Two Academics for Peace in jail: freedom of expression is ever more trampled upon in Turkey 

“Turkey is incarcerating its academics!” This is what Tuna Altinel (Claude Bernard University of Lyon 1, France) wrote to the European solidarity networks last Wednesday (8th of May 2019), as Füsun Üstel stepped into the women’s prison in Eskişehir. A retired political science professor from Galatasaray University, Füsun Üstel is one of the 2237 signatories of the peace petition published in January 2016, that denounced the Turkish state’s violation of civilians’ basic rights in the Kurdish cities of Turkey. Since then, more than a third of the Academics for Peace have been prosecuted, on the grounds of “terrorist propaganda”. The outcome of the trials has invariably been a jail sentence. However, until recently, the indicted academics were sentenced to a maximum of two years in prison with a suspension provision, provided they refrained from committing further “crimes” over the following five years.

Füsun Ustel

Füsun Üstel refused this provision because she did not want to be condemned to silence. That is the reason why she is now behind bars. Other academics are likely to face a similar treatment soon: 33 of them followed her example and are awaiting their judgment on appeal. But there is more: in December 2018, Gencay Gürsoy was sentenced to 27-month imprisonment. Gürsoy is the former president of the Turkish Medical Association and a well-known activist of the fight for human rights in Turkey. As such, he was not judged for terrorist propaganda but for “insulting the Turkish people, the Republic of Turkey, the state institutions and the government”. Since then, several dozen academics have like him been sentenced to more than 24 months in jail, which means that the suspension provision is no longer an option. Furthermore, eleven members of the steering committee of the Union of Turkish Physicians have just been sentenced to 20 month-imprisonment for declaring, when Afrin was invaded in January 2018, that “war is a public health issue”.

Continuer la lecture

Pour la libération de Tuna Altinel, chercheur lyonnais emprisonné en Turquie

En passant

Tuna Altinel. Photo INSMI – CNRS

Une association d’universitaires appelle le gouvernement français à faire respecter les droits élémentaires du mathématicien et enseignant, incarcéré depuis le 11 mai en Turquie. Une énième arrestation qui suit celle d’une longue liste d’enseignants, mais aussi de journalistes, d’avocats et de fonctionnaires. Par l’association SUP-DDHT , Solidarité avec les Universitaires pour la paix et défense des droits humains en Turquie 19 mai 2019 à 16:57

Tribune. «La Turquie emprisonne ses universitaires.» Voilà ce que nous écrivait notre collègue Tuna Altinel le 8 mai. En effet, ce jour-là, Füsun Ustel était incarcérée à la prison pour femmes d’Eskisehir. Cette professeure de science politique à la retraite de l’université Galatasaray, une institution franco-turque, fait partie des signataires de la pétition pour la paix, rendue publique en janvier 2016, qui dénonçait la violation par l’Etat des droits élémentaires des civils dans les villes kurdes de Turquie. Depuis lors, près d’un tiers de ces 2 237 universitaires pour la paix ont été poursuivis, accusés de «propagande pour une organisation terroriste». Ces procès finissent toujours par des condamnations; toutefois, jusqu’à récemment, les peines étant inférieures à deux ans de prison, il était possible d’obtenir un sursis, à condition de s’abstenir pendant cinq ans de commettre de nouveaux «crimes» – «infractions» dont la qualification criminelle est laissée à l’appréciation des juges.

Continuer la lecture

Bastions masculinistes: retour sur une recommandation du Conseil scientifique du CNRS

Avant-hier, au courrier Twitter, j’ai reçu la dernière recommandation du Conseil scientifique du CNRS. 

Conseil scientifique du CNRS

Vers la parité dans les manifestations scientifiques

À l’occasion du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, le président du CNRS Antoine Petit a déclaré : « La place des femmes au sein du CNRS est au cœur de mes priorités. Nous progressons en matière d’égalité entre les femmes et les hommes mais l’horizon de la parité est encore lointain ! » Pour progresser en matière d’égalité entre les femmes et les hommes, le Conseil scientifique du CNRS demande que le CNRS, ses laboratoires et ses personnels, ne s’associent qu’aux manifestations scientifiques où les femmes sont présentes à tous les niveaux (comité scientifique, comité d’organisation, conférences invitées), dans une proportion atteignant, ou dépassant celle de la discipline.

Dorothée BERTHOMIEU

Présidente du Conseil scientifique

Texte adopté à l’unanimité le 16 avril 2019

En sont destinataires la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, la Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, le P‐DG du CNRS, mais aussi une employée du CNRS – “Présidente” (sic “directrice)  de la mission pour la place des femmes au CNRS et les présidentes de deux associations, l’une bien connue, “Femmes et sciences” et l’autre visiblement sortie toute droite de la cuisse de Jupiter.

Continuer la lecture

Les précaires de la fac se rebellent, par Sandrine Chesnel (Grazia, 14 avril 2019)

En passant

Un article de a paru le 14 avril 2019 sur le site Grazia gratuitement accessible, qu’il est pas inutile de présenter sur Academia. En voici les premières lignes:

Plusieurs collectifs se mobilisent depuis janvier, pour dénoncer la situation des vacataires. Ces chargés de cours sont payés « à la tâche », le plus souvent plusieurs mois après les heures travaillées.

 

Continuer la lecture

Après le rough guide, le real guide *updated*: le Guide de fonctionnement des comités de sélection (MESRI, février 2018)

Academia s’est penché à plusieurs reprises sur les règles qui régissent les comités de sélection. Ce fut le cas d’un rough guide (mai 2013), complété par un real guide édité par les services centraux du MESRI, datant de juin 2012 (billet de juillet 2013). Puis Claire Lemercier, membre très expérimentée dans comités de sélection, nous avait fait passer de l’autre côté du miroir en 2018, en deux billets : “Devenir membre d’un comité de sélection (1/2)”  et “Devenir membre d’un comité de sélection (2/2)“, daté d’avril 2018.

Dans un ajout de mai 2019, Claire Lemercier signalait l’actualisation du Guide de fonctionnement des comités de sélection, édité par le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, publié en février 2018.

“Document de travail”, ce Guide n’a “pas Il n’a pas vocation à être diffusé
en dehors de ces services et instances”. Déjà, il serait bon qu’il y a soit diffusé. Puisqu’aucun service de ressources humaines, à ma connaissance, ne communique ce document aux membres des comités, il n’est pas inutile que celleux-ci assurent leur formation continue seul.e-.s.  Et en prennent un exemplaire avec elleux le jour J.

Continuer la lecture

Bois mort, souches pourries et arbrisseaux : du choix du vocabulaire et de la politique de l’emploi au CNRS

À l’occasion des 80 ans du CNRS, plusieurs messages sont passés sur le réseau Twitter, signalant l’absence de prises de position forte de personnalités scientifiques reconnues sur la politique de l’emploi de cette institution, ou encore le silence du président-directeur général sur ce point dans son discours de clôture[1]. Antoine Petit, en revanche, a déploré le problème du « bois mort ». Terme imagé, certes, qui a immédiatement entraîné des commentaires sur « l’élagage à venir ».

« Bois mort ». Je n’avais jamais entendu l’expression auparavant. Pour désigner des êtres humains, ou des collègues chercheurs ou chercheuses.

Arbre ironwood mort dans la forêt de Borneo

Je remercie MixlaMalice de nous avoir rappelé qu’il y avait un usage états-unien de cette expression et d’avoir pointé vers un billet paru il y a dix ans sur le blog d’une professeure de science femme, qui revenait le 21 janvier 2008 sur la notion, sa signification et son avenir supposé. Je traduis ce document avant de proposer une analyse sur son usage dans le contexte français actuel de la recherche.

Bois mort : la fin d’une époque ?

Continuer la lecture

Vices et vertus de la mobilité : débats mathématiques

Academia, carnet consacré aux sciences humaines et sociales (SHS), s’intéresse aujourd’hui au débat lancé par Olivier Garet et Barbara Schapira à la suite de la publication par le directeur de l’Institut National des Sciences Mathématiques et de leurs Interactions (INSMI) du CNRS, Pascal Auscher, qui précise que “l’objectif de la mission nationale est de maintenir l’école mathématique française au meilleur niveau international. Se pose donc la question de comment faire. Une réponse est la mobilité dans les recrutements”. La réponse de ces deux mathématicien-ne-s mérite que les acteurs des SHS s’y arrêtent. Ils ont aimablement autorisé Academia à le reproduire : nous les en remercions.

La mobilité heureuse*

https://www.flickr.com/photos/maddzakk00/8190818862/in/photolist-dtN65S-23U6TLP-8CCUAM-Yjw11E-fvbUAA-QoziLg-nEAc1s-dL73X3-6iH4vS-Zv3AvU-4VBaTN-28XxCNn-shrxFX-dZ8VJ9-itAyDC-28EaZ62-e4PUJN-95aWhh-25HyWb1-f5byka-cRDnMb-6uH1Ji-8xTuvp-itYr2P-XD5nKK-HeKYuu-dC5a4t-3PuKxJ-nqUtuC-qTfHUM-r529Ld-7S1UHi-bCL6w7-Y63xzT-JJJBB-6xtA7-aXRLSz-bwPtxf-9ZD2cp-23QuUcK-ki19r-qEAs3p-fXoHEG-8A7THS-ao8qFJ-f95kos-SKMs19-5CMLuR-fKq4CL-opSeGF

Train And I was waiting, by Zakk Chaibi, 2012

 

par Olivier Garet et Barbara Schapira

février 2019

*La « maternité heureuse » est l’ancêtre du planning familial

 

Préambule : Nous1 écrivons cette tribune en réaction à un texte de Pascal Auscher, directeur de l’INSMI (Institut de Mathématiques au CNRS). Ce texte, intitulé Position de l’Insmi sur la mobilité au recrutement en Mathématiques2 , a été diffusé dans les laboratoires de mathématiques en janvier 2019.

Le texte de l’INSMI réaffirme avec force sa volonté d’imposer la pratique de la communauté mathématique consistant à promouvoir les MCF et CR en PR et DR uniquement en mobilité, c’est-à-dire dans un autre laboratoire que là où ils exercent au moment de leur promotion. Il y voit un élément important pour la défense des postes en mathématiques.

Ce texte, s’il constitue un simple rappel d’évidences pour certains collègues3 , en a choqué d’autres. Nous souhaitons dans cette tribune nous opposer à ce point de vue, et discuter la notion de mobilité au sein de la communauté mathématique.

La mobilité et le non-recrutement local, de quoi s’agit-il ?

Ne boudons pas notre plaisir de mathématiciennes4 , définissons les termes employés.

Le Larousse propose « Mobilité = changement de lieu de résidence ou d’activité économique ». Dans la vision dominante au sein de la communauté mathématique française, rappelée par l’INSMI, la « mobilité » sous-entend changement de laboratoire lors d’un premier recrutement sur un poste permanent ou lors du passage de rang B à rang A. En particulier, cette « mobilité » suivant l’INSMI n’implique pas forcément de changement de lieu de résidence pour les franciliens5 . D’autre part, cette « mobilité » ne concerne pas les collègues cherchant à changer de laboratoire du fait d’un changement de résidence familiale passé ou futur (mutation pour rapprochement familial).

Continuer la lecture

Le CNRS et la parité en temps réel

Alors que le CNRS a annoncé la suppression de 50 postes au recrutement en 2019 – la majorité des postes “au concours” relevant désormais de la promotion interne – ce qui fait suite à une suppression de plus de 1200 postes de chercheurs et de chercheuses depuis 2007, le CNRS, à l’initiative d’Antoine Petit, prend enfin des mesures dignes d’un grand établissement de recherche, à savoir une formation des comités CoCNRS aux biais sexistes, et l’adjonction d’une référente et/ou d’un référent parité aux jurys de concours.

La parité homme-femme devrait se réaliser… dans 170 ans, par Clément Gras (2016)

Précisons en quelques lignes ces mesures, dont les autres jurys auraient la bonne idée de s’inspirer.

1. Un référent et/ou une référente “Parité en temps réel”

Continuer la lecture

Réalités du travail universitaire, par le quotidien Libération

Citation

L’université de Lille accuse un déficit de 6 millions d’euros et a de plus en plus recours à des vacataires pour faire des économies. Des contrats précaires et mal payés souvent assurés par des doctorants. Extraits

Universités : «L’excellence, on sait faire, c’est juste qu’on a zéro thune»

par Sheerazad Chekaik-Chaila – https://www.liberation.fr/france/2019/01/08/universites-l-excellence-on-sait-faire-c-est-juste-qu-on-a-zero-thune_1701733

«Je finis ma thèse. Je vais essayer d’avoir un poste d’enseignant à la fac. Sinon je retourne à l’agriculture…» ironise Benjamin (1), doctorant lillois en sciences politiques. «Moi, si je n’ai pas de poste, je serai fleuriste», annonce pour sa part Estelle, 27 ans, chercheuse en sociologie qui vient de décrocher une place d’attachée temporaire d’enseignement et de recherche (Ater) à l’université de Lille, payée 1 230 euros net par mois, pendant un an, renouvelable une seule fois. Douze mois de répit.

Mi-octobre, l’université de Lille a annoncé une «année blanche» pour la prochaine campagne de recrutement universitaire. La deuxième plus importante université de France, qui compte 67 000 étudiants et 6 700 salariés, a fini l’année dans le rouge, avec un déficit de 6 millions d’euros. Un plan de redressement, étalé sur cinq ans, prévoit de laisser vacants 73 postes d’enseignants-chercheurs et d’administratifs remplacés parfois par des contrats précaires. Des établissements, comme à Orléans ou Rennes-I, sont aussi concernés par des mesures d’austérité. Leur situation financière, ainsi que celle de huit autres universités et deux écoles d’ingénieurs, inquiète la Cour des comptes.

(…)  Par endroits, avec la progression du nombre d’étudiants et le manque de professeurs titulaires, des filières sont dépendantes de ces postes temporaires pour pouvoir continuer à assurer les cours.

Continuer la lecture

Femmes de l’ESR: le guide dont vous êtes l’héroine

https://en.wikipedia.org/wiki/Women_in_science#/media/File:Woman_teaching_geometry.jpg

Enluminure au début d’une traduction médiévale des Elements d’Euclide (c. 1310 AD) (c) The British Library Burney 275


L’équipe des rédacteurs d’Academia a le plaisir de publier une nouvelle collection de billets Survivre dans l’ESR, inaugurée par Charlotte*.

*NDLR Tous les prénoms ont été modifés, à l’exception de certains d’entre eux.

Ce texte est dérivé d’une série de billets conçue pour Twitter, en réaction à un tweet concernant les stéréotypes pesant sur les femmes dans le monde académique. Une neurobiologiste américaine y racontait avoir reçu une lettre de recommandation, pour une jeune scientifique –  qui soulignait son talent de cuisinière – et s’en indignait, légitimement. En tant qu’universitaire dans un milieu majoritairement masculin – l’informatique – j’ai établi moi-même, avec le temps, toute une série de protections contre ces stéréotypes. Les voici, avec les contributions d’un certain nombre de twittos qui les ont complétées avec leurs propres habitudes.

Ne pas cuisiner

Je ne fais jamais la cuisine pour mes collègues.

Je raconte à tout le monde que je ne sais pas cuisiner, j’en fais des blagues, je brûle tout, je suis incapable d’émincer émietter blanchir cuire ou ciseler. Attention, je ne suis pas non plus une totale profiteuse : pour les occasions où “chacun apporte un truc”, je fournis en général soit des boissons, soit un gâteau de boulangerie. Mais cuisiné par moi, jamais.

Continuer la lecture

Vice de forme (V)? Une révocation et deux dépaysements

La livraison des sanctions disciplinaires du CNESER vient de paraître. Surprise: une révocation – inédite dans l’histoire du Conseil – pour des faits de harcèlement ; et le dépaysement des affaires concernant les enseignants-chercheurs accusés d’avoir molesté des étudiantEs lors des occupations étudiantes du printemps.

Extrait

Affaire : monsieur XXX, professeur des universités, né le 6 avril 1969 Continuer la lecture

Entreprendre une réflexion sur les pratiques de recrutement en philosophie. Une tribune de Sud-Education Paris 1

Publiée sur  emetis@listes.univ-paris1.fr le jeudi 6 septembre 2018


Cette année, en philosophie, 18 postes de maître.sse.s de conférences ont été mis au concours dans le cadre de la session synchronisée 2018. Nous détenons actuellement, grâce au site Academia, des informations sur 16 des postes mis au concours et pourvus. Sur les 16 personnes classées premières sur ces postes, on ne compte que 3 femmes. La philosophie est ainsi l’une des disciplines, au sein des SHS, les plus inégalitaires et faisant le plus obstacle à la carrière des femmes. Cette situation est consternante et révoltante, nous souhaitons diffuser cette information le plus largement possible et appelons la communauté des philosophes universitaires à entreprendre une réflexion sur ses pratiques de recrutement.
Solidairement,
SUD Education Paris 1

C’est la rentrée 2018 pour Academia

Chers lecteurs, chères lectrices,

nous reprenons nos travaux, en cette rentrée 2018, en vous invitant à participer à notre ligne éditoriale, en nous proposant des sujets, voire en rejognant notre équipe de Rédacteurs d’Academia. Sur le bureau, les rapports de pouvoir professionnels universitaires, le harcèlement moral ou comment s’en protéger, bilans des recrutements, comprendre le sexisme à l’université, accueil des jeunes personnels dans l’ESR et leur accompagnement, etc. selon nos forces et nos envies.  Et bien sûr les wiki en 19 et en 72 !

Et, mise en bouche de la rentrée universitaire, un article de Natasha Quadlin dans American Sociological Review, qui fait l’objet d’une chronique dans L’Actualité, sobrement intitulé “Méritocratie, mon oeil“.Ou comment les étudiantes les plus compétentes sont moins invitées en entretien d’embauche que les garçons les plus médiocres. Bonne rentrée à tous et à toutes !

Vice de forme (IV): harcèlement à l’Université et compétence en matière disciplinaire

Après les décisions de l’année passée, le CNESER nous apporte au Bulletin officiel du 19 juillet 2018 son lot d’excellentes nouvelles : le droit de victimes de sanctions disciplinaires pour harcèlement moral et sexuel est sauf.

En effet, toutes les sanctions prises à l’encontre des personnes reconnues coupables de harcèlement moral ou sexuel en première instance obtiennent un « sursis à exécution » qui empêche la peine prononcée par la commission disciplinaire, peine quelquefois lourde, d’être appliquée.

Cela pose un sérieux problème : celui de la compétence des équipes universitaires chargées des procédures, qui conduisent ces dernières avec une certaine légèreté, voire commettent des fautes grossières.

Cela ne peut durer. Alors qu’il est si difficile d’obtenir une sanction disciplinaire au sein de l’Université – en raison de l’auto-censure des victimes, et de la difficulté à établir des faits – il est indispensable que les sanctions prises soient exemplaires et ne puissent faire l’objet d’aucune discussion en appel. C’est à ce prix que les sanctions, pénalisant les coupables, auront un effet véritablement dissuasif.

À quand la formation des équipes universitaires pour une meilleure protection des victimes étudiantes et enseignantes ?

Que fait le Ministère?

 

Affaire Première : Aix-Marseille Université – Harcèlement moral à l’encontre de collègues par une professeure d’université

Continuer la lecture

Toute honte bue (II): CDD de MCF pour 800€/mois

Après la thèse subventionnée à 700€/mois, à quoi doit-on s’attendre à l’Université? On peut en avoir une idée lorsqu’on lit les annonces d’emploi.
Il existe une  offre d’emploi pour un CDD au sein de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.
192 heures, donc l’équivalent d’heures d’enseignemnts d’un-e maître-sse de conférences, qui a en outre des fonctions de recherche, à l’activité moins mesurable.
Sur le site, les rémunérations sont indiquées de la sorte :
  • Bac+3 : net mensuel d’environ 1420€
  • Bac+5 : net mensuel environ 1620€
  • Bac+8 : net mensuel environ 1640€
Selon l’expérience des collègues palois, ce type de contrat n’intègre que les heures d’enseignement (192h), et non la recherche, d’où le CDD à 50%. Les 1640€ sont donc divisés par deux. Le salaire net mensuel est alors de 820€ par mois. Ces conrats existent ainsi pour remplacer des postes gelés.
Un collègue, docteur, ayant exprimé sa lassitude d’être remunéré très en retard pour des vacations qu’il assure depuis plusieurs années, s’est vu offrir ce pis-aller. Qu’il a joyeusement accepté comme une perspective d’amélioration du quotidien.
820€/mois, pour des enseignements à temps complets de L3, M1 et M2, par une personne diplômée au grade de doctorat : où va l’Université française?