Deux universitaires emprisonnées en Iran commencent une grève de la faim et de la soif

Mise à jour 4/1/2020: La prisonnière universitaire née en Iran, Farida Adelkhah, a quitté le quartier d’isolement et transférée dans la prison des femmes d’Evin — requête formulée à l’occasion de sa récente grève de la faim. Mais l’universitaire australienne Kylie Moore-Gilbert reste détenue à l’isolement.  (Tweet du Centre for Human Rights in Iran, 4/1/2019)

 

Lettre ouverte de Dr. Kylie Moore-Gilbert et de Dr. Fariba Adelkhah

À nos familles, amis et soutiens :

En ce jour du 24 décembre 2019 nous commençons toutes les deux une grève de la faim en défense des libertés universitaires.

Nous menons cette grève au nom de tous les universitaires et chercheurs hommes et femmes en Iran et au Moyen Orient, qui, comme nous, sont injustement incarcéré-es en raison de chefs d’accusation fabriqués de toutes pièces, alors qu’ils faisaient simplement leur travail de recherche.

À ce jour, nous sommes détenues par les Gardes révolutionnaires d’Iran depuis une période extrêmement longue : plus de 15 mois pour Kylie Moore-Gilbert et plus de 7 mois pour Fariba Adelkhah. Nous avons subi de la torture psychologique et de nombreuses violations de nos droits humains fondamentaux.

Nous faisons la grève non seulement pour exiger notre libération immédiate mais aussi pour demander justice pour les innombrables milliers, hommes et femmes anonymes  que nous n’oublions pas qui souffront le même sort que nous ou pire encore, qui sont emprisonnés en Iran, alors qu’ils ou elles n’ont commis aucun délit.

En cette veille de Noël, nous vous demandons de vous joindre à nous pendant une journée en renonçant à vous alimenter et à boire afin de manifester votre solidarité alors que nous continuerons notre grève de la faim après Noël.

Nous espérons célébrer avec vous en chair et en os plutôt qu’en esprit à cette même date l’an prochain.

Merci pour votre soutien.

Il compte infiniment pour nous et nous donne la force de continuer à lutter.

Dr. Kylie Moore-Gilbert, University of Melbourne (Australia)
Dr. Fariba Adelkhah, Sciences Po (France)

lettre originale en anglais – traduction: C. Rabier

Des universitaires australienne et française en appellent à une grève de la faim la veille de Noël

Communiqué du Center for Human Rights in Iran, traduction Christelle Rabier

24 décembre 2019 — Deux femmes universitaires incarcérées dans la prison Evin de Téhéran en appelllent à la solidarité internationale en annonçant qu’elles refuseraient désormais nourriture et eau à compter de la nuit de Noël.

L’universitaire australienne Kylie Moore-Gilbert et l’universitaire française née en Iran Fariba Adelkhah ont entamé une grève pour la libération de tous les prisonniers et prisonnières universitaires et politiques en Iran, qui ont été « placé-es injustement en prison pour des motifs inventés de toutes pièces », selon la lettre ouverte qu’elles ont fait parvenir au Centre pour les Droits humains in Iran (Center fo Human Rights in Iran (CHRI)  par l’intermédiaire d’une source qui avait des contacts à l’extérieur de la prison.

Isolées dans  la section 2-A de la prison d’Evin qui est contrôlée par le Corps Révolutionnaire Islamique (IRGC) et où les contacts avec quiconque à l’extérieur de ses murs sont très strictement limités, les deux femmes ont demandé à être transférées à la section normale réservée aux femmes, selon la source qui a préféré conserver l’anonymat pour des raisons de sécurité.

Comme au moins 9 autres étrangers ou résidents en Iran actuellement incarcérés en Iran, les femmes ont dénoncé avec véhémence les chefs d’accusations d’espionnage qu’elles contestent dans le système judiciaire révolutionnaire, opaque, où les procès sont souvent critiqués en raison de la faiblesse des preuves judiciaires ou enocre, pour ne pas se conformer les normes fondamentales de régularité des procédures.

Liens


2 réflexions sur « Deux universitaires emprisonnées en Iran commencent une grève de la faim et de la soif »

  1. Pétition: Free Fariba Adelkhah and Roland Marchal, academic prisoners in Iran

    Fariba & Roland Support Committee . started this petition to Ayatollah Ali Khamenei, supreme leader of Iran, and the global academic community

    Let us suspend academic cooperation with Iran to free Fariba Adelkhah and Roland Marchal !

    Read the petition in French, Farsi, Arabic, Italian, Spanish, Portuguese, Dutch, German, etc on https://faribaroland.hypotheses.org/sign-our-petition-free-fariba-and-roland-from-iran-jails

    On 5th June 2019, Fariba Adelkhah, an anthropologist, and Roland Marchal, a sociologist, both research fellows at Sciences Po, Paris, were arrested in Iran on the pretext of violating state security. This grotesque accusation would be still more unbelievable if confessed on television—one of the Islamic Republic’s customs. Fariba Adelkhah and Roland Marchal have engaged in no political activity either within or against in Iran, they are not linked to any intelligence service, and have no agenda other than scientific enquiry. They are academic prisoners.

    In the impenetrable diplomacy of regional crisis Tehran seems to have taken as pawns these two scholars, one of whom has shed light on the Islamic Republic’s complexities, the other on the West’s heavy-handedness in this part of the world. Paradoxically, the Guardians of the Revolution have confirmed all our worst suspicions of Iran by these arrests. As fellow scholars we cannot accept that colleagues can be arbitrarily deprived of their freedom, to serve as bargaining chips on the international scene or as a lever in the regime’s own factional intrigues.

    Four fruitless months of negotiation between Paris and Tehran have now passed. It is clear that our professional solidarity, not only with Fariba Adelkhah and Roland Marchal, but also with the fifteen or so foreign scholars similarly arrested, requires us to suspend all forms of institutionalized academic and scientific cooperation with the Islamic Republic—apart from continuing to welcome Iranian students and individual colleagues.

    Decency also demands it. How can we continue to cooperate while colleagues rot in Tehran’s jail? Basic precaution reinforces the case. The French Ministry of Foreign Affairs advises French citizens not to travel to Iran, and the National Centre for Scientific Research (CNRS) prohibits any visits. Academic institutions that think otherwise would be taking a senseless risk. The families of any staff members arrested would be entitled to hold them legally responsible.

    In trying to keep Fariba Adelkhah and Roland Marchal’s incarceration confidential by public restraint and withholding information, diplomats, academics and French journalists gave the Revolutionary Guards an opportunity to defuse the infernal machine they had set in motion on 5th June. They were given four months but chose not to take that opportunity, perhaps intoxicated by their regional triumph.

    We weigh our words with care. We do not call for a boycott, a politically charged term. We neither condemn the regime nor question the legitimacy of Iran’s geostrategic interests as a sovereign member of the international community. We ask only if we can continue to work with its universities. As things now stand that is impossible. Nor do we talk of hostages but rather of diplomatic pawns. So far as we know the Revolutionary Guards are not asking for ransom. It appears that they want to influence external diplomacy, or internal intrigue, or even legal proceedings against their agents under arrest in Europe. We should also avoid mention of researchers with dual nationality. Not all
    academics in Evin prison have that status—and if they did it would not affect the issue. To refer to dual nationality could be construed as an expression of weakness, a concession to Tehran. It might seem that to arrest academics of dual nationality were only partly illegitimate, or of lesser concern. This is obviously not the case, as the Revolutionary Guards must learn.

    The objection that the suspension of scientific cooperation would penalize our Iranian colleagues already facing the Islamic Republic’s repression does not stand up to scrutiny. Exchanges with foreign countries have clearly not protected them, so it is hard to see that the proposed temporary suspension would worsen their plight.

    While the Revolutionary Guards may be indifferent to knowledge, they cannot completely ignore Iran’s social pressures—their own children go to university—or the interests of other public institutions. To suspend our scientific cooperation would mean entering into the interplay of forces beneath Tehran’s politics by strengthening the hand of those leaders who deplore this cynical policy of pawn-taking, so harmful to their country’s interests. The last thing we want is to isolate our Iranian colleagues. We want, to the contrary, to persuade their government to recover its respect for the international rules that make cooperation possible. And we reiterate our solidarity with our Iranian colleagues.

  2. De: « Jean-françois LEGUIL-BAYART »
    À: « ANCMSP Liste de Diffusion »
    Cc: « F&R Support Committee »
    Envoyé: Jeudi 2 Janvier 2020 11:41:47
    Objet: [ancmsp] Les balbutiements indignes de Fréderique Vidal sur France Inter, ce matin

    Frédérique Vidal, « notre » ministre, s’est illustrée non seulement par la platitude, mais aussi par la veulerie de son propos lorsque la question de la grève de la faim de notre collègue Fariba Adelkhah lui fut posée sur France Inter, ce matin, :

    https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-02-janvier-2020 (à la fin de l’entretien)

    C’est en réalité une quinzaine de chercheurs et de professeurs occidentaux qui croupissent dans les geôles iraniennes sous prétexte d’accusations fantaisistes d’espionnage et autres atteintes à la sécurité de l’Etat. Nombre approximatif car tous les cas ne sont pas divulgués, ni même peut-être connus. Les universitaires sont des proies faciles. Ils sont sur le terrain et, anti-impérialisme oblige, sont toujours soupçonnés d’être des agents de l’étranger, comme l’avait déploré Fariba Adelkhah elle-même dans une lettre ouverte au président Mahmoud Ahmadinejad, en 2009. En outre, ils ne disposent pas des mêmes relais médiatiques que les journalistes ni des mêmes protections juridiques que les diplomates. Encore que les événements de Bagdad ou les pressions exercées sur les activités culturelles de l’ambassade de France à Téhéran relativisent ces dernières, comme un sinistre rappel de la crise des otages de 1979.

    Mais les universitaires n’ont pas à être les idiots utiles de la politique étrangère. Dès lors que l’Iran menace leur intégrité physique, il est grand temps de suspendre toute forme de coopération scientifique institutionnelle avec lui pour le ramener à la raison, celle de ses intérêts bien compris. Car Téhéran a besoin de cette dernière, notamment dans le domaine des sciences « dures » et de l’archéologie – on aura deviné que les Gardiens de la Révolution sont assez peu sensibles aux charmes délétères des sciences sociales. L’argument selon lequel nous abandonnerions nos collègues iraniens aux griffes de la répression est irrecevable. Ni en Iran ni ailleurs la coopération scientifique n’a protégé les chercheurs de la police politique. L’autre argument selon lequel cette mesure affaiblirait les « bons » réformateurs en butte aux « méchants » conservateurs n’est pas plus crédible. Que l’on sache, l’Iran n’a qu’un siège aux Nations-unies, et doit respecter les textes internationaux dont il est signataire. L’Iran n’a qu’un chef d’Etat, Ali Khamenei, et qu’un seul président de la République, Hassan Rohani. Durement frappée par la détention kafkaïenne de Fariba Adelkhah et Roland Marchal, la France doit prendre l’initiative d’une coalition des pays dont l’Iran détient en gage des universitaires pour constituer un front uni et exiger leur libération inconditionnelle et collective, mesures de rétorsion à l’appui.

    Jean-François Bayart

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.