La thèse de doctorat en littérature : 12 conseils à l’usage des (futur·es) doctorant·es

En cette période de soutenances de mémoires et de potentielles inscriptions en doctorat, je propose quelques conseils pratiques, d’ordre général, aux (futur·es) doctorant·es de lettres. Possiblement, ces conseils peuvent s’appliquer à d’autres disciplines, mais je me contenterai de parler du domaine que je connais : la littérature.

La thèse n’est pas une course, tant s’en faut, mais il est parfois difficile, selon nos situations, de travailler de nombreuses années sur un sujet, que ce soit pour des raisons pécuniaires, familiales, administratives, comme psychologiques. J’ai écrit la mienne en deux ans et demi, comme d’autres docteur·es l’ont fait avant moi et le feront après, même si cela est parfois mal perçu (trop long, ça ne convient pas ; trop court, ça en agace certain·es). Pour autant, je ne referais pas les choses différemment si cela m’était donné.

Je ne détiens pas le savoir absolu. Aussi, renseignez-vous auprès d’autres personnes, écoutez d’autres voix pour essayer de vous constituer votre répertoire de trucs et astuces afin d’être efficace dans votre travail de recherche et de rédaction.

Voici une liste de ce que j’ai pu appliquer, de recommandations, et d’éléments que j’aurais aimé connaître en début de thèse pour mieux vivre mon doctorat et préparer la suite, l’après-thèse, qui arrive plus vite qu’on ne le pense :

Pour lire la suite sur le blog Fantasy jeunesse


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
L'équipe des rédacteurs d'Academia (18 juin 2024). La thèse de doctorat en littérature : 12 conseils à l’usage des (futur·es) doctorant·es. Academia. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ukp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.