“Misère” et “salaires indignes” : l’Académie des sciences et la LPPR

Academia propose, dans le désordre, une lecture des textes ayant nourri la préparation de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Après la CPU et le groupe de travail sur l’Attractivité des emplois et des carrières scientifiques, voici un billet sur des propositions qui ne concernent que les sciences mathématiques et naturelles émanant de l’Académie des sciences.

Examinons le premier texte soumis par une instance consultative prestigieuse — l’Académie des sciences — qui fait paraître sa Contribution le 15 mai 20191. Pour suivre notre ligne éditoriale, nous considérerons prioritairement les éléments touchant à l’emploi dans l’ESR. Précisons que l’Académie met une limite de taille à sa proposition :

La situation particulière des sciences humaines et sociales requiert évidemment des analyses et propositions spécifiques qui ne sont pas traitées ici, ces domaines ne relevant pas du périmètre des compétences de l’Académie des sciences.

Il reste à savoir si une autre Académie a fait des propositions indispensables pour nos disciplines en sciences humaines et sociales, trop souvent ignorées par des responsables politiques qui n’en sont pas issus.

Présentation à l’Académie des sciences, extrait de La Grosse bête de Monsieur Racine, par Tomi Ungerer, Ecole des loisirs, janvier 1972

Document de 13 pages et de 5 pages d’annexes, il est le résutat des travaux d’une  commission composée de 17 hommes membres et 2 femmes2. Structuré selon les demandes formulées par le Premier MInistre (1. Recherche sur projet, financement compétitif et financement des laboratoires ; 2 :Attractivité des emplois et des carrières scientifiques ; 3. Innovation et recherche partenariale), ce document intéresse Academia pour les aspects qui touchent l’emploi et ce que le gouvernement nomme “l’attractivité” – et qui pour l’essentiel touche aux conditions de travail et de rémunération.

Dans son introduction (p. 4), l’Académie insiste sur l’importance de cette question de l’emploi et des conditions de travail.

Une perte d’attractivité

Malgré ce contexte d’évolutions plutôt positives, il n’en reste pas moins que le système de recherche français souffre d’une perte continue d’attractivité aussi bien auprès de nos meilleurs étudiants que des étudiants étrangers et des chercheurs français et étrangers, juniors et seniors.

Par ailleurs, le manque de perspectives d’avenir et l’incertitude des financements poussent beaucoup de scientifiques français de tous âges à s’expatrier pour trouver ailleurs les moyens de leur recherche. Ce point est développé dans le thème 2 ci-dessous. L’Académie des sciences considère que ce manque d’attractivité est aujourd’hui la plus grande faiblesse du système de recherche français, s’il fallait en identifier une seule ; elle exprime son souhait que ce sujet, donc le thème 2, fasse l’objet des plus grandes attentions dans la préparation de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche.

Parmi les idées qu’avance l’Académie, on retrouve l’appel général à accroître le financement public de la recherche, suggérant notamment de doubler le budget de l’ANR “pour atteindre 1.5 milliard d’euros, comme cela a été préconisé à plusieurs reprises dans divers rapports (OPECST, Sénat), pour financer essentiellement des projets de recherche fondamentale, qu’ils soient « blancs » ou finalisés”.  Elle préconise également de soutenir et le soutien de celui de l‘Institut universitaire de France pour les jeunes chercheurs et chercheuses, aux moyens “rapidement rognés” (p. 6). À ses yeux, cela représente un outil formidable pour favoriser les jeunes talents.

La question de l’attractivité des emplois et des carrières scientifiques reste, aux yeux des académiciens, la plus critique. Reproduisons ici le texte du thème n°2.

Contribution de l’Académie des sciences à la préparation de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche,  15 mai 2019
Coordonnateurs : Marc Fontecave, Didier Roux, Eric Westhof (extraits)

Thème 2 :Attractivité des emplois et des carrières scientifiques

La permanence de l’emploi scientifique (postes de chercheurs et maîtres de conférence sur concours de la fonction publique), une caractéristique française, doit être préservée car elle présente de nombreux avantages : liberté, prise de risques, etc. Mais il n’est pas nécessaire qu’elle soit le modèle unique. La permanence de l’emploi est sans doute l’élément le plus attractif de notre système de recherche, voire le seul, et pas seulement pour les jeunes Français. En même temps, comme indiqué dans le préambule, la plus grande faiblesse actuelle du système de recherche français est aujourd’hui la « misère » de la situation du jeune chercheur, après son recrutement dans un organisme de recherche (chercheur) ou dans une université (maître de conférences). Cette misère se traduit par :

    • un salaire de début de carrière indigne, compte tenu des longues années d’étude consenties pour obtenir ce poste au prix de concours très compétitifs (plus d’une dizaine d’années en considérant les années de post-doctorat, de sorte que l’âge moyen d’entrée dans un poste de maitre de conférences est de 34 ans quand il est de 25 ans pour un candidat ayant une thèse dans le secteur privé) et très largement inférieur aux salaires offerts dans les institutions de recherche et les universités des pays comparables. Dans certaines villes comme Paris, où la vie est chère, ce salaire ne permet plus de vivre décemment. Ce constat s’applique également aux seniors dont les salaires sont très en dessous de ceux proposés par les grands pays de recherche ;
    • lors de son installation, une absence totale de l’accompagnement financier qui lui fournirait les moyens de la recherche pour laquelle il a été recruté. Le chercheur/enseignant-chercheur ne commence généralement pas sa carrière en se mettant immédiatement à son travail de recherche mais, devant son ordinateur, en répondant à divers appels d’offres, en particulier à l’ANR. Le minimum de moyens nécessaires (fonctionnement, équipement, personnel) est le plus souvent obtenu après plusieurs années de recherche de fonds. Pour toute entreprise, il n’y a rien de plus économiquement absurde et inefficace que de recruter un personnel d’excellence (et donc de consentir une dépense de salaire) sans lui donner les moyens d’effectuer le travail pour lequel il a été recruté.

Les conséquences sont graves. Dans ces conditions et dans un contexte de diminution du nombre de postes, le métier de chercheur et d’enseignant-chercheur pratiqué en France a perdu toute attractivité :
(i) les meilleurs étudiants français considèrent de moins en moins ce métier comme une perspective de carrière intéressante et s’engagent dans d’autres filières;
(ii) de plus en plus de chercheurs et enseignant-chercheurs, jeunes ou moins jeunes, de surcroît les plus brillants, quittent la France pour des postes à l’étranger plus attractifs du point de vue des salaires et des moyens de travail ;
(iii) le système de recherche et d’enseignement supérieur français attire de moins en moins les meilleurs étudiants et chercheurs étrangers.

 

“Conséquences graves”, “misère”, “salaire indigne” : les rapporteurs de l’Académie ne mâchent pas leurs mots. Il est d’ailleurs intéressant que noter que les emplois dits “support” sont complètement oblitérés, non que les BIATSS et ITA ne soient pas indispensables à la recherche : ils et elles sont ignorées. Peut-être sont-elles bien plus importantes en SHS, qui a besoin de bibliothèques, de travail éditorial, et de compétences Biatss très fines. Qui plus est, le défaut de moyens ne touchent pas que les jeunes, mais aussi celleux qui se sont épuisé-es à  les demander sans succès3. Nous pourrions ainsi suggérer différentes étapes dans la carrière où l’accès facilité à du temps et des financements soient facilités, à la manière de l’IUF, mais étendus à l’ensemble des personnels EC.

Les propositions formulées à la suite sont les suivantes :

Propositions :

  •   Favoriser le recrutement des chercheurs et des enseignants chercheurs en suivant deux voies parallèles :
    1. celle de la fonction publique (poste de fonctionnaire), mais avec un système de primes permettant d’augmenter le salaire d’entrée dans la fonction publique pour tout jeune chercheur (C) ou enseignant-chercheur (EC) recruté dans un organisme de recherche ou une université, après le post-doctorat. Ce salaire devrait, au minimum, correspondre à celui aujourd’hui attribué à un chercheur post-doctoral européen.
    2. le recrutement de chercheurs et enseignants-chercheurs de haut niveau sur contrat (CDI). L’objectif est ici de donner aux établissements la capacité d’être à la fois plus attractifs et plus réactifs dans leur politique de recrutement.
  • Accorder une subvention spécifique pour tout nouveau recrutement junior ou senior (C, EC) qui serait mise en œuvre par l’établissement. Cette subvention peut être variable en fonction de la discipline et tenir compte des moyens disponibles dans le laboratoire d’accueil. Néanmoins elle ne devrait pas être inférieure pour les sciences expérimentales à environ 200 000 euros. Elle serait destinée à l’achat de certains équipements indispensables, de consommables et au recrutement d’étudiants et de techniciens/ingénieurs contractuels. Le chercheur pourrait donc ainsi immédiatement démarrer son projet de recherche.
  • Favoriser les passerelles entre activités de recherche, d’enseignement et d’administration au cours de la carrière d’un C ou EC. Permettre aux C d’enseigner dans les universités et aux EC de se consacrer à la recherche, y compris à temps plein pendant une période de temps limitée (5 ans par exemple) dans les organismes de recherche qui fourniraient par exemple les postes d’accueil.

*
*  *

La vision de l’Académie des sciences, au travers de sa contribution, est intéressante à plus d’un titre, pour qui s’intéresse à l’emploi en sciences humaines et sociales. Tout d’abord, elle rappelle, s’il en était besoin, l’importance de la recherche conduite à l’Université, trop aisément oubliée dans cette activité. Au contraire de la plupart des EPST (CNRS, Inserm, INRA, INRIA), c’est d’ailleurs là qu’est conduite la recherche en SHS. Ensuite, l’Académie constate la misère salariale et budgétaire qui y règne, alors que les conditions de travail ne cessent de se dégrader tant à l’Université que dans les EPST4. Par ailleurs — et dimension importante — l’emploi support (BIATSS, voire jeunes docteur-es) n’est pensé que sur un mode contractuel, sous entendu temporaire. Il s’agit des catégories laissées pour compte dans une Loi pour la programmation pluriannuelle pour la recherche où ils/elles doivent être pleinement intégré-es. Enfin — aspect à nos yeux crucial  — on peut à bon droit s’étonner de l’absence totale de réflexion sur la place de la lutte contre les discriminations sexistes ou ethniques dans ce texte : compte tenu de sa composition, il est peu raisonnable de juger qu’elle pourra apporter une quelconque contribution sur ce sujet essentiel pour l’avenir de notre société dans un avenir proche.

Liens:

  1. En espérant pouvoir approfondir la lecture dans un avenir proche. []
  2. Le sex ratio est très bas à l’Académie des sciences : https://www.academie-sciences.fr/fr/Table/Listes-par-ordre-alphabetique/Liste-des-membres-de-l-Academie-des-sciences . []
  3. Taux de succès de l’ANR : 10 à 15%. []
  4. Le Groupe de travail n°2, qui s’est réuni quelques mois après la remise de la Contribution de l’Académie ne le dit pas autrement. Cf. “La dénomination « maître de conférences » n’est pas valorisante” : sur la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.