La pensée complexe aux prises avec l’évaluation de la recherche

Discours d’Emmanuel Macron, 80 ans du CNRS, au Palais de la Découverte, 27 novembre 2019

Extraits à partir de la minute 35'

Sujet :

Vous commencerez par analyser le texte suivant. Pour cela, il est recommandé de

  • vous appuyer sur le découpage proposé du texte,
  • dégager sa thèse principale, mais aussi les présupposés de celle-ci,
  • présenter les raisonnements sous forme de syllogismes, ou tout autre forme de raisonnement logiquement valide,
  • prêter une attention particulière aux figures de style (répétitions, oppositions, ellipses).

(30 minutes).

Dans un deuxième temps, vous énoncerez quelques mesures concrètes permettant de mettre en œuvre aussi efficacement que possible la politique de la recherche promue par le Président de la République. Vous serez aussi précis que possible en indiquant, par exemple,

  • comment seront constitués les comités d’évaluation, à quel rythme ils seront réunis, sur la base de quels documents ils procèderont aux évaluations qui leur ont été demandées,
  • quelles pourront être les conséquences des évaluations pour les évalués,
  • quels seront, à court et à long terme, les effets de cette politique « différenciante ».

(30 minutes).

Dans un troisième et dernier temps, vous discuterez rapidement l’efficacité de ces mesures en mobilisant ce que vous savez en matière d’économie de la connaissance.

(30 minutes).

Les temps passés sur chaque partie sont indicatifs, mais les trois parties du devoir devront être équilibrées.

 

 

« Bon, si j’étais politiquement non correct, je vous dirais que vous avez, en fait, trop d’évaluations qui servent à rien. Et je pense que c’est un peu ça. Je pense que la solution n’est pas vers le moins d’évaluation, n’est pas le moins d’évaluation.

(1/12)

La question, c’est : les évaluations que vous avez citées, quelles conséquences aujourd’hui on en tire dans le système ? Très peu. Si on est honnêtes avec nous collectivement, c’est très lourd.

(2/12)

Et donc, au fond, on crée, on a créé un système d’évaluation, comme ça n’a pas été porté et accepté par l’écosystème français, on a fait d’abord un système dur qui a été rejeté, on a maintenant un système mou sans conséquence. Et donc, le système mou sans conséquence, il est pas bon pour le bon chercheur parce qu’il est aussi bureaucratique que pour le mauvais, mais sans conséquence, parce qu’il est peu différenciant.

(3/12)

Vous parliez tout à l’heure d’inégalitaire. En tout cas, il n’est pas différenciant. Et donc il prend autant de temps à chacun d’être rempli, mais il y a pas de conséquences réelles.

(4/12)

Je ne vais pas vous dire sérieusement : on n’évalue pas. Il n’y a aucun système au monde qui n’évalue pas sa recherche. Ce qui est sûr, c’est que c’est pas à moi de l’évaluer. C’est à des gens compétents pour le faire, et au bon rythme, et ça, ça fait partie de la discussion et de ce qui sera finalisé autour de la Ministre. C’est-à-dire sans doute avec les meilleurs de la discipline, sans doute avec, en mobilisant aussi les meilleurs scientifiques sur le plan international, avec un rythme qui est le bon, c’est-à-dire pas trop souvent, parce qu’il ne faut pas que ce soit non plus quelque chose qui se fasse à un rythme qui correspond pas au projet de recherche. Mais, au fond, tout le monde a besoin d’une évaluation, parce que, sinon, on a un système qui est le nôtre, où on a, en fait, énormément de coûts fixes salariaux, très peu de différenciation par le projet, par recherche, et une évaluation qui a très peu d’impact.

(5/12)

Bilan des courses, les gens vont toujours chercher des projets et ça a très peu d’impact. Donc, oui, on n’attire pas les meilleurs. Donc ce qui faut réussir à faire, c’est : dégager plus de marge de manœuvre sur des projets où on se donne un peu plus de temps et de la visibilité pluri-annuelle, qui sont plus différenciant, mais où on assume aussi que, quand on évalue et que l’évaluation est pas au rendez-vous, on peut pivoter les choses. Tous les, je sais pas, trois ans, quatre ans, en fonction de la structure du projet. Donc voilà.

(6/12)

Alors une fois que j’ai dit ça, il y en a trop. Donc deuxième grand axe pour moi sur l’évaluation, c’est d’assumer une politique d’évaluation et d’assumer les conséquences qu’on en tire et qu’on crée les conditions consensuelles si je puis dire qu’il y a derrière, et donc mettre les moyens pour que, quand on réussit son évaluation, on a les moyens pour continuer, quand on la réussit pas, il y a des conséquences aussi.

(7/12)

Parce que c’est pas vrai qu’on saura mettre plus de moyens pour tout le monde de manière homothétique.

(8/12)

Et d’ailleurs, c’est pas non plus totalement pertinent. On a déjà la structure qui permet, je dirais une avancée homothétique, parce qu’on a déjà des gens qui ont le statut de chercheur qui sont dans l’organisme, qui peuvent être dans leur unité, etc. Donc voilà.

(9/12)

Donc sur l’évaluation, j’entends votre point, y en a trop.

(10/12)

Pour moi, le sujet, c’est d’une part qu’y en a trop, d’autre part que, au fond, on n’est pas assez courageux sur les conséquences qu’on en tire. Donc il faut en faire moins, mais être plus clair sur les conséquences qu’on en tire.

(11/12)

Et peut-être en faire, réussir à articuler aussi les temps de ces évaluations. Je distinguerai l’évaluation des appels à projets. Sur le temps de l’évaluation, il y a une évaluation du chercheur, il y a l’évaluation au niveau de l’équipe de recherche et il y a l’évaluation au niveau de la structure. Et donc ces évaluations-là, il faut qu’elles se marient au bon rythme pour correspondre en quelque sorte au bon accompagnement, au développement de chacune des équipes de recherche, mais qu’elles permettent aussi la bonne différenciation et l’accélération de notre excellence en matière de recherche.

(12/12) »


1 réflexion sur « La pensée complexe aux prises avec l’évaluation de la recherche »

  1. Pour une analyse et une mise en contexte de cette pensée complexe, voir « LPPR : une loi de programmation de l’inconduite scientifique ?« , par Julien Gossa, 18 janvier 2020.
    Début : Emmanuel Macron, lors de la cérémonie des 80 ans du CNRS, a déclaré : « quand on évalue et que l’évaluation est pas au rendez-vous, on peut pivoter les choses. Tous les, je sais pas, 3 ans, 4 ans » et « l’idée, en effet, c’est de développer des CDI de projet, qui permettent d’avoir cette flexibilité&nbsp». La conjonction de ces deux mesure crée un contexte propice à la pressurisation des jeunes chercheurs, qui conduit mécaniquement aux inconduites scientifiques. Mais peut-être est-ce une décision rationnelle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.