Vice de forme (IV): harcèlement à l’Université et compétence en matière disciplinaire

Après les décisions de l’année passée, le CNESER nous apporte au Bulletin officiel du 19 juillet 2018 son lot d’excellentes nouvelles : le droit de victimes de sanctions disciplinaires pour harcèlement moral et sexuel est sauf.

En effet, toutes les sanctions prises à l’encontre des personnes reconnues coupables de harcèlement moral ou sexuel en première instance obtiennent un « sursis à exécution » qui empêche la peine prononcée par la commission disciplinaire, peine quelquefois lourde, d’être appliquée.

Cela pose un sérieux problème : celui de la compétence des équipes universitaires chargées des procédures, qui conduisent ces dernières avec une certaine légèreté, voire commettent des fautes grossières.

Cela ne peut durer. Alors qu’il est si difficile d’obtenir une sanction disciplinaire au sein de l’Université – en raison de l’auto-censure des victimes, et de la difficulté à établir des faits – il est indispensable que les sanctions prises soient exemplaires et ne puissent faire l’objet d’aucune discussion en appel. C’est à ce prix que les sanctions, pénalisant les coupables, auront un effet véritablement dissuasif.

À quand la formation des équipes universitaires pour une meilleure protection des victimes étudiantes et enseignantes ?

Que fait le Ministère?

 

Affaire Première : Aix-Marseille Université – Harcèlement moral à l’encontre de collègues par une professeure d’université

Lire la suite

Toute honte bue (II): CDD de MCF pour 800€/mois

Après la thèse subventionnée à 700€/mois, à quoi doit-on s’attendre à l’Université? On peut en avoir une idée lorsqu’on lit les annonces d’emploi.
Il existe une  offre d’emploi pour un CDD au sein de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.
192 heures, donc l’équivalent d’heures d’enseignemnts d’un-e maître-sse de conférences, qui a en outre des fonctions de recherche, à l’activité moins mesurable.
Sur le site, les rémunérations sont indiquées de la sorte :
  • Bac+3 : net mensuel d’environ 1420€
  • Bac+5 : net mensuel environ 1620€
  • Bac+8 : net mensuel environ 1640€
Selon l’expérience des collègues palois, ce type de contrat n’intègre que les heures d’enseignement (192h), et non la recherche, d’où le CDD à 50%. Les 1640€ sont donc divisés par deux. Le salaire net mensuel est alors de 820€ par mois. Ces conrats existent ainsi pour remplacer des postes gelés.
Un collègue, docteur, ayant exprimé sa lassitude d’être remunéré très en retard pour des vacations qu’il assure depuis plusieurs années, s’est vu offrir ce pis-aller. Qu’il a joyeusement accepté comme une perspective d’amélioration du quotidien.
820€/mois, pour des enseignements à temps complets de L3, M1 et M2, par une personne diplômée au grade de doctorat : où va l’Université française?

Toute honte bue: la thèse *subventionnée* à 700€/ mois

Il arrive quelque fois sur les réseaux sociaux des inquiétudes légitimes par rapport aux financements accessibles aux étudiant-e-s : tel « stage » payé 400€ par mois qui demande les compétences et le travail d’un-e Master.

Il existe désormais la thèse subventionnée, celle qui jette quelques miettes, sans contrat de travail, ni protections et charges sociales, pour un emploi qui suppose un bac +5 et exige trois ans de travail, le tout à 8400€/an, soit 1/3 du coût du contrat doctoral, qui inclut un salaire et des cotisations patronales.

 

L’Université doit-elle accepter cela?

Information disponible sur Fabula.org.

Proposition de thèse subventionnée : Cartographie du Web littéraire francophone : Afrique et Caraïbes

 

PRESENTATION

L’équipe MARGE (E.A. 3712) de l’université Jean Moulin-Lyon 3 propose à un.e étudiant.e titulaire d’un Master 2 de Lettres, un doctorat sur le thème : « Cartographie dynamique du web littéraire francophone : Afrique et Caraïbes  ».

Dans le cadre d’un programme de recherches destiné à identifier, dans l’ensemble des aires francophones, les productions littéraires nativement numériques (blogs, sites, réseaux sociaux), le doctorant/la doctorante sera chargé.e plus particulièrement d’explorer les réalisations de ce type dans les pays francophones.

Il s’agira d’identifier les acteurs du web littéraire, d’étudier la poétique de ces productions, ainsi que les dynamiques de réseaux, qui redessinent actuellement une francophonie décentrée.

Le doctorant/la doctorante aura une solide formation littéraire, et éventuellement en Humanités numériques. Il/elle sera également amené.e à maîtriser des outils de moissonnage et d’indexation des corpus, qui pourront si besoin faire l’objet d’une formation spécifique en cours de doctorat.

Lire la suite

Dans le Canard: une élection problématique de professeur à Paris-IV

Citation

Le Canard enchaîné a publié, dans son édition du 20 juin 2018, un commentaire acidulé sur une élection contestée de professeur à Paris-IV (Sorbonne Université). Dans cette élection, c’est la relative compétence des candidats (4 hommes retenus à l’audition, dont un maître de conférences habilité,  sur 7 dossiers reçus), qui est discuté, comme les éventuels conflits d’intérêt posés par la composition du comité de sélection. Nous en retranscrivons le texte ici Nous postons ci-dessous un cliché de l’article et reprenons les éléments du Wiki Suivi des recrutements en histoire de l’Association français d’histoire économique.

Drôle de sélection à la Sorbonne

Tandis que les grandes universités occidentales se battent (façon mercato) pour attirer les enseignants le plus réputés, Sorbonne Université (Paris-IV alliée à Paris-VI) vient, à l’inverse, de s’attirer de sérieux soupçons de favoritisme.

Souhaitant recruter un historien de l’économie au – prestigieux – poste de professeur, la fac parisienne a choisi le candidat le moins diplômé et le moins coté dans le domaine de la recherche ! Sidérés, deux enseignants ont écrit, le 1e mai, pour comparer, chiffres à l’appui, les mérites des deux « finalistes ».

Lire la suite

Bourse CIFRE: une solution pour le financement doctoral en SHS?

Citation

Alors que les étudiants et étudiantes rendent leur Master, ceux ou celles qui recherchent des financements oublient souvent le dispositif CIFRE((Convention Industrielle pour la Formation par la REcherche) – peu accessible selon les disciplines. Toutefois, deux publications récentes proposent un retour d’expérience :

Tous et toutes soulignent la nécssité d’adaptation – mais invitent à explorer cette possibilité.

Sur la toile : sanction pour harcèlement sexuel d’une doctorante

Citation

Communiqué de Clashes du 12 juin 2018

Lutte contre le harcèlement sexuel à l’Université: une sanction qui doit en appeler d’autres

Le CLASCHES (Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur) se félicite d’une récente décision de la section disciplinaire de l’université Lumière Lyon 2. Dans sa décision du 9 avril 2018 (ci-jointe), celle-ci a en effet reconnu le harcèlement sexuel et l’emprise exercés par un professeur sur une doctorante sous sa direction et a prononcé à son encontre 12 mois d’interdiction d’exercer toute fonction d’enseignement et de recherche, avec privation de la totalité du salaire. Cette décision est exemplaire à plusieurs égards.

D’abord, sur la forme, l’enquête disciplinaire et la décision font preuve d’une rigueur, notamment juridique, encore trop rare.

Ensuite, la section disciplinaire s’est appuyée sur le témoignage de la victime et 3 enregistrements, par la victime, de conversations téléphoniques, pour constater que « les faits rapportés concordent ». Attentive au respect du droit et de la réglementation, la décision motive solidement la validité juridique de la prise en compte des enregistrements. Elle rappelle ainsi que, contrairement à ce que l’on objecte trop souvent aux victimes, « des preuves existent ».

En outre, la décision met en évidence que le harcèlement sexuel s’est produit dans une configuration d’abus de pouvoir plus large de la part du directeur de thèse.

Enfin, il faut saluer la sévérité de la sanction prise, inédite pour des sections disciplinaires très souvent enclines à se contenter de « sanctions » symboliques en matière de violences sexuelles.

Si cette décision est exemplaire, c’est donc surtout en comparaison des nombreux dysfonctionnements qui caractérisent généralement les procédures disciplinaires. Elle ne doit donc pas conduire à penser que « tout est réglé » en matière de lutte contre les violences sexuelles dans l’enseignement supérieur. Au contraire, elle doit être le début d’une prise de conscience collective : il n’est plus acceptable que des auteurs de violences sexuelles demeurent impunis dans l’enseignement supérieur et la recherche !

Nous tenons enfin à saluer le courage de la victime et le soutien de certain.e.s de ses collègues et à rappeler qu’étudiant.e.s, doctorant.e.s, personnels précaires et, a fortiori, titulaires, doivent se mobiliser pour faire cesser les violences sexuelles dans l’ESR.

clasches.fr // clasches@gmail.com

Assemblée nationale: Rapport d’information sur les femmes et les sciences

Le rapport d’information des député-e-s Céline Calvez et Stéphane Viry vient d’être publié: luttons contre les stéréotypes, ne mesuronspas le rattrapage salarial à réaliser.

 

Lien: Rapport d’information n°1016 fait au nom de la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, sur les femmes et les sciences, par les députés Céline Calvez et Stéphane Viry, 31 mai 2018.

In memoriam Fallou Sene : grèves étudiantes au Sénégal

http://afriquemidi.com/2018/05/18/emouvante-lettre-posthume-de-fallou-sene-par-le-collectif-des-etudiants-de-lugb/

Le 16 mai 2018, les universités sénégalaises s’embrasaient : en cause, la mort de Mouhamadou Fallou Séne, étudiant en deuxième année de français à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal) le mardi 15 mai.Revendiquant le versement et l’augmentation des bourses d’études, les manifestations ont occasionné des violences policières et mort d’un étudiant. Aussitôt les enseignants du supérieur se mettaient en grève pour 48h, en solidarité avec les étudiants.

Aujourd’hui les étudiants suspendent leur mouvement jusqu’au 1e juillet, mettant au défi le gouvernement de Macky Sall de mener à bien les promesses. D’ores et déjà les bourses de juin ont été versées. Reste à établir les responsabilités dans la mort de Fallou Séne.

Lire la suite

Un.e enseignant.e = une voix

Citation

© AFP

Republication d’une motion des enseignant.e.s-chercheurs contractuel.le.s, en espérant faire écho plus sytématique du mouvement de protestation des agents contractuels enseignants-chercheurs, hommes et femmes, qui ne sont rémunéré.e.s qu’après de longs mois d’attente, quand ils ou elles le sont.

Motion des enseignant.e.s précaires du Département d’histoire de Paris-Nanterre

Un.e enseignant.e = Une voix.

Nous, enseignant.e.s précaires du département d’histoire de l’Université de Paris-Nanterre tenons, par la présente, à manifester notre incompréhension et notre désaccord face à la décision prise par le département de nous écarter du vote sur les modalités d’application de la réforme dite de Parcoursup.
Sans le vote des enseignants précaires, ce vote est biaisé et ne peut espérer représenter la position de la  majeurepartie des personnels du département d’histoire. En effet, nous représentons entre le quart et la mo itié de l’effectif enseignant du département. Certes, contrairement à nos collègues titulaires, nous n’assurons ni laresponsabilité administrative de la mise en oeuvre de la réforme Parcoursup, ni la charge de sa  réalisation pratique. Nous n’en serons pas moins bel et bien en première ligne face aux nouveaux entrants à l’université, puisque nous prenons en charge les séances de TD de Licence 1, et plus généralement du cycle Licence. C’est souvent à nous qu’il reviendra de gérer, au quotidien, les groupes et les problématiques concrètes qui se poseront dans les salles à la rentrée prochaine.
Nous sommes donc concerné.e.s au premier chef par la mise en oeuvre de cette réforme et les effets qu’elle ne manquerait pas d’avoir si elle était appliquée à Paris-Nanterre. Même si nous sommes engagés de manière contractuelle et temporaire, nous sommes pleinement partie prenante d’un travail pédagogique qui, dans le cadre de la licence, est essentiellement un travail d’équipe.

Lire la suite

Le corps de MCF contractuels : vous connaissiez?

Une annonce récente de l’Université de Strasbourg propose un poste de maître.sse de conférences contractuel, pour 3 ans renouvelable. La fiche de poste souligne les qualités du ou de la candidat.e : un doctorat en droit, 5 ans d’expérience professionnelle, enseignement en langue anglaise, une spécialité en « spécialisé en droit européen et international de la propriété intellectuelle, droit des brevets, droit du contentieux et mise en œuvre des droits de propriété intellectuelle ». Ses missions : « Coordination d’appels à projets nationaux, européens et internationaux », mais surtout « Responsabilité pédagogique de formation ».

Tout est légal, à ceci près que la loi désigne ce type de poste sous le titre d' »agent contractuel ». Merci la LRU !

Il reste à savoir si la responsabilité d’un diplôme peut être du ressort d’un agent contractuel de l’Université. Et s’il existe quoi que ce soit sous le nom de « corps de maîtres de conférences contractuels ».

Lire la suite

Un tout petit monde: état des lieux de l’emploi universitaire par Guillaume Miquelard-Garnier

Citation

«  Je vais entamer ici un cycle de billets faisant un petit état des lieux de l’Université, notamment en ce qui concerne les populations (étudiants et enseignants) et leur évolution temporelle. […] Ces billets sont le fruit d’un travail fastidieux (et chronophage) de données compilées à partir des rapports annuels RERS dont on peut trouver, en cherchant bien, des éditions remontant jusqu’à 2000 ».

Ratio enseignants (en équivalent temps plein)/ étudiants. Source: G. Miquelard, Etat des lieux de l’Université (2) – http://blog.educpros.fr/guillaume-miquelard-et-paul-francois/2018/04/06/etat-des-lieux-de-luniversite-2/

 

Guillaume Miquelard-Garnier, après une première étude établissant la méthode, vient de livrer son 2e billet sur le ratio enseignant.e.s-étudiant.e.s sur la période courant de 2001 à 2017. Il s’interroge notamment sur les fortes disparités entre grandes disciplines et s’efforce d’expliquer l’inflation néanmoins perçue des heures d’enseignement, là où le nombre d’étudiants pour enseignants n’a que peu évolué.

Lire la suite

Un point de vue d’Outre-Manche sur la grève dans les universités

Par Yaël Kreplak

Depuis le 22 février, un mouvement de grève est en cours dans les universités britanniques, à l’initiative de l’University and College Union. Cette grève est une réaction à la réforme du système des retraites des employés de l’UUK (Universities UK), qui transformerait un régime de prestations définies (defined benefit scheme) – où le revenu est calculé en fonction de l’ancienneté et de l’échelle de salaire – en un régime à cotisations définies (defined contribution scheme) – où la gestion des fonds de retraite sera confiée à un organisme gestionnaire, et où le montant sera calculé en fonction des performances du marché,  sans aucune garantie.

Sur le site Brave New Europe, dédié à l’analyse critique du néo-libéralisme en Europe, Michael Mair, Senior Lecturer en sociologie à l’Université de Liverpool, suit la grève et en rapporte les évolutions, à travers une série de billets que l’on peut consulter ici :

Lire la suite

Turquie : appel pour la liberté des universitaires

Citation

A man passes next to the main gate of Istanbul University in the district of Beyazit on February 24, 2017 in Istanbul. / AFP PHOTO / OZAN KOSE

Voici l’appel des universitaires de France publié sur le site de Libération le 5 décembre 2017 et dans le quotidien daté du 6 décembre.

Pour signer cet appel (prénom, nom, discipline ou spécialité, institution universitaire) : appeluniversitairesturquie2017ATgmail.com

Les premiers procès de 150 enseignants et chercheurs, accusés de propagande par le gouvernement Erdogan, ont commencé mardi 5 décembre 2017.

Ces collègues hommes et femmes, de toutes disciplines et de toutes générations, sont poursuivis pour les mêmes motifs : leur adhésion à la pétition des «Universitaires pour la paix», s’alarmant du sort des populations civiles kurdes prises en otages par la guerre entre le PKK et les forces de sécurité de l’Etat, signée par 1128 d’entre eux dès le 11 janvier 2016 (et par plus de 1 000 universitaires encore la semaine suivante). Très vite, le pouvoir en la personne même du président de la République, Recep Tayyip Erdogan, cible les signataires accusés d’être de «pseudo-intellectuels», une «foule informe», des «traîtres à la nation», des «forces occultes» qui se permettent de critiquer l’Etat turc et qui sont donc «des terroristes». Le mot est lancé, les articles du code pénal sont là pour engager des poursuites contre les signataires, victimes en parallèle de mesures de rétorsion administrative, licenciements de leur université, mises à l’écart définitives de l’enseignement conduisant certains au suicide (Mehmet Fatih Tras) et aux grèves de la faim (Semih Ozakça et Nuriye Gülmen).

La répression consécutive à la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016 qui s’abat bien au-delà des responsables directs vise particulièrement les universitaires coupables de vouloir maintenir la liberté de pensée, de recherche et d’enseignement indispensable à une vie démocratique et à laquelle, en Turquie particulièrement, nombreux ont été celles et ceux à sacrifier leur carrière et même leur vie.

Aujourd’hui, les «Universitaires pour la paix», qui n’ont fait qu’exercer leur métier et les valeurs qui s’y attachent, sont traduits en justice dans des procès séparés pour déjouer la solidarité des signataires et intimider la société déjà assommée par la politique répressive du régime d’Erdogan. Ces universitaires sont accusés de propagande en faveur du PKK, considéré comme une organisation terroriste, et d’atteinte à l’image de la Turquie à l’étranger : un crime passible de sept années et demie d’emprisonnement.

Les soussignés, chercheurs et enseignants des établissements français de l’enseignement supérieur et de la recherche, entendent dénoncer la caricature de justice mise en œuvre par le régime d’Erdogan. Après la mise au pas de la presse qui a jeté en prison 160 journalistes et près de 500 avocats, phénomène unique parmi les grands pays se réclamant aujourd’hui de l’Etat de droit et de la démocratie parlementaire, après la répression implacable contre le parti d’opposition HDP, dont les principaux dirigeants et cadres sont détenus, après l’arrestation de figures éminentes de la société civile engagées pour la paix, dont Osman Kavala, les soussignés condamnent les violations multiples des libertés universitaires en Turquie qui visent à briser toute autonomie intellectuelle chez celles et ceux qui contribuent au savoir et à la capacité de jugement de la société. Les universitaires français sont nombreux à manifester leur vigilance sur la question de la liberté de pensée, de recherche et d’enseignement depuis le tournant liberticide de la Turquie que plusieurs des signataires avaient dénoncé dès 2011. Ils saluent par cet appel le courage de leurs collègues de Turquie qui sont aujourd’hui, dans leur résistance aux violences d’un pouvoir oppressif, l’honneur de notre métier et l’honneur de la Turquie.

L’appel est aussi publié sur le site du Groupe international de travail (GIT) «Liberté de recherche et d’enseignement en Turquie» et sur le site de Solidarité avec les Universitaires pour la paix et défense des droits humains en Turquie.

  • Parmi les signataires :

Michel Agier anthropologue (EHESS) Tuna Altinel mathématicien (université Lyon-I) Stéphane Audoin-Rouzeau historien (EHESS) Igor Babou sémioticien (université Paris-Diderot) Annette Becker historienne (université de Paris-Nanterre) Alain Blum démographe (EHESS) Luc Boltanski sociologue (EHESS) Patrick Boucheron historien (Collège de France) Olivier Bouquet historien (université Paris-Diderot) Hamit Bozarslan historien (EHESS) Edouard Brézin physicien (ENS) Michel Broué mathématicien (université de Paris-Diderot) André Burguière historien (EHESS, LDH) Alain Caillé sociologue (université Paris-Nanterre) Claude Calame historien (EHESS) Pierre Cartier mathématicien (université Paris-Diderot, IHES) Christophe Charle historien (université Paris-I-Panthéon-Sorbonne) Yves Déloye politiste (Sciences-Po Bordeaux) Sophie Desrosiers anthropologue (EHESS) Vincent Duclerthistorien (EHESS, Sciences-Po) Selim Eskiizmirliler neuroscientiste (université Paris-Diderot) Eric Fassin sociologue (université Paris-VIII) Kristian Feigelson sociologue (université Sorbonne nouvelle) Bastien François constitutionnaliste (université Paris-I-Panthéon-Sorbonne) ; Diana Gonzalez sociologue (Sciences-Po) Ahmet Inseléconomiste (université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne) Raymond Kévorkian historien (université Paris-VIII) Christiane Klapisch historienne (EHESS) Pascale Laborier politiste (université Paris-Nanterre) Rose-Marie Lagrave sociologue (EHESS) Nicole Lapierre sociologue (CNRS-EHESS) Frédéric Le Blay littéraire (université de Nantes) Emmanuelle Loyer historienne (Sciences-Po) Catherine Mayeur-Jaouen historienne (université Paris-Sorbonne) Pierre-Michel Menger sociologue (EHESS, Collège de France) Edgar Morin sociologue (CNRS Paris) Claire Mouradian historienne (CNRS) Véronique Nahoum-Grappe sociologue (EHESS) Thomas Piketty économiste (EHESS) Emmanuel Terray anthropologue (EHESS) Irène Théry sociologue (EHESS) Stéphane Tirard historien des sciences (université de Nantes) Lucette Valensihistorienne (EHESS) Sophie Wauquier linguiste (université Paris-VIII)…

Ailleurs dans la presse:

 

Vice de forme (III)? Le CNESER et la sanction disciplinaire des faits de harcèlement sexuel et moral

Après les décisions du printemps (ici et ), nous apprenons de nouvelles décisions du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche statuant en matière disciplinaire et parues au Bulletin officiel du 9 novembre 2017.De façon intéressante, une décision confirme les sanctions prononcées en première instance pour des faits de harcèlement sexuel, soit une interdiction d’exercer toutes fonctions d’enseignement et de recherche dans l’établissement pour une durée d’un an, assortie de la privation de la totalité du traitement (14 juin 2013, MCF, Université de Lille 2), pour des faits d’attouchements sur une étudiante de licence.

Lire la suite

Sur la toile – Le coût humain de la recherche postdoctorale

Citation

Les chercheurs post-doctoraux échappent pour l’essentiel aux études de risques psycho-sociaux. Une étude commandée par la Royal Society et le Wellcome Trust demande que ces risques soient mieux évalués. The Guardian en propose une analyse éclairante du problème, à partir de l’hommage rendu par Oliver Rosten à son ami Francis Dolan dans un article de physique.