Harcèlement et démocratie : à propos de la garde à vue d’un président d’université

Academia suit de près les questions de sanction des pratiques de harcèlement moral, sexiste et sexuel dans une rubrique « Vice de forme? » essentiellement consacré à la jurisprudence disciplinaire au CNESER. Pour autant, il est intéressant de saisir, au niveau local, comment la maltraitance s’opère mais aussi comment elle est sanctionnée. Le mardi 28 janvier 2020, la garde à vue d’un président d’université, Philippe Vendrix (Université de Tours) pour des faits de harcèlement sexuel et moral. La question se pose alors de l’expérience du pouvoir professionnel que connaissent les étudiant-es.

1. Un président d’université en garde à vue après des plaintes pour harcèlement moral et sexuel

Les président-es d’université n’échappent pas à des comportements relevant du harcèlement, avec des conséquences plus graves pour la communauté universitaire. Par « ruissellement », les cheffaillons aux échelons inférieurs seraient susceptibles d’adopter un comportement similaire vis-à-vis de leurs collègues ; l’autoritarisme s’exercerait plus aisément sur les étudiants et les étudiantes. Dans ce contexte — marqué, rappelons-le, par la création d’une sanction disciplinaire pour des faits portant « atteinte à la réputation de l’établissement » et une violence policière inégalée sur les campus universitaires — la garde à vue du président de Tours invite à réfléchir à la nécessité de ces dispositions à tous les échelons hiérarchiques des Universités.

Site des Tanneurs, Université François Rabelais de Tours

À deux mois des élections pour la présidence à l’Université de Tours, Europe 1 nous informe que Philippe Vendrix a été placé en garde à vue le mardi 28 janvier 2020. Le président qui brigue un nouveau mandat en a informé les étudiants par courriel.

Communiqué du président aux étudiants de l’Université de Tours, daté du 29 janvier 2019. Source : blog SLU Orléans

France 3 approfondit l’enquête auprès du procureur de la République et de membres de l’Université. Le procureur de Tours Grégoire Dulin confirme la procédure, mais

appelle néanmoins à la plus grande prudence et au respect de la présomption d’innocence. Six autres personnes de l’Université ont également été convoquées par la police.
Les plaintes ont été déposées par l’ancien directeur de la communication, l’ancien directeur général des services de la faculté ainsi qu’une ancienne assistante du DGS. La procédure aurait été initiée il y a déjà deux ans. Le président, qui est à présent sorti de sa garde à vue, nie les faits.

 

Je ne souhaite pas entrer dans le détail d’une enquête qui suit son cours. Et c’est légitime qu’elle suive son cours. Mais j’ai signifié que je niais fermement les faits qui m’étaient reprochés. On attend maintenant la suite de la procédure,
Philippe Vendrix, président de la faculté de Tours

Le président a repris ses fonctions ce mercredi 29 janvier et se dit toujours aussi déterminé pour les élections. « Ce n’est pas quelque chose d’agréable à deux mois des élections de porter de tels griefs envers ma personne mais ça ne ralentit pas mon élan ».

 

« Une forme de mépris et d’humiliation »

« Je n’accuse pas Philippe Vendrix pour des faits que je ne connaissais pas. Néanmoins, je savais qu’un certain nombre de collègues s’étaient plaints et avaient signalé le comportement du président qui traduisait une forme de mépris et d’humiliation. Moi-même, il m’est arrivé parfois d’être confronté à ce genre de comportement », affirme Jean Fabri, du syndicat SNESUP. Cet enseignant-chercheur en mathématiques avait notamment déposé un recours devant le juge administratif il y a plusieurs années, accusant le président d’avoir manipulé les élections au conseil d’UFR  de la faculté des sciences.

« Ce qui arrive ne me surprend pas, déclare Jean Fabri. Son comportement n’est pas conforme à ce que devrait être un fonctionnement collégial. Il y a notamment chez lui un refus de la contradiction»

 

29/01/2020. Philippe Vendrix, président de la faculté de Tours, lors de sa conférence de presse. / © C. Dudon, F3CVDL

 

L’enquête se poursuit

Une conférence de presse était organisée ce mercredi matin par le président en personne sur le site du plain d’Etain afin de donner davantage d’informations sur cette affaire. Aucune décision d’action publique n’a été prise pour l’heure à l’encontre de Philippe Vendrix. L’enquête préliminaire se poursuit.

 

Il est heureux qu’à l’instar de Mediapart il y a quelques mois, France 3 prenne le temps d’enquêter. La chaîne note de manière significative que les personnes qui ont porté plainte ont entre temps quitté l’université.En cas de harcèlement, il est difficile pour la plupart des collègues titulaires de quitter un établissement d’enseignement supérieur ou de recherche — cela se réduisant souvent à un déplacement sur un autre poste ou dans un autre laboratoire ou département au sein de la même université. Les départs volontaires accompagnés de plainte pour harcèlement invitent à considérer avec sérieux un environnement de travail anxiogène et l’éventuelle responsabilité qui en incombe au ou à la supérieur-e hiérarchique impliqué-e.
Philippe Vendrix brigue de nouveau la présidence de l’Université François Rabelais. À 55 ans, il exerce des responsabilités depuis plus de dix ans. Ce musicologue, directeur de recherche au CNRS, a préalablement été directeur du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, de 2008 à 2016, avant d’être élu Président de l’Université de Tours. À partir d e est également président de la commission de la vie de l’étudiante et des questions sociales de la Conférence des présidents d’université — dont le discours creux, après l’immolation d’Anasse, a été assourdissant.

Courrier laissé par Annasse, étudiant, avant de s’immoler par le feu, à Lyon, le 9 novembre 2019. Source : Tweet de Solidaires étudiants Lyon

*
* *
Sans mettre en cause la présomption d’innocence dont bénéficie Philippe Vendrix, qui n’est pas mis en examen à ce stade, il convient de se demander si, à l’Université, comme dans le monde salarié, les modes d’accession à des responsabilités collectives ne sont pas facilités par des comportements autoritaires. Je fais l’hypothèse que ces personnalités, telles qu’elles sont façonnées par la position qu’elles occupent, portent un préjudice direct aux personnels proches et, par capillarité aux collègues moins proches. Plus encore, elles portent atteinte au service public dû aux étudiant-es, qui sont pour l’immense majorité majeur-es, mais en cours de formation pratique à la citoyenneté et à la vie professionnelle.

3. L’expérience d’un pouvoir autoritaire à l’Université

La réflexion entre étudiants et expérience d’un comportement autoritaire aux échelons les plus élevés de la communauté universitaire s’est nouée récemment à Tours. En effet, le 22 janvier dernier, Philippe Vendrix demande à la police de faire évacuer  les étudiant-es qui occupaient le site des Tanneurs ; alors que l’occupation était pacifique, et n’avait pas occasionné de dégradations, le président de Tours a fait le choix d’inviter les forces de police, équipées de fusils d’assaut, à intervenir, permettant ainsi la possibilité de mettre en danger physique les étudiant-es mobilisé-es. Ce choix, il l’a fait à l’encontre de celui de ses collègues de Brest et de Rennes, qui ont pris le parti inverse : interdire l’accès à la police aux campus universitaires, les protégeant ainsi de facto contre les blessures et les mutilations qui caractérisent l’action policière depuis plusieurs années.

On peut questionner les effets d’un tel choix présidentiel à l’aune d’un autre article qui s’interroge sur la faible implication des jeunes générations dans la demande de retrait de la réforme des retraite.« En pointe dans de nombreux mouvements sociaux, la jeunesse semble à la traîne contre la réforme des retraites ».

Parmi les causes qu’identifie le journaliste, qui s’est entretenu avec le politiste Samuel Hayat et la présidente de l’UNEF, Mélanie Luce, il y a la précarité étudiante, qui explique qu’un-e étudiant-e sur deux travaille pour subenir à ses besoins. Compte tenu du chômage élevé, les étudiant-es s’inquiètent.

« Le chômage des jeunes est endémique, la pression du résultat et des examens n’en est que plus forte» détaille [Samuel Hayat]. Un contexte peu propice à une mobilisation sociale qui de fait provoque des absences en cours, voire des examens à repasser.

Pour autant, l’article pointe une autre raison au relatif immobilisme des étudiant-es : « pour Mélanie Luce, les responsables d’Université se rendent coupables “d’entrave à la mobilisation” ». Les présidents ferment les sites universitaires, rendent compliquée la tenue de réunions ou d’assemblées générales, quand ils ne fichent pas certains d’entre eux. Outre ces contraintes, une étape supplémentaire se trouve franchie avec l’appel à la police.

Le recours « quasi systématique » aux forces de l’ordre pour libérer les établissements bloqués ou perturbés n’incite pas non plus à la mobilisation massive. « Les présidents d’Université n’ont plus peur de faire appel à la police», s’inquiète l’étudiante, tout comme le chercheur en science politique Samuel Hayat, qui pointe à son tour un « tournant sécuritaire et autoritaire dans la gestion des Universités ».

Quel lien entre ce tournant sécuritaire qui nuit aux pratiques démocratiques au sein des Universités et le harcèlement ? Le harcèlement repose sur une conception des relations fondées sur la domination et la soumission, dans la croyance dans une hiérarchie sociale fondée sur le genre ou le statut. Lorsqu’un président exerce son pouvoir de la sorte, c’est bien à une pratique de l’exercice du pouvoir qu’il soumet son équipe, qui répercute généralement pressions et pratiques autoritaires sur les échelons inférieurs. Dans ce cadre, les étudiant-es, au lieu de se trouve au centre du jeu politique avec les personnels, se trouvent marginalisés, voire exclus en pratique des décisions qui les touchent directement.La démocratie universitaire, si tant est qu’elle ait existé, a véritablement disparu.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

*
*   *

Philippe Vendrix, s’il est confirmé qu’il s’est rendu coupable de harcèlement, mais tous les autres collègues, qui peuplent la cour d’appel discipinaire du CNESER et à propos desquels les CHSCT enregistrent plaintes sur plaintes, fabriquent le tissu civique de leur Université. Placer des personnalités toxiques ou des « mâles alpha »qui ne supportent pas la contradiction, voire les cadres réglementaires, à la tête de collectifs éducatifs pose de sérieux problèmes politiques ou civiques. Il est sans doute temps que les Universités réinventent leur démocratie – et par là même, celle de la République française.

LIens:,

  • Blog SLU Orléans, avec revue de presse de l’affaire Vendrix
  • page Wikipedia de Philippe Vendrix, consultée le 29 janvier 2020
  • Anthony Berthelier, « Réformes des retraites : où sont les jeunes ? », Huffington Post, le 29 janvier 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.