En soutien aux personnels d’OpenEdition : notre lutte doit être aussi numérique

Le 16 décembre 2019, les employés·es d’OpenEdition réuni·es en assemblée générale ont voté le blocage pour 24h des plateformes qu’elles et ils maintiennent et animent dans le cadre de la journée interprofessionnelle du 17 décembre 2019 contre la réforme des retraites.

Nous, travailleur·es de l’enseignement supérieurs et de la recherche, avons découvert cette initiative avec enthousiasme.

Dans le contexte d’une réforme des retraites qui accroît les inégalités et d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche qui poursuit le travail de démantèlement des statuts de la recherche publique, mais aussi d’un mouvement plus vaste et plus ancien de précarisation constante des conditions de travail dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) dont Parcoursup et la mise en place de frais d’inscription à l’université publique, la question des modalités de résistances et de lutte des travailleurs de l’ESR se pose avec une acuité croissante.

L’initiative des personnels d’OpenEdition et leurs prises de position répondent en partie à ces interrogations, tout en représentant une participation de poids à la mobilisation en cours. Il ne s’agit de rien de moins que de la réappropriation d’un outil de travail par les agents qui en sont le plus souvent invisibilisés, derrière une novlangue numérique qui veut nous faire croire à une production immatérielle, hors sol et sans travailleur·es.

L’économie numérique des savoirs est un lieu privilégié d’appropriation et d’exploitation par le système capitaliste de notre travail de production et de diffusion de connaissances. Les conflits récurrents avec les multinationales marchandes de l’édition scientifique qui s’accaparent des savoirs publics nous le rappellent. Il est donc nécessaire que cette économie numérique devienne aussi un terrain de lutte sociale, tout comme le sont les universités, les transports, etc.

Nous avons également découvert que l’action légitime des employé·es d’OpenEdition s’est attirée les foudres des tutelles de leur laboratoire, qui sont bien souvent aussi nos propres tutelles. Suite au blocage de 24h des plateformes d’OpenEdition, ces tutelles ont convoqué l’ensemble des responsables de services du laboratoire pour un « recadrage administratif ». De surcroît, les travailleur·es d’OpenEdition se sont vu·es interdire l’usage d’un moyen de communication qu’elles et ils font exister au quotidien (http://leo.hypotheses.org) pour informer les usagers de leur action (finalement rendue publique sur Academia) ! Nous y voyons une entrave à la liberté d’expression salariale et syndicale.

Affiche “Formes de lutte”, par 171ravoux (décembre 2019°

En tant qu’usagers d’OpenEdition (OpenEdition Journals, Calenda, Hypothèses, Books…), mais aussi en tant que contributrices et contributeurs directs ou indirects à ces outils de travail qui sont aussi les nôtres, en tant que membres des rédactions des revues, gestionnaires de listes d’information, carnetier·es, autrices et auteurs de livres et d’articles scientifiques, organisatrices, organisateurs et participant·es à des événements scientifiques, membres de comités scientifiques…, nous soutenons l’action des travailleuses et travailleurs d’OpenEdition et nous tenons à leurs côtés dans la lutte.

Liste des signataires (mise à jour le 27 janvier 2020)

pour rejoindre cette liste : écrire à mobilisation.numerique.esr@gmail.com

Assemblée générale des membres de revues en lutte
Assemblée générale du site Pouchet du CNRS
Association des jeunes chercheuses et chercheurs en études féministes, genre et sexualités (EFiGiES)
Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA)
Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (UMR 7217)
Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (UMR 7310)

Centre Maurice Halbwachs (UMR 8097)

Et les comités de rédaction des revues :
– Actes de la recherche en sciences sociales
– ALTER, European Journal for Disability Research
AntiAtlas Journal
– Biens symboliques/Symbolic Goods
Cahiers d’Afrique de l’Est
Cahiers des Amériques latines
– Cahiers d’études africaines
– Cahiers d’EMAM
– Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique
– Cahiers de littérature orale
– Cahiers du genre
– Champ pénal
Clio. Femmes, genre, histoire
Critique internationale
Cultures & Conflits
Esclavages & Post~esclavages
– Espaces et sociétés
– Esprit critique
– Filigrane. Musique, esthétique, sciences, société
– Genèses
– Genre et histoire
– Genre, sexualité et société
– GLAD!
Journal des anthropologues
JSSJ
L’Année du Maghreb
– L’Homme
– Langage et société
Lectures
– Les Mondes du travail
– Métropoles
– Mouvements
– Nouvelle Revue du travail
– Nuevo Mundo
– Participations
Poli – Politiques des Cultural Studies
– Politiques de communication
– Politix
– Projets de pausage
– Regards sociologiques
– RESET
– Revue d’histoire du XIXe siècle
– Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée
– Revue des sciences sociales
– Revue française de socio-économie
– Revue francophone sur la santé et les territoires
Sociétés contemporaines
Socio-logos
– Sociologie du travail
– SAMAJ
– Savoir/Agir
Temporalités
– Terrains & travaux 
– Tracés
– Transposition

1 réflexion sur « En soutien aux personnels d’OpenEdition : notre lutte doit être aussi numérique »

  1. Ping : Grève numérique contre la LPPR | Les carnets de la phonothèque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.