Les personnels d’OpenEdition en lutte contre la réforme des retraites

Suite à une interdiction des tutelles d’OpenEdition de publier ce billet sur le blog d’OpenEdition, l’Édition Électronique Ouverte, nous remercions l’équipe d’Academia de nous offrir cet espace de publication.

De nombreux travailleurs et travailleuses d’OpenEdition se mobilisent depuis plusieurs semaines contre la réforme des retraites proposée par le gouvernement. C’est dans ce cadre que les employé·e·s ont voté le lundi 16 décembre 2019 en assemblée générale du personnel (44 personnes présentes sur 54) : 

  • une redirection des contenus des plateformes durant 24h le 17 décembre 2019 vers une page demandant le retrait de la réforme (81 % des votes exprimés) ;
  • la mise en avant de contenus en lien avec le débat actuel sur la réforme (95 % des votes exprimés) ;
  • la publication du présent billet sur l’Édition Électronique Ouverte, le blog d’OpenEdition (95 % des votes exprimés). 

C’est au regard de l’impact que la réforme des retraites fait porter sur l’ensemble de la société et sur les personnels d’accompagnement à la recherche (ITA, ITRF) que nous nous associons aux travailleuses et travailleurs des secteurs public et privé en lutte. Nous demandons avec elles et eux le retrait du projet de loi de réforme des retraites actuellement défendu par le gouvernement français.

Aujourd’hui, 54 assistant.e.s-ingénieur.e.s et ingénieur.e.s travaillent quotidiennement à la mise en ligne et à la diffusion de plus de 530 revues, 9 000 livres, près de 3 200 carnets de recherche, à l’annonce de 43 525 évènements et à la formation de 250 personnes à nos outils chaque année. Ces missions de diffusion et de mise à disposition de la connaissance auprès de toutes et tous viennent en appui au monde de la recherche et sont assurées pour moitié par des personnes contractuelles. 

Ancrées dans une réalité sociale, les plateformes numériques reposent essentiellement sur un travail quotidien d’hommes et de femmes. C’est en ce sens que nous nous inquiétons légitimement du maintien et du développement de nos structures dans de bonnes conditions, tout autant pour ceux qui y travaillent que pour ceux qui les consultent dont étudiants, chercheurs, demandeurs d’emploi, retraités

Captation de l’écran d’accueil des plateformes d’OpenEdition le 17 décembre 2019


17 réflexions sur « Les personnels d’OpenEdition en lutte contre la réforme des retraites »

  1. Ping : Our fight has to be a digital one – Digital Intellectuals

  2. Ping : Grève numérique contre la LPPR | Les carnets de la phonothèque

  3. Ping : En grève – Transhumances

  4. Ping : En soutien aux personnels d’OpenEdition : notre lutte doit être aussi numérique – Tracés. Revue de sciences humaines

  5. Ping : En soutien aux personnels d’OpenEdition : notre lutte doit être aussi numérique | Les Contemporain·e·s

  6. Ping : En soutien aux personnels d’OpenEdition : notre lutte doit être aussi numérique – L'Infusoir

  7. Ping : En soutien aux personnels d’OpenEdition : notre lutte doit être aussi numérique – La pensée du discours

  8. J’ai travaillé pendant 8 ans pour OpenEdition, jusqu’en 2017. Dans les archives du blog d’OpenEdition, on peut trouver des appels à la mobilisation qui ne posaient apparemment pas de problème aux tutelles à l’époque : https://leo.hypotheses.org/772 https://leo.hypotheses.org/1272 . Il y a donc eu un changement de positionnement des tutelles sur ce sujet là.

    En tous cas, c’est très étonnant de ne pas mentionner sur le blog du laboratoire les votes faits en assemblée générale du personnel, et de devoir passer par le carnet d’un des usagers !

    Est-ce que les tutelles ont donné une explication à cette interdiction ? Est-ce qu’elles considèrent que les assemblées générales ne font pas partie de la vie du laboratoire ? Est-ce qu’elles considèrent que les usagers et partenaires n’ont pas à être informés de ce qu’il se passe en coulisse ? Pourquoi cette interdiction maintenant, alors qu’elle n’existait pas dans le passé ? Elles ignoraient que certains laboratoires publient ce genre de communiqués sur leur site web ?

    C’est difficile de voir autre chose dans cette interdiction qu’une volonté de masquer l’expression des personnels d’une unité qui a aujourd’hui acquis beaucoup de visibilité.

    En tant qu’usager, je trouve que ne pas communiquer sur les assemblées générales est un manque de transparence assez inquiétant. Cela réduit la visibilité sur l’évolution générale des plateformes d’OpenEdition, qui ne marchent pas toutes seules mais qui nécessitent qu’un personnel les maintienne et les fasse évoluer.

  9. Ouh les vilaines tutelles qui vous interdisent de publier sur le blog de l’unité !

    Rapide rappel pour les agents du service public qui se seraient perdus en route :
    « Les fonctionnaires et agents contractuels sont soumis au devoir de réserve. Cette obligation concerne le mode d’expression des opinions et non leur contenu. »
    (source : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F530)
    Donc le mode d’expression, typiquement c’est vouloir publier sur un canal institutionnel des opinions qui n’ont rien à y faire. Il n’y donc rien d’étonnant ou de scandaleux dans la réaction des tutelles et s’en étonner c’est jouer les vierges effarouchées.

    Par ailleurs, toute cette action de blocage des accès pendant 24h semble dérisoire. Le blocage se justifie par son impact (la SNCF paralyse l’économie du pays par ses blocages, ce qui lui confère sa force de négociation). Un blocage de 24h de l’accès à des publis scientifiques n’a qu’un impact très marginal sur l’activité scientifique, ancrée sur le temps long. Ça n’est donc qu’une action symbolique, on roule des mécaniques en étant bien content de soi d’avoir « lutté ». Une fanfaronnade, en somme.

    • Apparemment, le contenu du texte ne vous plait pas 🙂 Mais à qui vous adressez-vous ? Le billet ne dit pas que cette interdiction est étonnante ou scandaleuse, il énonce des faits objectivement.

      Mais pour en venir au fond du sujet, le blog d’OpenEdition a bien hébergé par le passé ce genre de billets (https://leo.hypotheses.org/772 par exemple). Par ailleurs, les communiqués de laboratoires sur les luttes sociales n’est pas quelque chose de nouveau ou de particulier à OpenEdition : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article1817 . Ça pique un peu la curiosité : pourquoi cette interdiction soudaine aujourd’hui, et pourquoi OpenEdition spécifiquement ?

      Après, effectivement, on peut discuter du fond : est-ce que c’est scandaleux que le personnel d’un laboratoire ne puisse pas faire connaitre ses votes d’assemblée générale sur le site du laboratoire ? Tout dépend de la conception qu’on a de ce que devrait être ou non la démocratie et la liberté d’expression sur un lieu de travail. Votre conception transparait très nettement de votre commentaire, mais vous pouvez quand même imaginer que tout le monde ne la partage pas 🙂

      A propos du blocage des sites, je ne pense pas que l’équipe d’OpenEdition se fasse d’illusions sur la question du « temps long de la recherche ». En revanche, vu les réactions que cela a provoqué, ça a été une méthode plutôt efficace en termes de communication.

      Par ailleurs, en tant qu’usager régulier des plateformes, je trouve utile de savoir quand le personnel n’est pas disponible pour répondre aux questions urgentes, corriger des bugs, etc. Un bandeau informatif en cas de grève serait par exemple plus que bienvenu.

    • Contrairement à ce que vous affirmez, le « devoir de réserve » n’existe pas pour les fonctionnaires dans la loi française. Il n’existe que pour les fonctionnaires dits « d’autorité », c’est à dire les présidences d’universités et directions d’établissements. Dans une perspective issue de la philosophie des Lumières (Kant, etc.), les fonctionnaires auraient même plutôt un devoir d’expression devant le public. Relisez vos classiques au lieu de propager de fausses informations.
      Une source à ce sujet : http://indiscipline.fr/egypte-le-monde-relaie-sans-les-verifier-les-erreurs-du-quai-dorsay-a-propos-dun-pretendu-devoir-de-reserve-des-chercheurs/

      • J’adore…
        Relisez les propos de Jean Bob avant de pérorer, monsieur « le prtofesseur ». Je cite : « « Les fonctionnaires et agents contractuels sont soumis au devoir de réserve. Cette obligation concerne le mode d’expression des opinions et non leur contenu. »

  10. « Infrastructure de recherche nationale depuis 2016, OpenEdition est développé par OpenEdition Center, Unité de service et de recherche (USR 2004) du CNRS, de l’Université d’Aix-Marseille, de l’EHESS et de l’Université d’Avignon » (Source : https://www.openedition.org/6438)

  11. Bonjour,
    Pourriez-vous nous rappeler quelles sont les tutelles d’OpenEdition s’il-vous-plaît ?
    Un grand merci d’avance,
    Laureline

    • Bonjour,

      Il s’agit du CNRS, d’Aix-Marseille Université, de l’EHESS et d’Avignon Université.

      Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.