Des historiens sans corps, ni vieillesse (XXe-XXIe siècles)

————————————————————————————————
De:Association d’histoire de France <contact@ahf.fr>
Envoyé: Samedi 16 Juin 2164 18:52:09
Objet: AAC – Des historiens sans corps, ni vieillesse (XXe-XXIe siècles)

Cette journée d’études vise à combler un vide historiographique significatif. Par un curieux mystère, il semblerait que les historiens du XXet du XXIe siècle aient pu traverser la séquence 2019-2020 sans s’inquiéter outre mesure pour leur pension de retraite. Étant pourtant exposés à la réforme du gouvernement Édouard Philippe (1er), aucune trace archivistique signifiante de leur mobilisation ne subsiste sur leur liste professionnelle principale. Si plusieurs spécialistes ont déjà pu souligner la faiblesse du répertoire d’action protestataire de cette corporation souvent limité à la pétition (Tilly 1984, Contamin 2005), un doute subsiste quant aux régimes de justification que ces derniers ont pu se donner à eux-mêmes dans un contexte de fluidité politique marqué, au contraire, par la mobilisation de plusieurs corps professionnels pourtant réputés peu enclins à se mobiliser.

https://www.flickr.com/photos/yumanuma/5421234992/in/photolist-9g4fhQ-7Jth8-9pxyk-4U7Wk1-aB2eft-dzYVMu-bhQLnk-yKQTzH-bmEJi-6CrxvD-32tB4-754kbu-98HT-6miB8z-okBRdy-22Ub2yH-aST7np-LAZuh1-4UDUhZ-eqa1R-rEzPCk-mdj2S-6jDs9K-7X6jth-5Cgsy5-5gZcCE-9maVsf-6ywXei-83G7tP-aBedH-7qmyar-5Nzss-4QRj9p-4Ec4Ab-aQAJEn-ejaLfu-ad3wp5-7HGKcj-4oBFqX-7CpEv8-48NCC-yZNUTk-RPv7Fw-P8dFEb-Uf7coV-J9z7ir-2hmfy7B-2gerSn9-JHj5sR-2hxdeeq

YuMaNuMa, Emptiness, 2011

En faisant varier le plus possible les jeux d’échelle (Revel 1996) et en n’hésitant pas le cas échéant à mobiliser des sources subalternes mêlant l’analyse de traces laissées par des précaires en lutte face à une telle inertie et des archives de rectorat ou d’administration centrale, il sera possible d’écrire une histoire « à parts égales » de ces régimes de doute afin de parfaire la mise en récit de cette abstention silencieuse.

Sans pour autant que les propositions se limitent à ces deux aspects, deux axes pourront être envisagés.

Axe 1. Une histoire des régimes d’autorité au nom de la neutralité savante

Un premier axe envisagé pourrait être de prendre en compte les usages de l’autorité savante en situation tels qu’ils ont pu être mobilisés au cœur même des échanges vernaculaires entre historiens. Il serait notamment possible de saisir si cet effet de censure professionnelle ne repose pas finalement sur une mise en suspens de l’expressivité politique qui serait liée à des injonctions à la neutralité portée par des acteurs isolés mais qui sur d’autres lieux ou à d’autres échelles n’hésitaient pas pourtant à enfreindre la barrière entre savant et politique. N’y a-t-il pas à eu à certains moments de la séquence 2019-2020 une résurgence d’usages de la notion de neutralité axiologique que certains analystes croyaient limités à la Guerre froide ou disqualifiés après la parution au début des années 2000 de plusieurs travaux montrant pourtant les écarts de traduction entre l’allemand et le français de la conférence sur le « Savant et le politique » de Max Weber (Kalinowski 2005).

À partir de sources originales, il pourrait être envisagé de traiter de ce décalage dans le temps entre les savoirs produits par les chercheurs et assimilés par les chercheurs eux-mêmes. En contrastant les listes de contributeurs à des moments politiques différents (comme la liste des participants au grand débat du président Macron pendant la crise des Gilets jaunes par exemple avec celle de l’AHCESR), il sera peut être possible de parvenir à une histoire au ras des existences professionnelles de ces usages autoritaires de la notion de neutralité afin de remettre en perspective ces injonctions au silence.

https://www.flickr.com/photos/romanboed/15463672228/in/photolist-pytn1q-ohrL4V-v8Tq9F-Jk8W8s-sZu57-2gLa7Xy-8PsPdC-5FbPia-4SJPb2-L4bkE1-9SForX-Ckadt-jGsxa5-xbNNW6-24cYtWQ-LzfEQs-phL4Pb-bwmDo6-RNqJde-QtepDG-4n3DZM-22LDYas-SZz5r-Kuhz12-6QyHBk-qrYq2p-86AYW8-4A3obr-cwH9aq-ohdkGa-YjA9UT-nuFBf-4PZPg3-5Zy81z-nKJbhq-LJPuP-ocSsT-b9P63-eK8vhE-4GPxWp-25Yxwna-ri6D92-ud4WQt-5GtPkT-2eGVGDW-2gvR72e-5FnZwj-Mbu7iR-ijgJKZ-usGjoz

Roman Boed, Eternity. Charles Brige, Prague, 2014

Axe 2. Une histoire de professionnels « éternels » et « sans corps »

Un second axe envisagé pourrait être de saisir les auto-représentations que le groupe des historiens développait de lui même au moment où se déployaient cette série de réformes qui allaient pourtant profondément remanier la structure même de leur profession. Est ce que l’orientation vers l’activité de production d’ouvrages et d’articles n’avaient pas fini par leur faire croire, comme « en eux-mêmes », que les bibliothèques allaient assurer leur éternité et fonctionner comme des édifices portant la mémoire, « l’espace bâti scandant le temps du souvenir » (Boucheron 2019). Est ce que combler ce vide historiographique ne suppose pas finalement d’intégrer ce que la productivité managériale avait pu aiguiser d’hubris livresque au sein même de ce corps de lettrés ? Une hypothèse historique plus osée serait de considérer que les historiens de cette époque ne vieillissaient pas. Par un étonnant mystère, ils n’auraient donc pas été concernés par ces politiques publiques car ils se savaient hors de son périmètre et donc non concernés par la question du vieillissement. Se contentant de mesurer les variations pour d’autres formes d’humains de la construction historique d’un âge de la vieillesse (Bourdelais 1993), ils se seraient donc silencieusement contentés d’observer leurs contemporains.

*
*  *

Les communications de 20 minutes seront ensuite organisées en sessions thématiques. Nous attendons un texte de 250 à 500 mots, références non comprises.

Pour les posters les auteurs seront invités à présenter en 3 minutes durant une session d’interventions éclair (poster slam). Nous attendons également un texte de 250 à 500 mots, références non comprises.

L’appel à propositions en version longue et en anglais est jointe à ce mail.

Texte de Sylvain Laurens, paru sur AHCESR, liste de diffusion de l’Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche, le 10 janvier 2019


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.