A propos Magali Nachtergael

Université Bordeaux Montaigne

De la stratégie du boa constrictor à l’université : le plan social que nous refusons de voir

  • Magali Nachtergael, professeure en études françaises et francophones

Update 10/3/2022

Cette année, une fois encore la baisse généralisée des recrutements pérennes frappe l’enseignement supérieur – et le CNRS1. Ce fait s’explique parfaitement par le programme annoncé du président Macron en 2017 : supprimer 100.000 fonctionnaires. Les fonctionnaires en question, inutile de chercher plus loin, c’est nous. Cette idée devrait éclairer les opérations de réduction qui sont mises en place depuis le vote de la LRU et qui participent de la « clarification » de l’offre de formation et surtout de l’austérité pour limiter le déficit public.

Il faut donc voir cette politique similaire à celle qui frappe l’hôpital public et auparavant qui a frappé France Telecom : un plan social à échelle nationale. Ne pas regarder la situation froidement et avec lucidité a de lourdes implications : penser que la situation va s’améliorer (spoiler : non) et qu’il y aura un jour des recrutements, à nouveau, entraîne de mauvais choix, qui mettent en péril et la structure qui les encadre, et les personnels qui les appliquent. Ces mauvais choix quels sont-ils ? le premier est de continuer comme avant en espérant que la situation se rétablisse. Elle ne se rétablira pas. Qu’on parte de ce postulat, et l’on clarifie les choses. Ensuite, croire en l’autonomie de l’université. C’est une illusion : c’est le Ministère qui pilote et attribue les dotations de fonctionnement, notamment pour la masse salariale. Il faut donc lui « plaire » en fonction des politiques explicites ou implicites qui sont mises en place pour obtenir des labels, Idex, Isite, EUR, PIAx, bref les dispositifs qu’il met en place pour identifier les établissements « excellents ». Ceux qui se restructurent (en fusionnant par exemple) peuvent avoir un bonus. Mais la fusion doit présenter un projet d’excellence ou d’avenir. Ce sont ces quelques bons élèves – les universités qui se tiennent sages – qui seront récompensés par des postes. Cela peut sembler abrupt mais c’est ainsi.

https://www.flickr.com/photos/feuilllu/14729141397/in/photolist-oryGzK-orx94h-oHMhBr-orx4hc-2hqjFjm-cAWMDw-YkGpDC-GRjmw9-t1Uurm-oryygF-2ksudLF-eSMQEC-orxt86-orvEav-oruZ3A-hNRYVq-orxwQt-oFXQay-hBjy4k-oJ1jpj-orxug8-hBj6ys-eSMM3m-eSA1cT-oJ3czr-vN2yR6-eSBSq6-eSNMw1-orxFhu-eSBgWe-eSBzY2-hNRY2m-vvqp6W-eSNAzs-oruV8R-eSNX1m-hNRcLD-s58iNU-hBmS2t-eSBDJM-eSB7JH-mkmVhk-kjotRx-eSMFbj-eSBPWM-eSA75x-eSCupa-eSN77o-2hmtjQT-eSCxpa

Mucem, Marseille. Crédit: Pierre Metivier, 2013

1. Le spectre du « collegium » : éviter la périphérisation voire la disparition

Selon le principe de « savoir situé », j’aimerais juste partager mon expérience et mon analyse, loin d’être unique comme en témoignent les discussions avec les collègues, pour énoncer explicitement cette nouvelle configuration dans laquelle nous nous sentons fort impuissants – et pour cause – mais qui n’est pas forcément sans issue. Des concessions de taille sont à prévoir, hélas mais il en va aussi de nos conditions de travail, qui se sont dégradées au point d’entamer santé et motivation de beaucoup d’entre nous. Car ce n’est pas seulement l’accueil des étudiant·es qui est au cœur de l’université de demain, c’est aussi notre capacité à fournir un travail de qualité, de ne pas mettre notre santé en péril et enfin, de préparer un avenir pour les EC et chercheur·es qui viendront après nous.

Je vais partir de mon expérience de directrice de département à l’université Paris 13 (Université Sorbonne Paris Nord) de 2017 à 2019, année de conception d’une nouvelle offre de formation, licence et master. Mon point de vue est partiel mais dans cette université, nous avons toujours discuté de façon directe et été informé de façon je pense très transparente, ce qui a permis une vision nette des enjeux financiers et humains et des demandes du ministère, malgré une certaine opacité sur les arbitrages finaux de leur part (c’est le jeu politique, la part qui échappe). Aussi nous avons rencontré et discuté avec les vices présidents chargés des moyens et de la formation et de la vie étudiante, de sorte que malgré quelques épisodes en langues de bois, les choses étaient claires. La pression du Ministère était forte. Nous devions donc faire nos choix en connaissance de cause : on nous laissait la possibilité de nous restructurer, avant de nous faire restructurer, de façon bien moins diplomatique et potentiellement pertinente, selon le principe du redéploiement. En résumé, il fallait que nous choisissions ensemble ce que nous allions sacrifier et ce que nous allions renforcer, maintenir, lier à nos projets de recherche, tout simplement pour pouvoir continuer à travailler librement, ce qui n’est pas un enjeu secondaire. Cette expérience ressemble, je le sais, beaucoup à celle d’autres collègues, avec des nuances, et témoigne aussi de la pression qui repose sur les personnes chargées de faire ces coupes, toujours à contrecœur.

Continuer la lecture

  1. Je remercie Lionel Larré pour m’avoir incitée à mettre au clair une réflexion commencée il y a plusieurs années sur le sujet. Ce billet, rédigé dans le peu de temps disponible d’une EC lambda, a été relu par Cédric Brun, que je remercie chaleureusement. []

Prendre acte. Un hors-série de la revue Essais sur l’après-thèse en SHS

  • par Magali Nachtergael, professeure en études françaises contemporaines, Université Bordeaux Montaigne.

La revue Essais, revue en ligne « interdisciplinaire » de l’école doctorale Humanités de l’Université Bordeaux Montaigne publie un hors-série dédié aux parcours d’après-thèse en lettres et sciences humaines.

Dirigé par Isabelle Poulin, professeure en littérature comparée, et inquiète du devenir non pas seulement professionnel mais aussi personnel des doctorant·es, « Récits d’outre-thèse. Quelle place dans le monde pour les docteur·es en Humanités? » rassemble des témoignages et des réflexions sur la vie de jeunes chercheur·ses dans une université publique qui connaît, comme la plupart des services publics en France, son grand démantèlement. Avec chiffres à l’appui, dont certains donnés par nos collègues engagés dans la veille professionnelle, scientifique et académique de l’Enseignement supérieur de la recherche pour Academia ou sur le web, les récits non pas d’outre-tombe mais d’après-doctorat dressent un panorama situé et documenté de l’asphyxie de la recherche en France, qui pèse d’abord sur les jeunes, comme tant d’autres, en mal d’avenir stable, dignement rémunéré et valorisé.

Avant de répondre à la question intergénérationnelle, que laissons-nous ? il convient d’écouter leur retour sur les discours de l’excellence, de l’attractivité et les conditions réelles de travail qui ont été ou sont les leurs, avec tout ce qu’il comporte de désillusions et en prenant acte de l’image cruelle qu’ils renvoient de ce que devient l’ESR en ce début de siècle en France.

Pour lire le numéro “Récits d’après-thèse” Essais 7 (2022) →

https://www.flickr.com/photos/pepe50/49720609522/in/photolist-2iKD7Yj-8HEFdo-9URiR8-8HBvqH-UVi7WT-o4gU7a-Cm3ptf-2dAZSR5-j4MZeR-QYtBKR-2iWAAwQ-2i4jCfz-2iEhTLc-2dPtBZU-z6UFfG-2kWvNLD-ay7rDc-yURcXY-ayaa5f-ayabdL-9MHvUE-2mdwVN4-XNdToV-2kVkgMb-2n1yEMc-2kD6dUH-2kZeSCK-2kfu5kQ-EEThNK-2kLoY9c-2konJNh-2ijRTAW-24cjUTf-oUobka-2kvrAbZ-zsGYu9-Vxjjpm-XrLjxh-29VUHc4-ay7shF-G6ujDi-ayabL3-ayacgq-UNs44J-rVqnhD-ay7sA6-2jfSXFE-2iVgEjE-ay7s7V-ay7u7v

Library, La Villa Del Dottore, par Paolo Lottini, 2020

Table des matières

Continuer la lecture

Une session de recrutement 2020 MCF / PR désynchronisée?

Après la fermeture des dépôts sur Galaxie : contact perdu

Alors que la campagne de recrutement MCF / PR 2020 a été décalée du 26 mars au 9 avril 16h pour les dépôts de candidature, il semblerait que le calendrier soit à l’heure actuelle GLOBALEMENT maintenu en l’état pour la suite des procédures, et cela, malgré les incertitudes. Le calendrier ministériel s’est officiellement décalé d’un mois, laissant jusqu’au 22 juin pour rendre les PV des derniers comités (auditions) et espérant une proclamation des résultats le lundi 13 juillet (attention : susceptible d’être encore modifié évidemment!). Mais localement, les choses sont différentes et certaines universités ont pris les devants. C’est bien le problème : la session synchronisée risque de ne plus l’être vraiment. Beaucoup de comités de sélection (COS) et de driections de ressources humaines (DRH) n’ont pas encore pris de décision, surtout quand les premières réunions étaient programmées en mai. D’autres ont déjà reporté les auditions en juin, privilégiant l’idée qu’un déconfinement partiel sera possible — laissant espérer des auditions en présentiel. D’autres — une minorté pour l’instant — ont dépassé la limite ministérielle avec des comités en juillet ou même en septembre. La grande inconnue est : comment s’y retrouver ? comment programmer une éventuelle audition pour les candidats ? et pour elleux, comment s’y préparer ?

Comités en visio-conférence, et les auditions ?

On sait que les comités de sélection (COS) fonctionnent en deux temps : une première réunion, après la répartition des dossiers, décide des candidatures qui viendront pour l’audition. Cette dernière est programmée avec la seconde réunion du comité généralement courant mai jusque début juin. La plupart des premières réunions de la session synchronisée sont toujours maintenues : elles opéreraient le choix des auditionné·es avec un comité en visio conférence.

Mais une fois cette première sélection faite, quand pourraient avoir lieu les auditions ? dans quelles conditions ? et surtout, grande question : se dérouleront-elles en vision conférence ? (une pétition circule en ce moment pour éviter cette option). Un décret initial stipulait que le comité doit être pour moitié présent physiquement (décret 2017-1748 du 22/12/17) : il a été modifié par une ordonnance du 27 mars 2020 permettant une dérogation de la « présence physique des candidats ou des membres de l’instance de sélection », et ouvrant la voie à des auditions en visio-conférence complète.

Un projet de décret, qui voulait déroger aux décrets de 2017 sur la fonction publique, de 1983  sur les concours chercheurs et de 1984 sur les concours EC avait d’ailleurs été soumis au Comité technique de l’enseignement supérieur et de la recherhe (CTESR), avant que cette réunion ne soit reportée sine die. Le projet de décret prévu par l’ordonnance, quant à lui, porte sur un point plus précis : les « garanties procédurales et techniques permettant d’assurer l’égalité de traitement des candidats et la lutte contre la fraude ». Sa publication serait imminente, selon nos sources.

Report des prises de fonction

La plupart des universités espèrent pouvoir tenir le calendrier synchronisé afin d’avoir leurs recrues pour la rentrée en septembre. À ce jour, quelques postes – notamment des « fil de l’eau » qui étaient simultanés avec la session synchronisée – ont reporté leur date de prise de fonction au 1er décembre 20201. Une autre université a décidé certaines prises de postes bien plus tard, le 1er février 2021 ((Information interne)). Quant à une troisième elle essaie de basculer ses postes au fil de l’eau2. Les candidat·es seront à coup sûr informés, car les président-es de comité sont depuis le début de la crise très inquiets des responsabilités qui leur incombe et des possibles dénouements. Mais ce qui ressort de cette première remontée de terrain, c’est que TOUS les postes ne sont pas uniformément concernés par ces reports !

Bad Day Calendar Showing Rough Or Stressful Time

Inquiétudes légitimes

Ce qui est inquiétant, ce n’est pas tant que le calendrier soit bousculé, mais plutôt la désynchronisation totale du processus, avec des prises de postes réparties au petit bonheur la chance en fonction des volontés locales et des auditions réalisées dans des conditions inédites et complètement expérimentales. On dirait que la crise Covid est vraiment l’occasion de passer outre toutes les instances nationales pour pousser encore plus à l’autonomie des universités et laisser chacun se débrouiller dans son coin. Aussi, à ce sujet, malgré les cadrages ministériels parcellaires envoyés aux instances universitaires, on risque de voir se multiplier ensuite les recours divers, notamment pour inégalité de traitement. Ces inégalités peuvent être techniques, d’accessibilité ou encore poser question sur les informations qui pourraient circuler en direct entre membres du comité et candidat·es par exemple ? un décret est annoncé contre la « fraude » et l’égalité de traitement des candidats… mais tout reste soumis à l’évolution de la situation sanitaire, avec le risque que certaines zones soient plus en tension que d’autres. La difficulté de maintenir un COS avec les mêmes membres du début à la fin étant en temps normal une gageure, l’exercice est ici encore plus compliqué.

À suivre de près

Le plus pénible sera évidemment pour les candidat-es de s’y retrouver et d’obtenir des informations claires en amont afin de se préparer au mieux à des auditions déjà sources d’angoisse en temps normal, mais relevant désormais en plus de la figure acrobatique. C’est a priori la DRH (direction des ressources humaines) des universités où les candidatures ont été déposées qui pourront répondre. Pour l’heure si quelques messages officiels on pu arriver, à la clôture des candidatures, c’est le plus grand flou qui règne, augmentant encore le stress dans un contexte contraint pour tout le monde, et encore plus pour les candidat-es aux postes de MCF, chaque année plus difficiles à obtenir. À toutes celles et ceux qui sont dans l’expectative, on leur souhaite bien du courage et de la patience. Elles et ils en auront malheureusement grandement besoin.

  1. Annonce faite par mails aux candidat·es []
  2. Idem []

Scénarios de déconfinement de l’école à l’université : septembre, est-ce si loin ? Une synthèse à J+21

Si l’heure est à l’espoir d’un déconfinement, les modalités de ce dernier sont loin d’être connues. Tant que le remède miracle, le vaccin ou même des tests sérologiques fiables (pour vérifier la fameuse immunité de groupe) ne seront pas disponibles, la situation ne pourra en rien revenir à la « normale ».  Aussi, envisager la rentrée, même en septembre, passe par une multitude de scénarios à rêver en amont, afin d’imaginer quel arc narratif nous allons emprunter dans quelques mois : autrement dit, se reposer sur un retour à la normal me semble aussi illusoire que d’imaginer les pires des scénarios (dans lequel nous sommes d’ailleurs en ce moment !).

Pour ma part et à ce jour dimanche 5 avril (J+21 de confinement), je suivrai donc le scénario sans plus d’aide médicale que celle que nous avons maintenant. C’est le scénario le plus pessimiste. Mais il peut se mélanger avec d’autres événements positifs qui viendraient l’assouplir. Je ne parlerai pas des évaluations, examens ou concours, j’évoquerai juste l’organisation concrète et matérielle des retours en classe à partir d’une revue de presse et informations en provenance de contacts en Europe (Belgique, Italie, Espagne) et en Chine.

Que savons-nous des zones qui commencent le déconfinement scolaire dans le primaire et le secondaire (Chine principalement) ?

Voilà trois semaines qu’élèves et étudiant-es ont été plongé-es de force dans une « école / université à la maison » et déjà, beaucoup espèrent ardemment un retour dans des salles de classe. Alors que la Chine a pris des mesures drastiques face au Covid-19 depuis fin janvier, où en sommes-nous deux mois après ? Sur un territoire qui fait 15 fois la France et dont la population est 20 fois plus importante, toutes les zones ne sont pas touchées de la même façon. En particulier Wuhan identifiée comme « community spread of covid », ressemble fort à certaines zones européennes actuelles. Il faut savoir qu’en dehors du Hubei (province de Wuhan), les cas ont été présumés tracés et pistés, une doctrine appliquée également à Taïwan ou Hong Kong par ex. Je laisse en tirer les conclusions sur le statut de Paris et la France dans cette configuration.

Des éléments venus de Chine donnent déjà quelques indications sur ce qui est possible en ce qui concerne les réouvertures d’écoles[1]. Regardons d’abord quelques informations données par la presse en français (Euronews, 17 mars) à propos d’une école (primaire apparemment) située dans une zone à faible taux de contamination (donc l’Ile de France et le Grand Est, ne rêvez pas trop). On y retrouve ces éléments d’organisation de classe :

  • Groupes réduits (30 en Chine)
  • « Division des élèves pour les activités »
  • Horaires échelonnés
  • Chaises et tables espacées
  • Prise de température plusieurs fois par jour

Continuer la lecture