Cheval de Troie

En passant

Lu sur la Quadrature du net – 22 janvier 2020

Coup d’État sur la « loi haine »

La loi « contre la haine » s’est transformée en loi sécuritaire au nom de la lutte « anti-terroriste ». Ce bouleversement a été acté hier à 22h30, par un amendement de dernière minute proposé par le gouvernement et adopté par les députés serviles de l’Assemblée nationale. Ce coup de force du gouvernement, imposé in extremis, est une nouvelle démonstration d’anti-parlementarisme. L’honneur des députés exige qu’ils rejettent la loi dans son ensemble.

https://www.flickr.com/photos/bilderwelten/392263819/in/photolist-gmpchD-5neGX2-LBhgob-6WMZVQ-7vfjVE-a3Hs2K-AEsni-22XrAyu-5TtHyp-HrTjo-HrXbX-dgueLK-8Qo7hx-PifgqJ-e5wfV9-eYcH9-gmm6fq-mVYtGr-cydYc1-os1vNF-GUgm9-GUgm3-2943Cn-5Qtbrv-EKoFe-pbSmYb-LwXT5M-7891UP-bz2EYM-4iS2BE-HrTum-2kRVy-9ncnup-6wDb9j-6wz1RV-6wz1MK-rV5xyh-Pp1WhF-9eiRCN-FBokss-xFo6-4EYBna-88nBix-gncAV7-HMCEvv-gFNJgx-gkhUyp-iFWAXm-5gTW7M-eVYXa2

Cheval de Troie sur la Königsplatz, Munich (Allemagne), par BilderMacher, 2007

Alors que la loi exigeait initialement de retirer les contenus illicites en 24 heures, elle impose désormais aux plateformes de retirer en une heure les contenus que la police lui signalera comme relevant du terrorisme ou d’abus sur mineurs. La police décidera seule des contenus relevant du terrorisme – sans le contrôle d’un juge. On l’a déjà vu abuser illégalement de ce pouvoir pour qualifier des propos militants de « terroristes » afin de les faire censurer – la justice avait alors attendu plus d’une année pour dénoncer ces abus de la police.

De plus, alors que la loi ne concernait initialement que les plateformes ayant plusieurs millions de visiteurs par mois (Facebook, Twitter, Youtube…), les nouvelles mesures « anti-terroristes » visent désormais n’importe quelle plateforme, de toute taille. Il pourra s’agir du forum de n’importe quel site de presse, d’une plateforme militante, d’un petit hébergeur associatif ou de tout nœud d’un réseau social décentralisé tel que Mastodon ou PeerTube.

Le délai d’une heure est matériellement impossible à respecter pour la grande majorité des plateformes Web (typiquement pour les signalements qui leur seraient faits de nuit). Ces plateformes n’auront d’autres choix que de fermer boutique ou de déléguer leur modération aux outils de censure automatisée fournis par Google et Facebook. Dans tous les cas, les grands vainqueurs seront ces deux dernières entreprises, dont la concurrence sera anéantie ou mise sous leur joug.

Enfin, alors que la loi initiale ne prévoyait que des sanctions financières, les nouvelles mesures prévoient des sanctions concrètes, drastiques. Si une plateforme ne censure pas un contenu dans l’heure qui suit sa notification par la police, la police pourra exiger que les fournisseurs d’accès à Internet empêchent l’accès à cette plateforme depuis la France.

Une concentration totale des pouvoirs

La concentration des pouvoirs dans les mains de la police est totale : c’est à la fois elle qui décide quelles plateformes attaquer, qui qualifie un contenu comme étant illégal et qui met en œuvre sa sanction. L’ensemble du Web français est à sa merci.

Continuer la lecture

Compte-rendu de l’entrevue des représentant-e-s de Sud éducation et Sud Recherche EPST avec Frédérique Vidal le 15 Janvier 2020

En passant

Avec quelques jours de retard sur le communiqué émanant du SNTRS-CGT à la suite de la rencontre entre syndicats et Frédérique Vidal, au Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Sud Education et Sud Recherche publient leur communiqué conjoint, que nous reproduisons ici.

Compte-rendu de l’entrevue
des représentant-e-s de Sud éducation et Sud Recherche EPST
avec Frédérique Vidal le 15 janvier 2020

SUD éducation et SUD Recherche EPST ont été conviés à une rencontre avec Frédérique Vidal – ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (ESRI) – mercredi 15 janvier à 18h30.

Initialement invités « Dans le cadre des négociations sur la réforme des retraites », nous nous apprêtions à refuser de discuter d’un projet contre lequel nous sommes mobilisé-e-s et dont nous demandons le retrait. Mais le ministère a fait un correctif pour nous indiquer qu’il s’agirait de faire un point sur le chantier du projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR). N’ayant aucune information quant aux arbitrages du ministère depuis la publication, en septembre 2019, des rapports des groupes de travail ad hoc1, nous avons fait le choix de rencontrer la ministre dans le but d’obtenir des informations après avoir reçu l’assurance qu’aucun amalgame ne serait fait avec un système de retraites dont nous ne voulons pas. (Message ci-dessous)

Continuer la lecture

  1. https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid145221/restitution-des-travaux-des-groupes-de-travail-pour-un-projet-de-loi-de-programmation-pluriannuelle-de-la-recherche.html []

Revues en lutte !

En passant

Communiqué de presse des revues en lutte

Aux côtés de laboratoires, départements, UFR chaque jour plus nombreux, 45 revues scientifiques, principalement en sciences humaines et sociales, rejoignent la mobilisation contre la réforme des retraites et la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR). Le vendredi 17 janvier 2020, 127 membres de comités de rédaction se sont réuni.e.s pour organiser la poursuite du mouvement et l’interruption du cours normal de la production scientifique. Plus d’une dizaine de revues sont déjà en grève. Deux motions ont été votées en soutien à tous les travailleur.se.s qui participent à la fabrication des revues et à la diffusion des articles en ligne. Plusieurs actions auront lieu la semaine prochaine, dont la publication d’une tribune commune et une présence collective visible dans le cortège « Enseignement Supérieur et Recherche » (ESR) du 24 janvier. Elles seront prolongées par d’autres types d’intervention par lesquelles les revues entendent se mettre au service du mouvement social et défendre un véritable service public d’enseignement supérieur et de recherche.

#revuesenlutte Contact :  com_mob_revues@framalistes.org

Source : Université ouverte

Communiqué du SNTRS-CGT suite à la rencontre avec Frédérique Vidal, à propos de la LPPR-rémunérations, 15 janvier 2020

En passant

Communiqué du SNTRS-CGT suite à la rencontre avec Frédérique Vidal, à propos de la LPPR-rémunérations, 15 janvier 2020

En attendant le communiqué préparé par Sud Education et Sud Recherche, paru le lundi 20 janvier, seul syndicat invité par Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le 15 janvier 2020, voici le communiqué du SNTRS-CGT publié ce vendredi 17 janvier 2020.

Communiqué du SNTRS-CGT suite à la rencontre avec Frédérique Vidal,
Ministre de l’enseignement supérieur et la recherche du 15 janvier 2020
sur le thème LPPR – rémunérations

Continuer la lecture

« Inutile de pousser le bouchon trop loin » : réflexions de Thierry Coulhon, Conseiller du Président de la République sur l’avenir de (l’évaluation de) l’ESR

Update 18 janvier 2020

À l’occasion du colloque Bilan et perspectives de l’évaluation de l’ESRI : 2015-2025, Thierry Coulhon, Conseiller Enseignement supérieur et recherche du Président Macron, sort de son silence élyséen, remplaçant au pied levé, nous dit-il, Cédric Villani. Il rappelle avec satisfaction l’œuvre accomplie avec quelques frères d’armes depuis 2007, en lien avec l’Australie, et expose le rôle à venir de l’HCERES, dont il est aujourd’hui le seul candidat à la direction.
Avec brio et conviction, il nous rappelle que la science française a réussi à avoir une évaluation digne de ce nom, qu’il faudrait qu’elle puisse disposer au moins d’un établissement universitaire parmi les 30 premiers du classement de Shangai, et que le Haut Conseil a pour vocation à évaluer à l’avenir tout ce qui est évaluable afin d’affecter correctement des moyens.
Bon visionnage (à partir de la minute 24’20)

Transcription (Hcéres)

C’est un véritable honneur1 pour moi d’ouvrir ce colloque, parce qu’il marque sans aucun doute un moment important de l’histoire de notre système d’enseignement supérieur et de recherche. Je mesure le chemin parcouru depuis cette année 2007, où Jean-Marc Monteil portait pour l’Agence d’évaluation issue de la loi de 2006 une vision qui transcendait le Comité National d’Évaluation. Je me souviens, quelques années après, de l’occupation du Siège de la rue Vivienne, que nous essayions de traiter depuis le cabinet de Valérie Pécresse.

Je me rappelle également l’année 2012, où je percevais des échos lointains de débats aussi enfiévrés que byzantins sur l’évaluation depuis un autre pays, situé beaucoup plus au sud, un pays où la scie

Une maison en feu au Lac Coniola, New South Wales, lors de la Saint-Sylvestre (c) Matthew Abbott, The New York Times, 2019

nce était plus jeune mais où l’évaluation était considérée comme naturelle et depuis longtemps opérée avec soin. Je dois avouer que j’avais omis d’expliquer aux Australiens2 que nous avions passé six mois et dépensé une grande énergie à transformer une agence en Haut Conseil et que cela était considéré en France comme une avancée substantielle. Je me souviens également de tout ce qu’ont accompli les présidents successifs et les équipes de l’AERES puis du Hcéres. Au moment de la prise de fonction de Michel Cosnard, nous partagions tous le sentiment d’une grande construction.

En principe, un conseiller du Président de la République3 n’émet pas de déclaration publique. Considérons donc que c’est comme collègue, témoin de la douzaine d’années qui viennent de s’écouler et acteur pour encore quelques années du monde de l’ESR que je partage ces quelques réflexions avec vous.

Continuer la lecture

  1. La transcription n’a pas retenu toutes les expressions plus familières, à l’instar de celle qui donne le titre de ce billet : elles figurent dans le discours oral. []
  2. Professeur de classe exceptionnelle, Thierry Coulhon a administré le Mathematical Sciences Institute de l’Australian National University (ANU) à Canberra. Sur le modèle universitaire australien et ses dérives documentées depuis longtemps et encore aujourd’hui, voir Connell Raewyn, 2019, The Good University: what universities actually do and why it’s time for radical change, Clayton, Victoria, Monash University Publishing — recension ici — ou encore “Dreadful uncertainty’ plagues Australian researchers. Delays in the name of political PR ‘forcing academics overseas” by John Ross, Times Higher Education, November 10, 2019. []
  3. Thierry Coulhon est Conseiller Enseignement supérieur et recherche du Président de la République depuis mai 2017. []

Vrai ou faux ? Sur les primes discrétionnaires des directeurs académiques

En passant

Les directeurs académiques touchent-ils une prime de fin d’année de 50 000 euros ?

Des élèves devant le lycée du Parc, à Lyon, en 2012. (Jean-Philippe Ksiazek / AFP)

Les directeurs académiques de l’Education nationale peuvent être indemnisés annuellement jusqu’à plus de 50 000 euros. Des sommes dont les critères d’attribution restent cependant opaques.

Article de Julien Nguyen Dang, franceinfo , mis à jour le 15/01/2020 | 20:09

Une belle prime de fin d’année de 50 000 euros. C’est ce qu’auraient touché les directeurs académiques des services de l’Education nationale (Dasen, les anciens inspecteurs d’académie des départements), en plus de leur traitement indiciaire de fonctionnaires, en 2019. Une prime annuelle qui aurait augmenté en décembre, rapportent les syndicats SNUipp-FSU de l’Ain et SUD Education dans des communiqués, ce qui n’a pas manqué de faire réagir les internautes.

Continuer la lecture

Vers une police politique à l’Université ? Malaise à la fac de Toulouse

En passant

https://www.flickr.com/photos/javier1949/7501405024/in/photolist-cqSEno-bcSiAa-aaVQaR-a6uxaT-a3WDup-a1SJTy-a1eVrh-7xHghe-7vemtV-6PqMbk-697YDS-5w9D9E-4Z48rP-6zVdSe-egyFYP-bWCkrw-6N7rRb-4JTctF-Lm8zo-52vCz-asqnD7-8aex7X-7z5y2Z-2ezxrca-2acMC9c-JzhH7P-jCB72c-ePbdmc-eJA1Ks-eyVsu9-dqAb8Q-dpfoyJ-bUCAGh-bsB64o-aVYKg8-aoNMaW-a716AL-a2pToZ-a2rB8S-a1XVhB-9Hkv1N-9BxHXD-9ATKBR-9kET2D-9dAWgS-91bK57-8EBH9S-8x3onX-86KUWW-263Nko6

Javier, Museo de Colecciones Reales. Obra en Proceso. Work in progress. En memoria de Luis Moreno Mansilla. 2011

L’université Jean-Jaurès de Toulouse est secouée par la récente révélation d’un échange de courriels internes datant de 2018 invitant à pénaliser des personnels engagés dans le mouvement de grève. Une authentique « liste noire » qui pose la question du fichage politique et celle de la mainmise technologique exercée sur les personnels de l’Université. C’est ce que nous fait découvrir Médiapart dans un article récent.

Continuer la lecture

« Les promesses n’engagent que ceux qui y croient » : sur l’avant-projet de loi Retraites

Le gouvernement vient de dévoiler l’avant-projet de loi sur les retraites. Faute de pouvoir en faire une lecture cursive rapidement, Academia vous propose dès à présent de consulter les textes. Ce billet sera complété aussi vite que possible.

D’ores et déjà, sachez qu’en échange de l’adoption de cette loi, “le gouvernement s’engage à revaloriser” les traitements des enseignants et des enseignants-chercheurs.

https://www.flickr.com/photos/83071998@N06/8192085307/in/photolist-dtUzy8-5G8VfD-97u1mQ-dtZUXy-NpujG1-9MMcs2-22wT5YW-8FXkCF-ywf1Df-5Hhhxk-HVzCGx-FSzB3R-7ssJ8-dNSgGz-GgcMN-rmcFJa-siTm8S-9Urqer-AnR2V-dNTieB-s9odrg-X1gvN7-aMXvr-apMxj9-6gFtta-dvqxCn-CFLRR8-2cBG2UU-gMjjQe-99QFic-dvqyWP-FiXi78-27u854m-HMsrP5-8ox8XF-6CPSKN-pUTxqk-Ab11xY-5SdXgn-QzZsiX-dPgyXC-sViqfT-8aU4uS-pRSbbs-eX6vfu-7gdkdh-5DDuQ4-osTAf3-a7GQsR-71Sf

O2cu, Faith, 2012

Attaques fascistes contre étudiant-es et enseignant-es à Jawaharlal Nehru University (Dehli)

The Sabarmati hostel at the Jawaharlal Nehru University campus in New Delhi, India, after the attack. Photograph: Harish Tyagi/EPA

Aishe Ghosh, leader étudiant, après l’attaque à JNU

Dans la nuit du 5 au 6 janvier 2020, des bandes armées de marteaux et de barres de fer ont envahi Jawaharlal Nehru University, bastion universitaire de gauche. L’attaque, commanditée selon le porte-parole du syndicat étudiant,a été conduite par des hommes cagoulés que la police n’a pu identifier.

L’attaque a eu lieu alors que les étudiant-es ont initié un vaste mouvement de protestation contre la loi sur la citoyenneté voulue par le premier ministre Narendra Modi. Cette loi exclut les musulmans indiens de la citoyenneté indienne1.

La police est accusée d’avoir refusé d’intervenir alors qu’elle se trouvait aux abords de l’Université. Plusieurs victimes, dont Aishe Gosh, leader de la protestation étudiante contre la loi sur la citoyenneté, ont été inculpés pour des coups et blessures sur les gardiens de l’université.

Continuer la lecture

  1. “The law allows Hindus, Christians and other religious minorities who are in India illegally to become citizens if they can show they were persecuted because of their religion in Muslim-majority Bangladesh, Pakistan and Afghanistan. It does not apply to Muslims”. (The Guardian, “Narendra Modi defends contentious citizenship law among protests“, 22 décembre 2019). []