La liberté académique menacée en Allemagne?

  • par un doctorant en histoire franco-allemande

En janvier 2024, Bettina Stark-Watzinger, ministre libérale (FDP) de l’enseignement supérieur et de la recherche en Allemagne, ouvrait 2024 comme « l’année de la liberté ». Dans son discours, la ministre rappelait alors que l’enjeu était de taille :

« car la liberté est le fondement de tout : de la manière dont nous vivons dans notre pays, pour notre démocratie, notre État de droit et notre prospérité »1.

Voilà qui est, six mois plus tard, bien ironique, puisque la ministre est accusée d’avoir cherché à porter atteinte à la liberté académique.

Des enseignant·es sommés de se conformer à la constitution

Toute cette affaire part d’une lettre ouverte publiée début mai par des enseignant·es de l’Université libre de Berlin (FU Berlin) après l’évacuation rapide et violente par la police d’un campement pacifique de protestation en soutien à la Palestine situé sur le campus. Cette intervention policière faisait suite à une demande de la direction de l’université sans tentative de médiation au préalable — ce qui n’est pas sans rappeler les méthodes de certaines présidences d’université de ce côté-ci du Rhin au mépris des franchises universitaires. Presque 400 enseignant·es berlinois·es appellent alors dans une lettre ouverte, entre temps signée par plus de mille enseignant·es allemand·es et européen·nes, à la non-poursuite des étudiant·es et demande à la présidence de la FU d’éviter à l’avenir de telles opérations policières . Dans cette lettre, les enseignant·es soulignent que « indépendamment de notre opinion sur les revendications des occupant·es, nous soutenons nos étudiant·es et défendons leur droit à manifester pacifiquement, ce dont relève aussi bien l’occupation du site de l’université. La liberté de réunion et d’expression sont des droits démocratiques fondamentaux, qui doivent être aussi – voire surtout – protégés à l’Université »2.

C’est dans le journal conservateur Bild – qui tient davantage de la feuille de chou à scandale façon médias Bolloré – que la ministre prend part à une campagne de dénigrement qui commence le 8 mai. Elle y accuse les auteur·ices de la lettre et les manifestant·es d’occulter complètement le terrorisme du Hamas et de participer à une « incitation antisémite à la haine et à des attaques violentes contre nos concitoyennes et concitoyens juifs ». Aussi ajoute-t-elle :

Cette prise de position d’enseignant·es des universités berlinoise me sidère. Au lieu de s’opposer clairement à la haine des juifs et d’Israël, les occupant·es de facs sont présenté·es en victimes et leur violence est banalisée.

Pour la ministre, les enseignant·es doivent justement se conformer à la loi fondamentale, nom donné à la constitution allemande.

Deux jours plus tard, le 10 mai, Bild titre avec un jeu de mot mêlant université et criminalité : « Die Universitäter » (Universität =  université ; Täter = criminels). Dans cet article diffamatoire et calomnieux, le journal accuse les étudiant·es d’intimider leurs camardes juif·ves au nom de la cause palestinienne, de mal comprendre le conflit israélo-palestinien et d’occulter complètement les actes terroristes du Hamas du 7 octobre en ne parlant que du « meurtre de masse » de l’armée israélienne à Gaza. Comparant la situation berlinoise aux campus états-uniens, Bild met en avant une douzaine de prétendues plaintes pour propagande antisémite contre les manifestant·es. Certain-e-s enseignant·es, cité·es nommément par le journal, sont désigné·es comme étant pour partie eux-mêmes « radicalement ‹ décoloniaux › et pro-palestiniens », mettant en avant leur appartenance à des disciplines comme la science politique, la sociologie, ou encore les études arabes, l’islamologie ou l’ethnologie, ainsi que leurs objets d’étude, comme « la migration mondiale et la radicalisation de minorités opprimées comme les Palestiniens ou les musulmans ». L’article est accompagné de photos de plusieurs d’entre elleux, toustes issu·es de l’immigration.

“Les universitueurs”. Une de Bild, 10 mai 2024

Dans les jours qui ont suivi, la ministre a continué sur le même ton dans diverses interviews et sur son compte X (ex-Twitter), en retweetant divers articles de presse à ce sujet avec des commentaires personnels comme celui du 23 mai :

« C’est une bonne chose que la police évacue maintenant. Les universités sont des lieux de débat, mais pas des zones de non-droit. Les délits commis doivent être poursuivis avec fermeté ».

Très vite, la presse fait savoir que la ministre ne se serait pas contentée d’exprimer une opinion, mais elle aurait demandé des sanctions administratives.

Une tentative de sanction ministérielle ?

Le 11 juin, la chaîne publique ARD révèle être en possession d’emails internes au BMBF (Ministère fédéral de l’enseignement supérieur et la recherche), selon lesquels de proches collaborateurs de la ministre auraient demandé à ses équipes de vérifier les possibilités de mettre fin au financement des enseignant·es signataires de la tribune. La direction du BMBF aurait ainsi explicitement demandé « une évaluation des règles de financement, pour savoir dans quelle mesure d’éventuelles conséquences en termes de règlementation des financement (retrait du financement etc.) sont possibles du côté du BMBF » pour les universitaires signataires3. On voit bien ici, au passage, un des risques majeurs à un financement quasi-exclusivement sur projet, qui rend la recherche dépendante de l’exécutif4 ? D’après les e-mails obtenus par ARD et confirmés par le BMBF, la direction du ministère aurait aussi demandé à vérifier si des éléments de la lettre ouverte sont passibles de sanctions (pénales), exprimant ainsi des doutes quant au fait que « les universitaires soient en conformité avec la loi fondamentale »5.

Malgré cette demande venue d’en haut, les fonctionnaires du ministère ont su faire montre d’éthique professionnelle en exprimant leurs doutes quant à un tel processus. D’après la réponse qu’ils ont envoyé à leur hiérarchie, le ministère n’a « indépendamment des conclusions d’une vérification juridique, aucune possibilité d’influence ou d’action immédiate en termes discplinaires », dans la mesure où les enseignant·es sont employés par le Land de Berlin et non par le ministère. Contacté par la chaîne de télévision publique ARD, le ministère confirme avoir demandé un avis juridique sur cette lettre, dont la conclusion est que cette lettre était « encore » conforme avec la liberté d’expression protégeé par la constitution, « c’est pourquoi, aucune autre conséquence n’a lieu d’être. Tout autre spéculation est ainsi superflue »6

Un ministère sous pression

Bettina Stark-Watzinger; Fridays for Israel, Kundgebung, Demonstration, 17 novembre 2023 in Berlin, (HU-Berlin, Humboldt Universität, Humboldt Uni,), Deutschland. Crédit : Frank Gaeth.

Cinq jours plus tard, après de nombreux articles de presse relatant l’affaire et des déclarations inquiètes des principaux syndicats comme le GEW (Gewerkschaft Erziehung und Wissenschaft) ou Ver.di face au silence total de la ministre7., Bettina Stark-Watzinger annonce le 16 juin dans un communiqué avoir demandé au chancelier social-démocrate Olaf Scholz (SPD) de placer en retraite anticipée sa secrétaire d’état Sabine Döring, cette dernière ayant déclaré en interne être à l’origine de la demande disciplinaire qui fait scandale. Stark-Watzinger confirme être toujours ausidérée par le contenu de la première lettre ouverte mais qu’il ne fallait en aucun cas que tout cela « donne l’impression que les prises de positions relevant de la liberté d’expression puissent entraîner des conséquences en termes de financement de la recherche 8. Dans son communiqué, elle assure que les financements de recherche sont décernés selon des critères scientifiques et non politiques. Elle conclut par plusieurs courts paragraphes sur l’influence négative des attaques du 7 octobre 2023 sur la vie des juives et juifs en Israël et en Allemagne, appelant à refuser et à condamner l’antisémitisme.

La ministre de la recherche du land de Schleswig-Holstein et présidente adjointe du parti chrétien-démocrate (CDU) opposant conservateur à la coalition au pouvoir, reproche alors à la ministre de faire payer la lampiste et de montrer ainsi la politique sous son pire jour. Le responsable des affaires d’éducation pour la CDU et la CSU au Bundestag, Thomas Jarzombek, déclare estimer nécessaire un changement à la tête du ministère. La ministre, elle, repousse cette idée d’un revers de main et assure ne pas avoir donné l’ordre contesté de vérifier d’éventuelles conséquences sur les financements, ni de l’avoir souhaité.

Depuis, la presse s’est saisie de l’affaire, tel le Spiegel, qui qualifie Stark-Watzinger de « ministre fédérale de la contradiction » (Bundeswiderspruchsministerin). Le journal libéral de gauche Die Zeit, particulièrement populaire auprès des cercles académiques, affirme le 19 juin détenir des témoignages et des documents contredisant la version de la ministre qui soutient ne pas avoir eu connaissance des faits avant le 11 juin. Les expressions utilisées par la ministre dans la presse circulent dans des e-mails internes antérieurs et cette décision de Sabine Döring aurait été discutée dans divers cercles haut placés du ministère. Le journal décrit une ministre politique, qui a mis au pas toutes les hautes sphères d’un ministère jusqu’alors vu comme apolitique, y plaçant ses membres de son parti massivement inexpérimenté·es et incompétent·es, sans connaissance technique du ministère et même sans contact avec le monde universitaire. Voilà qui n’est pas sans rappeler l’atomisation par Emmanuel Macron du corps des préfets, des diplomates et des recteurs, lui permettant de placer des gens notoirement incompétents mais fidèles, telle Charline Avenel au rectorat de Versailles. Die Zeit affirme même, après plusieurs entretiens avec des membres haut placé au ministère, que la ministre aurait mis en place en parallèle des structures officielles, des cercles de prise de décision avec des membres du parti libéral FDP. Une source du journal dénonce un souci de contrôle aux «tendances illibérales »9.

Le magazine Stern y va lui aussi de ses révélations le 19 juin, mails internes à l’appui, indiquant que dès le 10 mai circulait au ministère une liste des universitaires signataires de la pétition qui percevaient de l’argent du BMBF pour leur recherche. D’après Stern la demande émanait non pas de Döring mais du service presse afin d’être prêt à répondre à d’éventuelles questions des journalistes. C’est seulement le 13 mai que Döring aurait demandé à ce que la pétition soit étudiée juridiquement. Un mois plus tard, elle « clarifie » sa demande en interne : « Je n’avais pas l’intention de faire examiner les conséquences en termes de subvention pour les signataires de la lettre ouverte – mais ma demande devait être comprise dans ce sens »10. La vérification des possibilités pour de telles conséquences auraient alors été suspendues cette même semaine, contrairement aux vérifications juridiques. Les documents à la disposition de Stern mettent eux aussi en cause les éléments de défense de la ministre, selon laquelle elle n’aurait eu vent de cette demande que le 11 juin.

La pétition initiée dans les heures qui ont suivi les révélations sur l’offensive est rapidment soutenue par plus de 3 000 signataires, chercheur·ses, enseignant·es en Allemagne voire au-delà, et dont le nombre croit de jour en jour, gagnant plusieurs milliers de signatures en quelques jours. La pétition dénonce, en cette année anniversaire des 75 ans de la loi fondamentale, une « attaque jusqu’alors inédite sur les droits fondamentaux ».

Les sanctions visant les universtaires qui ont manifesté publiquement des critiques de décisions politiques sont familières lorsqu’elles émanent de régimes autoritaires, qui empêchent systématiquement la liberté de débat dans les universités. Ne serait-ce que le soupçon d’une entrave par l’État à la liberté d’expression au sein de la société, nuit à notre société démocratique et à la réputation internationale de l’Allemagne en matière de recherche11

Les péitionnaires reprochent à la ministre une « conception de la recherche et du soutien à la recherche incompatible avec la responsabilité du ministère fédéral de l’enseignement et de la recherche».

L’instrumentalisation de l’antisémitisme

Cette tentative d’atteinte à la liberté d’expression des chercheuses et chercheurs, enseignantes et enseignants, n’est pas isolée. Elle rappelle les accusations d’antisémitisme, instrumentalisées et utilisées comme anathèmes en France mais aussi aux États-Unis, afin de museler des universitaires trop critiques, voire des hommes et femmes politiques. Elle n’est pas sans rappeler non plus les diffamations répétées de la ministre française de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal, contre les universitaires, et la commande d’un rapport (encore à ce jour non publié) sur « l’islamo-gauchisme » à l’université. En ce sens, les (néo-)libéraux se révèlent être d’efficaces marchepieds pour l’extrême-droite, unis dans leur recours à l’arbitraire et leur rejet de toute critique. Plus que jamais, luttons pour défendre nos droits car ils sont menacés !


Pour signer la pétition pour la défense de la liberté académique en Allemagne (texte en allemand et en anglais)

Sur Academia

 

Crédti bandeau: Manifestation étudiante pro-palestinienne contre le conflit dans la bande de Gaza dans l’enceinte de Humboldt University, Berlin, Germany, 3 mai 2024. /CFP

  1. « Es geht dabei um viel. Denn Freiheit ist das Fundament für alles: Die Art, wie wir in unserem Land leben, für unsere Demokratie, unseren Rechtsstaat und unseren Wohlstand ». []
  2. « Unabhängig davon, ob wir mit den konkreten Forderungen des Protestcamps einverstanden sind, stellen wir uns vor unsere Studierenden und verteidigen ihr Recht auf friedlichen Protest, das auch die Besetzung von Uni-Gelände einschließt. Die Versammlungs- und Meinungsfreiheit sind grundlegende demokratische Rechte, die auch und gerade an Universitäten zu schützen sind ». Ibid. []
  3. « eine förderrechtliche Bewertung, inwieweit von Seiten des BMBF ggf. Förderrechtliche Konsequenzen (Widerruf der Förderung etc.) möglich sind », cité d’après John Goetz und Manuel Biallas, « Als Reaktion auf Kritik: Bildungsministerium wollte Fördermittel streichen », Das Erste, 11 juin 2024. []
  4. Sur l’alignement impulsé par la LPR de 2020 avec le système allemand, cf notamment: Guillaume Mouralis, Camille Noûs, Nikola Tietze, « Un ‹ modèle › pour la LPR ? Le système d’enseignement supérieur et la recherche en Allemagne », dans : Revue d’histoire des sciences humaines, 37 (2020), p.261-274 et sur Academia, L’université allemande comme horizon de la LPPR ?, par un collectif, 14 juin 2020. []
  5. « In der Kommunikation der Leitung wurde auch angezweifelt, dass die Hochschullehrer auf dem Boden des GG [Grundgesetz] stehen », Ibid. []
  6. « Das BMBF hat eine juristische Einordnung des Offenen Briefes vorgenommen. Im Ergebnis bewegt sich der Offene Brief noch im grundrechtlich geschützten Bereich der Meinungsfreiheit, weswegen sich aus dem Brief keine weiteren Konsequenzen ergeben. Damit erübrigen sich alle weiteren Spekulationen », Ibid. []
  7. « Stark-Watzinger muss zu Vorwürfen Stellung nehmen», GEW, 13 juin 2024 et Statement von Sylvia Bühler, Mitglied im ver.di-Bundesvorstand, zur Diskussion über die Berichterstattung über die Prüfung im Bundesforschungsministerium, Fördermittel für Unterzeichner*innen eines offenen Briefes zu den aktuellen Protesten an Hochschulen zu streichen, 14 juin 2024. []
  8. « Es darf auf keine Weise der falsche Eindruck entstehen, dass von der Meinungsfreiheit gedeckte Äußerungen die Prüfung förderrechtlicher Konsequenzen nach sich ziehen könnten », Post Twitter de Bettina Stark-Watzinger, 17 juin 2024. []
  9. « Gefährdet diese Ministerin die Freiheit der Wissenschaft? Nein. Warum es trotzdem eng für sie wird », par Anna-Lena Scholz und Martin Spiewak, Die Zeit, 27/2024 19 juin 2024. []
  10. « Stark-Watzinger irritiert mit ihrem Kurs das eigene Haus », par Miriam Hollstein, Stern, 9 juin 024. []
  11. « Repressive Überprüfungen von Wissenschaftler:innen, die ihre kritische Haltung zu politischen Entscheidungen öffentlich machen, sind aus autoritären Regimen bekannt, die eine freie Diskussion auch an Universitäten systematisch behindern. Bereits der Anschein, die freie, gesellschaftliche Diskussion werde staatlich beschnitten, schadet unserer demokratischen Gesellschaft und dem Ansehen des Wissenschaftsstandorts Deutschland in der Welt », Ibid. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
L'équipe des rédacteurs d'Academia (21 juin 2024). La liberté académique menacée en Allemagne? Academia. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11vbu


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.