« La dénomination « maître de conférences » n’est pas valorisante » : sur la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche

Mise à jour: 16 décembre 2019

Les groupes de travail en préparation de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche, dont le vote est prévue au printemps 2020, ont rendu leurs rapports respectifsen septembre 2019. Ils retrouvent une certaine actualité à l’occasion des la polémique lancée par Antoine Petit, président-directeur général du CNRS et d’Emmanuel Macron, président de la République.

Le rapport du Groupe de travail n°2, « Attractivité des emplois et des carrières scientifiques« , dirigé par Philippe Berta, Philippe Mauguin, Manuel Tunon de Lara1 , commence par un constat simple :

  • le niveau de rémunération des emplois de l’ESR, notamment en début de carrière, est très insuffisant, inférieur de près de 40% à la moyenne de l’OCDE. Il est aussi inférieur de près de 35% aux rémunérations des autres corps de rang A de la fonction publique et de plus de 20% de la fonction privée.  Le constat n’est pas différent, sinon pire, pour les personnels administratifs et techniques.
  • Le niveau de rémunération faible est à mettre en regard des moyens, là aussi largement insuffisant. « Or, a indiqué un chercheur français désormais parti à l’étranger, «les moyens, c’est une façon de dire aux gens que ce qu’ils font est important». (p.21).

  • le nombre d’emplois pérennes a drastiquement diminé depuis 2012

    « Attractivité des emplois et des carrières scientifiques », 2019, p. 20

    • C’est vrai pour les EPST (-7,8% en 6 ans), comme pour les Universités où le nombre d’enseignants-chercheurs est resté stable alors que les effectifs croissaient. Désormais un tiers des enseignements à l’Université est assuré par des contractuel.les ou des PRAG.
    • L’emploi contractuel est massif, tant dans les EPST (25%) que dans les Universités (35%).
Baisse importante des recrutements de chercheurs, d’enseignants-chercheurs et d’ingénieurs de recherche, qui est sans doute, à terme, le phénomène le plus dommageable à l’attractivité de l’emploi scientifique. Il envoie un signal négatif à ceux qui veulent s’engager dans les carrières scientifiques. Il conduit parricochet au développement de situations précaires, y compris pour des éléments brillants, sans perspective de débouchés. Il freine les redéploiements nécessaires vers les priorités scientifiques. Il rend plus difficile les promotions et en conséquence l’ouverture des corps de professeur ou de directeur de recherche à des recrutements externes. Cette baisse des recrutements peut être illustrée par quelques exemples qui en montrent l’ampleur :

  • Les recrutements de maîtres de conférences ont diminué de 36% entre 2012 et 2018 (1742 à 1108), ceux de professeurs de 40% (1004 à 606).
  • Les recrutements de chargés de recherche ont baissé de 27% dans les EPST entre 2008 et 2016, ceux des directeurs de recherche de 11% durant la même période.
  • Les recrutements sur concours externes ou réservés des ingénieurs et techniciens des EPST ont baissé de 44% entre 2008 et 2016 (-41% pour lesingénieurs de recherche, -36% pour les ingénieurs d’études, -53% pour les techniciens). Ceux des établissements d’enseignement supérieur, si on excepte les recrutements en catégorie C, sont restés stables entre 2009 et 2016.

« Attractivité … », p. 20-1

 

À cela s’ajoute l’absence ou la grande faiblesse des moyens de recherche, notamment en début de carrière.

De ce constat sans appel de la politique scientifique conduite depuis la Ministre Pécresse, on tire deux conclusions simples :

  • augmentation importante des emplois pérennes de checheurs, enseignants-chercheurs hommes et femmes, et de personnels administratifs et techniques (j’aime beaucoup « Doter les établissements de budgets sincères » p.7)
  • augmentation majeure des niveaux de rémunérations et des moyens
https://www.flickr.com/photos/roomaverick/5392005159/in/photolist-9dtrhc-CDMeZ-qs82V9-CDMfd-2nuDhP-CDpdC-4SRvCW-CDMfh-4R6rF1-a18j1u-pV8nd3-cfhHjm-CDWYA-7y8KvA-CDpdr-J7X1J-5DbMcY-7fH2fE-rTNM5i-a14Qns-a1nvj4-bx6wwp-CDMfk-xTAKU-a1nv5n-a1nvca-a1nvqz-YiCHnt-8c4N1m-r7RbD6-a1qo4w-73xVhr-bxanBR-a15s5M-a1nB6K-5xF6mB-u8kttJ-CDWXv-7y4U1x-7esU97-a1nvPP-a1qnYs-a1qtjS-56XrSC-5ohxWA-a1nvyK-7KHdap-quPndf-6kmTYX-a14Qqd

Maverick Fang, Euros, 2011

Pour autant, les auteurs du rapport en tirent des conclusions extrêmement fantaisiste ( » La dénomination « maître de conférences » n’est pas valorisante, il faut lui substituer associate professor, p. 27) ou idéologique, comme la multiplication de régimes dérogatoires et de création de nouveaux statuts, tel un inventaire à la Prévert,

 

Pour autant, de ces constats, qui appelleraient à une réponse simple – augmentation des moyens et des emplois, comme p. 32, revalorisation de 40% des rémunérations ou p. 34, suivre une régularité dans les flux de recrutement; ou encore p. 35, compenser le vieillissement et l’accroissement mécanique de la masse salariale à hauteur de 100M€), les auteurs du rapport tirent des conséquence à la Prévert : multiplication des statuts et des inégalités liés à ces statuts.

  • Création d’un « contrat à durée indéterminée de mission scientifique » aligné sur la durée des projets de recherche pour contribuer à la dé-précarisation des agents concernés (NDLR: précarisation?)
  • Création d’un contrat à durée déterminée post-doc « jeune chercheur »
  • La création de chaires d’excellence junior pour attirer les jeunes talents avec un nouveau dispositif de recrutement de type « tenure-track » organisé par les établissements (à hauteur de 150/an, soit moins de 10% du nombre total de recrutements permanents junior)
  • La création d’un programme national de chaires d’excellence sénior pour attirer des chercheurs de grande réputation (…)
  • Une extension des dispenses de qualification pour les établissements qui le souhaiteraient et dont les processus de recrutement auront été certifiés.

Attractivité…, p. 35 et sq.

Il convient ainsi de renforcer les inégalités par de nouvelles « évaluations de qualité », qui inclueront l’enseignement, qui reste l’impensé en creux de ce rapport. Par ex. ‘la réussite aux appels à projet, les appréciations positives voire très positives d’un laboratoire de recherche au terme d’une évaluation réalisée par un comité indépendant pourraient, à titre d’exemple, justifier le versement d’un intéressement collectif à chaque membre d’une équipe » (p. 33).

L’inégalité touche aussi à la dispense de qualification. Le groupe de travail est très favorable à sa suppression, mais juge qu’il n’y a pas consensus. Ainsi il propose d’autoriser les dispenses de qualification à quelques établissements suivants:

  • les établissements détenteurs du label européen HRS4R (« Excellence in research » porté dans le cadre de « Human resources strategy for research »),
  • les établissements lauréats confirmés des Idex et I- site dont la qualité de la gouvernance a été évaluée positivement par le jury international,
  • les candidats issus d’écoles doctorales dont l’accréditation par le HCERES aurait montré une qualité justifiant l’exemption,
  • les lauréats de l’European Research Council et des appels d’offre européens,
  • les admissibles au concours de chargé de recherche et directeur de recherche d’EPST, dont la qualité scientifique a déjà été vérifiée.

Attractivité…, p.40

Outre l’inégalité entre statuts, entre établissement, le raport propose de réfléchir à la gestion des inégalités en matière d’enseignement, en forfaitisant la surcharge (p. 47). `Selon lui, la référence au 192h de service est obsolète. Plutôt que de renforcer la formation continue des personnels, il préconise donc une évaluation périodique des enseignants-chercheurs (p. 48), en renforçant encore l’autorité du Haut Comité d’Evaluation de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (HCERES). Faute de prévoir la formation continue, c’est une Ecole du Management de la Recherche qui est donc envisagée (p. 49).

 

À l’analyse, le rapport semble approfondir le trou noir dans lequel les derniers gouvernements ont précipité l’enseignement et la recherche français. On aurait attendu une réflexion sur la parité en matière de représentation et de rémunération;  sur la qualité de la transmission, que nenni. Multiplication des statuts, précarité renforcée, confirmation de l’absence d’attractivité des métiers. La dénomination de maître de conférences n’est pas valorisable, écrivent les auteurs? Il sera bon d’arrêter de confondre le nom et la chose. À quand la fin d’une idéologie à propos de la fonction publique, et ses effets délétères sur l’enseignement supérieur et la recherche qui multiplie l’enfumage et la langue de bois plutôt que les financer à hauteur réelle de 3%?

Liens:

Note 1. La composition du groupe de travail est la suivante : Rapporteurs du groupe:Philippe Berta, professeur des universités (biologie),député;Philippe Mauguin, président de l’INRA;Manuel Tunon de Lara, professeur des universités –praticien hospitalier, président de l’Universitéde Bordeaux. Membres invités à participer aux travaux: Stéphane Audoin-Rouzeau, directeur d’études à l’EHESS (histoire); Bénédicte Durand, maître de conférences (géographie), directrice des études et de la scolarité de Sciences-Po;Frédéric Fiore, docteur, ingénieur de recherche (biologie)à l’Inserm; Alain Fuchs, professeur des universités (chimie),président de PSL Université; Véronique Guillotin, médecin, sénatrice; Serge Haroche, professeur émérite au Collège de France (physique); Pierre Henriet, doctorant(philosophie), député; Eric Labaye, président de l’Ecole polytechnique; Marie Masclet de Barbarin, maître de conférences (droit), vice-présidente d’Aix Marseille Université;Armelle Mesnard, directrice des ressourceshumaines et des relations sociales du CEA;Catherine Rivière, ingénieure, directrice des ressources d’IFPEN; Hélène Ruiz-Fabri, professeur des universités (droit), directrice du Max Planck Institute Luxembourg. Source: Composition des trois groupes de travail pour mener la réflexion


1 réflexion sur « « La dénomination « maître de conférences » n’est pas valorisante » : sur la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche »

  1. Ping : À la découpe : sur l’adoption de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) | Academia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.