« À l’ENS de Lyon, un soutien fort et massif au peuple palestinien ! »

Après l’AG organisée par les étudiant∙es en solidarité avec le peuple palestinien

À la suite de la mobilisation d’étudiantes et étudiants en solidarité avec le peuple palestinien, une assemblée générale a été organisée à leur demande le 23 mai dernier. Au cours de l’assemblée générale une motion a été discutée. Sa version finale a été soumise au vote de la communauté académique étudiant ou travaillant à l’ENS de Lyon. Le résultat du vote n’est pas le reflet d’une position institutionnelle de l’établissement, mais l’expression de l’ensemble des personnes qui ont participé au vote. Une diversité de points de vue a pu ainsi s’exprimer dans un cadre posé, en ouverture de l’assemblée générale, par le président de l’ENS de Lyon.

Une motion, l’expression des communautés

Les étudiants ont ensuite présenté leur proposition de motion qui a été discutée et amendée par la quarantaine de participants présents à l’assemblée générale. Les débats ont abouti à la motion soumise à consultation, du 4 au 7 juin.

Motion AG ENSL 23/05/2024

 Nous, communauté universitaire de l’ENS de Lyon rassemblée en assemblée générale le 23 mai 2024, affirmons notre horreur face au risque génocidaire à l’encontre des Gazaouis et tenons à exprimer notre soutien au peuple palestinien.

L’annonce par Israël d’une invasion de Rafah ce 6 mai, quelques heures seulement après que le Hamas avait accepté un accord de cessez-le-feu incluant un retrait israélien du territoire et la libération de tous les otages, marque une nouvelle escalade dans l’horreur à laquelle nous assistons depuis maintenant plus de 7 mois. En effet, le bilan humain de cette explosion de violence dépasse l’entendement :  767 civils tués en Israël le 7 octobre1, 39 675  ((Chiffres de l’ONG Euro-med Human Rights Monitor au 13 mai. Au sujet des enfants, voir Unicef, Israël-Palestine : des milliers d’enfants usés par la guerre », 5 juin 2024. )) (dont plus de 14 000 enfants !) à Gaza depuis le 8 octobre, 4792  en Cisjordanie, 1003  au Liban.

Les destructions matérielles infligées par Israël à Gaza dépassent elles aussi l’entendement : on compte aujourd’hui plus de 400 000 maisons partiellement ou intégralement détruites, 459 écoles, 332 établissements de santé et 203 sites historiques endommagés ou intégralement détruits4.

Depuis des mois, l’ONU alerte que les déplacements forcés (2 millions de Gazaouis), les offensives terrestres et les destructions massives d’infrastructures humanitaires créent les conditions d’une des pires catastrophes humanitaires depuis la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, Rafah est la zone la plus densément peuplée du monde, hébergeant des centaines de milliers de réfugié.es sans infrastructures pour supporter les besoins sanitaires essentiels en temps de guerre. Les Palestinien.nes de Gaza n’ont nulle part où aller, coincé.es entre des opérations militaires effroyables et une frontière militarisée dans un camp de réfugié.es lui-même bombardé.

L’ampleur de ces destructions et massacres a conduit Francesca Albanese à conclure dans son rapport « Anatomy of a Genocide » que « les actions d’Israël ont été motivées par une logique génocidaire faisant partie intégrante de son projet de colonisation en Palestine »5. En effet, ce génocide en cours6 intervient dans le cadre d’un processus historique de colonialisme de peuplement et d’apartheid7, soutenu par les puissances européennes et occidentales, dans la continuité de la Nakba de 1948 (nettoyage ethnique de masse ayant entraîné le déplacement forcé de plus de 750 000 Palestinien.nes).

Alors que  la Cour internationale de justice, dans ses ordonnances de janvier et mars 2024, conclut sur un risque plausible de génocide perpétré par Israël à l’encontre des Gazaoui.es ; après la demande, le 20 mai, du procureur général de la Cour pénale internationale d’émettre des mandats d’arrêts contre trois responsables du Hamas ainsi que contre Benyamin Netanyahou et Yoav Gallant pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité ; nous, membres de la communauté de l’ENS de Lyon, réunie en Assemblée Générale ce jeudi 23 mai 2024,  appelons les autorités françaises et européennes à prendre, conformément à leurs obligations en tant que signataires de la Convention de 1948 sur la prévention et la répression du crime de génocide, toutes les mesures et sanctions nécessaires pour imposer un cessez-le-feu permanent, obtenir la libération des 128 otages israélien.es8 et des 9500 prisonnier.es politiques palestinien∙nes9 et le démantèlement des structures coloniales.

En tant que membres de la communauté éducative, nous tenons tout particulièrement à dénoncer l’anéantissement de l’enseignement supérieur et de la recherche à Gaza et l’éducide en cours10. Toutes les universités ont été partiellement ou intégralement détruites, privant d’éducation environ 90 000 étudiant∙es. Nous condamnons l’assassinat et l’arrestation des personnels d’enseignement, d’administration et de recherche ainsi que la destruction des équipements académiques, des facultés de médecine, des bibliothèques, des musées, monuments historiques et autres lieux culturels. 

L’invisibilisation médiatique du génocide et la censure politique des voix qui le dénoncent sont inacceptables : un usage abusif et sans fondements des notions de « trouble à l’ordre public » et d’« apologie du terrorisme », et un amalgame entre antisionisme et antisémitisme ont conduit à des convocations policières de nombreuses personnalités politiques et syndicales (Anasse Kazib, Mathilde Panot, Rima Hassan, le responsable CGT-Nord Jean-Paul Delescaut…) dans un tournant autoritaire des plus inquiétants. La répression par le gouvernement du mouvement de solidarité avec le peuple palestinien est d’ailleurs particulièrement visible à l’université, avec des sanctions disciplinaires infligés aux chercheur∙euses et des violences policières perpétrées contre les étudiant.es mobilisé.es (plus de 80 gardes-à-vue suite à l’occupation de Sorbonne Université, dont de nombreux témoignages d’abus de pouvoir et d’un usage excessif de la force). Les établissements universitaires ont subi des pressions médiatiques et gouvernementales scandaleuses, notamment de la part de Sylvie Retailleau, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche11.

Nous estimons également que le monde universitaire ne peut rester sans agir et doit prendre ses responsabilités face à ces massacres. En conséquence, nous appelons au boycott des institutions universitaires d’Israël tel que défini par la PACBI (Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel), et à rompre, à l’instar de nombreuses universités européennes ces derniers mois12, toutes relations avec les universités israéliennes et à renoncer à toute participation à des événements scientifiques ou programmes de recherche impliquant l’État d’Israël, à l’image de ce qui a pu être fait avec la Russie suite à l’invasion de l’Ukraine à partir de février 2022, par le CNRS13 et par de nombreuses universités françaises.

La collaboration étroite et systémique de l’ensemble des universités israéliennes avec l’appareil militaire et leur rôle actif dans l’occupation ont été bien établies par des travaux scientifiques14. Leur participation à la colonisation est des plus évidentes : pour ne citer que quelques exemples, l’université d’Ariel est construite dans une colonie israélienne illégale en Cisjordanie, et des bâtiments de l’université hébraïque sont à Jérusalem-Est, en violation du droit international. Leur non-respect des libertés académiques des chercheurs, sur tout ce qui concerne une approche critique de l’idéologie sioniste ou des crimes de guerre perpétrés par Israël, est dénoncé depuis des années15. Les cas très graves de violations des libertés académiques n’ont fait que se multiplier depuis le 7 octobre, telle la suspension par l’université hébraïque de la chercheuse palestinienne citoyenne d’Israël Nadera Shalhoub-Kevorkian suite à la signature d’une pétition dénonçant le génocide, ce qui a d’ailleurs scandalisé de nombreux chercheurs à l’international à l’instar de Judith Butler16. Le professeur Yuri Pines a démissionné de la même université en protestation contre la suspension de sa collègue17.

C’est donc justement au nom d’une défense des libertés académiques, que des chercheur.euses israélien.nes critiques tel Ilan Pappé ou Maya Wind appellent au boycott universitaire, afin d’obliger ces universités à se réformer et à devenir un réel espace de liberté.

Nous rappelons que contrairement au boycott universitaire tel que pratiqué par l’Afrique du Sud, le boycott préconisé par les Palestiniens selon la PACBI s’applique aux institutions et non aux individus et considère qu’un boycott des individus eux-mêmes, uniquement basé sur leur nationalité israélienne, serait une forme de discrimination incompatible avec les valeurs d’égalité et de respect des droits humains qu’il défend.

Les chercheur∙euses israélien∙nes doivent donc pouvoir participer à titre individuel à des événements scientifiques que l’on organise tant que ces événements n’impliquent pas leurs universités de manière officielle (tel un financement de l’organisation de l’événement par l’université ou l’apparition du logo de cette dernière sur le programme) et ce, afin de préserver les échanges et les collaborations scientifiques avec les chercheur∙euses israélien∙nes engagé.es dans la voie de la paix et de la justice, tout en refusant la normalisation des relations avec les universités violant le droit international.

Nous considérons qu’un tel boycott des institutions complices de ce génocide relève de l’éthique scientifique la plus élémentaire. 

Selon cette même logique, nous appelons aussi à la fin des collaborations avec les entreprises complices de ce génocide et plus généralement des violations du droit international que commet Israël depuis des années. Ces engagements doivent demeurer jusqu’à ce que l’État d’Israël se conforme à ses obligations en matière de droit international et de respect des droits humains. 

Enfin, nous appelons à un soutien par nos universités à la reconstruction du tissu universitaire à Gaza, à l’élaboration de programmes d’accueil d’enseignant.es, chercheur.euses et étudiant.es palestinien∙nes et à une multiplication des partenariats scientifiques avec les universités palestiniennes en Cisjordanie.


À l’ENS de Lyon, un soutien fort et massif au peuple palestinien !

Communiqué CGT Ens de Lyon, 10 juin 2024

La communauté de l’ENS de Lyon s’est exprimée la semaine dernière, par un dispositif électronique garantissant le secret et l’intégrité du vote, sur une motion en soutien au peuple palestinien. Le résultat a été franc et massif :

Votants – 1536 (1)
Pour la motion – 1274 (82,94%)
Contre la motion – 178 (11,59%)
Ne se prononcent pas – 84 (5,47%)

Le syndicat CGT de l’ENS de Lyon avait appelé à voter pour cette motion. Nous nous réjouissons donc de son adoption très large (près de la moitié de la communauté s’est exprimé pour, un score extrêmement important) car cette motion a pour nous une signification importante.
D’abord, par son contenu très clair. La motion adoptée par la communauté de l’ENS de Lyon condamne sans réserve les prises d’otage perpétrées par le Hamas, le massacre du peuple palestinien, les violences toujours plus extrêmes en cours depuis plus de huit mois comme encore très récemment à Rafah. Elle dénonce et alerte sur le risque génocidaire actuel dans un contexte de colonialisme de peuplement au long cours. Elle affirme son soutien aux décisions de la Cour Pénale Internationale, qui n’ont de sens que si elles sont soutenues largement par les peuples. Elle appelle au boycott des institutions israéliennes, et demande un soutien de nos universités à la reconstruction du tissu académique de Gaza.

Ensuite, par les modalités de son élaboration. A l’ENS de Lyon, les libertés académiques n’ont pas été enfreintes par une intervention abusive de la police contre les étudiants mobilisés. Aucun-e membre de la communauté universitaire n’a été publiquement mis en cause ou convoqué devant la justice pour ses prises de position en faveur de la paix. Les organisations syndicales progressistes ont toujours pu communiquer sur les massacres en Palestine et les assemblées générales se tenir. La motion votée par la communauté de l’ENS de Lyon a donc pu être élaborée dans le cadre d’une assemblée générale pluraliste, dont la tenue a été permise par le respect des libertés universitaires, et au travers d’un processus d’amendement collectif.  En participant à cette démarche, étudiant-es et personnels de toutes catégories ont rappelé leur attachement à ces libertés nécessaires au bon fonctionnement de nos établissements.  C’est un combat de tous les jours auquel la CGT prend sa part, alors que nous subissons des attaques régulières, tant par les discours réactionnaires dans les médias, qu’au travers des réductions budgétaires qui entravent notre capacité d’initiative.

La motion de la communauté universitaire de l’ENS de Lyon est donc une victoire démocratique et collective d’ampleur. Elle rappelle que l’on ne peut se résigner à accepter les violences extrêmes, les massacres et le génocide en cours à Gaza : il faut le condamner très largement, c’est la volonté de notre communauté, et appeler notre établissement, nos institutions à prendre position pour soutenir le peuple palestinien. La deuxième chose, c’est un message très clair : à l’ENS de Lyon, nous ne nous résignons pas aux attaques contre les libertés académiques, nous nous organisons pour les défendre. C’est une lutte de tous les jours, où la force du collectif peut tout changer.

Solidarité avec le peuple palestinien !
Halte aux massacres et au génocide à Gaza !
la motion : https://cgt.fercsup.net/IMG/pdf/communique_motion_palestine10juin2024.pdf



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2024, 10 juin). « À l’ENS de Lyon, un soutien fort et massif au peuple palestinien ! ». Academia. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11seh

  1. Selon le Bitouah Léoumi, 767 civils, dont 76 non Israéliens, ont été tués le 7 octobre. Voir L’attaque du 7 octobre a fait 1.163 morts, selon un nouveau bilan, L’Orient. Le Jour, 1e février 2024. Massacres du 7 octobre en Israël par le Hamas et des civils : un bilan quasi définitif, AFP avec The Times of Israël, 15 décembre 2023. []
  2. Voir « West Bank sees biggest settler rampage since war in Gaza began as Israeli teen’s body is found » par Nasser Nasser et Jack Jeffery, LA Times, 13 avril 2024. []
  3. Voir « Affrontements Israël-Hezbollah: des centres de recherche libanais établissent un bilan », RFI, 1e mai 2025. []
  4. Chiffres de l’ONG Euro-med Human Rights Monitor au 13 mai. []
  5. Francesca Albanese, « Anatomy of a genocide », 25 mars 2024. []
  6. Résolution de la Fédération Internationale des Droits Humains, novembre 2023. []
  7. Au sujet de l’apartheid, voir le rapport Amnesty 2022 : « Israel’s apartheid against Palestinians: Cruel system of domination and crime against humanity ». []
  8. Voir « Guerre entre le Hamas et Israël : ce que l’on sait des otages détenus dans la bande de Gaza », franceinfo avec AFP, 11 mai 2024. []
  9. Depuis 1967, plus de 800 000 Palestinien∙nes ont été détenu∙es par Israël. Voir les travaux de l’ONG palestinienne Addameer. Voir également le rapport de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, consultable. []
  10. Voir notamment : https://pomeps.org/thehiddenwaronhighereducationunmaskingtheeducideingaza et https://www.ohchr.org/en/pressreleases/2024/04/unexpertsdeeplyconcernedoverscholasticidegaza. []
  11. Voir notamment « Mobilisations pour Gaza: Sylvie Retailleau demande aux universités de veiller au “maintien de l’ordre », par Véronique Fèvre avec Baptiste Farge, 2 juin 2024. []
  12. À l’instar des universités norvégiennes d’Oslo Met, de Bergen et du Sud-Est de la Norvège en février 2024, l’université d’Anvers ou l’université de Milan qui ont suspendu des partenariats avec des universités israéliennes. D’autres universités, comme l’université de Turin ou l’université de Bari se sont officiellement engagées à ne pas participer aux programmes de recherche du ministère des Affaires étrangères italien en collaboration avec Israël. Voir notamment: https://bricup.org.uk/article/fournorwegianuniversitiescuttieswithcomplicitisraeliuniversities/, https://www.uantwerpen.be/en/researchgroups/lawanddevelopment/newsandevents/barilan/; https://www.lastampa.it/torino/2024/03/19/news/guerra_israele_protesta_studenti_universita14157931/ ; et https://bari.repubblica.it/cronaca/2024/04/10/news/stop_alla_ricerca_con_israele_luniversita_di_bari_non_partecipa _al_bando_contestato_dagli_studenti422454657/. []
  13. Voir sur le site du CNRS. []
  14. Sur l’implication des universités israéliennes, voir par exemple Maya Wind, Towers of Ivory and Steel: how Israeli universities deny Palestinian freedom, Verso Book, 2024. []
  15. Voir notamment le livre de l’historien israélien Ilan Pappé Out of the frame: the struggle for academic freedom in Israel (Pluto Press, 2010), qui a été victime de nombreuses pressions et harcèlement à cause de son ouvrage Le nettoyage ethnique de la Palestine ([Fayard] La Fabrique, 2024). Suite à quoi il a quitté Israël pour enseigner au Royaume-Uni (Exeter). []
  16. Judith Butler, “In Defense to speak out against genocide’’, Mondoweiss, 1er novembre 2023, consultable. []
  17. War on Gaza: Yuri Pines resigns from Hebrew University after Palestinian colleague suspended, par Nadda Osman, The Middle East Eye, 14 mars 2024. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.