 

La fonction essentielle d’une bibliothèque est de favoriser la découverte de livres dont le lecteur ne soupçonnait pas l’existence et qui s’avèrent d’une importance capitale pour lui. » — Umberto Eco.

  En mars dernier, Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France, annonçait une réduction drastique, absolument stupéfiante, de la mission historique qui incombe à l’institution qu’elle est chargée de protéger, mission historique assurée pourtant sans faillir par un service public d’exception depuis son inauguration en 1996. Jusqu’en mars dernier, lectrices et lecteurs pouvaient en effet consulter librement sur le site François-Mitterrand, au « Rez-de-Jardin », des ouvrages en communication directe toute la journée, de 9 heures à 17 heures Ces conditions, inchangées depuis l’ouverture, appartiendraient désormais au passé. Désormais, depuis mai, les lectrices et les lecteurs de la bibliothèque de recherche ont l’autorisation de commander et directement consulter directement les ouvrages conservés dans les riches magasins de l’institution seulement durant 3h30 les après-midis, de 13h30 à 17H30. 3 heures 30 sur 11heures d’ouverture quotidienne pour accéder directement à ces ouvrages. 3 heures 30 seulement pour choisir de lire tel livre plutôt qu’un autre. 3 heures 30 seulement pour accueillir les imprévus de la pensée, pour choisir les ouvrages consultés, pour lire librement les livres qu’on a besoin de lire. Pourquoi imposer un temps à ce point étriqué aux lectrices, lecteurs, chercheuses, chercheurs alors même que le temps de la pensée, on le sait, est un temps long, fécond en raison de sa durée justement ? Pourquoi nier à la pensée et à la lecture qu’elles nécessitent la liberté de lire en commandant les livres dont elles ont besoin dans le moment où elles ont besoin ? Cette réforme des communications est imposée du sommet de la direction de la Bibliothèque nationale de France, pour des raisons comptables et managériales.*

https://www.flickr.com/photos/nellsjourney/33873554285/in/photolist-TBhPy2-2mrH6K7-2djd8km-PCyGog-8jKFn7-8jGrxt-uqggZ-2djd1tf-6oCFP2-Pmfawc-BCWbH-EmMkwe-7dJ3WK-2jVcMDA-TLNCQN-2aC7a2o-fgr2Bj-nocX7C-2jVcMEx-2kS7YsJ-2jAQbCn-AdkGaH-2mgKaac-5S4DcS-2mPL2xN-266vZb3-RfRxAj-2kMSMbd-2kMrMtf-2kMriCw-nqRNmf-2kMriD3-nocXnN-2jWKBah-25Pn55A-2mPQDhx-9zu7sJ-2kMWDWz-2kMWcZ3-Gd7C9g-2kMCAC6-B6hdQX-2kS9BbP-2kSag6A-8p9AnQ-2miZdxU-2k4Yf5j-fBcmfH-24W9wCE-ounXNZ

BNF, Paris. Crédit: Nell’s journey, 2016

Continuer la lecture

#BnFgate. Réaction à la réforme de la BNF. Communiqué de l’AFS

L’Association française de sociologie exprime son indignation face à la réforme des communications directes de documents en bibliothèque de recherche mise en œuvre depuis le 2 mai 2022 par la Bibliothèque nationale de France. Alors que chercheuses et chercheurs aspiraient, après deux ans de contraintes considérables sur leurs travaux, à retrouver un fonctionnement le plus normal possible, la décision de restreindre la communication directe des documents aux seuls après-midis de 13h30 à 17h constitue un recul considérable des conditions d’accueil en bibliothèque de recherche et une entrave au déroulement même de toute recherche.

Nous tenons à protester contre cette réforme qui est dû à la suppression de postes, en particulier sur les fonctions de magasinage qui sont pourtant essentielles et au sous-effectif et qui ne suit qu’une logique comptable qui n’est pas à la hauteur du rôle de la Bibliothèque nationale de France.

L’Association française de sociologie s’inquiète en outre de la dégradation des conditions de travail des personnels entraînée par cette réforme, dégradation qui ne leur permettra plus de répondre comme il se doit à deux des missions statutaires de la Bibliothèque nationale de France : assurer l’accès du plus grand nombre aux collections d’une part, et participer à l’activité scientifique nationale et internationale d’autre part.

L’Association française de sociologie exprime le vœu que la direction de la Bibliothèque nationale de France renonce au plus vite à cette réforme et revienne aux conditions d’accueil des lectrices et lecteurs de la bibliothèque de recherche en vigueur avant le mois de mars 2020. Nous demandons aussi qu’il y ait les créations de postes nécessaires pour permettre à la Bibliothèque nationale de France d’assurer pleinement ses missions essentielles en garantissant de bonnes conditions de travail au personnel. Nous exigeons aussi le retrait de la mesure visant à embaucher les agents contractuels à temps incomplet sur des CDD d’un an, forme d’ultra-précarité insupportable et le retour aux contrats en CDI sur ce type de postes. Nous apportons tout notre soutien à la mobilisation en cours des lectrices, lecteurs et des personnels et à la grève qui a lieu en ce moment, afin que ces revendications légitimes soient acceptées.

Enquête sur la dotation promise par la LPR aux néo-recruté·es

  • Par plusieurs membres de l’ESR issu·es d’universités différentes

L’une des dispositions de la Loi de Programmation de la Recherche prévoit que les maitre·sses de conférences (MCF) et chargé·es de recherche (CR) nouvel·les arrivant·es reçoivent à partir de la rentrée 2021 une enveloppe budgétaire leur permettant de s’équiper et financer de premiers travaux :

« De plus, tous les nouveaux recrutés comme chargés de recherche et maîtres de conférences se verront allouer une dotation de démarrage pour lancer leurs travaux. »1

Ce budget, délivré par le Ministère au 1er janvier 2022, est censé transiter par l’établissement de recrutement. l’établissement délivre alors ce budget à l’unité de recherche accueillant la·le nouvel·le arrivant·e. Comme pour un certain nombre de financements, tout euro non-dépensé au bout d’un certain temps serait perdu (quoiqu’à l’heure actuelle, nous ignorons s’il retournera à l’université tutélaire ou au Ministère).

Cependant, nous avons repéré des différences de traitement et, surtout, de montants (avec parfois des écarts de plusieurs milliers d’euros), entre différentes universités et unité de recherche.

Pour faire un point sur la situation, et éventuellement demander des précisions au Ministère et aux universités sur ces écarts de traitements et de montants, nous réalisons donc une enquête à destination des nouvelles et nouveaux MCF et CR recruté·es dans une université ou EPST français depuis la rentrée 2021. Vous pouvez y répondre ici (durée = 5 minutes) :

https://survey.eu.qualtrics.com/jfe/form/SV_0CiCzCaffqPC6t8

En vous remerciant d’avance pour votre aide !

  1. Rapport annexé à la loi n° 2020-1674 du 24 décembre 2020 de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030 et portant diverses dispositions relatives à la recherche et à l’enseignement supérieur []

La syndicalisation des apprenti·es, un aspect essentiel de l’activité du SELA 31

L’apprentissage en France existe formellement depuis le XXe siècle, et il consiste en la mise en relation de phases pratiques en entreprise et de phases théoriques en centre de formation. Un·e apprenti·e, en tant qu’employé·e par l’entreprise dans le cadre d’une formation en alternance, est donc considéré·e comme un·e salarié·e. À ce titre, la CGT a toujours aspiré à la syndicalisation des apprenti·es, à la base dans les syndicats professionnels et de branche correspondants aux domaines de formation des apprenti·es. En réalité, la syndicalisation des apprenti·es n’est jamais parvenue à vraiment se développer au sein de la grande centrale des travailleuses et des travailleurs en France, à part aux moments où la CGT se trouvait hégémonique dans tous les secteurs professionnels et dans la société civile. Le taux de syndicalisation des moins de 30 ans en France, de 2,7% seulement, nous renseigne sur le mal que rencontre la CGT concernant la syndicalisation des travailleurs “jeunes” ; de plus, nos observations sur le terrain valident l’idée que la syndicalisation des apprentis est difficile de nos jours.

Les réformes dernières de l’apprentissage en France, sous le quinquennat Macron notamment, propulsent le nombre d’apprenti·es : en 2021, on recense plus de 700 000 nouveaux contrats d’apprentissage. Cette évolution suit particulièrement la loi de 2018 relative à la “liberté de choisir son avenir professionnel”. Tout ceci s’inscrit plus généralement dans un processus de professionnalisation de l’enseignement, avec le développement des licences professionnelles, l’importance grandissante des acteurices privé·s dans les établissements de formation, la sélection de plus en plus importante à l’université, etc. Dans un objectif de maximisation de la plus-value pour les capitalistes, l’investissement dans la formation professionnelle est accru dans l’optique d’augmenter les qualifications des travailleuses et des travailleurs. Également, le besoin en main-d’œuvre qualifiée se développe en suivant les transformations du mode de production capitaliste contemporain, comme l’explique la majeure partie des études sociologiques du travail à ce sujet1. Ces considérations conduisent à la forte mise en avant politique de l’apprentissage en alternance, pour lutter contre le chômage par exemple2.

https://www.flickr.com/photos/nebarnix/4107188977/in/photolist-7fWqc4-aTbapt-ocUQBr-3YMfMT-7Yhw8D-pph19S-p4Rkzh-4U5oRg-KZ6bP-csy2kL-cfCkbG-2FzvxZ-56RN2X-9KX8KX-9HJXtT-METC-5Be6g-8PHG7Y-UdpZh5-5tenQB-9JLTxk-cD9275-ag3pLP-7WQLSQ-ijpAq-H6KXTq-2dnXHE2-7Cnjed-sMNniL-7TWUBN-77tsdA-83ycd2-csy2Z1-EejVUW-6qEC3h-Rv4q-rYPTfb-5yJFLp-GqAXJy-a8kMye-dWnzV6-5iK3kt-5YLHbt-bBiA2H-N3BimD-aBxTMe-KZ6bH-bAS6gj-8HpTm9-gAMwps

Bourgeonnement. Credit: Jasper Nance, 2009

Étant donnée la faiblesse relative de la CGT concernant la syndicalisation des apprentis et leur nombre grandissant, la démocratisation de l’alternance et l’accent politique mis sur les formations dites “professionnalisantes”, le patronat a les mains libres pour exploiter au mieux les apprentis. En parallèle, le syndicalisme apprenti représente un terrain vierge de luttes, dans un contexte particulier où les apprentis auraient le plus besoin de représentation syndicale pour défendre leurs intérêts matériels et moraux. En effet, l’ensemble des réformes contemporaines de l’apprentissage suit la libéralisation économique et sociale capitaliste défavorable au camp des travailleuses et des travailleurs, comme l’illustre par exemple le rôle de plus en plus important que jouent les acteurices privé·es dans la formation des apprenti·es.

Continuer la lecture

  1. Voir les travaux du sociologue Michel Lallement, ou encore Le Nouvel esprit du capitalisme, de Luc Boltanski et d’Ève Chiapello, 1999. []
  2. Voir les aides financières récentes importantes pour soutenir le développement de l’apprentissage, notamment le Guide pratique à destination de l’employeur. Ministère du travail, novembre 2021. []

Violences sexistes et sexuelles : les missions Égalités en souffrance, sur Rapports de force

Après les scandales qui ont éclaté dans les Instituts d’études politiques et d’autres grandes écoles, les établissements du supérieur ont renforcé leurs dispositifs de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Ces derniers se matérialisent le plus souvent par la formation de cellules d’écoute destinées à recueillir les signalements de violences, préalables à l’ouverture d’enquêtes internes. Dans les faits, les chargées de mission et référentes Égalités, personnages centraux de ces dispositifs, ont bien du mal à remplir les tâches auxquelles elles sont affectées.

Extraits. Au tout début, il y a l’excitation de la prise de poste, renforcée par les discours institutionnels promouvant plus que jamais l’égalité, ainsi que la lutte contre toutes les formes de discriminations et de violences : sexistes, sexuelles et racistes. « Quand on parvient à obtenir un poste à temps plein, plutôt bien rémunéré, sur ce sujet, qui plus est à l’université, ça nous met dans une dynamique vraiment positive », se souvient Georgia, recrutée comme chargée de mission Égalités dans une université française. (…) Or, de nombreux témoignages font état d’un rapport difficile entre les victimes et certains membres des services de santé universitaire et révèle que ce fonctionnement tend à médicaliser une question éminemment sociale et politique. Si les établissements de l’enseignement supérieur programment des webinaires et autres sessions de sensibilisation sur la question, les remontées de terrain indiquent que les obligations de formation sont souvent à moitié respectées.

Collages féministes Lyon, sd

Des violences sexistes et sexuelle encore banalisées

Continuer la lecture

Incompréhensible licenciement d’une chargée de recherche à l’INRAE. Que vaut la parole d’un PDG ? Communiqué intersyndical

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Visite_de_Mr_Philippe_Mauguin_%C3%A0_l%27_INRA_de_Versailles-48-cliche_Jean_Weber.jpg

Philippe Mauguin, actuel PdG de l’INRAE, à l’ INRA de Versailles, 23 février 2017. Crédit: Jean Weber

Vous avez été nombreux à soutenir notre action de représentants du personnel (RP) l’année dernière pour défendre une jeune Chargée de Recherche recrutée sur poste handicap, victime d’un accident du travail, puis injustement licenciée en janvier 2021, contre l’avis de la Commission Administrative Paritaire des Chargés de Recherche (CAP des CR). Grâce aux nombreuses signatures de la pétition en faveur de son maintien dans l’institut (1500 signatures en une semaine), le PDG Philippe Mauguin nous avait accordé une entrevue le 22 janvier 2021 à l’issue de laquelle il s’était formellement engagé à lui accorder une nouvelle année probatoire sur un poste handicap CR ou IR, sans nouveau processus de sélection. Il confiait au DRH la charge de mettre en œuvre ce recrutement. Notre collègue, au chômage depuis janvier 2021, a eu confiance dans cet engagement fort et s’est pleinement investie dans cette voie plutôt que de contester juridiquement le non renouvellement de son contrat. Malgré les souffrances précédemment accumulées résultant de l’échec du premier recrutement et des tensions associées, puis de l’attente d’une décision la concernant, attente d’une durée incompréhensible (un an) révélant la légèreté avec laquelle la direction générale s’occupe des agents en situation difficile, elle a activement contribué à co-construire un projet de recrutement avec une unité, en accord avec la DRH. Contrairement aux engagements pris par la DG, le processus de recrutement, au bout de huit mois de co-construction (soit huit mois de chômage consacrés à cette perspective), s’est conclu par une procédure sélective que rien ne laissait prévoir. Ceci a profondément déstabilisé notre collègue lors de l’épreuve, ce qui l’a finalement écartée et a mis un terme définitif à un possible recrutement à l’INRAE. Continuer la lecture

Le Conseil d’État abolit la certification en langues : victoire des associations professionnelles et étudiantes en langues

Alors que le gouvernement avait décrété le confinement général en raison du COVID-19, Academia avait repéré une sordide manœuvre de la ministre en avril 2020 : passer un décret visant à la privatisation des diplômes, sous couleur de certifier le niveau de langue vivante. Les associations professionnelles avaient protesté avant de déposer un recours auprès du Conseil d’État. Ce dernier vient dannuler le décret.

Un immense merci à l’Association des chercheurs et enseignants didacticiens des
langues étrangères (ACEDLE), l’Association pour le développement de l’enseignement de l’allemand en France (ADEAF), l’Association française d’études américaines (AFEA), l’Association française de linguistique appliquée (AFLA), l’Association francophonie avenir, l’Association des germanistes de l’enseignement supérieur (AGES), l’Association des professeurs de langues en instituts universitaires et technologiques (APLIUT), l’Association pour la recherche en didactique de l’anglais de spécialité (ARDAA), la Fédération nationale des associations étudiantes linguistes (FNAEL), le Groupe d’étude et de recherche en anglais spécialité (GERAS), le Groupe d’études et de recherche en espagnol de spécialité (GERES), l’Observatoire européen du plurilinguisme, le Rassemblement national des centres de langues de l’enseignement supérieur (RANACLES), la Société des anglicistes de l’enseignement supérieur (SAES France) et la Société des italianistes de l’enseignement supérieur (SIES) qui ont entièrement financé le recours sur leurs fonds propres.

Continuer la lecture

L’IFOP tente de faire taire les universitaires, Soutien à notre collègue Alexandre Dezé

Communiqué de la section 04 du Conseil national des universités

 
Il y a quelques semaines, alors qu’il s’apprêtait à publier un livre sur les sondages politiques, chez De Boeck, Alexandre Dézé, maître de conférences en science politique à l’Université de Montpellier et chercheur au CEPEL, Unité Mixte de Recherche de Science Politique et Sociologie rattachée à l’Université de Montpellier et au CNRS, a appris qu’il faisait l’objet d’une plainte pour diffamation de la part de l’IFOP pour des propos tenus dans Le Monde du 11 septembre 2020, à propos d’une enquête réalisée par l’IFOP sur le rapport des musulmans aux attentats de Charlie, dont il critiquait la méthodologie. 
Ce type d’attaque n’est pas nouveau et les mises en cause des universitaires, en particulier les spécialistes de sciences sociales, se sont multipliées ces derniers temps. Si leur réputation est souvent salie, l’attaque se déplace aujourd’hui sur le terrain judiciaire par la plainte qui vient d’être déposée par l’IFOPJU contre notre collègue, dont les travaux d’une grande rigueur sont reconnus et appréciés de la communauté universitaire et des étudiant·e·s. 
Les chercheurs ont depuis de nombreuses années pointé les limites des sondages ; ils ont souvent débattu avec les sondeurs qui connaissent ces critiques. Les instituts de sondages, comme l’IFOP, se targuent de participer au débat démocratique mais refusent aujourd’hui toute contradiction et cherchent à museler toutes celles et ceux qui s’opposent aux dérives de leurs pratiques sondagières. L’absence de transparence quant à la production de leurs données contrevient d’ailleurs aux règles élémentaires des pratiques admises dans le milieu scientifique. 
Nous, membres de la section 04 du CNU, instance élue représentative de la discipline science politique, apportons tout notre soutien à notre collègue Alexandre Dézé, chercheur reconnu et confirmé dont les travaux ont été consacrés par la communauté académique. Alexandre Dézé est un chercheur dont l’intégrité scientifique ne peut être contestée. Nous nous inquiétons des tentatives d’intimidation dont il a fait l’objet et à travers lui, les sciences sociales qu’il représente. Nous restons mobilisé·e·s pour la défense des libertés académiques. 

Continuer la lecture

Violences ordinaires en milieu universitaire

Dans la continuité de la réflexion menée sur Academia sur les violences sexistes et sexuelles, les violences ordinaires de la communication ou les violences symboliques à l’endroit des enseignant·es PRAG/PRCE ou contractuel·es, qui n’ont pas accès à la justice disciplinaire de l’univeristé en France, voici deux nouvelles invitations à penser le travail académique et le milieu universitaire, avec un numéro thématique de la Nouvelle Revue de Psychosociologie sur les “violences et passions en milieu universitaire”, coordonné par Florence Giust-Desprairies et Emmanuelle Savignac, et un colloque les 9 et 10 juin prochains à Paris (présentiel) sur les “violences ordinaires dans les organisations académiques”.

Continuer la lecture

Se réapproprier l’université : séminaire électoral de l’UPEC, à partir du 7 juin

Les prochaines élections aux conseils centraux de l’université Paris-Est Créteil se tiendront les 21 et 22 juin prochains, exclusivement en ligne via le prestataire privé Néovote, et ne provoquent pas – pour l’instant – de mobilisation forte au sein de l’établissement.

Les choses peuvent néanmoins évoluer rapidement et Academia signale déjà l’initiative de quelques collègues qui, sur le modèle de ce qu’a proposé il y a quelques semaines la liste ESPOIR à l’université de Lorraine avec son « séminaire sur l’état de l’ESR », mettent en place un « séminaire électoral », dont la fonction est de donner aux personnels de l’université des outils et un espace pour se réapproprier un établissement vis-à-vis duquel iels se sentent de plus en plus étranger·es.

Academia entend relayer ce genre d’actions, d’apparence modeste mais cruciales, car c’est évidemment en développant les capacités de mobilisation des indifférent·es-démoralisé·es que les rapports de force dans les universités pourront être progressivement renversés.

Pittou2, Fourmi, 2019

La première séance du séminaire électoral de l’UPEC se tiendra mardi 7 juin prochain à midi, autour d’une présentation de Julien Gossa sur « L’UPEC vue de l’extérieur, par ses données ».

#ResistESR


Voici le message de présentation du séminaire et de la séance du 7 juin qui a été adressé à l’ensemble de la communauté de l’UPEC :

La campagne et les élections aux conseils centraux de
l’université ne sont pas juste une question de personnes, mais aussi et surtout l’occasion de nous réapproprier les sujets importants pour l’avenir de la communauté universitaire que nous formons, et d’en débattre collectivement.

C’est pourquoi, dans le cadre de la campagne pour les élections des 21 et 22 juin prochains, nous vous proposons un “séminaire électoral”, où nous invitons des collègues spécialistes de questions touchant l’Enseignement Supérieur et la Recherche ou ayant un point de vue important à communiquer, pour alimenter les débats électoraux et les replacer dans un cadre plus large.

Le premier rendez-vous de ce séminaire électoral se tiendra le 7 juin prochain,
en présence de Julien Gossa.

Continuer la lecture