L’exploitation des travailleurs formés aux sciences humaines et sociales

“Vous souhaitez contribuer [à l’avenir de l’humanité]? Vous disposez de competences dans la constitution d’études, en analyse de données, en conception web, en graphisme? Venez travailler gratuitement pour nous.”

Voilà un type annonce que l’on peut voir circuler sur Internet. D’autres formulations existent: “nous cherchons des stagiaires”; “souhaitez-vous faire un service civil?”

Le principe est le même: l’entreprise (la collectivité territoriale, le programme de recherche, l’association, le « réseau », le lobby) recherche activement des compétences acquises au terme d’un cycle de formation en sciences humaines et sociales. Ces compétences sont nombreuses : capacités rédactionnelles, compétences linguistiques, capacité d’analyse de données complexes, qui peuvent inclure un traitement statistique complexe, compétences en communication, etc. Pour autant, elle ne veut pas payer le travail requis dont elle a pourtant besoin.En conséquence, elle avance plusieurs dispositifs pour parvenir à ses fins.

  • Arguer de la bonne cause : c’est d’ailleurs ce qui justifie le bénévolat dans de nombreuses associations (ou organisations non gouvernementales) qui ne peuvent trouver de financement pour leur mission, ou préfèrent arbitrer leur budget sur d’autres postes que les salaires. C’est certainement difficile de faire la part entre les différentes associations réunies par un commun dénominateur de lobby. La différence peut-être réside dans celle qui diffère entre la primauté donné à l’engagement qui prévaut dans l’activité militante et bénévole ou à l’expérience – acquise par le biais de l’emploi gratuit – qui peut se monnayer plus tard.
  • Trouver des justifications légales diverses pour le travail gratuit : faire son réseau, bénéficier d’une formation pratique, possibilité de décrocher un emploi à la suite, etc. Le stage est par excellence le cache-sexe de l’exploitation. Le gouvernement avait pris conscience des abus dans le domaine (avec décret d’application en 2006), mais il ne semble pas que les pratiques aient cessé, bien au contraire. Le renvoi au cours de la période d’essai est une autre façon de gérer à court terme la main-d’oeuvre, rémunérée pas trop longtemps.
  • Recourir à des cadres légaux plus complexes : j’ai ainsi croisé les CDD sur 10 mois (dans les universités, pour ne pas avoir à payer les mois d’été) [NDLR: j’ai depuis la rédaction de ce billet entendu parler des CDD de 8 mois, de 6 mois – les universités utilisant explicitement l’assurance-chômage comme modalités de rémunération des travailleurs pendant les mois de sous-activité « face public » – quand bien même ceux-ci sont censés être rémunéré pour faire de la recherche]. Ci-dessous vous trouverez le « mécénat entreprise », assez sophistiqué. Le « service civique » en constitue une autre forme, m’indique un correspondant, avec la même ambiguïté: vraiment pas cher payé (+/-500euros/mois sur de 3 à 9 mois), en privilégiant quelquefois les très diplômés, cela permet a contrario pour l’impétrant de montrer ses capacités sur des projets à grandes responsabilités.  Et cela peut, à l’occasion, déboucher sur un CDI correctement rémunéré. « Question de chance », selon le même correspondant.

La plupart de ces dispositifs repose sur l’idée que les compétences acquises au cours d’une formation en sciences humaines et sociales ne méritent pas égal salaire que d’autres (ingénieurs, juristes (voire), formations « professionalisantes », etc.). L’emploi des jeunes diplômés des sciences humaines et sociales, en période de crise économique, est peut-être plus difficile ; ils pèsent en conséquence davantage sur les familles et les partenaires qui assurent leur charge: le paradoxe des partisans de l’alimentation durable en milieu urbain, c’est que pour manger et se loger, à moins d’être à la tête d’un patrimoine conséquent, il faut travailler et être rémunéré pour cela.

Les grandes écoles ont d’ailleurs trouvé depuis longtemps une réponse adaptée: l’apprentissage en entreprise, qui permet la rémunération de l’étudiant – et bien souvent le financement de la grande école privée qui l’accueille – en échange de réductions fiscales conséquentes (omises ici dans la présentation du Figaro ici). Quant à savoir si cela recoupe les préjugés sexistes qui prévalent à l’exploitation différentielle du travail des femmes, on peut supposer que oui avec peu de chance de se tromper. A une période où les Universités s’interrogent sur l’abandon de certaines filières par les étudiants, et sur leur financement, il y a là – peut-être – matière à réflexion. Se soucier collectivement de l’avenir professionel des étudiants pourrait en effet constituer un puissant levier sur les pratiques d’emploi – et de la réputation des Universités.

 Quelques liens:

  • Le site de Génération précaire: actions/réflexion
  • Décret n°2006-1093 sur les mentions obligatoires d’une convention de stage
  • Commentaire par le Crédit agricole sur les limites de l’exploitation
  • Les commentaires en images de Yatuu, auteure-illustratrice; et parce qu’il vaut mieux en rire, Vis ma vie de stagiaire.
  • Le service civique: http://www.service-civique.gouv.fr/
  • Annonce qui a suscité le billet
  • Le mécénat de compétences demandé par une association : « Par ailleurs nous cherchons à employer un expert-comptable (gestion de la trésorerie; comptabilité des projets; préparation des bulletins de paie [des employés qui pourraient bénéficier d’un salaire, c’est possible, NDLR]; déclarations sociales et fiscales) dans le cadre d’un mécénat de compétences (Il s’agit d’une mise à disposition gratuite des compétences du personnel d’une entreprise au profit d’un organisme d’intérêt général. Selon la loi du 1er août 2003, l’entreprise partenaire bénéficie, sur les montants engagés, de 60% de réduction d’impôt sur les sociétés, dans la limite de 0,5% de son chiffre d’affaires total hors taxes ». Certains employés de la dite association peuvent bénéficier de bulletins de salaire – visiblement pas tous

3 réflexions au sujet de « L’exploitation des travailleurs formés aux sciences humaines et sociales »

  1. Bonjour,
    En ce qui concerne les CDD à l’université de 10 mois (sans juillet-août), il s’agit également de garder une période de carence minimale entre les contrats afin de ne pas enclencher le compteur de l’enchaînement des CDD qui au bout de 6 ans entraîne la requalification en CDI. Même si maintenant la loi Sauvadet permet tout de même cette requalification car le protocole ne tient pas compte de ces période de carence, ce dispositif n’est pas pas toujours enclenché et ne concerne pas les enseignants et/ou chercheurs (et ingénieurs de recherche).
    Merci pour votre billet 🙂
    (actif au Collectif PAPERA)

  2. Bonjour,
    à propos du mécénat de compétence, et du commentaire « Certains employés de la dite association peuvent bénéficier de bulletins de salaire – visiblement pas tous. », il semble y avoir une imprécision. Dans le cadre du _mécénat_ de compétence, le salarié intervient dans l’association sur ses heures de travail, en continuant d’être rémunéré par son entreprise, donc gardant son bulletin de salaire.

    Oui, certains comportement sont révoltants, et souvent hors la loi. Pour rester crédible, attention à ne pas généraliser à outrance, certains dispositifs comme les stages, périodes d’essai et apprentissages fonctionnent fréquemment bien. J’en ai des dizaines d’exemples positifs.

    Cordialement.

    • Merci de me permettre d’apporter une précision, que je double d’une altération typographique dans le billet. Non, il n’y avait pas d’imprécision: l’expert comptable demandé par la dite association rédige bien des bulletins de salaire – pour les employés qui en bénéficient.
      Quant à savoir si les stages et modalités d’apprentissage fonctionnent bien ou mal, il suffit de se demander 1° si les stages (rémunérés au max dans la fonction publique à hauteur de 12,5% du SMIC) ou les périodes d’apprentissage (dont je ne connais pas la hauteur de rémunération) perdraient de leur intérêt – pour l’employé – s’ils étaient rémunérés à une hauteur qui permettrait au travailleur qualifié de se nourrir, se loger, se vêtir, élever des enfants, voire aller au cinéma. S’ils ne le sont pas 1° qui paie le différentiel? 2° à qui le manque à gagner profite-t-il?
      Autre objection: les stages et autres périodes d’apprentissage sont des périodes très formatrices pour les « jeunes » qui les vivent. Autres questions: l’expérience acquise dans les stages où l’encadrement pédagogique n’existe pas est-elle si différente que la période initiale dans un emploi (rémunéré)? en quoi la pression financière (et sociale) accrue sur l’employé facilite son éducation à la vie professionnelle et sa participation à l’activité de l’association/entreprise/etc.?

Laisser un commentaire