Qui veut la peau de la Commission d’Évaluation (III)

Dans de précédents articles,1nous nous étions demandé “jusqu’où serait prêt à aller le PDG de l’Inria dans son conflit personnel contre la Commission d’Évaluation de l’institut ?”.


“Suite au jury DR2 Bruno Sportisse aurait envoyé, le 20 octobre 2020, un courrier à la présidente de la CE se plaignant des résultats du concours.” —  Qui veut la peau de la Commission d’Évaluation de l’Inria ? (I), 6 janvier 2022

À partir des comptes-rendus de la CE, nous avions fait valoir que le conflit entre le PDG de l’Inria, Bruno Sportisse, et la Commission d’Évaluation semblait trouver sa source dans l’évaluation des scientifiques, en particulier autour des listes d’admissibilité produites par les jurys “CE” (concours, promotions, primes). De nouveaux documents obtenus suite à une demande CADA — demande qui fait suite aux billets Academia  — confirment la tension autour des listes d’admissibilité 2.

Échange B. Sportisse, pdg de l’inria et Commission d’évaluation

La lettre de Bruno Sportisse au jury DR2 et la réponse du jury

La lettre qui nous a été communiquée confirme le contenu de l’insatisfaction des choix de la Commission d’Évaluation (CE) pour les listes d’admissibilité

Je souhaite, par ce message, vous faire part de mon étonnement face aux résultats de la phase d’admissibilité pour le concours DR2 d’Inria, dont vous avez présidé le jury. […] Pour le résumer rapidement, il me semble anormal de «verrouiller» une liste lors du jury d’admissibilité.

En composant une liste de 17 personnes admissibles pour un concours portant sur 15 admissions in fine d’une part, et en classant chacune des 17 personnes d’autre part (ce qui fait que toute décision post-admissibilité sera prise comme une attaque personnelle par une personne éventuellement « déclassée »), le résultat me semble en effet clair : de fait, il ne laisse aucune place au jury d’admission et dénie à la Direction générale de l’institut tout rôle dans ce concours scientifique.

— Bruno Sportisse, courrier à la présidente de la Commission d’Évaluation d’Inria, 20 octobre 2020.

Le pdg se plaint du “verrouillage” de la liste d’admissibilité par le jury et en utilisant deux méthodes coordonnées : 1° proposer un nombre d’admissibles quasi identidiques au nombre de promotions prévues ; 2° classer les lauréat·es admissibiles.

Le mot recherche a disparu des façades des centres.

Récemment, le mot “recherche” a disparu des façades des centres de l’INRIA

Dans leur réponse à Bruno Sportisse, les membres de la CE s’en justifient par la nature même de leur mission :
Continuer la lecture

  1. Cf. Qui veut la peau de la Commission d’Évaluation de l’Inria ? (I) et Qui veut la peau de la Commission d’Évaluation de l’Inria ? (II), 6 janvier 2023. []
  2. En particulier, cette demande confirme le fait que la lettre de Bruno Sportisse à la présidente de la Commission d’Évaluation suite au jury DR2 est un document administratif public. []

Qui veut la peau de la Commission d’Évaluation de l’Inria ? (II)

Ceci est le 2e billet de la série “Qui veut la peau de la Commission d’Évaluation de l’Inria ?”.
EDIT 10/01/2023 -> rajout de la recommandation 13 du rapport de la mission dans l’épilogue.
EDIT 04/03/2023 -> Lettre du président du collège de déontologie du ministère au SNCS est disponible (et jointe)

Rappel du 1er épisode.  Le PDG de l’institut est en conflit avec la Commission d’Évaluation, en particulier autour des listes d’admissibilités. En Juin 2021, il annonce avoir été mis au courant de trois “alertes significatives” de conflits d’intérêts dans des jurys de promotions. Il précisera plus tard qu’il parle des jurys d’admissibilités, présidés par la présidence de la CE, et non ceux d’admissions (où il est seul décisionnaire), malgré les observations qu’il a promu son adjoint sans avis consultatif ainsi qu’un autre membre de son comité de direction malgré l”avis défavorable de la CE.

Suite aux prétendues “alertes significatives”, le PDG décide de mettre en place, unilatéralement, une “mission” (qui n’est pas une commission d’enquête), constituée de 3 membres externes, choisis par la direction de l’institut (pour plus de détails sur cette constitution).

2 : La mission Conflits d’Intérêts

Si il y a eu des situations de conflit d’intérêts qui ont mené au déclassement d’un ou d’une candidat·e : pourquoi nommer une “mission” et non une commission d’enquête ? Quel est son rôle ? Si il y a un problème sur les gestions des Conflits d’Intérêts dans certains processus, pourquoi ne pas alerter pour changer cette gestion ?

Continuer la lecture

Qui veut la peau de la Commission d’Évaluation de l’Inria ? (I)

Jusqu’où sera prêt à aller le PDG de l’Inria dans son conflit personnel contre la Commission d’Évaluation de l’institut ?

La Commission d’Évaluation (CE) de l’Inria est l’instance en charge de l’évaluation scientifique de l’institut (équivalente du Comité National du CNRS (CoNRS)). Elle contribue à l’élaboration des orientations scientifiques de l’établissement, participe au recrutement et à la promotion des chercheurs et des chercheuses, ainsi qu’à l’évaluation de l’activité des équipes-projets Inria.

À l’Inria, un conflit entre le PDG de l’institut et la Commission d’Évaluation perdure. Ce conflit vient de prendre un nouveau tournant suite à une lettre envoyée par le SNCS-FSU au président du collège de déontologie du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, et la réception de la réponse de ce dernier.

Voici le premier de deux billets visant à expliquer la situation où se trouve l’INRIA désormais et dont la seule issue possible est la démission du PDG de l’Inria.

Continuer la lecture