Université de Genève : la paix “armée”

Communication de l’Université de Genève

Academia rapporte la situation de l’Université de Genève qui fait sa communication sur la paix dans le monde, fait évacuer les étudiant·es par la force et qui, en la personne de la rectrice, entretient une relation “délicate” avec la vente d’armes à l’État d’Israël. 

À l’aube du 14 mai 2024, s’est déroulée l’évacuation du bâtiment principal de l’Université de Genève, occupé par des militant·es pro-palestinien·nes depuis une semaine. Alerté·es vers 5 heures du matin, les occupant·es ont été confronté·es à l’intervention de la police, suite à une plainte déposée par le rectorat1 pour violation de domicile. Les forces de l’ordre ont évacué une soixantaine de personnes présentes sur les lieux, certaines étant menotées. Des soutiens à l’extérieur ont manifesté leur solidarité, demandant la démission de la rectrice. Malgré des témoignages dénonçant un manque de sommation préalable, l’évacuation s’est déroulée rapidement, avec les occupant·es dirigé·es vers le poste de police.

Le jour même, la rectrice de l’Université de Genève, Audrey Leuba, se retrouve dans une “position délicate” en raison des liens dévoilés de son époux avec l’armée israélienne. Selon le journal genevois Le Courrier :

« L’époux de la rectrice, avocat fiscaliste dans un grand cabinet, siège depuis 2018 au conseil d’administration de l’entreprise Pratt & Whitney Aero Engines International, la filiale lucernoise d’un constructeur de moteurs d’avions américain qui fournit notamment l’armée israélienne pour ses avions de combat. Depuis plusieurs mois, l’entreprise est sous le feu des projecteurs. En avril, son siège social, qui se trouve dans le Connecticut, aux États-Unis, a été bloqué par des militant·es qui protestaient contre la guerre à Gaza, et plus particulièrement contre l’implication du constructeur dans la production des avions de chasse F-35 achetés par Israël. En décembre, ce sont les travailleur·euses d’une usine du groupe basée au Canada qui se sont mis·es en grève pour dénoncer le fait que Pratt & Whitney construit les engins présents dans les drones Heron, déployés par Tsahal à Gaza depuis plus de quinze ans. Dans un communiqué de presse paru en 2015, le constructeur se targuait également d’avoir décroché un contrat d’une durée de quinze ans pour assurer l’ensemble des pièces pour toute la flotte de moteurs des F-35 et des F-16 de l’armée israélienne. Selon le communiqué, il s’agissait à l’époque du ‘contrat de logistique basé sur la performance le plus complet et de plus longue durée pour un moteur de chasse de Pratt & Whitney à ce jour’.”

— Source: Louis Viladent, “Unige: Audrey Leuba en position délicate“, Le Courrier, 14.05.2024.



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2024, 17 mai). Université de Genève : la paix “armée” Academia. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11onm

  1. NDLR: équivalent de la présidence en France []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.