À quoi sert la CPU ?

MIse à jour: 4 janvier 2019

Alors que la mobilisation a gagné les Universités, au mois de décembre 2019, contre les retraites et contre l’esprit de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) en préparation, plusieurs d’entre nous avons été étonné.es de découvrir un réception organisée par Richard Ferrand et Emmanuel Macron en l’honneur de la Conférence des Présidents d’Universités (CPU), en présence de Frédérique Vidal, Ministre de la Recherche, de l’Enseignement supérieur et de l’Innovation.

Selon une journaliste présente1 , la  ministre Vidal y aurait déclaré

« La loi de programmation pluriannuelle de la recherche investira dans les carrières scientifiques, qui manquent encore d’attractivité. Je veux encourager les étudiants à se lancer dans la recherche »

en complète contradiction avec les politiques conduites par ce gouvernement et les précédents, largement documentés : Parcoursup, hausse drastique des droits étudiants étrangers,  rétraction de l’emploi scientifique, etc. Le président de la CPU, Gilles Roussel2, ne le dit pas autrement dans un entretien du 18 décembre 2019 à AEF.

Quid de l’emploi statutaire et de droit public ? demande AEF. La CPU y est attachée… mais il faut s’adapter à la place importante prise désormais par les personnels temporaires, doctorants, post doc, ingénieurs de recherche. « C’est un fait, et cela se passe ainsi partout ailleurs dans le monde ». C’est donc pour le bien de tous que l’on doit délier les CDD de leur durée maximal de 6 ans afin de pouvoir conserver les personnels de recherche non statutaire pendant toute la durée d’un projet de recherche. « Je suis donc favorable, de ce point de vue là, à donner plus de visibilité et de lisibilité sur des temps plus longs aux personnes employées sur contrats ».
La revalorisation des carrières et du niveau indemnitaire s’impose, mais pour Gilles Roussel c’est « dans le cadre de la réforme des retraites » et avec des modalités et une entrée en vigueur encore « loin d’être arrêtées ». Pour Roussel la LPPR doit augmenter très vite les rémunérations des doctorants et des jeunes chercheurs. Le reste peut attendre la loi retraite et sa mise en œuvre à partir de 2025. L’important, est de ne « pas décrocher » et susciter des vocations.
Inviter à susciter des vocations à un moment de contraction drastique de l’emploi permanent dans l’enseignement supérieur, de faiblesse historique des traitements (40% inférieurs aux fonctions équivalentes dans le reste de l’OCDE et inférieurs aux grades équivalents dans la fonction publique française, selon le rapport préparant la LPPR) et de mépris envers l’enseignement supérieur et la recherche, sensible dans le discours vide de la Ministre Vidal3, voilà qui et bien curieux et à l’encontre des prises de positions toute récentes des Conseils scientifiques du CNRS, qui exigent en termes clairs des moyens et des emplois permanents.

Tweet de la CPU, 18 décembre 2019

Si les collègues du CNRS ont pu se demander à quoi leur servait un pdg qui ne représente aucun personnel ni instances, il est ainsi légitime d’examiner, dans le cadre de notre réflexion sur la gouvernance de l’enseignement supérieur et la recherche,  les propositions de la CPU pour la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche.

La CPU et la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche

Au cours de l’automne 2019, la CPU publie deux textes, à la suite de la demande du Premier ministre Philippe à la ministre Vidal de préparer une Loi de programmation pluriannuelle de la recherche en janvier 2019, en organisant la réflexion autour de trois thèmes :

  • la recherche sur projet et l’articulation entre financement compétitif et financement récurrent des laboratoires ;
  • l’attractivité des emplois et des carrières scientifiques ;
  • l’innovation et la recherche partenariale.

Des deux publications automnales de la CPU, la seconde, parue le 8 octobre 2019, est sans doute le plus curieux : intitulé « L’Université, un investissement pour la France », il n’est ni plus ni moins qu’une plaquette publicitaire pour la CPU et son action au nom des 74 universités et établissements d’enseignement supérieur, regroupant 1,6M d’étudiant-es, 57 000 enseignants-chercheurs et 74 000 doctorant-es. Coup de griffe au gouvernement et à sa politique de discrimination des étudiant-es étrangers, elle déclare ses établissements « 1èredestination francophone e t4ème rang mondial pour l’accueil des étudiants internationaux (245 000 /an) ».  Sans davantage parler d’investissements, ni d’avenir, l’essentiel du texte est une défense et illustration de l’action de l’organisme.

L’Université, un investissement d’avenir, CPU, 8 octobre 2019 (p. 4-5)

La CPU au service de l’Université

Créée en 1971 et organisée en association depuis 2008, la Conférence des présidents d’université (CPU) rassemble les dirigeants des 74 universités de notre pays, ainsi que ceux de ses 3 universités de technologie, 3 instituts nationaux polytechniques, 4 écoles normales supérieures, plusieurs grands établissements et l’ensemble des communautés d’universités et d’établissements (COMUE).

La CPU compte ainsi 124 membres, sur l’ensemble du territoire national, et représente, grâce à ses liens avec les organismes et écoles, la plus grande part des forces d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation françaises.Force de proposition et de négociation auprès des pouvoirs publics, des différents réseaux de l’enseignement supérieur et de la recherche, des partenaires économiques et sociaux et des institutions nationales et internationales, la CPU propose des éléments de transformation de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Dans un contexte de profondes mutations du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche, la CPU a également un rôle d’accompagnement des présidents dans leurs nouvelles missions et de promotion de l’Université française et de ses valeurs en France et à l’étranger.

La CPU est présidée par un Bureau élu pour deux ans et composé d’un (e) président(e) et de deux vice-président(e) s, tous président(e) s d’université ou responsables d’établissement d’enseignement supérieur et de recherche. Le Bureau a un rôle de pilotage, d’animation et d’orientation de la Conférence. Le travail de la CPU est organisé en commissions thématiques et comités : formation et insertion professionnelle, recherche et innovation, moyens et personnels, vie étudiante et vie de campus, relations internationales et européennes, questions de santé, questions juridiques, regroupement politiques de sites, numériques, transition écologique et énergétique… Chacun est dirigé par un(e) président(e) d’université élu(e).

La CPU a de plus mis en place une instance permanente à Bruxelles, mutualisée avec les organismes de recherche au sein du Clora (Club des Organismes de Recherche Associés), et une fonction de conseiller parlementaire auprès du Sénat et de l’Assemblée nationale.L’équipe permanente de la CPU s’appuie, pour élaborer les prises de position politiques, sur l’expertise de l’ensemble des réseaux universitaires et associations professionnelles des universités.L’activité de la CPU est rythmée par de grands rendez-vous annuels : colloques, séminaires de formation et débats sur les grandes thématiques qui éclairent la société ou propres aux universités, évènements à destination du grand public ou des membres de la communauté universitaire, organisation du concours international « Ma thèse en 180 secondes ».

Le concours de « Ma thèse en 180 secondes » serait-elle la principale réalisation de la CPU de ces dernières années? La CPU n’a pourtant de cesse d’affirmer qu’elle est:

« Force de proposition et de négociation auprès des pouvoirs publics, des différents réseaux de l’enseignement supérieur et de la recherche, des partenaires économiques et sociaux et des institutions nationales et internationales, la CPU propose des éléments de transformation de l’enseignement supérieur et de la recherche » (p.3).

Devrait-on en douter ? En période de préparation budgétaire, au lendemain d’une loi sur la transformation de la fonction publique4, et au lendemain de la publication des rapports des groupes de travail en préparation à la LPPR, réaffrimer ce rôle de représentant est pour le moins curieux, à moins qu’il ne soit mis en cause justement.

Quelles sont les propositions de la CPU pour la LPPR ? Présentées dans une plaquette richement illustrée le 5 septembre 2019,  elles se veulent, sous la plume du président de la CPU un manifeste »visant à convaincre l’opinion publique, les élus, le monde socio-économique que miser sur l’université c’est miser sur la réussite du pays ». Gilles Roussel, dans son introduction, adopte pourtant une posture défensive :

« Les propositions que nous présentons dans ce document cherchent-elles à défendre une chapelle, ou encore la recherche contre un autre secteur de la société ?
Non, clairement non ! (…)
La société française toute entière doit prendre conscience qu’il faut pour cela investir dans la jeunesse qu’incarnent nos étudiants, nos futurs docteurs, nos chercheurs. »

depuis des années, malgré les progrès de la loi de 2007, l’autonomie, et donc la capacité de prendre des initiatives, a été freinée par une complexification parfois ubuesque.
C’est pourquoi la Conférence des présidents d’université ne se contente pas de demander des financements à la hauteur des défis, mais souhaite une remise à plat d’une organisation parfois obsolète et souvent complexe.

Compte tenu de la population étudiante, il ne fait aucun doute que la société française fait confiance aux Universités française. Ce n’est donc pas la société qu’il faut convaincre, mais le gouvernement et le « monde socio-économique » qui continue d’émarger au budget du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI), à hauteur d’un quart envrion (Crédit impôt recherche).

La suite du document souligne le rôle cardinal de l’Université dans la formation à la recherche. « La question à laquelle la loi de programmation
de la recherche devra répondre : Peut-on continuer avec la différence de financement entre les universités et les autres établissements d’enseignement supérieur post-bac sans mettre en péril la recherche ? » (p. 4). Considérant l’Université comme premier opérateur de la recherche, la CPU ajoute « 4 questions auxquelles la loi de programmation
de la recherche devra répondre:

  • Comment repenser les interactions des universités avec les organismes (EPST et EPIC) ?
  • Comment faire converger audacieusement nos politiques de ressources humaines et de mobilité ?
  • Comment faire de la gestion de proximité en l’affranchissant de ses pesanteurs ?
  • Comment simplifier la gestion des laboratoires en harmonisant les règles trop complexes ? »

avant de faire des propositions :

Propositions pour la LPPR, CPU, 5 septembre 2019 (p. 5)
Ce que nous proposons :

  • Avec nos partenaires des organismes de recherche, il s’agit de franchir un nouveau cap dans la cohérence du système autour d’une réelle gestion de proximité :
  • En coordonnant au niveau de chaque site les recrutements des personnels entre EPST et universités, pour attirer et fidéliser les meilleurs scientifiques dans les universités.
  • En optimisant la gestion des personnels de soutien à la recherche et des fonctions support trop souvent redondantes, en les mutualisant.

Ces propositions touchant à l’emploi et aux ressources humaines n’ont fait l’objet d’aucune discussion dans les établissements, à peine dans les COMUE, non sans conflit5.

Au chapitre investissement, la CPU propose d’investir 1 Mds€ dans la recherche publique6. La CPU souligne, à juste titre, la misère administrative (« ratio personnel de soutien ») des Universités, et insiste sur le caractère contre-productif du financement par projet, relativement au reste de l’OCDE.

Les taux de sélection aux appels à projets ANR sont de 15 % pour un budget de 673,5 M€ (contre 30 % et 2 milliards d’€ pour la DFG en Allemagne). Ceci a pour les chercheurs des effets délétères (découragement, rejets des projets les plus novateurs, considérés comme trop risqués). De plus, les coûts supplémentaires, liés à ces projets et supportés par les universités, ne sont pas pris en compte à leur juste niveau.

En conséquence, la CPU émet deux préconisations :

Propositions pour la LPPR, CPU, 5 septembre 2019 (p. 6)
  • Augmenter le budget de plus d’1 milliard d’€ par an afin de passer de 0,79% à 1 % du PIB pour la recherche publique.
  • Créer à partir de l’ANR une seule grande agence de financement de la recherche, en portant ses moyens à au moins 1 Md€ et en diminuant la complexité bureaucratique.

Pour ce qui est de la relation contractuelle avec l’État, force est de constater que la loi sur l’autonomie des Universités (dite relative aux Libertés et Responsabilités des Universités), celles-ci n’ont gagné que des responsabilités (personnel, patrimoine, etc.) sans la libertés et les financements qui les rendent possibles. Pour la CPU, « il est temps aujourd’hui de franchir une nouvelle étape en faisant confiance aux universités ».

Propositions pour la LPPR, CPU, 5 septembre 2019 (p. 7)
  • Refonder la contractualisation avec l’État, avec la participation des organismes de recherche, à partir d’une évaluation rénovée.
  • Confier aux universités la coordination de la recherche en région.
  • Reconnaître à toutes les universités le droit à l’expérimentation.

Ces propositions qui semblent répartir l’organisation scientifique territoriale entre régions et Île-de-France se fait dans le droit fil des regroupements COMUE — du moins là où elles n’ont pas été abandonnées — et de la politique du CNRS en régions. Il reste à savoir si le modèle peut être étendu, s’il est souhaitable et ce que veut dire « évaluation rénovée » et « droit à l’expérimentation La dernière page du document précise pourtant un moyen  « en élargissant le périmètre d’application de l’ordonnance du 12 décembre 2018 actuellement circonscrit aux établissements nouveaux issus de fusions ou de regroupements », soit les établissements publics expérimentaux  – au 1e janvier 2020 feu Université de Nice, désormais Université Côte d’Azur, anciennement présidée par la Ministre Vidal et feue l’UPEC, désormais Université Gustave Eiffel, actuellement dirigée par Gilles Roussel.

Frédérique Vidal, ministre MESRI, et Gilles Roussel, président de l’établissement public d’expérimentation « Université Gustave Eiffel » et président de la Conférence des présidents d’Universités, Asssemblée nationale, 18 décembre 2019

Côté Recherche&Développement, la CPU dénonce sans ambage la dépense fiscale du Crédit Impot-Recherche (6,3Mds€) qu’il faut « mieux orienter » selon elle.

Propositions pour la LPPR, CPU, 5 septembre 2019 (p. 9)
  • Simplifier la contractualisation en imposant la notion de mandataire unique avec une politique claire entre toutes les tutelles.
  • Augmenter le nombre de thèses CIFRE pour les PME et les collectivités territoriales, avec une hausse du financement du MESRI.
  • Simplifier les prises de participation de nos établissements dans les entreprises, notamment dans des start-up à fort potentiel.

Au chapitre « Attractivité des emplois et des carrières scientifiques », la CPU anticipe les conclusions du groupe de travail péparatoire à la LPPR7 et pose deux questions auxquelles la LPPR doit répondre:

  • Peut-on laisser l’écart des rémunérations se creuser entre nos chercheurs et les autres catégories équivalentes de la fonction publique ou avec les autres pays européens diminuant l’attractivité des métiers de la recherche ?
  • Peut-on continuer à faire payer par les établissements des décisions prises par l’État sans compensations suffisantes ?

Le problème du vieillissement des personnels et de l’accroissement mécanique non compensée de la masse salariale asphyxie désormais les Universités à un point dangereux, alors qu’un tiers des enseignements et 40% de l’emploi est devenu contractuel.

Propositions pour la LPPR, CPU, 5 septembre 2019 (p. 10)
  • Revaloriser toutes les rémunérations, en particulier celles de début de carrière pour les titulaires et celles des contrats doctoraux et ATER.
  • Repenser les processus de recrutement des enseignants-chercheurs pour converger vers les standards internationaux.

La CPU propose, à la fin de ses Propositions pour la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche, une « synthèse » de ses propositions. La plupart sont reprises des proprositions intermédiaires, ou précisent celles-ci. Une proposition est à la fois neuve et savoureuse, quand on sait comment les présidents d’Universités se sont précités dans les regroupements COMUE avant de faire des pas de côté, ou même marche arrière toute devant ces mastodontes coûteux et sans bénéfices apparents :

  • Justifier, à la création de tout nouveau dispositif, sa plus-value par rapport aux programmes déjà existants notamment au niveau européen.

Toutefois un chapitre entier n’a fait l’objet d’aucune présentation auparavant, et intéresse tout particulièrement Academia, consacré à l’emploi dans l’enseignement supérieur.

« Repenser le recrutement« , Propositions pour la LPPR, CPU, 5 sept. 2019 (p. 11)
  • Repenser l’ensemble du processus de recrutement des enseignants-chercheurs de façon à converger avec les standards internationaux et notamment européens.
  • Donner aux universités la maîtrise de leurs recrutements, en modernisant les procédures et en supprimant le préalable de la qualification.
  • Assouplir le cadre des missions des enseignants-chercheurs et revoir la comptabilisation de leurs activités.
  • Réfléchir à un seul statut allant de l’enseignant au chercheur.
  • Permettre aux expérimentations de la tenure track, d’aller jusqu’à un processus spécifique de titularisation.
  • Donner la possibilité aux universités d’expérimenter le contrat de chantier.
    ,                (nos italiques)

Supprimer la qualification — supprimer par la même occasion le Conseil national des Universités ? —, supprimer les corps distincts des EPST et des Universités, développer le contrat de chantier aux enseignants-chercheurs8, voilà qui est aller un peu vite en besogne. Ces propositions représentent, à nos yeux, une rupture profonde avec les personnels des Universités, qui ont particulièrement souffert des regroupements absudes, de la sous-dotation chronique, et du mépris dans lequel les tiennent ses dirigeants.

*
*    *

Alors que l’essentiel de ces propositions pourrait susciter une adhésion profonde de la communauté de recherche et d’enseignement que la Conférence des présidents d’Universités, on lit dans ces dernières lignes une démarche isolée, voire hors sol, très différente donc du rôle dont elle se prévaut le mois suivant. On peut faire l’hypothèse d’une certaine déconnexion entre présidents et communautés universitaires9.

Pour mieux comprendre l’évolution récente de la CPU, il n’est pas inutile de revenir sur son histoire et son fonctionnement aujourd’hui.

Création en 1971

La Conférence des présidents d’universités est crée le 24 février 1971 par décret.

La CPU réunit les présidents d’universités et des établissements à caractère culturel et scientifque hors Universités. Le décret précise que le Ministère met à disposition des locaux ainsi que ses services pour son fonctionnement et que ses réunions ne sont pas publiques.

Logos avant et après la révision de l’identité visuelle en 2015

Son statut change plusieurs fois avant de devenir, en 2007, une association loi 1901 à l’occasion de la Loi sur les Libertés et les Responsabilités des Universités (dite LRU), reconnue d’utilité publique par le Ministère l’année suivante10. Son siège social est maintenu à la Maison des Universités, au 103 boulevard Saint-Michel Paris 5e.

Ses missions, précisées à l’article 2, sont diverses :

Article 2
En accord avec l’article L233-2 du Code de l’ducation, cette association a vocation à représenter auprès de l’Etat, de l’Union Européenne et des autres instances internationales compétentes en matière d’enseignement supérieur et de recherche les intérêts communs des établissements qu’elle regroupe. L’association donne son avis au ministre en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche sur les questions concernant ces domaines. Elle peut lui proposer des vœux et des projets. Elle peut représenter tout ou partie de ses membres dans des projets nationaux ou internationaux, qu’elle peut gérer.

Les moyens d’action de l’association sont notamment : la mise en place de manifestations, la publication et diffusion de rapports, analyses et prises de position, la concertation avec les tutelles et partenaires, la signature de conventions et accords.

L’association s’octroie des tâches d’influence (lobbying) auprès du Ministère et de communication. Academia avait déjà repéré la novlangue utilisée dans un questionnaire à destination des partis politiques (élections européennes 2019), dont elle n’a pas publié les réponses obtenues des partis politiques, contrairement à son homologue allemande. Toutefois, au vu de la misère croissante dans laquelle est tenue l’Université française, on peut se demander l’efficacité de ce lobbying, comparé par exemple à celui de la GuildHE au Royaume-Uni.

Plus vraisemblablement, la CPU participe à la « professionnalisation » des présidents et (rares) présidentes d’Universités, soit selon ses propres termes11 :

Dans un contexte de profondes mutations du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche, la CPU a également un rôle de soutien aux présidents dans leurs nouvelles missions et de promotion de l’Université française et de ses valeurs en France et à l’étranger.

Partager idées, savoir-faire, et éléments de langage, dans l’adversité, à défaut de représenter la communauté universitaire et d’en défendre valeurs et personnels : tel est sans doute le rôle que s’est dévolue la CPU.

Fonctionnement et financement

Pour ce qui est des moyens en termes de personnels, l’article 2 précise que des agents publics titulaires ou contractuels du Ministère ou des Universités, et qu’elle peut en recruter sur ses fonds propres((« Afin de mettre en œuvre ces actions, l’association peut bénéficier du concours d’agents publics titulaires ou contractuels mis à sa disposition par l’administration ou l’établissement public dont ils dépendent, de fonctionnaires placés en position de détachement, et de personnels recrutés sur ses fonds propres. »)).

Enfin, pour ce qui est de la dotation, celle-ci cesse de peser sur le Ministère pour revenir à ses membres – enfin plus précisément, aux Universités qu’ils président. Les montants des cotisations est fixé en Assemblée plénière de la CPU. En cas de non-paiement, la sanction quasi immédiate est la radiation ((« Article 5 .La cotisation annuelle des membres est fixée annuellement par la CPU plénière, selon des modalités inscrites dans le règlement intérieur.
Article 6 La qualité de membre de l’association se perd :

  1. par la démission ;
  2. par la radiation prononcée par la CPU plénière pour non-paiement de la cotisation (après mise en demeure non suivie d’effet dans un délai d’un mois) [nos italiques] ;
  3. par la radiation prononcée pour motifs graves par la CPU plénière sur proposition du bureau après que le membre intéressé a fait valoir ses observations auprès de la CP2U. Le membre intéressé est préalablement appelé à fournir ses explications.)).

Les montants demandés sont élevés, même si les Universités les tiennent souvent secrètes : 15 000€ à l’ENS de Lyon, 8 300€ à l’EHESS12.  À l’Université de Strasbourg, c’est 30 000€ que le Conseil d’administration a dû allouer pour 2019, sans y trouver à redire et sans que le bénéfice attendu soit bien clair pour les administrateurs et administratrices13. La cotisation, à l’Université de Strasbourg, figure au titre — technique — de « Cabinet de la Présidence : cotisations (de l’année) » ; ceux-ci sont pourtant bien plus difficiles à connaître ailleurs.  Les débats conduits au sein de ce Conseil d’administration sont éclairants, si tant est qu’on peut parler de débats :

Débats tenus au Conseil d’administration de l’Université de Strasbourg, le 18 désembre 2018

On peut se demander ainsi dans quelle mesure la CPU représente les membres des Universités. Faute de comptes à rendre à quiconque, n’est-ce à pas plutôt les seules personnes des présidents — très majoritairement des hommes — que l’association sert ?

Déclin de la CPU?

Parmi les cotisations de l’Université de Strasbourg, on trouve d’autres associations moins connues du grand public universitaire : la LERU (League of European Research Universities) et la CURIF (Coordination des universités de recherche intensive françaises)14. Les Universités moyennes de villes moyennes se regroupent, quant à elles, dans l’Association des Universités de Recherche et de Formation ou AUREF15.

L’histoire de la CURIF, que relate le site de l’association, laisse penser que, depuis la LRU, l’avenir est darwinien.

L’histoire de la CURIF, selon son site institution (consulté le 22/12/2019)
La CURIF a été créée en 2008 sous forme d’une coordination informelle. Il s’agissait de défendre les spécificités des universités les plus actives dans le domaine de la recherche, alors que se discutait le remplacement du système d’affectation des ressources SAN REMO. En effet, les systèmes d’affectation proposés avec une belle constance par le Ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur, ne prennent pas en compte les besoins des activités de recherche à un niveau réaliste, ce qui obère le maintien d’une recherche de haut niveau dans nos établissements.

Il est alors apparu que la position des grandes universités ne pouvait pas être développée dans son intégralité par la CPU qui doit tenir compte du point de vue de toutes les universités dont certaines ont parfois des besoins urgents en enseignement et relativement moins criant en recherche. Il est aussi apparu que la plupart des pays européens, suivant en cela l’exemple de la LERU [NDLR: League of European Research Universities], se sont dotés eux aussi d’un groupe de liaison des universités de recherche intensive afin de défendre la recherche universitaire et faire comprendre aux pouvoirs publics que, sans une réflexion et des moyens adaptés à l’exercice de la recherche intensive, leurs universités seront exclues de la compétition internationale avec toutes les conséquences désastreuses que cela entraîne en termes d’innovation et d’attractivité du territoire.

(…)

La CURIF fut lancée donné fin 2008 par les universités françaises membres de la LERU : Strasbourg (Louis Pasteur), Paris-Sud et UPMC. Les principes de cooptation qui furent adoptés étaient :

    • de se restreindre à de réelles universités (hors grandes écoles),
    • de ne prendre qu’une université par ville, sauf à Paris
    • de tenir compte du nombre de laboratoires mixtes de recherche (pour l’essentiel, avec le CNRS et l’INSERM).

Alors que les deux premiers principes sont faciles à appliquer, le troisième doit tenir compte des disciplines puisque le CNRS est inégalement représenté selon les disciplines (très peu représenté en droit et gestion, par exemple). Le principe d’une université par ville posait surtout des problèmes à Aix-Marseille et Bordeaux puisque dans ces villes deux grandes universités coexistaient. Cette difficulté est maintenant fort heureusement résolue.

En application de ces principes les universités suivantes, qui à elles seules couvraient plus de 85 % de la recherche dans le domaine de la santé et 70 % dans le domaine d’action du CNRS ont été sollicitées.

Peu après, Paris 2 Panthéon-Assas, Nancy 1 Henri Poincaré et Nice furent invités à rejoindre la coordination. Les universités contactées participèrent depuis lors à la coordination, à l’exception de Panthéon-Sorbonne, Panthéon-Assas, Paris-Descartes, Paris-Diderot et Toulouse Paul Sabatier qui cessèrent leur participation en 2012 suite aux élections, provisoirement en ce qui concerne Paris- Diderot.

En 2013, la CURIF dont l’intendance et le secrétariat étaient assurés depuis l’origine par l’UPMC, décida de se doter d’une personnalité morale sous forme d’association loi 1901 et d’appeler une cotisation.

On se trouve ainsi, pour résumer, avec une Conférence des Présidentés d’Université, et une Conférence des Universités Excellentes, dont la trésorière était Frédérique Vidal, jusqu’à sa nomination au Ministère16. Ni l’une, ni l’autre n’ont de compte à rendre à la communauté universitaire, qu’elles ne représentent pas. En revanche, les liens avec le Ministère semble plus avéré, comme le montre le récent cocktail — au cours duquel Frédérique Vidal énonce une nouvelle fois des contre-vérités sur la politique mené par son Ministère, sans opposition manifeste des Présidents d’Universités présents.

*
*   *

L’AEF questionne Gilles Roussel enfin sur le silence embarrassant dans lequel il a été relégué, en tant que président de la CPU, aux côtés du présidents de la République, lors des 80 ans du CNRS. Roussel répond que l’épisode, « si désagréable qu’il ait été », est anecdotique. Sa seule présence d’ailleurs « montre que la dimension universitaire de la recherche a voulu être marquée symboliquement ».

Le rôle de la CPU serait-il devenu « symbolique » ? Ou plus précisément, « anecdotique« , à l’image du strapontin laissé à son président Gilles Roussel par le gouvernement actuel ? Si ni la CPU, ni la CURIF, ni l’AUREF — pourtant grassement financées par les Universités — ne représentent les communautés universitaires qui leur délèguent pourtant leurs présidents élus, si ces associations rendent difficile, voire impossible l’accès à leur documentation de travail, et que, dans le même temps, les communautés universitaires souffrent de sous-financement et de précarité de l’emploi, nous sommes à bon droit de demander — dans la mesure où elles ne servent pas aux communautés qui les financent — qui ces Conférences servent.

Conclusions de Propositions pour la loi de programmation pluriannuelle de la recherche, CPU, 5 septembre 2019 – fichier pdf

Et ainsi, se demander s’il ne serait pas heureux, pour suivre le relevé des décisions de l’Assemblée générale des Universités qui s’est tenue le 14 décembre 2019, s’il ne faut pas les supprimer, si du moins elles n’ont pas déjà de facto disparu.

Intervention de Samuel Hayat à l’Assemblée nationale, 18 décembre 2019.

Liens:

  1. Tweet d’Aude Petitdemange, journaliste à L’Etudiant, 19 décembre 2019. Cet élément de langage se retrouve de façon incessante dans chaque intervention publique de la Ministre, sans que l’on sache ce qu’il faut en comprendre. Voir par ex. « Frédérique Vidal, entretien à mi-mandat« , La méthode scientifique, France culture, 12/12/2019, rediffusion du 2/1/2019. []
  2. Gilles Roussel, selon sa page CPU,est ancien élève de l’ENS Paris, formé en informatique à l’INRIA, élu à l’Université de Marne-la-Vallée,  dont il est élu président en 2012, date à laquelle il rejoint à la CPU. Il est élu président de la CPU en 2016, puis réélu en 2018. []
  3. Frédérique Vidal: entretien à mi-mandat, La Méthode scientifique, émission de France Culture du 12/12/2019. []
  4. Academia doit encore faire l’analyse de ce texte, voté en août, dont le projet de loi a été analysé notamment ici. []
  5. Voir le paragraphe sur le Grand équipement documentaire dans le billet « Biatss, ITA et CDI de chantier dans l’ESR ». []
  6. Si un effort financier significatif n’est pas engagé, que nous évaluons à un accroissement d’1 milliard d’€ par an pendant 5 ans, notre pays, 6ème puissance économique et désormais 8ème puissance scientifique, risque un décrochage majeur.
    Car la recherche fondamentale comporte par nature une part d’imprévisibilité : le renforcement des crédits de base des laboratoires est indispensable pour garantir ce temps long de la science et attirer les meilleurs chercheurs.
    Tous doivent pouvoir conduire leurs projets sereinement : se focaliser sur un sujet entièrement nouveau ou un sujet émergent, approfondir un sujet déjà connu ou bien encore répondre à une demande spécifique. Comprendre cette diversité d’approches permettra de redonner leur juste place aux financements sur projets. (Propositions…, p. 6). []
  7. Sur ces constats – colossale faiblesse des rémunérations dans le supérieur, soit 40% inférieures aux rémunérations OCDE et équivalent fonction publique française, voir le billlet « “La dénomination « maître de conférences » n’est pas valorisante” : sur la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche » du 16 décembre 2019. []
  8. Puisqu’il existe déjà dans la loi de transformation de la fonction publique et se trouve expérimenté chez les ITA/BIATOSS. []
  9. Voir, dans nos pages, Démocratie universitaire: “Un conseil d’administration ordinaire dans une université extraordinaire”, par Julien Gossa. []
  10. Statuts et Règlement Intérieur de l’association CPU adoptés en assemblée générale le 17 décembre 2015 et amendés le 20 octobre 2016. []
  11. Cf. http://www.cpu.fr/presentation/un-role-defendre-et-promouvoir-luniversite-francaise/, consulté le 2 janvier 2020. []
  12. Sources: Conseil d’administration (ENS Lyon); présidence de l’EHESS. La question a été posée à des administrateur⋅trices des ou des membres des Universités de Brest, Lille, Montpeliiier, Bordeaux, sans succès. On peut faire l’hypothèse d’une cotisation de l’ensemble des 74 établissements d’enseignement supérieur à hauteur de 1M€ []
  13. Sur ce sujet, voir le Démocratie universitaire: “Un conseil d’administration ordinaire dans une université extraordinaire”, par Julien Gossa, Entrée 18h45. []
  14. La CURIF regroupe les 18 plus importantes universités françaises en terme de recherche. Les universités de la CURIF inscrivent 724 000 étudiants par an dont 205.000 en master. Elles font passer 11 000 thèses par an. Elles abritent plus de 85 % des laboratoires communs avec l’INSERM et plus de 65 % de ceux communs avec le CNRS. Ces universités sont toutes très présentes à l’international et hébergent la quasi-totalité des bénéficiaires des ERC européens. Très actives dans la valorisation de la recherche et le transfert technologique, elles représentent un montant de contrats en cours avec des entreprises de près d’un demi-milliard d’euros. Les trois universités françaises les plus connues à l’Europe qui sont membres de la LERU, appartiennent à la CURIF et toutes les universités françaises mentionnées dans le classement de Shanghai, sauf deux, sont dans la CURIF à commencer bien sûr par les cinq premières. Site de la Curif, consulté le 22 décembre 2019. []
  15. À lire la rubrique « communiqués » — lire plutôt « communiqué » au singulier —  on a peine à faire croire à une quelconque activité lobbyiste. []
  16. Sans oublier une Conférence des Universités moyennes — l’AUREF. []

2 réflexions sur « À quoi sert la CPU ? »

  1. Ping : “Misère” et “salaires indignes” : l’Académie des sciences et la LPPR | Academia

  2. Merci pour cet importante mise au point. Il est important dans cette affaire de mettre l’accent sur l’allusion rapide faite dans le texte quand il est écrit que « Faute de comptes à rendre à quiconque, n’est-ce à pas plutôt les seules personnes des présidents — très majoritairement des hommes — que l’association sert ? ». En effet, deux points capitaux sont ici soulignés : le premier est que la constitution de la CPU met en évidence une mutation qui touche plus largement la fonction même de président d’université car ceux-ci ont cessé de se penser comme des « représentants » d’une communauté universitaire qui les a élus (ce qui pose un lourd problème de représentation) ; la deuxième est le tropisme toujours plus fort vers des parcours individuels dans lesquels la fonction cède devant la carrière, chaque président étant obsédé pendant son premier mandat par sa réélection et pendant son second mandat par son « boulot d’après » (une étude prosopographique des présidents depuis 2007 serait à cet égard édifiante). Dernière chose : il faut souligner comment la CPU a été le foyer de construction des lois Pécresse et Fioraso et comment la transformation de la CPU en association est étroitement liée à la mise en place de la loin LRU en 2007, la CPU étant un des leviers et une des pièces cruciales du nouveau dispositif de gouvernement (alors qu’avant 2005 on y avait surtout une sorte de club d’échanges feutrés de bonnes pratiques et d’expériences) .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.