Etre candidat.e sur un poste de MCF, 1- L’envoi du dossier

Je parle ici d’une position inverse de celle concernant les candidatures au CNRS : je n’ai pas été recrutée comme MCF (j’ai passé quatre auditions en 2002-2003) ; en revanche, j’ai siégé depuis dans de nombreux comités de sélection en sociologie, histoire et géographie. J’ai pu voir que leurs pratiques étaient très variées. Comme bien des collègues, je considère aussi que la marge d’influence des candidat.e.s sur la décision, à travers la préparation du dossier écrit et de l’audition, est bien plus faible qu’au CNRS. Cela ne signifie pas que tout n’est que copinage, mais qu’énormément de choses se jouent en amont, dans la définition des profils ; que, dans certaines disciplines, des éléments de CV sont peu ou prou obligatoires pour être recrutable (comme l’agrégation, à la limite le CAPES, en histoire) ; et qu’il y a peu de moyens d’agir sur la phase cruciale de sélection des candidat.e.s à auditionner, dans la mesure où une pièce importante, le rapport de thèse, ne peut plus être modifiée à ce stade. J’espère néanmoins que les quelques conseils ci-dessous seront utiles – et comme de coutume, n’hésitez pas à utiliser les commentaires pour les discuter ou les compléter. Ceux à propos de l’audition, dans quelques semaines, seront sans doute plus substantiels.

Pensez au nombre de dossiers que les rapporteurs.trices ont à lire et faites donc des efforts de présentation claire pour le CV. Faites aussi une présentation honnête, car le jury n’est pas dupe. En particulier, ne sont à mentionner comme publications que les textes publiés ou fermement acceptés ; s’ils sont seulement acceptés, il faut joindre une lettre en ce sens de la revue, la maison d’édition ou le.la directeur.trice du livre collectif.

Un CV commenté peut être une bonne idée, tant qu’il reste typographiquement très clair (il faut qu’on voie les grandes lignes sans se noyer dans les commentaires). Les commentaires sont surtout utiles quand un élément valorisant, ou qui vous rapproche du profil, risquerait sinon d’être noyé dans le CV. Vous pouvez ainsi inclure des courts résumés pour les articles ; pour les cours donnés, mentionnez bien le niveau, la matière, l’effectif, le volume horaire, mais n’hésitez pas non plus à mettre un petit commentaire sur ce que vous avez fait de notable en lien avec ce cours (coordonné des TD, monté un nouvel enseignement à partir de zéro, etc.), voire sur le contenu du cours, si son titre n’est pas très explicite et si cela peut vous rapprocher du profil du poste. Si vous avez fait un ou des post-docs, soyez précis.e sur votre rôle exact en leur sein – sans mentir : c’est facile à vérifier. En cas de séjour à l’étranger, précisez ce que vous y avez fait exactement, et ainsi de suite pour les autres éléments du CV – surtout si cela vous valorise, bien sûr !

Il est possible, et je conseille plutôt, d’ajouter une lettre de motivation, à condition qu’elle reste courte (une page maximum [edit : lisez sur ce point les commentaires ci-dessous]) et qu’elle ne soit pas vague, ce qui serait contre-productif (on se doute que vous adoreriez être recruté.e là, que vous aimez enseigner et chercher, et le but n’est pas de répéter le CV). La lettre peut constituer une introduction du CV, ce qui évite nominalement d’ajouter une pièce non requise. Son intérêt est d’abord de manifester au jury que vous avez fait un minimum d’efforts pour vous intéresser au profil du poste, à l’université, au laboratoire d’accueil : il faut donc y être précis.e sur ces points, au moins autant que sur vous. Rien de plus agaçant pour un jury, même s’il comprend bien votre situation, que de recevoir ce qui est ostensiblement un exemplaire identique de dossier parmi quinze. On ne vous recrute pas en général, on vous recrute pour un poste.

Le but de la lettre de motivation est aussi et surtout d’essayer de retenir l’attention du rapporteur si vous n’êtes pas immédiatement dans le profil. Par exemple, votre thèse ne portait pas sur le sujet, mais un enseignement que vous avez donné, si, et du coup vous maîtrisez bien tel pan de la bibliographie. Cela ne marche pas à tous les coups (il y a trop de candidatures en frontière de profil), mais cela peut marcher, à condition de mobiliser des arguments précis.

Enfin, étant donné que des profils sont en ligne avec une personne et un numéro de contact normalement indiqués, il est permis d’appeler pour montrer son intérêt et se renseigner ; à condition de le faire de façon polie et relativement subtile (ne pas demander de but en blanc « avez-vous un candidat local ? », mais demander des précisions sur tel élément du profil), cela peut permettre une prise de contact montrant qu’on ne veut pas juste n’importe quel poste, mais celui-ci.


38 réflexions au sujet de « Etre candidat.e sur un poste de MCF, 1- L’envoi du dossier »

  1. Je n’ai pas évoqué la question des enseignements mais il va de soi que l’enseignement se nourrit de la réflexion. Les candidats n’ignorent pas a priori qu’ils candidatent à un poste d’enseignant-chercheur et non de chercheur. Il n’est pas irréaliste de demander au universités de respecter le droit des candidats et d’examiner les cas de litige en faisant fi de la langue de bois. Pour ma part, l’institution scientifique a perdu sa légitimité en cautionnant le corporatisme au sein d’un concours qui, rappelons-le, se doit d’offrir la même chance à tous les candidats. Donc comme cette année, je poursuivrai si aucun changement mon boycott. Bonne chance aux futurs candidats!

  2. Ha je ne peux que plussoiller. Il faut s’effacer pour surtout ne pas paraître trop arrogante. Donc il devient difficile de mettre en avant, dans ce contexte, ses points forts.
    Ces comportements qui relèvent, dans le meilleur des cas, de la mauvaise foi crasse ou du sexisme primaire et, dans le pire des cas, du conflit d’intérêt, où l’on constate que les critiques les plus acerbes ou la très libre interprétation de la soutenance ou du rapport de thèse proviennent, comme de par hasard, de ceux présentant les intérêts personnels concurrents desdites parties, n’ont pas leur place dans un concours d’État.

    • Je suis assez d’accord sur tous ces constats ; les conseils donnés sur Academia visent, aussi, à en tenir compte de façon réaliste (après à vous de voir si vous acceptez d’entrer dans le jeu ou non) : il est certain que dans la plupart des auditions MCF, il ne faut pas trop mettre l’accent sur la recherche, pas trop se mettre en avant, etc.

      • J’ai l’impression que ces pratiques d’un autre âge persistantes contribuent à ce que nos universités ALLSH et sociale ne soient pas dans les ranking internationaux dans les 100 premières. C’est vraiment dommage parce qu’il y a des chercheurs de valeur. L’année prochaine je referai le parcours galaxie si je n’ai pas de postes à l’étranger, la mort dans l’âme, mais en prenant en considération ce que j’ai vécu cette année. Et, effectivement, je ne parlerai pas vraiment de ma recherche et il me reste un an pour faire du lobbying. Comme vous le dites très justement, en France, soit on joue le jeu, soit on part ;))) En tout cas un grand merci pour ce site qui m’a vraiment beaucoup aidé car je n’avais pas trouvé grand chose sur le net.

  3. Oui c’est certain. J’y glissais une pointe d’humour. Mais je ne comprends pas que ces pratiques aient encore droit de Cité et ne provoquent un tollé général. Au lieu de cela, bien souvent, du laconisme. C’est un scandale tout de même.

  4. Aucun de ces éléments soit disant objectifs ne rentrent en compte dans la sélection des candidats. Elle se fera, comme elle s’est toujours faite, par copinage. Personnellement je n’ai pas été classée sur des postes où j’avais un bon dossier et une excellente présentation. J’ai découvert par la suite, au vu des activités de certains membres du jury, que les universités auditionnaient des candidats qu’elles n’avaient aucunement l’intention de recruter, dans un seul but de concurrence (déloyale). Mais où va-t-on ? Allons, les universités françaises sont devenues des états de non droit. C’est honteux. Les auditeurs font partie d’un décorum soigneusement orchestré, comme tout le monde le dit et et le répète. Je n’ai plus jamais déposé de dossiers de candidature malgré le fait d’avoir une qualification valide et je crois que les personnes qui se destinent à la recherche doivent éviter la France.

    • J’ai en effet vu des cas comme vous les décrivez, je ne mets pas du tout en doute votre témoignage. Evidemment, les conseils du billet se réfèrent aux cas où tout n’est pas joué d’avance : heureusement, il en existe aussi. Quant aux recrutements hors de France, ils se font rares (et bien sûr la vertu ne règne pas toujours sur l’intégralité des recrutements à l’étranger non plus)…

    • Bonjour,
      Je vis la même chose que vous depuis 3 ans. Vous avez raison sur le copinage et je pourrai en témoigner en amont de la CDS et en aval après les auditions, mais il n’y a pas que cela. Dans mon parcours après plusieurs auditions où je n’ai pas été classée, je me heurte au narcissisme des enseignants qui ne souhaitent pas recruter un MCF qu’ il imagine pouvant leur faire de l’ombre… Je rêve… On n’est donc pas là pour la recherche ??? Dans mes auditions, il m’a été rapporté par personnes interposées que j’avais été soutenue par les directeurs de labo et d’éminents chercheurs participants à la CDS mais pas par les autres membres moins brillants !!! Pourquoi ??? Réponse : trop assertive… Bin oui quand on connaît son domaine de recherche, on ne va pas faire semblant de ne pas le connaître :((( De plus il m’a été reproché d’être trop spécialiste dans mon domaine… Heu là, j’hallucine… En résumé si vous vous voulez entrer dans l’unif française : faire du lobbying (copinage), pas être trop spécialiste, pas avoir de forte personnalité et puis quoi, se prostituer ?!?!?! Bon courage à tous et effectivement je recherche aujourd’hui des postes à l’étranger.

  5. Bonjour,
    Je me permets de vous contacter pour vous demander votre avis deux petites choses :
    1) combien de publications faut-il signaler sur le CV ? (si j’ai bien compris, 3+ la thèse, mais je ne suis pas certaine)
    2) si on a une publication soumise mais non publiée, mais qui porte pile sur le thème du poste, est-ce qu’on peut la joindre quand même ? (en plus ou à la place, ou en précisant qu’elle sera jointe si acceptée – pour gagner du temps…)
    Merci beaucoup et merci pour votre blog si utile. Quel dommage que vous soyez si rare à partager les coulisses du recrutement, et quelle source d’inégalités pour les non-initiés… merci encore.

    • 1) sur le CV, vous mettez tout, bien sûr ! en précisant bien ce qui est paru / accepté / soumis (le jury peut vérifier ; pour « accepté », il est bien de joindre une preuve). Ensuite, oui a priori l’envoi du texte des publications c’est 3+la thèse mais vérifiez bien sur l’interface administrative.
      2) ce n’est pas évident, chaque jury peut réagir un peu différemment, mais de mon côté je dirais qu’en effet, si c’est pile dans le profil du poste, c’est intéressant à envoyer, en précisant bien clairement que ce n’est que soumis. A la place, pas en plus, en tout cas (c’est déjà très rare que les jurys regardent 3 publications, on ne va pas en mettre 4). Et peut-être dans ce cas compenser en joignant par ailleurs vos 2 publications sur les supports les plus reconnus dans votre discipline.

  6. Bonjour,

    Merci beaucoup pour toutes ces indications très précieuses. Une question me taraude: est-il vrai que si l’on n’a jamais enseigné dans le supérieur on est directement recalé pour les candidatures de MCF? en va-t-il de même pour les concours du CNRS?
    Merci d’avance pour votre réponse.

    • Pour le CNRS, l’enseignement n’est pas pris en compte. Même si j’imagine qu’il peut y avoir des exceptions selon les sections, s’il est pris en compte, ce sera très à la marge.
      Pour les candidatures MCF en revanche, je pense que n’avoir jamais enseigné dans le supérieur est en pratique rédhibitoire. D’ailleurs, certaines sections CNU ne donnent même pas la qualification dans ce cas.
      En histoire notamment, avoir enseigné dans le secondaire est très bien vu, voire considéré comme obligatoire par certains comités de sélection. Toutefois, comme beaucoup de candidats ont aussi enseigné dans le supérieur (et publié, et ont toutes les qualités – la période est vraiment dure), je pense que la plupart du temps le secondaire seul ne permet pas d’être auditionné, et s’il le permet, fait partir avec un gros handicap.

  7. bonsoir
    ma question concerne la prise de contact en amont d’une éventuelle convocation à l’oral avec les équipes d’accueil potentielles
    comment s’y prendre ?
    merci

  8. Bonjour, une question concernant le CV analytique : doit-on impérativement y inclure les attestations des revues pour les articles acceptés, ne pouvant les joindre séparément avec l’application dématérialisée ?
    Merci d’avance pour vos conseils.

    • Bonjour,
      Désolée, je ne suis pas très au courant des dispositifs pratiques qui changent chaque année, mais en tout cas, inclure au CV analytique semble une solution raisonnable.

  9. Bonjour,
    Je m’apprête à faire acte de candidature dans plusieurs universités et me pose la question de la pertinence ou non d’intégrer un exemplaire de ma thèse de doctorat dans les travaux censés être transmis en cas d’audition. D’après vous, est-ce que trois publications récentes et plus concises que la thèse à proprement parler peuvent suffire ? Par avance merci de vos lumières.

    • La réponse est dans le texte du décret qui régit votre candidature, qui est bien imprécis. Si vous le souhaitez, mettez vos publi en ligne sur un site, et incluez le lien dans le document CV (conseil de M. la Malice en sciences).

      • La transmission de la thèse est de toute façon obligatoire, en plus des trois publications. Si ce sont les frais qui vous inquiètent, il faudra vérifier si un envoi électronique est possible. En revanche, il est plus que légitime que le jury ait votre thèse à disposition. Même si, pour être honnête, il a rarement voire jamais le temps de la lire intégralement, un simple feuilletage est déjà très instructif (j’aimerais personnellement qu’on ait les moyens de le faire au stade de la présélection, plutôt que de se fonder seulement sur les rapports).

        • Merci de votre réponse et de vos précisions.
          Permettez-moi simplement de vous signaler que l’arrêté relatif aux modalités de recrutement des maîtres de conférences ne stipule nulle part que la transmission de la thèse est obligatoire, comme vous le laissez entendre. Pour ne pas prendre de risques, je l’enverrai malgré tout, en cas d’audition, au comité de sélection. Ce ne sont pas les frais d’envoi qui m’inquiètent, mais plutôt le fait de devoir réimprimer autant d’exemplaires de thèse que j’effectue de candidatures. Car dans mon cas, l’envoi des travaux devra se faire en version papier.

        • Bonjour,

          étant cet année candidat (section 21), je me permets de rebondir sur le nombre de publications : le nombre de 3 est-il réglementaire ou usuel ? Je ne le vois pas mentionné dans l’arrêté du 7 octobre 2009. Par ailleurs, est-il autorisé, comme on le voit parfois, de joindre un manuscrit accompagné d’une attestation sur la publication à venir ?

          Merci par avance pour votre réponse, et merci pour ces précieuses pages (y compris celles sur le CNRS, et y compris les commentaires).

          • Ni réglementaire, ni usuel… Quant au manuscrit avec attestation de publication, cela ne devrait pas disqualifier la candidature. Un avis contraire?

      • Bonjour Christelle,
        Sauf erreur de ma part, vous n’avez pas tout à fait compris ma question. Je ne parle pas des pièces réglementaires à fournir pour faire acte de candidature, lesquelles sont, comme vous le dites, stipulées dans le texte de l’arrêté relatif au recrutement des enseignants-chercheurs. Je parle des publications à envoyer au comité de sélection en cas d’audition, c’est-à-dire après que le candidat a reçu sa convocation.
        Le décret dit en effet que le candidat doit mentionner dans son CV analytique « les travaux qui seront transmis s’il est convoqué pour l’audition ». De même, il est précisé plus loin que « les candidats retenus pour l’audition doivent adresser immédiatement à l’établissement les travaux mentionnés dans le curriculum vitae ».
        Je me pose donc la question de savoir si je choisis ou non d’inclure ma thèse de doctorat dans ces travaux ou si je prévois, en cas d’audition, d’envoyer seulement des publications plus concises et plus récentes que la thèse (du type article ou chapitre d’ouvrage).

        • J’ai effectivement mal compris: comme Claire, je crois que la transmission de la thèse est incontournable (mais je ne retrouve pas la mention dans les textes) – comme la présentation de ses résultats au moment de l’audition. Ce qui veut dire en pratique que seuls les travaux publiés comptent dans la « liste » que vous construisez. De plus en plus de comités de sélection proposent l’envoi sous forme électronique, ou via un lien: cela est précisé dans la convocation à l’audition.

  10. Qu’en est-il des lettres de recommandation? Il se semble qu’il s’agisse d’une pratique généralisée alors que celà ne fait absolument pas partie des pièces demandées…..

  11. Bonjour,

    Plusieurs laboratoires en section 22 demandent un projet de recherche. Est-ce que ce doit être un PR détaillé – type CNRS – ou bien quelque-chose de vraiment concis qui montre les points communs avec les axes du Centre de recherches? Je ne parviens pas à trouver d’informations là-dessus et les laboratoires ne répondent pas clairement…

    Merci!

    • Bonjour, c’est tout à fait nouveau à ma connaissance et je n’ai pas d’information à ce sujet. Je vous conseille vraiment d’insister pour avoir une réponse de leur part. A défaut :
      – si vous avez fait un projet CNRS et qu’il correspond bien au laboratoire, vous pouvez le joindre, mais en mettant avant tout en valeur le résumé d’une page et en y ajoutant si besoin 1 ou 2 phrases soulignant l’adéquation avec le laboratoire
      – dans le cas contraire, je pense que quelque chose de concis, d’une à deux pages, suffit largement. Mais je n’en sais rien, j’insiste, c’est juste une réponse fondée sur ma connaissance générale du milieu, je peux me tromper !
      – comme pour les projets CNRS, ne cédez pas à la tentation absurde mais bien partagée de vouloir montrer que votre projet correspond à tous les axes du laboratoire. A vrai dire, même si c’était le cas, ce serait une source d’embarras pour le laboratoire qui ne saurait pas où vous ranger ! Un axe suffit, voire deux si réellement votre projet entre exactement dans les deux.

  12. Ping : Rough guide du.de la candidat.e | Academia

  13. «ajouter une lettre de motivation» est en droit une pratique interdite.
    Le décret qui régit les recrutements de MCF :
    http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000021158708&fastPos=1&fastReqId=1263008460&categorieLien=id&oldAction=rechTexte
    précise
    « Ce dossier comporte, ***à l’exclusion de toute autre pièce*** :
    ― la déclaration de candidature imprimée depuis GALAXIE, datée, avec la signature du candidat ;
    ― une copie d’une pièce d’identité avec photographie ;
    ― une attestation délivrée par le chef d’établissement dont relève le candidat permettant d’établir sa qualité de maître de conférences et l’exercice de fonctions en position d’activité depuis trois ans à la date de clôture du dépôt des inscriptions ;
    ― un curriculum vitae donnant une présentation analytique des travaux, ouvrages, articles, réalisations et activités en mentionnant les travaux qui seront adressés s’il est convoqué pour l’audition ;
    ― une copie du rapport de soutenance du diplôme détenu, le cas échéant. »
    Les « lettres de motivation » ne peuvent être un document séparé, mais doivent faire partie du « CV analytique » (en introduction ?). La dématérialisation des dossiers, de plus, obligent les candidates à entrer les documents dans des formulaires prédéfinis.

    • Merci Baptiste.
      Sur « en droit une pratique interdite », il y a toujours une marge d’appréciation, je ne te l’apprends pas, mais en effet, mieux vaut agir de manière subtile ; surtout, je n’avais pas pris en compte la dématérialisation, qui impose de ne pas faire de document séparé. (je suis décidément vieille)
      En revanche, la notion de « présentation analytique » pour le CV n’interdit pas, voire appelle le commentaire, qui peut inclure 5 ou 10 lignes liminaires (ou finales) résumant l’adéquation du CV au profil – ce qu’on aurait mis autrement dans une courte lettre de motivation.

      • Un petit commentaire à mon commentaire sur cette question très discutée… sous forme d’échange que je viens d’avoir par e-mail :
        « Pensez-vous toujours que la lettre de motivation en introduction du CV constitue une plus-value pour le dossier? Certains collègues m’ont dit que des membres de comité ne la lisaient pas au motif que c’est une pièce non exigée dans les textes… »
        C’est en effet très discuté. Je pense de toute façon qu’il faut faire très court et ne mettre ce paragraphe (plutôt que lettre) de motivation que si vous avez des points spécifiques à faire valoir. Si votre profil colle de manière évidente à celui du poste, ce n’est pas la peine. Si c’est pour dire quelque chose comme « j’aimerais beaucoup être MCF et j’aime beaucoup votre université » (je caricature, mais j’en ai lu des comme ça), ce n’est pas la peine.
        En revanche, la raison pour laquelle j’ai fait cette recommandation, c’est que j’ai vu trop souvent des gens ayant, par exemple, une thèse en histoire culturelle de la fin du 19e siècle envoyer un dossier sur un profil d’histoire sociale du début du 20e siècle, sans commentaire. C’est une garantie de rejet immédiat. Or il peut y avoir, enfouie dans le CV, une bonne raison à cette candidature (enseignements donnés plutôt sur le 20e siècle, postdoc en cours sur le sujet, etc.). Dans ce cas, je trouve utile de mettre quelques mots liminaires expliquant en quoi vous êtes dans le profil. Cela vous donne au moins une petite chance que votre cas soit discuté.

    • La liste des pièces demandées m’interpelle. Sur le lien que vous donnez elle correspond aux pièces demandées pour la mutation d’un agent (titre II), dans les autres titres, la liste diffère quelque peu. Je me suis basée que le titre IV du texte de loi ayant mon doctorat mais sans être aujourd’hui ATER. Suis-je considérée comme post-doctorante et donc dois-je fournir cette fameuse attestation, qui semble ne pas me concerner ?

      liste du titre IV : Les candidats établissent un dossier en trois exemplaires adressé au président ou au directeur de l’établissement dans lequel l’emploi est déclaré vacant. Ce dossier comporte, à l’exclusion de toute autre pièce :
      ― la déclaration de candidature imprimée depuis GALAXIE, datée, avec la signature du candidat ;
      ― une copie d’une pièce d’identité avec photographie ;
      ― une pièce attestant de la possession de l’un des titres mentionnés à l’article 9 ci-dessus ;
      ― un curriculum vitae donnant une présentation analytique des travaux, ouvrages, articles, réalisations et activités en mentionnant les travaux qui seront adressés s’il est convoqué pour l’audition ;
      ― une copie du rapport de soutenance du diplôme produit, le cas échéant.

      Merci de vos précieux renseignements

Laisser un commentaire