Suppression de la labellisation nationale des équipes d’accueil

L’accréditation des équipes d’accueil a été supprimée au 1e janvier 2020, en conséquence d’un courrier de Brigitte Plateau, Directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle, datée  du 16 avril 2019. Comme elle l’écrit, “la fin de la procédure de labellisation nationale des équipes d’accueil (EA), qui n’était pas une obligation réglementaire (…) n’a bien entendu pas vocation à induire leur disparition”.

Courrier de la DGESIP portant suppression de l’accréditation

Courrier de la DGESIP du 16 avril 2019, page 2

 

On peut pourtant le mettre en doute.

Les conséquences de ce choix au bénéfice budgétaire assez nul touche principalement deux dimensions:

  • Evaluation HCERES – qui censément continuera de les évaluer. On peut craindre sa prévention à l’égard d’organismes qui n’ont pas été capables de s’attirer le soutien du CNRS. En situation de pénurie budgétaire organisée – dite “autonomie des universités” , l’HCERES va devenir l’outil principal de pilotage de la recherche1 .Il y a fort à parier que la suppression de l’accrédition nationale des EA va à court terme entraîner une suppression des lignes budgétaires qui leur sont affectées.
  • Formation doctorale : l’inscription en doctorat suppose l’accueil du ou de la doctorant dans un laboratoire d’accueil (UMR ou EA accréditée). La DGESIP renvoie aux écoles doctorales la possibilité d’accréditer les laboratoires d’accueil. Dans la suite du premier point, il n’est pas illogique de penser que les doctorant-es ne pourront être affecté-es en priorité  à des équipes incapables d’assurer financièrement de rôle de formation (équipement, mission, formation à l’administration de la recherche, etc.)d
  • Relations internationales : il y a fort à parier que faute de grille de lecture claire des équipes de recherche française2, les partenaires étrangers aient davantage de difficultés à signer des conventions et des accords d’échange.

On doit ajouter que, compte tenu de la place marginale des SHS dans le dispositifs des Institution du CNRS, les EA concernent en priorité les sciences humaines et sociales. La fin de leur labéllisatoin est un coup supplémentaire porté à nos disciplines.

Tweet de Magali Nachtergael faisant compte rendu de la réunion du bureau de direction de Pléiade (EA7338), Université Paris-13, 10 janvier 2019

Liens:

  1. Cf. À la découpe : sur l’adoption de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), publié le 8 janvier 2019. []
  2. Sa complexité étant devenue incroyablement illisible avec l’arrivée des COMUE. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.