Lieux de travail, franchise universitaire & libertés académiques : Brest, Rennes, Paris… Une pétition

En ce mois de décembre, il est intéressant de considérer comment la franchise universitaire s’exerce. La « franchise universitaire » est le terme qui désigne le statut dont bénéficient en France les universités et selon lequel les forces de l’ordre ne peuvent y intervenir sans leur accord ((Née au Moyen Âge du caractère religieux des universités, qui les affranchissait du pouvoir temporel, elle a été depuis confirmée par plusieurs lois, dont l’article L712-2 du code de l’éducation. Cf article « Franchise universitaire » sur Wikipedia.)). Alors que les étudiant-es et les personnels universitaires organisent le blocage de certains sites, deux événements ont défrayé la chronique à Brest et à Rennes.
À Brest, le président de l’Université Matthieu Gallou, a demandé des explications au sous-préfet à la suite d’une intervention de la police dans le hall de la Bibliothèque universitaire de Lettres le mardi 10 décembre 2019:
Le maintien de l’ordre universitaire est une lourde responsabilité, mais je tiens, sous le contrôle de la loi et de nos instances, à l’exercer pleinement, et à garantir ainsi le plein exercice des libertés académiques, fait-il savoir dans un entretien accordé à l’Université de Brest au quotidien Ouest-France.

Le mercredi 18 décembre, alors que les étudiant-es revenaient de manifestation, plusieurs escadrons de police se sont présentés à l’entrée du Campus de l’Université de Rennes, avec l’intention visible d’y entrer. Prévenu, le président David Olivier, s’interpose et interdit l’accès au campus, avant de saisir les « autorités compétentes pour faire toute la lumière sur cette opération de police aux abords du campus »1. La photo de son intervention est rapidement devenue virale sur les réseaux sociaux.

Capture Facebook de l’interposition de David Olivier, président de l’Université Rennes-2, entre les forces de l’ordre et le campus de son Université, 18 décembre 2019

À Paris, la situation est très différente : la plupart des campus sont rendus inaccessibles par les présidents, pour des motifs allégués de sécurité ou de manque de personnels en raison des transports perturbés. Dans ce contexte, trois professeur-es d’université mettent en cause la décision du Recteur de Paris, Gilles Pécout, de fermer la Sorbonne. Ils invitent leurs collègues et étudiant-es à signer la pétition dont voici le texte.
 
*
*     *
 

Lettre ouverte à Monsieur le Recteur de l’Academie de Paris

Nous étudiants, personnels administratifs, chercheurs, enseignants, maîtres de conférences et professeurs, protestons contre les fermetures abusives et incongrues de la Sorbonne qui se répètent ces dernières années, nous empêchant de travailler. Ces blocages (comment les nommer autrement ?) vident la Sorbonne de son sens et de son existence et, selon les « éléments de langage » de notre gouvernement, nous « prennent en otages ».
La Sorbonne est, depuis sa création au XIIIe siècle, la maison des étudiants et des professeurs, et non celle du roi ou du gouvernement, même s’il plaît au roi, de temps à autre, d’y organiser une opération de com, un « grand discours » qui nous fait suffoquer de policiers, de barrières et de contrôles, et qui bloque tout le Quartier latin. La Sorbonne est le lieu du partage du savoir, par sa bibliothèque, inaccessible en cas de blocage rectoral, par ses salles de cours, de séminaire, et ses amphithéâtres.
 

Charte de fondation de la Sorbonne, février 1257
Credit:
Photo (C) RMN-Grand Palais / Agence Bulloz
Paris, Archives nationales

 
La Sorbonne, comme Paris, a un statut particulier. Longtemps, Paris n’a pas eu de maire, en raison de la réaction thermidorienne de 1795, rejouée en 1871. Aujourd’hui encore, le préfet de police de Paris n’est pas soumis à l’autorité du directeur général de la police nationale. De la même manière, la Sorbonne n’est pas vraiment chez elle, puisqu’elle abrite, fait unique au monde, les bureaux du rectorat, c’est-à-dire du représentant du gouvernement dans le monde éducatif. C’est, de fait, le recteur qui dirige ses bâtiments, dont il occupe une trop grande partie, alors qu’il n’enseigne pas et que nous manquons d’espace. Le grand amphithéâtre accueille de curieux locataires, qui payent pour y organiser leurs réunions de prestige, leurs défilés de mode et leurs opérations mercantiles, au lieu d’être dévolu à l’enseignement. Les laboratoires de la Sorbonne doivent louer aux services du recteur des salles de colloque ! Les collègues étrangers n’y comprennent rien. Nous non plus.
https://twitter.com/cerveauxnon/status/1201891079336996864

Escadron de police, équipé de fusils mitrailleurs, rue Victor Cousin, 3 décembre 2019

 
 
On parle de compétition internationale entre universités, de place de la France à tenir dans le monde de la recherche. En même temps, on paralyse une communauté académique de première importance avec toute la jeunesse qu’elle forme, qui ne demande qu’à venir en cours et en bibliothèque, souvent au prix de déplacements épuisants. Quand le recteur décide, dès l’émergence d’un mouvement social, de bloquer tout le bâtiment, la Sorbonne, habituellement pleine de tout son monde universitaire, est vide, dans un « état de mort cérébrale » construit et voulu. Quelles autres institutions parisiennes ont à subir ces abus, cet anti-intellectualisme ?
 

Occupation de l’amphithéâtre Richelieu en Sorbonne, mai 1968

Depuis le cinquantenaire du mouvement de 1968, il faut bunkériser la Sorbonne et empêcher coûte que coûte qu’elle ne devienne ce qu’elle a été en 1968, le foyer de la « chienlit », c’est-à-dire le lieu d’une expression de liberté créative rarement vécue dans l’histoire mondiale des contestations universitaires. À plus long terme, on saisit la stratégie du pouvoir : vider le Quartier latin de tous les étudiants, les placer ailleurs, réserver la Sorbonne pour les cocktails du rectorat, en faire un musée payant de l’université avec son merchandising associé, la transformer en hôtel de luxe pour les invités du pouvoir exécutif, ou en coulisse prestigieuse pour tel ou tel discours gouvernemental aussi creux que solennel et ainsi paré des atours intellectuels de « la Sorbonne ».
Avec, tout autour, un Quartier latin « Airbnbisé » et vidé de tout étudiant, enseignant, chercheur !
 

La Sorbonne est une institution républicaine qui, en 1896, prit la suite de la Sorbonne médiévale et moderne. Elle fut voulue et pensée par la IIIe République pour défendre l’éducation nationale, libre, gratuite, laïque et obligatoire pour tous les enfants de France. Les cours y étaient publics et chacun pouvait y assister en toute liberté, sans « montrer sa carte » à l’entrée.  Il est temps de lui redonner cette fonction de lieu de partage des savoirs et d’enseignement d’une pensée critique. Il est temps de rendre la Sorbonne à ses occupants légitimes – étudiants, enseignants, chercheurs, personnels académiques.

Affiche après l’évacuation de la Sorbonne, mai 1968

C’est au recteur qui, par les aléas de l’histoire, partage avec nous ce lieu, de défendre avec nous la place de l’université dans la Sorbonne. Il est un universitaire et non un rouage servile. Dans le cas qui nous occupe, il est un homme nourri de culture humaniste et critique, spécialiste de l’histoire des libertés politiques et de tout ce que bafoue le « management » de ce pouvoir exécutif.
Monsieur le recteur, le représentant du gouvernement n’a rien à faire à la Sorbonne. Nous vous demandons de faire relocaliser le rectorat ailleurs et de laisser la Sorbonne aux étudiants et universitaires.

Premiers signataires :

  • Johann Chapoutot, professeur, Sorbonne-Université,
  • Sandra Laugier, professeure, Panthéon-Sorbonne,
  • Pierre Serna, professeur, Panthéon-Sorbonne…

Site de la pétition :

Si vous voulez signer la pétition, texte et lien : http://chng.it/sqwcBNM6vJ

 

  1. https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/rennes/rennes-2-interventions-policieres-apres-manifestation-du-17-decembre-1764461.html []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.