De la responsabilisation personnelle des failles structurelles

En passant

De la responsabilisation personnelle des failles structurelles

Le 21 octobre 2020 arrive, dans la boîte mail des personnels d’une université en France, un message les invitant à s’inscrire à la formation:

  • Gestion du STRESS pour les enseignant(e)s

Ce message suit deux autres, arrivées dans les boîtes mails des collaborateurs de la même université quelques jours auparavant, et qui les informaient de l’ouverture des inscriptions pour deux autres formations:

  • Gestion de CONFLITS
  • Mieux vivre ses ÉMOTIONS dans ses relations professionnelles

Les trois formations étant inscrites dans la thématique «efficacité professionnelle »… ça ne s’invente pas!

Sur le même sujet : « Un doctorant qui ne déprime pas, ce n’est pas un bon doctorant », par Pierre Nocerino, 7 octobre 2020

Suisse: pétition nationale pour mettre fin à la précarité dans les universités

PÉTITION ADRESSÉE A L’ASSEMBLÉE FÉDÉRALE SUISSE

Pour la création d’emplois permanents dans le monde académique: de meilleures conditions de recherche, d’enseignement et de travail
Les signataires font appel à l’Assemblée fédérale pour l’adoption de mesures concrètes visant à protéger la santé et la vie familiale du personnel scientifique, améliorer ses conditions de travail et garantir la qualité des connaissances produites. À ce titre, la mesure suivante nous semble indispensable: la création d’un nombre conséquent de postes stables pour les chercheur-euse-s post-doctoraux-ales.

Rapport « Next Generation: pour une promotion efficace de la relève »

Les positions académiques doivent être diversifiées par la création ou l’expansion d’un statut stable, situé entre les assistant-e-s doctorant-e-s et les chaires professorales. Assurer la stabilité de ces postes et leur financement dans la durée implique de «convertir les catégories de postes jusqu’à présent à durée déterminée en postes à durée indéterminée et réduire les ressources destinées aux projets de recherche en faveur d’un financement de base des hautes écoles accru» [1] , comme le suggère l’Académie des sciences humaines et sociales (ASSH) dans son rapport Next Generation. L’Assemblée fédérale doit adresser un message clair aux établissements d’enseignement supérieur, à leurs instances représentatives et au Fonds national suisse (FNS) pour que les politiques d’engagement et de promotion de la relève soient réformées avec l’objectif de créer un nombre conséquent de postes stables, accessibles le plus rapidement possible après l’obtention du doctorat.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

—————————————-

[1] Académie suisse des sciences humaines et sociales (2018). Next Generation: pour une promotion efficace de la relève. Swiss Academies Reports 13 (2), p. 44.

 

Appel aux autorités turques pour la libération immédiate des défenseur·es de la paix !

Release Our Friends Immediately!

Nous, académicien·nes pour la paix, sommes inquièt·es et dévasté·es de suivre les nouvelles concernant les violations des droits auxquelles nos collègues sont confronté·es en Turquie. Beyza Üstün, Cihan Erdal et Can Memis ainsi que d’autres membres et/ou personnes proches du Parti de la paix et de la démocratie ont été arrêté·es le 25 septembre 2020 et emprisonné·es quelques jours plus tard, en raison d’allégations concernant les manifestations qui ont eu lieu à Kobané.

La professeure Beyza Üstün, chercheuse spécialiste de la paix, a consacré sa vie à travailler pour la conservation de la nature et des ressources naturelles, les droits humains, les droits des femmes, le droit du travail, les inégalités entre les sexes et les inégalités ethniques. Elle est connue pour sa position contre la privatisation de l’eau et des bassins hydrographiques, les centrales hydroélectriques, les centrales nucléaires, les mines, les carrières, les terrains de golf et autres pillages. Elle a été députée du Parti démocratique du peuple (HDP) au Parlement en 2015.

Cihan Erdal et Can Memis sont également des partisans de la paix et se consacrent à la lutte collaborative pour les droits humains ; ils sont actifs sur la question de la participation civique et l’émancipation des jeunes.

Nous demandons la libération immédiate de tou·tes nos ami·es détenu·es lors des opérations contre le HDP le matin du 25 septembre 2020 et emprisonné·es par la suite. Nous demandons notamment la libération immédiate de notre camarade signataire de la pétition pour la paix, le Prof. Dr. Beyza Üstün.

 

Pour plus d’informations, voir :

L’Université, le Covid-19 et le danger des technologies de l’éducation

La crise actuelle et la solution proposée d’un passage des enseignements en ligne en urgence ont accéléré des processus systémiques déjà en cours dans les universités britanniques, en particulier dans le contexte du Brexit. Même si l’enseignement en ligne peut avoir une portée radicale et égalitaire, sa pérennisation dans les conditions actuelles ouvrirait la voie à ce que les fournisseurs privés de technologies de l’éducation (edtech d’après l’anglais educational technology) imposent leurs priorités et fassent de l’exception une norme.

Mariya Ivancheva, sociologue à l’université de Liverpool dont les recherches portent sur l’enseignement supérieur, soutient, dans un billet publié le 3 juin 2020 dans Contretemps – revue de critique communiste, que nous devons repenser ce phénomène et y résister, sans quoi le secteur de l’enseignement supérieur britannique continuera d’opérer comme un outil d’extraction et de redistribution de l’argent public vers le secteur privé.

Pour lire l’intégralité de l’article de Mariya Ivancheva, dont l’intérêt dépasse largement le Royaume-Uni, cliquez ici.

 

Depuis la Belgique: Un manifeste slow science post-corona

Réinventons l’enseignement supérieur après la pandémie: un manifeste slow science signé « Slow Science in Belgium« 

À tous les recteurs, directeurs-présidents, organismes de financement et gouvernements compétents

La pandémie actuelle et les mesures prises pour l’arrêter affectent profondément nos vies. La vie académique est elle aussi touchée de plein fouet par la crise sanitaire. Même si l’enseignement supérieur semble continuer ses activités, les campus en ressentent l’impact et cette crise va les affecter durablement. La continuité pédagogique apparente, assurée à distance et en ligne, masque une crise dans les universités de notre pays. Tous les laboratoires de recherche, sauf ceux qui travaillent activement sur le Covid-19, sont à l’arrêt. Le travail de terrain des chercheur·euse·s est devenu impossible. Le bibliothèques et les archives sont fermées. Quelques soient leurs statuts, les étudiant·e·s, le personnel technique et administratif, les enseignant·e·s et les chercheur·euse·s sont tous confrontés à des difficultés importantes : précarité financière, surcharge de travail, séparation, maladie voire décès des proches. Et l’impact est d’autant plus dur que leurs situations sont précaires.

Les autorités universitaires ne sont pas restées insensibles aux effets de la crise sur le personnel et les étudiant·e·s. Elles ont envoyés de messages de gratitude et de soutien soulignant le courage, la résilience et les efforts d’adaptation de tous à cette situation inédite. Néanmoins, sur le terrain, elles ont choisi de maintenir leurs activités, en recourant massivement à l’enseignement à distance et au télétravail, forçant ainsi les étudiant·e·s et le personnel à s’adapter coûte que coûte. En l’absence de toutes mesures d’aide concrètes, ces discours sur la bienveillance et la possibilité de reporter les “tâches non-essentielles” servent essentiellement à renforcer la pression sur le personnel, les chercheur·euse·s et les étudiant·e·s, exacerbant les rapports de forces existants.

Avant la crise sanitaire, la communauté universitaire était déjà fracturée par les inégalités : statuts précaires et sous-payés, recours à la sous-traitance, charge familiale inégalitaire, racisme,… La situation actuelle aggrave encore ces inégalités structurelles liées au genre, à la classe sociale, à l’orientation sexuelle et à l’origine raciale, entraînant un recul du progrès social. Nous constatons également que la situation actuelle sert de prétexte à une gestion autoritaire, au mépris des processus de décision démocratique existants dans nos institutions, ce qui risque de compromettre le futur de l’éducation supérieure dans notre pays.

En annexe à cette lettre ouverte (ci-dessous), nous avons tenté d’établir une vue d’ensemble des effets de la pandémie sur les différentes catégories de personnes présentes dans nos université et des problèmes auxquels elles doivent faire face.

Au delà des mesures qui s’imposent à court terme, nous demandons aux gouvernements, aux autorités universitaires et aux organismes finançant la recherche d’envisager des changements profonds dans l’organisation de l’enseignement et de la recherche:

  1. Des moyens financiers supplémentaires. A l’heure où nos gouvernements et la commission européenne mettent sur pied des aides au monde économique, l’éducation supérieure ne doit pas être oubliée. A court terme, les contrats à durée déterminée de nos chercheur·euse·s doivent être prolongés, des aides pour les étudiant·e·s les plus précaires doivent être mises en place. Des moyens doivent être dégagés pour faire face à la charge de travail due à la crise et qui ne fait qu’aggraver une situation qui était déjà difficile. A long terme, il est nécessaire d’améliorer les conditions de travail dans nos universités et de repenser les mécanismes d’attribution des moyens qui reposent trop souvent sur une compétition exacerbée à tous les niveaux.
  2. Adapter les critères d’évaluation de la recherche et de l’enseignement. A court terme, les écoles doctorales, les organismes de financement de la recherche et les universités doivent tenir compte de la situation des chercheur·euse·s et des étudiant·e·s en reconnaissant explicitement l’impact de la pandémie dans leurs processus d’évaluation et en adaptant les échéances. A plus long terme, les processus de recrutement, d’évaluation et de promotion dans nos universités doivent être réformés afin d’être plus inclusifs notamment en valorisant le travail reproductif et de soins (tout travail qui rend la vie au sens large possible, (se) nourrir, (se) reproduire, élever les enfants, prendre soin de ses proches, etc.), permettant ainsi un meilleur équilibre entre vie professionnelle et privée.
  3. Prendre en compte la santé mentale et charge de travail. Les universités doivent immédiatement mettre en oeuvre des plans d’action pour la santé mentale et adapter les conditions de travail à la fois pour les étudiant·e·s, les chercheur·euse·s et le personnel. A plus long terme, il faut remédier aux causes systémiques des problèmes de santé mentale dont l’existence est connue et liés aux conditions de travail dans le milieu académique.
  4. Les gouvernements, les universités et les organismes finançant la recherche doivent, au plus vite, dialoguer pour coordonner leurs actions afin de mettre sur pied des mesures collectives pour minimiser les effets de la crise sanitaire. Ce dialogue doit aussi avoir lieu démocratiquement au sein de chaque université, en évitant toute dérive autoritaire. Ceci afin que tous les travailleur·euse·s et les étudiant·e·s puissent recevoir l’information et l’aide nécessaire dans les mêmes conditions. A long terme, ce dialogue et cette coordination ne peuvent qu’être bénéfiques.

Une crise telle que la pandémie que nous vivons pose de nombreux défis, mais c’est aussi une occasion de repenser l’enseignement supérieur. Plutôt que de se limiter à quelques mesures de sauvetage, nous avons l’occasion d’ouvrir une large discussion sur ce que devrait être l’université et sur comment la transformer. Comment garantir que l’éducation et la recherche restent des services publics ? Comment permettre un équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée dans les carrières académiques ? Comment participer à la diminution des inégalités structurelles sur nos campus et dans la société ? Nous devons réfléchir collectivement pour créer l’université que nous voulons pour l’éducation, pour une recherche de qualité, pour de bonnes conditions de travail, pour des campus où le dialogue démocratique constitue la base d’une communauté vivante.

En dessous vous trouverez le manifeste complet, dans celui-ci nous avons tenté d’établir une vue d’ensemble des effets de la pandémie sur les différentes catégories de personnes présentes dans nos université et des problèmes auxquels elles doivent faire face.

Soutenez le manifeste en signant!

Le combat juridique continue contre l’augmentation des frais d’inscription

Bienvenue en France, vraiment?

Juan Prosper, du Syndicat des avocat·es de France (SAF) explique la bataille juridique contre « Bienvenue en France » dans une vidéo:

 

« A partir du moment où les digues tombent, où on explique que 2770 euros c’est parfait pour un·e étudiant·e étrangèr·es, on pourra très certainement revenir plus tard en nous disant que si c’est parfait pour un·e étrangèr·es, on peut aussi l’appliquer pour un·e étudiant·e français·e, alors même que le principe du financement d’un service public, du financement de l’enseignement supérieur, repose sur l’impôt. »

 

« Si on considère qu’il y a un principe de gratuité, que c’est un service public, ce n’est pas pas à l’usagèr·es de financer le fonctionnement du service public. »

 

Pays-Bas: Pétition des étudiant·es contre l’éducation en ligne

Donner-nous de l’espace!

En raison de l’interdiction pour les étudiants de prendre les transports publics aux heures de pointe, le gouvernement rend l’enseignement en présentiel impossible. Les universités et les établissements d’enseignement supérieur sont obligés de dispenser la plupart de leurs cours en ligne. C’est un énorme problème. Plus de présentiel est possible. Donnez de l’espace à l’éducation !

Lien vers la pétition.

Thèses CIFRE: Appel à signature pour le prolongement du financement

Dans un contexte d’inquiétudes face aux conséquences de la pandémie, un groupe de doctorant·es ont lancé un appel à signatures pour la prolongation du financement des thèses CIFRE par l’Association Nationale Recherche Technologie (ANRT).

 

Ci-dessous le texte de la démarche collective, suivie des plus de 250 signatures:

Le Covid-19, et le confinement qu’il induit, n’est pas sans effet sur nos conditions de travail.

 

Durant cette période de crise sanitaire, nos activités de recherche sont significativement perturbées, voire totalement empêchées. Pour beaucoup d’entre nous, l’inquiétude est croissante.

 

La réalisation d’une thèse CIFRE s’effectue en principe essentiellement dans le lieu d’accueil et d’embauche du/de la doctorant·e. Or, en raison de l’épidémie de Covid-19, la fermeture de la plupart des structures d’accueil rend cette présence impossible.  La mise en place du télétravail qui nous est proposée n’est pas compatible avec nos activités de recherche :

 

L’impossibilité d’accès au terrain, au matériel adéquat de travail (connexion internet parfois limitée, absence de poste de travail spécifique, fermeture des bibliothèques, etc.), le poids des contraintes familiales que le confinement fait peser sur les doctorant·e·s, ou encore la modification de l’état de santé (physique ou psychologique) entraînée par cette période anxiogène de confinement, sont autant de difficultés rencontrées par les doctorant·e·s, qui rendent erratique la possibilité de poursuivre la recherche.

 

Pour toutes ces raisons, nous demandons collectivement à ce que l’ANRT prenne une position générale pour l’ensemble des doctorant·e·s CIFRE. Compte tenu de l’impact néfaste de la situation liée à la pandémie du Covid-19 sur les travaux de recherche, l’ANRT peut-elle s’engager à ce que le retard imputable au confinement soit pris en compte ? Autrement dit, nous demandons à ce que l’ANRT prolonge les financements de thèses de la durée du confinement afin que les jeunes chercheurs et chercheuses CIFRE puissent continuer, voire achever leurs travaux de thèse dans la sérénité initialement garantie par leur contrat.

 

Les doctorant·e·s CIFRE et leurs encadrant·e·s

L’appel est toujours actif et en ligne, n’hésitez pas à le signer!

Si vous êtes vous-mêmes doctorant·e CIFRE n’hésitez pas à signer et à faire remonter vos difficultés, ou bien apporter votre soutien à la démarche par solidarité!

Il est aussi possible de prendre connaissance du détail (anonymisés) des difficultés rencontrées par les doctorantes et doctorants CIFRE signataires de l’appel.

 

Précarité et diversité dans l’enseignement supérieur en Allemagne… parlons-en !

Un groupe de chercheur·es s’est réuni à Cologne le 6 mars 2020 pour former une sorte alliance symbolique avec les grèves ayant cours en France et au Royaume-Uni.

Le groupe diversity precarious lutte, depuis l’Allemagne, contre la poussée néolibérale dans le monde universitaire.

Une chercheuse a envoyé à Academia une carte mentale réalisée à partir des notes du brainstorming issues de cette journée : qu’elle en soit remeciée.

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli et Alessia Lai

En passant

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli e Alessia La. Derrière ces trois noms, il y a trois chercheuses de l’équipe qui a isolé la souche du Coronavirus en Italie.

Elles ont un CDD et sont payées moins de 1.200 euros par mois.

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli et Alessia Lai

Source:

Nos conditions de recherche dans le champ de l’urbanisme : témoignages internationaux

Appel à Billets de la Revue internationale d’urbanisme (RIURBA)

Mobilisée contre les réformes qui peuvent porter atteinte à l’indépendance et à la qualité de la recherche, la RIURBA publie sur son blog une série de témoignages sur les conditions des chercheurs en France et dans d’autres pays. Nous souhaitons en particulier rendre compte de ce qu’est le quotidien des enseignants chercheurs et chercheurs, par rapport au choix des thèmes et à l’orientation des travaux, au déroulement de la carrière, au financement par projets, aux systèmes de contrôle… Nous appelons à des contributions parvenant de différents contextes nationaux (y compris la France) et de personnes travaillant dans le champ de l’aménagement et de l’urbanisme.

Les premiers témoignages à billets à lire (et à compléter! L’appel court toujours!):