Résider, résister : la bataille de la résidence universitaire de Yoshida (Kyoto)

Alors que les mots d’ordre “occupy” ou “occupation” fleurissent sur tous les campus du monde, la question du droit des étudiant·es à vivre dans les enceintes universitaires se pose d’une nouvelle façon à l’Université de Kyoto. Après une rude répression des mouvements étudiants dans les années 1980, le système universitaire japonais fait l’objet d’une forme d'”autonomisation” au cours des années 1990, transformation assez familière à l’ESR français, au point que les Japonais·es avaient ironisé à l’époque. Japonophone, ayant une bonne connaissance de la politique japonaise, la ministre Valérie Pécresse aurait ainsi “bien étudié les dossiers de la réforme universitaire” selon leurs mots — voire plagié le dispositif législatif élaboré à Tokyo. Nouvelle étape de l’autonomisation sur l’archipel : exclure les étudiant·es des résidences universitaires. Une première bataille a été gagnée par les étudiant·es. Iels invitent les lecteurs et lectrices d’Academia à soutenir leur cause en signant leur pétition sur change.org.

Archive photographique tirée deKanta Nomura, The Yoshida Dormitory Students’ History, Cesura, 2022, reproduite dans The Face.

L’histoire des universités a un lien étroit avec celle des lieux de vie étudiants. Au Moyen Âge, par exemple, Cambridge ou la Sorbonne ont construit des résidences qui offraient un hébergement bon marché, favorisant l’émergence d’une culture étudiante singulière.

Historiquement au Japon, de nombreuses universités disposaient de résidences similaires. Ces bâtiments dédiés construits sur les campus universitaires proposaient un hébergement bon marché et étaient réputées pour leur créativité et leur culture d’auto-gestion((NDLR. Sur l’histoire du Yoshida Dorm, outre la page Wikipedia, on peut lire “The Student Dormitory that Govers Itself“, par Marigold Warner, The Face, 24 août 2023, compte rendu en anglais de 野村幹太. 吉田寮学生寄宿舎史. Pianello Val Tidone: Cesura Publish, 2022.)). Depuis les années 1970, cependant, ces résidences ont fait l’objet d’attaques ciblées par les réformes néolibérales autoritaristes. Elles visent à rendre accessible au marché des équipements au statut universitaire et à réprimer les mouvements sociaux. Depuis 19681, dans de nombreuses universités, on peut parler même de mesures visant à une fermeture systématique de ce type de résidences. Dans la plupart des universités, les autorités ont exercé des pressions sur les résident∙es universitaires pour qu’iels abandonnent leur organisation autogestionnaire et pour les relocaliser dans des hébergements plus onéreux.

Entrée du vieux bâtiment de la résidence Yoshida et gingkos, 2 décembre 2023. Crédit : Mainichi/Kazuki Yamazaki

La résidence Yoshida de l’Universté de Kyoto, fondée en 19132, est la plus ancienne résidence en activité. Actuellement, les étudiant∙es qui y habitent se trouvent engagé∙es dans un contentieux pour y rester. En 2019, l’université de Kyoto a porté plainte contre 45 résident∙es de Yoshida ayant refusé de quitter les lieux. Les résident∙es ayant gagné la bataille judicaire le 16 février 2024, l’université a décidé de faire appel de la décision. L’université a refusé de donner suite à la demande de l’association gestionnaire d’abandonner les poursuites et de reprendre le dialogue; Les résident∙es jugent que ces poursuites judicaires s’apparentent à une atteinte à leurs droits citoyens ou un SLAPP (Strategic Lawsuit Against Public Participation) ou une manœuvre contentieuse pour faire taire les critiques contre la politique suivie par l’université; Iels invitent à signer la pétition — en anglais et en japonais — qui exige le retour de l’université à la table des négociations,

Cuisine partagée de la résidence Yoshida, 26 février 2022. Crédit : Mainichi/Kazuki Yamazaki

La residence accueille actuellement plus de 120 résident∙es, ce qui inclut des étudiant∙es étranger∙es (international students) et attire des étudiant∙es venu∙es de milieux différents, notamment celleux qui ont des difficultés financières3:  Dans un pays où les droits d’inscription à l’université ont été multipliés par 15 entre 1975 et 2005, l’hébergement y est très attractif car son loyer représente seulement un dixième du coût moyen d’un logement pour une personne en zone urbaine. Le faible montant du loyer s’explique par les longues négociations conduites par les résident∙es étudiant∙es, conscient∙es des défauts du système de sécurité sociale de l’habitat au Japon, où il n’y a quasiment aucun système d’aides publiques pour le logement de celles et ceux susceptibles de travailler, étudiant∙es inclus∙es. Seuls les employeurs financent le logement de leurs employé∙es. Cela crée une situation où les étudiant∙es sont exclu∙es des aides financières que reçoivent les employé∙es du privé comme les agent∙es des administrations pour se loger. Le loyer de la résidence Yoshida représente de fait à peu près  l’équivalent de celui d’un logement standard pour les fonctionnaires en province4.

La résidence consiste en deux bâtiments principaux, l’un construit en 2015 (le Nouveau bâtiment) et l’autre en 1913 (le Vieux bâtiment). Le Vieux Bâtiment est une construction traditionnelle en bois qui devrait être préservée en tant que bâtiment historique. Las : l’université envisage de le détruire, jugeant qu’il ne répond pas aux normes récentes de sécurité sismique. En dépit de demandes, réitérées par les résident∙es, de rénovation et de renforcement le bâtiment pour améliorer sa résistance aux tremblements de terre, l’université n’a pas donné suite.

Il faut souligner que la résidence Yoshida a résisté à des tentatives répétées de fermeture depuis les années 1970. En 1982, l’université a pris la décision d’empêcher toute nouvelle candidature à la résidence, mais cette dernière a continué à accueillir de nouveaux et de nouvelles locataires de sa propre initiative, allant même jusqu’à augmenter sa population. Cette résistance et la négociation au cours des dix ans qui ont suivi ont conduit l’université à revenir sa décision.

Toutefois, en 2015, l’attitude des autorités a radicalement changé après qu’une révision de la loi nationale sur les établissements universitaires (National University Corporation Act) a renforcé la centralisation du pouvoir dans toutes les universités nationales. La résidence Yoshida a été sommée une nouvelle fois de ne plus accepter de dossiers d’inscription et de quitter tous ses bâtiments, y compris le Nouveau Bâtiment, d’ici 2018. Selon le journal étudiant de l’université, Kyoto Univ. Press, les autorités ont délibérément ignoré toutes les demandes de négociation au sujet de la résidence, ont donné des instructions aux agent∙es de l’université de n’écouter aucun∙e résident∙e étudiant∙e et engage le procès déjà mentionné en 20195. Depuis cette date, les deux parties se livrent à une bataille de l’information. Chaque année, l’université de Kyoto envoie aux étudiant∙es fraîchement inscrit∙es une circulaire annonçant la fermeture de la résidence Yoshida, que les résident∙es contestent et qualifient de désinformation.

La bataille judiciaire de la résidence Yoshida revêt une importance symbolique pour l’histoire des libertés académiques au Japon. La lutte des étudiant·es participe à une résistance plus vaste contre l’autoritarisme néolibéral croissant dans la gouvernance universitaire, tendance qui s’est intensifiée depuis le milieu des années 2010, sous le gouvernement Shinzo Abe, aligné sur la faction d’extrême-droite néoconservatrice. Ce conflit vise à affaiblir la culture de l’autonomie étudiante, désormais en crise profonde, mais qui reste une dimension essentielle de l’autonomie de l’université — et partant, les libertés académiques. .

“Victoire”, banderole tenue par des résident-es étudiant-es., 16 février 2024 Crédit : Mainichi/Kazuki Yamazaki

 

La décision judiciaire de première instance a apporté une lueur d’espoir dans le conflit ouvert. Le tribunal a reconnu la légitimité du souhait des résident∙es étudiant∙es de conserver leur culture d’autogestion et de ne pas être tenu∙es de l’abandonner6. Les residents cherchent une solution acceptable, et nous espérons que cette victoire de première instance ouvre la voie à un avenir meilleur.

Traduction française Ch. Rabier

Pour aller plus loin


Students’ Resistance for Autonomy: The Yoshida Dormitory’s Legal Battle and Its Implications for Academic Freedom (Kyoto in Japan)

The history of universities is closely connected to where students live. For example, in the Middle Ages, Cambridge and the Sorbonne developed dormitories that provided affordable housing and fostered a unique student culture.

In Japan, many traditional national universities also had similar dormitories. These dorms offered cheap housing and were known for their culture of self-governance. However, since the late 1970s, these dormitories have been targeted by authoritarian neoliberal reforms. These reforms often aimed to monetize university facilities and suppress social movements. Since 19687, there has been a systematic effort to close these types of dormitories at many universities. In most cases, university authorities pressured dorm residents to give up their self-governance organizations and move to more expensive housing.

The Yoshida Dormitory at Kyoto University, dating back to 19138, is the oldest surviving dormitory. Currently, its residents are involved in a legal battle to keep their living place. In 2019, Kyoto University sued 45 Yoshida Dormitory residents who refused to move out. The residents won their case on February 16, 2024. but the university decided to appeal the decision. The university ignored the dormitory’s self-governance association’s request to withdraw the lawsuit and resume dialogue. The residents see this ongoing litigation as a SLAPP (Strategic Lawsuit Against Public Participation) case against their criticism of the university’s policy. They are now seeking signatures on a petition to bring the university back to the negotiation table9

The dorm currently has over 120 residents, including international students, and attracts students from diverse backgrounds, particularly those with financial difficulties. In a country where national university tuition fees increased 15-fold between 1975 and 2005, the dorm’s rent is very appealing because it is only a tenth of the cost of typical single-person housing in urban areas. This low rent is the result of long negotiations by the residents, who understand the shortcomings of the social security system for housing. In Japan, there is almost no public housing support system for those who can potentially work, including students. It is employers who support employee housing. This has created a situation where both private company employees and government officials receive financial aid for housing, but students do not. The rent at Yoshida Dorm is actually almost equivalent to the standard accommodation for government employees living in rural areas10

The dorm now consists of two main buildings: one built in 2015 (the New Building) and the other built in 1913 (the Old Building). The Old Building is a traditional wooden house that should be preserved as a historical building. However, the university plans to remove it, claiming it doesn’t meet current seismic safety standards. Despite repeated requests from residents to renovate and strengthen the building to improve its earthquake resistance, the university has not agreed to do so.

It is important to note that the Yoshida Dormitory has survived repeated closure attempts by the authorities since the 1970s. In 1982, the university decided to stop accepting new applications for the dorm, but the dorm continued to admit new residents independently, even increasing its population. This resistance and negotiation led the university to effectively withdraw its decision in the following decade.

However, in 2015, the authorities’ attitude changed dramatically after a revision of the National University Corporation Act strengthened top-down governance at all national universities. The Yoshida Dorm was once again told to stop accepting applications and to vacate all its buildings, including the New Building, by 2018. According to the university student newspaper, Kyoto Univ. Press, the authorities ignored all negotiation requests from the dormitory, instructed university staff not to listen to any residents, and initiated the aforementioned lawsuit in 201911. Since then, there has been an information battle between them. Each year, Kyoto University sends newly enrolled students a circular announcing the closure of Yoshida Dormitory, which the dorm residents deny as misinformation.

The legal battle over the Yoshida Dorm has symbolic significance for the history of academic freedom in Japan. Their struggle is part of a broader resistance against the increasing neoliberal authoritarianism in university governance, a trend that has intensified since the mid-2010s, particularly under Shinzo Abe’s administration, which was closely aligned with the neoconservative far-right faction. This conflict targets the students’ autonomous culture, which is now deeply in crisis but remains essential for the autonomy of the university itself.

The first instance court decision brought a glimmer of hope to this ongoing struggle. The court recognized the legitimacy of the residents’ desire to maintain their autonomous decision-making culture and not be forced to abandon it12. The residents seek a reasonable solution, and we hope this initial victory will pave the way for a brighter future.



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2024, 19 mai). Résider, résister : la bataille de la résidence universitaire de Yoshida (Kyoto). Academia. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11opr

  1. La democratisation de l’administration universitaire et l’opposition des droits d’inscription figurent parmi leurs demandes les plus régulières, à côté d’autres préoccupations du moment d’ordre social et politique. []
  2. Quelques sources indiquent que sa création remonte à 1897. Voir par exemple, ici. []
  3. La résidence est mixte depuis 1985. []
  4. Voir par exemple : https://www.mof.go.jp/policy/national_property/topics/housing_reduction/pdf.pdf. []
  5. https://www.kyoto-up.org/archives/4726. Voir également le site du Yoshida Dorm. []
  6. https://www.courts.go.jp/app/files/hanrei_jp/765/092765_hanrei.pdf) []
  7. Democratization of university administration and opposition to tuition fees increase were among their most repeated demands, besides more socio-political agendas coming in their interest https://www.jstage.jst.go.jp/article/kyouikushigaku/49/0/49_KJ00004588151/_pdf []
  8. Some sources say it goes back to 1897. See for example https://www.kyoto-up.org/archives/4726. []
  9. see the following link in English and Japanese: https://yoshidaryo.org/archives/uncategorized/3343/ ). []
  10. See for example: https://www.mof.go.jp/policy/national_property/topics/housing_reduction/pdf.pdf. []
  11. https://www.kyoto-up.org/archives/4726. See also the Yoshida Dorm’s site: https://yoshidaryo.org. []
  12. https://www.courts.go.jp/app/files/hanrei_jp/765/092765_hanrei.pdf. []

Une réflexion sur « Résider, résister : la bataille de la résidence universitaire de Yoshida (Kyoto) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.