À la porte de leur établissement, les étudiant·es et les agent·es EHESS dénoncent la fermeture administrative, le génocide et la fascisation du monde universitaire

  • Pour une réouverture du bâtiment de l’EHESS. Communiqué des étudiant·es engagé·es de la mention Études politiques, EHESS, 22 mai 2024
  • Communiqué de soutien au mouvement étudiant. de la mention Recherches comparatives en anthropologie, histoire et sociologie, 23 mai 2024
  • Master sociologie : ouvrez le bâtiment EHESS !. Communiqué du 24 mai 2025
  • Communiqué des étudiant.es du Parcours Etudes Environnementales, 24 mai 2024
  • Pétition pour la réouverture du bâtiment EHESS sur le campus Condorcet, 27 mai 2024
  • Appel au Président de la section LDH de l’EHESS, 25 mai 2024
  • Communiqué des  étudiant.es mobilisé.es des mentions philosophie sociale et politique et philosophie du langage et de l’esprit, 28 mai 2024

Pour une réouverture du bâtiment de l’EHESS
Communiqué des étudiant·es engagé·es de la mention Études politiques, EHESS, 22 mai 2024

Aujourd’hui, mercredi 22 mai, nous, étudiant·es engagé·es du master Études Politiques, avons décidé d’interrompre le déroulement habituel de notre séminaire de tronc commun. Nous  avons profité de ces deux heures de séminaire pour ouvrir un espace d’échange et de discussion suite à la décision unilatérale de la présidence de fermer le bâtiment EHESS du Campus Condorcet.

Nous dénonçons le gouvernement génocidaire israélien et sa politique coloniale qui s’exerce en Palestine. Deux mandats d’arrêt internationaux pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité ont d’ailleurs été demandés par la Cour pénale internationale il y a deux jours à l’encontre du Premier ministre Netanyahou et de son ministre de la défense Gallant.

À la lumière du mouvement étudiant internationaliste en soutien au peuple palestinien, l’assemblée générale du comité Palestine EHESS/Condorcet organisée le lundi 13 mai a voté pour une occupation ouverte du bâtiment de l’EHESS. Au cours de ces 3 jours d’occupation ouverte, le bâtiment de l’EHESS s’est mué en un véritable espace de rencontres, d’échanges, de réflexions, d’organisations collectives ; espace primordial qui manquait cruellement au sein du Campus Condorcet.

Dans un contexte français de fascisation et de silence du monde académique, il est de notre devoir en tant qu’étudiant.e-chercheur.euse.s en sciences sociales de décoloniser les savoirs académiques traditionnels et de dénoncer toute forme de répression – institutionnelle et policière – à l’œuvre dans nos lieux d’études.

Nous dénonçons et nous condamnons donc les fichages des étudiant·es par des personnels de direction de l’EHESS, les incursions policières en civil et les interventions violentes de la Gendarmerie mobile et de la Brigade Anti-Criminalité ayant eu lieu durant l’occupation ouverte.

Aussi, depuis la fin de l’occupation ouverte le mercredi 15 mai, nous n’avons plus accès à notre lieu d’étude, à ses matériaux à disposition, à ses salles de révision ; et cela à moins d’un mois de la date butoir de nos rendus universitaires indispensables à la validation de notre année de master.

Nous, étudiant.es du master Études Politiques, exigeons dès maintenant  :

  • La réouverture immédiate et inconditionnelle du bâtiment de l’EHESS sur le Campus Condorcet.
  • La fin des mesures sécuritaires abusives de contrôle dans le bâtiment de l’EHESS du 54 boulevard Raspail.

Dans ce climat réactionnaire, sécuritaire, répressif, le face à face est loin de se limiter à la présidence de l’EHESS et au Comité Palestine : il engage la conscience académique de tous·tes.

Nous invitons donc l’ensemble des étudiant.es de l’EHESS à se réapproprier leurs espaces d’enseignement et à dénoncer les dérives autoritaires de notre École.

Les étudiant·es engagé·es de la mention Études Politiques

EHESS


Communiqué des étudiant.e.s engagé.e.s de la mention RCAHS de l’EHESS – Campus de la Vieille Charité, Marseille, 23 mai 2024

Madame, Monsieur,

Romain Huret,

Aujourd’hui, jeudi 23 mai, nous, étudiant.e.s engagé.e.s de la mention RCAHS de l’EHESS Marseille, décidons de réagir suite à la décision unilatérale de la présidence de maintenir fermé le bâtiment EHESS du Campus Condorcet, en soutien au communiqué des étudiant.e.s engagé.e.s de la mention Etudes Politiques, mais aussi envers toutes les personnes qui subissent les préjudices d’une telle situation – pas d’accès à son lieu d’étude, à ses matériaux à disposition, à ses salles de révision ; et cela à moins d’un mois de la date butoir de nos rendus universitaires indispensables à la validation de notre année de master.

En ce sens, nous dénonçons le gouvernement génocidaire israélien et sa politique coloniale qui s’exerce en Palestine. Depuis plus de 7 mois, les attaques du gouvernement israélien sur la Palestine et sa population civile se poursuivent. Les chiffres cités par le Monde annoncent qu’elles ont tué au moins 35 709 personnes, et en ont blessé 79 990 (“Guerre Israël-Hamas, jour 229”, publié le 22.05.2024). Au regard de la gravité de la situation, il nous semble urgent de pouvoir agir et s’impliquer librement pour la dénoncer. S’il était besoin d’une reconnaissance par la communauté internationale de l’urgence d’un cessez-le-feu, les mandats d’arrêts de la CPI émis à l’encontre de B.Netanyahou pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, comme la reconnaissance d’un Etat Palestinien par certains Etats européens pourraient en attester.

À la lumière du mouvement étudiant internationaliste en soutien au peuple palestinien, l’assemblée générale du comité Palestine EHESS/Condorcet organisée le lundi 13 mai a voté pour une occupation ouverte du bâtiment de l’EHESS, dite “Leïla Khaled”, que nous soutenons. Au cours de ces 3 jours d’occupation ouverte, le bâtiment de l’EHESS s’est mué en un véritable espace de rencontres, d’échanges, de réflexions, d’organisation collective. Nous souhaitons également affirmer notre soutien à l’occupation en cours du campus Saint Charles d’Aix-Marseille Université.

Dans un contexte français de montée du fascisme, et de silence du monde académique, il est de notre devoir en tant qu’étudiant.e.s-chercheur.euse.s en sciences sociales de décoloniser les savoirs académiques traditionnels et de dénoncer toute forme de répression – institutionnelle et policière – à l’œuvre dans nos lieux d’études.

Nous dénonçons et condamnons les incursions policières en civil et les interventions violentes de la Gendarmerie mobile et de la Brigade Anti Criminalité qui ont eu lieu durant l’occupation ouverte, et ont mobilisé “une centaine de policiers lourdement équipés”.

Ces derniers jours, la communication de la présidence s’est efforcée de souligner les précédents des  programmes PAUSE et Uxil. Ceux-ci, en venant en aide aux communautés universitaires touchées par des conflits géopolitiques, sont évidemment nécessaires. Mais soutenir les communautés universitaires ne revient pas à soutenir la population palestinienne dans son ensemble. C’est pourtant ce soutien qui est nécessaire, et que les étudiant.e.s, chercheur.e.s (titulaires ou non) et Biatss mobilisé.e.s essayent de construire en se rassemblant. Nous souhaitons que la mobilisation, avec tout ce qu’elle permet en termes de démonstration de soutien, mais aussi d’apprentissage mutuel et d’information, puisse se dérouler librement.

Vos actions représentent une institution qui est aussi la nôtre, de ce fait, il nous paraît hautement  hypocrite de prétendre se préoccuper  de ce génocide et de cette politique coloniale qui perdure depuis des décennies sans prendre en considération le droit que nous avons de nous réunir pour la lutte. Nous ne sommes pas dupes face à la manière de la présidence de contrôler l’image publique de l’École. Nous le serions si nous ne réagissions pas face à l’implication de façade de la présidence.

La situation commune que nous traversons, Monsieur Huret, et l’occupation plus précisément est, comme vous l’avez fait remarquer, l’occasion “d’offrir les conditions de réunion et de débat de manière ouverte avec l’ensemble de la communauté de l’EHESS”. Il s’agit surtout d’équilibrer le débat et les points de vue sur la colonisation et le génocide en Palestine et notamment en donnant la parole à celles et ceux qui sont aujourd’hui muselé.e.s dans l’espace universitaire et médiatique.

La tournure que prennent les événements dans les différentes sphères de la vie publique (et parfois même privée) nous inquiètent. Si l’EHESS est le lieu de “la démocratie universitaire” il est temps que la présidence prenne ses responsabilités et assume ses propos en actes. Dans ces conditions, il nous paraît d’ailleurs particulièrement paradoxal de continuer à travailler à l’organisation de la 5ème édition du festival des sciences sociales Allez Savoir sur notre campus marseillais (26-29 septembre) portant précisément sur les formes plurielles d’obéissance et de désobéissance.

Alors, parce que nous sommes convaincu.e.s de la nécessité d’un cessez-le-feu immédiat et de l’expression libre du soutien au peuple palestinien, nous, les étudiant.e.s engagé.e.s de la mention RCAHS, avons décidé d’exprimer notre soutien à nos camarades parisien.ne.s et exigeons dès maintenant :

  • La réouverture immédiate et inconditionnelle du bâtiment de l’EHESS sur le Campus Condorcet.
  • La fin des mesures sécuritaires abusives de contrôle dans le bâtiment de l’EHESS du 54 boulevard Raspail.
  • Un suivi interne, administratif et un soutien économique, à travers la prise en charge des frais d’avocat, aux étudiantes et étudiants poursuivi.e.s par la LICRA.

Dans ce climat réactionnaire, sécuritaire, répressif, le face à face est loin de se limiter à la présidence de l’EHESS et au Comité Palestine : il engage la conscience académique de tous et toutes.

À notre tour d’inviter l’ensemble des étudiant.e.s de l’EHESS à apporter un soutien aux palestiniennes et palestiniens et de militer pour la paix et la reconnaissance de cette population qui vit actuellement sous les bombes en se réappropriant nos espaces d’enseignement et en dénonçant les dérives autoritaires de notre École.

Les étudiant.e.s engagé.e.s de la mention RCAHS de l’EHESS Marseille

Patio du baîtment EHESS du campus Condorcet, 15 mai 2024. Crédit: YC


Master sociologie : ouvrez le bâtiment EHESS !. Communiqué du 24 mai 2025

Cher.es étudiant.es, cher.es doctorant.es, cher personnel, présidence,

Pour ce qui est du contexte de ce mail, nous vous laissons relire les communiqués du Comité Palestine EHESS, des chercheur.euses engagé.es pour la Palestine, de l’intersyndicale et des autres mentions de master dénonçant le génocide en cours en Palestine.

Rappelons tout de même qu’à l’heure actuelle l’Etat colonial a tué au moins 35 000 personnes, qu’une mobilisation internationale étudiante est en cours pour s’exprimer et s’organiser contre ce massacre, que le comité Palestine de l’EHESS s’est inscrit dans ce mouvement et a réussi à offrir un espace d’organisation et de débat particulièrement nécessaire au sein de l’école.

Après une intervention policière banalisée par les présidences d’universités, le bâtiment a été fermé sans aucune justification juridique et ce jusqu’à nouvel ordre. Les prétendues raisons de sécurité n’ont aucun fondement matériel, d’autant plus que le comité Palestine a rappelé son souhait d’occuper les lieux de 8h à 00h. Mais pour que cela se mette en place, encore faudrait-il que le bâtiment réouvre. Nous en avons besoin pour travailler et finir nos mémoires, nous avons besoin d’avoir accès aux salles des masterantes, à la salle étudiante autogérée et à l’atrium. Il nous semble vraiment scandaleux de garder le bâtiment fermé depuis plus d’une semaine et demie, sans aucune perspective de réouverture et sans explication. Nous sommes dans l’incompréhension et dans le flou face à cette décision.

Nous, étudiant.es du master sociologie :

  • Exprimons notre soutien au comité Palestine EHESS, face à la répression auquel il fait face
  • Dénonçons et condamnons les interventions policières, commanditées par Romain Huret
  • EXIGEONS LA RÉOUVERTURE IMMÉDIATE ET INCONDITIONNELLE du bâtiment EHESS afin que les activités académiques ET celles de l’occupation ouverte puissent reprendre
  • Demandons la fin des mesures sécuritaires abusives à Raspail
  • Demandons le soutien financier et juridique des étudiant.es convoqué.es dans le cadre de la procédure avec le groupe de lutte contre l’anti-terrorisme

Ecoutez nous, étudiant.es, doctorant.es et personnel mobilisé.es !
Rouvrez notre bâtiment !

Les étudiant.es du master sociologie

Baîtment EHESS du campus Condorcet, 15 mai 2024. Crédit: YC


Communiqué des étudiant.es du Parcours Etudes Environnementales, 24 mai 2024

Chères camarades étudiant.es et enseignant.es, et messieurs-dames les censeurs,

Les communiqués précédents de différents masters et groupes d’étudiant.es ont dit l’essentiel auquel nous nous rattachons pleinement. Leurs revendications sont  également les nôtres. Dans notre errance autour des grilles de l’EHESS, tristement scellées par un cadenas, nous relisons quelques uns de nos livres de chevet qui aident à penser l’inconséquence et la bêtise. Nous vous proposons ainsi « quelques bonnes feuilles », selon la formule consacrée, de lecture à qui veut bien les recevoir.

Paul Nizan, philosophe et militant communiste révolutionnaire, a écrit, alors à peine plus âgé que nous (27 ans), dans son livre Les chiens de garde (1932) des mots qui conservent dans notre actualité scolaire une chaude acuité. A propos de la démission et de la grande lâcheté de nombre de philosophes réfugiés dans l’inébranlable sanctuaire de l’Université, il écrivait ceci : « Que font ici les penseurs de métier au milieu de ces ébranlements ? Ils gardent encore leur silence. Ils n’avertissent pas. Ils ne dénoncent pas. Ils ne sont pas transformés. Ils ne sont pas retournés. L’écart entre leur pensée et l’univers en proie aux catastrophes grandit chaque semaine, chaque jour, et ils ne sont pas alertés. Et ils n’alertent pas. L’écart entre leurs promesses et la situation des hommes est plus scandaleux qu’il ne fut jamais. Et ils ne bougent point. Ils restent du même côté de la barrière. Ils tiennent les mêmes assemblées, publient les mêmes livres. Tout ceux qui avaient la simplicité d’attendre leurs paroles commencent à se révolter, ou à rire » (p.146).

L’occupation ouverte Leïla Khaled fut l’endroit de la révolte et du rire. Celles et ceux qui prétendent le contraire sont de tristes chiens de garde, qui auraient dû sortir de la niche pour venir discuter avec leurs étudiant.es et s’apercevoir que nous ne mordons pas – ou bien peu. M. Huret déclare entendre « celles et ceux qui m’ont fait part de leur malaise au sujet de la récente occupation, même dite “ouverte” ». En assemblée générale, il développait en disant que certain.es chercheur.euses avaient été choqué.es et heurté.es de voir dans le hall de leur école un drapeau palestinien. Il ne s’agit pas là d’un quelconque malaise. Mais de racisme crasse. D’ordinaire si prompt à dégainer le signalement Pharos contre ses étudiant.es, M. Huret à le cœur bien tendre et réconforte volontiers la xénophobie de certain.es de ses collègues.

Ensuite, à propos de la question du génocide gazaoui, derrière la fausse querelle sémantique qui anime de zélés pourfendeurs de la mobilisation étudiante, il y a en réalité une grossière division, sur laquelle revenait déjà Nizan (à propos de la lutte des classes) en 1932 : « Je dois penser grossièrement cette division initiale, bien que les bourgeois installés aux postes du commandement spirituel répètent que la grossièreté des divisions est un péché contre l’esprit, et condamnent enfin à l’invalidation toutes les pensées qu’on forme ou qu’on conclut en partant de ces divisions vulgaires. Mais les bourgeois seuls ont véritablement besoin de subtilité dans leurs divisions, et de profondeur visible dans l’esprit, parce qu’ils ont seuls quelque chose à cacher et que la grossièreté est un moins bon masque que l’esprit de finesse et que les nuances » (p.44). Il y a elles et ceux qui sont pour le génocide, ou ne s’y opposent pas. Celles et ceux qui le combattent ardemment, dont nous faisons partie. C’est aussi simple que cela. Nous refusons et condamnons la sempiternelle rhétorique dépolitisante qui cherche à transformer tout fait de société en objet de débat – est-ce ou non un génocide ? – pour cacher la lâcheté derrière le bon dos de la complexité. A cet égard, nous soulignons l’impressionnant jeu de contorsions de la présidence et celui d’un syndicat en manque de reconnaissance sur la question génocidaire. Le Sgen-CFDT mentionne « un probable crime d’écocide ». C’est vrai. Quelques lignes plus loin, « ce mouvement d’occupation […] maniant la qualification de « génocide » comme une massue ». On s’esclaffe et on s’étouffe.

Mais pour finir, et parce que nous avons mieux à faire que de répondre au torrent d’inepties qui se déverse depuis des mois sur les étudiant.es, chercheur.euses et les employé.es mobilisé.es, laissons la parole au jeune Nizan qui propose un programme intellectuel et politique à l’intention des universitaires démissionnaires : « Il est grandement temps de les mettre au pied du mur. De leur demander leur pensée sur la guerre, sur le colonialisme, sur la rationalisation des usines, sur l’amour, sur les différentes sortes de mort, sur le chômage, sur la politique, sur le suicide, sur les polices, les avortements, sur tous les éléments qui occupent vraiment la terre. Il est grandement temps de leur demander leur parti. Il est grandement temps qu’ils ne trompent plus personne, qu’ils ne jouent plus de rôle. […] S’ils refusent publiquement (et je vois d’ici, je palpe d’ici le monceau ordonné de leurs belles raisons, de leurs nobles raisons de refuser la marche parmi nous), alors le moindre adolescent comprendra qu’ils ont en vérité choisi, qu’ils préfèrent réellement – et non par erreur, et non par omission, et non par aveuglement guérissable – leur confort spirituel, et les garanties temporelles de leur confort, aux questions bassement humaines » (p.42)

Les étudiant.e.s engagé.e.s du parcours études environnementales

PS : (Le livre de Nizan, ré-édité aux éditions Agone coûte 8 euros).

Appel au Président de la section LDH de l’EHESS

Monsieur le Président

Depuis 10 jours, étudiant.es, personnels et enseignant.es de l’EHESS se trouvent exclu.es de leur bâtiment à Condorcet sans autre argument concret que la peur qu’inspire la présence d’une mobilisation étudiante dans ses murs.

Les étudiant.es ont pourtant démontré, pendant les trois jours d’occupation ouverte remplis d’ateliers, de rencontres scientifiques et d’évènements culturels, que cette mobilisation peut se dérouler sous une forme pacifique, joyeuse, intellectuellement enrichissante et respectueuse des personnes et des lieux.

Ayant dialogué avec les étudiant.es et participé à leurs assemblées depuis le début, nous, membres de l’EHESS réuni.es dans la section locale de la LDH, tenons à souligner que

  • – La présence visible d’une mobilisation étudiante dans le hall de l’EHESS à Condorcet n’est pas un problème mais une chance
  • La présence de drapeaux t de banderoles exprimant la solidarité avec le peuple palestinien n’est pas une agression mais une invitation à réfléchir
  • Le bienêtre et la sécurité des usagers du bâtiment ne seront pas assurés par des filtrages et des appels à la police mais par la médiation et le dialogue

Nous vous demandons donc, sans plus attendre, de rouvrir dès lundi matin le bâtiment de l’EHESS à tous les usagers, et d’y venir à la rencontre des étudiant.es pour discuter sur les modalités de leur m

Assmelbée générale, 13 mai 2024. Crédit. SD

Pétition pour la réouverture du bâtiment EHESS sur le campus Condorcet

La semaine dernière, les étudiant·es membres du Comité Palestine EHESS/Condorcet ont occupé pacifiquement et de manière ouverte le bâtiment de l’EHESS durant trois jours et deux nuits. Ils et elles y ont animé des débats et des ateliers et n’y ont apporté aucune dégradation. Pourtant, les étudiant·e·s ont été délogé·e·s par la gendarmerie mobile mercredi 15 mai à la demande de la Présidence, sans aucune sommation. Le président a par la suite jugé l’attitude des étudiant·e·s irréprochable, mais maintenu la fermeture du bâtiment de l’EHESS sur le campus Condorcet sans justification, et en soumettant le bâtiment boulevard Raspail à des contrôles hors de proportion.
Nous souhaitons réaffirmer notre soutien à leur démarche de construction de lieux de discussion collective, notamment au nom de la liberté d’expression et de réunion, libertés fondamentales. C’est bien dans l’esprit des mouvements de lutte historiques, civile et non violente pour les droits humains et la justice sociale que s’inscrit cette démarche, dans une tradition universitaire à laquelle nous sommes tous et toutes attaché·e·s. Les étudiant·e·s, les personnels et les chercheur·e·s de l’occupation ouverte n’ont constitué un danger pour personne.
La fermeture du bâtiment de l’EHESS sur le Campus Condorcet est, en revanche, de nature à occasionner des dégradations durables des conditions d’études pour les étudiant·e·s en cette fin d’année universitaire, et des conditions de travail pour tous les personnels qui y ont leurs bureaux. Le passage forcé au télétravail, ainsi que l’incertitude permanente dans laquelle ils et elles se retrouvent quant au fait de pouvoir assurer le suivi de leurs activités en l’absence de bureaux, est susceptible de porter un préjudice important aux personnels, tout en générant un sur-travail.
C’est pourquoi nous demandons à la Présidence une réouverture immédiate du bâtiment en garantissant le droit de disposer d’espaces pour faire vivre la vie démocratique à l’EHESS, et réclamer des prises de position claires de l’École pour condamner des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité qui durent depuis plus de 8 mois, créant un risque plausible de génocide à Gaza comme l’a conclu la Cour Internationale de Justice. Nous dénonçons à nouveau l’usage de la force pour évacuer le bâtiment, et la violence administrative faite aux usager·e·s et personnels qui ne peuvent pas se rendre sur leur lieu de travail et d’études.

La section LDH de l’EHESS


Communiqué rédigé collectivement par les étudiant.es mobilisé.es des mentions philosophie sociale et politique et philosophie du langage et de l’esprit, 28 mai 2024

Nous, étudiant.es engagé.es des deux parcours de la mention Philosophie à l’EHESS (Philosophie sociale et politique, philosophie du langage et de l’esprit),

Joignons nos voix à celles de nos camarades mastérant.es, doctorant.es, enseignant.es et chercheur.euses engagé.es dans la mobilisation contre la répression ayant cours dans nos lieux d’étude, contre le génocide en cours en Palestine, et en faveur d’un cessez-le feu immédiat. Nous commençons à ce titre par remercier la longue chaîne des personnes, dont nos camarades d’autres masters, qui ici, au sein de l’EHESS, et ailleurs, continuent de nous informer sur la situation en Palestine et à contester la politique du silence.

Nous sommes indigné.es face à la répression par l’État et par les directions de nos institutions, de la Sorbonne, à l’EHESS, en passant par l’ENS ou Sciences Po, en France et partout ailleurs, de ces voix qui refusent la banalisation de l’horreur et du fait colonial. Délégitimation ouverte des voix étudiantes qui se voient expulsées de leurs universités par la police en réponse à des occupations étudiantes pacifiques, voyant soit dit en passant leurs lieux d’études fermés, leurs conditions de travail dégradées, en réponse à une participation à la liberté d’expression tant revendiquée (apparemment dans leurs termes seulement) par nos institutions, dénonçant une occupation illégale, militaire et coloniale de la Palestine. Nous aurions aimé une réponse aussi prompte quant à cette occupation là, celle des territoires palestiniens par Israël, de la part de nos directions.

Nous sommes indigné.es et demandons à ce titre : la réouverture immédiate du bâtiment du campus Condorcet ; la fin des contrôles à l’entrée au campus Raspail; la mise à disposition des étudiant.es de ressources permettant une nouvelle occupation libre et ouverte des locaux ; l’arrêt des poursuites envers les étudiant.es ; le financement des frais de justice des étudiant.es poursuivi.es.

Nous sommes indigné.es face au silence complice de toute une partie de notre discipline, la philosophie, à qui nous reprochons de se cacher derrière une pseudo-complexité théorique, et dans des débats hors-sol, dont la comparaison avec la situation actuelle ne peut qu’inspirer le mépris, la honte et l’effroi. Nous avons honte de la torpeur dans laquelle une partie de notre discipline demeure, là où l’indignation devrait être la seule posture légitime et nécessaire face aux images qui nous parviennent du massacre d’un camp de réfugié.es de l’UNRWA, énième épisode s’ajoutant à l’interminable liste des massacres qui auraient déjà dû provoquer notre indignation, depuis le 7 octobre et avant cette date. Personne ne doit oublier ces images. Personne ne doit oublier la responsabilité de celleux qui ont conduit à cette situation.

Nous sommes indigné.es, et nous joignons nos voix à toutes celles qui nous précèdent pour demander de la part du gouvernement et de nos institutions, de nos responsables politiques et académiques à tous les niveaux : une claire dénonciation des actes génocidaires en cours à Gaza, alors que Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant font l’objet d’un mandat d’arrêt aux côtés de leaders du Hamas de la Cour Pénale Internationale ; l’obtention d’un cessez-le-feu immédiat ; l’accueil des enseignant.es, chercheur.euses et étudiant.es palestinien.nes. La liste est ici non-exhaustive et nous soutenons l’ensemble des revendications avancées par le Comité Palestine.

Face à un fait désormais évident qui est que toutes les vies ne se voient pas accordées la même pleurabilité (Butler), la même valeur, nous appelons toustes celleux qui sont encore silencieux.ses à s’indigner, à se mobiliser, à s’exprimer, partout où cela sera possible, à cesser de cautionner, ne serait-ce que par le silence, les massacres et le colonialisme contemporain sous toutes ses formes, de Gaza à la Kanaky.

Dans l’optique d’une pérennisation de la lutte et pour rester informé.es sur la question palestinienne, entre autres, nous appelons les étudiant.es, inscrit.es ou non dans une formation de philosophie, à nous rejoindre prochainement pour un atelier/séminaire/rencontre/échange sur la contribution de la philosophie aux mobilisations contre la violence et le colonialisme d’État, apportant notre soutien à l’occupation étudiante.

Les étudiant.es engagé.es du master de philosophie

EHESS



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2024, 27 mai). À la porte de leur établissement, les étudiant·es et les agent·es EHESS dénoncent la fermeture administrative, le génocide et la fascisation du monde universitaire. Academia. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11q0n

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.