Des doctorants suisses réclament de meilleures conditions de travail

En publiant dimanche dernier, « Prise de Positions concernant L’Encouragement de la Relève Académique dans les Hautes Écoles Suisses« , Actionuni, organisation représentante de jeunes chercheurs en Suisse, appelle à de meilleures conditions de travail pour les doctorants.

Leur position paper liste 8 revendications :

  1. Diversification des Parcours Professionnels au sein des Hautes Écoles et Carrières Alternatives, avec des profils alternatifs, à durée indéterminée, et ne dépendant pas d’une chaire.
  2. Gestion Professionnelle du Personnel.
  3. Profil double „Recherche/Pratique“, pour dépasser le dogme du « up or out ».
  4. Transparence des Parcours Professionnel.
  5. Renforcement des hiérarchies horizontales et des modèles de travail inclusif.
  6. Temps Minimal de Recherche : la recherche doit être considérée comme une activité professionnelle donnant droit à une rémunération au même titre que n’importe quelle autre prestation. La recherche devrait représenter au moins 60% de temps absolu des doctorants, qui devraient également se voir accorder des semestres de recherche rémunérés.
  7. Des carrières Compatibles avec la Vie de Famille et autres Obligations.
  8. Droits de Participation aux choix des établissements en matière de stratégie et de règlements.

Ce qui ressort principalement de cet appel, c’est une critique de la précarité des doctorants et la centralité de la recherche dans leur pratique. Pour la rectrice de l’Université de Lausanne, l’université n’a pas vocation à faire de la recherche, ni les moyens de contenter en postes stables tous les appétits de recherche, et doit se concentrer sur la formation1.

 

  1. https://www.rts.ch/info/suisse/10244473-les-doctorants-de-suisse-reclament-de-meilleures-conditions-de-travail.html []

Mind the (gender pay) gap – ou le parti-pris d’aligner des salaires moyens hommes-femmes à l’Université

L’écart de salaire est un indicateur remarqué de l’inégalité professionnelle entre hommes et femmes. Déterminées par de nombreux facteurs, cette différence se révèle structurelle et les politiques usuelles de réduction des inégalités ne l’atténuent que très lentement. C’est pourquoi l’University of Essex a décidé de compenser directement cet écart, en opérant une péréquation salariale.

 

Voici comment l’Université justifie cette décision:

Notre action est déterminée par l’impatience croissante que nous éprouvons vis-à-vis d’autres politiques qui ont échoué à résorber l’écart de salaire de façon suffisamment rapide; aussi avons-nous pris la décision d’effectuer une augmentation [salariale] exceptionnelle pour le résorber.

Après un audit et des corrections statistiques,il a été constaté une nette différence au rang des professeurs. Les femmes se présentent moins à ces postes et elles le font plus tard, et par la suite, elles ont une moindre propension à demander bonus et augmentations.

Aussi, les instances de l’université ont-elles décidé de relever directement, au 1er octobre 2016, les salaires des professeures pour aligner leur moyenne sur celle de leurs collègues masculins. Conscientes que cette mesure ne saurait être suffisante, ces instances ont également instauré une série de mesures pour maintenir cet équilibre et envisagent d’appliquer la mesure à d’autres grades et groupes professionnels, nous aurons donc l’occasion d’y revenir.

Source :

Échouer à une candidature, c’est rater sa vie ?

schuman_why2Pourquoi l’échec académique marque-t-il aussi profondément ceux qui le subissent ? C’est la question que pose Rebecca Schuman à l’occasion d’un article dans le Chronicle of Higher Education.

Qu’il s’agisse d’une candidature ratée ou du refus d’un article, elle a recueilli les témoignages d’universitaires profondément blessés par ce rejet:

Academic failure felt like the death of a substantial part of my identity

Plusieurs explications sont avancées, qu’il s’agisse du temps passé à la constitution d’un dossier, du fait qu’il faille souvent attendre une année pour le round suivant, etc. Mais bien plus, la dureté du coup viendrait de l’investissement personnel des universitaires dans leur travail, ce dernier devenant « la plus haute expression de ce qu’ils sont », et par là, le rejet d’une candidature s’apparente au rejet de la personne elle-même. Phénomène d’autant plus marqué que le champ se représente comme une pure méritocratie.

Continuer la lecture

Enquête sur les jeunes chercheurs étrangers en France : des résultats alarmants

Alors même que les doctorants étrangers représentent 41% des doctorants en France, la Confédération des Jeunes Chercheurs rappelle, en publiant des résultats d’une enquête sur 1 300 d’entre eux, les conditions d’accueil déplorables qu’ils ont à subir.

A lire :