« Le CNRS n’a pas à propager d’idées reçues sur Darwin », tribune du généticien Michel Veuille

par Michel Veuille généticien des populations, directeur d’études honoraire de l’Ecole pratique des hautes éttudes

Tribune. Dans son Dictionnaire des idées reçues, Gustave Flaubert rappelle ce commentaire convenu sur Darwin : « Celui qui dit que nous descendons du singe ». Des années après, le succès définitif de la théorie de l’évolution et l’hommage exceptionnel rendu à Darwin lors de son enterrement en 1882 auraient pu inspirer cet autre commentaire : « Celui dans lequel la bourgeoisie industrielle projette sa foi dans le progrès par la compétition ».

https://www.flickr.com/photos/internetarchivebookimages/14732617756/in/photolist-orSvYY-xWgB6f-oustAu-od8yxd-otnZvo-yq5tec-tiVFnx-xG5Bfn-of24Gf-xsrgBR-orgDMJ-osCGnq-ovVw6B-owh7sq-hRMLfX-tDBshH-hN3YRo-hR6ncF-oeGXqq-oeGBrN-tiVRHU-w3Xu9X-oygr5z-hMkyGo-y6PWM5-hLsatF-x1zswS-icTHe2-otCbK8-of2HDg-xXGZnf-i6LQC3-hPV9ht-i6CWPA-owzAB6-hTFTyn-oeHaCj-oeHTyT-ow8a1u-oeHzP4-odzXbW-hUx2Wg-i6wyFG-i7e9aq-wQ1kZE-i7YqQa-xrcTzb-owcHdi-ovYufu-osU7e1/

“Le dod et ses petits: ou l’histoire, les affinités et l’ostéologied du dodo, solitaire et autres oiseaux à l’espère éteinte des îles Muarice, Rodriguez et Bourbon” (1848)

Le président-directeur général du CNRS, Antoine Petit, a réutilisé le vieux poncif d’un darwinisme illustrant la compétition bec et ongles en déclarant aspirer pour la recherche à une loi «ambitieuse», «inégalitaire» et «darwinienne». Je ne discute pas ici ses options sur la gestion de la recherche, mais l’usage de métaphores de capitaine d’industrie chez un responsable censé défendre la science. Certes, il reprend des images qu’il n’a pas lui-même inventées. Mais le dirigeant du premier organisme de recherche français ne saurait entretenir la confusion en galvaudant une grande théorie scientifique. Sans doute pense-t-il que le darwinisme est une vieillerie du XIXe siècle. Ce faisant, il dénigre toute une communauté scientifique, celle des chercheurs engagés dans la lutte pour la sauvegarde de la biodiversité. L’adaptation des espèces par la sélection naturelle est un facteur majeur de la résilience des écosystèmes face au changement global. La théorie darwinienne est pour eux le plus actuel des cadres de travail, comme pour d’autres la théorie de la relativité ou la tectonique des plaques.

En soutien aux personnels d’OpenEdition : notre lutte doit être aussi numérique

Le 16 décembre 2019, les employés·es d’OpenEdition réuni·es en assemblée générale ont voté le blocage pour 24h des plateformes qu’elles et ils maintiennent et animent dans le cadre de la journée interprofessionnelle du 17 décembre 2019 contre la réforme des retraites.

Nous, travailleur·es de l’enseignement supérieurs et de la recherche, avons découvert cette initiative avec enthousiasme.

Dans le contexte d’une réforme des retraites qui accroît les inégalités et d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche qui poursuit le travail de démantèlement des statuts de la recherche publique, mais aussi d’un mouvement plus vaste et plus ancien de précarisation constante des conditions de travail dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) dont Parcoursup et la mise en place de frais d’inscription à l’université publique, la question des modalités de résistances et de lutte des travailleurs de l’ESR se pose avec une acuité croissante.

Continuer la lecture

« Je suis la grève face à vous, la colère partout, ruinée mais déchaînée »

En passant

« Je suis la grève face à vous, la colère partout,
ruinée mais déchaînée »

Je suis Cléone et on ne me rattrapera jamais…1
Je suis marronne, je suis le chœur du Bloc.
Je suis le cortège qui bille en tête vous a renversé et vous renversera encore.

Je suis la grève, celle que j’ai foulé il y a des siècles, le corps hagard, rompu et enchaîné, mais vivante. Je suis la fuite, l’échappée. Je suis la rapine, la ruse, l’incendie, le poison, la machette retournée contre vos gorges. Je suis la rumeur des soulèvements du passé parvenue jusqu’à vous. Les mornes, les oasis, les communes, les landes, les friches, les squats sont ma terre. Le monde qui vous survivra est un Quilombo.

Je suis le spectre de la révolution.
Continuer la lecture

  1. Cléone est anonyme mais sans mystère, de tout temps et partout. Elle parle depuis ces points de l’âme qui ne cèdent pas pour raconter l’histoire des vaincus, jamais défaits.
    Sa première lettre est ici : Je suis Cléone…
    Une seconde là : Cléone, seconde lettre
    Une réponse depuis Douala.
    Une autre du Chiapas. []

Des historiens sans corps, ni vieillesse (XXe-XXIe siècles)

————————————————————————————————
De:Association d’histoire de France <contact@ahf.fr>
Envoyé: Samedi 16 Juin 2164 18:52:09
Objet: AAC – Des historiens sans corps, ni vieillesse (XXe-XXIe siècles)

Cette journée d’études vise à combler un vide historiographique significatif. Par un curieux mystère, il semblerait que les historiens du XXet du XXIe siècle aient pu traverser la séquence 2019-2020 sans s’inquiéter outre mesure pour leur pension de retraite. Étant pourtant exposés à la réforme du gouvernement Édouard Philippe (1er), aucune trace archivistique signifiante de leur mobilisation ne subsiste sur leur liste professionnelle principale. Si plusieurs spécialistes ont déjà pu souligner la faiblesse du répertoire d’action protestataire de cette corporation souvent limité à la pétition (Tilly 1984, Contamin 2005), un doute subsiste quant aux régimes de justification que ces derniers ont pu se donner à eux-mêmes dans un contexte de fluidité politique marqué, au contraire, par la mobilisation de plusieurs corps professionnels pourtant réputés peu enclins à se mobiliser.

https://www.flickr.com/photos/yumanuma/5421234992/in/photolist-9g4fhQ-7Jth8-9pxyk-4U7Wk1-aB2eft-dzYVMu-bhQLnk-yKQTzH-bmEJi-6CrxvD-32tB4-754kbu-98HT-6miB8z-okBRdy-22Ub2yH-aST7np-LAZuh1-4UDUhZ-eqa1R-rEzPCk-mdj2S-6jDs9K-7X6jth-5Cgsy5-5gZcCE-9maVsf-6ywXei-83G7tP-aBedH-7qmyar-5Nzss-4QRj9p-4Ec4Ab-aQAJEn-ejaLfu-ad3wp5-7HGKcj-4oBFqX-7CpEv8-48NCC-yZNUTk-RPv7Fw-P8dFEb-Uf7coV-J9z7ir-2hmfy7B-2gerSn9-JHj5sR-2hxdeeq

YuMaNuMa, Emptiness, 2011

En faisant varier le plus possible les jeux d’échelle (Revel 1996) et en n’hésitant pas le cas échéant à mobiliser des sources subalternes mêlant l’analyse de traces laissées par des précaires en lutte face à une telle inertie et des archives de rectorat ou d’administration centrale, il sera possible d’écrire une histoire « à parts égales » de ces régimes de doute afin de parfaire la mise en récit de cette abstention silencieuse.

Sans pour autant que les propositions se limitent à ces deux aspects, deux axes pourront être envisagés.

Continuer la lecture

À quoi sert la CPU ?

MIse à jour: 4 janvier 2019

Alors que la mobilisation a gagné les Universités, au mois de décembre 2019, contre les retraites et contre l’esprit de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) en préparation, plusieurs d’entre nous avons été étonné.es de découvrir un réception organisée par Richard Ferrand et Emmanuel Macron en l’honneur de la Conférence des Présidents d’Universités (CPU), en présence de Frédérique Vidal, Ministre de la Recherche, de l’Enseignement supérieur et de l’Innovation.

Selon une journaliste présente1 , la  ministre Vidal y aurait déclaré

« La loi de programmation pluriannuelle de la recherche investira dans les carrières scientifiques, qui manquent encore d’attractivité. Je veux encourager les étudiants à se lancer dans la recherche »

en complète contradiction avec les politiques conduites par ce gouvernement et les précédents, largement documentés : Parcoursup, hausse drastique des droits étudiants étrangers,  rétraction de l’emploi scientifique, etc. Le président de la CPU, Gilles Roussel2, ne le dit pas autrement dans un entretien du 18 décembre 2019 à AEF.

Quid de l’emploi statutaire et de droit public ? demande AEF. La CPU y est attachée… mais il faut s’adapter à la place importante prise désormais par les personnels temporaires, doctorants, post doc, ingénieurs de recherche. « C’est un fait, et cela se passe ainsi partout ailleurs dans le monde ». C’est donc pour le bien de tous que l’on doit délier les CDD de leur durée maximal de 6 ans afin de pouvoir conserver les personnels de recherche non statutaire pendant toute la durée d’un projet de recherche. « Je suis donc favorable, de ce point de vue là, à donner plus de visibilité et de lisibilité sur des temps plus longs aux personnes employées sur contrats ».
La revalorisation des carrières et du niveau indemnitaire s’impose, mais pour Gilles Roussel c’est « dans le cadre de la réforme des retraites » et avec des modalités et une entrée en vigueur encore « loin d’être arrêtées ». Pour Roussel la LPPR doit augmenter très vite les rémunérations des doctorants et des jeunes chercheurs. Le reste peut attendre la loi retraite et sa mise en œuvre à partir de 2025. L’important, est de ne « pas décrocher » et susciter des vocations.
Inviter à susciter des vocations à un moment de contraction drastique de l’emploi permanent dans l’enseignement supérieur, de faiblesse historique des traitements (40% inférieurs aux fonctions équivalentes dans le reste de l’OCDE et inférieurs aux grades équivalents dans la fonction publique française, selon le rapport préparant la LPPR) et de mépris envers l’enseignement supérieur et la recherche, sensible dans le discours vide de la Ministre Vidal3, voilà qui et bien curieux et à l’encontre des prises de positions toute récentes des Conseils scientifiques du CNRS, qui exigent en termes clairs des moyens et des emplois permanents.

Tweet de la CPU, 18 décembre 2019

Si les collègues du CNRS ont pu se demander à quoi leur servait un pdg qui ne représente aucun personnel ni instances, il est ainsi légitime d’examiner, dans le cadre de notre réflexion sur la gouvernance de l’enseignement supérieur et la recherche,  les propositions de la CPU pour la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche.

La CPU et la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche

Au cours de l’automne 2019, la CPU publie deux textes, à la suite de la demande du Premier ministre Philippe à la ministre Vidal de préparer une Loi de programmation pluriannuelle de la recherche en janvier 2019, en organisant la réflexion autour de trois thèmes :

  • la recherche sur projet et l’articulation entre financement compétitif et financement récurrent des laboratoires ;
  • l’attractivité des emplois et des carrières scientifiques ;
  • l’innovation et la recherche partenariale.

Continuer la lecture

  1. Tweet d’Aude Petitdemange, journaliste à L’Etudiant, 19 décembre 2019. Cet élément de langage se retrouve de façon incessante dans chaque intervention publique de la Ministre, sans que l’on sache ce qu’il faut en comprendre. Voir par ex. Frédérique Vidal, entretien à mi-mandat“, La méthode scientifique, France culture, 12/12/2019, rediffusion du 2/1/2019. []
  2. Gilles Roussel, selon sa page CPU,est ancien élève de l’ENS Paris, formé en informatique à l’INRIA, élu à l’Université de Marne-la-Vallée,  dont il est élu président en 2012, date à laquelle il rejoint à la CPU. Il est élu président de la CPU en 2016, puis réélu en 2018. []
  3. Frédérique Vidal: entretien à mi-mandat, La Méthode scientifique, émission de France Culture du 12/12/2019. []

Lieux de travail, franchise universitaire & libertés académiques : Brest, Rennes, Paris… Une pétition

En ce mois de décembre, il est intéressant de considérer comment la franchise universitaire s’exerce. La “franchise universitaire” est le terme qui désigne le statut dont bénéficient en France les universités et selon lequel les forces de l’ordre ne peuvent y intervenir sans leur accord ((Née au Moyen Âge du caractère religieux des universités, qui les affranchissait du pouvoir temporel, elle a été depuis confirmée par plusieurs lois, dont l’article L712-2 du code de l’éducation. Cf article “Franchise universitaire” sur Wikipedia.)). Alors que les étudiant-es et les personnels universitaires organisent le blocage de certains sites, deux événements ont défrayé la chronique à Brest et à Rennes.
À Brest, le président de l’Université Matthieu Gallou, a demandé des explications au sous-préfet à la suite d’une intervention de la police dans le hall de la Bibliothèque universitaire de Lettres le mardi 10 décembre 2019:
Le maintien de l’ordre universitaire est une lourde responsabilité, mais je tiens, sous le contrôle de la loi et de nos instances, à l’exercer pleinement, et à garantir ainsi le plein exercice des libertés académiques, fait-il savoir dans un entretien accordé à l’Université de Brest au quotidien Ouest-France.

Le mercredi 18 décembre, alors que les étudiant-es revenaient de manifestation, plusieurs escadrons de police se sont présentés à l’entrée du Campus de l’Université de Rennes, avec l’intention visible d’y entrer. Prévenu, le président David Olivier, s’interpose et interdit l’accès au campus, avant de saisir les “autorités compétentes pour faire toute la lumière sur cette opération de police aux abords du campus”1. La photo de son intervention est rapidement devenue virale sur les réseaux sociaux.

Capture Facebook de l’interposition de David Olivier, président de l’Université Rennes-2, entre les forces de l’ordre et le campus de son Université, 18 décembre 2019

À Paris, la situation est très différente : la plupart des campus sont rendus inaccessibles par les présidents, pour des motifs allégués de sécurité ou de manque de personnels en raison des transports perturbés. Dans ce contexte, trois professeur-es d’université mettent en cause la décision du Recteur de Paris, Gilles Pécout, de fermer la Sorbonne. Ils invitent leurs collègues et étudiant-es à signer la pétition dont voici le texte.
 
*
*     *
 

Lettre ouverte à Monsieur le Recteur de l’Academie de Paris

Nous étudiants, personnels administratifs, chercheurs, enseignants, maîtres de conférences et professeurs, protestons contre les fermetures abusives et incongrues de la Sorbonne qui se répètent ces dernières années, nous empêchant de travailler. Ces blocages (comment les nommer autrement ?) vident la Sorbonne de son sens et de son existence et, selon les « éléments de langage » de notre gouvernement, nous « prennent en otages ».
La Sorbonne est, depuis sa création au XIIIe siècle, la maison des étudiants et des professeurs, et non celle du roi ou du gouvernement, même s’il plaît au roi, de temps à autre, d’y organiser une opération de com, un « grand discours » qui nous fait suffoquer de policiers, de barrières et de contrôles, et qui bloque tout le Quartier latin. La Sorbonne est le lieu du partage du savoir, par sa bibliothèque, inaccessible en cas de blocage rectoral, par ses salles de cours, de séminaire, et ses amphithéâtres.
 

Charte de fondation de la Sorbonne, février 1257
Credit:
Photo (C) RMN-Grand Palais / Agence Bulloz
Paris, Archives nationales

 
La Sorbonne, comme Paris, a un statut particulier. Longtemps, Paris n’a pas eu de maire, en raison de la réaction thermidorienne de 1795, rejouée en 1871. Aujourd’hui encore, le préfet de police de Paris n’est pas soumis à l’autorité du directeur général de la police nationale. De la même manière, la Sorbonne n’est pas vraiment chez elle, puisqu’elle abrite, fait unique au monde, les bureaux du rectorat, c’est-à-dire du représentant du gouvernement dans le monde éducatif. C’est, de fait, le recteur qui dirige ses bâtiments, dont il occupe une trop grande partie, alors qu’il n’enseigne pas et que nous manquons d’espace. Le grand amphithéâtre accueille de curieux locataires, qui payent pour y organiser leurs réunions de prestige, leurs défilés de mode et leurs opérations mercantiles, au lieu d’être dévolu à l’enseignement. Les laboratoires de la Sorbonne doivent louer aux services du recteur des salles de colloque ! Les collègues étrangers n’y comprennent rien. Nous non plus.
  1. https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/rennes/rennes-2-interventions-policieres-apres-manifestation-du-17-decembre-1764461.html []

Temps de travail #ESR (1): 192h de service ?

192 h : voilà le service d’enseignement dû par un·e enseignant·e-chercheur·se (EC) au statut MCF/PR. Le sens de ce « service d’enseignement » a des effets structurants sur les autres statuts et sur les contrats de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR). Un·e attaché·e temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) fait 192 h d’enseignement, à moins qu’il ou elle ne soit à mi-temps, auquel cas 96 h d’enseignement sont attendues. Un.e professeur·e agrégé·e ou certifié·e employé·e à l’Université (PRAG/PRCE) en assure le double, soit 384 h d’enseignement. Comment comprendre ce nombre d’or des universités? C’est ce à quoi se sont employés plusieurs auteurs et autrices our Academia.
 

Archéologie d’un décompte

L’origine de ces 192 heures annuelles se trouve dans les réformes menées par le gouvernement socialiste au début des années 1980.  Auparavant, le service des professeur·e·s des universités, des maîtres·se·s de conférences et des maîtres·se·s-assistant·e·s est défini de manière hebdomadaire.

Continuer la lecture

Questions pour l’Europe : la CPU, la novlangue et les élections 2019

À l’occasion des élections au Parlement européen, la Conférence des Président.e.s d’université française et ses homologues allemande (HRK) et polononaise (KRASP) ont fait parvenir vers le 10 mai une série de questions aux têtes de listes européennes représentées dans leur parlement respectif. La Conférence des Recteurs d’Université allemande – qui n’a pas retenu la question 7 sur les valeurs – a publié les réponses sur son site. En attendant que la CPU fasse de même, nous publions les questions qui sont parvenues aux différents partis français. 

Peinture murale de Banksy (Douvres, 2017)

Questions aux têtes de listes nationales pour les élections au Parlement européen en 2019

Introduction

Les universités constituent une partie importante du patrimoine culturel de l’Europe. Elles représentent également les laboratoires et les centres d’éducation de demain pour environ 20 millions d’étudiants dans l’UE. Elles créent le moteur des écosystèmes d’innovation de l’Europe en éduquant les forces de travail et la majorité des dirigeants sociétaux et culturels de l’Europe. Elles fournissent la recherche critique et indépendante qui préparera l’Europe aux défis technologiques et sociétaux de l’avenir. Un niveau d’éducation élevé permettant aux étudiants de penser de manière autonome, indépendante avec une orientation social est d’une importance capitale pour l’économie et la cohésion politique et culturelle de nos sociétés.

Continuer la lecture