« Inutile de pousser le bouchon trop loin » : réflexions de Thierry Coulhon, Conseiller du Président de la République sur l’avenir de (l’évaluation de) l’ESR

Update 18 janvier 2020

À l’occasion du colloque Bilan et perspectives de l’évaluation de l’ESRI : 2015-2025, Thierry Coulhon, Conseiller Enseignement supérieur et recherche du Président Macron, sort de son silence élyséen, remplaçant au pied levé, nous dit-il, Cédric Villani. Il rappelle avec satisfaction l’œuvre accomplie avec quelques frères d’armes depuis 2007, en lien avec l’Australie, et expose le rôle à venir de l’HCERES, dont il est aujourd’hui le seul candidat à la direction.
Avec brio et conviction, il nous rappelle que la science française a réussi à avoir une évaluation digne de ce nom, qu’il faudrait qu’elle puisse disposer au moins d’un établissement universitaire parmi les 30 premiers du classement de Shangai, et que le Haut Conseil a pour vocation à évaluer à l’avenir tout ce qui est évaluable afin d’affecter correctement des moyens.
Bon visionnage (à partir de la minute 24’20)

Transcription (Hcéres)

C’est un véritable honneur1 pour moi d’ouvrir ce colloque, parce qu’il marque sans aucun doute un moment important de l’histoire de notre système d’enseignement supérieur et de recherche. Je mesure le chemin parcouru depuis cette année 2007, où Jean-Marc Monteil portait pour l’Agence d’évaluation issue de la loi de 2006 une vision qui transcendait le Comité National d’Évaluation. Je me souviens, quelques années après, de l’occupation du Siège de la rue Vivienne, que nous essayions de traiter depuis le cabinet de Valérie Pécresse.

Je me rappelle également l’année 2012, où je percevais des échos lointains de débats aussi enfiévrés que byzantins sur l’évaluation depuis un autre pays, situé beaucoup plus au sud, un pays où la scie

Une maison en feu au Lac Coniola, New South Wales, lors de la Saint-Sylvestre (c) Matthew Abbott, The New York Times, 2019

nce était plus jeune mais où l’évaluation était considérée comme naturelle et depuis longtemps opérée avec soin. Je dois avouer que j’avais omis d’expliquer aux Australiens2 que nous avions passé six mois et dépensé une grande énergie à transformer une agence en Haut Conseil et que cela était considéré en France comme une avancée substantielle. Je me souviens également de tout ce qu’ont accompli les présidents successifs et les équipes de l’AERES puis du Hcéres. Au moment de la prise de fonction de Michel Cosnard, nous partagions tous le sentiment d’une grande construction.

En principe, un conseiller du Président de la République3 n’émet pas de déclaration publique. Considérons donc que c’est comme collègue, témoin de la douzaine d’années qui viennent de s’écouler et acteur pour encore quelques années du monde de l’ESR que je partage ces quelques réflexions avec vous.

La date de ce colloque ne pouvait être mieux choisie. D’une part, la préparation de la loi de programmation pluriannuelle pour la recherche constitue l’occasion unique de donner une impulsion décisive à notre système d’ESR pour lui permettre de mieux remplir sa fonction et de recoller à la compétition mondiale. D’autre part, le mandat de Michel Cosnard à la tête du Hcéres touche à sa fin et la ministre nommera bientôt la personne qui lui succédera. Michel Cosnard a été un grand Président.

Ligne Maginot Project A9 10, by Miaro Digital, sd

Il est d’autant plus nécessaire de revenir sur la trajectoire passée et de réfléchir aux nouvelles orientations que la situation appelle. Nous pourrions discuter à l’infini pour savoir si sont les forces ou les verrous de l’enseignement supérieur et de la recherche français qui l’emportent. Deux choses sont certaines. Premièrement, notre histoire institutionnelle si particulière nous avait conduits il y a quelques années dans une sorte de situation d’empêchement où nous ne pouvions déployer nos forces. Nous n’en sommes encore complètement sortis.

Deuxièmement, dans le reste du monde, l’université ayant emprunté des chemins moins détournés et moins escarpés ne nous attend pas pour évoluer et conquérir. Nous ne pouvons espérer, pour conserver notre place, nous abriter derrière des lignes Maginot. Elles seraient enfoncées par les besoins de la société, par la vague numérique, par la compétition pour les talents, par la circulation des chercheurs et par les aspirations de la jeunesse. Et pourtant, nous ne sommes pas loin de retrouver toute notre place dans le concert des universités mondiales.

Bloqués dix-sept jours sur le « Sea-Watch 3 », les naufragés ont lancé plusieurs fois des appels à l’aide. Après leur accostage à Lampedusa, ils ont remercié personnellement Carola Rackete, selon Sea-Watch. (Photo : Sea-Watch)

J’en veux pour preuve, en juillet, le dîner de l’alliance U7 autour du Président de la République, après un sommet où les grandes universités de recherche françaises avaient invité leurs homologues des pays du G7 et des pays associés à réfléchir sur leur rôle dans le monde comme acteurs globaux et à prendre des engagements sur leurs apports aux grandes transitions énergétiques, numériques et sociales.

https://www.flickr.com/photos/mariajc/2288513798/in/photolist-4ueeqs-4Y6J7v-Rngvym-28b3Tnv-6gXErw-5Bdp5q-7VfweM-3iSJh-2eF1Ff2-vdbrtj-2cWutvU-2efng9h-d2NUu5-GX5bwa-2e7X7Jt-81RGP9-2hSGvVS-UbCAjY-24GA6DG-2huoYLZ-LWUbBh-296zXv9-Zj8f68-nb46X7-qSqFav-JopP9y-2gvpBzQ-dbA8ZF-k7baeg-5dyxGa-5A6qW2-aKB7fp-7komh-d3GcNb-6j2ALv-95RUg5-6axnhy-5xaGLz-reMW9i-3jYZk-x9UQM-42P5be-ebjMRS-64bjP2-brbxvK-7GkKkJ-nH9LWW-3corCq-8MSFdC-zJePii

Frailty is misleading, par Maria Casais, 2008

 

 

Nous sommes capables en effet de nous soigner de nos maux. Nous avons su créer des grandes écoles et des organismes de recherche quand nos universités étaient faibles. Les unes et les autres ont appris et apprennent encore à travailler ensemble, jusqu’à construire enfin de véritables universités au sens international, en inventant un lien plus adulte entre État et opérateurs avec la contractualisation et l’autonomie, en travaillant sur le périmètre des institutions, en recourant à des outils audacieux tels que le PIA et en nous dotant d’une agence d’évaluation et d’une agence de financement sur projet.

Néanmoins, deux dangers nous menacent sans cesse, à savoir l’esprit de chapelle conjugué à l’immobilisme, et la recherche du plus petit dénominateur commun. L’évaluation est cruciale pour surmonter ces deux difficultés. Elle est laïque, ne regardant ni la taille, ni les préjugés mais uniquement la qualité des réalisations. Elle surmonte donc l’esprit de chapelle et les catégorisations. Elle incite à prendre des décisions courageuses et fournit un point d’appui aux directions d’établissement pour le faire.

https://www.flickr.com/photos/155747311@N07/38787612300/in/photolist-226wDNd-RaT5nB-2i8YZSq-27Dz6pc-R9iP4x-28yTUDd-oJj488-2eMa9NB-2hPz7ty-2gkR1Bn-tdavZ6-26imLQv-2dyDacM-251zXjL-26Fyjaa-ZNR9bo-2dpD5QK-BSNYCk-W3JfBF-HYHZ3c-H7NN9i-WtKYMU-5Ub5dw-MwLPs3-2i4ybHx-2gXPwN7-2dLM8Wc-ocKBFu-RNnNcL-RWU4vu-24bWHKF-pDMfUL-dLgTpv-d4h3n3-9BSCCt-81oRqx-5gBiVF-22sr4Vc-dTfkvG-242umpw-27wMpi2-e16RYZ-9aWbZm-24aFCs2-SD1Mi1-2cgHCoc-T7R47q-HfZp6b-5Ub5dG-2hXTdDe

Chapelle, by Mathieu B, 2018

Enfin, elle donne confiance à la société et à l’Etat. Comment irions-nous négocier des moyens nouveaux à Bercy si nous ne sommes pas capables d’objectiver ce que nous savons faire et ce que nous apportons ? L’AERES a construit une méthode et le Hcéres a poursuivi le travail mais les débats de 2012 l’ont quelque peu euphémisé. Nous passons notre vie à noter les étudiants, à évaluer des articles, à classer les collègues que nous voudrions recruter ou les projets que nous proposons de financer. Nous sommes donc bien placés pour connaître les limites et les effets pervers de ces pratiques. Mais comment pourrions-nous les refuser pour nous-mêmes ?

https://www.flickr.com/photos/behind-the-signs/27662361260/in/photolist-J9qQg7-iGR6sV-Lvet5f-GXvmi-mgRM7P-wNttj5-cJGyxw-Sak7H4-ffd3bu-e8ZqBA-21q3NXu-2hYEKeH-KtPj1E-2gbv3sa-LLuzbF-2icHPmr-xoGXpU-WTpLjt-2gjtqbG-24eQyju-QiCF6e-LmQQAx-yeMZis-bzMWft-LJVbAV-o4Vca6-21aNHL7-2d6Zqs7-rie8dj-2ewXJ95-2cF7nvc-ZP7u1S-WVfPLe-mgR2M4-2cXUTCN-NF8pY2-2eQp3kR-2hiJfTN-2g4TL82-Lsdd91-231HLna-9H856B-W9kjZi-KZy9Qm-2ig6Sbn-QiCDxz-MpAHPm-2hT3ofH-34qTLE-zXBi3r

Classifier corner, by Behind the signs, 2016

À nous de réfléchir pour rendre le résultat de l’évaluation précis et subtil mais net et utilisable.Les classements et l’évaluation constituent deux démarches différentes. Néanmoins, nous assistons chaque année au moment de la publication du classement de Shanghai à un concert de lamento et de déni de réalité. Même si les classements ne constituent certainement pas l’alpha et l’oméga de la politique universitaire, la confiance des contribuables, de l’État, des entreprises et des étudiants nous serait plus facilement acquise si nous obtenions de bons classements. Cet objectif est à portée de main. Nous devrions dès aujourd’hui occuper quelques places parmi les trente premières institutions et encore plus parmi les cinquante premières. Il est vrai que nous ne maîtrisons pas les critères de ces classements et qu’ils ne sont pas assez fins pour guider une politique d’établissement. Il serait d’autant plus paradoxal de refuser de jouer pleinement le jeu d’une évaluation dont au contraire nous décidons ensemble des règles et qui en conséquence est attentive à nos réalisations.

Jean-Marc Monteil4 , Jean-François Dhainaut, Didier Houssin, Michel Cosnard et leurs équipes ont avancé sur le chemin d’une évaluation professionnelle, aux standards internationaux. C’est désormais un acquis.

Une du Peuple, 10 juin 1936

Michel Cosnard a accompli deux réalisations essentielles en faisant largement accepter l’évaluation et en étendant son emprise. Tout objet de l’ESRI5 est susceptible d’être évalué par le Hcéres ou dans le cadre d’une méthode validée par lui. Il reste un objectif à accomplir, à savoir donner à l’évaluation son plein impact c’est-à-dire construire ou plutôt reconstruire le lien entre l’évaluation et l’allocation des moyens. C’est bien entendu le niveau politique qui prend les décisions, évalue les risques et les opportunités et peut décider de soutenir les forts parce que ce sont eux qui tirent l’ensemble vers le haut et nous aident à attirer les meilleurs, ou parfois de soutenir les faibles parce que certaines faiblesses sur des secteurs clés pour l’avenir nous mettent en danger.

Eyes open, by Snow Patrol, 2006

Tout cela ne peut se faire qu’une fois que les yeux du politique sont grands ouverts par l’évaluation. La ministre sera sans doute plus précise sur ce sujet. Pour ma part, il me paraît inévitable que la loi de programmation pluriannuelle de la recherche aborde cette question .Cette agence de l’évaluation, nous l’avons construite comme tous les grands pays scientifiques, en l’acclimatant à notre culture propre. Elle doit nous permettre de fuir tout faux-semblant, tout déni de réalité, de regarder en face avec précision et objectivité la qualité de la formation, de la recherche et de la gouvernance que nous produisons. Mais cela ne se fera que selon les modalités acceptées par tous et élaborées en commun.

Pour aller plus loin

  • « Bilan et perspectives de l’évaluation de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation : 2015-2025 », Colloque du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres), Synthèse des échanges, Paris, Université de Paris –17 et 18 septembre 2019.
  • Connell Raewyn, 2019, The Good University: What Universities Actually Do and Why it’s Time for Radical Change, Clayton, Victoria, Monash University Publishing.

Sur le classement de Shangai

  • Jean-Charles Billaut, Denis Bouyssou et Philippe Vincke, « Faut-il croire le classement de Shangaï ? », Revue de la régulation 8 (2010), consulté le 17 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/regulation/9016 ; DOI : 10.4000/regulation.9016.

Résumé : Nous proposons dans cet article une analyse critique du classement mondial des universités publié chaque année par l’Institut de l’Enseignement supérieur de l’Université Jiao Tong de Shangaï et plus connu sous le nom de « classement de Shangaï ». Après avoir rappelé comment le classement est construit, nous discutons de la pertinence des critères utilisés. Nous analysons ensuite la méthode d’agrégation proposée. Notre analyse se fonde sur les outils et concepts de l’« aide multicritère à la décision ». Nos conclusions principales sont que les critères utilisés ne sont pas pertinents, que la méthode d’agrégation présente des problèmes majeurs et que l’exercice souffre d’une réflexion insuffisante sur les questions liées à la structuration du problème. Le classement de Shangaï, malgré la grande couverture médiatique qu’il reçoit chaque année, n’est donc pas un outil pertinent pour juger de la « qualité » des institutions académiques, guider le choix des étudiants ou des familles, ou promouvoir des réformes du système d’enseignement supérieur. 

  • Paroles de Open your eyes, by Snow Patrol (2006) :

ll this feels strange and untrue
And I won’t waste a minute without you
My bones ache, my skin feels cold
And I’m getting so tired and so old
The anger swells in my guts
And I won’t feel these slices and cuts
I want so much to open your eyes
Cos I need you to look into mine

Tell me that you’ll open your eyes

Get up, get out, get away from these liars
Cos they don’t get your soul or your fire
Take my hand, knot your fingers through mine
And we’ll walk from this dark room for the last time
Every minute from this minute now
We can do what we like anywhere
I want so much to open your eyes
Cos I need you to look into mine
Tell me that you’ll open your eyes
Tell me that you’ll open your eyes

Capture de lettrages lors de la manifestation du 16 janvier 2020, Marseille

  1. La transcription n’a pas retenu toutes les expressions plus familières, à l’instar de celle qui donne le titre de ce billet : elles figurent dans le discours oral. []
  2. Professeur de classe exceptionnelle, Thierry Coulhon a administré le Mathematical Sciences Institute de l’Australian National University (ANU) à Canberra. Sur le modèle universitaire australien et ses dérives documentées depuis longtemps et encore aujourd’hui, voir Connell Raewyn, 2019, The Good University: what universities actually do and why it’s time for radical change, Clayton, Victoria, Monash University Publishing — recension ici — ou encore “Dreadful uncertainty’ plagues Australian researchers. Delays in the name of political PR ‘forcing academics overseas” by John Ross, Times Higher Education, November 10, 2019. []
  3. Thierry Coulhon est Conseiller Enseignement supérieur et recherche du Président de la République depuis mai 2017. []
  4. “Jean-Marc Monteil a été nommé, en mars 2015, à la tête d’une mission sur la politique numérique pour l’Éducation nationale, par le Premier ministre Manuel Valls. Auparavant chargé de mission auprès de François Fillon à Matignon (2007-2010), il a par la suite rejoint le Cnam comme professeur sur la chaire en sciences du comportement et applications. Depuis juin 2012, il préside le Conseil de développement du Grand Clermont”. (Source : https://www.letudiant.fr/educpros/personnalites/monteil-jean-marc-146.html []
  5. NDLR: Enseignement supérieur, Recherche, Innovation. []

1 réflexion sur « « Inutile de pousser le bouchon trop loin » : réflexions de Thierry Coulhon, Conseiller du Président de la République sur l’avenir de (l’évaluation de) l’ESR »

  1. Verbatim de quelques morceaux choisis

    « Nous sommes capables de nous soigner de nos maux. Nous avons sûr créer de grandes écoles et des organismes de recherche quand nos universités étaient faibles […] jusqu’à construire enfin de véritables universités au sens international »

    « Et en nous donnant… heu… nous dotant, pardon, d’un agence d’évaluation et d’une agence de financement sur projet. »

    « C’est le ministère qui peut décider de soutenir les forts, parce que ce sont eux qui nous tirerons vers le haut et qui nous aideront à attirer les meilleurs… Ou bien parfois de soutenir les faibles, parce que certaines faiblesses sur des secteur clés nous mettent en danger »

    Et pour finir : « Je suis dans un rôle muet, entière concentré sur la tâche d’être utile au président de la république »

    Rappelons que le “Hcéres est une autorité administrative indépendante (AAI)”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.