A propos Christelle Rabier

maîtresse de conférences, EHESS. Formée à l'histoire des sciences et de la médecine, s'intéresse depuis plusieurs années à l'histoire politique et matérielle des sciences humaines et sociales

La LPR démolit deux institutions fondamentales de l’Université

Intervention de Rafaëlle Maison, professeure de droit public, dans un conseil de l’Université Paris-Saclay, le 19 novembre 2020. Parution originale sur Université ouverte.

Chères et chers collègues,

Je m’exprime comme universitaire, spécialiste de droit public, de droit international et des droits fondamentaux des personnes et des peuples. Sans être véritablement surprise, je suis sidérée par la gravité des atteintes portées aujourd’hui à nos institutions. Je me limiterai ici, car j’ai promis d’être brève, aux derniers amendements qui ont généré un sursaut de colère dans notre communauté.

Les derniers amendements donc, qui ont été introduits au Sénat, en dernière minute, sans avoir jamais été discutés avant, ont particulièrement choqué les universitaires. Dans la forme d’abord : soutenus par le gouvernement, et probablement par un certain nombre de présidences d’université, ils viennent aggraver, dans la dernière phase d’un processus législatif accéléré, dans un contexte où la mobilisation est quasiment impossible, un texte déjà très destructeur de nos institutions.

Si nous avons évité de justesse la remise en cause radicale de nos libertés académiques, par leur limitation aux « valeurs de la République », en revanche, deux institutions considérées comme fondamentales par nombre d’entre nous, sont mises en péril.

Continuer la lecture

Se déclarer en grève … auprès des étudiant∙es

Il y a des moments où l’inquiétude est telle que faire cours est impossible. C’était le cas au lendemain de la nuit noire au Sénat, du 28 au 29 octobre 2020. La préparation d’un enseignement méthodologique de M1 était impossible. Aussi ai-je décidé de me déclarer en grève — à moins que ma formation puisse organiser une autre date.Ce n’était pas à mon employeur qu’il me fallait me déclarer, mais bien à celles et ceux pour qui j’étais indéfectiblement engagée : mes étudiant·es.

#ResistESR

https://www.flickr.com/photos/jamesjardine/7979165037/in/photolist-da6iLZ-4vo1di-9EqBX3-9WnTG5-b8CdRx-n679tN-5Ffe-eRqoR-6Jgqgp-4Spi4-8qLq8D-78aqi1-a9pD7q-4SphS-5Wqa-GasYf-kNyj-3gay-FQFHjh-o9qrpR-wwoog5-7DuV-4ygpJ8-nAMvtF-2qq3Bt-6KqnRV-e4rdo6-QVekvR-wecKZu-21tR91-6rnXKo-hWbuo7-56kJu8-8SiX-cqJu-9kN91C-mGFFtL-5rzS-NC8EuN-5AGB-RbqJ9R-tJke-9ch6oJ-d9dY-4ZL5-Ma3rq3-5WmAeo-bBe73z-294NBiZ-bYa7fj

Crédit: James Jardine,2011

Continuer la lecture

Débrayer une heure, faire une Assemblée générale

Lorsqu’on est désemparé, comme nombre de collègues le sont depuis la traitrise de la Commission mixte paritaire du lundi 9 novembre dernier, il est bon de se poser et de réflechir. Plutôt que d’écumer les réseaux sociaux, ou lire de sombres « tribunes » émanant d’un pouvoir malsain, cela vaut la peine de proposer aux collègues de bonne volonté de se réunir et de discuter. Et, ainsi, plutôt que de perdre une journée de salaire, gagner du temps partagé pour la réflexion et pour l’action.

C’est ce qu’ont proposé les collègues de l’EHESS, réuni en intersyndicale. 

#ResistESR

Vieille Charité, Marseille, mai 2018


CGT-FSU-SUD EHESS
Débrayage et AG lundi 16 novembre 14h30-15h30 – Non à la LPR !

Chères et chers collègues, chères et chers étudiant.es,
L’intersyndicale de l’EHESS appelle l’ensemble de la communauté de l’établissement, personnels scientifiques, administratifs et techniques, étudiant.es, à se joindre à une assemblée générale en ligne ce lundi 16 novembre, de 14h30 à 15h30, à propos de la Loi de Programmation de la Recherche.
La LPR (ex-LPPR) arrive la semaine prochaine au terme de son parcours législatif. Si elle a perdu en chemin quelques uns de ses mensonges – son caractère « pluriannuel » lui ayant été retiré par le Conseil d’Etat car les promesses budgétaires qu’elle comprenait étaient sans fondement -, cette loi aux dispositions déjà désastreuses pour l’enseignement supérieur et la recherche s’est vue complétée par de nouvelles mesures délétères. Celles-ci rendent plus aiguë encore la dépossession imposée à la communauté universitaire au profit du pouvoir exécutif et de son excroissance évaluatrice, le HCERES, avec notamment la suppression de la qualification au CNU pour les concours MCF et la criminalisation de la contestation estudiantine sous couvert de protection de la tranquillité de nos débats.
Plusieurs collègues et étudiant.es ont exprimé le souhait d’organiser une réunion publique en ligne au sein de notre établissement. Nous invitons donc l’ensemble de la communauté universitaires de l’EHESS, enseignant.es-chercheur.es, personnels BIATSS, étudiant.es à débrayer une heure le lundi 16 novembre, de 14h30 à 15h30, pour se réunir en assemblée générale.

 

Lien : xxxx

En cas d’incident technique sur la plateforme BBB, très sollicitée depuis la rentrée, nous vous transmettrons un autre lien sur tlm.
Ordre du jour :
  • Point sur la LPR
  • Point rapide sur des questions connexes (l’ESR face à la répression et à l’autoritarisme, temps de travail à l’EHESS, télétravail, précarité étudiante), qui feront l’objet d’une heure d’information syndicale la semaine suivante.
  • Discussion
   À lundi !
L’intersyndicale de l’EHESS (CGT, FSU, Solidaires Etudiant-e-s, SUD)

L’universitaire et la sénatrice. Newsletter du 26 octobre au 8 novembre 2020

Madame la sénatrice,
chère Laure Darcos,

Vous ne me connaissez pas, moi à peine plus : d’ici quelques heures nos chemins se sépareront, à l’issue de la Commission mixte paritaire dans laquelle vous tiendrez la place éminente qui a été la vôtre au début du processus législatif — la Loi de programmation pour la recherche 2021-2030 et autres dispositions délétères — qui m’occupe depuis près d’un an, comme universitaire et comme fondatrice d’un blog, Academia.hypotheses.org qui en a documenté jusqu’en ses derniers rebondissements.

Nous sommes début novembre : il y a un an quasiment jour pour jour, Anas, étudiant en science politique de l’Université de Lyon-2 tentait de mettre fin à ses jours par le feu. Désespéré par les conditions de précarité dans lesquelles il vivait, ce jeune homme s’était engagé très tôt contre la précarisation générale qu’il voyait à l’université, et dont la fusion des universités et établissements stéphanoise et lyonnaises dans un Idex représentait un dernier avatar des évolutions délétères en cours. Par son geste — et sans en mesurer les conséquences — il a initié une série de mouvements, à commencer par la grève étudiante, puis celle des enseignant∙es et chercheur∙ses non titulaires dits « précaires », avant d’enclencher celle de toute l’Université au printemps contre la Loi que vous finaliserez peut-être peut-être cet après-midi.

Depuis le début de l’année, Academia publie quotidiennement des billets sur ce formidable mouvement. Au sein de la rédaction, je me suis donné le rôle de rédiger un éditorial hebdomadaire, dit « Newsletter », exercice consistant à établir la table des matières des billets publiés dans la semaine et depuis six mois, à en faire une chronique, la contrainte tenant à mettre en lien dans le texte la totalité des billets de la semaine. La Newsletter de cette semaine prendra un peu de liberté avec cette règle : le choc de la « nuit noire au Sénat » m’a empêchée de tenir la chronique de la semaine dernière — je me retrouve donc avec deux semaines de matière éditoriale, qui n’a cessé de croître à mesure que la fébrilité gagnait. Elle prend aussi une liberté formelle : je vous fais une lettre, à laquelle je pense depuis longtemps, et que vous lirez peut-être.

J’ai opté pour ce format, avant de me souvenir de l’analogie entre nos métiers et nos vocations respectives, esquissée par Max Weber dans Le savant et le politique. En raison du confinement, je n’ai eu accès qu’au pan récemment retraduit par Isabelle Kalinowski sous le titre La science, profession et vocation, (Marseille, Agone. 2005) — initialement prononcé comme une conférence à l’invitation de l’association libre des étudiants, en 1917, avant de donner son pendant « Le métier et la profession de politique » en 1919. Weber, à la culture immense — allant de l’économie et de l’histoire au droit, discipline dans laquelle il était habilité — était au sommet d’une carrière partagée entre enseignement, recherche, et recherche appliquée au service du gouvernement de l’Empire allemand. Pourtant, à quelques années de sa mort en 1920, il avait choisi de donner sa faveur à la démocratie. Dans La science, comme métier et profession, Weber dresse un portrait assez misérable de l’université allemande, notamment des contraintes qui pèsent sur le début de carrière académique, contraintes ou plutôt exploitation des Privatdozent. Lorsque j’avais lu ce texte avec mes étudiant∙es, j’avais été frappée par l’actualité de cette conférence à un siècle d’écart. Peut-être est-ce pour cela que j’ai voulu y revenir aujourd’hui en vous invitant, Madame la sénatrice, à me lire.

L’idée de m’adresser à vous m’est venue en écoutant les derniers moments de l’examen de la loi au Palais du Luxembourg. Vous vous étiez émue alors — je ne me souviens plus de vos mots exacts, et le temps manque pour les retrouver : c’était l’émotion d’une femme se défendant de soupçons de malhonnêteté au vu de l’énorme réaction suscitée par votre amendement 234 proposant d’encadrer les libertés académiques par les « valeurs de la République », indice a minima de votre engagement et du sentiment d’incompréhension, voire de trahison.

À l’occasion de la chronique de cette semaine, où nos vies se sont entremêlées, je tenterais une description de ce qui fait mon métier et ma vocation aujourd’hui. Peut-être y verrez-vous comme moi des proximités avec celui de sénatrice.

Intégrité

Commençons par les présentations.

Vous êtes élue sénatrice, sous la bannière Les Républicains (LR), en 2017 : auparavant, après des études d’histoire et d’histoire de l’art, vous avez navigué entre le monde politique, comme assistante de François Bayrou puis de Xavier Darcos, et celui de l’édition. Pour ma part, je suis maîtresse de conférences en sciences sociales depuis 2013, après des études, l’agrégation et un doctorat en histoire, et un parcours professionnel entre Paris, Tours, Angers, et Londres, entre l’université et un musée de sciences. En raison de mon objet d’études — L’économie politique de la médecine et de la chirurgie à l’époque moderne — et aussi par affinité professionnelle, je me suis spécialisée en « épistémologie, histoire des sciences, de la médecine et des techniques », pour reprendre le titre de la section du Conseil national des universités à laquelle j’ai choisi d’appartenir lorsque je suis devenue titulaire — section du CNU où je suis membre nommée depuis tout juste un an.

Autumn Colour, October 2015Thornes Park and Nostell Priory (National Trust), Wakefield, by Clive, October 2015

Continuer la lecture

« On vit mieux en luttant qu’en se résignant ». Éric Fassin sur Mediapart

Hebdo #91: être debout avec… Éric Fassin !

(c) Institut français à Izmir

Le monde est sens dessus dessous, au bord de l’abîme, nous ne pouvons pas nous permettre de nous réfugier dans nos jardins secrets. L’heure est à la résistance, sur tous les fronts, et en premier lieu sur le terrain de la démocratie, car s’il bascule dans la barbarie et la guerre civile, nous serons tous responsables d’avoir laissé la terreur et la peur nous gouverner, ou tout simplement d’avoir détourné le regard.

Dimanche dernier, un de nos contributeurs réguliers, le sociologue Eric Fassin, publiait un billet de blog inquiétant (à lire ici) sur les menaces dont il fait l’objet sur Twitter de la part de la mouvance néonazie. « Je suis professeur. Le 16 octobre, un professeur est décapité. Le lendemain, je reçois cette menace sur Twitter : “Je vous ai mis sur ma liste des connards à décapiter pour le jour où ça pétera. Cette liste est longue mais patience : vous y passerez“ ». Loin de vouloir faire de lui une victime, il explique alors comment l’offensive contre les musulmans, en réaction aux attaques terroristes, prolongée par les accusations folles contre la pensée critique, taxée d’ « islamo-gauchisme », a donné un blanc-seing aux offenses d’extrême droite et ouvert une brèche à la remise en cause des libertés académiques.

Extraits                                                               Lire l’entretien complet sur Mediapart

  • Désolée pour cette question triviale, comment allez-vous ? Les menaces ont-elles cessé ? Les avez-vous signalées à Pharos ? Et de manière générale, êtes-vous inquiet pour votre sécurité ?

Qui peut aller très bien dans un monde qui va mal ? Mais je ne suis pas à plaindre, j’en ai bien conscience. Les insultes continuent ; pour l’instant les menaces, sont moins ouvertes. Je les signale désormais. La police, qui a recueilli ma plainte, prend au sérieux le risque d’un terrorisme d’extrême droite. Mais il ne s’agit pas seulement de moi. J’ai voulu parler à la première personne du singulier d’une situation qu’il faut penser à la première personne du pluriel : « nous ».

Continuer la lecture

7 novembre 2020. Victoire de Kamala Harris et de Joe Biden à la Maison Blanche (et Bernie Sanders au Sénat)

Remember the long path…

Marche des femmes, Paris, 21 janvier 2017 – Photos : Serge d’Ignazio

1. Gloria Steinem, Women’s March 2017, Washington DC

Continuer la lecture

Travail d’archives (4). Le vote fier ou honteux ?

La fabrique de la loi #61

← Article précédent

Article suivant­ →

Dans la vie d’une historienne, il est des archives quasi inutilisables : absentes — comme l’est souvent la correspondance passive rarement conservées — ou tellement détérioriées qu’elles en sont indéchiffrables. Pourtant, celleux que Marc Bloch qualifiait d’« ogres » les transforment en condiments insoupçonnés de la réflexion historique.
Ce qui est vrai pour les liasses de papier conservées aux Archives nationales vaut aussi pour les médias électroniques. Démonstration
IMPORTANT UPDATE. Plusieurs correspondantes et correspondants m’invitent à corriger ce billet après l’heure de sa parution. Comme ces corrections infléchissent nettement le sens de certains passages, j’apporte des corrections directement dans le texte, en violet.

[D] – Diapasón de mi guitarra, ¿qué más puedo decir? (c)Maw Cerón Medina, 2011

Alors que le vote de la loi est acquis, l’assistant·e parlementaire de Laurent Lafon, président de la Commission de la Culture, de l’Éducation et de la Commission s’empresse de publier un fil Twitter, au ton assuré, qui vise à souligner les principales « avancées » apportées par le passage dans l’hémicycle de la Haute Chambre. Utilisant quotidiennement Twitter comme un outil d’information, de partage et de commentaire, et suivant Laurent Lafon depuis son élection à la présidence de la Commission, je suis vue immédiatement informée de sa parution

Ce commentaire, émanant d’un acteur majeur de l’élaboration de la loi, a suscité aussitôt des interrogations, une certaine rage, et le besoin de rectifier certains préjugés patents dans le fil, ce que j’ai fait sous la forme de retweet commentés. Le lendemain, les messages du compte @L_Lafon étaient supprimés, sans explication. Ils n’étaient plus sur Twitter, mais je continuais à les « voir » au travers de mes commentaires qui, eux, restaient et restent encore. Trente-six heures plus tard, il n’en reste plus grand chose, sinon qu’ils ont bien existés — et que Laurent Lafont les a supprimés.
Je trouve intéressant de publier à présent ces commentaires — et le grand « blanc » que représentent ces messages opportunément effacés — par lesquels un sénateur, qui joua un rôle central dans la discussion au Sénat de la loi de programmation de la recherche  2021-2030 (LPR), se vantait de toutes les avancées de cette loi, avant, finalement, de tout supprimer. Comme honteux de ce qu’il venait, dans son incompétence, d’accomplir sans le savoir. Ou, au contraire, par la soudaine prise de conscience que l’opposition avait la capacité de nuire à sa personne, en le sachant trop bien.

Continuer la lecture

LPR, universités et démocratie. Un entretien avec la revue Regards

Entretien par Pablo Pillaud-Vivien | 30 octobre 2020

« La loi Recherche donne à voir une démocratie en piteux état »

Lien vers la revue

La loi de programmation pluriannuelle de la recherche effectue sa première navette parlementaire. Elle vient d’être « débattue » au Sénat. On en parle avec le chercheur en sciences politiques au CNRS Samuel Hayat et la maîtresse de conférences en histoire des sciences et de la médecine à l’EHESS et animatrice d’academia.hypotheses.org Christelle Rabier, tous les deux membres du collectif Facs et labos en lutte.

Commentaire de Christelle Rabier : après réécoute, je suis vraiment heureuse de cet entretien avec Pablo Plillaud-Vivien et Samuel Hayat, qui fait, en quelque sorte, un bilan de la lutte que nous venons de vivre. Nous partions de très loin ; la déliquescence de l’ESR était déjà très engagée. La conclusion à laquelle je crois que nous sommes parvenu·es est que nous avons commencé à reconquérir un espace de délibération et d’action collective, mouvement qui ne s’arrêtera plus. Quelque soit l’issue de la Commission mixte paritaire, d’une loi qui n’est déjà plus appliquée, au vu du Projet de loi de finances 2021, nous avons retrouvé l’Université.

#FreeKylie – Où est Kylie ? – 30 octobre

Kylie Moore Gilbert avait disparu pendant 6 jours. Elle vient de revenir à Téhéran – mais reste emprisonnée #FreeKylie

Pour signer la pétition demandant sa libération →

 

[LPPR] Le sénat restreint les libertés académiques et pénalise l’opposition à un débat dans les universités

Dans l’ambiance actuelle où le Ministre de l’Éducation Nationale, Jean-Michel Blanquer, accuse certains universitaires d’islamogauchisme et alors que la loi Recherche a commencé à être débattue en séance publique au sénat ce mercredi, les sénateurs et sénatrices ont adoptés deux amendements touchant la liberté d’expression au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Un respect flou des « valeurs de la République » de restriction de la liberté académique

L’amendement de Laure Darcos, sénatrice LR, modifie la liberté d’expression des enseignant·e·s-chercheur·euse·s, des chercheur·euse·s et des enseignant·e·s. Jusqu’ici le code de l’éducation protégeait cette liberté de façon « entière » :

Les enseignants-chercheurs, les enseignants et les chercheurs jouissent d’une pleine indépendance et d’une entière liberté d’expression dans l’exercice de leurs fonctions d’enseignement et de leurs activités de recherche, sous les réserves que leur imposent, conformément aux traditions universitaires et aux dispositions du présent code, les principes de tolérance et d’objectivité.

Lire la suite →

Game over. Newsletter du 19 au 25 octobre 2020

Nous y sommes.

La fin de la récré a sonné.

Voilà des mois que nous, étudiant∙es, universitaires, BIATSS, chercheurs,  encaissons des initiatives, des dispositions législatives, des circulaires, des discours : loi Ore, Parcoursup, 25 milliards, l’absurdité du temps de recherche passé à chercher de l’argent pour mener ses recherches jusqu’au scandaleux récent appel à projet dit  réhabilitation des bâtiments universitaires.

N’en jetez plus.

Voilà plus de dix mois qu’Academia s’est déclarée « en grève », assure une veille de l’actualité de plus en plus insupportable, propose des analyses, et s’échappe de l’enfer grâce à sa AcademiaStrikePlaylist et à l’humour de Fred Sochard, de Dr Animula, des collègues et de sa rédaction.

Il est vrai que, quelquefois il n’y a plus que l’humour devant la malignité et la bêtise.

La semaine qui vient de s’écouler a jeté une lumière parfaitement crue sur l’isolement du gouvernement et sur ses ultimes manœuvres tentées pour conserver le pouvoir. Décryptage

https://www.flickr.com/photos/92324836@N00/172116351/in/photolist-gd9ci-ftV1P5-ir3Rv-ajsW9W-irYJk8-9evn4A-eyKHca-yYucP4-ieAEuN-6t9Wbi-ukSm7-7dBTbr-9f3L2n-21NWh-85EF6a-2zyA-5tfkin-6WrXvt-9ekLU5-dXZ3S-4P8oGy-cCSWmh-e5b4xn-5kJjxx-9f3LcR-bDHqgJ-7DyMQk-dbiwTi-MLw1E-9z5euW-9uqDnN-iDqXwj-esywHY-6b4EuY-4rZ8MT-6UTB9n-wYNsNW-2gkhkEn-5X5GSf-6wGrcB-uU5FE-eKtQU-4sHr2v-6rYJYU-8SziVf-8LGCeS-CuRis-KunoUP-y9j3B-4k8CMB

Game over. An interior of the great bonnaroo classic video arcade
© Jumpy_Sicilian, 2006

Continuer la lecture

THE protocole de soin par vent mauvais, par Marie DaSylva

Aux concerné·es

  • D’après @napilicaio, 19 octobre 2020 – avec sa permission

1. Limitez/ coupez les médias
Les discours racistes et islamophobes ne sont pas une information , ils sont anxiogènes. Le but : vous faire inérioriser le fait que vous devez prouver que vous n’êtes pas des éléments criminogènes.

2. Pas de réseaux sociaux en se levant ni au coucher

3. Votre entourage
Parfois il faudra dire : Venez on parle d’autres choses un peu !

4. Au taf :
Ne rentrez même pas dans cette discussion par pitié.
Vous ne serez pas gagnants car soit vous vous justifierez soit vous serez coupable de nuancer donc PAS DE CONVO AU TAF, de vague discussion sur le sujet.
Technique : ayez toujours votre téléphone sous la main, pour qu’une conversation urgente puisse venir vous délivrer de l’enfer.

5. Créez des groupes de paroles non mixtes encadrés
L’idée est évidemment d’y lâcher tout ce qui vous pèse, mais aussi de partager vos ressources de survie.

Kapwani Kiwanga, Flowers for Africa Nigeria © ADAGP/Kapwani Kiwanga/Courtesy Galerie Jérôme Poggi. Photo Nicolas Brasseur – K. Kiwanga vient d’être honorée du prix Marcel Duchamp 2020

6. S‘organiser politiquement
Bien évidemment, s’organiser politiquement
sera plus que nécessaire. Il faut répondre à l’injonction de se désolidariser par de l’organisation autonome et politique, sans vous sentir tenu·e par des façons de poser les problèmes qui vous sont étrangères. Ne vous sentez pas concerné·es, mais agissez selon ce qu’il vous semble juste et pertinent.
C
‘est ça, réaffirmer son humanité.

5. N’hésitez pas à compléter ce fil avec vos méthodes de survie contre l’islamophobie. Vous êtes la ressource.

6. Appliquer sans faillir le principe des 300 secondes

Alors les 300 secondes : c’est un « crédit oppression » qui dure 24 h et qui est spécialement fait pour celles et ceux qui n’arrivent pas à gérer l’injonction de pédagogie des Dominants.

Vous avez 300 secondes DANS LA JOURNÉE pour parer aux interactions racistes, sexistes, validistes.

Vous n’avez pas le droit d’utiliser ses 300 secondes en une fois.

Votre temps est limité. Au lieu de faire des exposés en espérant en vain que Jean Mi comprenne, vous allez le tacler pour qu’il ne recommence pas… De toute façon, soit il veut comprendre – et ce serait déjà fait – soit cela ne l’

Le but vous l’avez compris est de limiter de manière drastique le cout émotionnel lié à l’injonction de pédagogie.