Liberté pour les sciences sociales. Un numéro de la revue Communications

La revue Communications publie un important dossier “Libertés pour les sciences sociales”.Vous trouverez ci-dessous la table des matières et les extraits d’un article sur la séquence très sombre pour les universités turques.

Liberté pour les sciences sociales, Communications 2024/1 (n° 114)

La double contrainte : piégés entre néolibéralisme et autoritarisme, les universitaires de Turquie politisent la liberté

Extraits.Affirmons-le d’emblée : prétendre que la connaissance est neutre ou indépendante du pouvoir n’est pas la solution aux désastres auxquels nous autres universitaires sommes confrontés aujourd’hui partout dans le monde. Cette assertion fait partie du problème. L’université est un champ de bataille – peu importe que nous en soyons de longue date persuadés, ou que nous l’ayons découvert plus récemment sous l’effet de la contrainte. Elle a une signification politique, et la production académique des connaissances est inextricablement impliquée dans les structures de pouvoir dominantes dans toute société. Aujourd’hui, les forces qui entravent notre capacité à produire et diffuser la connaissance ont certes changé, mais comprendre comment l’université – et avec elle la liberté académique et l’autonomie de ses institutions – est enracinée dans des dynamiques sociétales plus larges dissiperait nos désillusions et nous fournirait ces outils de combat que nous peinons à inventer. Pour cela, nous devons nous concentrer sur la conjoncture historique qui est la nôtre, et renouveler nos interrogations sur les conséquences des récentes transformations de la production des connaissances. […]

6 Dans des pays comme la Turquie, où la fonction politique de l’enseignement supérieur était à peine dissimulée, l’illusion de neutralité pouvait difficilement être maintenue. L’éducation universitaire, née à la fin de l’ère ottomane des besoins de l’élite, demeura explicitement instrumentale durant toute l’histoire de la république. Les premières universités furent créées pour répondre aux besoins administratifs et technologiques de l’armée ottomane de la seconde moitié du xixe siècle ((Walter F. Weiker, « Academic freedom and problems of higher education in Turkey », Middle East Journal, vol. 16, n° 3, 1962, p. 280.)). En accord avec les traditions française et allemande, les études politiques furent conçues comme relevant des « sciences de l’État », dont le but était de former la haute administration bureaucratique. Sur le même modèle, la République turque attribua ouvertement à l’université la fonction patriotique d’inculquer aux jeunes générations les valeurs nationalistes et laïques. Les débats de la fin des années 1930 tournaient autour de la possibilité même d’une « science du politique » comme domaine de connaissance indépendant 1. Les universitaires étaient considérés comme des fonctionnaires fidèles de l’État et de la nation turque, et non comme des chercheurs à part entière.

Plan

  • Transformation des universitaires : des serviteurs du bien public aux simples moyens de production.
  • Questions sensibles : le nationalisme républicain reproduit par l’AKP
  • Tournant 1 (dystopie) : la criminalisation collective des universitaires.
  • Tournant 2 (utopie) : la résistance de l’université de Boğaziçi

Pour accéder à l’article jusqu’au 17 juin 2024
Pour accadéer à la plateforme qui diffuse
Communications

 



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2024, 28 mai). Liberté pour les sciences sociales. Un numéro de la revue Communications. Academia. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qdm

  1. Boğaç Erozan et İlter Turan, « The development of political science in Turkey », PS : Political Science & Politics, vol. 37, n° 2, 2004, p. 359. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.