Struggle for life : revue de presse internationale

Le 21 janvier 2020 — date-anniversaire de l’exécution du monarque « traitre à la patrie » — marquera-t-il un tournant dans le conflit qui oppose l’ensemble de la communauté de l’enseignement supérieur Universités-EPST (personnel et étudiant-es) et celleux qui ont la responsabilité de conduire la politique de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, à savoir Thierry Coulhon, Conseiller enseignement supérieur et recherche du Président, Frédérique Vidal, Ministre, Antoine Petit, pdg du CNRS, et certainement aussi Gilles Roussel, président de la Conférence des Présidents d’Université, des membres de la Conférence des Présidents d’Université1 mais également le Président de la République lui-même.

Visuel de Université ouverte, site qui recense la plupart des événements touchant à la mobilisation universitaire 2020

Retour sur les premières actions anti-LPPR

Si les critiques n’ont guère cessé depuis l’élection d’Emmanuel Macron elles ont connu des accents nouveaux à l’occasion de l’imposition de Parcoursup (loi ORE), au printemps 2018, à l’encontre de l’unanimité des avis universitaires et de celle des droits différentiels pour les étudiants étrangers. À l’hiver 2018-2019, la situation s’est brutalement tendue lorsqu’Antoine Petit, soutenu par Emmanuel Macron, s’est largement vanté de vouloir conduire, avec la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche à venir, une politique résoluement « darwinienne » et « inégalitaire ».

Alors que le mouvement d’opposition à la modification des régimes de retraites fait rage depuis le 5 décembre, des interventions remarquées ont lieu  à la Stafion F, à l’Assemblée, lors d’un séminaire de la CPU, et enfin, au cours de l’inauguration “populaire” du Campus Condorcet, à laquelle la Ministre et la Présidente de la Région Île de France2 ont renoncé à assister. La communauté universitaire découvre à la rentrée 2020 les projets gouvernementaux, déjà bien avancés grâce aux Loi de transformation de la fonction publique et PACT. Elle s’est mise progressivement en grève, étudiant-es et revues en tête, suivies des laboratoires, et bientôt des personnels d’enseignement, de recherche et de soutien. Les Universités organisent Assemblées générales, Universités hors les murs, séminaires alternatifs, etc. Alors que la grève anti-Loi Retraites atteint son 50jour, le bruissement universitaire fait son chemin dans l’actualité.

Le relai de la presse

Trois articles paraissent en ce début de semaine du 20 janvier 2020, dans deux grands quotidiens nationaux et, chose inouïe, dans une revue britannique spécialisée sur l’enseignement supérieur.

  • 0,82% vs. 3% : les raisons de la colère

Le 20 janvier paraît une nouvelle tribune de chercheurs dans Libération. Ceux-ci rappellent leur ferme opposition aux principes de darwinisme social prôné par Petit et insistent sur le retard pris depuis les accords de Lisbonne3, puique vingt ans après la France n’a pas encore atteint les 1% du PIB investis dans la recherche publique. Le torchon brûle entre celleux qui demandent un financement de l’enseignement supérieur et de la recherche à la hauteur des attentes des politiques et ceux, à l’instar de Thierry Coulhon et d’Antoine Petit, qui juge que cette excellence française en matière de recherche se fera en concentrant les subsides sur quelques champions.

  • Le Petit des grands

De fait, le dialogue de sourds est bien installé. Times Higher Education, dans son édition du 21 janvier, rapporte ainsi les violentes attaques de la part des différents chercheurs de la communauté universitaire — et qu’Academia a recensées — et la réponse qu’Antoine Petit offre au journaliste David Matthews.

Le professeur Petit a reconnu que, si on adoptait « un point de vue de spécialiste, l’utilisation du terme Darwin n’était pas entièrement approprié ».
Il entendait par là mettre l’accent sur le fait que la France a besoin d’« attirer les meilleurs chercheurs et de financer les meilleures équipes » et qu’il serait « inutile » de distribuer les budgets de façon équitable entre toutes les institutions de recherche du pays, a-t-il ajouté.

« Parfois, en France, nous avons un problème avec l’égalité, nous aimons que tous soient égaux », dit le professeur Petit. « La science, c’est comme le sport. Tout le monde peut jouer du foot, mais tout le monde ne peut pas jouer dans la Ligue des champions » ((Ma traduction.)) .

Comme à l’habitude, le lecteur ou la lectrice aura noté la constance dans la position politique et l’imagination linguistique d’Antoine Petit. Ces deux traits — détermination et créativité — caractérisent également les universitaires de l’« opération Hcéres ».

  • #NousSommesCandidat : opération RogueESR

Manifeste de l’opposition à la gestion néolibérale de la recherche, la tribune RogueESR #NousSommesCandidat du Monde, qui paraît le même jour, donne une existence médiatique à une action spectaculaire qui a lieu au Ministère, rue Descartes, à Paris. En effet, par ce texte collectif, des centaines de chercheurs se portent candidat-e à la présidence du Haut conseil à l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres).

Le même jour, journaliste Sylvestre Huet, dans son article « Montée de la contestation à l’Université et au CNRS » (blog Science2) rappelle utilement le contexte institutionnel — ne faut-il pas dire curial — dans lequel se place la démarche collective.

En effet, le HCERES est depuis plus d’un mois privé de Collège de direction et de Président du dit Collège depuis le départ à la retraite de Michel Cosnard. Un départ prévu… depuis plusieurs années. Une vacance de poste dont la signification ne doit pas être sous-estimée, car elle ne se réduit pas à un couac de calendrier ou un dysfonctionnement technique de l’État.

Des désaccords entre Matignon, l’Élysée et la rue Descartes sont à l’origine de cette vacance du poste. Et notamment le refus de nommer à ce poste l’un des candidats, Vincent Berger. Probablement pour le punir de son action lors de l’affaire « Peyroche » ((Lire sur ce point cette note qui a déclenché l’ire de la Ministre Frédérique Vidal au point de tancer Michel Cosnard sur son existence — je suis membre du COFIS, le Conseil de l’intégrité scientifique auprès de l’OFIS, département du HCERES — ce qui revient à violer le statut du HCERES, une Autorité administrative indépendante censée — ne pas recevoir d’instruction du gouvernement ».)) . Le résultat est que le HCERES est privé de son instance de direction censée garantir son statut d’Autorité administrative indépendante, donc à l’abri de toute instruction du pouvoir politique. Une vacance qui fait de sa directrice générale, une fonctionnaire nommée et non garante de ce statut, la direction opérationnelle du HCERES… au moment où Emmanuel Macron — voir son discours au 80 ans du CNRS — lui réclame de désigner les laboratoires perdants de l’évaluation à sacrifier budgétairement. Le nom du futur Président du HCERES est un secret de Polichinelle, il s’agit de Thierry Coulhon, actuel conseiller scientifique à l’Elysée et fervent partisan du retour de la « note couperet » bien utile pour couper les crédits.

Thierry Coulhon, au premier rang des invités de du “think-tank de la Nouvelle donne numérique“,  créé par Alain Minc, Laurent Alexandre et Yves Poilane de Ionis Education Group, un des leaders de l’enseignement supérieur privé.

Pour toute la communauté, il est clair que Thierry Couhlon, devenu seul candidat à la présidence de la Haute autorité, représente un réel danger. C’est pourquoi, chez le collectif RogueESR, et rapidement désigné par #NousSommesCandidat, l’idée mûrit de présenter une candidature collective, avant de faire la démarche d’ouvrir l’équipe de candidat-es à l’ensemble des personnels des Universités et des EPST.

Profession de foi : défendre l’autonomie de la recherche et des formations

C’est peu dire que les réformes de notre système de recherche menées depuis quinze ans au nom de l’excellence n’ont pas eu l’effet escompté. Ambitionnant de renforcer le statut de puissance scientifique de la France, elles n’ont mené qu’au décrochage de la part française des publications mondiales, l’indicateur de performance choisi par les réformateurs eux-mêmes. Il n’y a pas à s’étonner : l’évaluation statistique des politiques publiques montre que la quantité de publications scientifiques est proportionnelle à l’argent investi dans la recherche, mais qu’elle est pratiquement insensible aux réformes structurelles. Or pendant ces quinze ans, l’effort financier s’est focalisé sur une niche fiscale, le Crédit d’Impôt Recherche, destinée à contourner l’interdiction européenne des aides publiques directes aux entreprises. L’évaluation faite par France Stratégie de son intérêt pour la recherche est sans appel : son effet de levier sur l’investissement privé est… négatif.

Exemple de candidature par envoi papier #NousSommesCandidat

Les réorganisations de l’Université et de la recherche ont aussi des effets systémiques profonds, mais qui ne sont observables que si l’on s’intéresse au savoir produit et transmis plutôt qu’au dénombrement bibliométrique. Les réformes structurelles ont conduit à une chute de la qualité et du niveau d’exigence de la production scientifique, dont les multiples scandales de fraude ne sont que la partie apparente. Cette crise institutionnelle du monde savant est d’autant plus dramatique qu’elle survient dans une phase de crise sociale, climatique et démocratique dont la résolution passe par la production, la transmission, la critique et la conservation des savoirs.

Attroupement devant le Ministère, rue Descartes #NousSommesCandidat (Photo: Arnaud Saint-Martin)

 

Parce qu’elle se fonde sur l’enrichissement et la transmission des connaissances comme horizon commun, la science suppose l’autonomie des savants, chercheurs, universitaires, et personnels d’appui à la recherche vis-à-vis des pouvoirs dont son exercice dépend, qu’ils soient politiques, économiques ou religieux. Cette liberté académique ne doit pas être pensée comme une absence d’entraves mais comme une liberté positive, garantie par des moyens effectifs. Le sursaut passe par la réaffirmation des conditions pratiques de cette autonomie.

La première condition est budgétaire : pour encourager l’inventivité et la création, il est indispensable de doter la recherche de financements récurrents, en rupture avec le formatage bureaucratique de la science par des « appels à projets » court-termistes, qui encouragent le conformisme et la recherche incrémentale.

Ministère, rue Descartes #NousSommesCandidat (Photo: Séverine Barthes)

 

 

 

La deuxième condition tient à cette autre ressource préalable à la recherche : le temps. Pour maintenir la biodiversité nécessaire à un écosystème de recherche florissant, il est nécessaire de garantir statutairement la possibilité du temps long. La sélection spencérienne promue en haut lieu, faite de fragmentation et de contractualisation généralisée des statuts, tue cette diversité et entretient la crise qualitative. La solution passe par un recrutement de qualité lié à des postes pérennes, condition de l’attractivité pour les jeunes chercheurs comme pour les personnels techniques, de façon à irriguer sans cesse le système d’idées et d’aspirations nouvelles.

#NousSommesCandidat (Photo: Séverine Barthes)

La troisième condition est de réduire la division du travail savant, ce qui exclut la séparation entre des managers de la recherche exerçant le pouvoir, et des chercheurs, universitaires et personnels techniques dépossédés et devenus de simples exécutants, séparation qui constitue la définition stricte d’une bureaucratie. Il est indispensable de procéder à un audit des structures empilées depuis quinze ans et au chiffrage de leur coût de fonctionnement afin de libérer des moyens en supprimant des strates inutiles, voire nuisibles.

Remise collective des candidatures au Ministère, 21 janvier 2020, à midi (Photo: GPV)

Sur le plan des pratiques, l’exigence et l’originalité des travaux scientifiques sont garanties depuis des siècles par une norme, celle de la controverse collégiale (la disputatio des classiques) : la discussion contradictoire et libre au sein de la communauté des pairs. Ce principe de gratification sociale fondée sur la reconnaissance de la valeur intellectuelle des travaux est irréductible à une « évaluation » managériale dont les fondements reposent sur un système de normes quantitatives externes, déterminées par les intérêts d’investisseurs : toute métrique normative cesse vite d’être une simple mesure pour devenir elle-même l’objectif à atteindre. Obligation doit donc être faite à tout comité de suivi, de recrutement ou de promotion de baser ses délibérations sur la lecture des travaux, et non sur l’évaluation quantitative. Pour que ce soit faisable et probant, le nombre de travaux soumis à examen doit être limité drastiquement.

La candidature collective (Photo: Severine Barthès)

L’autonomie du monde savant nécessite enfin de ré-instituer des normes de probation scientifiques exigeantes, prenant en compte les spécificités contemporaines. Il est urgent de restituer aux communautés de chercheurs et de professionnels de l’édition publique le contrôle des revues scientifiques, et de destituer, en faveur de ses formes artisanales plurielles les plus créatives, l’oligopole de l’édition industrielle sur lequel se fondent techniquement et économiquement les politiques d’évaluation actuelles.

Pour procéder à ces réformes, nous nous portons candidats à la présidence de l’institution en charge de définir les normes et les procédures qui régulent, organisent et déterminent la production savante : le HCERES. Notre candidature collective vise à renouer avec les principes d’autonomie et de responsabilité des communautés savantes qui fondent la science et qui en assurent la transmission et la diffusion. Il ne saurait y avoir d’administration distincte dotée d’un « président » pour superviser ces pratiques : c’est l’ensemble du corps savant qui doit présider à l’évaluation qualitative de sa production.

Sans recherche autonome, nous n’avons pas d’avenir.

Potache et joyeuse, l’élaboration de cette candidature collective, qui visait autant à gripper les rouages du Ministère qu’à trouver une manière originale de réaffirmer pour la n-ième fois les valeurs et les pratiques partagées par la quasi unanimité des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche, initiée à la fois par des représentants des EPST et des Universités, a permis de resouder des liens distendus entre disciplines, sciences dites “dures” et sciences dites “molles”, entre recherche et enseignement supérieur.

 

Bons baisers de Russie

De gauche à droite : François Jacq (Commissariat à l’Energie atomique), Guillaume Gellé (Conférence des Présidents d’Université), Laurent Champaney (Conférence des grandes écoles), Thierry Damerval (Agence nationale de la Recherche) Frédérique Vidal, Ministre Philippe Mauguin (Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement), Gilles Bloch (Inserm), Bruno Sportisse (Institut national de recherches en informatique et en automatique), Antoine Petit (Conseil national de la recherche scientifique), Jean-Yves Le Gall (Centre national d’études spatiales)

Point d’orgue de la journée, les voeux attendus de Frédérique Vidal au Musée de l’homme auraient dû se tenir dans la plus grande discrétion. De nombreuses personnes, étudiantes, chercheurs, se rendent sur les lieux. Certains parviennent à entrer et réalisent une performance, captée par la télévision.

À l’extérieur, sur le paris des Droits de l’homme, les policiers maintiennent les manifestants par un cordon sérré et par poussées gratuites. Un témoin dit avoir vu un policier dépasser brusquement le cordon et donner à une jeune homme qui portait le mégaphone un violent coup de matraque au visage, un doctorant de la Sorbonne Nouvelle, actuellement employé comme ATER à l’UPEC.

Étudiants, étudiantes, enseignantes, enseignants, BIATSS, chercheurs, chercheuses : tous et toutes ensemble attendent de comprendre quelle stratégie va suivre le Ministère : beau joueur ou père fouettard. Espérons que ni les étudiant-es, ni les collègues n’en pâtiront dans leur chair et que l’étudiant blessé sera bien le dernier.

Doctorant enseignant à UPEC, blessé lors de la cérémonie des voeux en off, parvis des Droits de l’Homme, 21 janvier 2020

*
*   *

La journée du 21 janvier 2020 laissera une marque dans l’histoire des mobilisations universitaires. Comme actrice de l’actuelle lutte contre la destruction du système solidaire de retraites et de l’affaiblissement de l’Université française par l’idéologie néo-managériale des personnes qui prétendent la gouverner, je veux remercierpour finir, le courage des deux doctorants qui, au nom de notre communauté universitaire, ont imposé la voix des universitaires devant les fossoyeurs des libertés académiques.

 

Articles cités

Action Université ouverte devant le Musée de l’homme, 21 janvier 2020

  1. Par exemple, Guillaume Gellé, Président de l’Université de Reims et de la Commission Formation et insertion professionnelle de la CPU, aux côtés de la Ministre au moment de ses voeux. []
  2. Valérie Pécresse, qui fut aussi la Ministre de la loi « Libertés et responsabilités des universités » dite LRU []
  3. « Engagement pris par les pays de l’UE en 2000 pour « faire de l’UE l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde » à l’horizon 2010. Pour ce faire, l’ambition était que les pays de l’UE portent leur effort en recherche et développement à 3% du PIB, 2% privé, 1% public. La France était alors à 2,2%. Elle l’est toujours aujourd’hui, avec une part de la recherche publique de 0,82% du PIB, qui prévoyaient un investissement de 3% du PIB dans la recherche et l’enseignement supérieur, et rappellent qu’on est encore très loin des 1% du PIB ». []

1 réflexion sur « Struggle for life : revue de presse internationale »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.