Le CNRS, Darwin et la grande chaîne de l’évolution chercheuse: quatre tribunes et une conclusion

Mise à jour : 11 décembre 2019

Suite à l’intervention, à l’occasion des 80 ans du CNRS, d’Antoine Petit et d’Emmanuel Macron à propos de la loi programmatique pluriannuelle de la recherche en cours de préparation, plusieurs chercheurs et chercheuses se sont insurgés contre la vision scandaleusement caricatural qu’ont développée respectivement le PDG du CNRS et le Président de la République, et les dramatiques conséquences qu’ils souhaitent en tirer. Leurs conclusions s’apparentent à de précédentes, tirées au printemps (ce blog: « Bois morts, souches pourries et arbrisseaux: du choix du vocabulaire de la politique de l’emploi au CNRS« ) et en 2014 : l’idéologie qui nourrit la politique scientifique française fait preuve d’une remarquable continuité, même si le discours s’affranchit désormais des convenances. Quelles conclusions en tirer?

1. Frédéric Restagno « Alors, je ne suis pas un bon chercheur! » (Tribune, Le Monde, 5 décembre 2019)

2.« Le darwinisme social appliqué à la recherche est une absurdité », par un collectif de 16 chercheurs (Tribune, Le Monde, 6 décembre 2019)

3.Recherche: non à une loi inégalitaire, par François Massol et co-signataies (Tribune, Medium, 9 décembre 2019) et pétition

4. Conclusions de Christian Topalov (Liste Theuth, 10 décembre 2019° 

5. Guillaume Miquelard-Garnier, « Qui fait la recherche publique en France? » (Tribune, Le Monde, 30 avril 2014)

 

1. « Alors je ne suis pas un bon chercheur! », par Frédérc Restagno, physicien, chercheur CNRS, Laboratoire de physique des solides, Université Paris-Saclay), Le Monde, 5 décembre 2019

Depuis plusieurs années, la recherche française est en souffranc

Chercheur étudiant le dessin la structure moléculaire sur un écran d’ordinateur dans le laboratoire

e. Cela se voit par exemple à travers la difficulté à attirer les étudiants vers la thèse et la recherche, la stagnation de l’effort national de recherche en termes de part du PIB, la pression croissante sur les appels à projets… Alors que le premier ministre s’était engagé à faire adopter en 2020 une loi de programmation pluriannuelle de la recherche, certains membres de la communauté scientifique s’étaient mis à espérer.

 

Il y aurait, en effet, tellement à faire pour que la situation s’améliore ! Investir plus sérieusement comme le font d’autres pays (Chine, Allemagne, par exemple), permettre aux jeunes chercheurs et chercheuses d’obtenir le plus tôt possible un poste pérenne pour développer des idées innovantes… L’espoir était possible mais, dans une tribune parue le 26 novembre dans le journal Les Échos, le président-directeur général du CNRS, Antoine Petit, propose, lui, autre chose : « Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies. »

Cette phrase m’a fortement peiné : elle est la signature d’une divergence profonde entre la vision du dirigeant du plus grand organisme de recherche français et l’idée-même que je me fais de mon métier. Le « darwinisme » qu’on nous propose aujourd’hui n’est en rien compatible avec l’idée de travail commun qui me paraît inhérente à la pratique de la recherche. Il s’apparente au darwinisme social ou « spencerisme », du nom du philosophe et sociologue anglais Herbert Spencer (1820-1903). Celui-ci, défenseur de l’Etat minimal, préconisait la suppression des institutions faisant obstacle à la lutte pour l’existence et à la sélection naturelle qui permettent l’élimination des moins aptes et la survie des plus aptes.

Les mots ayant un sens, ceux qui portent l’idée d’une loi « darwinienne » visant à encourager « les plus performants » sont d’autant plus inquiétants quand ils sont publiés dans une tribune écrite par un décideur. Et ils sont durs. Quelles seraient donc, dans cette logique, ces institutions qu’il faudrait supprimer ? Une des particularités de la recherche française est l’existence des laboratoires, lieu de mise en commun des moyens et de discussions scientifiques. La pression pour en changer l’esprit est grande. Il s’agirait de transformer ce collectif en un « star system » constitué d’une juxtaposition d’équipes, construites autour de vedettes prétendument providentielles.

Selon cette vision, les laboratoires ne sont que des hôtels à projets. Dans ce même ordre d’idées, une autre institution qu’il faudrait supprimer semble être le chercheur fonctionnaire. Le principe consistant à assurer une sécurité matérielle à quelqu’un qui a décidé de consacrer sa vie à explorer l’inconnu serait aujourd’hui inadapté.

Il faudrait aussi, et surtout, se séparer des moins aptes. En commençant par dénoncer et clouer au pilori ces derniers. J’imagine qu’il s’agit de celles et ceux qui ne publient pas assez ou dans des revues pas assez prestigieuses ? Ou qui ne posent pas suffisamment de brevets ? Qui ne créent pas de start-up ? Il faudrait alors supprimer toute aide à celles et ceux qui essaient de survivre avec le petit budget qui leur est alloué ; pointer du doigt ces chercheuses et chercheurs qui ne réussissent pas à obtenir ces financements internationaux dont la France ne tire pas assez parti.

Si la valeur de notre travail se mesure à l’aune de ces nouveaux critères, alors je ne suis pas un bon chercheur. Je ne suis pas un bon chercheur car – même si j’ai parfaitement conscience que dans un contexte de pénurie budgétaire, chacun doit prendre sa part -, je pense qu’investir dans la recherche, c’est investir sur les temps longs, cultiver la sérendipité, permettre que de nouveaux champs disciplinaires émergent sans que cela puisse être programmé.

C’est évidemment une question de moyens, mais plus encore, d’état d’esprit : comme d’autres, je pratique une recherche que je soumets à l’évaluation de mes pairs et qui est publiée dans des revues internationales respectées. Je forme des étudiantes et étudiants de master qui, parfois, se lancent ensuite dans une thèse. J’encadre des doctorants que je vois s’épanouir dans la pratique de la recherche – mais à qui je dois dire aujourd’hui qu’ils n’y trouveront pas de postes pérennes, en tout cas pas en France.

Je discute avec des entreprises afin de faire émerger des questions scientifiques qui permettent de lever des verrous industriels. J’ai aussi une activité de diffusion des connaissances dans les écoles, les lycées et dans les médias. Je veux rester du côté de celles et ceux qui se battent pour faire humblement leur travail et faire avancer la recherche pas à pas.

Quant à ce cher Charles Darwin, peut-être faut-il le relire, lui qui écrivait : « Si une tribu renferme beaucoup de membres (…) qui sont toujours prêts () à s’entraider et à se sacrifier au bien commun, elle doit évidemment l’emporter sur la plupart des autres tribus ; or, c’est là ce qui constitue la sélection naturelle. » La communauté scientifique doit se mobiliser pour défendre une vision collective du travail scientifique, incompatible avec une conception violente des rapports sociaux dans la science.

2. « Le darwinisme social appliqué à la recherche est une absurdité », par un collectif de 16 chercheurs (Tribune, Le Monde, 6 décembre 2019)

Le monde de la recherche française a bondi deux fois en une seule journée, le mardi 26 novembre : le matin, en lisant les propos du président-directeur général du CNRS [publiés dans le quotidien Les Echos], et le soir en visionnant le discours du président de la République pour les 80 ans de cette institution.

Le premier, Antoine Petit, résumait ainsi l’idéologie qui sous-tend la future loi de programmation de la recherche, dont la présentation est prévue pour février 2020 : « Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies. »

« Invoquer Darwin pour justifier une politique de la recherche est un contresens : la sélection naturelle porte sur des variations aléatoires, or les chercheurs ne travaillent pas au hasard »

Le second assurait que les innombrables évaluations auxquelles sont soumis les chercheurs (annuelle, biennale, quinquennale, et lors de chaque publication et projet évalué par les pairs) pourraient diminuer à condition qu’elles permettent une « différenciation » et que les « mauvais » en « assument les conséquences ». Emmanuel Macron a également cité, parmi les « chantiers » de la future loi, la création, à côté des modes de travail statutaires de plus en plus rares, de « CDI de projets », nouvel oxymore désignant des contrats voués à durer le temps d’un projet.

La dévalorisation des « mauvais » chercheurs fait ainsi écho à l’éloge des « plus performants » par le PDG du CNRS. Une « loi inégalitaire » ? Mesurons la charge : on propose ici de poser comme principe légal la négation d’un des piliers de notre devise républicaine. Mais, au-delà, un « darwinisme » dans la recherche, qu’est-ce à dire ?

En 1859, Charles Darwin a montré que les espèces biologiques descendent d’espèces antérieures, et sont soumises à la « sélection naturelle » : génération après génération, l’effet cumulé de la reproduction différentielle des individus les plus ajustés à leur environnement grâce à certains traits héritables entraîne la généralisation de ces propriétés dans la population. Pour Darwin, c’est dans la concurrence générée par la rareté des ressources que ces traits prouvent qu’ils sont adaptatifs, en entraînant un taux de reproduction plus élevé pour leur porteur.

Justifier le laisser-faire propre au libéralisme

Invoquer Darwin pour justifier une politique de la recherche est un contresens : la sélection naturelle porte sur des variations aléatoires, or les chercheurs ne travaillent pas au hasard. De plus, ils ne transmettent pas à leurs élèves leur supposé talent…

Si l’analogie est vide de sens, peut-être faut-il se tourner vers la doctrine dite du darwinisme social. C’est sous ce label que l’accent mis sur la compétition a été instrumentalisé par ceux qui, derrière le philosophe et sociologue anglais Herbert Spencer (1820-1903), cherchaient à justifier le laisser-faire propre au libéralisme économique, grâce auquel les « plus aptes » écraseraient naturellement les « inaptes ». Pourtant, Darwin lui-même vit très tôt ce que les évolutionnistes explorent massivement depuis cinquante ans : l’entrelacement de la compétition et de la coopération.

Qui veut vraiment tenter une comparaison avec la nature devrait pousser le raisonnement jusqu’au bout. Les individus sont certes en compétition mais, du fait des innombrables et complexes interactions entre organismes, la coopération s’avère souvent, dans un environnement donné, bénéfique pour l’individu à un certain niveau. Sur cette base, Darwin avait expliqué l’origine des sociétés animales, et la recherche darwinienne actuelle explique une coopération omniprésente à toutes les échelles : entre figuiers et guêpes, ou entre antilopes d’un même troupeau. Le PDG du CNRS oublie ce que sait tout supporter de rugby : sans ses coéquipiers, le meilleur talonneur du monde n’est rien.

Ignorance du fonctionnement de la science

Idéologie, le darwinisme social n’est pas une conséquence des théories biologiques. La sélection naturelle est un fait, sans aucune implication sur les mérites de nos institutions politiques. Promulguer la « lutte pour la vie » par une loi est absurde. Affirmer que la science est purement œuvre de compétition prouve une ignorance de son fonctionnement, essentiellement collaboratif, comme le montrent les succès récents de coopérations emblématiques : détection des ondes gravitationnelles, exploration de la biodiversité marine par la goélette Tara, etc.

Mais la référence au darwinisme social dit le fond d’une politique de la recherche : depuis vingt ans, le curseur a été sciemment poussé vers la compétition au détriment de la coopération. Les chercheurs doivent publier la plus grande quantité possible d’articles scientifiques aux dépens de leur qualité, et passer une bonne partie de leur temps à candidater à des programmes de recherche aux taux de succès de plus en plus bas malgré des dossiers irréprochables, du seul fait des finances en baisse. Ces projets sont souvent la seule manière d’employer les jeunes, toujours plus longtemps en attente d’un poste durable, le système conduisant à les maintenir dans la précarité. La loi à venir poussera à son terme cette logique, dont aucun effet positif n’a pu être observé.

En effet, l’analyse nous montre que les supposés indices d’excellence induisent des biais conservateurs au lieu de saisir ce qui est scientifiquement substantiel. Des biologistes darwiniens ont établi que de tels critères de succès produisent nécessairement de la « sélection naturelle pour la mauvaise science » (Smaldino, MacElreath, RSOS, 2016, non traduit). De fait, non seulement l’argent des appels à projet va à ceux qui en ont déjà, sans impact sur les publications, mais les crises se multiplient du fait de cette pression à la compétition : fraudes, crise de la reproductibilité des expériences…

« Loi inégalitaire et darwinienne » ? La politique actuelle de la science a moins de points communs avec la sélection naturelle – laquelle, selon Darwin, « scrute chaque jour, chaque heure, à travers le monde, chaque variation » –, qu’avec le pilotage du Titanic.

Signataires : Steeves Demazeux, philosophie, Université Bordeaux-Montaigne ; Sébastien Dutreuil, philosophie des sciences de la Terre, CNRS ; Pierre-Henri Gouyon, biologie évolutive, Muséum national d’histoire naturelle ; Thomas Heams, génétique, AgroParis Tech ; Philippe Huneman, philosophie des sciences, CNRS ; Philippe Jarne, génétique et écologie évolutive, CNRS ; Finn Kjellberg, biologie évolutive, CNRS ; Jérôme Lamy, sociologue, CNRS ; Guillaume Lecointre, biologie évolutive, Muséum national d’histoire naturelle ; Annick Lesne, physique, CNRS ; Virginie Maris, philosophie de l’environnement, CNRS ; Jérémie Naudé, neurobiologie, CNRS ; Antonine Nicoglou, philosophie, Université de Tours ; Hervé Perdry, génétique humaine, Université Paris-Saclay ; Arnaud Saint-Martin, sociologie, CNRS ; Barbara Stiegler, philosophie, Université Bordeaux-Montaigne.

https://www.flickr.com/photos/tumraneedi/41894408020/in/photolist-26Q4MVE-281PCmp-qAmzmm-CX3vUu-26JQT5s-RTFy9k-JMeSp-29NLRqG-2hKxwBq-dg45oM-nSs6tg-7UKMGV-pWfNZR-32Usva-FMuY2Q-2b7XXHZ-9J1w9m-mHvrdq-6hm4ge-zgedKd-dg458y-dg3YJe-QQp2Gm-5PrKQC-tX2tGj-E9xdqN-dTgMHb-2cv4iwy-nvmDiq-dY8ACH-9z8dWi-9qMrsq-rVFQQB-9VRDjG-4s9mqe-5jFua9-5ijT2y-2gEovQx-9ag9uA-NNZ8Ug-2cz227i-ZCTXj8-8bpToU-jbZjEH-g5LWL6-2bxCQJA-jcG6uk-eLM7i4-9VNRmK-6pbTCi

Research by Tumra Needi, 2018.

3. François Massol, « Recherche: non à une loi inégalitaire » (Tribune, Medium, 9 décembre 2019)

Ce texte peut être co-signé par une pétition, accessible ici.

Cela fait de très nombreuses années que les gouvernements successifs cherchent à mettre en avant les inégalités de traitement comme moteur d’une plus grande efficacité supposée des services publics. Le dernier exemple en date concerne le monde de la recherche et émane de M. Petit, président du CNRS, dans une tribune publiée par Les Echos (26/11/2019). Parlant de la future Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche, M. Petit appelle de ses vœux « une loi ambitieuse, inégalitaire — oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies. » Ces propos ont déjà fait réagir plusieurs chercheurs dans deux tribunes publiées simultanément par Le Monde (ici et ) la semaine dernière.

Nous, acteurs de la recherche publique, souhaitons maintenant collectivement interpeller M. Petit et toutes les personnes pensant que la compétition entre individus est une solution pour améliorer le fonctionnement de nos sociétés : depuis Charles Darwin, plus de 150 ans de recherche nous ont appris que la sélection naturelle n’est pas un processus d’optimisation collective. Au contraire, lire la suite

4. Conclusions tirées par Christian Topalov, en réponse au texte de François Massol (liste Theuth, 10 décembre 2019)

Merci d’avoir rédigé et fait circuler ce texte. Il fallait réagir aux propos scandaleux de M. Petit, vous l’avez fait, bravo.

L’argumentation est solide et convaincante, cela ne fait pas de doute.

Mais les conclusions de politique scientifique sont, à mon avis, trop beaucoup timorées :

 

  • Il ne faut pas rendre l’ANR « plus transparente », c’est impossible. La  concentration des pouvoirs qui y a été organisée est  sociologiquement) irréversible. Il faut la supprimer.
  • Il faut supprimer l’HCERES, structurellement illégitime parce que procédant du pouvoir politique, et restituer l’évaluation à des institutions collégiales majoritairement élues.
  • Il faut restaurer les institutions démocratiques de gestion des universités et limiter ainsi les pouvoirs des présidents et des CA.
  • Il faut (selon les souhaits des personnels concernés) soit démanteler les idex, soit les doter d’institutions universitaires de droit commun. Il faut les financer seulement à la hauteur des autres établissements.
  • Il faut un plan d’intégration des précaires occupant des fonctions permanentes ou constamment employés.
  • Il faut, bien sûr, un programme pluriannuel en faveur de l’emploi scientifique. Récupérer une partie du crédit impôt recherche suffirait pour le financer.

5.  Guillaume Miquelard-Garnier, « Qui fait la recherche publique en France » (Tribune, Le Monde, 30 avril 2014)

Guillaume Miquelard-Garnier, cofondateur du think tank L’Alambic, maître de conférences au Conservatoire national des arts et métiers

Les grandes questions médiatiques du moment concernant l’enseignement supérieur et la recherche, qu’il s’agisse par exemple du campus Paris-Saclay, des partenariats public-privé à l’université, ou des MOOCs  [Massive Open Online Courses, cours en ligne ouverts et massifs], laissent souvent de côté une problématique pourtant essentielle : quelle politique de recrutement à court ou moyen terme envisage-t-on pour la recherche académique française, et subséquemment, qui pour faire la recherche en France ?

Historiquement, le système français était plutôt fondé sur des crédits dits récurrents (attribués directement aux laboratoires et répartis ensuite entre chercheurs). Le fonctionnement typique d’un laboratoire était un assemblage de petites équipes « pyramidales » de permanents (un chercheur senior, deux ou trois chercheurs junior) avec un recrutement plutôt jeune, et donc relativement peu d’étudiants ou de chercheurs « précaires » (attaché temporaire d’enseignement et de recherche, post-doctorants…). Si l’on préfère, le fonctionnement se faisait avec un ratio permanents/non-permanents élevé. Dans ce système, le chercheur junior est celui qui est en charge de faire la recherche au quotidien, d’obtenir les résultats et d’encadrer de près, avant de, plus expérimenté, migrer vers des activités de mentorat scientifique de l’équipe (rôle du chercheur senior).

Ce fonctionnement était à l’opposé de celui, par exemple, des Etats-Unis. La recherche y est financée exclusivement ou très majoritairement sur projet, c’est-à-dire par « appels d’offres » ou « appels à projets ». Les chercheurs, principalement à titre individuel, décrivent leurs idées sous forme de projets à des agences gouvernementales ou des industriels, une sélection étant ensuite effectuée par des panels d’experts et l’argent réparti en fonction de ces choix. Dans ce système, il y a peu de permanents, beaucoup de non-permanents recrutés sur les budgets issus des appels à projets pour la durée de ceux-ci, et un fonctionnement « individuel » (chaque chercheur, junior ou senior, gère son propre groupe de doctorants et post-doctorants, en fonction de son budget). Le chercheur est, dès son recrutement (aux USA, la tenure track), un chef de groupe-chef de projets, dont le rôle est de définir les grandes orientations intellectuelles, de trouver les financements, de les répartir et de recruter. La recherche proprement dite est alors très majoritairement effectuée par les non-permanents.

Il n’est pas, ici, question de débattre des avantages et inconvénients des deux systèmes. Le premier favorise le mandarinat et un système de « rente scientifique » quand le second amène une tendance à l’effet Matthieu (6 % des chercheurs américains monopolisent 28 % des financements) et mise beaucoup pour le recrutement des précaires sur un fort attrait des pays asiatiques qui n’est peut-être pas éternel.

Toutefois, il faut constater que, depuis une quinzaine d’années au moins, et encore plus depuis la mise en place de l’Agence nationale de la recherche (ANR) en 2005 et les réformes engagées par Valérie Pécresse et poursuivies jusqu’à aujourd’hui, le système français est en mutation.

Les recrutements sont devenus plus tardifs, autour de 33 ans en moyenne pour un maître de conférences ou un chargé de recherches, soit typiquement cinq ou six années après l’obtention de la thèse (pour les sciences dures). Les financements récurrents ont été largement diminués au profit des financements par projet. Les appels à projets, principalement par le biais de l’ANR ou européens, ont développé les recrutements de post-doctorants. Les initiatives pour promouvoir l’excellence individuelle des chercheurs se sont multipliées (la prime d’excellence scientifique pérennisée même si rebaptisée, les bourses jeunes chercheurs nationales ou européennes sur un modèle de tenure track ou servant à financer un groupe de recherche indépendant).

Or, plus récemment, la révision générale des politiques publiques (RGPP) conduit, malgré l’autonomie des universités, à un effondrement alarmant des recrutements de chercheurs et enseignants-chercheurs permanents à l’université et dans les établissements publics à caractère scientifique et technologique (EPST). En trois ans, le CNRS est passé de 400 chercheurs recrutés par an à 300 (soit d’environ 350 à 280 jeunes chercheurs). Cette année, on compte au total 1 430 postes de maîtres de conférences ouverts au concours alors qu’il y en avait encore 1 700 il y a deux ans et 2 000 il y a cinq ans. Cette situation a conduit le conseil scientifique du CNRS à s’alarmer récemment, et ne devrait pas s’améliorer à la suite des énormes problèmes financiers de bon nombre d’universités, dont le symbole est Versailles-Saint-Quentin.

En parallèle, le budget de l’ANR alloué aux projets est passé de plus de 600 millions d’euros en 2010 à moins de 500 actuellement, le nombre de projets financés de 1 300 en 2010 à très certainement moins de 1 000 en 2014.

À cela s’ajoutent les effets liés à la loi Sauvadet de 2012. Cette loi favorisant la titularisation des personnels contractuels après six ans passés dans la fonction publique a jeté un froid dans certains laboratoires et certaines disciplines scientifiques (notamment celles qui recrutaient plutôt à 35 ans qu’à 31…). Les budgets ne permettant que rarement ces « cdisations » non planifiées, les ressources humaines des organismes sont aujourd’hui très craintives et rendent difficile l’embauche d’un post-doctorant dès la quatrième voire la troisième année. La baisse du budget de l’ANR, censée s’accompagner d’une revalorisation des financements récurrents, a d’ailleurs probablement et principalement servi à financer ces titularisations non anticipées dans la mesure où l’argent n’est en tout cas pas arrivé jusqu’aux laboratoires. En lien avec cette loi Sauvadet et cette résorption de la « précarité » dans l’enseignement supérieur et la recherche, on peut également souligner que les règles de l’ANR concernant l’embauche de contractuels ont été rendues plus drastiques : il faut aujourd’hui trois permanents à temps plein sur un projet pour recruter un non-permanent à temps plein pour la durée de celui-ci.

Nous nous trouvons donc aujourd’hui au milieu du gué, et l’on se demande si nous y sommes arrivés de façon réfléchie ou simplement par suite de tiraillements successifs et aléatoires vers les directions opposées prises par ces deux systèmes. Des financements récurrents qui ont quasiment disparu mais également des financements sur projets qui s’effondrent. Des permanents qui ont de moins en moins de temps à consacrer à la pratique de la recherche pour en passer de plus en plus à la gestion (de projets, de groupes) pour les plus talentueux ou chanceux, et à la lutte pour l’obtention des crédits nécessaires à leur activité pour les autres. Et de moins en moins de docteurs non permanents dans les laboratoires et de plus en plus de difficultés à les financer ou plus simplement à les attirer (puisqu’on ne peut honnêtement plus rien leur promettre et que les salaires proposés ne sont toujours pas compétitifs).

La question se pose alors simplement : qui, en dehors des quelques doctorants passionnés qui pourront encore être financés (et alors que les difficultés d’insertion des docteurs sont toujours récurrentes en France, ce qui est tout sauf une incitation à envisager le doctorat comme un choix de carrière judicieux), fera demain de la recherche dans les laboratoires publics en France ?

 

 


2 réflexions sur « Le CNRS, Darwin et la grande chaîne de l’évolution chercheuse: quatre tribunes et une conclusion »

  1. Qu’un scientifique à la tête de l’organisme majeur de la recherche française se laisse aller à parler de loi darwinienne, appliquée au court terme et à la société, donc de faire implicitement référence au darwinisme social de Spencer, ne peut que laisser atterré. C’est soit une méconnaissance quasi totale de ce qu’est l’évolution théorisée par Charles Darwin, soit un retour volontaire et idéologique aux vieilles lunes de Spencer dont tout à démontré qu’elles étaient fausses et porteuses de développements dont le XX siecle a eu du mal à se sortir.
    Mr Petit peut avoir ses propres notions sur l’idéologie qu’il préfère mais qu’il nous fasse grâce de considérations pseudo-scientifiques qui n’amènent rien à un debat nécessaire sur l’avenir de la recherche en France.

  2. La recherche est de toute façon darwinienne car le monde est darwinien. Dire que la recherche est darwinienne pour justifier la concentration des crédits est inepte cependant car: 1) pour fonctionner un monde darwinien a besoin d’une diversité, qui est donc aussi précieuse que les éléments dominants/structurants d’un écosystème à un temps t; 2) le succès d’une espèce/d’un groupe n’est jamais que relatif puisque aucune avancée ne peut se faire sans des avancées préalables dans de nombreux autres champs; et 3) personne n’a les critères qui distinguent ce que sera l’avancée pertinente de demain – sauf à faire prendre le copinage pour un critère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.