La présidence de la Commission d’Évaluation de l’Inria refuse d’engager la CE face à l’extrême droite

 

Des membres de la Commission d’Évaluation de l’Inria (CE) ont écrit le texte reproduit ci-dessous, qui a été mis au vote parmi les membres de la CE avec les résultats suivants :

    • 43 pour;
    • 0 contre;
    • 0 abstenions;
    • 14 ne souhaitent pas participer au vote.

Cependant, sur décision de la présidence de la CE ((Notons qu’en septembre 2023, un nouveau président de la commission d’évaluation de l’Inria a été nommé par Bruno Sportisse. Ainsi la présidence n’est plus la même que depuis les tentatives de décrédibilisation de l’instance (voir de la précédente présidence) lors de la précédente mandature par Bruno Sportisse.)), ce texte n’est pas une motion de la commission d’évaluation. La présidence de la CE a d’ailleurs tenu à ce que soit rappelé que ce texte était écrit à “titre personnel et en tant que citoyens”.

 

Cette position de la présidence de la Commission d’Évaluation de l’Inria est inquiétante et mérite d’être éclaircie. Elle pose des questions sur la démocratie dans l’instant et le rôle de la présidence.

Texte de la motion proposée par des membres de la Commission d’Évaluation

En phase avec nos collègues de la Coordination des responsables des instances du Comité National de la Recherche Scientifique (C3N) et de l’Académie des sciences quise sont déjà ex primés, la commission d’évaluation (CE) d’Inria exprime sa profonde inquiétude face aux risques que ferait peser un gouvernement d’extrême-droite sur la recherche scientifique à Inria et plus largement en France.

La science se construit de façon collaborative au niveau mondial et se nourrit d’échanges entre personnes d’horizons différents. La confrontation des idées, des
cultures, des schémas de pensée est un facteur essentiel de stimulation de la pensée scientifique. En particulier, l’accueil de chercheurs, de chercheuses, d’étudiantes et d’étudiants étrangers est à la fois une richesse et une nécessité pour la recherche française. Leur recrutement pérenne, dans le monde académique, dans les structures publiques, ou dans le secteur privé, est un élément essentiel du développement de notre société. La politique de préférence nationale de l’extrême-droite, à l’opposé de nos valeurs, est une menace pour nos collègues, nos étudiants, nos partenaires et nos réseaux d’excellence internationaux. Une telle politique serait indéniablement un obstacle à la qualité du travail dans nos laboratoires, et de nature à abimer durablement le rayonnement international de la science française.

La CE rappelle aussi l’importance de deux principes que sont la liberté académique, et le financement de la recherche sur le temps long. Les chercheurs et les chercheuses doivent être libres de leurs sujets de recherche et doivent pouvoir contribuer au discours public sur des questions en lien avec leur domaine de recherche. Les positions de déni scientifique soutenues par l’extrême-droite, par exemple pendant la crise du Covid ou à propos du réchauffement climatique, faisant fi de toute démarche scientifique rigoureuse, nous inquiètent pour le futur de la recherche scientifique en France.

La CE continuera à réaliser ses missions d’évaluation, quoi qu’il en coute, selon les principes de la liberté scientifique, de la valorisation de l’excellence scientifique sous toutes ses formes, et du soutien à toutes les diversités.

 

Update (11 juillet 2024) : on nous rappelle que Bruno Sportisse (le PDG actuel de l’Inria) avait signé l’appel des chefs d’établissement de l’ESR à voter contre Marine Le Pen au 2è tour qui l’opposait à Emmanuel Macron dans une tribune au Monde. On pourrait se demander ce qui a changé entre 2022 et 2024, le fait que la défaite du RN soit moins garantie peut être ?


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Des chercheurs et chercheuses à l'Inria (5 juillet 2024). La présidence de la Commission d’Évaluation de l’Inria refuse d’engager la CE face à l’extrême droite. Academia. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11y6o


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.