A propos bkloeckner

Professeur en mathématiques à l'Université Paris-Est Créteil. Co-responsable de la première année de master MEEF mathématiques à Créteil (2015-2020) Défend l'Accès Ouvert aux publications scientifiques.

Je n’ai plus de ministre

Après le président de la République, après plusieurs autres ministres, c’est notre ministre de tutelle, Frédérique Vidal, qui a repris à son compte la rhétorique de l’ « islamo gauchisme » en déclarant notamment

« Moi, je pense que l’islamo-gauchisme gangrène la société dans son ensemble et que l’université n’est pas imperméable et fait partie de la société »

et en annonçant commissionner une enquête du CNRS sur les pratiques universitaires1.

Ces déclarations sont extrêmement graves et forment une attaque frontale non seulement contre les libertés universitaires qui garantissent l’indépendance de la recherche au pouvoir politique, mais aussi contre toutes celles et ceux qui à l’université et ailleurs mettent leur énergie à rendre la société meilleure : plus juste, plus inclusive, moins discriminante, où tous et toutes ses membres ont place égale. L' »islamo gauchisme » est un mot dont le flou est une fonction. Côté pile, une demande de définition — dont on notera l’absence chez madame la ministre — on trouvera un contour restreint, qui se veut repoussoir, et dont on aura bien du mal à trouver des signes tangibles. Mais côté face, en utilisant le mot on convoque sans avoir besoin de l’expliciter un grand nombre d’idées et d’actions qui se retrouvent stigmatisées. Là où des chercheurs et chercheuses révèlent des discriminations et leur mécanisme de racialisation, c’est-à-dire d’assignation d’autrui à une race qui n’existe que dans l’esprit de ceux qui discriminent ; là où des militantes et militants dénoncent ces discriminations, les documentent, les exposent ; on les désigne comme nouveaux racistes ou « obsédés de la race ».

Ainsi le gouvernement espère-t-il sans doute protéger son action des critiques virulentes qu’elle appelle. Déclare-t-on ne pas voir le problème si des femmes choisissent de s’habiller d’une façon ou d’une autre pour suivre leurs cours à l’université, y compris la tête couverte d’un foulard ? Islamo-gauchisme. Déclare-t-on qu’il faut se préoccuper d’une très faible représentation des femmes et des personnes racisées aux postes titulaires de recherche et d’enseignement, alors que le jury d’admission du CNRS déclasse l’une de ces personnes trois fois en désavouant le jury d’admissibilité ? Islamo-gauchisme. Dénonce-t-on la destruction illégale des tentes de migrants par les forces de l’ordre ? Islamo-gauchisme.

Madame la ministre, j’avais beaucoup à critiquer dans vos actions, votre inaction, vos discours et vos non-dits. Vous avez choisi d’achever de démontrer publiquement que vous n’êtes pas là pour servir les universités, leurs étudiantes et étudiants, leur personnel, mais pour servir votre carrière, quitte à l’adosser à un projet politique mortifère. Je ne vous reconnais aujourd’hui plus comme ma ministre, Madame Vidal. Je ne me sens plus lié par vos écrits. Vous avez rompu le lien de confiance qui doit lier une ministre aux agents et usagers de son ministère. Seule votre démission pourrait encore redonner son sens à la fonction que vous occupez sur le papier.

#ResistESR

  1. voir The Sound of Science et Academia pour plus de détails. []

L’évaluation en temps de crise sanitaire

La fin du semestre approchant, les équipes pédagogiques dans les universités sont amenées à se reposer les questions épineuses sur l’évaluation en période de confinement. Bien sûr, les contrôles continus ont maintenu cette question dans les esprits, mais l’organisation des examens soulève des problèmes d’une toute autre ampleur. Si ces questions doivent être posées, certains messages envoyés par des équipes pédagogique soulignent l’urgence de rappeler quelques points légaux qui doivent encadrer nos décisions et peut-être de proposer quelques éléments de réflexion. #ResistESR

L’évaluation : une obligation ou une option ?

En premier lieu, puisque notre métier d’universitaires consiste à élaborer des savoirs et en assurer la diffusion, il faut rappeler que l’évaluation devrait se subordonner à cette mission : évaluer pour enseigner et non l’inverse. Ceci est vrai de l’évaluation formative, bien sûr, mais aussi de l’évaluation assertive – l’un des problèmes actuels étant que sont entrés dans une année de formation des étudiantes et étudiants qui n’ont, suite au premier confinement et à une évaluation rendue presque impossible, pas assimilé les prérequis leur permettant de continuer leurs études dans de bonnes conditions intellectuelles. Il me semble qu’il aurait souvent été préférable de se contenter d’évaluation formative et de laisser le choix aux étudiantes et étudiants de redoubler ou de passer à l’année suivante : au moins nous n’aurions pas donné la fausse impression que nous étions en mesure de leur assurer qu’ils avaient légitimement validé leur année. Dans ces conditions, la question se pose à nouveau d’évaluer, ou de neutraliser.

La question de la fraude

Dans un monde idéal, il suffirait de d’informer les étudiantes et étudiants des conditions dans lesquelles se placer pour les examens et les laisser composer assez librement. Il resterait encore à s’occuper de celles et ceux qui n’ont pas d’espace de travail ou pas d’outil de télécommunication adapté, ce qui ne serait certes pas une mince affaire. Mais notre monde n’est pas idéal, et il est impossible de ne pas prendre en compte que la fraude aux examens universitaires est courante et constitue un problème sérieux.

https://www.flickr.com/photos/galeoc/28282968063/in/photolist-K6gB3p-2FCoti-MEbZFd-qumNk1-58SrYM-Kscige-yypc2s-R5e1QZ-JKRzra-77GD9e-KxHPKt-MzTsvY-TCN29a-epPnwM-WkUVJr-2jmmoe-FJ95xs-Kkuw9B-zs2vpb-HKMTgf-HPK4Kx-7VXKA1-dPn7rJ-JLyV6v-xQte8T-4xMVze-3aSPsc-f8w8Z-ceATeh-6mffr7-FcCkD2-NxXvwd-C4k5Rc-EZAbXk-iExFdj-vGeCf-5igcd7-bJ9dD6-4d5QmE-Duun6r-Nr1tar-rxUtVK-NrJtwV-CPF4wp-JTgH2D-zcWsbz-qyRbzb-oPPdhd-qG81kU-iajywd

Young succulents, from Skolnik Co, 2016

Continuer la lecture

Le deltaplane de l’évalutation

https://www.flickr.com/photos/jamiecat/5759226335/in/photolist-prVnHq-prVsd7-pcsqgH-pct9yg-prVxCq-pctacw-6i8Dt2-pctmnM-ptXoKP-51ZjyW-pDKga-4NXW7-4NXVz-4NXX9-4NXWv-4NXWQ-4NXMf-4NXVR-dYhqKK-ykGo8-7LKFRP-ptVx8w-ptVBR9-prVcGJ-6vMyx-ptFnXz-ptESkP-hFsCrt-hFtoDV-hFsMWS-ykGnM-hFsLvy-gtSfxk-5j7eFp-4PeskA-4Peu4o-7LPCFu-9XnNhw-9XpGHD-pcsVqq-6xxLxA-3oXYeJ-9LVxkM-97qXX3-5drhDy-VyXS9A-WfNEzs-WfNKKs-WfNJcY-WA4X7y

Delta raid on the raiders nest, The Wastelands, by Jamiecat *, 2011

Ne pas neutraliser les semestres pairs dans les universités : une consigne de la DGESIP

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #15
Article précédent

Mise à jour 19/4/2020 : lien vers les mesures prises par différentes universités

À mesure que le temps confiné s’étire, les dates des jurys d’examens dans les universités s’approchent, et les questions sur la façon d’évaluer dans les conditions actuelles se font plus pressantes. Comment le faire à distance ? Dans quelle modalités ? comment assurer l’égalité de traitement ? Comment limiter la fraude ? Plus on regarde ces questions, plus les difficultés posées sont évidentes.

Certaines voix se lèvent pour proposer de simplement ne pas évaluer, puisque ça apparaît parfois impossible à faire correctement, et proposent la neutralisation des semestres pairs (les notes de premier semestre servent seules à calculer la moyenne de l’année). Mais si la neutralisation est envisagée à l’échelle des Unités d’Enseignement (UE), par exemple pour des UE de travaux pratiques complètement impossibles à mener à distance, la question de la neutralisation du semestre entier a été écartée notamment dans ma faculté, et je crois assez largement. Sans prétendre que c’est la solution unique à la question de l’évaluation en confinement, il peut paraître curieux que cette option soit écartée plutôt que laissée parmi les possibilités offerte aux formations.

https://www.flickr.com/photos/changfamily168/35852369785/in/photolist-WC9LsD-WFuL6q-rAVja6-223PNtZ-V9VA1U-QwRG1x-6FQRCD-PYeNE2-bYrmJw-fy9ZTH-osxdVS-Ha8h3b-msp8gg-T7qbsX-eUHbwC-CJQ9W2-ZcWeUE-nHDb38-284Gp1f-aWz4LB-cZ1k1w-PaZHLw-eG48t9-SRZVpv-9BdfWK-eXkUcX-eB3R41-LWbJv2-T3vTde-Szbab1-QWeVMA-5UirPF-7ezDY2-KU33x3-eFmN4V-6uu381-d3iCEo-det3Rp-dARmSv-bkkfSR-pGyqhm-LAmHac-oGEoZZ-oDGvBQ-24dNxWd-5KjEji-m1qZer-4xYCBW-8DFYZN-VvoKMT

Moonrise At Walton lighthouse, Liping Photo, 2017

Continuer la lecture

La remasterisation des profs. À propos des (contre-)réformes de concours d’enseignement

Ce texte tente d’expliquer une des nombreuses réformes engagées par le ministre de l’Éducation Nationale, Jean-Michel Blanquer, modifiant le recrutement et la formation des enseignantes et enseignants du primaire et du secondaire. Il commence par un rapide descriptif de la situation actuelle, de quelques difficultés qui s’y présentent, avant de présenter la réforme elle-même, pour conclure sur une analyse personnelle.

Un peu d’historique de long terme © Sauvons l’Université

1. La situation actuelle

Actuellement, la formation des enseignantes et enseignants se fait dans des masters dédiés, les masters MEEF (Métiers de l’Éducation, de l’Enseignement et de la Formation), gérés par les INSPÉ (Instituts National Supérieur du Professorat et de l’Education, ex-ÉSPÉ) qui font eux-même partie d’universités. Les facultés (appelées officiellement UFR, qui sont d’autres composantes des universités), qui organisent chacune l’enseignement et la recherche d’une famille de disciplines (Sciences et Techniques ; Lettres et Sciences Humaines, etc.), collaborent à la plupart des masters MEEF : certaines de leurs enseignantes et enseignants y donnent des cours, ou sont responsables d’année —c’est mon cas.

Le recrutement des enseignantes et enseignants titulaires du primaire et du secondaire se fait par concours ; il y a de nombreux concours différents, pour simplifier et pour en rester à ce que je connais le mieux, je me concentrerai sur le CAPES externe (Certificat d’Aptitude au Professorat du l’Enseignement du Second degré), le concours du secondaire qui recrute le plus largement.

Continuer la lecture