A propos Christelle Rabier

maîtresse de conférences, EHESS. Formée à l'histoire des sciences et de la médecine, s'intéresse depuis plusieurs années à l'histoire politique et matérielle des sciences humaines et sociales

Au soldat du déni Frédérique Vidal, la patrie résistante

Publié originellement sur Le Club de Mediapart, 23 février 2021

« Une diversion et un ballon d’essai » : c’est ce que j’ai répondu à la journaliste du Monde quand elle m’a demandé, mardi 16 février 2021, mon avis sur le commentaire de Frédérique Vidal sur CNews, repéré par Martin Clavey (The Sound of Science). J’ai aussi précisé que je n’avais pas écouté son discours. Que je ne pouvais plus lire, ni écouter Frédérique Vidal, ma ministre de tutelle depuis plus de trois mois — car il en allait de ma santé mentale.

Mais il en va désormais de la sécurité de toute une profession.

Mon métier d’historienne des sciences étant d’analyser des controverses, prenons le temps d’y réfléchir, à l’aune d’une connaissance approfondie acquise par la chronique quotidienne d’une grève universitaire sur Academia et commençons par rappeler que l’Assemblée nationale vient d’adopter, en première lecture, un des projets de loi les plus racistes portés par un gouvernement depuis Vichy ; et un autre projet de loi « Sécurité globale » qui constitue, par ses termes, une atteinte majeure aux libertés publiques.

Faire diversion

Une diversion d’abord, bien réussie. Quelques jours plus tôt, Frédérique Vidal avait fait l’objet d’une sévère mise en cause publique au Sénat, à l’occasion d’un débat « Le fonctionnement des universités en temps de COVID et le malaise étudiant » à l’initiative de Monique de Marco groupe Écologiste – Solidarité et Territoires, vice-présidente de la Commission Culture.

Le réquisitoire était implacable : ces derniers mois, 20% des jeunes ont eu recours à l’aide alimentaire ; la moitié des étudiant·es disent avoir des difficultés à payer leurs repas et leur loyer, qui représente 70% de leur budget. Dans une enquête portant sur 70 000 étudiant·es, 43% déclaraient des troubles de santé mentale, comme de l’anxiété ou de la dépression.

Face à cela, les mesures prises par le MESRI sont insuffisantes ou plutôt dérisoires, inégalitaires ; les services universitaires complètement débordés. Pierre Ouzoulias, à cette occasion, a d’ailleurs clairement établi l’importance du définancement du budget « Vie étudiante » : 35 millions d’euros de crédits du programme « Vie étudiante » supprimés en novembre 2019 ; 100 millions d’euros de crédits votés en 2018 et 2019, finalement non affectés.

Les longues files devant les distributions alimentaires trouvent dans cette politique budgétaire continue leur origine: le gouvernement ; qui a préparé la catastrophe sociale, n’a pas cherché depuis le confinement à la contrecarrer.

Sans budget supplémentaire, Frédérique Vidal réussit également à contrecarrer toute réflexion collective sur l’aménagement des examens et des concours, jusqu’à intervenir dans une procédure judiciaire au nom de la « qualité des diplômes ».

Ces réflexions, que nous menons tous et toutes dans des collectifs restreints, sont indispensables pourtant pour limiter les inégalités, réduire le stress qui ont conduit des étudiant∙es à se suicider et surtout mieux concentrer nos efforts sur les contenus de formation, autrement plus indispensables pour la « génération sacrifiée » ; au-delà des inégalités, nous voyons se profiler déjà de graves conséquences psychopathologiques du confinement.

Mais les étudiant∙es ne sont pas les seul∙es à faire les frais de cette politique dont la Ministre est la première VRP, sans les responsabilités qui vont avec : siège vacant depuis le début de son mandat au Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail de son propre ministère ; des circulaires sans fondements, tendant uniquement à éloigner la communauté universitaire des campus1.

Pour couronner le tout, elle fait voter une loi de programmation de la recherche (LPR) —censée être une loi de finances,mais sans postes ni crédits supplémentaires — en pleine épidémie, qui s’emploie méthodiquement à attaquer l’indépendance de l’université et, en poursuivant l’expérience Parcoursup, à limiter sinon anéantir la formation universitaire supérieure publique.

Une diversion donc, mais aussi un ballon d’essai.

Il faut sans doute avoir suivi un an de préparation et de vote de la LPR, dans toutes ses étapes comme l’a fait le blog de veille Academia.hypotheses.org, pour comprendre que les récents propos de la Ministre sont l’exacte réplique de la demande faite par Julien Aubert et Damien Abad le 25 novembre dernier demandant la création d’une « mission d’information parlementaire sur les dérives idéologiques intellectuelles dans les milieux universitaires », où l’on repérait déjà l’anathème attrape-tout islamogauchistes.

Pour ces compagnons de la première heure de Gérald Darmanin, il s’agissait tout à la fois de sauver le soldat Blanquer de la mission d’enquête parlementaire « Avenir lycéen » (diversion) et de préparer le terrain pour leur camarade Ministre, qui mitonnait déjà sa loi « Principes républicain » (ballon d’essai).

Au lieu d’une agitation, il s’agissait ainsi d’une étape dans une séquence commencée avec les voeux de Marion Maréchal-Le Pen, dont les idées sont reprises par Emmanuel Macron le 10 juin, accusant des universitaires de « casser la République en deux » et continuée avec Jean-Michel Blanquer qui, le 28 octobre,  met en cause les universitaires devant le Sénat, à qui la frange « Printemps républicain » des Républicains, emboîte le pas. À l’appui de leur démarche, une tribune d’universitaires est opportunément parue un mois plus tôt, invitant le pouvoir à organiser une police politique des universités.

Le soldat du déni

Quel ballon d’essai lance donc le s »oldat du déni » Frédérique Vidal qui persiste encore ce dimanche dans ce que les organismes scientifiques jugent au mieux absurde2?

https://www.flickr.com/photos/mickaeltr/29886769836/in/photolist-MwZvr7-6vLjqJ-aeAT1X-7rkWnK-4KpK1A-8xJJWV-2cpMHtd-iDLbX-2e7sZPr-QiVceU-8raPmK-7G3eX-5ej7PR-7Z6nEX-6uEw37-Eh8Nxt-c1xHKw-7G7xoE-amjMfv-8xMPUY-Qyz97z-7Eqr5-4dSeER-5ctw3K-rDmw27-dNg3uo-9r6wTr-81cgBu-4YFUyy-8f6DxP-WAJvaE-cmQibJ-7Eqr8-2cTEsUP-4ShFfB-MjrT83-edKMSo-2jfHzUT-edKL85-CtE27-2jeQeYT-2fnZ7s4-atg5je-2jdhDXs-ps7qf-rvZgy-5gpTsy-2ft5Y9P-2jhorzb-edJNp1

Baobab, Mickaël T., 2016

Pour le comprendre, il faut mettre en résonance deux choses : sa pratique législative, d’une part, dans son lien étroit avec l’Élysée ; les objectifs qu’elle s’était donnée avec la précédente loi, d’autre part.

Continuer la lecture

  1. Voir par exemple : « Le Roy le veult ! » — Circulaire d’Anne-Sophie Barthez du 22 janvier 2021. []
  2. Expression reprise à Anthony Cortès (Marianne) qui en avait fait le premier titre d’un article entre temps intitulé « Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur ou l’art de regarder ailleurs« . []

Alerte brune. Newsletter du 15 au 21 février 2021

Une semaine marquée par une puissante résistance des collectifs étudiants, féministes — notamment dans les grandes écoles — et les défenseurs des libertés publiques. Et une attaque éhontée du gouvernement sur les libertés académiques et les franchises universitaires. Universitaires et organismes de recherche contre-attaquent.

Mais la Ministre persiste.

#ResistESR

Sable du Sahara, Moucherotte, Vercors, 6  février 2021. Crédit: Lucifuga

Bienvenue à Céline Barthonnat, Céline Guilleux ainsi que Benoît Roux, qui assureront la tenue d’une page Emplois Accompagnement de la recherche : un recensement, destinée aux étudiant∙es. Un grand merci pour cette initiative !

Continuer la lecture

« Islamo-gauchisme » : stopper la confusion et les polémiques stériles. Communiqué de la CPU, 16 février 2021

Interrogée sur CNews, la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a annoncé qu’elle allait demander « notamment au CNRS » de faire une enquête sur « l’ensemble des courants de recherche » à propos de « l’islamo-gauchisme » à l’université, « de manière à ce qu’on puisse distinguer ce qui relève de la recherche académique et ce qui relève du militantisme et de l’opinion ».

La CPU fait part de sa stupeur face à une nouvelle polémique stérile sur le sujet de l’« islamo-gauchisme » à l’université. « L’islamo-gauchisme » n’est pas un concept. C’est une pseudo-notion dont on chercherait en vain un commencement de définition scientifique, et qu’il conviendrait de laisser, sinon aux animateurs de Cnews, plus largement, à l’extrême droite qui l’a popularisé. Utiliser leurs mots, c’est faire le lit des traditionnels procureurs prompts à condamner par principe les universitaires et les universités.

Comme l’avait justement rappelé dans une tribune le 26 octobre dernier la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, « l’université n’est ni la matrice de l’extrémisme, ni un lieu où l’on confondrait émancipation et endoctrinement. L’université n’est pas un lieu d’encouragement ou d’expression du fanatisme, » mais « le lieu où s’apprennent le doute comme la modération ainsi que la seule de nos institutions capable d’éclairer l’ensemble de la société, de l’école aux médias, par une connaissance scientifiquement établie, discutée et critiquée collégialement. » Rien ne saurait justifier un changement de discours à ce sujet.

La CPU regrette donc la confusion entre ce qui relève de la liberté académique, la liberté de recherche dont l’évaluation par les pairs est garante, et ce qui relève d’éventuelles fautes ou d’infractions, qui font l’objet si nécessaire d’enquêtes administratives (par l’Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche), ou d’enquêtes pénales. La CPU s’étonne ainsi de l’instrumentalisation du CNRS dont les missions ne sont en aucun cas de produire des évaluations du travail des enseignants-chercheurs, ou encore d’éclaircir ce qui relève « du militantisme ou de l’opinion ». La CPU réclame, au minimum, des clarifications urgentes, tant sur les fondements idéologiques d’une telle enquête, que sur la forme, qui oppose CNRS et universités alors que la recherche est menée conjointement sur nos campus par les chercheurs et les enseignants-chercheurs.

La CPU appelle à élever le débat. Si le gouvernement a besoin d’analyses, de contradictions, de discours scientifiques étayés pour l’aider à sortir des représentations caricaturales et des arguties de café du commerce, les universités se tiennent à sa disposition. Le débat politique n’est par principe pas un débat scientifique : il ne doit pas pour autant conduire à raconter n’importe quoi.

Grand frais sur les libertés académiques. Newsletter du 11 au 24 janvier 2021

Deux semaines qu’Academia saisit en une seule Newsletter, furent politiquement chargées

Les attaques inouïes contre les libertés académiques s’accumulent depuis 2020 conduisent à de légitimes motifs d’inquiétudes. Ce n’est plus seulement en Turquie que les universitaires se font attaquer, mais en France même, alors que les attaques contre le CNU, les licenciements de chercheur∙ses, ou les atteintes à la liberté d’expression se multiplient et que la protection fonctionnelle est devenue une protection politique.

Les femmes universitaires et/ou racisées se trouvent particulièrement exposées par ces atteintes, renouvelées par les amendements au projet de loi « confortant le respect des principes de la République » (LRPR, sic). Ces dynamique conduisent des universitaires moins familiers ou familières de ces questions à s’interroger publiquement sur l’institution de la domination masculine et raciste dans l’ESR, grandes écoles incluses, une réflexion plus large sur la place des universitaires et des étudiant∙es dans le backlash #MeToo en cours.

Membres à part entière de la communauté universitaire, les étudiant∙es, fragilisé∙es par la crise sanitaire et ses conséquences, sont-iels des #étudiantsfantômes aux yeux du gouvernement ? On peur à juste titre considérer que le refus de l’État de financer les CROUS et les difficultés de poursuite d’études, en bref de protéger les étudiantes, en situation de grande précarité et de détresse psychologique, renforcée encore par les tergiversations de la Ministre et de la DGESIP sur leur accueil sur les campus, montrant à la fois mépris pour ces usager∙esdu service public et pour le droit administratif, alors qu’elles transforment la parole présidentielle en circulaire inapplicable.

Rappelons ici qu’il y a des pétitions qui retrouvent une soudaine actualité et qu’Academia vous invite à signer à titre collectif ou individuel si vous ne l’avez pas déjà fait.

Et bien sûr, Academia appelle à rejoindre les intersyndicales étudiantes et agents Éducation nationale et ESR demain, mardi 26 janvier 2021 pour une grève nationale « De la maternelle à l’université : emplois, salaires, conditions de travail et d’études » !

#ResistESR

« Quoi ? L’éternité… », Marseille, 22 janvier 2021. Crédit: Arnaud Maïsetti

Continuer la lecture

2021 est déclarée ! Newsletter du 1er au 10 janvier 2021

Rentrée de janvier 2021. Alors que le monde tremble en visionnant les images des attaques fascistes au Capitole et de la réaction de certains Républicains, la presse française se place au chevet des Universités françaises. Épuisement, politique de gribouille de la Ministre et de la DGESIP, notamment vis-à-vis des sessions d’examen de substitution. Alors que les étudiant∙es protestent contre la tenue des examens dans des situations sanitaires déplorables et des conditions de formation inéquitables et désastreuses, on assiste aux premières  violences policières aux portes des Universités. Dimanche, la défenestration volontaire d’un étudiant à Lyon-3 achève d’alerter sur les décrochages massifs des étudiant∙es, angoissé∙es jusqu’à se donner la mort. Depuis les États-Unis, Joan W. Scott — qui suit de longue date les questions du racisme en France — s’inquiète publiquement de la montée des attaques politiques contre les universitaires français, tandis qu’au Maroc un universitaire vient de se faire arbitrairement emprisonner.

Comment ignorer depuis de si longs mois le mépris du gouvernement envers 2,73 millions d’étudiant∙es, et de centaines de milliers d’agents titulaires ou contractuels, préoccupé qu’il est à détruire le statut de la fonction publique de l’enseignement supérieur français ? Les agents sur le terrain sont-iels les seul∙es à se préoccuper encore de transmettre savoir et désir d’apprendre, dans une « université sous hypnose numérique » ? À se préoccuper de l’accueil de tous et de toutes en son sein, en utilisant une écriture inclusive, en organisant des séances de travail respectueuse en visioconférence, ou en préparant un guide pour maîtriser le détestable outil « Galaxie » mis à disposition des candidat∙es par le Ministère ? À dénoncer le licenciement d’un collègue, après un fichage politique abusif, ou la dérive autoritaire du pdg de l’Inria ?

Quelques frémissements de résistance sont sensibles néanmoins : un recours en annulation des décrets de nomination du président et des membres du collège du Hcéres a été déposé le 4 janvier par onze universitaires pour qui « le terrain contentieux s’impose désormais comme l’une des rares voies à disposition pour faire valoir des arguments auxquels le gouvernement reste sourd ». La communauté universitaire lilloise refuse de considérer le nouvel établissement public expérimental (EPE) qui leur imposé, après l’échec retentissant de son équivalent à Lyon.

Sous la pression et l’exposition médiatique de « l’épuisement dans les universités », le 10 janvier, le gouvernement a publié un nouveau décret, qui rend caduque la circulaire illégale du 18 décembre. Elle rend aux Universités la responsabilité — lourde, mais indispensable au vu de la défaillance du MESRI — d’assurer des un certain nombre d’enseignements sans en référer au recteur, en conciliant situation sanitaire, configuration des locaux et souffrance étudiante mais aussi professionnelle.

Suite à la correspondance avec la DGRH du vendredi 8 janvier, qui indique aux candidat∙es aux fonctions de qualification PR, plusieurs collègues ont souhaité demander néanmoins la qualification PR : Academia leur indique la marche à suivre. #ResistESR

Affiche, 1968

Continuer la lecture

Les 13 desserts d’Academia. Carte de voeux

Sur Academia à table

Academia est un carnet de veille et d’analyse sur l’emploi dans l’enseignement supérieur et la recherche, notamment en sciences humaines et sociales. Il est réalisé par une équipe de rédaction, venue de différentes disciplines et de différents métiers de l’ESR. Nous sommes très heureux et heureuses d’accueillir Nadia Hebaz : bienvenue !

Du 1er au 24 décembre 2020
Les treize desserts d’Academia

Aux lecteurs, lectrices, usagers, usagères et correspondant·es d’Academia, 9 décembre 2020

La fabrique de la loi et autres analyses

Continuer la lecture

Se déclarer en grève … auprès des étudiant∙es

Il y a des moments où l’inquiétude est telle que faire cours est impossible. C’était le cas au lendemain de la nuit noire au Sénat, du 28 au 29 octobre 2020. La préparation d’un enseignement méthodologique de M1 était impossible. Aussi ai-je décidé de me déclarer en grève — à moins que ma formation puisse organiser une autre date.Ce n’était pas à mon employeur qu’il me fallait me déclarer, mais bien à celles et ceux pour qui j’étais indéfectiblement engagée : mes étudiant·es.

#ResistESR

https://www.flickr.com/photos/jamesjardine/7979165037/in/photolist-da6iLZ-4vo1di-9EqBX3-9WnTG5-b8CdRx-n679tN-5Ffe-eRqoR-6Jgqgp-4Spi4-8qLq8D-78aqi1-a9pD7q-4SphS-5Wqa-GasYf-kNyj-3gay-FQFHjh-o9qrpR-wwoog5-7DuV-4ygpJ8-nAMvtF-2qq3Bt-6KqnRV-e4rdo6-QVekvR-wecKZu-21tR91-6rnXKo-hWbuo7-56kJu8-8SiX-cqJu-9kN91C-mGFFtL-5rzS-NC8EuN-5AGB-RbqJ9R-tJke-9ch6oJ-d9dY-4ZL5-Ma3rq3-5WmAeo-bBe73z-294NBiZ-bYa7fj

Crédit: James Jardine,2011

Continuer la lecture

Débrayer une heure, faire une Assemblée générale

Lorsqu’on est désemparé, comme nombre de collègues le sont depuis la traitrise de la Commission mixte paritaire du lundi 9 novembre dernier, il est bon de se poser et de réflechir. Plutôt que d’écumer les réseaux sociaux, ou lire de sombres « tribunes » émanant d’un pouvoir malsain, cela vaut la peine de proposer aux collègues de bonne volonté de se réunir et de discuter. Et, ainsi, plutôt que de perdre une journée de salaire, gagner du temps partagé pour la réflexion et pour l’action.

C’est ce qu’ont proposé les collègues de l’EHESS, réuni en intersyndicale. 

#ResistESR

Vieille Charité, Marseille, mai 2018


CGT-FSU-SUD EHESS
Débrayage et AG lundi 16 novembre 14h30-15h30 – Non à la LPR !

Chères et chers collègues, chères et chers étudiant.es,
L’intersyndicale de l’EHESS appelle l’ensemble de la communauté de l’établissement, personnels scientifiques, administratifs et techniques, étudiant.es, à se joindre à une assemblée générale en ligne ce lundi 16 novembre, de 14h30 à 15h30, à propos de la Loi de Programmation de la Recherche.
La LPR (ex-LPPR) arrive la semaine prochaine au terme de son parcours législatif. Si elle a perdu en chemin quelques uns de ses mensonges – son caractère « pluriannuel » lui ayant été retiré par le Conseil d’Etat car les promesses budgétaires qu’elle comprenait étaient sans fondement -, cette loi aux dispositions déjà désastreuses pour l’enseignement supérieur et la recherche s’est vue complétée par de nouvelles mesures délétères. Celles-ci rendent plus aiguë encore la dépossession imposée à la communauté universitaire au profit du pouvoir exécutif et de son excroissance évaluatrice, le HCERES, avec notamment la suppression de la qualification au CNU pour les concours MCF et la criminalisation de la contestation estudiantine sous couvert de protection de la tranquillité de nos débats.
Plusieurs collègues et étudiant.es ont exprimé le souhait d’organiser une réunion publique en ligne au sein de notre établissement. Nous invitons donc l’ensemble de la communauté universitaires de l’EHESS, enseignant.es-chercheur.es, personnels BIATSS, étudiant.es à débrayer une heure le lundi 16 novembre, de 14h30 à 15h30, pour se réunir en assemblée générale.

 

Lien : xxxx

En cas d’incident technique sur la plateforme BBB, très sollicitée depuis la rentrée, nous vous transmettrons un autre lien sur tlm.
Ordre du jour :
  • Point sur la LPR
  • Point rapide sur des questions connexes (l’ESR face à la répression et à l’autoritarisme, temps de travail à l’EHESS, télétravail, précarité étudiante), qui feront l’objet d’une heure d’information syndicale la semaine suivante.
  • Discussion
   À lundi !
L’intersyndicale de l’EHESS (CGT, FSU, Solidaires Etudiant-e-s, SUD)

L’universitaire et la sénatrice. Newsletter du 26 octobre au 8 novembre 2020

Madame la sénatrice,
chère Laure Darcos,

Vous ne me connaissez pas, moi à peine plus : d’ici quelques heures nos chemins se sépareront, à l’issue de la Commission mixte paritaire dans laquelle vous tiendrez la place éminente qui a été la vôtre au début du processus législatif — la Loi de programmation pour la recherche 2021-2030 et autres dispositions délétères — qui m’occupe depuis près d’un an, comme universitaire et comme fondatrice d’un blog, Academia.hypotheses.org qui en a documenté jusqu’en ses derniers rebondissements.

Nous sommes début novembre : il y a un an quasiment jour pour jour, Anas, étudiant en science politique de l’Université de Lyon-2 tentait de mettre fin à ses jours par le feu. Désespéré par les conditions de précarité dans lesquelles il vivait, ce jeune homme s’était engagé très tôt contre la précarisation générale qu’il voyait à l’université, et dont la fusion des universités et établissements stéphanoise et lyonnaises dans un Idex représentait un dernier avatar des évolutions délétères en cours. Par son geste — et sans en mesurer les conséquences — il a initié une série de mouvements, à commencer par la grève étudiante, puis celle des enseignant∙es et chercheur∙ses non titulaires dits « précaires », avant d’enclencher celle de toute l’Université au printemps contre la Loi que vous finaliserez peut-être peut-être cet après-midi.

Depuis le début de l’année, Academia publie quotidiennement des billets sur ce formidable mouvement. Au sein de la rédaction, je me suis donné le rôle de rédiger un éditorial hebdomadaire, dit « Newsletter », exercice consistant à établir la table des matières des billets publiés dans la semaine et depuis six mois, à en faire une chronique, la contrainte tenant à mettre en lien dans le texte la totalité des billets de la semaine. La Newsletter de cette semaine prendra un peu de liberté avec cette règle : le choc de la « nuit noire au Sénat » m’a empêchée de tenir la chronique de la semaine dernière — je me retrouve donc avec deux semaines de matière éditoriale, qui n’a cessé de croître à mesure que la fébrilité gagnait. Elle prend aussi une liberté formelle : je vous fais une lettre, à laquelle je pense depuis longtemps, et que vous lirez peut-être.

J’ai opté pour ce format, avant de me souvenir de l’analogie entre nos métiers et nos vocations respectives, esquissée par Max Weber dans Le savant et le politique. En raison du confinement, je n’ai eu accès qu’au pan récemment retraduit par Isabelle Kalinowski sous le titre La science, profession et vocation, (Marseille, Agone. 2005) — initialement prononcé comme une conférence à l’invitation de l’association libre des étudiants, en 1917, avant de donner son pendant « Le métier et la profession de politique » en 1919. Weber, à la culture immense — allant de l’économie et de l’histoire au droit, discipline dans laquelle il était habilité — était au sommet d’une carrière partagée entre enseignement, recherche, et recherche appliquée au service du gouvernement de l’Empire allemand. Pourtant, à quelques années de sa mort en 1920, il avait choisi de donner sa faveur à la démocratie. Dans La science, comme métier et profession, Weber dresse un portrait assez misérable de l’université allemande, notamment des contraintes qui pèsent sur le début de carrière académique, contraintes ou plutôt exploitation des Privatdozent. Lorsque j’avais lu ce texte avec mes étudiant∙es, j’avais été frappée par l’actualité de cette conférence à un siècle d’écart. Peut-être est-ce pour cela que j’ai voulu y revenir aujourd’hui en vous invitant, Madame la sénatrice, à me lire.

L’idée de m’adresser à vous m’est venue en écoutant les derniers moments de l’examen de la loi au Palais du Luxembourg. Vous vous étiez émue alors — je ne me souviens plus de vos mots exacts, et le temps manque pour les retrouver : c’était l’émotion d’une femme se défendant de soupçons de malhonnêteté au vu de l’énorme réaction suscitée par votre amendement 234 proposant d’encadrer les libertés académiques par les « valeurs de la République », indice a minima de votre engagement et du sentiment d’incompréhension, voire de trahison.

À l’occasion de la chronique de cette semaine, où nos vies se sont entremêlées, je tenterais une description de ce qui fait mon métier et ma vocation aujourd’hui. Peut-être y verrez-vous comme moi des proximités avec celui de sénatrice.

Intégrité

Commençons par les présentations.

Vous êtes élue sénatrice, sous la bannière Les Républicains (LR), en 2017 : auparavant, après des études d’histoire et d’histoire de l’art, vous avez navigué entre le monde politique, comme assistante de François Bayrou puis de Xavier Darcos, et celui de l’édition. Pour ma part, je suis maîtresse de conférences en sciences sociales depuis 2013, après des études, l’agrégation et un doctorat en histoire, et un parcours professionnel entre Paris, Tours, Angers, et Londres, entre l’université et un musée de sciences. En raison de mon objet d’études — L’économie politique de la médecine et de la chirurgie à l’époque moderne — et aussi par affinité professionnelle, je me suis spécialisée en « épistémologie, histoire des sciences, de la médecine et des techniques », pour reprendre le titre de la section du Conseil national des universités à laquelle j’ai choisi d’appartenir lorsque je suis devenue titulaire — section du CNU où je suis membre nommée depuis tout juste un an.

Autumn Colour, October 2015Thornes Park and Nostell Priory (National Trust), Wakefield, by Clive, October 2015

Continuer la lecture

« On vit mieux en luttant qu’en se résignant ». Éric Fassin sur Mediapart

Hebdo #91: être debout avec… Éric Fassin !

(c) Institut français à Izmir

Le monde est sens dessus dessous, au bord de l’abîme, nous ne pouvons pas nous permettre de nous réfugier dans nos jardins secrets. L’heure est à la résistance, sur tous les fronts, et en premier lieu sur le terrain de la démocratie, car s’il bascule dans la barbarie et la guerre civile, nous serons tous responsables d’avoir laissé la terreur et la peur nous gouverner, ou tout simplement d’avoir détourné le regard.

Dimanche dernier, un de nos contributeurs réguliers, le sociologue Eric Fassin, publiait un billet de blog inquiétant (à lire ici) sur les menaces dont il fait l’objet sur Twitter de la part de la mouvance néonazie. « Je suis professeur. Le 16 octobre, un professeur est décapité. Le lendemain, je reçois cette menace sur Twitter : “Je vous ai mis sur ma liste des connards à décapiter pour le jour où ça pétera. Cette liste est longue mais patience : vous y passerez“ ». Loin de vouloir faire de lui une victime, il explique alors comment l’offensive contre les musulmans, en réaction aux attaques terroristes, prolongée par les accusations folles contre la pensée critique, taxée d’ « islamo-gauchisme », a donné un blanc-seing aux offenses d’extrême droite et ouvert une brèche à la remise en cause des libertés académiques.

Extraits                                                               Lire l’entretien complet sur Mediapart

  • Désolée pour cette question triviale, comment allez-vous ? Les menaces ont-elles cessé ? Les avez-vous signalées à Pharos ? Et de manière générale, êtes-vous inquiet pour votre sécurité ?

Qui peut aller très bien dans un monde qui va mal ? Mais je ne suis pas à plaindre, j’en ai bien conscience. Les insultes continuent ; pour l’instant les menaces, sont moins ouvertes. Je les signale désormais. La police, qui a recueilli ma plainte, prend au sérieux le risque d’un terrorisme d’extrême droite. Mais il ne s’agit pas seulement de moi. J’ai voulu parler à la première personne du singulier d’une situation qu’il faut penser à la première personne du pluriel : « nous ».

Continuer la lecture

7 novembre 2020. Victoire de Kamala Harris et de Joe Biden à la Maison Blanche (et Bernie Sanders au Sénat)

Remember the long path…

Marche des femmes, Paris, 21 janvier 2017 – Photos : Serge d’Ignazio

1. Gloria Steinem, Women’s March 2017, Washington DC

Continuer la lecture

Travail d’archives (4). Le vote fier ou honteux ?

La fabrique de la loi #61

← Article précédent

Article suivant­ →

Dans la vie d’une historienne, il est des archives quasi inutilisables : absentes — comme l’est souvent la correspondance passive rarement conservées — ou tellement détérioriées qu’elles en sont indéchiffrables. Pourtant, celleux que Marc Bloch qualifiait d’« ogres » les transforment en condiments insoupçonnés de la réflexion historique.
Ce qui est vrai pour les liasses de papier conservées aux Archives nationales vaut aussi pour les médias électroniques. Démonstration
IMPORTANT UPDATE. Plusieurs correspondantes et correspondants m’invitent à corriger ce billet après l’heure de sa parution. Comme ces corrections infléchissent nettement le sens de certains passages, j’apporte des corrections directement dans le texte, en violet.

[D] – Diapasón de mi guitarra, ¿qué más puedo decir? (c)Maw Cerón Medina, 2011

Alors que le vote de la loi est acquis, l’assistant·e parlementaire de Laurent Lafon, président de la Commission de la Culture, de l’Éducation et de la Commission s’empresse de publier un fil Twitter, au ton assuré, qui vise à souligner les principales « avancées » apportées par le passage dans l’hémicycle de la Haute Chambre. Utilisant quotidiennement Twitter comme un outil d’information, de partage et de commentaire, et suivant Laurent Lafon depuis son élection à la présidence de la Commission, je suis vue immédiatement informée de sa parution

Ce commentaire, émanant d’un acteur majeur de l’élaboration de la loi, a suscité aussitôt des interrogations, une certaine rage, et le besoin de rectifier certains préjugés patents dans le fil, ce que j’ai fait sous la forme de retweet commentés. Le lendemain, les messages du compte @L_Lafon étaient supprimés, sans explication. Ils n’étaient plus sur Twitter, mais je continuais à les « voir » au travers de mes commentaires qui, eux, restaient et restent encore. Trente-six heures plus tard, il n’en reste plus grand chose, sinon qu’ils ont bien existés — et que Laurent Lafont les a supprimés.
Je trouve intéressant de publier à présent ces commentaires — et le grand « blanc » que représentent ces messages opportunément effacés — par lesquels un sénateur, qui joua un rôle central dans la discussion au Sénat de la loi de programmation de la recherche  2021-2030 (LPR), se vantait de toutes les avancées de cette loi, avant, finalement, de tout supprimer. Comme honteux de ce qu’il venait, dans son incompétence, d’accomplir sans le savoir. Ou, au contraire, par la soudaine prise de conscience que l’opposition avait la capacité de nuire à sa personne, en le sachant trop bien.

Continuer la lecture

LPR, universités et démocratie. Un entretien avec la revue Regards

Entretien par Pablo Pillaud-Vivien | 30 octobre 2020

« La loi Recherche donne à voir une démocratie en piteux état »

Lien vers la revue

La loi de programmation pluriannuelle de la recherche effectue sa première navette parlementaire. Elle vient d’être « débattue » au Sénat. On en parle avec le chercheur en sciences politiques au CNRS Samuel Hayat et la maîtresse de conférences en histoire des sciences et de la médecine à l’EHESS et animatrice d’academia.hypotheses.org Christelle Rabier, tous les deux membres du collectif Facs et labos en lutte.

Commentaire de Christelle Rabier : après réécoute, je suis vraiment heureuse de cet entretien avec Pablo Plillaud-Vivien et Samuel Hayat, qui fait, en quelque sorte, un bilan de la lutte que nous venons de vivre. Nous partions de très loin ; la déliquescence de l’ESR était déjà très engagée. La conclusion à laquelle je crois que nous sommes parvenu·es est que nous avons commencé à reconquérir un espace de délibération et d’action collective, mouvement qui ne s’arrêtera plus. Quelque soit l’issue de la Commission mixte paritaire, d’une loi qui n’est déjà plus appliquée, au vu du Projet de loi de finances 2021, nous avons retrouvé l’Université.