Faire grève dans l’ESR : communiqué de l’AG des précaires de l’ESR en France

Nous republions ici le Communiqué de l’Assemblée générale Ile-de-France des précaires de l’Enseignement supérieur et de la recherche du 11 janvier, publié initialement sur le site du collectif Université ouverte. Ce qui nous intéresse particulièrement dans ce communiqué, en tant que personnels ITA et BIATSS, ce sont les différentes actions proposées, qui portent sur des activités incluant nos métiers (édition, communication, administration, etc.) et donc permettent une solidarité dans la grève entre toutes les catégories de personnels de l’université et de la recherche.

*
*    *

 

Communiqué de l’Assemblée Générale Ile-de-France des précaires de  l’Enseignement Supérieur et de la Recherche du 11 janvier 2020

Contact : precairesesr_idf[at]@riseup.net
facebook : « Précarités de l’ESR mobilisées »

Nous, personnels précaires de divers établissements d’enseignement supérieur de la région parisienne (Paris 1, Paris 3, Paris 7, Paris 8, Paris Nanterre, Paris 13, Université de Marne-la-Vallée, Université d’Evry, EHESS, ENS), réuni⋅es en assemblée générale ce samedi 11 janvier 2020 à Paris, nous déclarons en grève. Nous réaffirmons ainsi notre statut de travailleur⋅euses et rappelons que sans nous et notre travail, trop souvent invisibilisé ou non rémunéré, les facs et les labos ne sont pas en mesure de fonctionner.

"Guillotina", par Escif, Valencia, España, 2012

“Guillotina”, par Escif, Valencia, España, 2012 : http://www.streetagainst.com/wp-content/uploads/2012/01/g01.jpg

Suite à l’appel solennel des précaires diffusé pour la première fois à l’été 2019 et dans l’urgence de la mobilisation historique en cours pour sauver notre système de retraite, nous nous engageons plus que jamais cette semaine à prendre part à la lutte. Nos collectifs de précaires ESR déjà existants (Mobdoc à Paris 1, CECPN à Nanterre) se joignent aux nouveaux groupes de précaires ESR en cours d’organisation dans les autres universités participantes pour réactiver une AG Île-de-France des précaires de l’ESR.

Dans ce contexte de destruction du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche, de casse de toutes les protections sociales (retraites, chômage…), nous refusons de participer plus longtemps aux faux-semblants. Nous refusons de continuer à jouer les petites mains faisant tourner un enseignement supérieur au bord de l’effondrement, les petites mains d’un monde académique s’orientant vers une logique de mise en concurrence généralisée et d’évaluation à tout prix, dont l’absurdité s’illustre dans la tenue actuelle d’examens à marche forcée. Nous refusons l’exploitation dont nous sommes victimes aujourd’hui comme nous refuserons demain d’exploiter quiconque. Nous mettrons tout en oeuvre pour rendre notre mobilisation visible et durable. Ainsi nous signifions à nos collègues, à nos étudiant⋅es et au reste de la société, que l’université publique et la recherche émancipées des intérêts privés ne peuvent exister sans nous.

Nous appelons les personnels titulaires, et les précaires qui le peuvent, de l’enseignement supérieur et de la recherche à se mettre en grève et à participer activement à la généralisation de celle-ci. Les actions symboliques, très suivies lors des précédents mouvements sociaux à l’université, ont démontré leur inefficacité. Être en grève signifie :

  • ne plus donner cours,
  • refuser d’organiser les partiels ou de noter des évaluations,
  • empêcher la remontée des notes si celles-ci sont déjà mises,
  • interrompre l’activité des revues scientifiques,
  • annuler les événements scientifiques,
  • repousser les deadlines des appels à communication ou à contribution et des candidatures à des post-docs,
  • annuler les déplacements professionnels.
  • refuser de recruter des vacataires et exiger à la place des contrats de travail en bonne et due forme (contrats doctoraux, ATER) pour les doctorant⋅es et des postes de MCF pour les docteur⋅es
  • cesser toute activité de recherche (terrain, expériences, traitement de données, écriture…) afin de pouvoir participer activement à la mobilisation.

Nous soulignons que les personnels titulaires qui ne cessent pas véritablement toute activité, freinent la grève des enseignant·es-chercheur.euses contractuel·les, des BIATSS et des étudiant·es, qui se trouvent obligé⋅es d’effectuer le travail qui leur est donné par les enseignant⋅es et chercheur⋅euses titulaires.

Nous appelons tous⋅tes les précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche à rejoindre la lutte, qu’iels soient vacataires, doctorant⋅es, contractuel⋅les ou stagiaires, qu’iels soient affecté⋅es à des missions techniques, d’ingénierie, d’administration, des bibliothèques, des services sociaux et de santé universitaires, d’enseignement, de recherche, et quelle que soit leur discipline, qu’iels relèvent des formations dites professionnalisantes comme de recherche, des sciences dites humaines et sociales comme de celles dites expérimentales, qu’iels soient à l’université, en IUT, en Institut de travail social, etc.
Il y va de notre système de retraite, de notre avenir professionnel et de celui de l’université publique. Soyons à la hauteur de l’enjeu de cette grève !

 

Pendant ce temps-là…

Manifestation parisienne, 2015

Création du Collectif rennais des précaires de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

facebook.com/collectifrenna

« Notre parole est peu audible, et nos prises de positions nécessairement risquée […] Nos situation sont déjà fragiles […] Nous avons tout à gagner et rien à perdre à nous faire entendre face à ce futur morne que l’on nous promet ».

Tract pour la création du Collectif Rennais

Communiqué des précaires de l’ESR – Rouen

Doctorant·es sans financement, docteur·es sans poste, ingénieur·es de recherche et post-doctorant·es balloté·es de projets temporaires en missions éphémères, vacataires mal rémunéré·es (quand nous le sommes !), nous multiplions les tâches de recherche, d’enseignement, d’administration, de représentation collective, et souvent les emplois alimentaires à temps plus ou moins partiel. Mais ne hiérarchisons pas nos difficultés, nous les avons toutes connues, ou les connaîtrons toutes. Nous sommes toutes et tous ces chercheur·es qui ont Pôle Emploi pour premier laboratoire d’affiliation ! Déjà précaires de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, nous serons doublement précarisé·es par ces réformes à venir.

Le montant de nos futures pensions de retraite ne sera plus calculé sur les 6 derniers mois de nos hypothétiques carrières, mais sur la base de points laborieusement engrangés au fil des années. Chaque heure travaillée ouvrira droit à des points, promettait Edouard Philippe le 11 décembre 2019. Mais avec des études longues, des contrats courts et précaires, des années passées à faire de la recherche grâce aux allocations chômage et aux aides sociales, avec des heures effectuées sans contrat et une entrée toujours plus tardive dans la carrière, nous n’aurons le droit qu’à une retraite par pointillés.

La future LPPR – qui nous promet une Lutte pour la Privatisation et la Précarité de la Recherche, plus qu’une loi de programmation pluri-annuelle – aggravera une situation déjà alarmante. En promettant une recherche par projets, assortie de CDI à durée pourtant limitée, Frédérique Vidal nous éloigne de la perspective d’un véritable recrutement, et nous rend toujours plus corvéables, toujours plus isolé·es, et donc potentiellement toujours plus harcelé·es.

L’heure n’est plus à la publication de tribunes dans les médias ou à la signature de pétitions. Il ne suffit plus de condamner le darwinisme scientifique qui s’ouvre devant nous. Pour nous, l’Université est déjà inégalitaire et darwinienne. L’excellence de nos dossiers étant devenue la norme minimale, la compétition s’avère chaque jour plus brutale. L’austérité budgétaire faisant loi, les recrutements se raréfient, quand ils ne deviennent pas officiellement arbitraires. La communauté universitaire dans son ensemble ne peut pas, et ne doit pas oublier, celles et ceux qui sont déjà tombé·es en première ligne, qui sont en train de s’écrouler ou qui restent debout au prix de sacrifices matériels et personnels immenses.

Pour nous, précaires de l’ESR, ces mobilisations sont une nouvelle occasion – et peut être la dernière ! – de faire entendre nos voix. Oui, notre travail quotidien et les souffrances qui y sont liées sont invisibilisées. Mais cela ne doit pas nous obliger à rester invisibles !

Nous participons chaque jour à la production de savoirs communs et contribuons à des recherches collectives, mais nous ne sommes pas en position de pouvoir pleinement arrêter nos activités de recherche. Abandonner la publication d’articles et la participation à des colloques nous condamnerait un peu plus. Nous n’avons malheureusement plus ce luxe ! Et ce renoncement ne peut demeurer qu’un choix individuel…

En revanche, nous avons un autre levier d’action pour entrer de plain-pied dans la mobilisation collective : celui de l’enseignement. Plusieurs collectifs estiment que nous effectuons chaque année le volume d’enseignements de plus de 13 000 maîtres de conférences. Que les enseignant·es-chercheur·es titulaires envisagent l’arrêt du recrutement des vacataires est une première étape essentielle, mais nous pouvons donner plus de poids à ces engagements en cessant d’ores et déjà nos activités d’enseignement. Démontrons dès la rentrée qu’aucun cursus, qu’aucun diplôme et qu’aucune promotion ne peut se maintenir sans nous. La précarité est devenue l’une des deux jambes de l’ESR. Sans notre travail, l’Université ne tient plus debout ! Rendons pleinement visible cette réalité en organisant une grève des enseignements dès le début du second semestre ! N’inspirons plus la compassion, mais exigeons la reconnaissance de nos compétences, le financement de nos recherches et l’accès à de véritables postes durables !  

Ne restons plus isolé·es et retrouvons-nous en AG des personnels de l’Université de Rouen, dès vendredi 17 janvier à 10h30.

Rejoignez la page Facebook « Précaires de l’ESR – Rouen »: https://www.facebook.com/PrecairesESRRouen/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.