“Constructeurs du présent”. Discours de Shanese Rivera à SciencePo, 24 juin 2024

  • par Shanese Rivera, SciencePo Paris, 29 juin 2024

Madame la directrice de l’École d’Affaires publiques,
Mesdames et messieurs les représentants de l’administration de Sciences Po,
Chères familles
Mes cher∙es camarades,

Je vois les regards interrogateurs et je préfère que l’on en discute tout de suite. Vous vous demandez sûrement pourquoi je me présente à vous vêtue ainsi aujourd’hui. Il faut dire que la vie étudiante est faite de doutes, de découverte constante, parfois d’engagement, mais aussi de quête de soi.

Je porte aujourd’hui ces bijoux ancestraux originaires d’Afrique du Nord, qui auraient pu appartenir à mon arrière-grand-mère. Malheureusement, bien souvent pillés ou revendus après ou lors de la colonisation, ils sont pour d’autres et pour moi un patrimoine à chérir et à faire revivre, dont nous n’avons pas hérité directement. Témoins de traditions communes et plurielles entre différentes communautés d’Afrique du Nord, ces bijoux sont des symboles de résistance aux identités coloniales fabriquées.

Je suis particulièrement fière de les porter pour rendre hommage à ces hommes et ces femmes, à ma famille, qui ont fait de la lutte pour la liberté leur boussole. Mais plus que de la fierté, je suis aussi émue et surtout reconnaissante d’avoir eu le privilège de poursuivre ces cinq années à l’université et de m’exprimer aujourd’hui devant vous. Alors que d’autres jeunes de mon âge n’ont pas cette chance ailleurs dans le monde, je veux leur prêter ma voix, et notamment aux enfants et étudiants de Gaza, qui meurent sous les bombardements et ont vu ces temples de savoirs s’effondrer devant eux. Parce qu’aujourd’hui, samedi 29 juin 2024, un étudiant ou une étudiante de 24 ans aurait pu être à ma place, debout fièrement devant ses parents et ses camarades, fraîchement diplômé, prêt à réaliser ses rêves d’enfants. Mais le colonialisme, nourri de toutes les haines et d’une volonté destructrice, l’a non seulement assassiné, mais l’a empêché de vivre l’un des plus beaux jours de sa vie, comme il sera probablement le mien actuellement. Pire encore, il tente de faire accepter au monde entier que des êtres humains méritent d’être tués.

Si loin, si proches, ces bijoux fièrement arborés aujourd’hui, à la veille d’un scrutin qui pourrait faire basculer notre pays dans un danger terrible, doivent pourtant être le témoin historique d’une quête de liberté, et un signe d’appartenance à notre humanité commune. Cette formule peut paraître niaise, mais elle est en réalité un signe d’espoir. Espoir de paix, de partage, de liberté.

À vous mes chers camarades, et à toutes celles et ceux qui nous suivront, je veux vous dire que nous devons être fier∙es d’appartenir à une génération qui aspire à vivre dans une société digne et émancipatrice. Parce que la paix, l’égalité et la dignité doivent être des évidences. Notre génération l’a montré à plusieurs reprises, en étant à l’origine de luttes communes contre les violences patriarcales, contre le changement climatique, contre les inégalités sociales, contre le racisme, l’islamophobie, l’antisémitisme et toutes les formes de haines, mais aussi pour rappeler au monde entier que les droits humains sont une lutte de chaque instant, qui appelle notre vigilance la plus haute. Alors que beaucoup nous présentent comme les bâtisseurs de l’avenir, nous avons montré et affirmons toujours, que nous sommes aussi les constructeurs du présent.

Je vous remercie.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
L'équipe des rédacteurs d'Academia (7 juillet 2024). “Constructeurs du présent”. Discours de Shanese Rivera à SciencePo, 24 juin 2024. Academia. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ykm


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.