A propos Antoine Chambert-Loir

Professeur de mathématiques à l'université Paris-Diderot.

Appel du 20 mars 2020, par RoguESR

Refonder l’Université et la Recherche pour retrouver prise sur le monde et nos vies

Dans cet « appel du 20 mars 2020 » signé par plus de 4600 chercheurs et universitaires, le collectif RogueESR tire des premières conclusions de l’épidémie de coronavirus sur l’organisation des politiques scientifiques et les missions du service public de la recherche. Paru simultanément ce mardi dans plusieurs titres de presse nationale et régionale, ce texte veut engager un débat à travers le pays, l’invitant à participer à des Assises de la Refondation, le 20 septembre prochain.

Nous affrontons une crise sanitaire majeure qui vient nous rappeler la fragilité de nos vies et de nos sociétés et la nécessité de systèmes de solidarité organisés, solides et pérennes : école, santé, retraites… Il aura fallu la pandémie du Covid-19 pour que le pouvoir politique se souvienne brusquement de l’importance vitale d’institutions qu’il a pourtant détruites méthodiquement.

Lire la suite

Quelques-uns des membres du collectif RogueESR lors du dépôt de candidature collective à la présidence de l’HCERES (Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) devant le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation à Paris. Photo Igor BABOU

LibGen et Sci-Hub, what and how ?

https://www.flickr.com/photos/urskamerc/4673479488/

Urška Merc, Library, 2010

Library Genesis et Sci-Hub sont deux projets, certes illégaux, mais utiles, visant à mettre à disposition de tous un grand corpus de littérature scientifique. Le second recense des articles de recherche, le premier des livres, et s’est étendu à des thèmes plus vastes (fiction, bande dessinée, manuels…). Les pages Library Genesis et Sci-Hub de Wikipedia expliquent en détail ce dont il s’agit, ainsi que l’histoire de ces projets:

Puisque ces sites ne respectent pas la législation sur le droit d’auteur, des éditeurs scientifiques (Elsevier et Springer en tête) ont obtenu de la justice française que ces sites soient bloqués par les fournisseurs d’accès Internet (Orange, Free, Bouygues…).

La méthode choisie est un blocage DNS — c’est-à-dire qu’ils ont retiré ces entrées de leurs serveurs DNS. Rappelons juste qu’un serveur DNS est une espèce d’annuaire qui transforme une adresse littérale (du genre academia.hypotheses.org en une adresse IP numérique telle 134.158.39.133).

Il y a plusieurs méthodes pour contourner ce blocage.

1. Utiliser un autre serveur DNS.

Ceux proposés par Google sont très connus et faciles a retenir, mais on peut vouloir diminuer sa dépendance à ce géant, ni lui fournir la liste de toutes nos requêtes réseaux — nous ne savons pas ce qu’il en fera, mais lui sait ce qu’il pourrait en faire.
Il faut ensuite modifier vos préférences réseaux pour le mettre en place.

Une recherche sur « open dns server » va vous en proposer plein.

C’est une solution efficace, surtout si, confinés chez vous, vous n’avez qu’une seule config réseau.

2. Connaître par cœur l’adresse IP (numérique) de ces sites

Plus prudent, car ces adresses ont tendance à changer : savoir les retrouver, par exemple grâce aux pages de Wikipedia ou au compte Twitter @scihub_love.
Il est aussi possible d’utiliser un site comme nslookup qui est une espèce de « serveur DNS manuel ».

https://www.flickr.com/photos/morebyless/9423385629/

Numbers, by morebyless, 2012

3. Configurer son navigateur

L’intérêt de de ne pas avoir à changer sa configuration réseau mais de laisser le navigateur s’en charger.

Avec Firefox, l’option DnsOverHttps le conduit à demander à d’autres serveurs de lui fournir les adresses IP correspondant à une adresse texte. Pas mal de sites web expliquent comment activer cette option, cette explication dans Zdnet m’a semblé assez claire.

Le navigateur Opera offre un VPN (virtual private network) qui, si je comprends bien, revient plus ou moins à cela.

4. Utiliser Tor

Tor ressemble de l’extérieur à un navigateur en mode de navigation privé, mais le fonctionnement interne est plus compliqué, de sorte que les sites ne puissent pas retracer l’origine de la requête, laquelle passe par tellement d’endroits que le blocage initial est inopérant.

https://www.flickr.com/photos/steelex709legocreations/40676079054/

Thors, by Kaiju Dan, 2018

5. Et sur un téléphone portable (en 4G) ?

Je ne sais pas mettre en œuvre l’option 1.
Les options 2 (connaître l’adresse IP) et 4 (Tor) sont transparentes.
L’option 3 (DnsOverHttps) est un peu plus compliquée à mettre en place parce que la page de paramétrage de la version Android de Firefox est moins conviviale.

Il paraît aussi que des applications comme Intra ou nextDNS font ça automatiquement, très simplement.

6. Et pour une solution légale ?

https://www.flickr.com/photos/26762414@N02/2532105138/

Young lawyers or law students standing together; isolated on white (c) Darren J. Sylvester, 2008

De nombreuses institutions académiques ont souscrit des abonnements à des portails de littérature scientifique. L’accès est contrôlé par l’origine des requêtes Internet : si vous êtes depuis votre bureau, cela marche de façon transparente.

Grâce au système de proxy, vous pouvez faire croire aux sites que vous êtes au travail. Par exemple, l’extension EzProxy, disponible pour Chrome ou Firefox (à ne pas confondre avec ce que propose l’entreprise privée du même nom) est préconfigurée pour vous permettre, en cliquant simplement sur l’icone de la toque universitaire puis en utilisant vos identifiants usuels d’ENT, d’accéder à ces sites. À l’installation, il faut juste sélectionner votre institution parmi les préférences de l’extension (à ce jour, l’extension en recense 591 ! dont 27 en France,  si votre institution est absente, prenez contact avec le service informatique afin qu’ils s’ajoutent à la liste).

Le logiciel Zotero a également une extension pour navigateur capable de reconnaître ces proxys.

Bonnes lectures !

366 femmes en sciences humaines et sociales : une éphéméride – #3 — Élisabeth de Bohème, princesse Palatine (1618-1680)

C’est sûrement pour sa célèbre correspondance avec René Descartes qu’on retient aujourd’hui le nom d’Élisabeth de Bohème, princesse Palatine (1618-1680). Elle mérite tellement plus que cette simple mention !…

… c’est par exemple oublier l’éducation très riche qu’elle reçut: plusieurs langues (grec, latin, français, anglais, allemand…) au point qu’elle était surnommée « La Grecque ». Mais aussi logique, mathématique, philosophie, sciences physiques. Peinture, musique et dance…
… La correspondance qu’elle eut avec Descartes témoigne d’un esprit brillant et critique. Au point que le philosophe lui dédia ses Principiae philosophiae.

Les présidents d’université ont besoin d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche

Ce mercredi 4 mars, huit président·es d’universités autoproclamées « de recherche intensive » publiaient dans Le Monde une tribune au titre accrocheur et visionnaire : « La France a besoin d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche ». Suivent quelques paragraphes organisés au moyen de trois intertitres rassembleurs : Une recherche fondamentale vivante et libre, Endiguer la crise des vocations, Faire confiance.

Accroche — décroche, y’a pas d’anicroche

L’introduction de ce texte qui, nul doute n’est possible, sauvera l’Université — et le monde avec elle — démarre des constats traditionnels et néanmoins éculés : rapports d’OCDE, décrochage de l’investissement français en recherche et développement:

« En Europe, l’écart se creuse avec l’Allemagne, le Danemark, les Pays-Bas. L’Espagne progresse. La France décroche. »,

embraye sur les sempiternelles annonces d’augmentation du budget (jusqu’à atteindre ces fameux 3% du PIB), mais, heureusement, la dernière

« est donc de très bon augure. »,

https://www.flickr.com/photos/its-only-lines/49367157887/in/photolist-2idpA7B-9Mz868-T2trjx-5p1E8h-a2hzvw-niCVhd-Msndm5-HgTtVz-3T4rf-n6aWDM-68Nn1f-6chiTh-4xDTEm-zVA8g-YiADqL-6NswDH-AHHjus-2hgnqjF-4yYrd4-7ZMUHL-JXJr2c-CEp5Kq-LKYBG-KuNwgd-2gso5GC-23MqUma-rMuF4o-79FXne-kajj3-bLW5eB-QqGwmu-697EBm-fzx5sf-cUHHf-57X43g-6BhNPa-6gBCrJ-7L33Ta-jdi3i-p7CeiH-pvewXv-8Wmpi6-85AJUG-eztjB4-imq6r-eb2CVp-eiSTtj-ANPhmU-911uxs-RC9Bjk

Only lines, Bins, 2019

avant de s’échouer sur l’observation des critiques que suscite le train de rumeurs distillées par le gouvernement depuis de nombreux mois quant à l’effort qui serait — enfin ! — consenti envers l’Enseignement supérieur et la recherche. Selon les auteurs et autrices de cette tribune, il ne s’agit en fait que d’inquiétudes vis-à-vis de la réforme des retraites ou des rémunérations. Que les lecteurs et lectrices fragiles se rassurent, il n’est pas question de parler des recommandations radicales, osons le mot, issues de toutes ces consultations que les sociétés savantes, dans un élan proprement révolutionnaire, ont pu mener à l’été 2019. Il n’est pas également pas question des trois rapports préparatoires à cette loi et de la façon dont ils se torchent avec les recommandations précédentes. Il n’est également pas question du rapport conjoint de l’Inspection générale des finances (IGF) et de l’Inspection générale de l’Administration de l’Education nationale et de la recherche (IGAENR) sur le contrôle de la masse salariale, rapport qui estime que les universités françaises n’utilisent pas assez la pleine souplesse que permettent les emplois contractuels.

Reconnaissons-le avec honnêteté, et même avec humilité, nous sommes inquiets.

Remèdes à l’inquiétude

Que nous promettent-ils donc, au travers de cette loi : tout d’abord, une recherche vivante et libre. C’est-y-pas beau ?

https://www.flickr.com/photos/75474112@N04/23638509178/in/photolist-C1Rxe5-2gNmdRd-2iu8MiW-YVV6Zj-2gjoWm5-PWFiGx-2gmuMhv-2hQAFZQ-2itDUrR-2i7wZE1-Q7JMqk-2hyKuQP-2h5XiAm-tr24gA-NUuJbv-zhbBb2-7knGPc-2gYp5AP-DHzY7j-LzAsry-D4Yh4S-GLGP6S-2id1knZ-2hEbRZA-2hXkoy4-24udu4g-2hcQDbc-2hqCEnV-2iAkEGR-2gUNncP-NveHCj-2hq54kG-2ajFXo7-2dprFkR-2hZaPnE-2hke9RZ-2giFn2U-L3xchm-2cmG3eH-RTeu7V-2eC3nq8-226afPo-2cSbF93-AKDoPc-GCzVqz-N2rFF1-Xdsdp7-WhnC1E-SstoRC-EfXCSi

OneLifeonEarth, alive, 2017

Car c’est un sujet important, évidemment. Pour citer ces penseurs du Futur:

« Il n’y a pas de développement économique durable sans innovation de rupture qui naît d’une recherche fondamentale vivante et libre. »

C’est en fait plutôt amusant que les présidents et présidentes d’universités écrivent cela sans sourciller, sans la moindre once d’humour. À un moment où la notion-même de développement économique durable cherche sa définition, où le concept programmatique d’innovation de rupture s’avère un gimmick de communicants et où l’idée d’une recherche fondamentale s’efface dans les petits caractères de la loi Pacte. Rappelons par exemple ce discours de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, le 15 octobre 2019 :

« Sur la politique de recherche.

Nous avons une recherche publique d’excellence et une industrie de haute technologie. Mais recherche et industrie ne travaillent pas ensemble. Il existe encore un mur entre la recherche publique et son développement industriel. Nous devons casser ce mur. Nous avons commencé à le faire dans PACTE, nous devons aller plus loin.

La loi de programmation de la recherche devrait être l’occasion de réfléchir à une augmentation des moyens consacrés à des programmes de recherche publique en contrepartie de leur orientation vers un développement industriel précis. »

 

Du flouze, de l’oseille, de l’artiche

Reprenons notre sérieux et le fil de la tribune. Selon nos auteurs, trois exigences s’imposent pour cette loi de programmation de la recherche.

https://www.flickr.com/photos/legoquinn/6831446152/in/photolist-bpEWWm-GhEpha-4Zb3ve-JsxNKh-at37DB-RgYsjg-5JpR76-FJ8We3-9K5zNM-GhEoUX-QbnXgD-D1rLL7-7Ti1hM-7pVZVs-cLkNhj-JLobna-s1Mcve-PC2uq3-JLoaZg-PC2ubf-FZXRss-9FCjSU-oga7d5-8of5Tr-5ZdVLP-PC2uMq-PC2tNG-JLoaYz-GvkE2u-GhEokv-CqNvVY-JLob8c-FqZmnC-JssdvC-PC2v2d-PC2tZy-KbbwLB-PC2uuS-JsscZC-FZXRBW-Jssdwu-bWcuJm-67ARgU-ofUoNX-8gCi1K-pkuhhF-ddxBaX-nuAWaD-or58Uv-bWcuDY

Exinferis~lol , 2012 – S0 all you kids wondering what to do when you see someone drowning, laugh out loud at them.

Première exigence, de budget. Plus précisément, « que le crédit d’impôt recherche (CIR) – soit plus de 6 milliards d’euros par an –, ne représente pas une forme déguisée de subvention publique aux entreprises privées. » Comment on dit déjà ? LOL ? parce que c’est tout simplement sa fonction à ce brave crédit d’impôt recherche que d’être une subvention publique aux entreprises privées. On peut contester son ampleur, on peut contester son champ d’application, on peut contester son faible contrôle, mais on ne peut contester qu’il a été créé pour servir à cela et qu’il le fait.

Deuxième exigence. Et là, c’est à nos étudiantes et à nos étudiants que les auteurs de cette tribune s’adressent. C’est aussi à leurs parents. C’est encore à leurs futurs employeurs. Il faut, disent-ils, « différencier le volet formation et le volet recherche. ». Traduisons. Les universités ont une double mission, d’enseignement supérieur et de recherche. D’ailleurs, dans le modèle d’Université hérité de l’Université allemande du 19e siècle et qui est celui des plus grandes universités, ces deux volets sont intimement liés : les savants enseignent et cherchent; les savants cherchent et enseignent.
Un peu d’arithmétique, alors. Puisqu’il est question d’augmenter le financement de la recherche, cette différenciation sera — arithmétiquement — synonyme de diminution du financement de l’enseignement supérieur.

Continuer la lecture

#5 – Chroniques de grève – Le Briseur de grève

En passant

Définition d’un Briseur de grève
attribué à Jack London, vers 1905

traduction: Antoine Chambert-Loir

Après que Dieu eut achevé le crotale, le crapaud et le vampire, il lui restait un peu d’immonde substance avec laquelle il fit un Briseur de grève. Un Briseur de grève est un animal à deux jambes avec une âme en tire-bouchon, un cerveau gonflé d’eau et une colonne vertébrale composite faite de gelée et de colle. Là où d’autres ont un cœur, il porte une tumeur de principes moisis.

Lorsqu’un Briseur de grève descend la rue, les hommes lui tournent le dos et les anges du ciel pleurent, tandis que le diable ferme les portes de l’enfer pour le laisser dehors. Aucun homme n’a le droit d’être un Briseur de grève, aussi longtemps qu’il existera une piscine d’eau assez profonde pour y noyer son corps, ou une corde assez longue pour y pendre sa carcasse. En comparaison d’un Briseur de grève, Judas Iscariote était un gentleman. Pour avoir trahi son maître, il eut la force de caractère de se pendre — ce qu’un Briseur de grève n’a pas.

Ésaü vendit son droit d’aînesse pour un plat de lentilles. Judas Iscariote vendit son Sauveur pour trente pièces d’argent. Benedict Arnold vendit son pays pour la promesse d’une charge dans l’armée britannique. Le Briseur de grève moderne vend son droit d’aînesse, son pays, sa femme, ses enfants et ses compagnons pour une promesse non tenue de son employeur, sa firme ou son entreprise. Ésaü était un traître à lui-même. Judas Iscariote était un traître à son Dieu. Benedict Arnold était un traître à son pays. Un Briseur de grève est un traître à lui-même, un traître à son Dieu, un traître à son pays, un traître à sa famille et un traître à sa classe.

Il n’y a rien de plus inférieur qu’un Briseur de grève.

Le cauchemar de Darwin — à propos d’une tribune d’Antoine Petit, pdg du CNRS (18 décembre 2019)

Antoine Petit a commis une tribune en accès payant dans le quotidien Le Monde ce 18 décembre 2019, dont le ton et le contenu restent à l’opposé de ce que la communauté des chercheurs et chercheuses a récemment dit attendre (voir ici et ). En voici une lecture assurée par le mathématicien Antoine Chambert-Loir, nouveau rédacteur d’Academia.

 

Dans une tribune publiée par le journal Le Monde du mercredi 18 décembre 2019, Antoine Petit, président-directeur-général du CNRS, revient sur les « réelles ambitions scientifiques » qu’il a pour l’établissement qu’il dirige. Cette tribune fait suite à une précédente, qu’il avait publiée dans Les Echos, du 26 novembre 2019 et à son discours du même jour, prononcé au Palais de la découverte, à l’occasion du 80e anniversaire du CNRS, en présence du président de la République.

Les propos d’Antoine Petit avaient déjà suscité étonnement et colère, en particulier par la référence à la théorie de l’évolution de Darwin :

« Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire — oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies. »

et par le vocabulaire guerrier employé tout au long de sa tribune, dès son titre : « La recherche, une arme pour les combats du futur. »

Des réseaux sociaux jusqu’au Conseil scientifique du CNRS, de nombreux collègues ont émis une contestation détaillée des propos d’Antoine Petit.

La façon dont Antoine Petit revient aujourd’hui sur ses propos initiaux est encore plus problématique. Petite revue en quelques points.

  1. Son texte commence par un auto-satisfecit bienvenu du CNRS et par l’affirmation de la volonté de la communauté scientifique de répondre aux grands défis du moment. C’est une entrée en matière et on peut comprendre que la recherche
    https://www.flickr.com/photos/87306608@N05/8022744813/in/photolist-ddWEwr-5W5Mye-9Aq8BU-5fZxdF-29i2Wx-9zoSuc-7PmuE6-awv2HP-9x3w1T-appf9p-8ewtuz-e6yWsd-n9NivR-b85JL6-2hnQAT6-b9eZrP-2gyxLid-agRkNZ-duqKTo-2dzJdQ1-5nRruB-ddWCCE-555A-ddWGGH-7Ae2Dz-q3sHRN-eYr2j8-8bnNbF-egmb25-7p6GJi-nkMFmK-afKYmh-99NFCJ-2i1vAhh-4oW3zR-crBCxY-aTt8DM-hfPic-41tc4R-crBCJS-eYCqKY-21LG78e-FwJtZS-84iXhs-eYCqy5-eYr4Ei-eYCsym-iHKard-rcAzV2-eYr3WB

    Lies, par Suicidepirate, 2012

    fondamentale disparaisse provisoirement du radar. Il continue en évoquant « une très large consultation des laboratoires » qui a permis au CNRS de formuler dès juillet 2019 des propositions « que ce soit en matière de financement de la recherche, d’attractivité des emplois et carrières scientifiques, ou plus largement de recherche partenariale et d’innovation ». Là, Antoine Petit marche joyeusement sur la tête — ou plutôt sur les pieds de toute la communauté scientifique.
    Car ce qui est sorti de ces consultations était très différent du rapport produit par la direction du CNRS, malgré toute la diversité que commandent des pratiques scientifiques parfois assez éloignées.
    Continuer la lecture