Sortir du blocage à l’EHESS ? Une élue étudiante intimidée, des étudiant∙es révulsé∙es

EHESS : une élue étudiante soutenant la Palestine intimidée lors du Conseil scientifique, Le Poing Levé EHESS et Marco Pogat, Révolution permanente, 1e juin 2024

Extraits. Depuis maintenant deux semaines, l’École de Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) est fermée administrativement par sa présidence. Une étape de plus dans la répression de la mobilisation pour la Palestine, qui a connu un nouveau saut mardi 28 mai dernier, avec l’intimidation violente d’une élue étudiante de Solidaires EHESS lors du Conseil Scientifique, par un professeur siégeant dans cette instance, censée se prononcer sur toute question concernant le fonctionnement de la recherche dans l’École.

Pour lire l’article

Depuis le 28 avril, les communiqués se multiplient. Sur la suggestion de leurs auteur·es, Academia en publie certains.

  • Communiqué des étudiant·es engagé.es du master SES-EE [Savoirs en sociétés – Études environnementales)  suite à l’agression d’une élue étudiante, 28 mai 2024
  • “Une de touchée, 3000 debout”. Communiqué des étudiant-e-s engagé-e-s du master Études Politiques, 28 mai 2024
  • Sortir du blocage. Appel au Président par des membres de l’Assemblée des enseignant.es, 29 mai 2024
  • Message des élu·es du Comité social d’administration et de la Formation spécialisée en matière de santé, de sécurité et de conditions de travail de l’École des hautes études en sciences sociales, 30 mai 2024

Banderole Occupatino Leïla Khaled, EHESS boulevard Raspail, 24 mai 2024. Crédit: Comité Palestine

Communiqué des étudiant·es engagé.es du master SES-EE [Savoirs en sociétés – Études environnementales)  suite à l’agression d’une élue étudiante, 28 mai 2024

Cher comité Palestine, chèr·es étudiant·es, doctorant·es et personnels de l’EHESS
Nous apprenons avec consternation et rage l’agression physique et verbale d’une élue étudiante ce jour par des membres du Conseil Scientifique de l’école. Notre pensée va d’abord à l’étudiante agressée, à qui nous adressons avec force notre solidarité et notre soutien face à cette attaque abjecte.
Cette agression vise symboliquement, à travers sa représentante, l’ensemble du corps étudiant de l’école, qui fait l’objet d’une animosité flagrante de la part de certain·es enseignant·es-chercheur·euses depuis plusieurs semaines. En témoigne l’intervention policière commandée par la présidence, mais également l’appel, proféré par un Directeur d’Études, à mettre les étudiant·es mobilisé.es en garde à vue si l’occupation anti-coloniale se poursuivait. Faudrait-il donc, pour satisfaire la haine de quelques professeurs réactionnaires, reproduire les brutalités endurées en GAV par les 29 étudiant·es suite à l’occupation de l’Acabane l’hiver dernier, sous l’ordre du président du campus Condorcet (ancien membre de l’Ehess) ? Quelle est donc cette école dont les enseignants souhaitent l’incarcération de leurs étudiants, dont la présidence les jette en pâture à la justice anti-terroriste, puis renverse vicieusement les franchises universitaires – conçues, rappelons-le, pour soustraire les universitaires à l’arbitraire étatique – afin de les mettre au service de son cénacle d’arrière-garde, de son despotisme en interne ?
Ce climat délétère culmine dans l’agression physique (mais aussi verbale, psychologique, symbolique) de ce jour. Il va de soi que les agresseurs n’ont aucune place dans les écoles; a fortiori, dans la nôtre non plus.
Nous partageons donc pleinement les revendications du comité Palestine :
  • L’auteur de l’agression physique doit être expulsé de l’école sans délais et définitivement, la vidéo prise par l’étudiante agressée ne laissant aucun doute quant à la violence de l’attaque. Il est indispensable que notre lieu d’apprentissage et de travail soit préservé de tels individus à la violence désinhibée.
  • Les autres membres du CS ayant participé à l’agression de notre représentante, que ce soit de manière verbale, ou par la menace, doivent démissioner du CS.
  • La présidence, responsable de la fermeture indue de l’école — qui, en tant qu’établissement public, ne saurait être aliénée à l’ensemble des usagers sous des prétextes futiles et jusqu’à présent non-explicités —, responsable également du recours abusif et dangereux aux forces de l’ordre, de l’entretien du climat d’animosité et de méfiance paranoïaque ayant conduit à cette attaque, et ayant présidé à la séance du conseil scientifique dans laquelle elle eut lieu, doit démissionner sur le champ.
  • L’École doit être rouverte immédiatement afin que puissent se poursuivre les activités des étudiant·es et personnels mobilisé·es, activités revêtant un caractère urgent vu l’immense gravité du génocide commis à Gaza, et la nécessité de faire pression sur le gouvernement français afin qu’il prenne les mesures adéquates pour prévenir la poursuite de ce génocide.
  • La condamnation sans équivoque de ce génocide par l’école, le soutien des étudiant.es ciblé.es par le signalement Pharos, et toutes les autres revendications maintes fois relayées par les étudiant.es mobilisé.es et nos camarades nombreux.ses des autres mentions.
    Les étudiant·es engagé.es du parcours Études Environnementales

Communiqué des étudiant-e-s engagé-e-s du master Études Politiques, 28 mai 2024

En mise en bouche de ce communiqué, nous proposons ainsi cette citation de Gilles Deleuze :
« On dit que ce n’est pas un génocide. Et pourtant c’est une histoire qui comporte beaucoup d’Oradour, depuis le début..[…] C’est un génocide, mais où l’extermination physique reste subordonnée à l’évacuation géographique : n’étant que des Arabes en général, les Palestiniens survivants doivent aller se fondre avec les autres Arabes. L’extermination physique, qu’elle soit ou non confiée à des mercenaires, est parfaitement présente. Mais ce n’est pas un génocide, dit-on, puisqu’elle n’est pas le « but final » : en effet, c’est un moyen parmi d’autres » — Gilles Deleuze, 2003 (1983),« Grandeur de Yasser Arafat », dans Deux régimes de fous, éditions de minuit, Paris, pp. 221-223.
Pour une contextualisation et un retour sur les affres d’une présidence autoritaire, nous vous renvoyons vers les différents communiqués publiés ces derniers temps.

______________________________________

Une de touchée, 3000 debout

La semaine dernière, nous, étudiant·e·s mobilisé·e·s du master Études Politiques de l’EHESS, dénoncions la fermeture injuste du bâtiment de l’EHESS du Campus Condorcet, la mise en place de contrôles stricts à l’entrée du bâtiment du 54 boulevard Raspail et la répression du Comité Palestine. Nous remercions les autres Masters de l’École d’avoir poursuivi ce mouvement. Nous regrettons que nos revendications, qui n’étaient jusque là pas entendues, soient désormais frontalement tues.
Aujourd’hui, nous devons prendre à nouveau la parole. Nous exprimons notre profonde indignation suite aux intimidations verbales et physiques subies par une représentante-étudiante lors du Conseil Scientifique du 28 mai 2024. Habituée à déléguer sa violence, hier, la présidence, par l’intermédiaire de l’un de ses vice-présidents, a ouvert un nouveau chapitre, peut-être l’un des plus infâmes de ses bientôt 50 printemps, en osant lever la main sur une représentante-étudiante alors que celle-ci lisait les nombreux communiqués des mentions de l’EHESS.

La présidence n’a pas fait que garder le silence sur le génocide en Palestine et sur les nombreuses autres violations des droits humains, elle a également tenté de faire taire celles et ceux qui se sont exprimé·e·s. Après avoir subi de la violence intellectuelle, de la violence symbolique et de la violence spatiale, à présent le mépris de la présidence amène à subir de la violence physique et des menaces. L’attaque d’aujourd’hui envers la représentante-étudiante est la violence de trop !

Après l’horreur perpétrée par le gouvernement génocidaire israélien ces deux derniers jours à Rafah et alors que nous assistons à un génocide, il est intolérable et lâche d’interdire aux étudiant·e·s d’alerter sur les atrocités – cette affliction qui secoue le monde.

Quand est-ce que l’Occident et les intellectuel·le·s se réclamant d’une tradition humaniste cesseront de fermer les yeux ? Quand est-ce que la lâcheté et l’hypocrisie prendront fin?  L’heure n’est plus aux débats de sur : “est-ce un  génocide?”, l’heure est  à l’humanité : la seule réaction sensée est d’afficher sa solidarité et son soutien au peuple palestinien qu’un gouvernement populiste et raciste tente de massacrer.
Si, auparavant, être étudiant·e à l’EHESS était un véritable honneur et une fierté, depuis le 7 octobre, nous reconsidérons ce statut. Nous avons constaté les esprits pusillanimes qui président cette École, à l’image de la décision de Romain Huret d’appeler la police le 15 mai et de maintenir le bâtiment fermé depuis. Nous savons que cette fermeture a pour seul et unique but d’empêcher la mobilisation pro-palestienne.  Voilà donc notre triste constat : nous ne pouvons nous exprimer librement à l’EHESS. Nous sommes déconsidéré·e·s, moqué·e·s, fallacieusement accusé·e·s d’antisémitisme. Lorsque nous tentons de prendre la parole, de dénoncer les atrocités en cours, la présidence nous dénonce sur la plateforme PHAROS, fait intervenir la police et, maintenant, nous menace physiquement.
Mais de quelle tradition scientifique se réclame réellement l’EHESS, à quel genre de “dialogue” appelle-t-elle lorsque, dans ses instances “démocratiques”, la voix étudiante est tue ? Combien de temps encore accepterons-nous d’être ignoré·e·s au sein d’une École qui, n’en déplaise à certain·e·s, est aussi la nôtre?
Cette présidence est un défi aux principes de liberté d’expression et de liberté académique, un défi à la décence humaine qui nous intime, tous·tes, de dénoncer la colonisation, l’apartheid et le génocide en cours en Palestine. Désormais, cette présidence est aussi un défi à la garantie de l’intégrité physique des étudiant·e·s.
Toute l’équipe présidentielle dirigée par Romain Huret est complice de cette violence ! Présidence, démissionnez immédiatement !
Nous apportons notre soutien à la représentante-étudiante attaquée. Nous rappelons que la tolérance zéro face à la violence doit être la norme afin de garantir un environnement sûr et respectueux pour tous·tes les étudiant·e·s et personnels de l’EHESS.
C’est pourquoi nous réitérons nos revendications :
  • Une réouverture immédiate et inconditionnelle du bâtiment de l’EHESS sur le Campus Condorcet.
  • La fin des mesures abusives de contrôle à l’entrée du bâtiment de l’EHESS du 54 boulevard Raspail.

Nous demandons également :

  • Que les membres du conseil scientifique de l’EHESS présentent leurs excuses publiques à la représentante-étudiante agressée.
  • Que la présidence prenne ses responsabilités et pose sa démission.

En agressant comme vous l’avez fait une de nos représentant·e·s, c’est nous tous·tes que vous bafouez. Vos agissements contre les étudiant·e·s, de plus en plus plus décomplexés, doivent cesser.

Nous appelons, s’ajoutant au communiqué de nos camarades d’Études Environnementales, les autres Masters de l’EHESS à s’indigner pareillement de ce nouvel affront qui nous concerne tous·tes en tant qu’étudiant·e·s, mais qui devrait également indigner toute la communauté, chercheur·euse·s et personnels, de l’EHESS.

Présidence aux abois, bas les pattes !

L’heure est à l’humanité, fermer les yeux est trop facile.
Free Palestine, Viva Palestina, Palestine Vivra, Palestine Vaincra, تحيا فلسطين


Sortir du blocage – Appel au Président par des membres de l’Assemblée des enseignant.es

Monsieur le Président

En réponse à la mobilisation intervenue ces dernières semaines pour dénoncer la situation horrible à Gaza, la Présidence a décidé la fermeture du bâtiment de l’EHESS-Condorcet. Voici quinze jours que dure l’exclusion continue des étudiant.es et personnels de ce lieu de travail. Nous, membres de l’Assemblée des enseignant.es, déclarons urgent que l’EHESS sorte d’une situation qui devient moralement et professionnellement intenable.

En continuité avec la perspective que votre message du 15 mai avait initialement esquissée, nous vous demandons

  1.   de garantir un espace ouvert de débat et de mobilisation pour les étudiant.es dans le bâtiment de l’EHESS, dans le respect des conditions de travail des autres usagers
  2. d’installer un dispositif de médiation – auquel nous sommes prêt.es à participer – permettant de désamorcer d’éventuels désaccords de façon non-violente et sans faire appel aux forces de l’ordre
  3. de soutenir juridiquement les étudiant.es actuellement poursuivis pour “apologie du terrorisme”, notamment en couvrant leurs frais d’avocat
  4. de convoquer dans les meilleurs délais une Assemblée extraordinaire avec comme seul point d’ordre du jour le débat et le vote sur une prise de position publique de l’EHESS pour un cessez-le-feu à Gaza

Michel Agier, Olivier Allard, Marc Aymes, Laurent Barry, Cécile Boëx, Julien Bonhomme, Claude Calame, Francis Chateauraynaud, Cristina Ciucu, Nathalie Clayer, Robert Descimon, Sophie Desrosiers, Lucie Drechselová, Didier Fassin, Eloi Ficquet, Klaus Hamberger, Rose-Marie Lagrave, Paolo Odorico, Jean-Claude Penrad, Christelle Rabier, Kapil Raj, Juliette Rennes, Judith Scheele, Paul Sorrentino, Christian Topalov, Jean-Paul Zuniga


Message des élu·es du Comité social d’administration et de la Formation spécialisée en matière de santé, de sécurité et de conditions de travail de l’École des hautes études en sciences sociales
Monsieur le Président, chers et chères collègues, chers et chères étudiant·es,
Nous vous écrivons en tant qu’élu·es du Comité social d’administration (CSA) de l’EHESS. Au titre de cette instance, notre mandat inclut les questions liées “à la protection de la santé physique et mentale, à l’hygiène, à la sécurité des agents dans leur travail, à l’organisation du travail, au télétravail, aux enjeux liés à la déconnexion et aux dispositifs de régulation de l’utilisation des outils numériques, à l’amélioration des conditions de travail et aux prescriptions légales y afférentes” (loi de transformation de la fonction publique n°2019-828 du 6 août 2019, art. 15, 7°).
Une partie d’entre nous siégeons également en “formation spécialisée en matière de santé, de sécurité et de conditions de travail” (F3SCT), émanation du CSA habilitée à examiner les situations de risque professionnel particulier.
En tant qu’élu·es du CSA et de la F3SCT donc, nous sommes inquiets et inquiètes de constater, dans plusieurs messages récemment diffusés, qu’il est fait état de menaces, d’injures voire de violences visant des personnels et usager·es de l’École.
Nous nous permettons donc de rappeler aux personnes concernées que de tels faits doivent faire l’objet d’un signalement dans les registres de prévention, auprès des assistant·es de prévention ou au PC sécurité des bâtiments, en vue d’une saisie de l’instance de la F3SCT. Nous nous tenons à leur disposition pour les assister dans leurs démarches. Considérant que plusieurs agent·es et usager·es ne peuvent accéder à ces registres, nous les invitons à se rapprocher des représentant·es du personnel afin que leurs signalements puissent être déposés par leur intermédiaire. (Voir les liens fournis ci-dessous pour les adresses de contact.) 
Nous avons également appris (certains parmi nous en ayant été directement témoins) qu’une élue étudiante du Conseil scientifique a été vivement malmenée et menacée alors qu’elle relayait en instance, le 28 mai dernier, la parole des étudiant·es qui l’ont mandatée par leur vote.
Pareille situation nous semble non moins préoccupante. Les membres des instances portent la parole de celles et ceux qui les ont élu·es, il est inconcevable qu’ils ou elles doivent craindre de se voir menacé·es dans l’exercice de leur mandat.

Nous souhaitons, par le présent message, indiquer à la communauté de l’EHESS que nous sommes à sa disposition pour mener le travail de prévention et de soutien qui s’impose, condition indispensable à l’établissement de lieux de discussion et de débat sereins qui, nous l’espérons, contribueront à la résolution de la très préoccupante situation actuelle.

Les élu·es du Comité social d’administration et de la Formation spécialisée en matière de santé, de sécurité et de conditions de travail




Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2024, 1 juin). Sortir du blocage à l’EHESS ? Une élue étudiante intimidée, des étudiant∙es révulsé∙es. Academia. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rp3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.