À l’Université Grenoble Alpes, le roi est nu … mais ses courtisans détournent pudiquement le regard !

  • par Philippe Cinquin, professeur des universités à Université Grenoble-Alpes

Dans le conte d’Andersen, le roi se présente nu à ses ministres et à son peuple, et personne n’ose reconnaître sa nudité … jusqu’à ce qu’un petit garçon ose dire la vérité.
Moins chanceux que le petit garçon du conte, un administrateur de l’UGA a osé demander au président sortant, qui se représentait le 16 mai dernier après l’annulation par le tribunal de sa précédente élection, s’il reconnaissait avoir manqué à la déontologie, par l’envoi d’un message mettant en cause un collègue devant 300 personnes, sur la base d’allégations graves, mais non étayées par des faits, et encore moins validées par les instances compétentes. Il lui a également demandé de s’expliquer sur l’enquête administrative le visant, qu’il avait invoquée deux jours plus tôt pour refuser de répondre à une question similaire posée publiquement. Le candidat a déclaré avoir déjà reconnu une erreur et
s’être excusé, et s’est refusé à tout commentaire supplémentaire.

Le roi est nu de Hans Andersen. Illustration. Tous droits réservés

Dans le conte, tout le monde donne raison au petit garçon. Au conseil d’administration de l’UGA, personne n’a osé relever l’inexactitude flagrante : le président sortant n’a en effet pas présenté d’excuse aux victimes de son message. Personne non plus n’a exigé qu’il s’explique enfin sur le fond, et en particulier sur le vraisemblable manquement à la déontologie. L’existence vraisemblable de ce manquement n’est pas une opinion, mais la conclusion d’un raisonnement élémentaire. Le jugement du tribunal établit en effet, sans contestation possible, que le code de l’éducation a été violé par le président sortant. Or, l’article 88 du règlement intérieur de l’UGA définit la déontologie comme : « l’ensemble des règles, principes et devoirs qui s’imposent aux agents dans l’exercice de leurs fonctions ». Le code de l’éducation s’imposant au président, chargé de le faire respecter, le manquement à la déontologie est aussi évident que la nudité du roi dans le conte
d’Andersen. Nous n’avons trouvé personne, pas même au sein des élus qui soutiennent le président sortant, pour contester la validité de ce raisonnement.

Selon le résumé de sa notice biographique, le président sortant est « spécialiste de la vérification des programmes et de la sécurité prouvable, des liens entre logiques et modèles de calcul ». En tant que spécialiste de la logique, si le raisonnement précédent était erroné, il lui aurait été facile de le prouver.

Son silence laisse donc penser que, tout comme le roi du conte savait qu’il était nu, il sait parfaitement qu’il a violé la déontologie.

Dès lors, pourquoi ne pas le reconnaître ? Pourquoi aussi se réfugier derrière une hypothétique « enquête administrative » ? D’une part, il est légitime de douter de l’existence d’une telle enquête. En effet, seule la Ministre a le pouvoir de traduire un président d’université devant une commission disciplinaire, donc elle seule a le pouvoir de diligenter une enquête administrative préliminaire à son encontre. Mais si elle avait pris cette décision, elle l’aurait vraisemblablement fait sans tarder après la publication du jugement le 8 février dernier, ou rapidement après la décision du président sortant de
se représenter (décision rendue publique par voie de presse le 29 février dernier). Une enquête administrative préliminaire ne se conçoit que contradictoire. Plus de deux mois après le lancement d’une telle enquête, les victimes du message du président sortant auraient donc vraisemblablement déjà été entendues, ce qui n’est pas le cas… D’autre part, même si une telle enquête était en cours, qu’est-ce qui interdirait au président sortant de partager avec le conseil d’administration les éléments de la défense qu’il aurait présentée aux enquêteurs ? Qui ne voit que, bien loin de lui nuire, le fait de
présenter des excuses à ses victimes inciterait les enquêteurs à la clémence à son endroit, car ces excuses permettraient enfin aux blessures reçues de commencer à cicatriser ?

Mais surtout, pourquoi aucun des représentants des organismes nationaux de recherche n’a-t-il jugé indispensable d’exiger du président sortant qu’il ait le courage de s’expliquer sur ses vraisemblables manquements à la déontologie, de présenter ses excuses aux victimes de son message, et de clarifier cette histoire d’enquête administrative ? Pourquoi seul le CNRS a-t-il clairement annoncé qu’il s’abstiendrait au premier tour ? Pourquoi au moins deux des quatre autres organismes (et peut-être même l’ensemble des quatre autres, ce point reste incertain) ont-ils voté au premier tour pour un candidat aussi peu exemplaire en matière de déontologie ? Pourquoi tous ces organismes ont-ils voté pour lui au deuxième tour (sachant que 15 jours plus tôt, à Paris-Saclay, ces mêmes organismes avaient préféré prolonger la période d’administration provisoire en refusant de voter pour le candidat arrivé en tête, montrant ainsi qu’il y a pour eux des situations où mieux vaut prolonger le blocage institutionnel plutôt que d’élire un président qui ne leur convient pas) ?

Combien de nouveaux possibles manquements faudra-t-il pour que ces prestigieux organismes aient le courage d’agir d’une manière qui montre qu’ils ont compris que la déontologie est le fondement du contrat de confiance entre les administrés et leurs représentants, et que donc ces derniers doivent être irréprochables sur ce point ? Il était déjà catastrophique que les mécanismes internes à l’université chargés de prévenir et de traiter les manquements à la déontologie n’aient pas évité l’élection du président en janvier 2024, et qu’il ait fallu un jugement du tribunal pour lui rappeler ses devoirs élémentaires.

Mais que dire après sa réélection, obtenue sans qu’il se soit expliqué publiquement sur le fond, sans la moindre excuse, avec le soutien des organismes nationaux de recherche, malgré deux SOS très clairs sous forme de pétition (ici et ), et contre le résultat limpide du vote des personnels et des étudiant·es ?


Sur Academia



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2024, 5 juin). À l’Université Grenoble Alpes, le roi est nu … mais ses courtisans détournent pudiquement le regard ! Academia. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ru0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.