Depuis la Belgique: Un manifeste slow science post-corona

Réinventons l’enseignement supérieur après la pandémie: un manifeste slow science signé « Slow Science in Belgium« 

À tous les recteurs, directeurs-présidents, organismes de financement et gouvernements compétents

La pandémie actuelle et les mesures prises pour l’arrêter affectent profondément nos vies. La vie académique est elle aussi touchée de plein fouet par la crise sanitaire. Même si l’enseignement supérieur semble continuer ses activités, les campus en ressentent l’impact et cette crise va les affecter durablement. La continuité pédagogique apparente, assurée à distance et en ligne, masque une crise dans les universités de notre pays. Tous les laboratoires de recherche, sauf ceux qui travaillent activement sur le Covid-19, sont à l’arrêt. Le travail de terrain des chercheur·euse·s est devenu impossible. Le bibliothèques et les archives sont fermées. Quelques soient leurs statuts, les étudiant·e·s, le personnel technique et administratif, les enseignant·e·s et les chercheur·euse·s sont tous confrontés à des difficultés importantes : précarité financière, surcharge de travail, séparation, maladie voire décès des proches. Et l’impact est d’autant plus dur que leurs situations sont précaires.

Les autorités universitaires ne sont pas restées insensibles aux effets de la crise sur le personnel et les étudiant·e·s. Elles ont envoyés de messages de gratitude et de soutien soulignant le courage, la résilience et les efforts d’adaptation de tous à cette situation inédite. Néanmoins, sur le terrain, elles ont choisi de maintenir leurs activités, en recourant massivement à l’enseignement à distance et au télétravail, forçant ainsi les étudiant·e·s et le personnel à s’adapter coûte que coûte. En l’absence de toutes mesures d’aide concrètes, ces discours sur la bienveillance et la possibilité de reporter les “tâches non-essentielles” servent essentiellement à renforcer la pression sur le personnel, les chercheur·euse·s et les étudiant·e·s, exacerbant les rapports de forces existants.

Avant la crise sanitaire, la communauté universitaire était déjà fracturée par les inégalités : statuts précaires et sous-payés, recours à la sous-traitance, charge familiale inégalitaire, racisme,… La situation actuelle aggrave encore ces inégalités structurelles liées au genre, à la classe sociale, à l’orientation sexuelle et à l’origine raciale, entraînant un recul du progrès social. Nous constatons également que la situation actuelle sert de prétexte à une gestion autoritaire, au mépris des processus de décision démocratique existants dans nos institutions, ce qui risque de compromettre le futur de l’éducation supérieure dans notre pays.

En annexe à cette lettre ouverte (ci-dessous), nous avons tenté d’établir une vue d’ensemble des effets de la pandémie sur les différentes catégories de personnes présentes dans nos université et des problèmes auxquels elles doivent faire face.

Au delà des mesures qui s’imposent à court terme, nous demandons aux gouvernements, aux autorités universitaires et aux organismes finançant la recherche d’envisager des changements profonds dans l’organisation de l’enseignement et de la recherche:

  1. Des moyens financiers supplémentaires. A l’heure où nos gouvernements et la commission européenne mettent sur pied des aides au monde économique, l’éducation supérieure ne doit pas être oubliée. A court terme, les contrats à durée déterminée de nos chercheur·euse·s doivent être prolongés, des aides pour les étudiant·e·s les plus précaires doivent être mises en place. Des moyens doivent être dégagés pour faire face à la charge de travail due à la crise et qui ne fait qu’aggraver une situation qui était déjà difficile. A long terme, il est nécessaire d’améliorer les conditions de travail dans nos universités et de repenser les mécanismes d’attribution des moyens qui reposent trop souvent sur une compétition exacerbée à tous les niveaux.
  2. Adapter les critères d’évaluation de la recherche et de l’enseignement. A court terme, les écoles doctorales, les organismes de financement de la recherche et les universités doivent tenir compte de la situation des chercheur·euse·s et des étudiant·e·s en reconnaissant explicitement l’impact de la pandémie dans leurs processus d’évaluation et en adaptant les échéances. A plus long terme, les processus de recrutement, d’évaluation et de promotion dans nos universités doivent être réformés afin d’être plus inclusifs notamment en valorisant le travail reproductif et de soins (tout travail qui rend la vie au sens large possible, (se) nourrir, (se) reproduire, élever les enfants, prendre soin de ses proches, etc.), permettant ainsi un meilleur équilibre entre vie professionnelle et privée.
  3. Prendre en compte la santé mentale et charge de travail. Les universités doivent immédiatement mettre en oeuvre des plans d’action pour la santé mentale et adapter les conditions de travail à la fois pour les étudiant·e·s, les chercheur·euse·s et le personnel. A plus long terme, il faut remédier aux causes systémiques des problèmes de santé mentale dont l’existence est connue et liés aux conditions de travail dans le milieu académique.
  4. Les gouvernements, les universités et les organismes finançant la recherche doivent, au plus vite, dialoguer pour coordonner leurs actions afin de mettre sur pied des mesures collectives pour minimiser les effets de la crise sanitaire. Ce dialogue doit aussi avoir lieu démocratiquement au sein de chaque université, en évitant toute dérive autoritaire. Ceci afin que tous les travailleur·euse·s et les étudiant·e·s puissent recevoir l’information et l’aide nécessaire dans les mêmes conditions. A long terme, ce dialogue et cette coordination ne peuvent qu’être bénéfiques.

Une crise telle que la pandémie que nous vivons pose de nombreux défis, mais c’est aussi une occasion de repenser l’enseignement supérieur. Plutôt que de se limiter à quelques mesures de sauvetage, nous avons l’occasion d’ouvrir une large discussion sur ce que devrait être l’université et sur comment la transformer. Comment garantir que l’éducation et la recherche restent des services publics ? Comment permettre un équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée dans les carrières académiques ? Comment participer à la diminution des inégalités structurelles sur nos campus et dans la société ? Nous devons réfléchir collectivement pour créer l’université que nous voulons pour l’éducation, pour une recherche de qualité, pour de bonnes conditions de travail, pour des campus où le dialogue démocratique constitue la base d’une communauté vivante.

En dessous vous trouverez le manifeste complet, dans celui-ci nous avons tenté d’établir une vue d’ensemble des effets de la pandémie sur les différentes catégories de personnes présentes dans nos université et des problèmes auxquels elles doivent faire face.

Soutenez le manifeste en signant!

Le combat juridique continue contre l’augmentation des frais d’inscription

Bienvenue en France, vraiment?

Juan Prosper, du Syndicat des avocat·es de France (SAF) explique la bataille juridique contre « Bienvenue en France » dans une vidéo:

 

« A partir du moment où les digues tombent, où on explique que 2770 euros c’est parfait pour un·e étudiant·e étrangèr·es, on pourra très certainement revenir plus tard en nous disant que si c’est parfait pour un·e étrangèr·es, on peut aussi l’appliquer pour un·e étudiant·e français·e, alors même que le principe du financement d’un service public, du financement de l’enseignement supérieur, repose sur l’impôt. »

 

« Si on considère qu’il y a un principe de gratuité, que c’est un service public, ce n’est pas pas à l’usagèr·es de financer le fonctionnement du service public. »

 

Pays-Bas: Pétition des étudiant·es contre l’éducation en ligne

Donner-nous de l’espace!

En raison de l’interdiction pour les étudiants de prendre les transports publics aux heures de pointe, le gouvernement rend l’enseignement en présentiel impossible. Les universités et les établissements d’enseignement supérieur sont obligés de dispenser la plupart de leurs cours en ligne. C’est un énorme problème. Plus de présentiel est possible. Donnez de l’espace à l’éducation !

Lien vers la pétition.

Thèses CIFRE: Appel à signature pour le prolongement du financement

Dans un contexte d’inquiétudes face aux conséquences de la pandémie, un groupe de doctorant·es ont lancé un appel à signatures pour la prolongation du financement des thèses CIFRE par l’Association Nationale Recherche Technologie (ANRT).

 

Ci-dessous le texte de la démarche collective, suivie des plus de 250 signatures:

Le Covid-19, et le confinement qu’il induit, n’est pas sans effet sur nos conditions de travail.

 

Durant cette période de crise sanitaire, nos activités de recherche sont significativement perturbées, voire totalement empêchées. Pour beaucoup d’entre nous, l’inquiétude est croissante.

 

La réalisation d’une thèse CIFRE s’effectue en principe essentiellement dans le lieu d’accueil et d’embauche du/de la doctorant·e. Or, en raison de l’épidémie de Covid-19, la fermeture de la plupart des structures d’accueil rend cette présence impossible.  La mise en place du télétravail qui nous est proposée n’est pas compatible avec nos activités de recherche :

 

L’impossibilité d’accès au terrain, au matériel adéquat de travail (connexion internet parfois limitée, absence de poste de travail spécifique, fermeture des bibliothèques, etc.), le poids des contraintes familiales que le confinement fait peser sur les doctorant·e·s, ou encore la modification de l’état de santé (physique ou psychologique) entraînée par cette période anxiogène de confinement, sont autant de difficultés rencontrées par les doctorant·e·s, qui rendent erratique la possibilité de poursuivre la recherche.

 

Pour toutes ces raisons, nous demandons collectivement à ce que l’ANRT prenne une position générale pour l’ensemble des doctorant·e·s CIFRE. Compte tenu de l’impact néfaste de la situation liée à la pandémie du Covid-19 sur les travaux de recherche, l’ANRT peut-elle s’engager à ce que le retard imputable au confinement soit pris en compte ? Autrement dit, nous demandons à ce que l’ANRT prolonge les financements de thèses de la durée du confinement afin que les jeunes chercheurs et chercheuses CIFRE puissent continuer, voire achever leurs travaux de thèse dans la sérénité initialement garantie par leur contrat.

 

Les doctorant·e·s CIFRE et leurs encadrant·e·s

L’appel est toujours actif et en ligne, n’hésitez pas à le signer!

Si vous êtes vous-mêmes doctorant·e CIFRE n’hésitez pas à signer et à faire remonter vos difficultés, ou bien apporter votre soutien à la démarche par solidarité!

Il est aussi possible de prendre connaissance du détail (anonymisés) des difficultés rencontrées par les doctorantes et doctorants CIFRE signataires de l’appel.

 

Précarité et diversité dans l’enseignement supérieur en Allemagne… parlons-en !

Un groupe de chercheur·es s’est réuni à Cologne le 6 mars 2020 pour former une sorte alliance symbolique avec les grèves ayant cours en France et au Royaume-Uni.

Le groupe diversity precarious lutte, depuis l’Allemagne, contre la poussée néolibérale dans le monde universitaire.

Une chercheuse a envoyé à Academia une carte mentale réalisée à partir des notes du brainstorming issues de cette journée : qu’elle en soit remeciée.

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli et Alessia Lai

En passant

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli e Alessia La. Derrière ces trois noms, il y a trois chercheuses de l’équipe qui a isolé la souche du Coronavirus en Italie.

Elles ont un CDD et sont payées moins de 1.200 euros par mois.

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli et Alessia Lai

Source:

Nos conditions de recherche dans le champ de l’urbanisme : témoignages internationaux

Appel à Billets de la Revue internationale d’urbanisme (RIURBA)

Mobilisée contre les réformes qui peuvent porter atteinte à l’indépendance et à la qualité de la recherche, la RIURBA publie sur son blog une série de témoignages sur les conditions des chercheurs en France et dans d’autres pays. Nous souhaitons en particulier rendre compte de ce qu’est le quotidien des enseignants chercheurs et chercheurs, par rapport au choix des thèmes et à l’orientation des travaux, au déroulement de la carrière, au financement par projets, aux systèmes de contrôle… Nous appelons à des contributions parvenant de différents contextes nationaux (y compris la France) et de personnes travaillant dans le champ de l’aménagement et de l’urbanisme.

Les premiers témoignages à billets à lire (et à compléter! L’appel court toujours!):

La colère ne passe pas

Et puis… la colère, et puis …la peur

« En lisant le texte de mon collègue Sébastien, je me demande comment il fait et comment font mes collègues enseignant·es à la fac qui ont beaucoup de cours à donner ce semestre. Par chance, mon semestre est chargé en automne, mais beaucoup moins au printemps.

Et je n’ai pas d’enfants. Nous accueillons chez nous à la maison un demandeur d’asile, mais il est majeur, autonome et est surtout une aide… Il nous fait souvent à manger, il nous aide dans les tâches ménagères et aide mon compagnon à terminer les petits travaux qui restent à faire dans notre nouvel appartement.

Malgré ma situation décidément privilégiée, je n’arrête pas. Il y a des étudiant·es étrangèr·es dont je m’occupe en tant que responsable du master international que je dirige et qui sont en difficulté.

Promotion 2018-2019, étudiant·es du Master IDS (Grenoble)

Cela m’a pris beaucoup de temps. Mais en réalité, ce n’est pas vraiment cela qui me prend plus de temps. Et ce n’est pas cela qui m’empêche d’avoir du temps et de l’énergie. C’est la multiplication des mails de gestion administrative de la crise. Et ce sont des pensées qui trottent dans la tête, en ces temps bien étranges. Car, comme me l’a dit hier une collègue, on voit tellement clairement avec cette crise qu’on a tout un arsenal prêt pour une guerre, la « vraie guerre », pas celle contre l’ « ennemi invisible » de Macron… On a une armée et des soldats, des bombes, on a mis en place des tactiques et des stratégies… Mais rien pour contrer ce virus, dont son émergence était tout de même « annoncée », comme le dit si bien le microbiologiste Sansonetti; on est complètement démuni·es. Seule solution : le confinement. Seule solution car il n’y a pas de tests de dépistages, il n’y a pas de masques et il n’y a pas assez de lits dans nos hôpitaux, que les gouvernements successifs ont démantelé, brique par brique.

Et la colère monte, en pensant à cela. C’est cette colère qui m’empêche de me concentrer. Et qui me pousse à faire ce que fais en temps « normaux », mais ce travail prend désormais plus de temps car aux thèmes habituels s’ajoutent ceux liées à la crise sanitaire : prendre et archiver des infos, les partager. En « temps normaux », je fais ce travail sur mes thèmes de recherche: migrations, réfugiés et frontières. Mais désormais s’ajoutent à cela des infos sur ce virus et cette crise sanitaire, pour que l’info critique puisse circuler. Alors je trie l’info, je la mets sur mon réseau social préféré et sur lequel j’archive des infos depuis des années : seenthis.net. Et en plus, je partage l’info avec celleux qui m’ont dit vouloir se tenir informé·es par des canaux autres que ceux gouvernementaux ou des médias mainstream.

Continuer la lecture

Why French Academic Journals are Protesting

Translation of « Sciences en danger, revues en lutte« 

Since the beginning of 2020, over a hundred academic journals, mostly French human and social sciences publications, have announced that they have “joined the struggle” or that they are “on strike”. Their editorial boards have teamed up with the ongoing social movement protesting the plans to overhaul the country’s pension system, the unemployment benefits reform of November 2019 and the proposals formulated in the reports for the upcoming law for the pluriannual programming of research known as LPPR. In its extent and its form – strikes and votes on motions in which editorial boards have abandoned their customary reserve – this is a historically unprecedented mobilization. A collective dynamic has swept the community, beyond disciplinary boundaries, schools and the working conditions of individual journals, reflecting the widespread uproar sparked by these reforms. For higher education and research, the pension reform devised by the government in its current state will lead to heightened inequalities across the board (between men and women, between permanent and short-term staff, etc.) and to impoverishment for all, civil servants, contract workers and precarious staff. The unemployment benefits reform is also expected to exacerbate the already great vulnerability of the very large numbers of precarious workers who contribute extensively to the day-to-day operations of universities and laboratories: they account for over 25% of teaching staff and far greater proportions of support staff. The LPPR research law will only make the lack of resources, of positions and of stability worse, and deepen the inequalities that have been undermining higher education and reform, amplified by two decades of massively protested “reforms”.

 

Manufacturing the crisis of the public service of research and of universities

For nearly thirty years, successive governments have contributed to the erosion of the welfare state, chipped away at the public sector, denounced the “privileges” earned through social struggles in the twentieth century, and weakened the redistribution principles aimed at regulating socio-economic and geographic disparities. In academia and research, the so-called Pécresse law on the liberties and responsibilities of universities of 2007 (commonly referred to as LRU) was the cornerstone of a twofold, seemingly contradictory shift: the state’s budgetary disengagement, reflecting a neoliberal approach, and the authoritarian strategic management of research by the very same state. The rationale behind the law consists in having the ostentatious (budgetary) autonomy of universities serve as a smokescreen for the deregulation of job statuses, the generalization of competition at all levels and the increased dependence of research on economic and industrial interests, ultimately threatening the actual autonomy of research. This policy has been pursued with tenacity despite the warnings and demands of the research community, leading to the creation of multiple, supposedly independent agencies for evaluation and funding, promoting a culture of “performance”, “results” and ‘excellence” while cutting back on the laboratories’ running funds to implement a targeted distribution of resources, largely defined by economic fluctuations (if not trends) as well as by preestablished hierarchies and situations. By promoting project-dependent funding, it has widened inequalities of resources between researchers and caused an immense waste of energy and public money, with countless hours lost to the evaluation or writing of projects to secure hypothetical funds – time that could have been spent on research or teaching.

To say the least, those in power have a morbid obsession for international rankings, which were introduced to promote the US/UK model of universities ran as businesses, i.e., operating with their own funds (and relying on increasingly high tuition fees), at the cost of sacrificing operating budgets and the quality of teaching. Since the LRU law, the allegedly insufficient rankings of French universities have been regularly invoked to scold researchers and pursue the liberalization of higher education and research further against their will. This has happened against a backdrop of drastic budgetary austerity: proportionally to the number of students, the higher education budget has dropped by over 10% since 2010, and despite the promises repeated by all governments since twenty years to devote 1% of GDP to public research, the budget is still stuck at 0.8% (i.e., short 6 billion euros, an amount lower than the research tax credit, a tax exemption offered to large industrial and service sector groups). As a result, researchers and academics in France are both overworked and facing degraded living and working conditions. They are placed in increasingly precarious situations for increasingly long periods of time, being hired at the age of 35 on average. Austerity policies have also led to punishing losses of income: in thirty years, permanent staff have seen their purchasing power drop by 30%, falling sharply behind the private sector, and precarious workers are faced with a great vulnerability, with short-term contracts succeeded by periods  of uncertainty, and casual teaching stints currently paid below minimum wage. Everyone is increasingly evaluated according to purely quantitative criteria – number of publications, contracts secured or patents issued, with no consideration whatsoever for their actual contribution to scholarship. These rationales have encouraged the rise of “career entrepreneurs”, to the detriment of fundamental, collective and genuinely independent research.

Continuer la lecture

Appel de l’Italie : Désintoxiquons-nous – Savoir pour l’avenir

Traduction de  https://www.roars.it, par Cristina del Biaggio

« Economics are the methods. The object is to change the soul ». Se référant aux politiques de la connaissance, de l’éducation et de la recherche (mais pas seulement), cette formule de Margaret Thatcher résume bien le processus qui a caractérisé les dernières décennies.

Manifestation, Paris, février 2020

La méthode économique, la pénurie comme condition normale, à la limite de survie ou en dessous, est visible par tous. L’objectif est moins visible. Le changement des âmes est si profond que nous ne remarquons même plus la destruction qui se produit autour de nous et à travers nous : le paradoxe de la fin — dans la « société de la connaissance » — d’un monde consacré aux choses de la connaissance. Même l’oreille s’est habituée à une dévastation linguistique programmatique, où un jargon technico-managérial et bureaucratique appauvri répète des expressions ayant valeur opératoire précise, qui semble cependant difficile à saisir : amélioration de la qualité, excellence, compétence, transparence, produits de la recherche, offre d’enseignement…  Et autonomie, c’est-à-dire — selon les mots de Thomas Piketty —  l’imposture qui a lancé le processus de destruction du modèle européen d’université. Une destruction qui a pris comme prétexte rhétorique certains maux — réels ou non — de l’ancienne université, mais bien sûr sans y remédier, car le but visé n’était pas celui-là.

Trente ans après l’introduction de l’autonomie, justement, et vingt ans après le processus de Bologne, dix ans après la « loi Gelmini »1 la littérature critique sur cette destruction est sans limite. La recherche et l’enseignement — c’est un fait, et pourtant il semble tabou de le rendre explicite — ne sont plus libres depuis longtemps. Soumise à une pression insensée pour « produire » de plus en plus chaque année (en Italie : VQR, ASN, etc.), la recherche est en proie à une véritable bulle de titres, qui transforme de plus en plus les déjà exemplaires publish or perish en rubbish or perish. Dans le même temps, la pression continue à « délivrer » une formation entièrement adaptée aux exigences du monde productiviste. La modernisation qui a arraché de manière programmatique l’université à la « tour d’ivoire » – la rendant « responsive », « service university »  — n’a signifié rien de plus que la voie, la « troisième voie », vers le monde des intérêts privés. Vidées de leur valeur, l’éducation et la recherche sont évaluées, c’est-à-dire « valorisées » par le marché et le quasi-marché de l’évaluation, qui, dans sa meilleure forme institutionnelle, ne sert qu’à « favoriser (…) l’effet du contrôle social et le développement de logiques de marché positives » (CRUI 2001).

Continuer la lecture

  1. Passée entre 2008 et 2010, sous le gouvernement Berlusconi IV, cf. présentation de la loi Gelmini en anglais; présentation de la loi Gelmini en Italien. []