Ode au travail universitaire

Par Dr Dumont
Monsieur le président,
Mesdames et Messieurs les membres de la commission,
des auditions, j’en ai fait dans ma vie. Des auditions à plusieurs tours, des auditions à 7h du matin, des auditions avec un numéro sur le dos, des auditions de danse classique, des auditions de danse contemporaine et même des auditions pour Le roi lion

Malgré tout ça et dans la mesure où je n’ai jamais eu l’honneur d’être auditionnée par votre honorable institution et puisque je suis libre ici, voici ce que j’ai à vous dire. 

Tout d’abord, si je suis ici, c’est que j’aime enseigner. Non, j’aime vraiment enseigner. Je ne méprise ni les étudiants de première année, ni ceux qui ne savant pas conjuguer le subjonctif imparfait. Je me fous éperdument du Plan Réussite Licence auquel personne n’a rien compris. Je ne ferai pas semblant. La pédagogie repose plus sur une démarche empirique que sur un modèle scientifique. Ah, pardon, on ne parle pas de pédagogie à l’université. A l’université, il y a que des chercheurs.
D’ailleurs, j’ai toujours pensé que la recherche n’était pas le saint Graal. Je ne publierai pas quinze articles par an, je ne compte pas passer mon HDR, le pouvoir symbolique m’importe peu.
 
Je n’irai pas non plus parler du «Paradigme conceptuel de mes genoux» aux quatre coins du monde, j’ai bien trop à faire ici, bien trop de personnes dont la présence compte bien plus que l’hypocrisie de conversations convenues autour d’une coupe de champagne, le tout, sourire aux lèvres, après avoir subi le jugement impitoyable de ses pairs. 

Oui, j’ai 30 ans et je compte avoir des enfants, plusieurs, et donc m’absenter sans honte des couloirs de vos préfabriqués dont la rénovation attend toujours un messie venu du Ministère de l’enseignement supérieur. Les ors de la République sont réservées au faste des pots de départ en retraite. 
Oui, je suis une femme et je hais le patriarcat. Je ne laisserai pas ces hommes de pouvoir affirmer leur supériorité intellectuelle au seul prétexte qu’ils ont des couilles, alors non, jamais, je ne m’occuperai des petits fours de ce brillant congrès que vous aurez organisé.

D’ailleurs, je méprise toute forme de domination, le mandarinat, comme le reste. Je n’ai pas défendu la liberté qu’offre le travail intellectuel pour l’oublier une fois passé le pas de la porte, mais ce n’est rien à côté du dégoût que m’inspire celles et ceux que vous avez formés à votre image et qui, docilement,  suivront vos pas. Je ne rentrerai pas dans vos combines, je ne prendrai pas parti dans vos conflits. 
 
Si je viens ici, ce n’est pas pour suivre vos règles, ce n’est pas pour me convertir aux rites que vous avez institués, ce n’est pas pour me fondre dans vos projets de recherche dont les objectifs n’ont d’autre but que de faire briller quelques uns au détriment de beaucoup d’autres. Je ne me tairai pas parce que ma carrière en dépend. 

Ah oui, j’oubliais. Je ne vous ferai pas croire que j’habite votre noble ville alors que j’en habite une autre, par ce que le destin universitaire de m’a pas laissé d’autre choix que celui-ci. 


Vous l’aurez compris, je ne suis pas une femme de compromis. Vous ne me ferez pas dire ce que vous rêvez d’entendre. 

 

A bon entendeur, salut.
 
Celles et ceux qui m’ont inspiré ce texte se reconnaîtront, je crois.  
Je le leur dédie. The show must go on, l’herbe est plus verte ailleurs, 
Tout vient à point nommé à qui sait attendre, tout ça….

 

 

NDLR: Le texte ci-dessous nous est parvenu en commentaire du billet sur les auditions de Claire Lemercier. Nous avons choisi de le publier en intégralité avec l’accord de son auteure, que nous remercions, en lui donnant un autre titre. Ce texte se trouve publié sur le blog Les instantanés post-doctoraux du Dr Dumont: http://drdumont.blogspot.fr/, à l’onglet: http://drdumont.blogspot.co.uk/2013_05_23_archive.html


Une réflexion au sujet de « Ode au travail universitaire »

  1. Cela me rappelle la fable, Le renard et les raisins de Jean de La Fontaine…
    Certain renard gascon, d’autres disent normand,
    Mourant presque de faim, vit au haut d’une treille
    Des raisins mûrs apparemment,
    Et couverts d’une peau vermeille.
    Le galand en eut fait volontiers un repas;
    Mais comme il n’y pouvait point atteindre:
    «Ils sont trop verts, dit-il, et bons pour des goujats.»
    Fit-il pas mieux que de se plaindre?

    Les raisins valent-ils vraiment le coup de tant d’effort ?

Laisser un commentaire