Jeffrey and me. De la corruption universitaire

Le cas DSK m’avait surprise, non en raison de ce que DSK lui-même avait fait (comme toutes les femmes, je savais d’expérience que, pour le dire sous forme de litote, la notion de consentement n’a pas été complètement assimilée par tous les hommes), mais en raison de la manière dont l’élite politique et médiatique française prenait sa défense et en faisait un preux chevalier de la galanterie à la française (le fameux : “ce n’est qu’un troussage de domestique“).

Ce n’est pas non plus en tant que tel que le cas Weinstein m’avait étonnée. Après tout, me disais-je, ce sont les milieux du cinéma ! Mais le mouvement #MeToo m’a surprise. Là encore, il y avait chez moi une découverte du second degré, c’est-à-dire portant non sur les choses mêmes, mais sur les réactions à ces choses : certains hommes découvraient que les femmes qui leur sont proches — leurs compagnes, leurs voisines, leurs mères, leurs amies, leurs filles, leurs collègues, leurs sœurs — avaient fait l’expérience des mains aux fesses, des propositions rapprochées, d’une soirée un peu arrosée, ou pas, qui avait failli mal finir, ou qui avait mal fini. Devant tant de silences, il était important de dire, publiquement ou pas : et oui, toutes les femmes, et moi aussi.

Le cas Epstein me semble quant à lui fascinant de bout en bout. Une fois encore, il est question de pouvoir. Laissons de côté le fait qu’il s’agit de prostitution de mineures, non que ce ne soit pas pénalement condamnable, et pour tout dire humainement révoltant, mais parce que je voudrais attirer l’attention sur autre chose, à savoir l’aspect systémique de la domination à l’œuvre, la quantité de gens impliqués et la diversité de réseaux mobilisés.

Acosta aurait déclaré “I was told Epstein ‘belonged to intelligence’ and to leave it alone” et des articles extrêmement documentés, tellement documentés qu’ils en deviennent à peu près incompréhensibles, mentionnent la CIA et le Mossad. On pense à Millenium, on imagine des complots, des réseaux d’agents secrets et des accointances mafieuses.

Mais à côté de ces réseaux ou en interaction avec eux, que les gens comme moi ne connaissent pas sinon par les livres et par les films, il y a aussi les universités, particulièrement l’université de Harvard (voir ici , , et encore ) et le MIT (voir ici). Quelques collègues impliqués ont peut-être des pratiques pénalement condamnables du type de celle d’Epstein, la plupart non. Mais, quoiqu’il en soit, le système de domination d’Epstein repose ici et là sur des ressorts qui sont les mêmes.

Un article publié cet été rapporte un échange de mails entre John Brockman, le patron de l’Edge Foundation, et Evgeny Morozov, un professeur de l’université de Stanford. Pour inciter Morozov à rencontrer Epstein, Brockman lui écrit que ce dernier a le plus grand appartement de New York et que c’est un appartement où le prince Andrew se fait masser les pieds par des jeunes filles russes, puis qu’il possède Victoria Secret et une agence de mannequins. John Brockman est un excellent agent littéraire, il connaît son métier, il sait ce qu’il écrit et pourquoi il l’écrit : ce qu’il écrit a donc un caractère de vraisemblance, et, si ça ne convainc pas tous ses interlocuteurs, ça en convaincra quand même quelques-uns, autrement il ne serait pas ce qu’il est. Une vie universitaire réussie est donc une vie où on bavarde une demie-heure avec un type qui a un grand appartement dans lequel lui et d’autres types se font faire des massages de pieds par des filles qui n’ont pas de nom. La recherche, la science, le savoir, tout ça quoi, c’est pas mal – mais, quand même, voir un type se faire masser les pieds, rhaaaa lovely. En tout cas, quand on est dans un grand appartement qui est à New York et où le prince Andrew a passé quelques heures.

— Ça ouvre des abîmes, non ?

Je ne peux pas m’empêcher de penser que, si un système de pouvoir de ce genre a pu toucher le monde universitaire, c’est en raison du star system des grandes universités privées américaines et du lien que ces dernières entretiennent avec l’argent. En France, cela ne marcherait pas comme ça, ne serait-ce que parce que, étant donné ce qu’ils gagnent, les universitaires ne peuvent pas sans contradiction existentielle aimer l’argent et tout ce qui va avec. Mais, tout de même, il n’est peut-être pas impossible de transposer…

Qu’est-ce qu’un agent littéraire à l’américaine dirait à un universitaire en lettres et sciences humaines et sociales pour l’inciter à rencontrer un tycoon ? Que ce dernier a un hôtel particulier sur l’île de la Cité, dans le Marais ou vers les Invalides, dans les salons duquel se croisent toutes sortes de personnalités médiatiques, Cynthia Fleury et Philippe Val, Charlotte Casiraghi et BHL ? Qu’il peut l’aider à financer un magazine culturel, le faire inviter à la télé ? Qu’il va le faire participer à un grand débat des intellectuels ou lui trouver une place de conseiller dans un Ministère ? La corruption reposerait alors sur l’attrait qu’exercent les formes médiatiques de la reconnaissance symbolique dans une société du spectacle.

Ou bien alors faut-il continuer à entendre la corruption dans un sens plus limité et littéral comme l’expression d’un désir de domination hors de son ordre via des espèces sonnantes et trébuchantes ? Alors, bien sûr, en France, nous sommes encore bien loin du star system américain. Mais ne peut-on pas penser que nous avons laissé tomber quelques barrières en promouvant des chaires qui se sont si vite installées dans notre paysage qu’on en vient presque à oublier qu’il y a moins de dix ans, on pouvait encore s’interroger sur leur bien-fondé et appeler à les refuser ?

Comme toujours, la question est de savoir où passe la ligne entre ce que nous pouvons accepter et ce que nous nous devons de refuser. Il n’est pas toujours facile de répondre à cette question, il arrive aux plus déterminés d’hésiter. Mais n’oublions jamais que, hier comme aujourd’hui, et en toutes les circonstances, s’abstenir et décliner ce qu’on vous propose est une vertu cardinale. Voici ce que répondit Evgeny Mozorov au premier courrier de Brockman : « thanks for clarifying this. I’m sure he’s an all-around sweet guy but I’ll have to think about it. It could be that I spent far too much time in the Soros bubble but I have zero interest in meeting billionaires – if I did, I’d be going to Davos every year. but I appreciate you taking the time. » Puis, comme Brockman insistait que, quand même, Victoria’s Secret plus a modelling agency : « “A billionaire who owns Victoria’s Secret plus a modelling agency” –> one more reason to stay away actually. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.